Priorat

Comentarios

Transcripción

Priorat
LIFE
Priorat
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable
Josep Lluís Pérez Verdú
Alvaro Feliu Jofre
Índex
.......................................................................................................................
1. Présentation
.............................................................................................................
3
5
2. Mise en terrasse de la vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
2.1. Les terrasses conventionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.1.1 Problèmes environnementaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.2 Problèmes dans l’exploitation de la vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
2.2. Techniques de mise en terrasse durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.1 Intégration harmonieuse des terrasses dans le paysage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.2 Prévention de l’érosion et évacuation contrôlée de l’eau de pluie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2.3 Technique de construction des terrasses et stabilité des talus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
2.2.4 Exploitation opérationnelle et sûre de la vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
3. Conduction de la vigueur de la vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
3.1. Principes fondamentaux des techniques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
3.2. Architecture de la plante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.2.1. Diamètre du sarment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.2.2. Treille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3. Irrigation de précision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.3.1. Fonctions de base de l’eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.3.2. Besoins d’eau d’irrigation pendant le cycle végétatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.3.3. Contrôle de l’état hydrique de la plante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.3.4. Application et contrôle de l’irrigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.4. Ecartement de plantation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.5. Eclaircissage du cep . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.6. Synthèse des paramètres de contrôle de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
3.7. Techniques complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
3.7.1. Couverture végétale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
3.7.2. Contrôle de maladies et épidémies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4. Gestion intégrée durable de la viticulture de montagne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.1. Productivité du sol: plantation sur la terrasse ou sur le talus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
4.2. Contrôle intégral de la vigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
4.3. Viticulture de montagne éco-efficace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4.3.1. Durabilité environnementale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4.3.2. Durabilité économique et sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
5. Conclusions
............................................................................................................
79
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 1
Prologue
MANUEL DE TECHNIQUES POUR UNE VITICULTURE DE MONTAGNE DURABLE
PROJET LIFE-PRIORAT
Les droits de cette publication sont la propriété conjointe de Fundació Fòrum Ambiental,
Mas Martinet Assessoraments, Castillo de Perelada et Domaine de Cabasse.
On donne droit explicite pour reproduire en totalité ou partiellement
le document ç condition de citer la source.
Fundació Fòrum Ambiental
Av. Reina Maria Cristina s/n
Pl. Espanya - Fira de Barcelona
Palau de la Metal.lúrgia
08004 Barcelona
Tel. (34) 93 233 23 09
Fax (34) 93 233 24 96
www.forumambiental.org
[email protected]
Design: J. Bruguera
© Barcelone, Mai 2007
Prologue
Le projet LIFE PRIORAT s’inscrit en réponse à l’intérêt croissant porté aux effets que peut avoir sur
l’environnement la viticulture de montagne. En particulier dans ces zones prospères -c’est le cas du
Priorat- où cette activité est en plein essor. Cette réponse se nourrit d’une conviction selon laquelle la
prospérité et le progrès économique de la viticulture de montagne ne peuvent pas se faire aux dépens
de l’environnement. Les solutions proposées dans ce manuel n’oublient jamais non plus que la viticulture de montagne doit se maintenir économiquement viable, et c’est pourquoi, dans un contexte de
forte concurrence mondiale les entreprises se verront obligées d’innover dans la forme d’exploitation
des vignobles.
Pour mener à bien ce projet, on est parti de la créativité constamment renouvelée par Mas Martinet
Assessoraments au cours de leurs 15 années de travail expérimental en viticulture de montagne.
Grâce aux propriétés Castillo de Perelada et Cabasse il a été possible de mesurer la viabilité de telles
propositions dans d’autres milieux, tels que la propriété Garbet dans l’Empordà et la propriété
Malmont dans les Côtes du Rhône, tandis que la coordination technique, ainsi que l’énorme travail de
diffusion des résultats du projet ont été assurés par la Fundació Fòrum Ambiental, qui a travaillé à la
sensibilisation aux défis que représente la viticulture de montagne, en s’adressant à tous les agents
impliqués. La coordination technique a été réalisée par le Dr. Moisés Cohen, spécialiste en gestion de
l’information concernant le climat, les plantes, le sol et l’irrigation en agriculture de précision, qui a permis l’évaluation objective des données obtenues.
En plus, ce projet n’aurait pu être possible sans l’étroite collaboration du comité assesseur du projet,
constitué du Professeur Fernando Bianchi de Aguiar et Sara Colombera, de deux représentants du
Centre de Recherches d’Études et de Valorisation pour la Viticulture de Montagne (CERVIM), du professeur Arno Simonis du DLR Mosel, de Joan Queralt du DARP, de Xavier Mateu du Centre de la
Propriété Forestière de la Catalogne, de Pere Sala de l’Observatoire Catalan du Paysage, de Josep
Maria Milla, de Salustià Alvarez, président du conseil régulateur de la D.O.Q. Priorat, d’Ignacio Orriols,
directeur de la station de Viticulture et Œnologie de Galice et en particulier du Professeur Alvaro Feliu,
qui a élaboré le manuel et sans le dévouement duquel ce manuel n’aurait pas vu le jour aujourd’hui.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 3
Le manuel que vous avez entre vos mains est le résultat du projet PRIORAT “Rendre compatible le
développement de la viticulture de montagne avec les objectifs de la Charte Européenne du Paysage”,
cofinancé par le programme LIFE de l’Union Européenne, et coordonné par la Fundació Fòrum
Ambiental.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 4
Les techniques qui sont présentées sont le fruit de quinze ans d’expérimentation dans le Priorat, avec
le support final du projet LIFE, et ouvrent la voie à une viticulture de montagne durable. La publication
de ce manuel a pour unique objectif de partager l’expérience accumulée avec d’autres personnes qui
se consacrent à la viticulture de montagne ou sont concernées par celle-ci. Chaque professionnel
pourra réfléchir aux diverses idées qui sont présentées et appliquer celles qui lui sembleront bonnes,
les adaptant à ses besoins et aux caractéristiques propres au territoire sur lequel il se développe son
activité. Tel est le véritable but du manuel.
Cependant, les travaux de recherche et d’expérimentation devront continuer. En effet les connaissances actuelles sont encore insuffisantes pour atteindre l’excellence et la durabilité est un processus
évolutif dont il est impossible de définir avec précision le résultat final, d’autant plus qu’il varie selon le
contexte technologique, environnemental et socio-économique. Mas Martinet travaille déjà à la consolidation scientifique des grandes lignes énoncées dans ce manuel et au développement de nouvelles
idées.
Carles Mendieta
Directeur de la Fundació Fòrum Ambiental
1. Présentation
Les aspects techniques, environnementaux et économiques de la viticulture de montagne sont abordés
de manière synthétique et pratique, sans en éviter toutefois la complexité. Le manuel se veut également être une publication de vulgarisation, c’est pourquoi les termes ou concepts qui peuvent sembler
familiers aux professionnels du secteur, sont tout de même expliqués pour les autres personnes, moins
expertes mais intéressées à la viticulture, du point de vu de la production ou de la consommation, pour
les aider à en comprendre le contenu.
La viticulture de montagne se caractérise par les fortes pentes naturelles des terrains sur lesquels elle
est pratiquée1. À ceci il faut ajouter, dans les zones méditerranéennes, une moyenne des précipitations
annuelle faible ou moyenne (entre 400 et 600 mm), mais avec des épisodes de pluie très intenses, qui
souvent atteignent les 100 mm en quelques heures, et en deux ou trois jours peuvent même dépasser
les 200 mm. Ces pluies torrentielles ont une grande capacité d’érosion et sont capables de déplacer
des tonnes de sol par hectare.
Traditionnellement la viticulture méditerranéenne de montagne a vaincu ces éléments naturels hostiles
à l’aide de techniques très élaborées de retenue du sol, à l’aide de murets de pierre, sans transformer
de manière significative la morphologie du terrain. En outre, ces murs facilitaient le travail, nécessairement manuel, en réduisant l’inclinaison de chaque terrasse. Dans d’autres cas, le viticulteur a pris en
gré l’existence des pentes et de l’érosion, acceptant des ceps peu productifs par manque de sol fertile et de constance climatologique. Ces techniques, basées sur une main d’œuvre abondante et pas
chère, qui permettait de compenser la faible productivité, ont formé au fil des siècles un paysage très
caractéristique, à la personnalité forte et harmonieux, sur lequel s’est forgée une partie de l’identité de
certaines régions.
Les vignes vieilles qui ont persisté jusqu’à présent, constituent un patrimoine qui doit être conservé
autant que possible. Cependant, à l’exception de certains cas dont la finalité est très spécifique, les
L’expérimentation développée dans le cadre du projet a été réalisée dans des pentes situées entre le 20% et le 70%. La pente
moyenne des terrains de culture dans le Priorat est de 45% (24,2º).
1
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 5
Ce manuel a pour objet de décrire et évaluer la version la plus aboutie des techniques développées
par Mas Martinet, avec le support du projet Life-Priorat, pour progresser vers une viticulture de montagne durable. Le manuel apporte également des connaissances utiles qui permettront d’orienter la
prise de décisions dans la viticulture de montagne.
nouvelles plantations ne peuvent pas être viables économiquement si elles continuent d’avoir recours
aux techniques traditionnelles. La concurrence croissante liée à la mondialisation des marchés du vin,
ajoutée à des conditions naturelles peu favorables à la mécanisation des cultures, oblige les régions
vitivinicoles de montagne à introduire des changements dans la façon dont la vigne est exploitée et
à innover dans leur stratégie productive et commerciale:
• Mettre en place de nouvelles techniques qui permettent d’augmenter la productivité, en maintenant ou, le cas échéant, en améliorant la qualité du raisin.
• Se distinguer sur le marché en élaborant des vins qui allient une bonne qualité de base à une forte
personnalité, en tirant profit de manière intelligente des actifs naturels et humains disponibles.
La survie à long terme de la viticulture de montagne, en ayant à l’esprit les générations futures, demande en plus une solide viabilité économique, avec une moindre vulnérabilité aux inévitables fluctuations
du marché.
Cela dit, la prospérité et stabilité économiques de la vigne de montagne ne peuvent s’obtenir aux
dépens de l’environnement. A l’instar du goût par les bons vins, la sensibilisation de la société à la protection de l’environnement a augmenté. Les paysages de montagne tout particulièrement représentent
des valeurs naturelles esthétiques, sociales et économiques qu’il faut préserver. La symbiose entre
paysage et culture du vin est en train de donner naissance à une nouvelle forme touristique, le tourisme œnologique, qui dans quelques régions pourrait devenir aussi important que la propre viticulture
et l’activité caviste qui en découle.
Une des techniques principales permettant d’augmenter la productivité de la vigne de montagne est
la formation de terrasses pour rendre possible la mécanisation de la culture. L’aménagement du terrain
en terrasse avec des techniques rudimentaires, n’ayant pas fait l’objet d’une profonde réflexion, induit
de manière plus ou moins forte un risque de rupture du paysage et la multiplication de l’érosion due à
la concentration des flux d’eau. Le terrassement arbitraire n’est pas durable d’un point de vue environnemental et peut mettre en danger le maintien de l’activité vitivinicole dans certaines zones particulièrement sensibles.
Vielles vignes dans le Priorat
Mais le paysage ne doit non plus se momifier, le territoire doit être vivant, doit permettre le travail productif, à condition de le faire harmonieusement, sans appauvrir les paysages les plus emblématiques.
L’abandon des vignes et la perte du paysage en mosaïque seraient tout aussi néfastes que la prolifération de vignes grossièrement terrassées, qui monopolisent le territoire à cause de leur faible productivité. Le paysage doit aussi être accessible, ouvert, doit favoriser le contact entre la viticulture et la
société, toujours d’une façon compatible.
Dans la zone méditerranéenne le risque d’érosion est grand pour les sols pauvres et peu fertiles, qui
constituent une ressource naturelle de grande valeur. Dans les zones les plus arides, l’érosion peut être
le début d’un processus de désertification irréversible.
C’est pourquoi, l’existence d’un environnement fragile est un autre des éléments essentiels dont la
nouvelle viticulture de montagne doit tenir compte, notamment en zone méditerranéenne.
Malgré les conditions orographiques défavorables pour la culture de la vigne et les coûts de production élevés qu’elle représente, il est important de parvenir à ce que la viticulture de montagne
continue d’être viable d’un point de vue économique et environnemental, afin de:
• Maintenir une activité dans la zone rurale de montagne et éviter le dépeuplement. Le sentiment d’appartenance à un milieu doit s’accompagner d’activités économiques prospères.
• Préserver des paysages singuliers ayant évolué tout au long des siècles d’intervention humaine équilibrée.
• Favoriser l’utilisation du sol en mosaïque, afin de prévenir de façon convenable les incendies
de forêts, en particulier dans les zones méditerranéennes. Il a été prouvé que la vigne est un
bon coupe-feu.
• Conserver les cépages autochtones spécialement adaptés au terrain et au climat de chaque
zone.
• Profiter de la forte personnalité des territoires de montagne pour élaborer des vins singuliers
de qualité supérieure pour le marché mondial.
Ces valeurs historiques, socio-économiques et paysagistiques contribuent considérablement à la
diversité culturelle et biologique de la planète et constituent un attrait touristique indéniable.
L’exploitation de celui-ci peut influencer de façon significative l’économie locale.
Enfin, il s’agit d’utiliser une forte identité locale comme moteur de la durabilité et comme plateforme de projection de valeurs globales.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 7
Pourquoi faut-il continuer avec la viticulture de montagne?
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 8
Le développement de la viticulture de montagne de manière rentable et respectueuse avec l’environnement n’est donc pas une question évidente. Durabilité économique et environnementale peuvent sembler
être des objectifs inconciliables et c’est ainsi qu’ils sont souvent présentés. Toutefois, la recette pour que
la protection environnementale ne soit plus une barrière productive infranchissable et se transforme en
une opportunité socio-économique est simple, dans toute sa complexité: (éco)innovation. Dans le cas
de la viticulture de montagne, l’augmentation de la productivité des ressources et de la qualité du raisin
doit compenser l’augmentation du coût de la construction et de l’exploitation des vignobles liée à la prévention des impacts environnementaux (externalités économiques négatives). Ainsi, la viticulture de
montagne pourra se transformer en une activité productive avec un présent et un avenir, et apporter toute
sa valeur ajoutée économique, directe et induite, aux régions qui l’accueillent.
L’objectif social final est de contribuer au développement rural et à la fixation de la population sur le
territoire, à travers la création d’emplois stables et de qualité, aussi bien pour les hommes que pour
les femmes, qui leur permettent de jouir d’un niveau de vie digne.
Avec ces défis clairement posés, la viticulture de montagne développée par Mas Martinet se base sur
l’intégration de deux ensembles de techniques, apparemment indépendants, mais qui apportent tout
leur potentiel de durabilité quand ils sont appliqués ensemble.
• Mise en terrasse durable.
• Conduction de la vigueur de la vigne.
Ces techniques ont été développées sans se soucier des limitations relatives à la culture de la vigne,
établies par les règlements des régions vitivinicoles européennes (possibilité d’irriguer, production par
hectare, nombre de bourgeons, etc.). Ceci s’explique par deux raisons:
• L’hétérogénéité de ces limitations, qui souvent répondent davantage à une tradition séculaire qu’à
des bases scientifiques solides, et qui ont pu avoir tout leur sens dans le passé mais qui devront
un jour être révisées à la lumière des connaissances et possibilités technologiques actuelles.
• La nature propre d’un projet d’expérimentation et de démonstration, qui essaie d’ouvrir de nouvelles voies pour l’avenir d’une viticulture de montagne durable, implique que les objectifs finaux
soient très clairs, tout en laissant une totale liberté pour les atteindre, sans conditions préétablies
qui constitueraient un obstacle à la créativité avant qu’elle puisse s’exprimer. Innover consiste
aussi à remettre en question la manière dont se font traditionnellement les choses.
Ce sont plutôt les régions vitivinicoles qui doivent être attentives aux nouvelles techniques qui apparaissent dans le monde de la viticulture, prendre le temps nécessaire pour les évaluer avec attention
et décider jusqu’à quel point et de quelle façon elles doivent s’intégrer aux réglementations existantes, pour les modifier et les compléter.
2. Mise en terrasse de la vigne
• Conserver le sol et retenir l’eau. En général, la plantation agricole demande préalablement le
débroussaillement du sol pour retirer la végétation existante, racines inclues. Le sol reste, ainsi,
dénudé et sans protection, à la merci de l’érosion, qui peut agir agressivement à cause de la pente
naturelle du terrain. La fonction fondamentale des terrasses est l’évacuation contrôlée de l’eau de
pluie, de façon à éviter au maximum l’érosion du sol. De plus, le contrôle de l’écoulement hydrique augmente les possibilités d’infiltration de l’eau vers la zone radiculaire de la plante.
La perte de fertilité du sol peut être compatible avec certaines pratiques de la viticulture qui basent
la qualité du raisin sur la diminution de la capacité productive du cep. Cependant, dans les systèmes de culture qui sont l’objet de ce manuel, on accorde une importance au maintien du sol et de
sa fertilité pour que la plante puisse exprimer toute sa vigueur (cf. chapitre 3).
• Faciliter le travail de la vigne, en particulier grâce à la mécanisation sans risque d’accident du travail liés à la de possibles chutes des engins agricoles. Les terrasses servent de couloirs de service
plats d’où l’on peut réaliser toutes les opérations propres à la culture d’un vignoble (taille, contrôle
de maladies, récolte, etc.). De même, à partir des terrasses on effectue les tâches d’entretien des
talus. Pour que mécanisation de la vigne permette d’augmenter la productivité, il est nécessaire
que la largeur des terrasses soit réduite au minimum permettant le passage des engins agricoles
correspondant.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 9
La mise en terrasse consiste à transformer un terrain naturellement en pente, en un nouveau profil
formé de bandes plates de largeur plus ou moins grande (terrasses), unies par de nouveaux talus avec
une inclinaison supérieure à la pente naturelle originelle du terrain. Les deux principales fonctions sont:
Prépondérance de la vigne en terrasses au Priorat
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 10
La commune de Porrera occupe une superficie de 2.896 ha, ce qui correspond à 16,5% de l’appellation d’origine Priorat. La pente moyenne de la commune est de 46% et son altitude se situe
majoritairement entre 200 m et 600 m au-dessus du niveau de la mer.
Entre 1986 et 2003, 60% de la vigne traditionnelle à Porrera a été abandonnée, passant de 256
ha en 1986 à 107 ha en 2003. Dans la même période, la vigne en terrasses est passée de 20 ha
à 291 ha, ce qui correspond à une croissance du 1450%. Plus récemment, entre 1998 et 2003,
la vigne traditionnelle a augmenté à peine de 12% (de 95 ha à 107 ha), tandis que la vigne en
terrasses s’est étendue de 260%, passant de 111 ha en 1998 à 291 ha en 2003. Cette forte croissance de la vigne en terrasses a continué au cours des quatre dernières années.
Globalement, la vigne a augmenté de 44% à Porrera entre 1986 et 2003 et de 93% entre 1998 et
2003. Ces chiffres sont représentatifs de l’évolution de l’ensemble du Priorat.
Source: R. Cots-Folch et al./Agriculture, Ecosystems and Environment 115 (2006) 88-96.
2.1. Les terrasses conventionnelles
La mise en terrasse constitue une intervention sur la montagne qui modifie plus ou moins les conditions naturelles.
Les travaux réalisés par l’Université de Lleida dans le Priorat permettent de caractériser les paramètres principaux de conception des terrasses conventionnelles construites au cours de la dernière
décennie (figure 2.1). Il faut relever que:
• La largeur des terrasses varie entre 2,37 et 5,91 m, mais la plupart ont des largeurs entre 2,4 et 3
m, avec une moyenne de 2,95 m, afin de pouvoir planter deux rangées de ceps dans chaque
terrasse, avec l’espace suffisant entre eux pour le passage des machines.
Figure 2.1 Profile moyen des
terrasses conventionnelles
dans le Priorat
Coupure
8,0m
Terre ajoutée
5,1m
2,95m
(2,4 - 5,9)
39º
(24 - 56)
6,2m
29º / 55%
(18 - 36) / (32 - 73)
Source: Elaboration propre, à partir de: María Concepción Ramos et al., Sustainability of modern land terracing for
vineyard plantation in a Mediterranean mountain environment - The case of the Priorat ..., Geomorphology (2006).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 11
• L’inclinaison des talus des terrasses varie entre 24º et 56º, avec une moyenne de 39,4º, dans une
zone avec des pentes naturelles entre 18º et 36º (32 et 73%) et une moyenne de 29º (55%).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 12
Effet de carrière
Effet de carrière
De manière générale et résumée, les terrasses conventionnelles se construisent en tenant compte
d’un critère prépondérant: le coût de la construction. On n’effectue pas de calculs économiques plus
complexes, qui tiendraient compte d’autres coûts dont la répercussion peut être supérieure à long
terme (perte de surface utile, entretien des terrasses, faible productivité, etc.). A ceci s’ajoute un manque de sensibilisation à l’environnement et au paysage, en particulier de la part des entreprises viticultrices dont les responsables ne sont pas familiarisés avec la tradition culturelle et l’identité de la
région montagneuse qui les accueille.
La conception conventionnelle de terrasses peut provoquer des problèmes environnementaux et opérationnels dans l’exploitation de la vigne.
2.1.1 Problèmes environnementaux
• Impact paysagistique
La forte pente naturelle du terrain, associée à des talus artificiels d’inclinaison faible et à des largeurs de terrasses notables, implique des talus très hauts et larges, qui tendent à casser l’harmonie du paysage. Il se produit un effet de “carrière” qui est à son maximum lorsqu’on envisage de
reproduire en montagne la culture sur terrain plat.
Forcer la construction de parcelles de terrasses rectilignes pour faciliter la conduction de la vigne
crée des profils polygonaux d’aspect très artificiels, qui s’intègrent mal dans le milieu ambiant. Qui
plus est, ce genre de profils oblige à réaliser des transports de terre transversaux, ce qui complique le travail et en augmente le prix.
Il n’est pas convenable de reproduire la plaine sur la montagne
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 13
Cet ensemble de causes perdure dans le temps car il n’existe pas de recommandations techniques
claires, objectives et bien documentées qui orientent les viticulteurs et machinistes constructeurs.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 14
Les terrasses polygonales produisent un paysage artificiel
• Érosion du sol
Les phénomènes érosifs peuvent se faire intenses, à cause de la longueur excessive des talus, qui
augmente l’écoulement, surtout en l’absence de système de drainage des terrasses bien conçu:
- On n’implante pas de pentes continues et constantes tout au long de la terrasse pour évacuer
l’eau de façon contrôlée. En outre, dans beaucoup de cas, aucun drainage transversal des
terrasses n’est prévu.
- Quelques terrasses sont drainées dans d’autres, ce qui génère une accumulation de sédiments
dans les terrasses réceptrices.
Terrasses mal vidées. Les pentes longitudinales conduisent à des points bas, dés où l’eau cassera en descendant par la montagne. Si la pluie est intense, l’écoulement transversal peut causer des dommages importants
dans le vignoble.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 15
Érosion sévère dans un talus, qui fait risquer quelques
ceps
Réparations dans des talus érodés
Erosion du sol par l’eau de pluie
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 16
L’érosion hydrique du sol est un phénomène complexe de dégradation selon lequel la force de l’eau
désagrège, arrache et déplace les horizons superficiels du relief terrestre. C’est un processus naturel, aggravé par l’intervention humaine, en particulier à travers certaines pratiques agricoles.
L’érosion hydrique agit par le biais de deux mécanismes fondamentaux:
• Impact des gouttes de pluie. Le frappement des gouttes de pluie contre le sol arrache et
mobilise ses particules. Si la pluie est très intense, la force des gouttes détruit les composants structurels du sol. Ce processus s’accompagne d’une diminution de la porosité, puisque
la plupart du volume des pores du sol correspond à l’espace compris les particules d’agrégat. Le pouvoir érosif de l’eau augmente en raison de l’alternance avec de longues périodes
de sècheresse qui laissent le sol desséché, fissuré et dépourvu d’une végétation suffisamment grande pour amoindrir l’impact des averses.
• Écoulement. C’est le mécanisme par excellence de l’érosion hydrique. L’eau de pluie qui ne
s’infiltre pas dans le terrain s’écoule le long de sa surface et emporte sur son passage les particules du sol. L’érosion par écoulement dépend de nombreux facteurs: le volume des précipitations, la densité de la couverture végétale, la topographie du terrain ainsi que la résistance
et les propriétés hydrologiques (vitesse d’infiltration, capacité de stockage d’eau et conductivité hydraulique) du sol affecté.
Parmi les multiples impacts négatifs de l’érosion, il convient de souligner les éléments suivants:
• Réduction de l’épaisseur de la couche de sol dans les parcelles affectées. Dans les zones
avec des sols à faible développement, cela peut conduire à la perte complète de la couche
de sol.
• Diminution de la fertilité du sol, associée au lavage de minéraux et à la perte de matière organique et nutriments.
• Déstabilisation du talus et augmentation du risque de glissement de terrain.
• Envasement de zones subjacentes (sols agricoles, installations d’irrigation, routes, etc.) dû au
déplacement de sédiments.
• Les substances chimiques provenant des fertilisants et pesticides qui sont entraînées par les
sédiments peuvent provoquer l’entrophisation ou la pollution des cours d’eau.
La construction des terrasses ne devrait pas entraver les cours naturels d’eau comme les ravins
ou les ruisseaux. Lors de fortes pluies, l’eau reprendra naturellement son cours naturel et finira par
éroder sévèrement les terrasses. Les travaux de réparation envisageables, en plus d’être très onéreux, finiront par être inutiles dès les précipitations méditerranéennes suivantes. Dans ces cas, les
sédiments charriés par l’érosion peuvent être très volumineux et créer de sérieux problèmes en
aval, tel que l’envasement de propriétés voisines ou d’infrastructures routières.
Vignoble construit en formant des terre-pleins
dans un ravin naturel, au lieu de former des
terrasses dans la montagne avec des drainages
vers le ravin
• Instabilité des talus
Les études réalisées dans le Priorat par l’Université de Lleida1 montrent que les glissements sont
fréquents, même avec des pluies non exceptionnelles. Lors des travaux effectués dans la localité
de Porrera, on a relevé 74 glissements de terrain de différentes magnitudes. On a observé un rapport exponentiel entre le volume des glissements et la longueur du talus. Les mouvements observés engendrent des dommages sur les plantes et sur les infrastructures (treille, irrigation, etc.). Les
éboulements aussi rendent difficile, voire impossible le passage des engins agricoles dans les
terrasses. D’ailleurs, la difficulté de passage et les fortes pentes compliquent beaucoup l’accès
des engins nécessaires à la restauration des terrasses endommagées.
Quand on utilise un engin pelleteur pour déplacer la terre, les terrasses sont construites selon la
technique conventionnelle qui consiste à couper la partie supérieure de la montagne et à remplir
la partie inférieure. Ainsi, la terre enlevée se trouve sur la montagne dans son état naturel. Ceci crée
une surface de contact fragile, entre la terre ferme de la montagne et la terre superposée, qui favorise les glissements (cf. paragraphe 2.2.3).
Dans la partie supérieur de la photo, des terrasses
trop larges, avec une faible utilisation du sol; des
talus d’hauteur variable qui rendent difficile le
contrôle de l’érosion
• Faible exploitation du sol
Pour obtenir une certaine production de raisin, si la terrasse n’est pas conçue de manière optimisée (largeur, inclinaison du talus, etc.), on est obligé d’occuper une superficie largement supérieure à ce qui serait strictement nécessaire. Par exemple, une largeur de terrasse proche de trois
mètres est insuffisante pour placer trois rangées de ceps, mais excessive pour le passage des
1
María Concepción Ramos et al., Sustainability of modern land terracing for vineyard plantation in a Mediterranean mountain
environment - The case of the Priorat ..., Geomorphology (2006).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 17
Les deux problèmes conduisent à une accumulation d’eau dans les creux des terrasses ou aux
endroits où les sédiments forment des petits murs de retenue. Lorsque ces retenues d’eau se rompent, il se produit un écoulement d’eau et de boue dont la force destructrice est considérable, qui
augmente à mesure qu’il descend le long de montagne, allant parfois jusqu’à former des ravines
et provoquer des dégâts importants.
machines avec deux rangées de ceps. Les critères de plantation en plaine ne peuvent pas être suivis en montagne, où il est primordial d’exploiter au maximum un terrain pour minimiser les effets
traumatiques plus ou moins importants qu’un terrassement implique toujours.
Les éléments paysagistiques et hydrologiques font du sol de montagne une ressource peu abondante, qui doit être exploitée de manière productive. Comme il sera expliqué plus tard dans le
manuel (partie 4.1), les techniques développées dans Life Priorat permettent d’obtenir la même
production de raisin qu’avec les conventionnelles, en occupant une surface de sol très inférieure.
Risque du travail: accès perpendiculaires aux lignes de niveau, avec une pente excessive
2.1.2 Problèmes dans l’exploitation de la vigne
• Risque d’accident
Dans quelques plantations, les chemins conduisant aux terrasses présentent une inclinaison
excessive car elles sont tracées perpendiculairement aux lignes de niveau. Ceci implique un risque d’accident pour le passage des machines. Le risque est maximum dans les courbes d’accès
aux terrasses, spécialement quand on circule avec un tracteur et une remorque.
• Réduction de la productivité du travail
Souvent, la pente naturelle du terrain est variable le long des lignes de niveaux. Une solution parfois appliquée pour éviter la construction de terrasses avec des fortes pentes -ce qui rendrait difficile le travail et aggraverait les problèmes d’érosion- consiste à augmenter la largeur de la terrasse.
Lorsque la largeur est variable, il faut planter un plus grand nombre de rangs de ceps, ce qui oblige à des parcours peu productifs et à des manœuvres compliquées pour accéder à la totalité des
vignes.
Une autre solution pour éviter ce problème, consiste à construire des terrasses intermédiaires qui
finissent par se drainer dans d’autres terrasses, générant les problèmes d’érosion déjà mentionnés.
D’autre part, le travail des rangs internes de ceps n’est pas commode (par exemple, pour les
tâches d’entretien du talus). En outre, ce rang tend à s’envaser l’érosion du talus.
Difficulté pour optimiser les travaux de culture, à
cause de la largeur variable des terrasses
• Fertilité hétérogène du sol
Quand les terrasses sont construites selon la technique conventionnelle qui consiste à couper la
partie du haut de la montagne et à remplir la partie inférieure, le rang interne de ceps est planté
directement sur un substrat compact qui ne comporte pas de couche supérieur du sol, tandis que
la file externe est plantée sur une terre remuée. Par conséquent, la fertilité risque ne pas être
homogène.
2.2. Techniques de mise en terrasse durable
L’expérimentation réalisée par Mas Martinet montre que les problèmes environnementaux et fonctionnels
des terrasses conventionnelles peuvent être surmontés si l’on suit les critères adéquats au moment de
la conception. Dans ce paragraphe, sont décrits les principaux critères développés ayant donné de
bons résultats au Priorat.
• Pour une pente naturelle (α) donnée, la terrasse est définie par les deux paramètres restants. Par
exemple, si on détermine la largeur de la terrasse (a), en diminuant la pente du talus (β), la hauteur
entre les terrasses (h) augmente. Cependant, si on réduit la largeur de la terrasse (a), on peut diminuer la pente du talus (β) sans augmenter sa hauteur (h).
• La pente du talus (β) est toujours supérieure à la pente naturelle du versant (α).
l
h
a
β
α: pente naturelle du versant (% ó º)
β: pente du talus (% ó º)
a: largeur de la terrasse (m)
h: hauteur du talus (hauteur entre terrasses) (m)
l: longueur du talus (m)
p: projection horizontale du talus (m)
p
α
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 19
La figure 2.2 indique les différentes variables qui interviennent dans la conception des terrasses:
2.2.1 Intégration harmonieuse des terrasses dans le paysage
Le critère fondamental de la conception réside dans le fait que l’ensemble terrasses-vignoble doit s’adapter au mieux à la morphologie naturelle du terrain, en minimisant le mouvement des terres, et n’introduire aucune forme artificielle qui ressorte grossièrement du contexte.
• De manière générale, la hauteur des pentes (h) est limitée à 1,5 m.
Ce critère est essentiel pour que le terrassement ne casse pas l’harmonie du paysage. Avec des
talus plus hauts, la culture en terrasses devient très visible et se remarque dans le paysage, donnant
au vignoble l’aspect d’une carrière, d’autant plus important lorsque la hauteur du talus augmente.
Dans la partie gauche centrale on peut voir une
plantation dans la terrasse, avec des talus de
hauteur supérieure à 1,5 m. Dans les trois terrasses
inférieures, l’aspect s’améliore lorsque diminue la
hauteur du talus. Dans la zone droite de la photo,
on peut voir une plantation dans le talus, avec un
effet paysagistique très bon, puisque le terrassement est presque imperceptible
Dans tout terrassement, les ceps peuvent être plantés sur la terrasse ou sur le talus. Quand la
vigne est plantée sur le talus, la limite de hauteur peut être un peu plus souple, puisque la végétation facilite l’intégration du talus dans le paysage. Cependant, il convient de ne pas dépasser 2 m
de hauteur.
• La largeur des terrasses (a) doit être limitée en fonction de la pente naturelle du terrain, de façon
à ce que soit toujours respecté le critère précédent, à savoir, la hauteur de la pente ne dépasse
pas 1,5 m.
Si on utilise des machines modernes de petites dimensions, la largeur des terrasses peut même
ne pas dépasser 1,3 m. Celle-ci est la largeur des terrasses préférée par Mas Martinet et la seule
qu’ils utilisent actuellement dans leurs plantations (dans certains cas on peut arriver à 1,5 m de largeur). Cela permet de ne planter qu’une seule rangée de ceps dans chaque terrasse et oblige à
construire un nombre de terrasses plus grand que lorsque la largeur permet deux rangées ou plus
de ceps et cela augmente le coût des travaux. En contrepartie, la hauteur des talus est plus petite et l’ensemble s’adapte beaucoup mieux à la morphologie de la montagne. Une seule rangée de
ceps dans la partie externe de la terrasse présente aussi des avantages paysagistiques, puisque
la ligne de mire d’un observateur éloigné suit de forme rectiligne les extrêmes des ceps, sans qu’elle ne soit rompue par rangées de ceps situées dans la partie plus interne de la terrasse. En plus,
cela facilite l’accès au talus pour son entretien.
Ce critère et le précédent sont totalement incompatibles avec la construction de vastes terrains
plats pour reproduire la vigne en plaine, spécialement dans les pentes naturelles prononcées.
Terrain naturel avec pente supérieure au 60%.
Les talus ne dépassent pas les 2 m de hauteur;
plantation dans le talus
On respecte la végétation du sommet
Terrasses de 1,3 m de largeur constante; notez la
pente longitudinale constante
Las terrasses suivent les courbes de niveau, sans
formes polygonales
• La ligne de sommet de la montagne (où se produit le changement de versant) spécialement si elle
est aiguë, est respectée ainsi que sa végétation et on ne commence les terrasses quelques mètres
plus bas.
• Dans la zone en terrasses, les affleurements rocheux et les arbres plus âgés, avec singularité,
valeur paysagistique ou symbole du passé agricole de la propriété, sont conservés pour casser la
continuité de la vigne (îles vertes) et, en même temps, offrir une zone de repos à l’ombre pour les
personnes qui la travaillent. Dans des vignes étendues, il peut être nécessaire de faire des plantations éparses d’arbres locaux. Si un grand arbre empêche l’implantation de la vigne, il convient de
le transplanter. De même, on respecte les troupeaux ou autres constructions qui peuvent avoir une
valeur culturelle et touristique.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 21
• Le tracé au niveau des terrasses suit les lignes qui, en général, ont un développement curviligne.
On évite les tracés polygonaux, qui donnent à la vigne un aspect artificiel trop notable dans le paysage. Ce critère complique l’utilisation de treilles conventionnelles rectilignes ou oblige à implanter
des tronçons plus courts. Cependant, cela ne pose aucun problème si on applique les techniques
de conduction de la vigueur qui sont présentées dans le chapitre 3.
Si elle existe, on respecte aussi la végétation au bord des ravins ou ruisseaux voisins de la vigne
et la végétation entourant le vignoble qui, outre sa fonction paysagistique, retient le sol, sert de
référence visuelle et maintient la biodiversité agroforestière.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 22
Dans tous les cas, la préservation de ces zones est planifiée avant le début des travaux de déplacement de terres.
• Le bord des chemins d’accès aux propriétés et le chemin lui-même requièrent aussi une attention particulière. En plus relier les vignes ou les terres de culture et de permettre l’accès aux propriétés et la
circulation des engins agricoles, les chemins forment une plate-forme privilégiée pour l’observation du
paysage, d’où l’on peut apprécier les singularités et les détails du territoire, imperceptibles depuis les
observatoires plus éloignés. Tant qu’ils permettent une utilisation agricole, les chemins sont ouverts et
accessibles au public, dans le but de favoriser la rencontre entre la culture du vin, ses paysages et la
société, et de s’intégrer dans le réseau d’infrastructures de soutien du tourisme œnologique.
Dans le cadre du projet Life-Priorat on a ouvert de nouveaux chemins d’accès aux propriétés.
Quelques critères ont été considérés spécialement importants:
- On évite des largeurs supérieures à 5 m. S’il est nécessaire, on construit de petits tronçons plus
larges pour le croisement de véhicules lourds.
- Les talus et bordures sont délimités et protégés de l’érosion avec la végétation adaptée.
- Les pentes longitudinales et transversales doivent être entretenues pour permettre une bonne
évacuation de l’eau.
- Au besoin, on installe des revêtements mous qui s’intègrent dans le paysage.
- L’utilisation de panneaux indicateurs ou de signalisation de type urbaine doit être évitée.
Arbres singuliers et îles vertes dans la vigne
2.2.2 Prévention de l’érosion et évacuation contrôlée de l’eau de pluie
• Les terrasses sont construites avec une pente longitudinale constante de 3% et une pente transversale vers la montagne de 4-5%. Par conséquent, la distance verticale entre les terrasses est
constante tout au long du parcours.
Terrasses de pente longitudinale et largeur constantes
Finition de talus de hauteur constante à l’aide de niveleur avec laser
• Toutes les terrasses drainent vers des canaux de drainage latéraux. Les terrasses transforment le
régime hydrologique de la montagne. Les eaux ne se répartissent plus le long des différentes pentes naturelles du terrain pour arriver jusqu’à la rivière. Elles sont canalisées dans les terrasses bien
construites et elles se concentrent dans les points finaux, en augmentant leur pouvoir érosif. Par
conséquent, il est très important de prévoir une conduite sûre pour cette eau jusqu’à son arrivé
dans les lits naturels, où elle ne peut plus provoquer de dommages. À cet effet, toutes les terrasses
doivent se vider dans des canaux de drainage construits avec les plus grandes garanties de résistance et stabilité. La solution optimale dépendra de la morphologie et résistance de la formation
montagneuse dans laquelle se trouve la vigne.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 23
Pour respecter scrupuleusement ce critère, on utilise des machines d’excavation équipées d’un
niveleur laser, tel que l’illustre la suite de ce paragraphe. Il s’agit d’une pratique constructive de
précision, à laquelle ne peut procéder qu’une personne ayant reçu une formation spécifique pour
la conduite de la machine (les machines doivent s’adapter à la montagne et non l’inverse).
D’après les expériences menées dans le Priorat, il convient de placer les canaux de drainage dans
les côtes de la montagne (“costers” dans la langue locale), où la roche est résistante à l’érosion. Il
faut éviter les zones concaves de la montagne (“comellars”), où s’accumulent des sédiments et où
le risque d’érosion est maximal: l’eau entraînerait les sédiments et elle les déposerait là où la vitesse
est moindre, provoquant un débordement qui finirait par détruire le drainage lui-même et une partie des terrasses, tandis que les rivières et infrastructures risqueraient d’être envasées. Il serait certainement possible d’excaver le canal et de le renforcer avec un certain type de revêtement, mais
cela ajouterait un caractère artificiel ainsi qu’une dépense inutile et évitable. De plus, cela obligerait
à retirer le sol le plus fertile, qui se fait rare dans la région. Les techniques de culture de Mas Martinet
permettent d’en exploiter au mieux la valeur, comme il est expliqué plus loin dans ce manuel. C’est
pourquoi, et même si cela paraît contradictoire, les drainages doivent être construits sur les côtes de
la montagne, où il suffit d’excaver quelques centimètres pour obtenir un canal résistant à l’érosion.
Terrasses avec drainage latéral en zone résistante à
l’érosion
En aucun cas une terrasse doit se vider dans une autre terrasse. Comme il a déjà été dit, cette pratique finit par produire des monticules de terre au point de réception, là où l’eau s’accumule jusqu’à
ce qu’elle accumule l’énergie suffisante pour briser l’obstacle, provoquant une décharge de boue
destructive pour les terrasses inférieures. Si la pluie est modérée, ce problème d’érosion grave ne se
produit pas, mais les sédiments peuvent s’accumuler et compliquer le passage des machines.
• Entre deux canaux de drainage, la longueur des terrasses est limitée à 200 m, dans le but d’éviter
l’érosion de la terrasse elle-même. La moitié de la terrasse (100 m) se vide vers un canal et l’autre
moitié, vers le canal opposé.
• Les cours naturels d’eau, ravins ou ruisseaux sont scrupuleusement respectés. Ces cours d’eau
ne sont jamais comblés pour construire les terrasses. Au contraire, on facilite le passage des eaux
de drainage des terrasses vers ces cours d’eau en éliminant les obstacles éventuels.
La longueur du talus peut être supérieure quand la
pente est faible et on plante dans le talus même
• Dans les terrasses, la longueur des talus (l) dont la pente est supérieure à 25% est limitée à un
maximum de 6 m. Pour les longueurs plus grandes, il a été démontré que l’eau réunit une énergie
cinétique trop importante et risque d’éroder le talus et de provoquer l’amoncellement des sédiments dans la terrasse inférieure, avec les problèmes d’accumulation d’eau et de passage des
machines déjà évoqués. Toutefois, cette limite peut varier en fonction du type de sol et du degré
de protection du talus, par exemple, par une couverture végétale.
Dans les pentes de faible inclinaison, la longueur maximale n’est pas conditionnée par le risque
d’érosion mais par l’impossibilité pour les machines de travailler dans le talus à partir de la terrasse
(par exemple, pour l’application de traitements préventifs de maladies de la vigne), bien que, dans
aucun cas il convient dépasser les 10 ou 11 m.
Cette limitation de la longueur du talus a de faibles répercussions sur la pratique, si on respecte
une hauteur du talus inférieure à 1,5 m.
• Les terrasses doivent être constamment maintenue en bon état pour que garantir le drainage contrôlé de l’eau et par conséquent la stabilité de l’ensemble de terrasses:
- Dans les terrasses étroites construites chez Mas Martinet (1,3 à 1,5 m), les efforts d’entretien doivent être encore plus importants car il suffit de peu pour que l’espace disponible pour le passage de l’eau soit réduit à néant.
- Il est également primordial de bien entretenir les chemins d’accès aux terrasses, c’est là que la
pente et la longueur des talus sont les plus importantes et il en est de même pour le risque d’érosion et l’accumulation de sédiments. C’est à ces endroits également que le débit du drainage
longitudinal de l’ensemble des terrasses grossit.
Dans les zones méditerranéennes, où les épisodes de pluies intenses sont relativement fréquents, l’évacuation contrôlée des eaux constitue un aspect critique de la construction des terrasses. Si on ne
suit pas rigoureusement les mesures préventives qui s’imposent, les dommages causés sur la vigne
et les zones annexes peuvent être très graves, au point de mettre en péril l’avenir de l’exploitation. Le
réseau de drainage doit être planifié avant que ne commencent les travaux de terrassement.
En conclusion, le risque d’érosion ne dépend pas de la pente naturelle du terrain, mais de la conception même des terrasses: une vigne mal conçue sur une pente du 25% sera davantage exposée à l’érosion que des terrasses bien conçues sur une pente du 50%.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 25
- Tout amoncellement de sédiments ou autre obstacle présent sur les terrasses et susceptible de
compliquer ou empêcher le passage de l’eau doit être déblayé. Les eaux doivent être drainées
tout le long des terrasses, pour éviter leur accumulation ou leur débordement transversal vers la
vallée, ce qui en augmenterait dangereusement le pouvoir érosif.
2.2.3 Technique de construction des terrasses et stabilité des talus
Quand on applique la technique de construction qui consiste à couper la partie supérieure de la montagne et à combler la partie inférieure, on crée une surface de contact fragile entre la terre ferme et la
terre superposée, ce qui favorise généralement les glissements, même avec des épisodes de pluie non
exceptionnels (cf. paragraphe 2.1). Si les terrasses sont orientées perpendiculairement à la direction
N-S du plissement général des couches schisteuses du Priorat, le risque de glissement est plus grand.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 26
Ta
lus
Terre superposée
Terra
in fe
rme
Dans cette situation, la solution constructive appliquée dans les terrasses Mas Martinet s’est révélée
efficace, même avec des pluies torrentielles. Elle consiste à labourer et retourner la terre jusqu’à une
profondeur suffisante pour garantir que toute la terrasse repose sur une base de terrain ferme légèrement inclinée vers l’intérieur. Plus la pente naturelle du terrain est grande, plus la terre retournée doit
être profonde pour que le contact avec la montagne ferme soit presque horizontal. Dans la pratique,
on retourne une profondeur minimale de 1 m, ce qui correspond à la profondeur moyenne des racines
de la vigne (critère agronomique).
Même en appliquant cette technique constructive, il peut subsister des petits problèmes de glissements de terrain, en particulier lors des épisodes de pluie fine qui s’infiltre dans la partie externe de la
terrasse. Si au cours des deux premières années de vie des terrasses, ces glissements sont convenablement corrigés, le problème est résolu et ne se produira plus par la suite, puisque les terrasses sont
alors bien fixées.
Les différentes étapes du système constructif d’une nouvelle terrasse à partir de la supérieure déjà
finie sont les suivantes:
• On retourne la terre du chemin jusqu’ à une profondeur suffisante pour que la nouvelle terrasse
repose dans sa totalité sur terre ferme. Comme il a déjà indiqué, cette profondeur dépend de la
pente naturelle du terrain (avec un minimum de 1 m).
• À ce moment là, on installe dans la machine le niveleur à laser. À l’aide de la rétro-excavatrice on
finit le talus inférieur de la terrasse supérieure et en même temps on nivelle la partie inférieure du
talus et l’intérieur de la terrasse en construction, de sorte que la pente longitudinale soit de 3%.
On dépose l’excès de terre dans la partie extérieure de la même terrasse qui, de cette façon, reste
plus haute que la partie intérieure déjà nivelée.
Talus
Terrasse
finie
Coupure verticale
Chemin
machine
• La machine parcourt la terrasse de sorte que sa trace intérieure marque exactement la ligne de
division avec le talus et sa trace extérieure écrase la terre restante et la rende plus compacte.
Ensuite, la pente transversale de la terrasse est corrigée jusqu’à ce qu’elle soit de 4 à 5% vers l’intérieur, en déposant l’excès de terre vers l’extérieur de la terrasse.
• Enfin, on marque la largeur de la terrasse (par exemple, 1,3 m) et on découpe, toujours avec la
rétro-excavatrice, en avançant directement sur la terrasse elle-même.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 27
Terrain ferme
• La rétro-excavatrice ouvre un chemin d’environ 3,5 m de largeur par lequel la machine peut avancer
et provoque une coupure plus ou moins verticale dans la partie intérieure de la nouvelle terrasse.
Avec la machine elle-même, le chemin est nivelé jusqu’à ce que la hauteur par rapport à la terrasse
supérieure soit à peu près constante sur toute la longueur.
Fixée la largeur de la terrasse, la hauteur du talus dépendra de son inclinaison (β) et de la pente
naturelle du terrain (α). L’inclinaison stable des talus est fonction de l’angle de frottement interne
et de la cohésion de chaque type de sol retourné. Un essai de coupure directe en laboratoire permet d’évaluer ces paramètres de bases. En suivant la technique constructive de terrasses développée par Mas Martinet, l’expérience menée dans la “Licorella” du Priorat1 a indiqué que les talus
peuvent rester stable jusqu’à 65º à 70º d’inclinaison.
Toutes les expériences de Mas Martinet relative à la construction de terrasses durables ont été
menées en collaboration avec l’entreprise Coll de la Teixeta (www.teixeta.cat), située à Falset
(Priorat, Tarragone).
Terrasses de largeur constante suivant les courbes
de niveau
2.2.4 Exploitation opérationnelle et sûre de la vigne
• Comme il a déjà été expliqué, la terre de la terrasse est retournée jusqu’à une profondeur minimale de 1 m, afin qu’il soit plus facile pour les racines de la vigne de s’étendre dans toutes la plantation. De plus, le sol retient mieux l’eau car sa teneure en matériaux fins augmente. Si le sol n’est
pas retourné, dans des terrains schisteux comme ceux du Priorat, l’eau tend à s’échapper par les
interstices ou encore il se forme une couche de boue qui permet l’écoulement sans infiltration.
• La largeur est constante tout le long d’une terrasse, il en est de même pour le nombre de rangées
de ceps, afin d’éviter les déplacements improductifs ou les manœuvres compliquées avec les
machines.
• L’accès aux terrasses se fait en zigzag, de sorte que la pente ne dépasse pas 10 à 15%. De cette
façon on perd un peu d’espace et on forme de petits tronçons de talus avec une hauteur ou une
longueur supérieure à celles indiquées comme maximales, mais on gagne en sécurité de travail
pour le transit des machines. Si les pentes sont trop prononcées, le risque de chute du tracteur
n’est pas acceptable, particulièrement dans les points d’accès aux terrasses en courbe et si on se
déplace avec une remorque ou d’autre engins.
Accès aux terrasses en zigzag pour améliorer la
sécurité du travail
1
Licorella: roche ardoisière météorisée
Paysages avec terrassement durable
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 29
Paysages avec terrassement durable
3. Conduction de la vigueur de la vigne
Les terrasses construites avec des techniques Mas Martinet sont environnementalement durables;
toutefois, elles peuvent comporter deux inconvénients du point de vue du viticulteur:
• Le coût de construction est plus élevé que celui des terrasses conventionnelles. D’après les dernières expériences dans le Priorat, les terrasses construites avec des techniques Mas Martinet
coûteraient entre 30 000 et 36 000 euros/ha.
La qualité du raisin et la viabilité économique de la vigne s’obtiennent avec la conduction de la vigueur
de la vigne, le second ensemble de techniques que présente ce manuel:
• Architecture de la plante (y compris la taille en vert).
• Irrigation de précision.
• Ecartement de plantation.
• Éclaircissage
En effet, les techniques de conduction de la vigueur qui sont décrites dans le présent chapitre permettent
de remédier aux deux inconvénients induits par la construction de terrasses durables. La plantation
conventionnelle parvient à développer entre 4.500 et 5.500 mètres linéaires de bras de production par
hectare, avec une SFE proche de 7.000 m2. Comme l’indique la suite de ce manuel (paragraphe 4.1),
avec les techniques de conduction de la vigueur, dans des terrasses durables on obtient environ
12.000 mètres linéaires de bras de production et une SFE qui dépasse largement les 20.000 m2, et ceci
en maintenant, voire en augmentant la qualité du raisin, en conservant le sol et en retenant l’eau de
pluie. L’augmentation de la productivité du vignoble à l’aide de techniques de conduction de la vigueur
permet de produire autant de raisin sur une surface de terrain plus petite. De cette façon, en plus des
avantages environnementaux décrits dans le chapitre 2, on parvient à réduire la déforestation nécessaire à la plantation du vignoble.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 31
• Elles conservent le sol fertile et retiennent l’eau, dans une plus grande proportion que les terrasses
conventionnelles. Ceci ne répond pas très bien aux critères fondamentaux de la viticulture selon lesquels une fertilité et une productivité trop élevées ne sont pas compatibles avec la qualité du raisin.
Deux autres techniques complémentaires sont également décrites. Elles ne sont pas strictement
nécessaires pour la conduction de la vigueur, mais améliorent leur rendement et leur éco-efficacité:
• Couverture végétale.
• Contrôle s maladies à l’aide d’un modèle spécifique.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 32
3.1. Principes fondamentaux des techniques
Dans le Priorat, au début des années 90, la vieille vigne produisait le raisin de base qui servait à élaborer les bons vins. Grâce aux expériences de Mas Martinet dans l’exploitation de vieilles vignes, il a
été observé que les raisins avec des grains petits et séparés constituaient la matière première idéale
pour produire des vins de qualité supérieure:
• Les grains séparés ont plus d’espace pour grandir, sont plus aérés et exposés au soleil, ils sont
ainsi moins vulnérables face épidémies et à la pourriture et, surtout, mûrissent de manière beaucoup plus homogène.
Cette observation fondamentale a pu être constatée lors de tests de maturation, dans le cadre desquels des raisins aux grains gros et compacts ont été comparés avec des raisins aux grains petits et
séparés. Si on représente graphiquement le degré alcoolique probable de chacun des grains de raisin, on obtient les courbes de la figure 3.1. Dans le cas du raisin compact, un pourcentage important
de grains soit n’atteint pas le degré alcoolique souhaité, soit le dépasse. Ce pourcentage est bien
inférieur pour le raisin non compact. Autrement dit, par rapport aux valeurs moyennes souhaitées, le
raisin compact présente une dispersion (déviation standard dans la courbe de Gauss) très supérieure au non compact (grains séparés), ce qui explique la différence de qualité.
Figure 3.1 Comparaison du degré alcoolique probable de deux types de grains de raisin
Raisin compact
Raisin de grains séparés
20
20
18
18
16
16
14
14
12
12
10
10
8
8
6
6
4
4
2
2
0
0
10º
11º
12º
13º
14º
15º
degrés probables
16º
17º
10º
11º
12º
13º
14º
15º
degrés probables
16º
17º
Maturation du raisin et qualité du vin
La maturation fait partie de la stratégie reproductrice de la vigne:
• Quand les fruits mûrissent, ils émettent des parfums qui attirent les animaux.
• L’animal mange les fruits déjà mûrs.
• Dans les fruits mûrs, les semences ont été déjà couvertes de lignine et l’animal ne peut pas les digérer, donc il les expulse sans les
dégrader et permet la reproduction de la plante.
La qualité d’un vin est déterminée par trois caractéristiques principales:
• Harmonie.
• Concentration.
• Personnalité.
- Harmonie: un vin est harmonieux lorsque ses parfums et saveurs ne présentent aucun défaut et se réduisent progressivement jusqu’à disparaître, sans changement brusque.
L’harmonie dépend essentiellement de la maturation du raisin. Si la maturation est insuffisante, pendant la macération du raisin, des
tannins verts sont libérés, responsables des divers problèmes dans le vin: astringence, sécheresse de bouche, acidité, etc. Une
maturation excessive produit de la douceur, avec des goûts trop forts, proches des fruits secs ou des figues.
C’est pourquoi, il est très important que tous les grains de raisin parviennent au niveau de maturation souhaité en même temps,
c’est-à-dire, de manière homogène et qu’il n’y ait pas certains grains trop mûrs à côté d’autres encore verts.
- Concentration: outre la qualité des polyphénols et les arômes, la quantité est aussi importante, pour que le vin puisse vieillir correctement et produire des arômes d’évolution pendant l’élevage. Si la quantité de polyphénols que contient le raisin est faible, l’activité biologique du vin pendant le vieillissement finira par altérer tous les composés et le vin perdra les caractéristiques souhaitées.
- Personnalité: c’est la caractéristique qui permet de différencier les vins qui à la base sont de bonne qualité (harmonie et concentration). La personnalité d’un vin dépend du “terroir”, du climat, de la variété du raisin et de l’auteur.
Bien que l’harmonie et la concentration puissent être évaluées par un expert d’une façon assez objective, la personnalité est beaucoup
plus subjective. A l’instar de toute œuvre d’art, la personnalité d’un vin peut convenir plus ou moins aux goûts particuliers des uns et
des autres.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 33
Pendant la maturation, le sucre que la plante a accumulé par la photosynthèse est transmis à la sève, puis au raisin. Les cellules hypodermiques du grain (dans la peau), sous l’action de la lumière du soleil, font la synthèse enzymatique des polyphénols et forment les
arômes à partir du sucre. Les polyphénols sont un ensemble très vaste et varié de composés (tannins, flavonoïdes, etc.), qui apportent
au vin couleur, arômes, saveurs. En d’autres termes, tout ce qui caractérisera plus tard un vin, vient du sucre des réserves qui permet
de synthétiser les polyphénols pendant la maturation.
• De plus, si le but est de produire du vin que l’on va laisser vieillir (élevage), les petits grains présentent une plus grande surface spécifique de peau, où se concentrent les polyphénols, les tannins, les arômes et toutes les substances qui, dans des concentrations suffisantes, permettent l’évolution du vin dans le temps.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 34
Il est évident que si les grains de raisin sont séparés et ont une plus grande surface spécifique (surface par unité de volume), ils peuvent mieux recevoir les rayons du soleil et mûrir de manière homogène, pour exprimer en toute harmonie dans le vin les caractéristiques de la variété et du territoire, qui
le rendent différent d’un autre vin. Ceci est l’objectif fondamental.
Vigueur, écartement de plantation et volume de sol radiculaire d’un cep
La vigueur d’une plante est la force de son activité végétative. Techniquement, Mas Martinet définit la vigueur d’un cep comme “le poids du bois sous forme de sarments qu’un cep adulte est
capable de produire pendant un cycle végétatif”. La vigueur est exprimée en grammes. Par
exemple, un cep peut avoir une vigueur de 300 gr ou de 1.400 gr.
La vigueur d’un cep dépend, principalement, du cépage, de la fertilité du sol et du climat.
L’écartement de plantation (EP) correspond la surface définie par la séparation entre les rangées de
ceps, qui forme la largeur du couloir de services, et la distance entre ceps d’une même rangée.
Le volume de sol radiculaire (VSR) correspond au sol disponible pour le développement des racines du cep, sans qu’il n’entre en concurrence avec les ceps voisins. Le VSR est déterminé par
l’écartement de plantation et la profondeur dans laquelle les racines sont actives qui, à titre indicatif, doit être d’environ 1 m.
h (distance entre rangées de ceps) = 2,5m
c (distance entre 2 ceps consécutifs d’une rangée) = 1,2m
EP (écartement de plantation) = hxc = 3m2
c=1,2m
EP
h=2,5m
Il a également été observé que les cépages autochtones de Carignan et de Grenache de jeunes vignes plantées dans des terrains fertiles, produisaient des grappes très compactes, avec des grains très
gros, qui une fois récoltés avaient un degré de maturation déficient à cause de l’hétérogénéité (grains
encore verts à côté d’autres trop mûrs).
D’autre part, on sait que les vieilles vignes produisent un raisin de qualité pour deux raisons:
• La plantation en pentes prononcées sans mise en terrasse (“costers”) réduit aussi la vigueur de la
plante, puisque le sol fertile est entraîné par la pluie. Dans ce cas, l’érosion est la cause d’une plus
petite production, mais d’une plus grande qualité.
Tout le problème était là: dans les nouvelles plantations en terrasses, avec un sol fertile non érodé et
une rétention d’eau pour son infiltration, les ceps expriment toute leur vigueur et tendent à produire
des raisins avec des grains très gros et compacts. Ces derniers ne mûrissent pas de façon homogène et, par conséquent, le vin perd en qualité.
Encore aujourd’hui, la solution conventionnelle à ce problème de qualité consiste en “faire souffrir” la
plante pour réduire sa vigueur: ne pas irriguer, ne pas labourer, fertiliser au minimum, etc. C’est-à-dire
que la vigueur est traitée comme un défaut qu’il faut corriger pour obtenir des productions plus petites mais d’une plus grande qualité, comme avec de la vieille vigne.
A l’inverse, la technique Mas Martinet considère la vigueur comme une vertu de la plante, qui montre
son bon état, et non comme un défaut, et elle tente de la reconduire jusqu’à obtention d’une fertilité de qualité. Une grande partie de l’expérimentation développée par Mas Martinet depuis 1997 a
été consacrée l’optimisation de la gestion de la vigueur des cépages autochtones dans les nouvelles
plantations en terrasses.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 35
• Les blessures traumatiques du cep en raison de la taille qu’il subit années après années, empêchent le passage de la sève et diminue la vigueur du cep, qui produit des raisins avec des grains
petits et séparés.
3.2. Architecture de la plante
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 36
3.2.1 Diamètre du sarment
Mas Martinet savait donc comment devaient être les raisins, mais il ne savait pas comment les obtenir ainsi dans des vignes jeunes plantées sur terrasses. L’expérience de départ, qui consistait à réduire le nombre de grappes dans le cep ainsi que la distance entre les ceps, n’a pas donné les résultats
attendus: les raisins étaient encore gros et compacts.
Finalement, une hypothèse a été émise, dont l’expérience a confirmé la justesse: la morphologie du
raisin est liée au diamètre de son sarment. Il a été vérifié que les sarments qui dépassent 10 mm de
diamètre produisent des raisins compacts, tandis que lorsque le diamètre se trouve entre 6 et 8 mm,
les grains de raisin sont petits et séparés (figure 3.2).
Figure 3.2 La morphologie du raisin
est liée au diamètre de son sarment
Pour obtenir des sarments suffisamment fins, on a décidé de laisser un plus grand nombre de sarments dans le cep, pour que la concurrence entre eux conduise à a la réduction de taille souhaitée. Si
la vigueur de la plante, qui est inhérente à ses caractéristiques et aux conditions de culture, est répartie dans un nombre réduit de sarments, ceux-ci seront lourds et longs. En revanche, si la même
vigueur ou quantité de bois doit être distribuée entre un plus grand nombre de sarments, ceux-ci
seront plus minces et courts (figure 3.3).
MÊME VIGUEUR = MÊME
QUANTITÉ DE BOIS
Figure 3.3 Concurrence entre sarments pour une même vigueur
Peu de sarments,
plus gros et longs
Beaucoup de sarments, plus minces et courts
Raisin non compact de grenache
L’expérience de Mas Martinet permet d’estimer que le diamètre optimal du sarment doit se trouver
entre 6 et 8 mm, pour environ 1,2 m de longueur et un poids allant de 45 à 55 gr.
3.2.2. Treille
Dans la conduite du vignoble en “T” ou “cordon royat” et avec une distance entre les ceps de 1,2 m,
on laisse normalement entre 10 et 14 sarments, avec une distance moyenne entre eux de 8 à 10 cm.
Ici il faut laisser un plus grand nombre de sarments pour une même vigueur de la plante, et donc il faut
élargir le bras de production sans modifier l’écartement de plantation. À cet effet, Mas Martinet a développé deux nouvelles formes de treille:
• Treille avec double bras de production ou “double treille”
Tandis que dans la treille cordon royat, la longueur du bras de production est égale à la distance
entre ceps, dans la double treille la longueur est pliée sans modifier la distance entre ceps. Cette
treille est constituée de fils tendus entre deux cadres métalliques placés tous les 5 ou 6 ceps, c’est
pourquoi elle ne peut être utilisée que lorsque la terrasse est développée de manière essentiellement rectiligne.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 37
Raisin compact de grenache
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 38
• Treille individuelle en cercle
Etant donné que les terrasses suivent les courbes de niveau du terrain naturel, sans adopter des
formes polygonales, les tronçons rectilignes de treille ne constituent généralement pas une bonne
solution. Si la treille ne peut pas grandir longitudinalement sur la terrasse, la solution est la treille
en cercle. La longueur de bras de production que permet cette treille est plus de 3 fois supérieure à la distance linéaire disponible entre les ceps (diamètre): π x Ø, c’est-à-dire, 3.14 x Ø.
Treille conventionnelle “cordon royat”
Treille de la vigne et bras de production
La treille est formée de supports fixes sur lesquels se développe l’architecture de la plante, de
sorte que les sarments puissent grandir suffisamment ordonnés et séparés et ainsi faciliter l’aération et l’ensoleillement du raisin, la taille, l’application de pesticides, la récolte et, de manière
générale, tous les travaux de viticulture.
Le bras de production correspond à la longueur de cep lignifié à partir de laquelle poussent les
sarments.
Vigne formée en double ligne de production
0,50 m
0,50 m
0,50 m
Treille avec double ligne de production ou double treille
Vigne formée en cercles
approx.1,90 m
0,60 m
0,80 m
0,80 m
Treille en cercles
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 39
1,00 m
Dans les nouvelles treilles, la technique consiste à laisser une distance moyenne de 7 cm entre les sarments. Dans une double treille, avec une distance entre ceps de 0,5 m, on peut laisser jusqu’à 14 sarments par cep, c’est-à-dire, 14 sarments par mètre linéaire de bras de production. Si on utilise la treille
en cercles de 0,6 m de diamètre, un cep peut avoir jusqu’à 27 sarments, puisque le bras de production
mesure 1,88 m (à nouveau, 14 sarments par mètre linéaire de bras).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 40
On dispose ainsi de plus d’espace pour laisser un plus grand nombre de sarments en fonction de la
vigueur de chaque cep. Par exemple, dans une plantation avec une distance entre les ceps de 0,5 m,
si le cep a une vigueur de 500 gr, on laissera 10 sarments; si le cep avait une vigueur de 600 gr, on
laisserait 12 sarments.
Par rapport à la treille conventionnelle, pour un écartement de plantation déterminé, les nouvelles treilles permettent non seulement d’élargir le bras de production d’un cep, mais augmentent également
la surface foliaire effective (SFE). On obtient ainsi un rapport plus élevé entre la SFE et le volume de
sol radiculaire (SFE/VSR), paramètre qui, comme il sera expliqué plus loin, s’avère être la clé du contrôle de la maturation du raisin face à des conditions climatologiques défavorables. En outre, les ceps
présentant une plus grande SFE peuvent augmenter leur production sans réduire la concentration de
polyphénols du raisin, puisque leur plus grand “panneau solaire” leur permet de synthétiser une plus
grande quantité de sucre (figure 3.4).
Surface foliaire effective (SFE)
La surface foliaire effective (également appelée exposée ou active) correspond à celle formée par
les feuilles de la plante directement exposées aux rayons du soleil. Plus la SFE est grande, plus
la plante peut capter d’énergie solaire pour synthétiser, par la fonction chlorophyllienne, les
sucres nécessaires à la croissance et la maturation des fruits.
Il n’existe pas de forme unique de mesure de la SFE universellement admise. Une méthode simple consiste à “scanner” les feuilles du sarment et mesurer sa surface à l’aide d’un programme
informatique. Cependant, toute la surface foliaire ne peut pas être considérée comme effective,
c’est-à-dire, directement exposée à la lumière solaire, puisqu’en pratique des feuilles couvrent
d’autres (leur font de l’ombre), spécialement si les sarments ont tendance à s’entrelacer.
Les nouvelles treilles permettent une disposition ordonnée des sarments, de sorte que la SFE s’étend
de façon continue et efficace, ce qui réduit l’effet d’ombre ou le chevauchement entre les feuilles. Mas
Martinet est en train d’évaluer dans ses plantations du Priorat la SFE de chacun des cépages et ainsi
que son rapport avec une production de qualité. De façon conservatrice, dans ce manuel on adopte
une valeur de la SFE moyenne des variétés plantées de 0,14 m2 par chaque sarment développé.
Surface foliaire en une double treille
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 41
Figure 3.4 On peut doubler la surface foliaire effective, sans augmenter le marc de plantation et, par conséquent,
le volume de sol radiculaire
3.3. Irrigation de précision
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 42
3.3.1 Fonctions de base de l’eau
Grâce à la fonction chlorophyllienne des feuilles de la vigne (SFE), la plante photosynthétise les sucres,
les accumule dans les tissus de réserve et en dispose à mesure qu’elle en a besoin pour réaliser ses
fonctions. Le long de son cycle végétatif, la plante doit produire la quantité de sucre nécessaire pour
atteindre les trois buts suivants:
• Grandir jusqu’à développer tous les sarments prévus et former la surface foliaire effective.
• Atteindre la maturation optimale des grains de raisin.
• Après la récolte, maintenir des réserves suffisantes pour recommencer la croissance l’année suivante.
Dans ces processus du cycle végétatif, la disponibilité en eau joue un rôle prépondérant. L’eau remplit deux fonctions de base:
• L’eau intracellulaire occupe l’espace intérieur des cellules et agit en tant que solvant universel.
Dans le milieu aqueux cellulaire se produisent toutes les réactions biochimiques dont la plante a
besoin pour réaliser son métabolisme (synthétiser des hormones, protéines, transformer le sucre,
etc.). Cette eau n’est pas consommée et son volume ne varie pas, afin de maintenir constante la
pression osmotique.
• L’eau extracellulaire occupe les espaces interstitiels entre les cellules, elle est absorbée essentiellement par les racines et par les feuilles, après avoir circulé au travers des vaisseaux libéroligneux.
D’elle dépend la capacité adaptative de la plante au milieu. Quand la température ambiante augmente, la plante utilise l’eau extracellulaire pour l’évaporer par la transpiration des feuilles qui, ainsi,
se refroidissent. Il est à noter que si les feuilles atteignent une température supérieure à 36-37ºC, la
fonction chlorophyllienne s’arrête. Donc les feuilles doivent se refroidir pour pouvoir poursuivre la
photosynthèse des sucres.
Si pendant les mois chauds l’eau extérieure (celle que peuvent absorber les racines et celle contenue
dans l’humidité de l’air) est insuffisante pour la transpiration (demande supérieure à l’offre), la plante
utilise l’eau intracellulaire, ce qui provoque un changement dans la pression osmotique et, par conséquent, modifie le métabolisme de la plante:
• Pour transpirer moins et perdre moins d’eau, la plante réduit la surface foliaire en se débarrassant
des feuilles situées à la base des sarments, par une constriction des vaisseaux conducteurs de la
sève. Ces feuilles deviennent jaunes et tombent.
• Elle déshydrate en partie ou totalement les grains de raisin, qui se rident, s’assèchent et se flétrissent.
Ces raisins ne pourront plus mûrir correctement et affecteront la qualité du vin (forte acidité, tannins
verts, etc.).
En revanche, en cas d’excès d’eau extracellulaire par rapport à ce qui est nécessaire pour la transpiration (plus d’offre que de demande), la plante synthétise des hormones de la croissance et utilise le
sucre des réserves pour grandir. Ceci doit se produire pendant les mois de printemps, lorsque la plante
doit développer toute sa croissance et former la SFE, mais doit être évité à partir de début juillet jusqu’à la récolte du raisin, comme l’explique le paragraphe suivant.
3.3.2 Besoins d’eau d’irrigation pendant le cycle végétatif
Pour que la plante développe correctement son cycle végétatif et que tous les grains de raisin atteignent la maturation adéquate, la quantité d’eau mise à disposition de la plante est fondamentale et doit
être constamment contrôlée:
• Pendant les mois du printemps, la plante a besoin d’eau pour la croissance. S’il ne pleut pas, il
faut lui en fournir par irrigation. Un excès d’eau à cette époque n’a pas de répercussions négatives significatives, si ce n’est le gâchis d’une précieuse ressource. Un manque d’eau empêchera la
plante d’exprimer toute sa vigueur et d’atteindre l’architecture souhaitée. Si quelques sarments ne
grandissent pas suffisamment, la SFE ne se formera pas dans sa totalité et par conséquent ne
captera pas l’énergie du soleil nécessaire pour mûrir correctement toute la production de raisin
souhaitée. De plus, elle sera plus vulnérable en cas de fortes pluies pendant la maturation (fin août
et septembre).
• Pendant le mois de juin, la plante doit réduire son rythme de croissance jusqu’à l’arrêter complètement au début de juillet. La croissance n’est plus nécessaire, parce que l’architecture souhaitée
est déjà formée et elle n’est pas prévue dans les moyens de conduction de la plante; si elle continuait à croître, les sarments finiraient par se plier et la SFE n’augmenterait pas. Les sucres
synthétisés par la fonction chlorophyllienne doivent s’accumuler dans les réserves, en attentant
d’être mobilisés pour la maturation du raisin pendant les mois d’août et septembre. L’irrigation doit
être réduite jusqu’à ce que l’humidité du sol s’éloigne suffisamment de la capacité au champ, afin
que la plante puisse transpirer, pour se refroidir et poursuivre la fonction chlorophyllienne qui lui
permet d’accumuler des réserves de sucre sans pour autant synthétiser des hormones de la croissance qui provoqueraient la consommation de sucres.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 43
Par conséquent, un déficit d’eau de transpiration (stress hydrique) a deux effets pernicieux: déshydratation de la plante, avec perte de surface foliaire et de grains de raisin, et réduction de l’activité photosynthétique, ce qui se traduit par production moindre de sucres disponibles pour la maturation.
• Cette humidité doit être maintenue pendant les mois les plus chauds (juillet et août), c’est pourquoi le dosage de l’irrigation devient plus important: la plante a besoin d’une quantité d’eau précise, ni plus (croissance en détriment des réserves de sucre pour la maturation), ni moins (stress
hydrique et déshydratation de la plante, avec perte de SFE, quand l’humidité du sol radiculaire
baisse jusqu’à un niveau proche du point de flétrissement). Cependant, une pluie excessive ponctuelle en juillet ou au début du mois d’août n’affecte pas toujours la qualité du raisin, puisque la
plante a encore le temps de rétablir son métabolisme et accumuler une quantité suffisante de
sucre.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 44
Humidité du sol, capacité au champ et point de flétrissement
L’humidité du sol est définie comme le poids d’eau présente dans le sol par unité de poids de sol
sec. Si:
Psh: poids de sol humide
Pss: poids de sol déjà sec (en fourneau à 110ºC)
Alors, humidité H (en %) = (Psh - Pss) /Pss * 100
Après des pluies abondantes, le sol peut être saturé en eau (tous ses pores sont pleins d’eau)
jusqu’à une certaine profondeur. Quand les pluies cessent, une partie de l’eau (celle contenue
dans les pores de grande taille) est drainé par gravité vers des couches inférieures, plus ou moins
vite selon la perméabilité du sol. Une fois cette infiltration réalisée, le niveau d’humidité qui reste
s’appelle capacité au champ. Par conséquent, la capacité au champ correspond à l’humidité
maximale que peut retenir le sol lorsque toute l’eau de gravité a migré vers les couches inférieures; c’est pourquoi elle est aussi appelée capacité de rétention d’eau.
S’il n’y a pas de nouveaux apports d’eau, le sol continue à perdre de l’eau par évaporation et par
transpiration des plantes (dans ce cas, les vignes). L’absorption de l’eau par les plantes devient
de plus en plus difficile au fur et à mesure que l’humidité du sol diminue, jusqu’à ce que la plante ne puisse plus absorber d’eau, parce que la force qu’exercent les particules et les sels du sol
est supérieure à celle des racines. L’humidité du sol à ce moment là est appelée point de flétrissement, c’est-à-dire, le degré d’humidité à partir duquel les plantes ne peuvent plus absorber
d’eau.
Dans la «”Licorella” du Priorat, la capacité au champ et le point de flétrissement se situent environ 17% et 7%, respectivement.
- L’humidité du sol, qui est encore suffisamment éloignée de la capacité au champ, doit être concentrée, dans la mesure du possible, sur une bande de 15 cm autour des racines du cep (ce qui
s’obtient par une irrigation enterrée, décrite dans le paragraphe 3.3.4). De cette façon, en cas
de forte pluie, le sol peut l’absorber dans ses couches inférieures, et en quelques jours l’humidité du sol est rétablie telle qu’elle était avant la précipitation. La précision de l’irrigation à cette
période là doit être maximale.
- L’importance d’un rapport élevé entre la surface foliaire effective et le volume de sol radiculaire
du cep (SFE/VSR), propre de l’architecture Mas Martinet, prend ici tout son sens (figure 3.5). En
effet, la nécessité d’eau de transpiration (demande) par unité d’offre dans les racines est suffisamment grande pour absorber une augmentation ponctuelle de l’humidité du sol due à de fortes précipitations. Dans ces conditions, le risque qu’un excès d’eau et une modification du
métabolisme de la plante sous la forme de croissance est beaucoup moins important que dans
le cas d’une plantation avec une demande comparativement plus faible. En général, une plus
grande demande par unité d’offre permet un meilleur contrôle permanent sur la plante, la rendant ainsi moins vulnérable face aux aléas climatiques.
En résumé, la plante doit recevoir juste l’eau dont elle a besoin: s’il lui manque de l’eau, il faut la lui
fournir (irrigation); si elle en a trop, elle doit pouvoir la dissiper de manière efficace. La gestion de l’eau
mise à la disposition de la plante permet de contrôler ses fonctions vitales:
• Contrôle de la croissance (la plante exprime toute sa vigueur et forme l’architecture prévue).
• Contrôle du stress hydrique : les sucres nécessaires pour la maturation s’accumulent et la plante
se maintient hydratée pour conserver en bon état sa SFE et les grains de raisin en développement.
• Contrôle de la maturation: on évite des changements dans le métabolisme par excès d’eau et les raisins
atteignent la quantité et la qualité adéquates de polyphénols, arômes et degré alcoolique probable.
D’une certaine façon, le moment de l’irrigation est aussi important, voire plus, que la quantité d’eau fournie.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 45
• La situation devient critique quand la plante se trouve en pleine maturation (fin août et septembre) car
n’y a plus le temps suffisant pour rétablir un changement de métabolisme. La plante doit diriger le
sucre vers la maturation des grains. Un excès d’eau serait contre-productif, non pas parce que cela
provoquerait l’arrêt de l’accumulation de sucre ni parce que cela rendrait le raisin compact (la morphologie a été déterminée par la répartition de la vigueur et il n’y a plus de multiplication cellulaire dans le
raisin), mais parce que le changement du métabolisme de la plante sous la forme de croissance
laisserait de côté la maturation (cela réduirait l’activité des cellules hypodermiques du grain de raisin,
chargées d’utiliser la radiation solaire pour transformer le sucre en polyphénols, tannins, arômes, couleur, etc.), ce qui aurait des effets négatifs sur la qualité du vin. C’est dans ces moments là qu’il devient
primordial de bien contrôler la situation. Pour ce faire, il faut faire appel à deux mécanismes de bases:
Figure 3.5 Relation entre la surface foliaire effective et le volume de sol radiculaire: un paramètre clé
Treille cordon royat
(2,5x1,2) (exemple indicatif)
Bras de production par
cep=1,2 m
Double treille
Bras de production
par cep=1 m
1 sarment chaque 7 cm
1 sarment chaque 10 cm
14 sarments par cep
0,5m
12 sarments par cep
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 46
SFE de 1 sarment=0,14 m2
SFE de 1 sarment=0,14 m2
1,2m
EP=2 x 0,5=1 m2
VSR=1 m2x 1 m=1 m3
SFE=14 s x 0,14 m2/s=1,96 m2
SFE/EP=1,96
EP=2,5 x 1,2=3 m2
VSR=3 m2x 1 m=3 m3
SFE=12 s x 0,14 m2/s=1,68 m2
SFE/\/SR=0,56
Treille en cercles
Distance entre ceps=0,8 m
Si le chemin se réduit à 2 m:
SFE/\/SR=0,7
Bras de production par
cep=1,88 m
0,4m
1 sarment chaque 7 cm
2,5m
2,0m
26 sarments par cep
SFE 1 sarment=0,14 m2
EP=0,8 x 2,0=1,6 m2
SFE=26 s x 0,14 m2=3,64 m2
SFE/EP=2,27
Notez que, pour chaque type de treille, la relation SFE/VSR ne dépend pas de la distance entre ceps d’une même rangée.
Quand la distance entre rangées de ceps augmente, la relation SFE/VSR diminue. C’est pourquoi, pour avoir une bonne relation SFE/VSR, il est convenable que le couloir entre rangées de ceps soit le minimum compatible avec le passage des machines (plus haute densité de plantation).
3.3.3. Contrôle de l’état hydrique de la plante
La plante fonctionne comme un réservoir d’eau qui, d’une part, l’absorbe du sol et, d’autre part, la
perd par les feuilles.
Quand la vigne utilise l’eau extracellulaire pour transpirer avec plus ou moins d’intensité, elle subit une
réduction de volume. Pendant les moments de faible demande (nuit, jours nuageux), la plante capte
de l’eau de l’humidité du sol par les racines et récupère son volume initial. Cette activité est constante et les contractions qu’elle provoque, de quelques dizaines de microns, peuvent être mesurées dans
le tronc par des capteurs de déplacement appelés dendromètres, fabriqués avec des alliages non dilatables sous l’effet de la température.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 47
Figure 3.6 Oscillations par jour du dendromètre
Dendromètres (pour mesurer les variations du
diamètre du tronc du cep)
Quand l’eau externe est insuffisante, l’amplitude de la contraction quotidienne augmente considérablement, spécialement quand l’eau intracellulaire est mobilisée.
Les amplitudes de contraction quotidiennes du tronc reflètent l’intensité de la demande qui se produit
sur les réserves hydriques de la plante. Entre la valeur minimale d’un jour et la valeur maximale du jour
suivant, l’accroissement correspond à la récupération hydrique plus la croissance végétative.
Les variations du diamètre du tronc (VDT) permettent obtenir deux indicateurs très utiles pour le contrôle hydrique de la plante (figure 3.7): la contraction quotidienne maximale (CQM) et la croissance
quotidienne (CQ). En ajoutant les valeurs dans le temps de ce paramètre, on obtient la croissance quotidienne accumulée (CQA).
CQM
500
400
CQ
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 48
300
Figure 3.7 Indicateurs pour le contrôle
hydrique de la plante à partir des lectures du dendromètre.
Sur l’axe des ordonnées: lecture du
dendromètre en microns
200
Source: Moisés Cohen et al. Nutri-fitos
2003.
100
Jours
La croissance quotidienne (CQ) est un bon indicateur de l’état hydrique de la plante. Lors d’un effort
hydrique prononcé, le diamètre du tronc diminue continuellement, et il n’est rétabli que lorsque la plante dispose à nouveau de suffisamment d’eau pour transpirer.
Conformément aux besoins en eau de la vigne pendant son cycle végétatif décrits dans le paragraphe
précédent, le graphique du dendromètre doit présenter un aspect similaire à celui de la figure 3.8:
• Pendant les mois de printemps, le graphique du dendromètre doit être ascendant. L’indicateur de
croissance quotidienne (CQ) doit être régulièrement positif ou, ce qui est la même chose, la CQA
doit augmenter.
• Pendant les mois chauds et jusqu’à la récolte, le graphique du dendromètre doit être essentiellement plat. La CD est nulle ou faible.
La seule exception peut se produire pendant la véraison (deux ou trois semaines pendant lesquelles le raisin change de couleur, au début de juillet dans la figure 3.8): la concentration de sucre
augmente beaucoup et, avec elle, le potentiel osmotique, ce qui provoque une forte sollicitation
des réserves hydriques de la plante et la diminution du tronc qui en résulte.
Après la véraison, si le dendromètre marque une diminution continue, la plante subit d’un stress hydrique, ce qui met en danger la maturation: il devient nécessaire d’irriguer pour que la plante puisse se
refroidir et que les feuilles ne ferment pas les stomates et arrêtent la Photosynthèse1. Si le graphique est
ascendant, cela indique un apport d’eau trop abondant et l’irrigation doit être réduite ou interrompue.
• Après la récolte, le jour est plus court et moins chaud, et l’humidité naturelle est généralement élevée, il est donc moins pertinent d’irriguer. A ce stade du cycle, on considère plus important de
maintenir les feuilles en bon état phytosanitaire (exemptes de champignons) pour que la fonction
chlorophyllienne résiduelle puisse continuer active. Les sucres synthétisés serviront à reprendre la
croissance au printemps suivant.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 49
Figure 3.8 Graphique du dendromètre équilibrée
En rouge: graphique du dendromètre
En bleu: graphique du senseur d’humidité du sol à 50 cm de profondeur
1
Quelques variétés de raisin ont des comportements de réponse aux paramètres du climat et sol un peu différents de la règle
générale. Un cas très évident est celui de la variété Merlot, tel qu’on a pu vérifier dans les propriétés Mas Martinet dans le
Priorat. Dans des situations de températures élevées et humidité relative basse, la plante n’est pas capable de d’absorber de
l’eau d’irrigation à travers de son système radiculaire pour dépasser le stress, même avec le sol en capacité au champ, ce qui
affecte la photosynthèse et, par conséquent, la qualité du raisin et du vin. L’humidité relative s’avère être le facteur décisif pour
que la plante reprenne son fonctionnement hydrique. L’expérimentation montre que la variété Merlot ne trouve pas son meilleur
potentiel dans des zones semi-arides comme le Priorat (le Merlot provient de la zone de Bordeaux, avec des humidités relatives élevées puisqu’il y a la confluence de deux rivières importantes).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 50
Les données du dendromètre sont très utiles, parce qu’elles permettent de connaître l’état hydrique de la
plante bien avant que les effets d’une éventuelle décompensation deviennent visibles à l’œil nu (croissance excessive, déshydratation du raisin, flétrissement des feuilles, etc.). Notez que plusieurs semaines
peuvent se passer avant que les conséquences des dérèglements hydriques ne deviennent visibles.
3.3.4 Application et contrôle de l’irrigation
Le besoin d’une irrigation de précision qui maintienne le sol à une humidité idéale en continu, sans
gaspillage d’eau, a conduit Mas Martinet à essayer l’installation d’un système d’irrigation goutte-àgoutte enterré. De cette façon, l’eau arrive aux racines plus directement, sans se perdre à la surface
du sol où elle n’est pas nécessaire. À cet effet, on utilise un conduit spécialement préparé pour empêcher que les racines ne l’écrasent ou l’obstruent. Il est équipé de valves de sortie d’eau tous les 40 cm
et il est enterré à 40 cm de profondeur.
Dans une irrigation goutte-à-goutte conventionnelle, le conduit d’eau est placé au-dessus du niveau du
sol. Pour que l’eau arrive aux racines, il est d’abord nécessaire de saturer la partie supérieure du sol, ce
qui engendre des frais d’eau inutiles, aggravés par l’évaporation superficielle qui s’avère parfois très forte.
Tuyau d’irrigation
conventionnel
“goutte-à-goutte”
30
50
Tuyau
d’irrigation
enterré
Senseurs
d’humidité
40
Bande de racines
au niveau du
tuyau d’irrigation
Irrigation conventionnelle “goutte-à-goutte”
Irrigation avec tuyau enterré
Avec l’irrigation enterrée, une zone humide autour des racines est créée.
Cependant, pendant la première année de vie l’irrigation doit être superficielle car les racines ne sont
pas encore complètement développées. À partir de la seconde année, l’irrigation peut déjà être enterrée à 40 cm.
L’irrigation de précision exige une connaissance suffisamment exacte de la quantité d’eau à apporter
au sol à chaque session, c’est à dire, savoir à quel moment il convient de stopper l’irrigation, sans
attendre que la réponse ne vienne de la plante par les lectures du dendromètre.
C’est pourquoi, des capteurs d’humidité sont placés dans le sol à trois profondeurs: 30 cm, 50 cm et
70 cm. Ils donnent les informations nécessaires telles que:
• le moment où l’humidité du sol dans les racines est faible et où la plante va commencer à avoir
des difficulté à capter l’eau nécessaire.
• le moment où on approche de la capacité au champ et où il faut arrêter l’irrigation pour ne pas
saturer les niveaux inférieurs.
La figure 3.9 montre à titre indicatif comment les niveaux d’humidité du sol doivent être maintenus
pendant le cycle végétatif.
Capacité au champ
(17%)
(15%)
(10-12%)
Point de flétrissement
Senseurs pour mesurer l’humidité
du sol à trois profondeurs: 35 cm,
50 cm y 70 cm
(7%)
Av
Ma
Jn
Jl
Ao
Sp
Oc
Figure 3.9 Nivaux relatifs d’humidité du sol qu’il est convenable de maintenir pendant tout le cycle végétatif (indicatif dans la “Licorella” du Priorat)
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 51
Les données des capteurs d’humidité sont transmises par radio jusqu’au bureau de contrôle, où elles
sont traitées et les décisions qui s’imposent sont prises à chaque instant. L’irrigation peut être déclenchée à partir du bureau lui-même et peut même être programmée automatiquement.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 52
L’installation d’irrigation goutte-à-goutte doit aussi se faire avec précision, c’est-à-dire qu’à l’arrêt
de l’irrigation, l’égouttement sur les racines doit cesser immédiatement. Il faut tenir compte du fait que
l’irrigation est installée dans une propriété terrassée avec de fortes pentes, et que l’eau des tubes
supérieurs en raison de la gravité tend à s’accumuler dans les niveaux inférieurs. C’est pourquoi, le
système de valves doit permettre de contrôler l’irrigation dans chacune des hauteurs de l’exploitation.
Il n’est pas acceptable que les ceps de niveaux inférieurs soient plus irrigués que ceux situés dans des
niveaux supérieurs. Au moment de la croissance de la plante ce contrôle rigoureux n’est pas si nécessaire, puisqu’ un excès d’eau ne va pas engendrer de problèmes significatifs, mais à partir de juin il
devient indispensable.
L’expérimentation de Mas Martinet dans le cadre de l’application de l’irrigation de précision et de son
contrôle par des dendromètres et des capteurs d’humidité a été menée en collaboration avec deux
entreprises qui en ont été les fournisseurs:
• Netafim, système Irriwise (fourni en Espagne par Regaber): irrigation goutte-à-goutte, y compris
les applications pour l’irrigation automatique, dendromètres et capteurs d’humidité du sol.
• Adcon (représentée en Espagne par Verdtech): dendromètres et capteurs d’humidité du sol.
Les épisodes de pluies maintiennent l’humidité du sol
et le graphique du dendromètre reste équilibré
Le dendromètre indique risque de stress hydrique pendant le mois d’août. Le risque et les pluies parviennent
à équilibrer la situation
3.4. Ecartement de plantation
Comme il a déjà été indiqué dans le paragraphe 3.3.2, une plus petite distance entre rangées de ceps
réduit l’écartement de plantation (EP) sans altérer la surface foliaire effective (SFE) du cep et, par conséquent, augmente le rapport SFE/VSR. Un rapport SFE/VSR élevé facilite tous les processus de contrôle de la culture, mais surtout celui de la maturation.
La distance entre les ceps d’une même rangée complète la définition de l’écartement de plantation.
Cette distance n’a aucune incidence sur le rapport SFE/VSR, mais elle en a une capitale dans la rapidité avec laquelle se forme l’architecture de la plante:
• Tous les sarments prévus avec leurs dimensions optimales (1,2 m longueur, pour un poids de 45
à 55 gr et une épaisseur de 6 à 8 mm).
• La surface foliaire effective (en moyenne, 0,14 m2 dans chaque sarment) pour que la plante synthétise la quantité de sucres dont elle aura besoin pendant son cycle végétatif.
Plus tôt l’architecture prévue est formée, plus vite l’objectif de production avec la qualité souhaitée est
obtenu. L’expérimentation de Mas Martinet a permis de vérifier que si les ceps d’une même rangée
sont placés plus près, le bras de production se forme plus rapidement (tableau 3.1). On a pu aussi vérifier qu’avec des ceps plus rapprochés, on obtient une distribution plus uniforme des sarments. La
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 53
Irrigation: comparaison entre des gouttiers de qualité et d’autres de fonctionnement irrégulier
vigne est une plante grimpante et elle tend à développer des sarments de plus grande dimension et
densité dans les extrémités du bras de production (plus éloignés du tronc). Si les ceps sont rapprochés, cet effet est moindre.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 54
Tableau 3.1 Influence de la distance entre ceps sur la formation de l’architecture de la plante. Double treille
Distance entre ceps
d’une même rangée
Bras de production
du cep
Bras de production
formés en 3 années
m
1,5
1
0,5
m
3
2
1
%
45
75
100
Avec les ceps à 0,5 m, et en mettant en application la forme de conduction développée par Mas
Martinet et l’irrigation, le vignoble peut terminer le développement de toute la ligne de production la
troisième année. En général, il a été admis en conclusion que l’augmentation de production obtenue
par l’accélération de la formation de l’architecture permettait de compenser largement le supplément
de l’investissement initial dans la plantation.
Dans le cas d’une double treille avec des ceps installés à une distance de 0,5 m, la longueur de bras
de production est de 1 m ; si on maintient des sarments tous les 7 cm, il y a de la place pour 14 sarments, donc le cep doit atteindre une vigueur d’environ 700 gr (45-55 gr/sarment). Pour y parvenir, l’irrigation (et la fertilisation) doit compenser les manques climatologiques et édaphologiques éventuels.
Ainsi, la vigueur souhaitée est distribuée entre des sarments de dimension optimale. En admettant que
la SFE d’un sarment est de 0,14 m2 et que la production pour un premier vin d’élevage de 0,6 kg/m2
SFE (voir le paragraphe 3.5), la production théorique d’un cep serait de:
14 sarments/cep x 0,14 m2 SFE/sarment x 0,6 kg/m2 SFE = 1,18 kg/cep
Si les rangées de ceps sont séparées de 2,5 m, le nombre de ceps par ha sera de 8.000
(10.000/2,5/0,5) et la production de 9 440 kg/ha (8.000*1,18). Si la distance entre les rangées est réduite à 2 m, il est possible de travailler avec des tracteurs plus petits, la capacité productive théorique
atteindrait les 11.800 kg/ha.
En pratique, certains ceps ne s’avèrent pas viables ou n’atteignent pas la vigueur requise par l’architecture maximale de la plante; dans d’autres cas, la distribution des têtes et des bourgeons ne permet
pas de maintenir un sarment tous les 7 cm en moyenne et la vigueur doit être limitée. De plus, afin de
faciliter les tâches de la culture, on tend à rendre égal la vigueur de tous les ceps dans chacun des
secteurs qui marquent la division du vignoble. Pour toutes ces raisons, la production réelle est
généralement entre 60% et 80% de ce qu’elle serait en théorie, c’est-à-dire ce qui correspond à
la SFE obtenue si l’on laisse un sarment tous les 7 cm.
En conclusion, quand on applique des techniques de conduction de la vigueur, l’écartement de plantation est déterminé à partir de trois critères:
• Rapport SFE/VSR élevé.
• Rapidité dans l’obtention de l’objectif de production (en quantité et qualité).
• Passage des engins.
Dans l’ensemble, les techniques Mas Martinet requièrent une forte densité de plantation (deux premiers critères), compatible avec le passage des engins, qui doivent être spécifiquement de dimensions
réduites (tracteur de 1 m de largeur).
3.5. Eclaircissage du cep
La production de raisin avec les concentrations suffisantes pour un vin de garde dépend de la surface foliaire effective, qui détermine la capacité du cep à synthétiser les sucres pour la maturation.
L’expérience de Mas Martinet montre que l’objectif de production avec distribution de la vigueur se
situe entre 0,5 et 0,9 kg de raisin par m2 de SFE. Pour un premier vin, la production devra s’approcher
de la limite inférieure, et s’il s’agit d’un second vin, la référence devient la limite supérieure. Les vins
jeunes accepteraient une limite plus grande.
Cependant, ces valeurs sont une référence basée sur des mesures expérimentales, mais ne sont pas
encore étayées par des preuves scientifiques suffisantes. Il reste encore quelques points importantes à
résoudre en ce qui concerne la qualité des polyphénols et des arômes, et le degré alcoolique probable.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 55
Dans une propriété comptant des milliers de ceps, ces derniers n’atteindront pas touts la vigueur souhaitée en même temps, et il faudra adapter les pratiques de culture jusqu’à ce que ce soit le cas.
C’est-à-dire que lors de la troisième année on aura développé 100% du bras de production, mais il
faudra plus de temps pour atteindre la production théorique du vignoble.
L’expérimentation et les études concernant ces questions vont se poursuivre au cours des prochaines
années.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 56
En revanche, on a désormais la preuve de ce que l’ensemble de techniques de conduction de la
vigueur s’avère efficace pour la synthèse de sucres puisque la production par m2 de SFE peut être
supérieure à celle observée dans une plantation conventionnelle.
Il convient d’être précis, cette production entre 0,5 et 0,9 kg/m2 de SFE peut être obtenue sous forme de
raisins grands et compacts ou raisins petits et séparés. La morphologie ne dépend pas de la production
du cep, mais du diamètre du sarment, qui s’adapte en distribuant la vigueur entre un nombre plus grand
ou plus petit de sarments productifs. D’autres architectures, telles que la vigne en Lyre, sont conçues pour
augmenter la SFE et, de cette façon, la production, sans toutefois influencer la morphologie du raisin.
Avec l’architecture Mas Martinet, chaque cep possède un plus grand nombre de sarments et, par conséquent, produit un plus grand nombre de raisins. Pour adapter la production entre 0,5 et 0,9 kg/m2
SFE, l’éclaircissage du cep est une opération plus importante que dans d’autres architectures (figure
3.10). De l éclaircissage dépend:
• L’obtention d’une maturation souhaitée des grains de raisin (concentration, degré alcoolique probable).
• Le maintient, après la récolte, des réserves suffisantes pour recommencer la croissance l’année
suivante.
Beaucoup de sarments
Beaucoup de raisins
Eclaircissage
Figure 3.10 Avec les techniques
de conduite de la vigueur, l’eclaircissage devient indispensable
De manière générale, il convient d’effectuer l’éclaircissage le plus tôt possible. Il semble en effet insensé
de laisser se développer des grappes qui seront finalement éliminées. C’est l’occasion d’éliminer
également les raisins formés dans les sarments n’ayant pas atteint la croissance optimale, afin d’augmenter le conduit de la plante qui nourrit ces sarments, pour obtenir sa croissance complète l’année
suivante. L’éclaircissage est complété pendant la véraison, avec les raisins à la morphologie plus compacte. Cependant, Mas Martinet est en train de mener des expériences qui permettront de déterminer
l’influence du moment et de l’intensité de l’éclaircissage sur la maturation et le degré alcoolique probable. L’éclaircissage pourrait être adapté en fonction du degré alcoolique souhaité (par exemple, si
on déplace l’éclaircissage jusqu’à la moitié du mois de septembre, tandis que la maturation est déjà
avancée, la maturation de la peau peut se terminer sans que n’augmente significativement le degré
alcoolique probable).
3.6. Synthèse des paramètres de contrôle de base
Lorsque l’on met en application les techniques Mas Martinet, la vigueur des ceps, sa production et la qualité du raisin ne sont plus à la merci des aléas climatiques et des conditions édaphologiques de chaque
vigne, elles peuvent être contrôlées à l’aide de quatre formes d’intervention du viticulteur (figure 3.10):
•
•
•
•
Treille et taille en vert (architecture de la plante).
Irrigation (ou fertirrigation).
Ecartement de plantation.
Éclaircissage.
La qualité du raisin dépend en grande partie de sa morphologie, qui à son tour dépend de l’architecture de la plante obtenue par la treille. En revanche, la production dépend de l’intensité de l’éclaircissage par rapport à la SFE des ceps, selon le type de vin que l’on souhaite élaborer.
Dans l’écartement de plantation, la rapidité avec laquelle on atteint l’objectif de production avec la qualité souhaitée peut être contrôlée par la distance entre les ceps d’une même rangée. La distance entre
les rangées, et l’architecture de la plante, déterminent le rapport SFE/VSR, c’est-à-dire, le rapport entre
la demande et l’offre du cep. Plus la demande est grande par rapport à l’offre, plus grande est la capacité de contrôle face aux conditions climatologiques et édaphologiques, aussi bien pour intensifier ou
accélérer les processus que pour les ralentir ou les arrêter.
2
Avec des techniques de conduction de la vigueur, la moyenne estimée se trouve entre 0,7 et 0,9 grappes par sarment.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 57
Pour chaque variété de raisin, on connaît la fourchette de poids d’un raisin peu compact, produit avec
des techniques de conduction de la vigueur. À l’aide de ce poids, on peut calculer le nombre de raisins à laisser dans chaque cep2 pour respecter la production par unité de SFE.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 58
La différence avec les méthodes de culture les plus communes se trouve dans la façon d’équilibrer la
vigueur du cep avec l’architecture de la plante:
• En général, les méthodes conventionnelles reposent (sans justification précise) sur le fait d’égaler
à la baisse: on limite l’irrigation, on limite les engrais, on cherche des sols à faible fertilité, etc., jusqu’à ce que la vigueur du cep soit suffisamment faible pour être distribuée entre les quelques sarments maintenus dans chaque cep.
• La méthode de conduction de la vigueur se base sur le fait d’égaler par le haut: par des techniques de treille et d’irrigation de précision, on arrive à faire en sorte que le cep exprime toute sa
vigueur variétale de sorte qu’elle se distribue dans un nombre de sarments beaucoup plus grand.
La méthode présente, en outre, un bénéfice ajouté: un rapport SFE/VSR plus élevé aide à rendre
la maturation indépendante des conditions climatologiques.
Figure 3.11 Techniques de conduite
de la vigueur pour obtenir du raisin de
qualité. Paramètres de base et
dépendances.
R1
Répartition de la vigueur
Niveau de précision d’irrigation (R):
R1: plus grand
R3: plus petit
Treille et taille en vert
(conduction du cep et nb. de sarments)
Intervention du viticulteur
Répartition de la vigueur
SFE
Architecture de la plante
Transpirationréfrigération
R2
Écartement de plantation
Synthèse de sucres
SFE/EP
R3
Morphologie
du raisin
Eclaircissage
Transpiration-réfrigération
Maturation homogène
Concentration
Degré alcoolique probable
Raisin de qualité
(qualité basique du vin)
Réserves pour
l’année suivante
3.7. Techniques complémentaires
3.7.1 Couverture végétale
Traditionnellement, la vigne est labourée pour deux raisons principales:
• Fermer les canaux d’évaporation qui se forment dans le sol, afin d’augmenter la rétention d’eau.
• Éliminer les mauvaises herbes, puisqu’elles font concurrence au cep pour l’eau de pluie en périodes de croissance et augmentent le risque de propagation d’épidémies.
• Il casse les grumeaux de sol qui protègent la matière organique de la dégradation aérobie (figure 3.12).
• Il crée une boue superficielle qui empêche la pénétration de l’eau et augmente l’écoulement, et
ainsi le risque d’érosion.
Figure 3.12 Manque de protection physique de la matière organique par l’effet du labourage
Source: La dégradation et désertification des sols en Espagne. Fondation Gas Natural. 2003
Dans certaines plantations, on remplace le labourage par l’application d’herbicides.
Les techniques de conduction de la vigueur ne tiennent pas compte du labourage du vignoble, puisqu’elles sont parfaitement compatibles avec le développement d’une couverture végétale, aussi bien
dans les terrasses que dans les talus. La couverture végétale ne répond pas à un supposé besoin de
réduire la vigueur du cep, en augmentant la concurrence pour l’eau, mais elle apporte de remarquables avantages3:
3
L’implantation d’une couverture végétale est conforme aux recommandations de l’Union Européenne par le biais de la Politique
Agricole Commune (PAC). Concrètement, la lutte contre l’érosion dans des milieux fragiles promue par la PAC favorise la mesure suivante pour les cultures ligneuses en terrasses: “Dans les parcelles avec des pentes moyennes supérieures à 10% et avec
des sols de perméabilité insuffisante, pour éviter les problèmes d’écoulement il sera obligatoire d’établir de couvertures végétales dans le centre des rues, qui couvrent un minimum de 50% de la surface, à partir de la flore spontanée ou en recourant à
l’ensemencement d’espèces cultivées, la correction immédiate des effets ponctuels provoqués par les écoulements produits
par les pluies torrentielles étant obligatoire.” (Voir aussi l’Annexe II du RD 708/2002).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 59
Le labourage présente aussi des inconvénients:
• L’herbe doit être coupée périodiquement (défrichée) pour permettre le travail dans la terrasse et
améliorer les conditions sanitaires de la culture. L’herbe coupée est laissée sur la terrasse et crée
un biotope qui transforme la matière organique en humus, ce qui augmente la fertilité du sol et sa
résistance à la dégradation (érosion, compactage).
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 60
• L’herbe permet l’impact direct de l’eau de pluie sur le sol, ce qui diminue la formation de croûtes
favorables à l’écoulement superficiel. On peut ainsi augmenter l’infiltration d’eau vers les racines
et prévenir l’érosion.
Herbe
10-15 cm
Racines d’herbe
10-15 cm
Couverture végétale
Le développement d’une couverture végétale avec de l’herbe rampante peut se faire de deux façons:
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 61
• Planter l’herbe rampante adéquate (reproduction par des impulsions et des racines peu profondes,
de sorte qu’elle exerce une concurrence uniquement au niveau de l’humidité superficielle du sol,
très éphémère et dont l’incidence est mineure sur la vigne).
• Couper les autres herbes spontanées avant la floraison, de sorte qu’elles ne puissent pas se reproduire, et ne laisser que l’herbe rampante qui finira par coloniser le sol.
Couverture végétale en formation
Herbe rampante
D’autre part, il a été démontré que le labourage dans les terrasses comptant une seule rangée extérieure de ceps finit par réduire la partie inférieure du talus supérieure. La terre remuée s’accumule dans
la partie intérieure de la terrasse, parfois jusqu’à inverser le sens de la pente transversale des terrasses,
ce qui détruit le système de drainage longitudinal, entraînant un risque grave pour la stabilité de l’ensemble des terrasses.
3.7.2 Contrôle de maladies et épidémies
Le risque concernant la vigne vient principalement de trois maladies provoquées par des champignons:
• Oïdium (blanc meunier): les dommages plus importants se localisent dans les grappes, car les fortes attaques provoquent l’arrêt de la croissance de la peau, celle-ci se gerce alors et le fruit se fissure. Il se produit mauvais lignage des sarments favorisant la pénétration de la pourriture grise
(Botrytis cinerea).
• Mildiou: c’est une des maladies les plus connues et les plus graves, puisque, lorsque les conditions environnementales lui sont favorables, elle peut attaquer tous les organes verts de la vigne,
provoquant la perte de 50%, ou plus, de la récolte.
• Botrytis (pourriture grise): elle se manifeste dans les organes herbacés (feuilles, bourgeons et Inflorescences), sur les greffes en chambre chaude de stratification et principalement sur les grappes.
De manière générale, on peut suivre trois stratégies de contrôle de ces maladies:
• Application systématique de produits phytosanitaires à plusieurs stades du cycle végétatif de la vigne,
indépendamment du risque existant. Chaque année les mêmes applications sont renouvelées.
• Modèle collectif: les applications de produits phytosanitaires suivent les instructions d’un organisme de la région vinicole, créé par les gouvernements locaux ou par les associations d’agriculteurs.
Ces organismes basent leurs recommandations sur des modèles généraux d’évaluation du risque,
alimentés par les données climatologiques des stations situées dans la région.
• Modèle spécifique: chaque exploitation apporte un ensemble de données spécifiques de sa propriété à un modèle interactif d’évaluation du risque, ce qui permet d’obtenir des résultats plus
adaptés à la réalité de l’exploitation.
Cette dernière stratégie est celle qui a été tentée, en appliquant un modèle spécifique néerlandais. Le
modèle doit être périodiquement complété par les informations suivantes:
Station météorologique dans la vigne
-
Vitesse de croissance de la plante.
État végétatif (stade du cycle dans lequel elle se trouve).
Cépage (plus ou moins sensible).
Degré de densification ou compactage de la végétation.
Données climatologiques de la propriété. Pour ce faire, il convient d’installer dans la vigne une station météorologique
- Données climatologiques historiques de la station la plus proche ou représentative.
- Conditions particulières de la propriété (présence d’une certaine maladie ou une épidémie dans
une exploitation voisine, un certain cep touché dans la propriété elle-même, etc.).
Le modèle évalue le risque couru par la vigne pour les différentes maladies. Si le risque dépasse un
certain seuil, il faut appliquer un traitement préventif. Si on n’agit pas correctement, le modèle établit
une nouvelle évaluation et peut indiquer l’application d’un pesticide curatif, généralement plus toxique
que le préventif.
Fongicides pour le contrôle des maladies de la vigne
- De contact: ils agissent sur les organes verts qui ont reçu l’impact du produit. Ils sont utilisés
de manière préventive, c’est à dire, pour éviter que la maladie ne s’installe dans la plante.
Lorsque la maladie s’est installée, ils ne servent pas à l’éliminer (ils ne sont pas curatifs). Une
pluie supérieure à 10 l/m2 lave le produit et la plante se retrouve sans protection. Elle présente également l’inconvénient de n’agir que sur les organes traités (avec lesquels il y a eu contact), ceux qui se forment après le traitement ne sont pas protégés.
- Pénétrants: tel que son nom l’indique, ils pénètrent dans les organes traités, c’est pourquoi la
pluie ne les lave pas. Ils ont des effets préventifs et curatifs (une fois que la maladie a affecté la plante). Ils ne protègent pas les parties non traitées.
- Systémiques: ils pénètrent dans les tissus et sont conduits par la sève, et donc ils protègent
aussi les bourgeons qui se forment après l’application. Ils sont essentiellement curatifs et la
pluie ne les lave pas.
Les fongicides préventifs de contact composés de cuivre et soufre sont les plus utilisés. Ce sont
aussi les plus respectueux avec l’environnement, puisqu’il s’agit de principes actifs existants
dans la nature.
Les fongicides pénétrants et systémiques sont synthétiques et, par conséquent, étrangers à l’environnement. Si on les utilise, il faut les alterner pour que les champignons ne deviennent pas
résistants.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 63
Les principales maladies qui attaquent la vigne sont provoquées par des champignons phytopathogènes. Les fongicides utilisés pour le contrôle de ces maladies peuvent être classés, selon
leur mode opératoire sur la plante, en trois groupes:
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 64
Il faut accumuler de l’expérience et suivre une courbe d’apprentissage dans l’utilisation du modèle,
pour introduire les données appropriées à chaque instant et en interpréter les résultats. Mais une fois
qu’on y parvient, le modèle s’avère très efficace et permet d’éviter de nombreuses applications inutiles impliquées par les deux stratégies, tout en épargnant l’environnement et en économisant financièrement. Avec de l’expérience, le modèle spécifique permet une véritable gestion du risque. Par exemple, les résultats de Mas Martinet dans le Priorat pendant l’année 2006 ont été les suivants:
• Traitement systématique de l’oïdium: 6 applications (préventives et curatives); Mas Martinet: 2
applications préventives.
• Traitement systématique du mildiou: 5 applications ; Mas Martinet: aucune.
• Traitement systématique de la Botrytis: 3 applications ; Mas Martinet: aucune.
Le modèle collectif de la région a donné des résultats intermédiaires.
La minimisation de l’utilisation de fongicides par un modèle spécifique peut être considérée comme
suffisamment expérimentée, et avec de bons résultats.
Dans le Priorat, les caves suivent généralement le modèle collectif, tandis que les agriculteurs qui vendent le raisin préfèrent les traitements systématiques pour éviter tout risque, sauf indication contraire
de leur client.
Parmi les autres maladies et épidémies contrôlées mais qui ne sont pas intégrées au modèle, figurent
notamment:
• Mites de la grappe: il s’agit d’une épidémie, dont les dommages sont provoqués par les larves de
la première génération, qui détruisent les boutons floraux, les fleurs et y compris des petits fruits
récemment apparus. Les larves de seconde et troisième génération produisent des dommages
plus graves, voire parfois la perte de la récolte. Un système de pièges permet de compter les papillons, nombre en fonction duquel on décide quand il est nécessaire d’appliquer un insecticide.
• Pourriture des racines: il s’agit d’une maladie causée par le champignon Armillaria mellea qui s’installe dans les racines du cep et en provoque la pourriture. Il affecte des ceps concrets et il se propage seulement par contact entre les racines. Il n’y a pas de traitement. On doit arracher le cep
touché, nettoyer le trou, le couvrir et supprimer l’irrigation. Avant de planter la vigne il faut éliminer
toutes les racines et remuer la terre pour qu’elle sèche, ce qui permet de rendre inactif le champignon.
4. Gestion intégrée durable de la viticulture de montagne
• Dans les terrasses “éco-conçues”, on utilise les deux types de nouvelles treilles de sorte que le sol
est utilisé de façon optimale, facteur clé pour augmenter la productivité des autres facteurs de production. En fonction du profil topographique du terrain naturel, on combine la plantation sur les
talus avec la plantation sur les terrasses proprement dites, afin d’obtenir de meilleurs résultats
• Une fois la plantation terminée, on relève et détermine toutes les informations nécessaires sur l’état
du sol, de la plante et du milieu, pour faciliter la prise de décisions en ce qui concerne l’application
des autres techniques de contrôle de la vigueur. Pour ce faire, on instaure un contrôle intégral de la
vigne.
Une des caractéristiques principales de cette viticulture correspond au contrôle de la maturation des
grains de raisin, de façon homogène et le plus indépendamment du climat.
4.1. Productivité du sol: plantation sur la terrasse ou sur le talus
Comme il était expliqué dans le paragraphe 2.2.1, une des conditions fondamentales dans la conception des terrasses exige la limitation de la hauteur du talus pour en assurer l’intégration dans le paysage. Une fois fixée, cette hauteur doit se maintenir constante dans toute la longueur des terrasses.
De cette façon on réussit à obtenir des terrasses ayant toutes une pente uniforme de 3%, qui permet
d’évacuer les eaux de pluie de manière contrôlée et prévenir ainsi l’érosion.
D’autre part, la pente du talus des terrasses ne doit pas dépasser un maximum à partir duquel le risque d’instabilité est important. Ce maximum théorique, qui peut être estimé par des essais de coupure
du sol suffisamment représentatifs, doit tenir compte en plus d’un coefficient de sécurité. Comme il a
déjà été mentionné, la grande expérience de Mas Martinet en matière de construction de terrasses
dans le Priorat a permis de démontrer que les talus peuvent être sûrs1 jusqu’à 65º d’inclinaison, pourvu qu’on applique la technique constructive décrite dans le paragraphe 2.2.3.
1
Dans certains vignobles on est parvenu à construire à 70º avec de bons résultats
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 65
L’intégration des techniques de terrassement avec celles de conduction de la vigueur permet de développer une viticulture de montagne durable du point de vue environnemental, économique et social, à
partir de deux critères fondamentaux:
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 66
Puisque les terrasses doivent avoir une largeur minimale pour le passage des machines (1,3 m) et
constante, la plus grande difficulté pour maintenir la hauteur du talus inférieur à 1,5 m, sans que son
inclinaison soit plus grande que 65º, se rencontre dans la zone de la propriété où la pente naturelle est
maximale. Si dans les autres zones de la propriété, la pente naturelle diminue, on pourra maintenir la
hauteur du talus en atténuant son inclinaison.
Par conséquent, la construction des terrasses doit commencer par la zone de la propriété où la pente
naturelle est maximale. C’est ici que l’on doit décider si on plantera la vigne sur la terrasse ou sur le
talus, car cette décision déterminera la hauteur de la pente et, puisque cette hauteur devra être constante, elle déterminera aussi la plantation en terrasse ou en talus, si la pente naturelle diminue toute
au long des terrasses.
Pour prendre cette décision de base, il convient d’abord de fixer les conditions de conception des
terrasses. Comme il était expliqué dans le paragraphe 2.2, dans l’état actuel de l’expérimentation, Mas
Martinet applique les suivantes conditions de conception:
• Hauteur maximale de pente: 1,5 m (2 m, si on plante sur le talus).
• Largeur des terrasses: 1,3 m.
• Inclinaison maximale du talus: 65º.
• Longueur maximale du talus pour des inclinaisons peu prononcées (à titre indicatif, < 25%): 11 m.
• Longueur maximale de la pente pour des inclinaisons > 25% : 6 m.
• Type de treille: double treille quand on plante sur le talus, et treille en cercle quand on plante sur
la terrasse (on peut aussi utiliser la double treille, spécialement si les terrasses ont une forme peu
sinueuse).
Une fois fixées ces conditions, deux cas peuvent se présenter par rapport à la pente naturelle du
terrain:
• la pente naturelle se maintient sensiblement constante le long du parcours longitudinal des terrasses
(bien qu’elle puisse transversalement varier, dans la direction sommet-vallée).
• la pente naturelle diminue de manière significative tout au long du développement des terrasses.
Dans le premier cas, la meilleure solution consiste à planter dans la terrasse quel que soit la pente
naturelle (tableau 4.1).
Pente naturelle (%)
20
30
40
50
60
Largeur terrasses (m)
1,3
1,3
1,3
1,3
1,3
Inclinaison talus (º)
32
43
51
58
62
dans la terrasse Hauteur talus (m)
Longueur talus (m)
avec cercles
0,38
0,57
0,77
0,95
1,15
0,7
0,8
1,0
1,1
1,3
52
52
52
52
52
24.504
24.504
24.504
24.504
24.504
1,3
1,3
1,3
1,3
1,3
Plantation
Nb.de terrasses par ha
SFE théorique (m2/ha)(1)
Largeur terrasses (m)
Plantation
Inclinaison talus (º)
sur le talus
Hauteur talus (m)
avec double
treille
14
22
32
42
52
1,31
1,51
1,44
1,46
1,47
Longueur talus (m)
5,4
4,0
2,7
2,2
1,9
Nb.de terrasses par ha
15
19
27
34
40
18.371
17.796
16.774
16.605
16.920
19.757
19.036
18.629
18.680
18.856
SFE théorique
(m2/ha)(2)
SFE théorique
(hauteur talus <2 m)
SFE théorique: surface foliaire effective de tous les ceps plantés dans 1 ha; calculée pour des sarments de 0,14 m2 de SFE,
avec une séparation moyenne entre sarments de 7 cm.
(1) Le facteur limitant est la projection horizontale du talus (paramètre p dans la figure 2.2), qui doit être supérieure à 0,6 m,
pour que le cercle de la terrasse supérieure ne gêne pas le passage dans la terrasse inférieure (avec suffisamment d’espace). Ceci empêche de faire des talus de plus grande inclinaison.
(2) Le facteur limitant est la hauteur du talus (maximum 1,5 m), qui empêche de faire des talus de moindre inclinaison. Si la
hauteur du talus se limite à 2 m, la SFE résultante augmente jusqu’aux valeurs de la file inférieure.
Si le long des terrasses la pente diminue, l’inclinaison du talus devra aussi diminuer pour maintenir la
hauteur constante, de sorte que la projection horizontale de la pente (distance entre deux terrasses
consécutives) augmentera. Avec cette nouvelle géométrie, on a le choix entre continuer à planter sur
la terrasse ou changer de la terrasse au talus. En fonction de la pente maximale et de l’amplitude des
variations longitudinales de la pente, la meilleure solution ne sera pas la même. Pour obtenir un résultat précis, il est nécessaire d’établir un modèle en trois dimensions, qui permette d’introduire la topo-
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 67
Tableau 4.1 Comparaison entre plantation sur talus et sur terrasse, avec pente naturelle constante
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 68
graphie du terrain et les conditions de conception des terrasses. Cependant, à partir d’un modèle bidimensionnel on peut établir des critères d’orientation:
• Si la pente moyenne du terrain est seulement un peu plus petite que la maximale (par exemple,
jusqu’à 33% plus petite), il conviendra de planter tout le vignoble sur la terrasse.
• Si la pente moyenne du terrain est beaucoup plus petite que la maximale (par exemple, à partir de
66% plus petite), il sera bon de planter tout le vignoble sur la pente.
• Dans les cas intermédiaires, il sera bon de commencer à planter sur la terrasse et de changer pour
le talus à partir d’un point du développement du vignoble qui dépendra de la valeur de la pente
moyenne: que la pente moyenne soit la plus éloignée de la maximale, avant il sera bon de changer pour planter sur le talus.
Dans tous les cas, il faut tenir compte du fait que planter sur le talus complique les tâches de viticulture:
• l’irrigation de précision des ceps intermédiaires (qui ne sont pas sur la terrasse, mais sur le talus)
est plus compliquée en raison de la pente.
• l’accès aux ceps intermédiaires peut demander de monter à pied par le talus. Si la pente du talus
surpasse le 30-35%, il est nécessaire de construire des escaliers.
Mais cela présente aussi des avantages:
• La hauteur des pentes est plus grande, donc il faut construire moins de terrasses.
• La double treille est moins chère que la treille avec des cercles.
En général, on convient de ne planter sur le talus que lorsque le gain de SFE est significatif (par exemple, supérieur à 15%), bien que cela dépende du critère de chaque viticulteur.
Une façon de faciliter la culture en talus consiste à ne planter que les deux ceps extrêmes dans les terrasses et à laisser la plante liane développer son bras de production tout le long du talus sans cep intermédiaire. Dans l’objectif de cette méthode, Mas Martinet est en train d’étudier deux points importants:
• Par l’irrigation, est-il possible d’accélérer la croissance de la plante pour former tout le bras de production en un nombre d’années réduit?
• Dans quelle mesure la qualité du raisin varie à mesure que les sarments s’éloignent du cep?
Le fruit de ces expériences n’est pas encore disponible.
• Terrasses conventionnelles avec les caractéristiques suivantes:
- Largeur de terrasse: 2,3 m (2 rangées de ceps dans chaque terrasse).
- Inclinaison du talus: 45º (100%).
- Formation: cordon royat.
• Terrasses Mas Martinet et treille en cercles sur la terrasse.
• Terrasses Mas Martinet et double treille sur le talus.
Dans tous les cas, on a tenu compte d’une pente naturelle du terrain constante, à 40%.
Comme le montre l’expérience, on admet que la SFE réelle correspond à 65% de la théorique (voir le
paragraphe 3.4). Cela se produit également dans les plantations conventionnelles, puisque certains
ceps ne sont pas viables et d’autres n’atteignent pas la SFE attendue.
De façon cohérente avec le tableau 4.1, la treille en cercles fournit les meilleurs résultats. Un peu plus
d’1 ha de terrain sont nécessaires pour produire 10.000 kg de raisin de qualité. La plantation conventionnelle a une productivité plus faible et plus de 3 ha de terrain sont nécessaires.
Notez que si on ramasse 6.000 kg/ha dans une plantation conventionnelle comme celle mentionnée,
la production résultante par m2 de SFE est de 1,3 kg, très élevée pour élaborer un vin de qualité, capable
de supporter un bon processus de vieillissement. Le paramètre important n’est pas la production par
ha, ce à quoi se limitent souvent les réglementations, mais la production par m2 de SFE réellement
développée par les ceps productifs.
Autrement dit, pour chaque terrain, variété, climat, etc., on peut évaluer le meilleur rapport entre SFE
et production de raisin de qualité, mais il n’existe aucun rapport optimal par ha. Comme les paragraphes précédents l’ont indiqué, il convient de rappeler que la production n’est pas liée au nombre de
sarments, mais à la SFE; le nombre de sarments dépend de la vigueur du cep qui permet d’obtenir
des raisins avec la morphologie dont dépendra la qualité.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 69
Pour apporter la preuve de l’augmentation de la productivité obtenue en associant les techniques de
terrassement avec celles de conduction de la vigueur, le tableau 4.2 compare la surface de sol nécessaire pour produire 10.000 kg de raisin (équivalent à peu près à 8.600 bouteilles de vin), dans les trois formes de culture:
Tableau 4.2 Comparaison de la productivité de plusieurs conceptions de vigne de montagne
(pente naturelle du terrain: 40%)
Terrasses
Conventionnelle
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 70
Treille
Mas Martinet
Cordon
royat
Double treille
sur le talus
Cercles dans
la terrasse
Inclinaison talus
º
45
32
55
Largeur terrasse
m
2,3
1,3
1,3
Nb. de terrasses
u/ha
26
27
52
Hauteur du talus
m
1,5
1,4
0,7
Longueur de bras de
production par ha
m/ha
5.200
8.180
12.252
Nb. de ceps
u/ha
4.333
8.180
6.500
Nb. théorique de sarments
u/ha
52.000
116.862
175.032
SFE par sarment
m2/u
0,14
0,14
0,14
SFE théorique par ha
m2/ha
7.280
16.361
24.504
SFE réelle par ha (65%)
m2/ha
4.732
10.634
15.928
Production réelle de qualité
(premier vin) (1)
kg/m2
0,6
0,6
0,6
2.839
6.381
9.557
3,5
1,6
1,1
Production réelle de qualité
(premier vin)
Superficie nécessaire pour
produire 10.000 kg par an
(1) Voir paragraphe 3.5
kg/ha
ha
4.2. Contrôle intégral de la vigne
Une fois la plantation développée, tous les ans il faut gérer la culture:
Dans le but de compiler et relever les informations nécessaires à tout moment pour la prise de décisions relatives à la gestion de la culture, le vignoble est divisé en parcelles susceptibles de se comporter de manière semblable en ce qui concerne la vigueur et sa réactivité face à l’irrigation:
Dendromètre et senseur d’humidité du sol
• Conditions édaphologiques (fertilité, porosité, etc.).
• Cépage.
• Irrigation enterrée ou superficielle.
Les parcelles obtenues auront une surface variable selon chaque cas (par exemple, de 0,5 ha. à plusieurs ha).
Pour adapter la vigueur des ceps, chaque année, pendant la taille d’hiver, on suit la méthodologie suivante:
• Dans chaque parcelle, on choisit au hasard 30 ou 35 ceps témoins.
• Les sarments de chaque cep témoin sont classés selon leurs dimensions et sont pesés pour déterminer la vigueur. En fonction des résultats, on décide de la règle d’irrigation (fertirrigation) et on
détermine les objectifs de production de la parcelle pour l’année suivante.
Comme il a déjà été indiqué, une fois que le cep a développé tout le bras de production, il faut parfois plusieurs années avant de parvenir à une production proche de ce l’objectif fixé.
Pour obtenir les informations d’aide aux décisions d’irrigation, dans chaque parcelle on installe:
Transmetteur de données de la vigne au
bureau central
• 2 dendromètres, dans deux ceps représentatifs.
• 2 capteurs d’humidité du sol, situés près des dendromètres.
• 1 transmetteur de radio: il envoie les lectures des dendromètres et des capteurs à l’ordinateur central, là où est contrôlée l’exploitation de la propriété.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 71
• Adapter la vigueur des ceps à celle nécessaire à la formation de l’architecture propre à la plante à
l’aide des techniques de conduction de la vigueur.
• Décider du moment et de la durée de l’irrigation.
• Appliquer les traitements nécessaires pour le contrôle des maladies et épidémies.
On installe, en outre, une station météorologique dans la vigne (valable pour toutes les parcelles), équipée pour mesurer les paramètres suivants:
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 72
•
•
•
•
•
•
•
Température ambiante.
Température du sol.
Pluviométrie.
Humidité relative.
Intensité et direction du vent.
Humidité des feuilles de la vigne.
Radiation solaire.
La station météorologique2 assure diverses fonctions:
• Compléter les informations des dendromètres et des capteurs pour gérer l’irrigation.
• Obtenir des prévisions météorologiques utiles pour planifier les tâches de viticulture.
• Apporter les données dont le modèle de contrôle de maladies et épidémies a besoin.
Les informations mesurées par les appareils installés dans la vigne sont transmises à l’ordinateur central, où elle sont stockées et traitées pour faciliter la prise de décisions en temps réel. Les ordres d’irrigation de chaque parcelle peuvent être également être émis à partir du contrôle central, agissant sur
Figure 4.1 Technologies de l’information appliquée à la viticulture
Prise de décisions en temps réel
1 ANALYSE
Station météo
bureau
2 ACTION
Dendromètre
Humidité
sol
Électrovalve
L’expérimentation de Mas Martinet relative aux stations météorologiques a été réalisée avec la collaboration de l’entreprise
Adcon (représentée en Espagne par Verdtech).
2
les électrovalves qui ouvrent ou ferment le passage de l’eau dans les différents niveaux de la propriété. Le système enregistre le début et la durée de l’irrigation dans chaque niveau et parcelle, ainsi que
le débit d’eau utilisé.
De cette façon, au fil de l’expérience accumulée et à l’aide de modèles relationnels et d’interprétation
de données, on peut améliorer de façon continue la productivité, la qualité, l’économie de ressources
et la protection environnementale.
Ces techniques sont spécialement adéquates pour les plantations de montagne, généralement de petite
taille (de quelques hectares à quelques dizaines d’hectares). Le potentiel d’application dans de grandes
exploitations, de centaines ou de milliers d’hectares, est moindre. En effet, ces dernières tendent à introduire des critères d’entreprise de standardisation de processus, faciles à répéter de façon systématique.
4.3. Viticulture de montagne éco-efficace
Les techniques Mas Martinet permettent de parvenir à une viticulture éco-efficace. C’est-à-dire une
viticulture qui augmente la valeur ajoutée économique en même temps qu’elle diminue les impacts
environnementaux, en limitant l’utilisation de ressources naturelles et en anticipant sa dégradation ou
pollution (on apporte plus avec moins).
Par exemple, une cave peut obtenir ainsi sa production de bouteilles de vin, qu’elle établit en fonction
de considérations d’entreprise et de marché, en occupant beaucoup moins de sol qu’à partir des techniques conventionnelles. L’efficacité dans l’utilisation du sol a des conséquences environnementales
de grande importance comme la préservation du paysage, la réduction de l’érosion, l’économie d’eau
et d’engrais, etc. En même temps, la qualité du raisin en augmente la valeur, et cela s’obtient en réduisant la dépendance aux conditions climatiques.
4.3.1 Durabilité environnementale
L’intégration des techniques de conception/construction de terrasses et de conduction de la vigueur, en
même temps que les techniques complémentaires de couverture végétale et prédiction de maladies, permettent de développer une viticulture de montagne environnementalement durable. Le tableau 4.3 récapitule les bénéfices environnementaux, qui ont été exposés en détail tout au long du manuel.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 73
Toute l’information qui est relevée, soit par des dispositifs automatiques (par exemple, débit d’irrigation ou variations du dendromètre) soit manuellement (dimensions des sarments, applications de pesticides, etc.) doit être enregistrée et fait l’objet d’une comptabilité analytique, car ce qui n’est pas
mesuré ne peut pas être géré. Il s’agit finalement d’obtenir la traçabilité de la qualité de chaque partie du
raisin et du vin avec les décisions prises en matière de gestion de la culture.
Tableau 4.3 Synthèse des bénéfices environnementaux
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 74
Bénéfices/techniques
Conception
Conduction de la
Couverture
Modèle de
optimisée vigueur et fertirrigation végétale dans
prédiction
des terrasses
de précision
terrasses et talus de maladies
Préservation
du paysage
IIntégration harmonique
des terrasses. Usages
du sol en mosaïque,
sans monopolisation
par la vigne
X
Conservation
du sol et de
sa fertilité
Prévention de
l’érosion, compression
et perte de matière
organique
X
X
X
Minimisation
Prévention
d’écoulements et lixiviés
de la
contamination contaminants (nutriments, toxiques)
X
Production supérieure
et inférieure (raisin) avec
moins de facteurs de
production (sol, eau,
fertilisants, plaguicides)
X
Productivité
des
ressources
supérieure
X
X
X
4.3.2 Durabilité économique et sociale
La viabilité économique des techniques visant la durabilité environnementale a été évaluée dans deux
cas hypothétiques:
• Petite exploitation (2 ha) d’un agriculteur autonome qui travaille sa propre vigne et vend le raisin à
un producteur de vin. Il dispose d’un petit tracteur. La cave lui fournit les informations de base pour
la prévention de maladies et les règles d’irrigation.
• Exploitation de 15 ha. d’une entreprise productrice de vin. Elle emploie du personnel pour les
tâches liées à la culture. Elle dispose de ses propres engins et d’un bureau central pour le relevé
des informations et la prise de décisions.
La vigne est située dans un terrain avec une pente naturelle de 40%, sur des terrasses de 1,3 m de
largeur et avec des treilles en cercle. Dans les deux cas on applique des techniques de gestion intégrée Mas Martinet. La production désirée réelle par ha. est fixée en 9.500 kg/a (voir le tableau 4.2). On
part de l’hypothèse que la production de raisin évolue de la manière suivante:
• Année 1: 0% de la production objectif réelle.
• Année 2: 30%.
• Année 3: 80%.
• Année 4: 100%.
Tableau 4.4 Hypothèse de production pour l’évaluation économique (conduction de la vigueur)
Type d’exploitation
Agriculteur autonome
Entreprise vinicole
Vigne
ha
Nb. de parcelles
Production réelle
Kg/a
2
15
1
8
19.000
142.500
Le tableau 4.6 montre l’investissement et les coûts d’exploitation annuels dans les deux cas supposés.
Pour le calcul des résultats économiques, on émet les hypothèses suivantes:
• Inflation constante de 2,5% annuel.
• L’agriculteur effectue la totalité de l’investissement avec son capital propre.
• L’entreprise finance 40% de l’investissement à un intérêt nominal de 5%, avec des règlements trimestriels (5,1% TAE - Taxe Annuelle Équivalente) et 0,25% de commission d’ouverture.
• Le prix de vente ou valeur du raisin est de 1,4 euros/kg.
Les résultats économiques sont résumés dans le tableau 4.5.
Tableau 4.5 Viabilité économique du vignoble avec les techniques Mas Martinet
Agriculteur
TRI du projet à 20 ans
TRI financier (avec endettement)
Période de retour de l’investissement
Bénéfices avant les impôts, quand
la production but a été atteinte
%
%
années
euros
(euros 2007)
9,6
Entreprise
11
0,24
0,35
20
20.000
50.000
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 75
Les objectifs de production sont résumés dans le tableau 4.4.
Les bénéfices annuels de l’agriculteur peuvent être considérés comme suffisants. L’entreprise a un TRI
(taux de rentabilité interne) faible, puisque son activité principale est la vente du vin.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 76
Outre la valeur ajoutée environnementale et économique, directe et indirecte, les techniques Mas
Martinet contribuent également à la durabilité sociale avec deux contributions spécifiques remarquables:
• La quantité et la qualité de la récolte de raisin, on parvient à les rendre indépendantes, en grande
partie, des aléas du climat. Cet aspect, associé à la haute productivité des ressources, assure une
solide viabilité économique, avec de bonnes conditions pour supporter les variations du marché.
La stabilité de l’emploi y gagne également.
• Le recours aux technologies de l’information, aux systèmes de comptabilité analytique et environnementale, à la gestion de la culture basée sur des modèles relationnels et d’interprétation de données, exige un important effort intellectuel, susceptible d’être constamment adapté et amélioré.
Par conséquent, on crée des postes pour des emplois plus qualifiés, associés à de plus grandes
possibilités de formation continue dans diverses matières et, donc, plus attrayants pour les jeunes, en particulier, plus accessibles aux femmes.
D’autre part, les techniques d’accès aux terrasses et de contrôle phytosanitaire améliorent la sécurité
du travail des employés.
Tableau 4.6 Investissements et coûts d’exploitation pour l’évaluation économique des techniques Mas Martinet
Investissement
Terrassement (inclue débroussement
d’arbres et arbustes, élimination de
racines et déchiquetage de pierres)
Ceps
Treille
Machinerie
Caisses et autres outils
Réservoir d’eau d’irrigation
Installation d’irrigation (inclue cabane,
réservoirs de fertilisants, bombes,
programmateur, etc.)
Station météorologique +
contrat prévision d’épidémies
Senseurs d’humidité du sol
+ dendromètre + registre et
transmission de données (datalogger)
Amortissement (a)
Dépréciation (a)
2 ha
15 ha
30.000 euros/ha
20
60.000
450.000
1euro/cep
5 euros/cep
Tracteur, remorque, plaguicides
20
20
13.000
65.000
9.0000
4.000
24.000
97.500
487.500
30.000
8.000
54.000
15
24.000
180.000
15
0
6.000
10
3.000
24.000
202.000
1.337.000
0
1.200
450
0
500
2.150
90.000
9.000
1.500
3.000
5.000
108.500
10
10
20
12.000 euros/ha
2 points de mesure x parcelle
Total investissement
Coûts d’exploitation
Personnel
Produits phytosanitaires
Entretient de la machinerie
Prévision maladies et entretient des équipes
Divers (assurances, consommables, etc.)
Total coûts
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 77
Pente naturelle: 40%. Terrasses: inclinaison du talus: 52º, largeur de terrasse: 1,3 m, 5.200 ml de terrasse/ha
Treille: cercles de 0,6 m de diamètre, chaque 0,8 m; bras de production d’un cercle = 1,88 m, SFE = 3,6 m2/cercle; nb. de sarments = 26 sar/cep
Nombre de cercles/ceps par ha = 6.500 (5.200/0,8); SFE théorique= 24.500 m2/ha; production réelle: 9.500 kg/ha
Vigne de 2 ha: 1 parcelle. Exploitation d’un agriculteur autonome qui vend le raisin à un producteur de vin
Vigne de 15 ha: 8 parcelles. Exploitation d’une entreprise productrice de vin
Certaines nouvelles vignes en terrasses ne sont pas durables environnementalement, puisqu’ elles
s’intègrent mal dans le paysage et sont exposées à l’érosion et au glissement de talus. D’autre part,
l’obtention de raisin de qualité dans les nouvelles exploitations conventionnelles repose, en général,
sur le fait de maintenir une faible productivité du sol, et le type de treille et d’écartement de plantation
qu’elles emploient conduit à un rapport entre l’offre et la demande du cep très important. Tout cela les
rend vulnérables aux crises de marché et aux épisodes climatologiques exceptionnels. La fragilité économique des nouvelles plantations est précisément une barrière empêchant les petits agriculteurs
d’assumer les investissements plus élevés appelés par la construction de terrasses environnementalement optimisées.
Les techniques traditionnelles de culture sont maintenues dans les nouvelles exploitations en raison
de ce qu’on pourrait appeler le mythe de la technologie:
• Sur le marché actuel, il est plus simple de justifier le prix du raisin par une faible productivité que
par l’application de technologie. De cette façon, on favorise les vins dont la qualité vient du
“terroir”, c’est-à-dire, des conditions climatologiques et édaphologiques propres à un lieu déterminé et unique. Les personnes ne peuvent pas dominer la qualité du vin, qui dépend exclusivement de facteurs naturels. Technologie et qualité sont peu compatibles.
Cette stratégie commerciale est de plus en plus fragile et finira par nuire aux régions qui la défendent, qui ne pourront pas concurrencer le nouveau monde et les régions européennes qui ajouteront
à un bon “terroir”, le contrôle de la culture avec les connaissances et la technologie adéquates.
• Parfois, on préfère continuer avec les méthodes traditionnelles parce qu’elles ne requièrent pas de
connaissances spécifiques, au-delà de l’expérience héritée des ancêtres. Par exemple, si on irrigue, en plus des investissements, il est nécessaire de savoir à quel moment il faut irriguer et en
quelle quantité. Si on n’irrigue pas, on n’a besoin d’aucune connaissance, la climatologie décide.
Dans ce contexte, il ne faut pas confondre la viticulture intensive en technologie (énergie), basée sur
des processus normalisés et répétitifs faciles à mécaniser, avec la viticulture intensive en connaissance, où la technologie est seulement un moyen qui aide à augmenter la productivité des processus
semiartisanaux, avec un traitement différencié pour chaque partition du vignoble et, parfois, pour chaque cep.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 79
5. Conclusions
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 80
A une époque où les connaissances biochimiques, édaphologiques, météorologiques et hydrauliques
ainsi que les technologies de la communication et traitement de données ont tellement progressé, les
pratiques de la viticulture ne peuvent pas rester ancrées dans le passé. Il est nécessaire que beaucoup de zones vinicoles de montagne se posent la question “pourquoi ainsi et non d’une autre façon”.
L’innovation et, en particulier, l’éco-innovation doit avoir un rôle plus important dans la viticulture.
Le manuel présente les techniques de terrassement et de conduction de la vigueur développées par
Mas Martinet au cours des dernières 15 années, avec le soutien final du projet Life. Les techniques décrites ouvrent la voie à une viticulture de montagne durable, c’est-à-dire, respectueuse de l’environnement,
économiquement viable et stable, et socio-culturellement bénéfique et acceptée. Elles permettent en
particulier de préserver le sol et le paysage, tout en augmentant la productivité de la vigne et la qualité du raisin et créant des postes de travail qualifiés, ouverts aux femmes. L’innovation durable de Mas
Martinet peut aussi être utile pour promouvoir la culture du vin et le tourisme œnologique.
Le contrôle sur la maturation du raisin permet de laisser dans mettre en second plan le terme de
“terroir” et la variété, pour donner le rôle principal à l’intervention humaine comme une forme d’incidence intelligente qui facilite le travail de la nature et de sensibilité pour la composition des vins.
Les techniques qui sont décrites dans le manuel donnent leurs meilleurs résultats lorsqu’elles sont
appliquées ensembles, c’est-à-dire, de façon intégrée. Elles sont valables pour touts les types de vignoble, mais leur principal champ d’application se trouve dans les petites ou moyennes exploitations,
aux variétés de raisin vigoureuses (par exemple, les variétés autochtones du Priorat de Grenache et
Carignan). Dans des terrains plats, qui ne requièrent pas de terrassement, les techniques de conduction de la vigueur sont aussi indiquées pour optimiser la production, aussi bien en quantité qu’en qualité.
En définitive, l’expérience vécue par Mas Martinet est une contribution très importante à la durabilité
d’une activité stratégique pour l’Europe méditerranéenne et, en particulier, pour la Catalogne: la production de vins de grande qualité issus viticulture de montagne.
Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir. Il est nécessaire de poursuivre les recherches pour
adapter de plus en plus les techniques développées et compléter la documentation scientifique. Les
expériences menées au cours des 15 dernières années permettent d’affirmer qu’on va dans la bonne
direction et que ça vaut la peine d’approfondir.
Corollaires
• La productivité est fondamentale pour le développement économique, et la connaissance est le
facteur clé de l’amélioration de la productivité. Or, une économie basée sur la connaissance suppose une grande exigence auprès des agents de production, des administrations publiques et, enfin,
des personnes, qui doivent consacrer du temps et des efforts pour améliorer leur qualification. La
formation continue devient indispensable.
• La dichotomie entre environnement et développement est, en général, un faux problème, pourvu
que les agents publics et privés impliqués aient la volonté de la dépasser et engagent les ressources nécessaires pour l’(éco)innovation. S’il est ainsi, l’environnement agit comme révulsif pour l’innovation, l’efficience et la productivité, et ce qui était perçu comme une barrière se transforme en
une véritable opportunité.
• Innover amène souvent à se questionner sur la façon traditionnelle de faire les choses. Pour faciliter l’innovation, il est primordial que les normes qui régissent tout cadre, comme c’est le cas de
la viticulture, dressent des objectifs finaux, mais offre également une marge de liberté ou soient
suffisamment souples en ce qui concerne les moyens qui permettront d’atteindre ces objectifs.
• L’équilibre entre identité et mondialisation, entre culture et économie, est une forteresse pour l’innovation et la durabilité, qui doit être exploitée au maximum de ses possibilités.
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 81
• L’innovation technologique est une voie pour l’accroissement de la productivité, mais elle doit être
respectueuse de l’environnement, économiquement viable et socio-culturellement acceptable.
Variété Muscat au Penedès (vigne sur plat)
Cep en vase sans modifier
Cep modifié avec treille en cercle
- Roser Cots i Folch. Département d’Environnement et Sciences du Sol. Université de Lleida
- José A. Martínez Casanovas. Département d’Environnement et Sciences du Sol. Université de Lleida
- Òscar Borràs. Conseil Régulateur de la Dénomination d’Origine Qualifiée Priorat
- Gabriel Escarré. Services Territoriaux de Tarragona. Département d’Environnement et Habitat
de la Generalitat de Catalunya (Gouvernement catalan)
- Roger Pascual i Garsaball. Agro-3
- Francesc Primé Vidiella. Agro-3
- Pere Sala i Martí. Observatoire du Paysage
- Joaquim Aguado. Coll de la Teixeta
- Lluís Giralt Vidal. Station de Viticulture et Œnologie. Institut Catalan de la Vigne et du Vin
Manuel de téchniques pour une viticulture de montagne durable - 83
Remerciements
Av. Maria Cristina s/n - Palau de la Metal·lúrgia
08004 Barcelona
Tel: (34) 93 233 23 09
[email protected]
www.forumambiental.org/life.html
DOMAINE DE CABASSE

Documentos relacionados