Sommaire - France Laser

Comentarios

Transcripción

Sommaire - France Laser
Sommaire
Sommaire:
P. 02
Quelles sont les contre-indications ?
Ca ne marche que pour une pilosité réduite ou faible?
Y a-t-il des précautions à prendre ?
Peut-il y avoir des réactions secondaires ?
Quelle différence avec l’épilation électrique ?
Est-ce que cela fait mal ?
Combien de temps dure la séance ?
Comment sera la repousse entre les séances ?
Est-ce grave si j’oublie de faire une séance ?
L’épilation sera-t-elle toujours réellement et
complétement définitive ?
Dois-je prévoir des séances d’entretien ?
Oser le laser
J’y vais ou j’y vais pas ?
Attention, drogue dure !
Y aller maintenant ou plus tard ?
P. 05
Le problème de la pilosité
P. 05
Les procédés d’épilation classiques
P. 07
Le laser médical
Pas de bricolage, mais un matériel à la hauteur
Choisir la bonne cible
Indications et contre indications
Les effets de la chaleur
Apport de l’homœopathie
Le cycle du poil
Quel laser ?
Aperçu technique
Evolution des techniques
Résumé
P. 22
En pratique
Première visite
Combien ça coûte ?
Schéma thérapeutique
Avant le traitement
Comment se manifeste l’épilation après la séance ?
Après le traitement
Entre deux séances
P. 18
L’épilation laser est-elle définitive ?
P. 25
Les critères de choix
P. 18
Questions / Réponses
P. 26
Bibliographie et Internet
Le traitement doit-il être pratiqué par un médecin ?
Un médecin homœopathe n’est-il pas gêné de
détruire la pilosité ?
Le laser supprime-t-il la transpiration ?
Est-ce dangereux ?
En français
En anglais
P. 28
Conclusion
P. 29
Lexique
Oser le laser !
Oser le laser!
J’y vais ou j’y vais pas?
Ce guide a pour ambition de répondre aux
questions que vous vous posez sur l’épilation laser.
Actuellement, la France est le pays le
moins équipé par habitant en laser épilatoire très loin derrière l'Allemagne,
l'Angleterre et même l'Espagne. Nous sommes aussi énormément en retard derrière
l'Amérique du Nord et l'Asie où le laser a
commencé à entrer dans les mœurs depuis
déjà une dizaine d’années.
Principaux responsables: le manque d’information du public et la réglementation qui
reste encore insuffisante. Ces deux facteurs
ont conduit à la prolifération «d’instituts»
et autres officines non médicales qui épilaient surtout les portefeuilles, et ont entretenu le doute sur une technique merveilleuse aujourd’hui mature.
En lisant ces quelques pages vous comprendrez comment fonctionne le laser, et
quels critères retenir afin de sélectionner
en toute sérénité le médecin en qui vous
2
placerez votre confiance. Si vous pensez
sérieusement à rallier le camp des accros
de la peau douce, ce guide vous aidera à
trouver un praticien lasériste, et enrichira
le dialogue avec lui. Si vous avez déjà pris
votre décision, il vous permettra de devenir un patient informé, sachant que faire
avant, pendant et après les traitements.
La technique d’épilation laser est désormais maîtrisée et les différentes familles
d’appareils ont trouvé leur place. Les schémas thérapeutiques sont stabilisés et vous
verrez que les prix deviennent abordables.
Pour réaliser ce guide, nous avons analysé
systématiquement les 188 publications
recensées à ce jour et repris le chemin de
l’université pour y intégrer l’apport scientifique de la complexe mais passionnante
physique des lasers.
Mais il fallait confronter la théorie et la
pratique pour refléter de manière vivante
l’épilation laser aujourd’hui. L’esprit de
compagnonnage propre à la médecine
nous a permis de travailler avec la plupart
des appareils du marché, et de partager
l’expérience de nombreux confrères, laséristes de la première heure.
De cette confrontation du terrain et de la
science, nous tirons une conviction forte:
une épilation laser bien conduite, dans une
indication bien posée, donne toujours de
bons résultats. Ce sentiment est confirmé
par le témoignage des personnes déjà traitées, pour la plupart ravies du résultat.
Il faut savoir que le nombre de séances pour
parvenir au résultat souhaité est variable et
qu’il existe quelques échecs qui peuvent
venir d’indications mal posées (présence de
troubles hormonaux,...), ou d’un traitement
insuffisamment énergique.
De ce point de vue, les techniques de dernière génération apportent un progrès
décisif. Associées au laser, elles augmentent l’efficacité du traitement, diminuent
son coût total, et sécurisent l’acte. Les
praticiens qui les utilisent et les patients
qui en bénéficient sont enthousiasmés par
les résultats.
La place des différents lasers évoluera
encore dans les années à venir, au fur et à
mesure des perfectionnements qui ne cessent de leur être apportés. Le présent
guide exprime des résultats établis sur une
Attention, drogue dure !
analyse indépendante de la littérature
confrontée à une large expérience. Les
conclusions sont clairement affichées afin
d’aider à s’orienter ceux qui s’intéressent à
l’épilation laser dans le maquis des sollicitations publicitaires.
Attention, drogue dure!
Si les indications médicales sont respectées, le matériel à la hauteur, et votre praticien minutieux, vous obtiendrez une épilation permanente été comme hiver. Nous
vous prévenons tout de suite que le plus
gros problème de l’épilation est ensuite de
résister à l’envie de faire le reste!
«En combien de séances?» demanderont
les plus avisés d’entre vous... Et bien il
n’existe pas de réponse unique à cette
question car les variations sont grandes
d’une zone du corps à l’autre, autant que
d’un patient à l’autre. Certaines zones
n’auront pas besoin de plus de deux séances (sourcils), alors que d’autres nécessiteront de six à dix séances (lèvres supérieures) ! La moyenne s’établit aux
alentours de quatre à six séances pour la
trilogie la plus demandée: aisselles, jambes, maillot.
Y aller maintenant ou plus tard?
L’épilation définitive au laser s’appuie sur
une technique stabilisée qui conserve des
possibilités de progrès. Dans les années à
venir, les évolutions viendront surtout des
systèmes périphériques associés aux
lasers. Des espoirs de baisses de prix des
diodes laser existent, mais malheureusement, comme sœur Anne, elles se font
attendre...
Par contre, nul besoin d’attendre pour
bénéficier des progrès de la conduite de tir
qui permettent de traiter de manière sécuritaire des poils considérés jusqu’à présent
comme rebelles. Nul besoin non plus d’attendre pour bénéficier de systèmes de
refroidissement cutané de plus en plus
performants (flux d’air constant), qui
améliorent radicalement l’efficacité de l’épilation et le confort du traitement.
Avec ces deux progrès, les lasers
Alexandrite s’attaquent aux poils blonds,
ce qui était impensable il y a peu de
temps. Nous verrons aussi, comment la
pulvérisation de spray homœopathique
permet d’espérer améliorer encore la tolérance du traitement.
C’est en regardant le chemin parcouru en
six ans par l’épilation laser que l’on peut
affirmer qu’il est temps d’y aller! Des progrès considérables et des facteurs de succès sont au rendez-vous:
■ des chercheurs (français notamment) à
l’origine de découvertes majeures en
conduite de tir,
■ des praticiens inventifs utilisant des
appareils de cryoanesthésie pour améliorer le refroidissement cutané,
■ des fabricants qui investissent pour adapter leurs lasers aux besoins médicaux.
L’histoire de la réanimation n’est pas très
éloignée qui faisait la place dans les
années 50 à des scientifiques passionnés,
à des praticiens inventifs construisant un
respirateur de réanimation... avec un aspirateur, et à des fabricants téméraires osant
industrialiser ces trouvailles.
A un niveau certes moins vital, l’éradication de la pilosité pour un prix accessible
suit le même parcours. En quelques
années, elle est en train de reléguer aux
oubliettes les procédés barbares de rasage, d’arrachage et autres extirpations. La
peau, libérée du bulbe paléolithique par
3
Y aller maintenant ou plus tard ?
l’épilation définitive procure au toucher
une douceur qu’aucune autre technique
n’apporte.
exigence intellectuelle, et n’a jamais
ménagé son temps pour nous alimenter en
précieuses critiques et suggestions.
En un mot, le laser c’est géant, nous vous
invitons à lire la suite !
Que soient enfin remerciées l’équipe éditoriale du site www.laserconseil.com qui
nous a permis d’incorporer à cet ouvrage
de nombreux éléments de glossaire, d’ico-
Dr. Edouard Broussalian (Annecy)
Dr. Dominique Debray (Paris)
Correspondance aux auteurs et bibliographie: [email protected] et
[email protected]
Notre reconnaissance va à nos maîtres du
DIUE des lasers médicaux, le Professeur
Jean-Marc Brunetaud (Lille) et Madame
Geneviève Bourg-Heckly (Paris), ainsi que
Serge Mordon (Lille), G. Rotteleur (Lille),
Guy Delacretaz (Genève), J.L. Lévy
(Marseille), C. Grognard (Paris) et C.
Ballériaux. Leur enseignement a été une
source essentielle d’approfondissement de
notre pratique.
Nous remercions très particulièrement le
Docteur Bruno Tantet (Paris) qui nous a
stimulé par sa très grande expérience, son
4
nographie et de questions fréquentes et
celle de www.laser-épilation.info qui
nous a apporté son soutien constant.
Merci enfin aux fabricants de laser qui ont
mis à notre disposition une iconographie
et une documentation scientifique indépendante, respectant en cela la neutralité
de nos travaux.
Le problème de la pilosité
Le problème de la pilosité
Pas besoin de souffrir d’une maladie glandulaire pour en avoir par-dessus la tête de se
raser ou s’épiler sans cesse.
Aisselles, jambes, maillot: voilà des mots qui
en font grimacer plus d’une! Et pour cause
puisque les femmes sont confrontées à ce
problème toute leur vie durant.
Les hommes aussi sont de plus en plus
préoccupés par l’excès de pilosité : dos,
poitrine, nuque, épaule, nez. De nombreux
sportifs, comme les cyclistes ou les
nageurs par exemple, pour des raisons
esthétiques, mais surtout d’hygiène et de
Txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt
txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt
txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt .
santé, sont eux aussi conduits à traiter
leur pilosité.
Bref, tout le monde est concerné à des
degrés divers par les poils inesthétiques. A
cette corvée s’ajoute un problème de budget. Beaucoup dépensent en quelques
années de véritables fortunes pour maintenir péniblement à distance leur pilosité. Une
femme qui commence à s’épiler à la cire chez
une esthéticienne à l’âge de 16 ans aura
dépensé en moyenne 7000 E à 32 ans!
Les procédés d’épilation classiques
Depuis l’aube de la civilisation, l’humanité a
été confrontée au problème de la pilosité.
Txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt
txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt
txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt txt .
Les procédés d’élimination des poils sont
innombrables, depuis les pâtes à base d’argile qu’utilisaient les romains, jusqu’au sang
de chauve souris appliqué par les grands
mères en vue d’éviter la repousse.
Le rasage permet de couper rapidement et
à peu de frais tous les poils qui dépassent
de la peau. On dit communément que le
rasage renforce le poil, ce qui est à la fois
vrai et faux. D’une part, le poil est coupé
en biseau comme la pointe d’une seringue:
lors de la repousse, la surface apparaît
bien plus piquante au toucher. D’autre
part, comme la racine du poil (le bulbe)
n’est pas affectée par le procédé, la tige a
tout le temps de se charger en pigment
depuis sa base. Sur le plan esthétique, il
faut renouveler fréquemment l’opération
pour garder un aspect présentable, et il
subsiste toujours les ponctuations foncées
visibles sous la peau. Le rasage répétitif
est une véritable agression pour certaines
peaux. Des éruptions se produisent alors,
ainsi que des lésions inflammatoires causées par les germes en contact avec les
brèches cutanées. Enfin, on assiste souvent à l’apparition de poils incarnés, qui
s’infectent et produisent des folliculites,
5
Les procédés d’épilation
aussi douloureuses que disgracieuses
(c’est la complication la plus fréquente du
maillot où la pilosité est remplacée par
des gros boutons rouges après le rasage).
Les crèmes dépilatoires et produits décolorants sont une alternative au rasage. Elles
visent à dissoudre les poils qui dépassent
de la peau ou à les éclaircir. Ces produits
ont pour la plupart une odeur désagréable,
leur composition chimique est souvent mal
supportée par la peau qui s’irrite et s’enflamme facilement. Ce type de crème peut
induire un prurit féroce de la peau.
Contrairement aux idées reçues, les crèmes
dépilatoires et décolorants renforcent les
poils et stimulent leur repousse. Lorsqu’ils
sont par bonheur bien tolérés, ces types de
traitement sont une solution transitoire,
mais acceptée par beaucoup.
Les procédés traditionnels d’arrachage
(cire, pince à épiler, épilateur électrique)
présentent eux aussi de nombreux désagréments: ils sont fastidieux, douloureux, peu
durables et agressent la peau. C’est une
véritable épreuve de traiter des zones sensibles comme le maillot ou les aisselles.
Pour obtenir un résultat esthétique, il faut
6
Les effets secondaires des procédés traditionnels. Dans tous ces modes d’épilation, les poils victimes d’un traitement barbare et agressif se renforcent: ils deviennent
plus gros, plus foncés et leur racine va jusqu’à se reproduire pour donner naissance à
deux ou trois poils groupés. Les poils incarnés et les folliculites se rencontrent surtout
avec les appareils d’épilation électrique, l’é-
pilation à la cire et le rasage. En été et sur
les zones de frottement (pli du maillot,
etc...), il n’est pas exceptionnel que les folliculites prennent un tour plus sérieux et
s’infectent en profondeur. La sanction est
alors chirurgicale et laisse une cicatrice d’un
centimètre et plus. Sans atteindre ces extrémités, celles et ceux qui ont une peau sensible observent d’année en année les nombreuses petites cicatrices qui finissent par
se colorer au soleil et grêler les jambes et le
maillot. Sur le bas du visage, les zones épilées à la pince prennent le même aspect
sombre, résultat de multiples micro lésions
qui convergent et se pigmentent. Seule
exception: les mollets et parfois les aissel-
Même les barbes les plus dures ne résistent pas au laser.
Voici le résultat après deux séances.
les renouveler fréquemment, ce qui finit
par être coûteux. Toutes celles qui ont
essayé de faire des économies avec l’épilation à la cire chez soi gardent le souvenir
des heures passées, et de cette substance
qui colle partout...
Le laser médical
les, où les arrachages successifs finissent
par affaiblir le poil qui repousse plus clair et
plus fin (des chaussettes serrées produisent
le même résultat).
les petites zones. Pour les grandes zones,
elle est réservée aux cas où le laser n’est pas
indiqué: poils blancs ou très clairs, duvet,
poils clairsemés...
L’épilation électrique est un procédé déjà
ancien. Avant la mise au point du laser, c’était la seule solution pour obtenir une épilation définitive. En termes techniques, on
a recours à une «électrolyse» ou à une «
thermolyse» du bulbe pileux. En pratique,
c’est une méthode efficace, mais douloureuse. Et pour cause, puisqu’il faut planter une
aiguille à la base du poil et faire passer
ensuite le courant pour électrocuter le
bulbe! En plus d’être douloureux, le procédé est lent, fastidieux et coûteux puisqu’on
traite chaque poil un par un. Le principal
problème tient aux complications qui ne
sont pas rares: on assiste assez souvent à
des brûlures laissant de vilaines cicatrices, à
des troubles pigmentaires parfois sérieux ou
à des infections. Le bronzage est contreindiqué avant et après les épilations. Enfin,
lorsqu’elle est pratiquée par un non spécialiste, l’épilation électrique est plus douloureuse, et moins efficace. Aujourd’hui, elle
est avant tout complémentaire de l’épilation laser. Elle peut encore se discuter pour
Le laser médical
Pour simplifier, on considèrera que les
lasers sont des sources de lumière très
intense émise sur une même longueur
d’onde et dans une seule direction (on dit
que le faisceau est monochromatique et
cohérent).
Pour obtenir une épilation définitive, la
thermocoagulation doit être assez puissante et profonde pour détruire les deux
tiers inférieurs des follicules pileux.
De la même façon que la chaleur dénature
la structure de la protéine du blanc d’œuf
qui devient blanc et ferme à la cuisson,
l’apport thermique va dénaturer définitivement les structures responsables de la
fabrication du poil.
Comparativement à l’épilation électrique,
à la fois douloureuse et qui procède poil
par poil, l’épilation laser est moins douloureuse et traite tous les poils à la fois
sur la surface du tir.
Le principe de l’épilation laser est très
simple : il consiste à dénaturer le bulbe
pileux grâce à une montée de température
au-delà du seuil de coagulation cellulaire,
tout en évitant de produire la moindre
lésion sur la peau. C’est ce qu’on appelle la
photothermolyse sélective. L’énergie lumineuse du faisceau laser est absorbée par la
mélanine (pigment qui colore le poil) et se
convertit en chaleur.
La chaleur du laser s’accumule le long de la tige, toute la
structure pilaire s’échauffe jusqu’à destruction.
(source: Christine C. Dierickx)
7
Pas de bricolage...
Pour en savoir plus: la dénaturation sous
entend deux types de lésions:
■ Hyperthermie: il s’agit d’une élévation
de température entraînant une mort
cellulaire. L’hyperthermie peut être
suffisante pour obtenir une épilation
durable, mais reste insuffisante pour
obtenir une épilation définitive.
■ Nécrose de coagulation: correspond à
une nécrose irréversible des structures
tissulaires. La température atteinte
produit une dénaturation des protéines
et du collagène. Les tissus vont secondairement s’éliminer ou se transformer
en amas cicatriciel.
Dans l’épilation laser comme dans l’épilation électrique, on cherche à détruire les
structures responsables de la repousse du
poil. Celles-ci sont au nombre de deux. Au
tiers supérieur du follicule pileux, le bulge,
donne les ordres de fabrication des nouveaux poil à la matrice germinative à la
base du follicule. Même si le bulge est
détruit, la matrice germinative conserve la
capacité de produire un nouveau poil.
L’épilation obtenue sera seulement de longue durée. Lorsque le bulge et la matrice
8
sont détruits, le poil ne peut jamais repousser: il s’agit là d’une épilation définitive.
Tout ceci va nous amener à soulever plusieurs points.
Pas de bricolage, mais un matériel à la
hauteur
Le premier point est essentiel: il faut un
laser capable de délivrer suffisamment d’énergie afin de produire cette destruction
irréversible. Seul un laser de classe IV peut
répondre à ces exigences d’efficacité.
Lorsqu’il est destiné à être utilisé sur le
corps humain, ce type d’appareil fort
coûteux ne peut être vendu qu’à des médecins et doit être utilisé sous « contrôle
médical effectif», puisqu’il pourrait induire de graves lésions entre des mains
incompétentes. Tout le savoir-faire médical consiste à apporter assez d’énergie
pour détruire efficacement la pilosité sans
entraîner de brûlures ni de lésions sur les
tissus environnants. C’est cette difficulté
qui explique les résultats parfois peu
probants et les déceptions essuyés par
les patients qui s’étaient adressés à des
instituts d’esthétique équipés de
«lasers» inadéquats.
Première règle de l’épilation laser: se
faire traiter par un médecin. C’est non
seulement une mesure de sécurité pour vous
mais aussi tout simplement le minimum
requis pour être traité avec un appareillage
capable de détruire la matrice germinative.
Si le matériel est une condition essentielle
pour traiter le poil jusqu’à sa racine, l’épilation laser est aussi très «opérateur dépendante». Cela signifie que comptent beaucoup les «heures de vol du pilote» et qu’il
est essentiel de se faire traiter par un praticien expérimenté.
Choisir la bonne cible
Exactement comme le fait la lumière du
soleil, la lumière du laser pénètre la peau
de plusieurs millimètres et se transforme
en chaleur lorsqu’elle est absorbée par les
pigments présents dans les tissus. Toute
l’astuce du procédé consiste à choisir la
cible adéquate capable d’absorber au
mieux le rayonnement lumineux.
La meilleure cible qu’on ait trouvée est la
mélanine présente dans le poil et le bulbe. Elle
absorbe la lumière du laser d’épilation et la
transforme en chaleur, permettant la nécrose
irréversible des structures profondes du poil.
Choisir la bonne cible
Seconde règle de l’épilation laser: utiliser un appareil adéquat. Trois types de
laser permettent d’obtenir une épilation
définitive: les lasers Rubis (cette pierre
précieuse émet une lumière laser rouge
foncé à 695 nanomètres), les lasers
Alexandrite (une pierre semi-précieuse qui
émet une lumière rouge très foncé à 755
nanomètres) et les diodes lasers (des
semi-conducteurs qui émettent une lumière infrarouge de 790 à 810 nanomètres).
Indications et contre indications
Comme chacun sait, la mélanine est un
pigment responsable du bronzage quand
on s’expose au soleil. Cette mélanine cutanée dont la quantité varie selon le type de
peau et les facteurs ethniques, absorbe
une partie de l’énergie du laser. C’est pourquoi le médecin doit établir le phototype
du patient selon la classification standard
de Fitzpatrick et procéder éventuellement
à des tests pour déterminer le réglage
optimal des paramètres du laser.
Déterminez votre type de peau
Il est très facile de trouver votre phototype
selon la façon dont vous réagissez au soleil.
Le choix de la cible et de la longueur d’onde du laser est
à la base du traitement. Tous les lasers épilatoires visent
la mélanine. Le graphique donne une idée relative de
l’absorption entre les différents type de lasers.
(source: Christine C. Dierickx)
Type I :
Type II :
Type III :
Type IV :
Type V :
Type VI :
Brûle toujours, ne bronze jamais.
Brûle toujours, bronze parfois.
Brûle parfois, bronze toujours.
Brûle rarement, bronze toujours.
Modérément pigmentée.
Peau noire.
Aujourd’hui, mes travaux permettent de
compléter ce diagnostic (et d’optimiser le
traitement au laser) par une classification
homœopathique du type de peau afin de
pronostiquer assez aisément les réactions au
traitement et prévoir le type de spray adapté en post traitement. Par exemple, un sujet
de type Sulfur a de fortes chances de faire
des réactions inflammatoires après le traitement; un autre de type Sepia risquera de produire des taches pigmentaires même si le
phototype est clair. Autant de paramètres
supplémentaires à prendre en compte pour
obtenir le meilleur du laser.
EB
Au total, c’est la quantité et la localisation de
la mélanine qui conditionne largement les indications et contre indications du laser médical.
■ Le laser ne peut pas détruire les poils
blancs ou très clairs qui contiennent peu
ou pas de mélanine. Cela tombe bien car
ce n’est généralement pas ce type de
patient qui présente des problèmes pileux,
une épilation définitive ne pourrait être
obtenue dans ce cas qu’avec l’épilation
électrique.
■ Les peaux mates et noires se traitent avec
prudence et éventuellement avec un laser
Nd:YAG (voir chapitre: Quel laser).
9
Les effets de la chaleur
■
■
Le bronzage est l’ennemi de l’épilation au
laser, puisqu’il peut conduire à une brûlure de la peau s’il est récent, et détourne une partie de l’énergie lumineuse du
laser au détriment de celle délivrée au
bulbe pileux.
Les peaux claires aux poils foncés réunissent les conditions idéales du traitement. Ce sont aussi celles des personnes
qui souffrent le plus des désagréments
esthétiques posés par la pilosité.
Les effets de la chaleur
La lumière du laser est absorbée par la
mélanine du poil que l’on rase pour éviter
Follicule normale
(source: Robert M. Adrian)
10
Follicule juste après le tir
laser, aucun dommage
n’est observé sur les tissus
adjacents
de perdre l’énergie délivrée et de chauffer la
peau inutilement. Par chance, le poil se
comporte en accumulateur de chaleur, alors
que la peau se refroidit très vite. On utilise
cette intéressante propriété pour chauffer
le bulbe sans dommages pour la peau.
comme la projection de gaz cryogène ou un
souffle continu d’air froid.
Après chauffage, le poil libère l’énergie
calorique accumulée et celle-ci se disperse alentour pour détruire à son tour ses
structures annexes, le bulge et la matrice
germinative, lieu de synthèse des nouveaux poils.
Troisième règle de l’épilation laser: s’assurer que le laser soit muni d’un système
de refroidissement cutané efficace. La
couche superficielle de la peau (épiderme)
est le maillon faible de l’épilation laser ou
électrique: il faut chauffer les poils en profondeur mais respecter la surface de la
peau. Les effets secondaires (légères brûlures superficielles et troubles de la pigmentation) ne surviennent que parce que la
peau a été touchée. On aide donc désormais
la peau à conserver une température basse
en la refroidissant activement. A la glace et
aux gels appliqués à même l’épiderme ont
succédé des techniques plus élaborées
Souvent, les appareils de refroidissement cutané brillent
autant par leur encombrement que par leur efficacité.
Avec l’évolution de la technique, ils sont devenus presque
aussi volumineux que les lasers. Mais ils sont un gage de
tolérance et d’efficacité. Ils ont également un effet d’anesthésie locale en abaissant la température de la peau.
Le SmartCool représenté ici projette un flux d’air constant
à -32°. Il offre un refroidissement cutané avant pendant et
après le tir, et assure un très bon confort au patient.
Les complications cutanées du laser épilatoire sont de plusieurs types. La plus évidente est la brûlure. Mais il peut se produire aussi des troubles de la pigmentation
Apport de l'homœopathie
comme une hypo-pigmentation si les cellules fabriquant la mélanine (les mélanocytes) ont été détruites ou plus volontiers
une hyper-pigmentation, c’est à dire des
taches foncées.
fonction de l’ensemble des signes et des
symptômes du patient. Dans ce cas, le traitement homœopathique sera administré par
voie interne exclusivement et sa posologie
réglée précisément.
Avec un équipement correct, ce genre d’accidents n’arrive pour ainsi dire jamais sur les
peaux claires. Sur les peaux plus foncées, le
laser a le même effet qu’une forte exposition au soleil et peut produire des variations
de la pigmentation, qui retourne généralement à la normale selon un temps malheureusement peu prévisible.
Par contre, les lésions externes superficielles comme les plaies, les abrasions, les
brûlures, et les érythèmes solaires demandent en général un choix moins spécifique
dans une palette de médicaments plus restreinte et répondent bien à des applications locales.
Apport de l'homœopathie
EB Je suis fasciné de voir comment la technologie la plus sophistiquée bénéficie de
l’apport d’une science médicale naturelle que
je pratique depuis 20 ans. Des années de
confrontation à des affections dermatologiques les plus variées m’ont conduit à
rechercher les traitements homœopathiques
les plus ciblés. L’eczéma, le psoriasis, le vitiligo par exemple, représentent l’expression
locale d’un trouble généralisé. La médecine
classique échoue en les traitant localement
car ces affections nécessitent la recherche
précise du médicament le mieux indiqué en
Ma compagne Brigitte Bosson et moi avons
réalisé beaucoup de tests pour mettre au
point des sprays spécialisés dans le traitement des brûlures. C’est d’ailleurs la recher-
Voici l’aspect de la peau sur un dos d’homme immédiatement après le traitement à 20 millisecondes, 27 joules de
fluence. Sur cette peau à la pilosité assez dense, on observe bien l’érythème ainsi que l’œdème entourant les follicules traités. (source: D.Debray)
che de facteurs reproductibles expérimentalement pour effectuer des statistiques fiables qui nous a conduit initialement à nous
intéresser aux lasers médicaux, notamment
à ceux destinés à l’épilation. Et depuis, nous
nous sommes pris au jeu du laser!
Malgré toutes les précautions prises pour ne
pas léser la peau, sortir d’une séance de laser
avec une rougeur à la base de chaque poil
reste inévitable; c’est même un effet que l’on
recherche cliniquement afin de s’assurer d’avoir administré assez d’énergie pour détruire
le bulbe (nous appelons cela l’érythème et
l’œdème péri folliculaire). L’œdème dure 20
minutes puis régresse. Les rougeurs et les
gonflements quant à eux peuvent durer de
quelques heures à quelques jours selon l’intensité du traitement (plus le poil est profond, plus il faut être énergique). Après leur
séance, mes patients pulvérisent la surface traitée aussi souvent que nécessaire
avec un spray homœopathique. Bien
entendu, chacun est libre de ne pas en pulvériser de partout afin de constater l’effet
souvent spectaculaire du traitement dont
l’intérêt est double:
■ les effets secondaires désagréables sont
réduits au strict minimum,
11
Le cycle du poil
■
le laser est bien mieux toléré ce qui permet de délivrer de plus fortes fluences et
de diminuer le nombre de séances pour
obtenir une épilation définitive.
Pour l’instant, ce traitement est encore
expérimental et demande encore une étude
à grande échelle pour établir des statistiques fiables. Nous ne sommes pas encore
nombreux à le proposer, mais j’espère que
cet adjuvant connaîtra l’essor qu’il mérite
dans les années à venir.
Le cycle du poil
Chaque poil se développe selon un cycle
divisé en trois phases: la vie jeune et adulte
(phase anagène), la vieillesse (phase cata-
gène) puis la mort (phase télogène). Nous
avons vu comment la destruction du poil s’opère grâce à l’accumulation thermique dans
la tige et le bulbe pileux. Par conséquent,
seuls les poils en phase de croissance
(dont la tige est unie au bulbe), sont
détruits totalement par le laser.
Tous les poils d’une zone donnée n’étant
pas en phase de croissance en même temps
(seulement 20 à 60% des poils selon les
zones), l'épilation définitive de l’ensemble
des poils nécessitera deux à quatre séances
d’attaque, suivies éventuellement de deux
12
▼ Un professionnel étudie toujours la repousse pour
effectuer une nouvelle séance. En moyenne, les séances
s’espacent de 4 à 6 semaines au début, et plus ensuite.
Durée phase Durée phase Durée phase Durée phase Profondeur
Phase
Phase
télogène
catagène
follicule anagène
pilaire
anagène télogène anagène
70%
30%
9 sem.
2 à 3 sem.
50 sem.
15 mois
2 à 4 mm
Lèvre
65%
supérieure
35%
12 sem.
2 à 3 sem.
6 sem.
5 mois
1,5 à 2,5 mm
Aisselles
30%
70%
22 sem.
2 à 3 sem.
47 sem.
7 mois
4,5 à 5 mm
Bras
20%
80%
13 sem.
2 à 3 sem.
16 sem.
9 mois
2 à 4,5 mm
Maillot
30%
70%
5 à 13 sem.
2 à 3 sem.
12 sem.
4 à 7 mois
3,5 à 5 mm
Jambes
20%
80%
15 sem.
3 à 6 sem.
25 sem.
10 mois
2,5 à 4 mm
Menton
▲ Seuls les poils en phase anagène sont connectés au
bulbe et très riches en pigment mélanique à leur base. Ce
sont eux qui seront détruits électivement par le laser.
(source: Christine C. Dierickx)
ou trois séances de consolidation, et selon
les zones, d’un traitement d’entretien de
loin en loin. La responsabilité du médecin
est de chercher à obtenir le meilleur résultat possible en un nombre minimum de
séances. En moyenne, quatre séances suffisent à obtenir un résultat impressionnant. Souvent le résultat après la première
ou la seconde séance est tel qu’on prend
tout son temps avant de procéder à une
séance complémentaire.
Quel laser ?
Quatrième règle de l’épilation laser: caler
le rythme du traitement sur le cycle de vie
des poils. Selon les zones, les premières
séances sont typiquement espacées de 4 à 6
semaines, puis réglées selon la repousse des
poils. La dépendance hormonale chez les
hommes, ainsi qu’un enracinement plus profond nécessiteront plus de travail, les séances pouvant s'étaler sur 12 à 18 mois environ.
Le rythme des séances est une notion cependant en pleine évolution. Les études
publiées ouvrent des voies nouvelles en
faveur d’un traitement différencié selon les
zones du corps. Il semble en effet que les
zones du corps où le cycle de vie du poil est
court (4 à 7 mois pour le maillot) puissent
être traitées rapidement alors que les zones
où le cycle de vie du poil est long (10 mois
pour les jambes) ont besoin d’un traitement
allongé d’autant. Allant plus loin, Jenifer
Lloyd et Mirko Mirkov ont montré de très
bons résultats sur l’épilation du maillot
après des séances (5) espacées de seulement
3 semaines: un an après ce traitement, l’épilation était de 78%. Si cette notion se
confirmait, un maillot pourrait être traité de
mars à juin, et rester net non seulement tout
l’été mais aussi les années à venir.
Quel laser?
Le choix de l’appareillage, nous l’avons vu,
est capital en vue d’obtenir un résultat
satisfaisant. Il est utile en tant que futur
patient que vous connaissiez les matériels
existants afin de pouvoir vous y retrouver
dans le maquis des sollicitations publicitaires. C'est la longueur d’onde des lasers
qui va conditionner leur pénétration dans
la peau et les cibles qu'ils vont toucher.
En épilation, on utilise aujourd’hui (par ordre
d’affinité décroissant pour la mélanine):
le laser Rubis à 695 nm: sa longueur d’onde est la mieux absorbé par la mélanine, au
point qu’un seul tir peut porter le poil à plus
de 200° (R.M. Clement, M.N. Kierman). Mais
ses effets secondaires sur les peaux mates
et foncées lui ont fait préférer des longueurs
d’onde moins fortement absorbées. Le spot
laser, de dimension réduite, est également
un désagrément pour une exploitation professionnelle.
Le laser Alexandrite 755 nm: sa longueur
d’onde est correctement absorbée par la
mélanine. Suffisamment d’ailleurs pour traiter des poils blonds sur peau claire. Ses sys-
tèmes de refroidissement cutané permettent
de faire reculer les limites du traitement des
peaux bronzées ou foncées. L’appareillage
est imposant (il pèse 150 kg et occupe un
volume d'environ 1 m3). Les appareils de
dernière génération sont équipés d’un système de tir conçu pour s’adapter aux différents
types de peau. Choix personnel: pour nous,
l’Alexandrite reste la «Rolls» de l’épilation.
Puissant, polyvalent et confortable, il offre
une excellente visibilité de la zone de traitement, des diamètres de spots jusqu’à 18 mm,
les perfectionnements et les accessoires les
plus sophistiqués. La longueur d’onde assure
une pénétration profonde du faisceau lumineux sans nécessiter une fluence élevée.
L’ensemble est garant
d’une efficacité, d’un
confort et d’une
sécurité qui nous
semblent inégalés
dans les autres
familles de lasers.
Seule nuance: le coût
élevé d’un tel engin
(autour de 90000 E)
conduit à réfléchir à
deux fois avant de réaliser l’investissement!
13
Aperçu technique
La diode laser 790-810 nm: sa longueur
d’onde est assez peu absorbée par la mélanine mais permet une pénétration plus profonde du faisceau lumineux. Cette technologie est prometteuse, les lasers étant
réalisés à moindre coût avec une tendance à
la baisse liée aux progrès de la miniaturisation des semi-conducteurs. Un de leurs
avantages est d’être compacts et relativement portables. La moindre absorption par
la mélanine est à la fois un avantage (le
bronzage et la pigmentation de la peau sont
peu touchés) et un inconvénient (lorsqu’ils
deviennent plus clairs et plus fins, les poils
résistent au traitement).
Le laser Nd Yag 1064 nm: sa longueur d’onde est très peu absorbée par la mélanine.
Mais elle assure une pénétration en profondeur du faisceau lumineux. L’effet thermique
sur le poil est faible et conduit à délivrer des
fluences élevées. En France, les indications
de ce type de matériel sont encore limitées
(épilation de longue durée sur les peaux noires, ou poils profondément enracinés). Aux
Etats-Unis, ce laser est très utilisé en épilation et semble prometteur, sous réserve que
soient levés les doutes portant sur des accidents vasculaires qui lui seraient imputables.
14
Aperçu technique
Voici pour terminer notre tour d’horizon
quelques points qui vous donneront une idée
de la technicité du traitement et de l’importance de la confier à un médecin (on l’appelle souvent un lasériste).
Le faisceau laser est transmis par une fibre
optique prolongée par une pièce à main qui
permet à l'opérateur de déclencher le tir
laser en regard de la peau. La zone d'impact
du tir laser sur la peau est appelée «spot».
C'est une tache lumineuse de grande intensité qui mesure de 7 à 18 mm de diamètre
(ou 9 à 12 mm de côté). Pour traiter une surface, il faut la couvrir dans sa totalité et de
la façon la plus homogène possible par une
succession de spots.
Les principaux paramètres que le praticien
doit prendre en charge afin d’assurer un
résultat optimum sont les suivants:
Le diamètre du spot: Un grand diamètre de
spot (comme 12 mm et plus), favorise la
pénétration cutanée et permet d'être efficace sur les poils les plus profonds. Il permet
aussi de vous traiter plus vite. Mais plus le
spot est large, plus l’énergie du laser est
diluée. Il faut donc réaliser un bon compromis entre le diamètre du spot et la fluence.
En savoir plus: le laser doit être assez
puissant pour que l’énergie qu’il délivre
ne chute pas trop lorsque le spot devient
plus large: on perd alors en puissance ce
que l’on gagne en pénétration cutanée.
La fluence (exprimée en Joules/cm2): représente la pierre angulaire du traitement. Elle
définit l’énergie du tir par unité de surface.
Dans son choix de la fluence, le praticien est
confronté à deux objectifs contradictoires:
être efficace et pour cela utiliser des fluences élevées, tout en restant prudent afin d'éviter un échauffement de la peau. Un praticien aguerri osera vous traiter à la fluence la
plus élevée possible pour obtenir la meilleure efficacité et une satisfaction durable. Pour
cela, il analysera votre type de peau (phototype) et observera vos réactions cutanées
(crépitement du poil, rétraction, expulsion
de la racine, réaction érythémato-papuleuse,
etc...) afin de s’ajuster au plus près de la
dose maximale tolérée. Des tests d’augmentation progressive de la fluence d’une séance à l’autre sont réalisés dans ce but.
Aperçu technique
Elle doit être plus forte pour un
Alexandrite, encore plus forte pour une
diode, et nettement plus forte pour un
Nd:YAG. En pratique, un praticien a souvent besoin de disposer de plus de puissance, que ce soit pour augmenter l’efficacité de son tir, allonger sa durée,
choisir un plus grand diamètre de spot,
ou une fluence plus élevée.
Le temps de pulse (ou temps de tir): c'est
la durée d'émission du laser, qui conditionne grandement l’efficacité du traitement.
Le temps de pulse est au laser ce que la
boite de vitesse est à la voiture: il transmet l’énergie selon une démultiplication
adaptée aux différents types de poils et de
peau. De la même manière qu’une voiture
gagne à avoir plusieurs vitesses, il est préférable qu’un laser dispose de plusieurs
temps de pulse.
Classement des différents types de refroidissement cutané selon leur efficacité,
leur sécurité et leur performance comparées.
▼ D’après un tableau initial et J.L. Lévy et
S. Mordon, développé et enrichi par les auteurs.
En savoir plus : la fluence dérive de la
puissance, et s’exprime aussi en Watts/
seconde/cm2. Un laser doit être assez puissant pour délivrer la fluence qui détruira
les poils les plus profonds. La fluence
nécessaire est très dépendante de la longueur d’onde. Elle est relativement faible
avec les lasers Rubis dont la lumière est
très absorbée par la mélanine (< 20 J/cm2).
Type de
refroidissement
Cube de glace
Gel refroidi
Contact saphir
refroidi par eau
Jet de gaz
cryogénique
Contact saphir
refroidi par cryogène
Flux d’air constant
refroidi (-32°)
Flux d’air constant
refroidi (-60°)
Efficacité du froid
avant le tir
++
+
+
+++
+
+
++
Efficacité du froid
pendant le tir
+
+
++
++
+++
++
+++
Efficacité du froid
après le tir
0
0
+
+
++
++
++
Absence de pertes
optiques
+
+
+++
+
++
+++
+++
Hygiène
0
+
+
+++
+
+++
+++
Efficacité de la
surveillance clinique
++
++
+
+
+
+++
+++
Total critères/18
6
6
9
11
10
14
16
15
Evolution des techniques
En savoir plus : on appelle temps de
relaxation thermique (TRT) le temps au
bout duquel le tissu a restitué la moitié
de la chaleur qu’il a reçue aux tissus
avoisinants. Les petits grains de mélanine qui colorent la peau et les cellules de
l’épiderme ont des TRT très courts et se
refroidissent très vite. Par chance, les
poils terminaux sont affublés de TRT de
l’ordre de 10 ms pour la tige et 40 ms
pour le bulbe. A fluence efficace, la chaleur que les plus gros poils accumulent
pendant le tir peut littéralement les faire
exploser et les expulser du derme. Sur
une peau claire avec des poils fins, on
utilise une durée de tir court. Sur une
peau bronzée, mate ou noire, on utilise
un temps de tir long.
Le refroidissement cutané : si le temps
de pulse d’un laser correspond à la boite
de vitesse, le système de refroidissement
correspond aux pneumatiques. Plus la
puissance est forte et la boite de vitesse
sophistiquée, plus le choix des pneumatiques est délicat. Ainsi, un système de
refroidissement sophistiqué est nécessaire
pour délivrer la puissance d’un bon laser
16
et bénéficier de tous les avantages d’un
temps de pulse réglable. Avec un système
de refroidissement cutané performant, il
devient possible d’augmenter à la fois l’efficacité et la sécurité du traitement, tout
en préservant le confort du patient.
Evolution des techniques
Toujours plus pointu: deux lasers
Alexandrite de dernière génération ont
incorporé une découverte d’un chercheur
français, Serge Mordon. Au lieu de délivrer
son énergie de manière continue, le laser la
délivre astucieusement de façon intermittente par une séquence de tirs espacés de
quelques millisecondes. Pendant que la peau
La zone du maillot est souvent la source de complications infectieuses dûes au rasage. On aperçoit ici une
cicatrice d'abcès qui a dû être opéré.
a tout le temps de se refroidir (elle évacue la
moitié de la chaleur accumulée en moins
d’une milliseconde) les poils, affublés de
leur TRT de 20 à 40 millisecondes, ne cessent
de s’échauffer. Ne pouvant être évacuée, la
chaleur s’accumule et la température monte
jusqu’au seuil de dommage thermique.
Explication: le revêtement cutané, qui est
une surface plane, se refroidit beaucoup
plus rapidement que le poil cylindrique.
Pour vous en convaincre, versez de la soupe
dans un bol et dans une assiette et voyez
dans quel récipient elle se refroidit plus
vite! Partant de cette loi physique de dissipation d’énergie, les lasers appliquant cette
Le résultat est obtenu après deux séances.
Résumé
technologie délivrent leur fluence sous
forme d’un tir intermittent. Cette succession
de brèves impulsions permet d’accumuler la
chaleur dans le poil jusqu’à sa destruction
tout en laissant à la peau le temps de se
refroidir. A peine l’épiderme a-t-il refroidi
que le laser émet de nouveau, ce qui augmente encore la chaleur pilaire, et ainsi de
suite... Ce procédé est une réelle avancée
dans la photothermolyse sélective. Choix
personnel: les auteurs travaillent sur un des
deux appareils du marché doté de ce système. Ce choix leur apporte une réelle satisfaction puisque l’appareil autorise d’augmenter la puissance transmise à la peau tout
en évitant les dommages collatéraux. Cette
innovation leur permet de repousser les limites de l’épilation laser en traitant des peaux
noires et bronzées avec une marge de sécurité inconnue jusqu’alors. Elle permet d’envisager le traitement de dos masculins avec
des résultats permanents et de traiter des
poils blonds et roux avec efficacité.
Résumé
L’épilation laser se résume en trois points
essentiels:
1 Intervenir au moment où le poil est en
phase de croissance. Hormis le visage, cela
Les poils épais des aisselles sont détruits facilement par
le laser.
Voici la réaction inflammatoire qui se produit immédiatement après la séance.
concerne environ 20 à 30% des poils existants. Un cycle durant de 4 à 18 mois en
fonction de la localisation, il est clair qu'il
faut plusieurs séances pour tous les détruire. Cependant l'éclaircissement de la zone
traitée s’observe dès les premières séances
au point qu’il arrive de devoir attendre
assez longtemps entre deux séances.
laser (la fluence) n’est pas suffisante: elle
pourra être augmentée pour obtenir un
maximum d’efficacité.
2 Agir avec une énergie suffisante. Un
excellent signe clinique que recherche l'opérateur est l'apparition dans les 5 minutes suivant le traitement d'une rougeur
(érythème) et de papules (œdème périfolliculaire) sur la zone traitée. Si elles
n'apparaissent pas, c’est que l’énergie du
3 Ne pas créer de «dommages collatéraux»
par un échauffement excessif de la surface
cutanée. Le risque serait alors de voir survenir des brûlures superficielles avec des
croûtelles puis, sur les peaux foncées, des
troubles de la pigmentation pouvant mettre de plusieurs mois à plusieurs années à
se corriger. Sur les peaux bronzées ou
mates, le risque de brûlures plus importantes est réel; en cas de doute, des tests
doivent être réalisés quelques jours avant
le traitement.
17
Questions / réponses
L'homœopathie s’avère être un adjuvant
précieux pour:
■ assurer un meilleur confort au patient et
parer à d’éventuelles complications,
■ lutter efficacement contre les effets désagréables incontournables d’un traitement
bien appliqué,
■ réduire le nombre total de séances.
L’épilation laser est-elle définitive?
Oui, si par épilation définitive, on entend la
non repousse des poils détruits par le laser.
Non, si par épilation définitive on entend la
disparition totale de tous les poils présents
et à venir d’une zone du corps. L’épilation
définitive est partielle et porte sur les poils
terminaux (les poils visibles, de fort diamètre, longs et colorés) et intermédiaires (poils
plus fins, mais restant pigmentés). Elle ne
porte pas sur le duvet.
Aux Etats-Unis, c’est le qualificatif de «permanent» qui est employé par la très officielle «Food and Drug Administration». Le qualificatif de définitif est valable au vu d’un
recul de 6 ans d’études cliniques et histologiques, aucun argument n’étant publié laissant supposer qu’une repousse de poils
détruits cliniquement et histologiquement
soit possible. A la fin d’un traitement d’épilation laser définitive, une «repousse»
apparente peut provenir:
de poils qui ont échappé au tir laser, ou
n’ont pas reçu assez d’énergie pour que
les 2/3 inférieurs du follicule soient
détruits (ce peut être un traitement mal
conduit, ou une indication mal posée),
■ de la néo-transformation du duvet en poil
terminaux sous l’influence de divers stimuli mécaniques, médicamenteux ou hormonaux. Cette néo-transformation ne
traduit pas un échec de l’épilation laser,
mais une évolution physiologique indépendante du traitement laser (attention,
toute apparition brutale d’une pilosité
importante doit vous conduire à consulter
votre médecin).
■
Questions / réponses
Il est des situations de cauchemard, comme celle de cette
femme.
18
En deux séances, on obtiendra une véritable libération. Il
ne sera plus question de cacher ce sein qu'on saurait
voir... de nouveau!
Le traitement doit-il être pratiqué par
un médecin ?
Oui. C’est la première règle de l’épilation
laser. Il s'agit d'un acte médical qui doit être
effectué sous la responsabilité d'un médecin. De plus, nous avons vu que le matériel
adéquat, c’est à dire un laser de classe IV, ne
peut être manié que par un médecin ou sous
strict contrôle médical. Une consultation
préalable au traitement permet de préciser
l'indication et de vous apporter toutes les
informations sur les avantages et limites de
Questions / réponses
Lèvre supérieure chez une femme d'une quarantaine
d'années.
La majeure partie de la pilosité est déjà détruite après un
seul traitement (laser alexandrite).
ce traitement ainsi que sur les risques éventuels et les précautions à prendre. Un devis
doit vous être remis pour les actes d’une
valeur unitaire supérieure à 300 E, ainsi que
les caractéristiques techniques de l’appareillage utilisé. Une fois le réglage du laser
effectué en fonction de votre réaction cutanée, les paramètres employés (fluence,
pulse, etc.) pour votre traitement devraient
vous être communiqués.
liance entre la haute technologie et l’homœopathie permet d’aider les patients à
s’épanouir dans une dimension supplémentaire de la santé et du bien-être.
Un médecin homœopathe n’est-il pas
gêné de détruire la pilosité ?
Non. La pilosité n’est qu’un vestige dans
l’histoire de l’évolution des mammifères et
ne présente aucune fonction particulière
dans l’organisme. Bien au contraire, l’al-
Le laser supprime-t-il la transpiration ?
Non. La glande sébacée tout comme les
autres glandes excrétrices situées à ce
niveau sont indépendantes du poil. La
destruction du poil et de sa racine n’affecte en rien la capacité sudorale de la peau.
Est-ce dangereux ?
Non. Le flash laser d’épilation n'est qu'une
émission intense de lumière rouge ou infrarouge proche de celle émise par le gril d’un
four de cuisine. Il n'y a pas de radiations
qui pourraient entraîner un risque cutané.
La longueur d’onde utilisée pour l’épilation
est à l’opposée des rayons énergétiques tels
que les ultraviolets ou rayons X: il n’existe
donc aucun risque mutagène ou cancérigène. Les grains de beauté peuvent toujours
dégénérer sous des stimuli mécaniques ou
lumineux. Il faut donc éviter de les épiler.
Bien entendu, le même laser manipulé par
une personne incompétente serait susceptible d’engendrer des lésions à type de brûlures, ces lésions restant toutefois moins
graves que celles que produisent couramment des fers à repasser.
Quelles sont les contre-indications ?
Les médicaments photo sensibilisants
(antibiotiques comme les cyclines ou les
quinolones), la grossesse, le bronzage, et
tout ce qui le favorise, soleil, UV, produits
activateurs solaires, autobronzants. Les
allergies cutanées au froid (cryoglobulinémies), au chaud, au soleil nécessitent la
prise de précautions particulières.
Ca ne marche que pour une pilosité
réduite ou faible ?
Non. Le laser est extrêmement efficace y compris dans les cas où la pilosité est abondante.
19
Questions / réponses
Y a-t-il des précautions à prendre ?
Oui. La protection des yeux est obligatoire,
et le traitement sera toujours adapté à vos
caractéristiques personnelles. L’estimation
de la sensibilité cutanée par le médecin et
éventuellement un test laser demeurent
deux points essentiels pour l’obtention d’un
bon résultat.
Peut-il y avoir des réactions secondaires?
Oui. En cas de traitement un peu trop énergique, on peut observer des brûlures superficielles avec des troubles de la pigmentation. L'homœopathie administrée sous
forme de spray local pourrait représenter une
avancée dans la prévention des complications et le traitement des irritations inévitables après la destruction des bulbes pileux.
Quelle différence avec l'épilation
électrique ?
L'épilation laser est beaucoup plus rapide
et peu douloureuse. Par contre l'épilation
électrique permet de traiter les poils
blancs ou très clairs, ce que ne permet pas
l'épilation laser. Elle peut aussi aider à terminer une épilation commencée au laser
dans les cas où quelques poils isolés ne
justifieraient pas un traitement complet.
20
Les poils incarnés que l'on nomme sycosis sont un véritable fléau.
Le laser permet de s'en débarrasser en quelques séances.
Est-ce que cela fait mal ?
Oui et Non. La sensation est variable selon
les patients: souvent un picotement tout à
fait supportable est ressenti, parfois la sensation est comme celle d’un élastique qu’on
ferait claquer sur la peau. Certaines personnes habituées à s’épiler ressentent une sensation comparable à l’épilation à la cire
quoique moins douloureuse. Sur les zones
sensibles, une crème anesthésiante peut
être appliquée. Le facteur essentiel pour
contrôler toute sensation désagréable est le
refroidissement efficace de la peau.
(barbe, dos chez certains hommes,
maillot), les poils détruits communiquent
leur chaleur à la peau ce qui provoque une
douleur proportionnelle à la densité de
poils touchés. Spécialement dans ces cas,
le spray homœopathique s’avère être d’une
aide précieuse.
Lorsque l’on traite à puissance maximale
des zones à très forte densité pileuse
De même, certaines zones comme les chevilles, les doigts, l’aréole des seins, le cou,
les lèvres ou les grandes lèvres d’un
maillot sont plus sensibles que les cuisses,
le ventre, le haut du buste ou le menton.
Sachez que la douleur est toujours plus
faible que celle d’une épilation à la cire, et
que, lorsqu’elle est présente, elle régresse
Questions / réponses
dès la seconde séance, avec la diminution
de la densité pileuse.
Combien de temps dure la séance ?
De 10 minutes pour un tour de bouche ou
des aisselles à 30 minutes pour des demijambes et jusqu'à une heure et plus pour
des jambes entières.
Comment sera la repousse entre les
séances ?
De séance en séance, la repousse sera moins
importante. Par ailleurs, le poil va se transformer, il repoussera plus fin et plus clairsemé. C’est ce que l’on appelle «l’effet
Bonzaï». Le plus souvent, cet effet touche
Encore une image qui se passe de commentaires.
les poils les plus longs qui sont enracinés le
plus profondément (jusqu'à 5 mm sous la
surface cutanée). Le fait que les poils
repoussent plus fins signifie que le bulbe se
rapproche de la surface. Ils peuvent devenir
ainsi plus vulnérables aux séances suivantes.
Est-ce grave si j'oublie de faire une
séance ?
Les poils déjà traités ne repoussent plus,
vous ne perdrez donc pas le bénéfice des
séances précédentes, simplement vous aurez
une repousse plus importante lorsque vous
reviendrez faire votre séance suivante, et
certains poils qui auront achevé leur cycle
pilaire ne repousseront que 9 à 18 mois plus
En deux séances, voici un visage rendu à sa féminité.
tard... Si vous ne pouvez pas vous rendre à
une séance prévue plusieurs semaines à l’avance... n’oubliez pas de passer un coup de
fil pour décommander votre rendez-vous!
L'épilation sera-t-elle toujours réellement et complètement définitive ?
Epilation définitive, oui! Epilation totale, non! Le laser permet d’obtenir une destruction définitive des poils touchés, attestée par des biopsies cutanées. Mais une
épilation définitive n’est jamais totale.
Il reste toujours un duvet et des poils plus
fins. Dans les zones où la pilosité est fortement hormono-dépendante, et chez des
personnes prédisposées présentant notamment des facteurs d’hyperandrogénie relative, le duvet peut continuer à se transformer
en poils terminaux et à reconstituer une
pilosité (c’est également possible lors de
grossesses, à la ménopause,...).
Dois-je prévoir des séances d'entretien ?
Eventuellement, il sera peut-être nécessaire de retourner faire une séance de
temps en temps. Ce seront des séances
courtes donc économiques, qui vous garantiront la pérennité du résultat, et tant
mieux si cela ne s'avère pas nécessaire.
21
Tarifs indicatifs
En pratique
Première visite
Votre médecin effectuera avant le traitement
une première visite d’évaluation, des tests
éventuels et un devis. Pour ce qui nous
concerne, nous pensons qu’il n’y a pas lieu
de demander des honoraires pour effectuer
un devis. Selon la nature de votre peau, la
première séance pourra se faire immédiatement ou après plusieurs jours. Si le devis est
supérieur à 300 E, un délai de réflexion de
14 jours doit vous être accordé, délai qui
peut être raccourci à votre demande. Les
soins esthétiques ne sont pas remboursés
par la collectivité.
Combien ça coûte?
Le prix de la séance est fixé librement par
le médecin. Les tarifs ci-dessous sont fondés sur le nombre de spots laser tirés. Ce
nombre de spots est calculé sur la base
d’une pilosité moyenne, d'une pièce à
main de 12,5à 15 mm et d’une surface
corporelle moyenne (femme: 1,55m à 1,68
m, poids de 54 à 64 kg/homme: 1,67m à
1,80 m, poids de 63 à 73 kg).
Les modifications de ces paramètres, et
notamment de la densité de la pilosité peu22
vent entraîner un ajustement du prix, expliqué dans le devis remis avant chaque acte.
Pour les zones à forte densité de poils (barbe,
dos), les premières séances peuvent être
dédoublées afin de limiter la sensation de
douleur et les risques pour la peau. Dans ce
cas, le nombre de spots par séance est réduit
de 30 à 50% et le prix est réduit dans la
même proportion. Ces séances doivent être
plus rapprochées (deux à trois semaines).
Une réduction de prix proportionnelle à la
diminution de la surface traitée est souvent
appliquée après la quatrième séance. Voici à
titre indicatif des tarifs par séances plutôt
Tarifs indicatifs par séance
Femmes
Hommes
visage
Lèvres (sup ou inf)
50 E
Tour de bouche
80 E
Menton
50 E
Lèvres + menton
120 E
Front
45 E
Pommettes
45 E
Favoris
60 E
Cou
60 E
Sourcils
80 E
Visage entier (hors sourcils) 150 E
328 F
525 F
328 F
787 F
295 F
295 F
394 F
394 F
525 F
984F
Moustache
Tour de bouche
Pommettes
Favoris
Col de chemise
Nuque
Tour de cou
Barbe
Sourcils
Visage entier
60 E
90 E
50 E
60 E
60 E
60 à 120 E
150 E
180 E
80 E
200 E
394 F
590 F
328 F
394 F
394 F
394 F
983 F
1181 F
525 F
1312 F
160 E
200 E
300 E
100 E
150 E
1050 F
1312 F
1968 F
656 F
984 F
maillots
Classique
Brésilien
Intégral
Pubis
Fesses
135 E
885 F
170 E 1114 F
220 E 1442 F
80 E 525 F
90 à 150 E 590 F
Classique
Taille basse
Intégral
Pubis
Fesses
Schéma thérapeutique
raisonnables pour un Alexandrite de dernière génération. Faites-vous communiquer
le nombre de séances prévues: c’est de la
répétition des soins que dépendra essentiellement le coût de votre épilation laser.
Schéma thérapeutique
■ On compte souvent 3 séances d’attaque:
bien entendu, il n’y a aucune obligation à
réaliser la série de trois séances dans les
cas où une ou deux seraient suffisantes.
■ Puis on envisage 2 à 3 séances de consolidation pour parvenir à un résultat
supérieur à 90% d’épilation. Avant cette
seconde série de séances, on peut procéder à une réévaluation du travail à
effectuer. Quand il y a de vastes zones
contiguës déjà complètement dépourvues de pilosité, il n’y a plus à repasser
dessus, ce qui représente moins de surface à traiter. La plupart des médecins
réviseront alors à la baisse le prix de la
séance. Dans les cas où la perte de la pilosité est homogène, cette révision tarifaire
sera impossible puisqu’il faudra repasser
sur toute la surface traitée.
corps
Aisselles
100 E
Haut du bras
90 E
Avant-bras
100 E
Mains
80 E
Bras entiers
250 E
Mamelons
50 E
Poitrine
90 E
Ligne médiane
80 E
1/2 jambes
230 E
Genoux
50 E
Cuisses
230 E
Jambes entières
380 E
Jambes entières+maillot 465 E
Corps entier
1500 E
657 F
590 F
657 F
525 F
1640 F
328 F
590 F
525 F
1509 F
328 F
1509 F
2492 F
3050 F
9839 F
Aisselles
Haut du bras
Avant-bras
Mains
Bras entiers
Epaules + Haut du dos
Dos (ceinture)
Dos (maillot) + épaules
Buste
Ventre
1/2 jambes
Cuisses
Jambes entières
Corps entier
■
Par la suite, les éventuelles séances
d’entretien sont plus économiques si la
pilosité résiduelle à traiter est minime.
Avant le traitement
Il est habituellement recommandé de cesser de s’épiler à la cire ou à la pince à partir des 3 semaines qui précèdent la séance
laser. Pendant cette période, le rasage ou la
crème épilatoire sont autorisés. Il est
important de raser la zone à traiter la veille
ou mieux, le jour de la séance afin qu’aucun
poil ne dépasse de la peau: on ne court
ainsi aucun risque de brûler l’épiderme à
cause d’un poil qui se consume, et d’autre
722 F part l’énergie du laser se concentre sur la
787 F longueur de tige minimale.
110 E
120 E
150 E
983 F
90 E
590 F
300 E 1968 F
200 E 1312 F
300 E 1968 F
400 E 2624 F
200 E 1311 F
180 E 1181 F
250 E 1640 F
300 E 1968 F
450 E 2952 F
2000 E 13119 F
Pour traiter certaines zones plus sensibles ou
de forte densité pileuse, votre médecin pourra vous prescrire une pommade anesthésiante qu’il faudra appliquer une heure avant
votre rendez-vous. Sachez toutefois que l’efficacité de l’épilation est alors légèrement
réduite et que sur une peau mate ou légèrement bronzée, il est préférable de ne pas
avoir recours à cette crème anesthésiante
car la douleur est un signe clinique essentiel
pour éviter des brûlures superficielles.
23
Après le traitement
Comment se manifeste l’épilation après
la séance ?
Dans la semaine qui suit, les poils traités
vont tomber (il s’agit des portions de poils
sous cutanés et de leur racine). Parfois certains résidus de poils carbonisés sont difficilement expulsés de la peau, un gommage
permet de les extraire. L'épilation sera satisfaisante pendant plusieurs semaines puis de
nouveaux poils arrivant en phase de croissance vont peu à peu apparaître.
Après une première séance, il arrive parfois
que des patients constatent que la zone
traitée retrouve une pilosité plus importante! C’est la conséquence d’une transformation du duvet sous l’effet du laser ou d’un
dérèglement des cycles pilaires qui se réharmonisent par la suite. Pas d’inquiétude,
la seconde séance n’en sera généralement
que plus efficace.
Après le traitement
A la fin de la séance, votre médecin vous
proposera de bien hydrater la peau avec un
produit comme la crème Biafine®. Il pourra aussi mettre à votre disposition un
spray homœopathique. Dans ce cas, trois à
six pulvérisations par jour seront large24
ment suffisantes pour vous sentir bien,
une faible irritation cutanée pouvant persister 24 heures à quelques jours. Tant que
votre peau présente encore une réaction
inflammatoire (rougeurs, sensibilité particulière), vous devrez éviter les expositions
solaires prolongées, surtout si votre peau
est mate. Si vous allez au soleil, considérez que votre peau est plus sensible que
d’habitude et augmentez d’autant les précautions que vous prenez. Laser ou pas
laser, nous vous rappelons le danger des
expositions solaires répétées qui vous
exposent aux ultraviolets, susceptibles de
provoquer de graves lésions et des cancers
de la peau. En tout état de cause n’oubliez
jamais les filtres solaires qui minimisent
ce risque avant d’aller au soleil.
Comme le faisceau lumineux est très absorbé par la
mélanine, le laser épilatoire peut aussi être utilisé avec
de remarquables résultats dans le traitement de lésions
pigmentaires bénignes.
Entre deux séances
1) Ne pas s’épiler. L’une des bases actuelles
de l’épilation consiste à ne pas se presser afin
de cibler le maximum de bulbes. Il est donc
dommage d’arracher ces cibles peu de temps
avant une séance. Toutefois, certaines études
suggèrent toutefois que l’épilation laser est
très efficace dès le début de la repousse des
poils, avant même qu’ils ne soient visibles.
En tout cas, il n’y a aucun problème pour
vous raser entre deux séances.
2) S'il n'y a pas eu de repousse. Il faudra
retarder la séance suivante.
Les critères de choix
Les critères de choix
L’un des aspects essentiels de la déontologie médicale est le caractère non commercial de la relation entre le médecin et son
patient. L’un des devoirs du médecin à l’égard de son patient est de suivre scrupuleusement la littérature scientifique afin
d’être en mesure de vous informer au
mieux sur les avantages et les limites de
chaque technique. En l’état actuel des
connaissances, l’épilation laser est une
avancée dans le confort de vie (gain de
temps précieux, aspect et toucher incomparables de la peau).
Décider son épilation laser est un acte de
confiance. L’un des droits essentiels des
patients est d’être pris en charge par un
praticien pouvant démontrer qu’il prend
tous les moyens pour apporter la meilleure compétence et les meilleurs équipements disponibles. Les critères qui peuvent orienter votre choix pour vous faire
traiter sont les suivants:
Le matériel
Si vos poils sont foncés et votre peau claire,
vous pouvez vous faire traiter pratiquement
par tous les lasers. Si vos poils sont plus
clairs, un laser Rubis ou Alexandrite est préférable. Si votre peau est mate ou noire, évitez le laser Rubis. Le laser Nd: YAG n’apporte qu’une épilation longue-durée et ne met
pas à l’abri des troubles pigmentaires.
Plus que la longueur d’onde, c’est le système de refroidissement et le système de tir
intermittent qui devraient être un critère
de choix. Malheureusement, vous pourrez
rencontrer des difficultés pour obtenir des
précisions à ce sujet. N’y voyez aucune
malice de la part de votre médecin !
Profitez des sites Internet dédiés à l’épilation laser présentés en fin d’ouvrage.
Choix personnel : en première intention,
nous traitons par un laser Alexandrite de
dernière génération muni d’un refroidissement par flux d’air continu (surcroît de
confort et de sécurité, le laser est équipé
d’un système de tir intermittent).
Le praticien
Comment êtes vous informé? Bénéficiez-vous
d’une écoute attentive et d’une réponse claire à toutes vos questions? N’oubliez pas que
vous avez droit à un délai de réflexion avant
de vous engager dans votre traitement. Le service qui vous est rendu a-t-il un prix raison-
nable? N’hésitez pas à comparer les prix, qui
doivent être obligatoirement affichés. Faites
vous expliquer comment le prix est calculé.
Depuis la loi du 3 mars 2002, votre dossier
médical vous appartient et vous pouvez
vous en faire communiquer une copie.
Sans y avoir recours nécessairement, il est
bon que vous connaissiez le type du matériel sur lequel vous êtes traités, ainsi que
les principaux paramètres de traitement
(adaptés fréquemment lors des séances).
Avez vous reçu un devis écrit? Ce devis, obligatoire pour tout acte dont le montant est
supérieur à 300 E, doit porter notamment le
nom du médecin responsable du traitement,
le lieu du traitement, le prix par séance, le
nombre prévisible de séances.
Le médecin :
■ il doit être expérimenté. Il est bon, mais
pas indispensable, qu’il soit titulaire
d’un diplôme de lasériste (DIUE des
lasers médicaux ou tout autre Diplôme
Universitaire équivalent),
■ il doit avoir effectué en personne votre
première visite pour évaluer le traitement
qui vous sera proposé,
25
Bibliographie et internet
■
il doit être présent lors de chaque séance et
être le responsable effectif du réglage du
laser et de l’évaluation des effets secondaires en fin de séance. Si le médecin délègue
la réalisation de l’acte laser à une assistante, ce doit être avec votre accord, et l’acte
doit rester sous sa supervision effective.
«www.epilation-laser.info est un site destiné
au grand public et orienté vers les communautés concernée par l’épilation: femmes,
hommes, adolescents, sportifs, danseurs, professionnels, transgenres... Dans le respect des
différences de chacun, il pose un regard sur
l’éthique de l’évolution sociale, culturelle et
psychologique des motivations de l’épilation.
Bibliographie et Internet
La parution du présent guide coïncide avec la
naissance du site www.epilation-laser.info
portail d’informations scientifiques, médicales, pratiques et techniques sur l’épilation
laser. Voici sa présentation commerciale:
«La mission du site www.epilation-laser.info
est d’informer au mieux sur les avantages et
les limites de chaque technique afin de permettre au plus grand nombre d’accéder à l’épilation laser dans les meilleures conditions
de sécurité, d’efficacité et d’économie.
«Dans sa rubrique scientifique, le site présente
l’essentiel de la littérature scientifique spécialisée
sur laquelle il donne un éclairage simple et pragmatique. Le site fait également état des autres
pratiques d’épilation et traite dans ses actualités,
de l’évolution des schémas thérapeutiques pour
améliorer le confort et l’efficacité du traitement.
26
«Les droits des patients sont détaillés sous la
rubrique déontologie médicale. Très documentée, celle-ci reprend les articles utiles du
code de déontologie médicale et de la loi du
3 mars 2002 sur l’information du patient. Elle
présente également les dispositifs de protection des consommateurs en matière de médecine et de chirurgie esthétique.
«Chaque visiteur trouvera sous la rubrique
épilation laser les éléments pour comprendre le principe de cette technique, ses indications et ses facteurs de réussite.
« Le site donne toutes les informations pratiques utiles pour que chacun puisse faire un
choix éclairé et vive son épilation laser dans
la sérénité et la confiance. Sont traités par
exemple, les critères de choix d’un centre, le
budget épilation...
Ne manquons pas de citer le site de référence en épilation laser, probablement le
plus clair et le plus complet: Laserconseil
à l’adresse:
http://www.laserconseil.com.
Site internet
En français
http://www.centreslaser.com/
Les centres lasers médicaux
de l'Association française de
Médecine Esthétique
http://www.epilationlaser.com/
Un site très complet réalisé
par des confrères bordelais
utilisant un laser Alexandrite
http://www.estheweb.com
Le guide de l'esthétique
médicale
http://www.afme.org
AFME, le site de l'Association
Française des Médecins
Esthéticiens
http://www.conseilnational.medecin.fr/CNOM/De
ontologie.nsf/V_CA/$first
http://www.annuaire.
medecin.fr/recherche/
criteres.asp
En anglais:
http://www.candelalaser.com/
gentlelsplus/gl_family_home.
htm
Site du fabricant de laser
Candela
http://www.cynosurelaser.com
Site du fabricant de laser
Cynosure
http://www.lumenis.com
Site du fabricant de laser
Lumenis
http://www.palmed.com
Site du fabricant de laser
Palomar
http://www.lasernews.net
Les articles commentés du
Code de Déontologie
Médicale, (voir par exemple
les articles 11, 32, 71 et 55)
Journal online consacré au
laser et à la chirurgie cosmétique cutanée
http://www.shorelaser.com/
LaserHairDet.html
Une bonne description de
l’épilation laser
L'annuaire des médecins tenu
à jour par le Conseil de l’Ordre
http://www.ncbi.nlm.nih.gov
/entrez/query.fcgi
Entrer les mots clef «laser
hair removal» pour visualiser
les 188 abstracts disponibles
sur l’épilation laser.
27
Conclusion
Le laser, vous en connaissez maintenant
un rayon, et nous espérons vous avoir
transmis notre passion pour cette technologie merveilleuse.
Il nous reste à vous faire partager notre
conviction qu’avant longtemps, il deviendra aussi naturel de supprimer la pilosité
superflue que d’utiliser un téléphone
mobile dans la rue.
Comme d’autres siècles avant lui, le XXIe
siècle vient de rouvrir la chasse aux poils.
Le mouvement a pris racine il y a
quelques années et se développe à vitesse accélérée. Les hommes comme les femmes sont touchés, tous les milieux sont
concernés, toutes les zones du corps sont
atteintes par cette épidémie, y compris
les plus intimes.
Aucune originalité ! nous diront les férus
d’histoire.
Ils ont raison ! Sous Louis XIV, jamais un
noble ne se serait montré à une dame affublé du moindre poil. Aujourd’hui même, de
l’autre côté de la méditerranée, les fem28
mes se font toujours épiler intégralement
au traditionnel caramel au citron!
Certes, mais à quel prix? Car c’est le prix
de l’épilation qui vient de changer. Elle se
payait jusqu’à présent par des heures de
douleurs, de rougeurs, de boutons et de
cicatrices jusqu’à ce que, la lassitude
aidant, l’impétrant finisse par renoncer, la
peau grêlée de marques disgracieuses.
Mais la chasse aux poils, flux et reflux
sociologique depuis des millénaires, vient
de rencontrer une technologie radicale.
Grâce à des matériels de plus en plus performants, les limites du traitement sont
sans cesse reculées. Des poils de plus en
plus clairs deviennent accessibles, sur des
peaux de plus en plus foncées. Les prix
deviennent abordables et contribuent à
démocratiser la technique.
Alors ! Vous avez pris votre décision? Vous
êtes désormais un patient informé, partenaire idéal du médecin en qui vous allez
placer votre confiance.
Vous hésitez encore? Le mieux est d’y regarder de près. N’hésitez pas à consulter un
médecin lasériste, à lui faire part de vos
questions, à demander des tests cutanés et
un devis détaillé. Le plus souvent cet acte
est gratuit, et vous en aurez le cœur net!
Vous trouvez le budget trop lourd ?
N’hésitez pas à faire vos calculs ! D’un
côté, un investissement pour une peau qui
deviendra douce en permanence. De l’autre une dépense à fonds perdu, pour des
extirpations, cicatrices et autres folliculites, qui vous laisseront la peau nette
quelques jours par mois.
Vous voulez enfin bénéficier du meilleur
de la technique? Vous cherchez le prix le
moins élevé?
Vous disposez, après avoir lu ce livre, de
toute l’information nécessaire pour faire...
un appel d’offres sur Internet. D’ailleurs, certains le font déjà, mais attention aux excès!
L’épilation laser est un acte médical et
votre médecin n’exerce pas un commerce.
Il examinera avec vous les indications et
contre-indications de votre demande d’épilation. Il s’assurera de vos motivations
et ne vous traitera pas s’il n’est pas
Lexique
convaincu de vous rendre un service
conformément à sa déontologie. Pas plus
qu’il ne vous poussera à effectuer des
séances inutiles, un médecin ne vous promettra jamais de résultats mirifiques.
nine et constituent une cible pour le laser.
En phase anagène précoce, le bulbe* et sa
matrice germinative* sont implantés moins
profondément dans le derme: ils constituent
une cible plus facile pour le laser.
moins de mélanine. Le bulge * peut encore
être détruit, mais la zone qui contient la
matrice ne le sera pas. Le poil touché par un
tir laser repoussera avec du retard, généralement plus clair et plus fin.
La beauté notre métier c’est qu’il reste
basé sur une relation de confiance, non
marchande: dès qu’il a accepté de répondre à une demande, le médecin s’engage à
assurer personnellement au patient des
soins consciencieux, dévoués et fondés sur
les données acquises de la science, en faisant appel, s’il y a lieu, à des tiers compétents. Tout est dit dans ce bel article 32 du
Code de déontologie médicale.
Bulbe : c’est la base du poil qui comporte
une partie nourricière (la papille) et la
matrice germinative *. Il mesure jusqu’à
300 microns.
Conduite de tir: caractérise les méthodes
qui permettent de remplacer l’opérateur
humain pour effectuer automatiquement des
tirs multiples et/ou brefs. Par extension,
toutes les méthodes d’automatisation du tir
du laser. Les progrès de la dernière génération de lasers viennent de ces méthodes qui
peuvent encore être perfesctionnées.
Alors une épilation définitive (jamais
totale), et surtout, le choix personnel et
humain d’une relation avec un professionnel tenu au respect d’une déontologie qui
vous protège, y compris de vous même!
Lexique
Anagène: phase adulte du cycle pilaire*. Le
bulbe* est implanté profondément dans la
peau et la tige pilaire pousse de manière
continue à partir de la matrice germinative.
Toutes ces structures sont chargées en méla-
Bulge : zone située au-dessus du milieu du
poil à l’endroit où s’insère le muscle arrecteur du poil. Le bulge synchronise la
repousse des nouveaux poils par des interactions complexes avec la matrice germinative *. Lorsqu’il est détruit, la matrice
germinative* produit le plus souvent un
nouveau poil, mais avec retard (effet d’épilation «longue durée»). Le bulge seul
peut également produire un nouveau poil.
Catagène : phase de vieillesse du cycle
pilaire*. Le bulbe* se déstructure progressivement et la matrice germinative* cesse
ses fonctions de production de la tige pilaire. Le poil ne pousse plus et la tige pilaire*
se détache progressivement de la matrice
germinative * qui contient de moins en
Croûtelles: petites croûtes résultant généralement de la brûlure très superficielle de la
couche cornée du derme. Disparaissent en
une à deux semaine sans séquelles.
Cryoglobulinémies: présence dans le sang
de protéines qui coagulent au froid. Se traduisent notamment par des troubles de la
circulation sanguine qui fragilisent la peau
et contre-indiquent l’épilation laser.
Cycle de vie du poil : les tiges pilaires suivent un cycle de vie de 4 mois à plusieurs
années au cours duquel elles naissent,
29
Lexique
deviennent adultes, vieillissent et meurent. Ce cycle se perpétue grâce à la matrice germinative * et au bulge * qui sont
responsables de la repousse de nouvelles
tiges pilaires.
Dénaturation des protéines : perte des
caractéristiques d’une protéine (par coagulation par exemple). La dénaturation d’une
protéine est irréversible, mais n’entraîne pas
nécessairement la mort des cellules. La
structure histologique* peut être réparée.
DIUE: Diplôme Inter Universitaire Européen.
DU : Diplôme Universitaire.
Duvet : poils très fins non pigmentés et
peu visibles, répartis sur toute la surface
du corps (sauf sur les muqueuses, la
paume des mains et la plante des pieds).
Ils peuvent se transformer en poils terminaux sous l’influence de stimulations hormonales ou médicamenteuses. Le duvet ne
constitue pas une cible pour le laser.
Fenêtre saphir : fenêtre de saphir posée
au contact de la peau lors du tir du laser.
Elle refroidit l’épiderme grâce à un liquide
30
froid (eau ou cryogène *) qui circule à l’intérieur. Le faisceau laser perd une partie
de son intensité en la traversant et la
manipulation est délicate lorsqu’on traite
une zone ou la peau est fine (visage, cou,
clavicules, omoplates, crête du tibia,...).
Fluence : ou densité d’énergie. Unité de
mesure de l’énergie déposée par unité de
surface. S’exprime en Joules/cm2.
Dépendant de la durée du tir: 20 Joules/cm2
correspondent aussi bien à 500 watts pendant 40 millisecondes qu’à 4000 watts pendant 5 millisecondes.
Flux d’air : méthode de refroidissement de
l’épiderme par projection permanente d’air
refroidi. Se caractérise par l’absence de
contact et l’absence de perte d’énergie
optique par réflexion ou réfraction.
Follicule pileux: ensemble formé par la tige
pilaire* et les gaines qui l’entourent. Tous les
follicules pileux existent dès la naissance (5
millions) et leur nombre n’augmente pas avec
l’âge. La quantité et la localisation des follicules pileux est identique chez les hommes et
chez les femmes (c’est la proportion de poils
terminaux* et de duvet* qui est différente).
Folliculite : inflammation du follicule
pileux. C’est une complication fréquente des
poils incarnés suite à l’arrachage d’un poil
(épilation à la cire, à la pince, épilateur électrique). Le plus souvent les folliculites se
surinfectent ce qui peut donner lieu à des
formes chirurgicales sévères (notamment sur
zones de frottement comme le maillot). Si
votre peau vous y prédispose, vous devez
changer de procédé d’épilation.
Hirsutisme : développement anormal de
poils sexuels* chez la femme. Il peut être
le résultat d’une maladie, d’une prise de
médicament ou d’un état hormonal héréditaire. L’apparition brutale d’un hirsutisme doit conduire à consulter son médecin.
Histologique : se dit des structures que
l’on observe en regardant des tisus au
microscope, avec un faible grossissement.
Des ensembles de cellules comme le follicule pileux et ses annexes sont ds structures histologiques.
Hyperandrogénie: état hormonal se traduisant par un excès d’hormones mâles (androgènes). La cause peut être liée à une maladie, une prise de médicaments, mais aussi
Lexique
être familiale ou ethnique. Les hyperandrogénies s’accompagnent souvent d’un développement des poils sexuels*, d’acné, d’une
peau grasse et de calvitie.
Hypertrichose : développement anormal
de la pilosité sur des zones habituellement
pileuses. Elle peut être héréditaire ou causée par des médicaments.
Jet cryogénique: méthode de refroidissement de l’épiderme par projection d’un spray
de gaz qui se refroidit en se dilatant. La projection a lieu avant le tir du laser. Se caractérise par l’absence de contact, mais par une
perte d’énergie optique au passage sur les
particules de gaz qui subsistent dans l’air.
Joule : Unité d’énergie égale à une puissance de un watt exercée durant une
seconde.
Laser: Le terme laser est un acronyme de
l’expression
anglo-saxonne
«Light
Amplification by Stimulated Emission of
Radiations» (amplification de lumière par
émission stimulée de radiation). En français, cela signifie qu’un laser est un amplificateur de lumière.
Lumière cohérente : propriété de la
lumière laser qui est monochromatique,
émise dans une même direction, et dont
les particules (photons) ont la même
amplitude et la même phase.
Lumière monochromatique : se dit d’une
lumière d’une seule couleur (longueur d’onde).
Matrice germinative : zone située à la
base du poil dans le bulbe*, responsable
de la production de la tige pilaire * et des
gaines qui entourent le poil. La matrice
germinative est responsable de la repousse des nouveaux poils et doit être détruite pour obtenir une épilation définitive.
Elle contient de la mélanine et constitue
donc une cible pour le laser. Lorsqu’elle
est très profonde (jusqu’à 5 mm), elle est
difficile à atteindre, ce qui explique l’échec d’épilations laser insuffisamment
énergiques.
Médecin lasériste : médecin exerçant de
manière privilégiée dans le domaine des
lasers. Il dispose souvent d’une formation
particulière (DIUE des lasers médicaux ou
DU des lasers en dermatologie, angiologie
et chirurgie plastique). Les laséristes peu-
vent être omnipraticiens ou exercer dans
une discipline utilisant les lasers (ophtalmologie, gastro-entérologie, angiologie,
dermatologie, pneumologie, cancérologie,
gynécologie,...). Aucune spécialité ne prédispose à devenir lasériste: c’est un choix
personnel qui implique une formation
continue et une pratique soutenue.
Mélanine : pigment produit par les mélanocytes qui colore les poils et la peau. Il
existe deux sortes de mélanine : l’eumélanine (noire) et la phémélanine (jaune
orangée). Le type de mélanine et la densité des grains de mélanine (mélanosomes) détermine la couleur des poils.
L’eumélanine (poils noirs et châtains)
est nettement mieux absorbée par les
lasers d’épilation que la phémélanine
(poils roux).
Nécrose de coagulation : destruction par
coagulation d’une zone significative de
tissus, entraînant des troubles irréversibles des fonctions cellulaires et de la vascularisation de la zone. Le résultat est la
transformation du tissu nécrosé en amas
cicatriciel. Une nécrose de coagulation ne
peut pas être réparée.
31
Lexique
Pertes optiques : ensemble des pertes de
puissance que subit un faisceau lumineux
lorsqu’il traverse des milieux différents.
Ces pertes peuvent se faire par absorption,
réflexion, réfraction ou diffusion à l’écart
de l’axe optique.
Poils ambosexuels : poils qui apparaissent
à la puberté chez les deux sexes (aisselles,
pubis). Ils sont causés par la transformation du duvet sous l’influence sous l’influence de faibles doses d’androgènes d’origine surrénalienne.
Poil terminal : poil épais et pigmenté,
résultat de la transformation du duvet
sous l’influence d’hormones.
Spot : point lumineux correspondant à
l’impact du faisceau laser. Généralement,
l’endroit qui recevra l’impact du faisceau
laser est visualisé par un autre laser de faible puissance, dit laser de visée de couleur
rouge ou verte.
Poils non sexuels : poils qui apparaissent
à la naissance chez les deux sexes (cheveux, sourcils, membres). Ils sont causés
par la transformation du duvet sous l’influence de faibles doses d’hormone de
croissance hypophysaire.
Télogène: phase du cycle pilaire* au cours
de laquelle les cellules de la matrice germinative sont au repos. La tige pilaire est
expulsée de la gaine externe et tombe. Le
laser n’a plus de cible. Après un temps de
quelques semaines à quelques mois, l’interaction du bulge et de la matrice germinative conduira celle-ci à entrer en phase anagène et fabriquer une nouvelle tige pilaire*.
Poils sexuels : poils habituellement foncés et drus qui apparaissent à la puberté
chez l’homme (bas du visage, épaules,
torse, abdomen, dos,...). Ils sont causés
par la transformation du duvet sous l’influence de fortes doses d’androgènes d’origine testiculaire. Lorsqu’ils apparaissent
chez une femme, on parle d’hirsutisme*.
Tige pilaire: partie visible du poil chargée
de mélanine, qui se poursuit dans la peau
jusqu’au bulbe*. C’est la cible privilégiée du
laser d’épilation. Elle est faite de matériaux
isolants et ne conduit pas la chaleur jusqu’à
la racine: elle doit être suffisamment chauffée jusqu’au bulbe pour que le poil soit
détruit. Elle accumule la chaleur pendant le
32
tir avant de la diffuser aux gaines du poil.
Elle mesure de 80 à 150 microns.
Tir laser : période de temps pendant
laquelle le laser envoie son impulsion
lumineuse.
Temps de relaxation thermique (ou TRT):
durée nécessaire pour qu’une cible perde
50 % de l’émergie qu’elle a accumulée
durant un échauffement.

Documentos relacionados