50 - Bayport-Blue Point School District

Comentarios

Transcripción

50 - Bayport-Blue Point School District
BAYPORT-BLUE
POINTUNIONFREESCHOOL
DISTRICT
NEWYORK
BAYPORT,
Boardof Education
JamesS.March
President
CarolA.Cinelli
VicePresident
JeanineBrowning
JaneBurgess
LeonardCamarda
KatherineHeinlein-Risi
JudyMottl
AndreaM.O’Neill
Andrew1. Wittman,Jr.
Superintendentof Schools
AnthonyJ.Annunziato
AssistantSuperintendentfor Curriculumand Instruction
.
GlenA.Eschbach
AssistantSuperintendentfor Financeand Operations
MichaelS.Cipriani
French/Spanish Level5 (new
)
-
Written summer 2007
Writers
Ann MarieAllen
KernJohnsen
2007-2008
ABSTRACT
This document is a curriculum guide for French 5 / Spanish 5. Students taking this course
have the option of earning three credits through Adeiphi University at a reduced cost. The
curriculum is based on Checkpoint C of the following New York State publications: Modern
Languages for Communication New York State Syllabus, Learning Standards for Languages
Other Than English, and the Languages Other Than English Checkpoint C: Resource Guide.
The textbooks that will be used for the courses (French: Trésors du Temps by Yvone Lenard;
Glencoe McGraw-Hill and Spanish: Nuevas Vistas: Curso de Introduccion by: Maria Elena
Alvarado, Sylvia Madrigal Velasco, Virginia Maricochi; Holt Rinehart Winston) have also been
used in creating the curriculum.
This document begins with an introduction to the course and is followed by the course
syllabi, which was approved by Adelphi University. Six units have been developed for French V
and Spanish V. An overview of each unit is included along with samples of support
documentation that will be used when teaching the unit.
Included in the appendices is some essential infonnation from the aforementioned New
York State publications. This information includes: the state philosophy for language learning,
an overview of Checkpoint C Standards and Performance Indicators, Components of LOTE
Instruction at Checkpoint C, Technology Use in the LUTE Classroom and Sample Assessment
Rubrics.
TABLE OF CONTENTS
Introduction
1
Objectives
2
Adeiphi Syllabi
3
Spanish Units with support documents
5
French Units with support documents
95
Scope and Sequence ofUnits
304
Appendices
Appendix A (NYSED) Languages Other Than English Checkpoint C Resource Guide
Attaining Checkpoint C: Philosophy, Standards and Performance Indicators,
Components of LOTE Instruction
(pages 2 11)
—
—
Appendix B (NYSED) Languages Other Than English Checkpoint C Resource Guide
The Checkpoint C Classroom: Instruction and Technology.. .(pages 13 21)
—
—
Appendix C (NYSED) Languages Other Than English Checkpoint C Resource Guide
Sample Assessment Rubrics
(pages 101 114)
—
—
Appendix D (National) Standards for Foreign Language Learning: Preparing for the 21st
Century (Executive Summary by the American Council on the Teaching of
Foreign Languages )
(an eight-page handout)
INTRODUCTION
Learning a Language Other Than English provides students with the ability to participate
responsibly and intelligently in an increasingly expanding global market. Through the study of
cultures other than their own, students can deepen their appreciation and understanding of the
people and conmiunities that they encounter on a regular basis. By making comparisons between
their own culture and the culture of the countries where the target language is spoken, students
also become more aware of their own culture.
Students in this course (Level V)are in the second year of Checkpoint C acquisition, and
have attained many of the necessary skills to allow instruction to shift away from a grammatical
emphasis and toward using thOse skills to express themselves as cultural and global topics are
explored. Grammatical structures will be expanded throughout the year and opportunities for
review and reinforcement will be addressed as necessary.
Objectives
Students will be able to comprehend authentic passages of increasing length and
:
Listening
difficulty. They will be able to recall specific details and respond to and ask questions about the
passage.
Students will be able to discuss issues of personal interest as well as give opinions on
:
Speaking
current issues. They will be able to express themselves using more complex structures and will
be able to link together several sentences cohesively.
:
Reading
Students will be able to comprehend passages of increasing length and difficulty. In
addition to using what they already know about the language and cognates, they will be able to
use context clues and appropriate tools to decipher words that are unfamiliar to them. They will
be able to use logical assumptions about the context of the reading to arrive at comprehension.
:
Writing
Students will be able to express themselves with increased fluency. They will be able
to create more complex sentences, which will allow their writing to become more interesting.
They will begin to incorporate appropriate idiomatic expressions and cultural references.
Students will become more comfortable when writing lengthier responses.
:
Culture
Students will be able to use appropriate cultural expressions, gestures, idioms and
affects in their speech. They will be able to incorporate cultural idioms and proverbs in their
writing. They will be able to function respectfully when they visit a country where the target
language is spoken.
2
BAYPORT BLUEPOINTHIGHSCHOOL
-
Course Syllabus French V
(ADELPHIIFrench 121)
—
Prerequisite: French IV and teacher recommendation
TEXT:
Trésors du Temps
by Yvone Lenard; Glencoe McGraw-Hill
GOAL:
This, course uses a conimunicative approach to achieve the objective of student facility in the
four language skills (listening, speaking, reading, and writing). Students will be exposed to
more complex grammatical functions through a variety of readings and activities aimed also at
promoting mOrecultural awareness.
DESCRTPTION:
At the beginning of the year, students will have a quick review of the basic elements of grammar
attained at the New York State Checkpoint B Level. As new material is introduced, the pace will’
become more measured.
Students are required to use what they have learned to communicate in French whenever
possible. Grammatical emphasis will be on understanding the use of ‘compound tenses and
pronouns in order to create increasingly complex sentences. All activities will help students to
refine their ability in French through ample practice whether written or oral.
Realia from France (and Francophone countries) will be used in class to provide students with
the opportunity to develop an understanding and appreciation of French culture. They will
explore topics such as daily routines, the educational system, art, music, films, and significant
historical periods from the’ country. These topics will also allow for expansion and review of
vocabulary and grammatical elements.
Readings will progressively become more complex and will be accompanied by pre-reading’and
follow-up activities that reinforce communication. Material used in class will reinforce
previously acquired vocabulary as well as introduce new words. Students will continue to use
skills learned earlier to decode new vocabulary in context.
WORK REQUIRED:
Quizzes will be administered after each lesson.
Tests will be given upon completion of each unit of study.
Oral evaluation will be done each semester. Additional oral evaluations will be done when
possible.
3
BAYPORT BLUE POINT HIGH SCHOOL
Course Syllabus Spanish V
(ADELPHI Spanish 121)
-
—
Prerequisite: Spanish IV and teacher recommendation
TEXT:
Nuevas Vistas: Curso de Introduccion
by: Maria Elena Alvarado, Sylvia Madrigal Velasco, Virginia Maricochi; Holt Rinehart Winston
GOAL:
This course uses a communicative approach to achieve the objective of student facility in the
four language skills (listening, speaking, reading, and writing). Students will be exposed to
more complex grammatical functions through a variety of readings and activities aimed also at
promoting more cultural awareness.
DESCRiPTION:
At the beginning of the year, students will have a quick review of the basic elements of grammar
attained at the New York State Checkpoint B Level. As new material is introduced, the pace will
become more measured.
Students are required to use what they have learned to communicate in Spanish whenever
possible. Grammatical emphasis will be on understanding the use of compound tenses and
pronouns in order to create increasingly complex sentences. All activities will help students to
refine their ability in Spanish through ample practice whether written or oral.
Realia from Spain (and Hispanic countries) will be used in class to provide students with the
opportunity to develop an understanding and appreciation of Spanish culture. They will explore
topics such as daily routines, the educational system, art, music, films, and significant historical
periods from the country. These topics will also allow for expansion and review of vocabulary
and grammatical elements.
Readings will progressively become more complex and will be accompanied by pre-reading and
follow-up activities that reinforce communication. Material used in class will reinforce
previously acquired vocabulary as well as introduce new words. Students will continue to use
skills learned earlier to decode new vocabulary in context.
WORK REQUIRED:
Quizzes will be administered after each lesson.
Tests will be given upon completion of each unit of study.
Oral evaluation will be done each semester. Additional oral evaluations will be done when
possible.
4
UNIT 1 The Individual
Objectives:
Students will:
1. Demonstrate proficiency by:
a. Discussingpersonality characteristics
b. Making comparisonsbetween people,things, and situations
2. Form the present indicative tense
3. Form the present progressive
4. Form the present perfect
5. Reviewuses of ser, estar, and gustar
6. Usecorrect form and placement of adjectives
7. Analyze/discuss/respondto cultural texts/topics on:
=
from Nuevas Vistas text
a.
How young peoplespend their leisure time
b.
How technology has impacteddaily life
c.
Personality Tests*
d.
Folklore and Dance of the HispanicWorld*
8. Read/analyze/discusscultural texts:
a. Historia de cronopiosy de famas:fragment of ulio Cortazar’s
novel on different types of travelers*.
b. La Reinadel Pop (music):personalitydescription of a famous
person by La Oreja de Van Gogh
5
9. Project: Compareany two items (people,places,things, time periods)in
‘an illustrated writing assignment
10. Assessment:Students will take quizzes and/or examson each unit
studied in class.
Listening: view a videoof a Mexican soapopera and answer comprehension
questions,listen to true/ false statements basedon a reading and correct
false statements
Speaking: discussresults of personality test, interview classmatesabout
leisure time activities
Reading: read excerpt from Julio Cortazar’s novel as well as article on
Folklore and Danceof the Hispanicworld
Writing: describe the personality of someoneclose to you or your ideal
friend/ romantic interest’
6
Personality Tests
7
I”Enti nohay IImites”
Todos os E-booksy los serviciosde estesitioson gratisy le ayudarana ver
más el ladobuenode su vida y a desarrollarmãstodo su potencialde Exito.
-
• jmo inscribirse
Testimonios
P
Libros ciratuitos
Sitios Amigos
Frases Positivas
Preguntas frecuentes
Testde personalidad
El JuecioTestimonios
Positlvador
Relaiacion alfa
Meditaciones y
HerrámlentasPrácticas
Foros Positivos
ElAdivino
Dlapórama Gibran
Formula de Coué
nciclooedia Positiva
Autocuración
PsiguiSmoV Cancer
Reallza tus Sueños
CD del ClubPositivo
‘Carlos Devis
Contáctenos
Sitios internacionales
-TT
Es usted una persona introvertida o
extrovertida?
1. En un grupo.
Tomaa menudoIainiciativadeIaconversación.
Prefiereescuchar
otros.
C
2. ,CuáI es su ocio preferido?
La danza.
La lectura.
3. Prefiere una tarde en compañIa:
C De una iinica persona?
C De un grupo de amigos?
4. DOnde elegirla ir de vacaciones?
C A Acapulco.
C A un lugar tranquilo y
5. Si algüien le hace una observación que hiere:
e cierra comouna ostra.
Manifiestainmediatamentesu dolor, su decepción
o su cólera.
6. Cuando debe tomar una decision:
C Se confIaa su intuicióny se deciderápidamente.
C Duday duda.
7. Su relaciOncon el dinero puede describirseasi:
C Nuncasabecuántodinerotiene en
C Compruebasiemprelas facturasde los
almacenesparagarantizarseque no hay error.
8. Tiene usted Ia impresiOnque otros le invitan:
Por cortesla.
Paraponer ambienteen una tarde.
C
C
8
• 9. Si un acontecimientofeliz ocurre en su vida:
Informa inmediatarnentea todo el mundo.
Usted no dice nada ya queeso le observay le
interesaaUsted.
10. Para ser feliz tiene necesidad:
C
varias personasen torno usted.
Sus libros y sus discos.
O
Restab1ece
us
)
resuitado
•
9
Inicio
Cambiode idioma:English Deutsch Español Nederlands
I LOSCINCOGRANDEPS
H
TESTPSKOLOGI(0
I
Tome este test Psicológico para saber acerca de su personalidad! Este test mide lo que
muchos psicólogos consideran ser Lascinco dimensiones fundamentales de personalidad. Al mismo
tempo que te estás evaluando a ti mismo, se te pide que evalües a otra persona. Al evaluar a
s puedes recibir una evaluaciOnmás acertada de tu propia personalidad. También se te
alguien m
dará un perfil de personalidad de la persona que.evahIes, lo que te permitirá compararte a ti
mismo con esta persona en cada una de las cinco dimensiones básicas de personalidad. Intenta
evaluar a alguien que conoces bien, tal como un amigo cercano, colega de trabajo, esposo(a), o
otro miembro de la familia.
•
• Aprenda Acerca de los Cinco Grandes a! leer respuestas a preguntas muy comunes.
• Lea nuestras formas de consentimiento
,
que explican los beneficios de este test gratuito,
anónomio, asI como sus derechos.
• No hay respuestas “correctas” o “incorrectas” pero dese cuenta que no obtendrá resultados
significativos, Si flOresponde las preguntas senamente.
• Estos resultados son basados en investigaciOncientIfica, por favor trate de dar respuestas
acertadas.
• Sus resultados serán presentados tan pronto como mande sus respuestas.
Instrucciones: Las siguientes declaraciones son concernientes a la percepeción que usted
tiene de usted mismo en una gran variedad de situaciones. Su tarea es indicar en que grado
esta de acuerdo con cada declaración, utilizando una escala en donde 1 indica muy en
desacuerdo, 5 denota muy deacuerdo y 2, 3, 4 representan juicios intermedios. En las
•casillas después de cada declaración seleccione un nümero de 1 a S en la siguieñte escala:
1.
2.
3.
4.
5.
•
Muy en desacuerdo
En desacuerdO
Ni en desacuerdo ni de acuerdo
De acuerdo
Muy de acuerdo
No hay respuestas “correctas” o “incorrectas”, asI es que seleccione el nIimero que más
cercanamente lo refleja a usted en cada declaración. Tómese su tiempo y considere cada
afirmación muy cuidadosamente. Una vez que haya terminado todas sus preguntas, apriete
el botón de “Enviar”
Me veo (o yea a la otra persona) como alguien que...
•
10
1
es bien hablador
Amimismo:Endesacuerdo
Otra: Endesacuerdo
i€3
10
2. :...tiende a ser criticón
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
3C
30
30
20
5. ...es original, se le ocurren ideas nuevas
2€;
Amimismo:Endesacuerdo
10
Otra: Endesacuerdo
10
6. ...es reservado
A mi mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
i€3
1€;
i€;
8. ...puede a veces ser algo descuidado
A ml mismo: En desacuerdo 10
Otra: Endesacuerdo
1€;
10
30
2€;
30
2€;
11
40
De acuerdo
Deacuerdo
SC
40
5€;
De acuerdo
Deacuerdo
50
5€;
4€;
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
2€;
5€;
50
40
Deacuerdo
Deacuerdo
5€;
40
30
20
9. ...es calmado, controlà bien el estrés
A ml mismo: En desacuerdo iC
Otra: En desacuerdo
30
20
4(3
3
20
50
40
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30.
20
50
4€;
30
20
7. ...es generoso y ayuda a los demás
A ml mismo: En desacuerdo iC
Otra: Endesacuerdo
30
De acuerdo
Deacuerdo
5€;
4€;
4€3
30
20
50
40
De acuerdo
De acuerdo
50
4€
30
2€;.
10
10
30
20
20
50.
40
Deacuerdo
Deacuerdo
50
40
30
20
1 €3
50
40
3€
20
iC
4. ...es depresivo, melancölico
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
10
10
3. ...es minucioso en el trabajo
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: Endesacuerdo
20
5€;
4€;
3€;
De acuerdo
De acuerdo
10. ...tiene intereses muy diversos
Amimismo:Endesacuerdo
Otra:Endesacuerdo
2(3
2C
• 12. ...prefiere trabajos que son rutinarios
A ml mismo: En desacuerdo 10
Otra: En desacuerdo
10
30
2€
10
14. ...con frecuencia se pone tenso
A mi mismo: En desacuerdo 1(3
Otra: En desacuerdo
1(3
15. ...es ingenioso, analItico
Amimismo:Endesacuerdo
Otra: En desacuerdo
iC
16. ...irradia entusiasmo
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
2(3.
10
1(3
Otra: En desacuerdo
18. ...tiende a ser desorganizado
A mi mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
30
20
1(3
1 (3
30
2(3
12
40
5C
De acuerdo
De acuerdo
De acuerdo
De acüerdo
50
40
30
2(3
50
40
De acuerdo
5C
4(3
.
Deacuerdo
sO
5C
40
3C
2(3
5(3
De acuerdo
De acuerdo
(3
5
40
3C
2(3
10.
30
De acuerdo
Deacuerdo
5(3
40
De acuerdo
5(3
40
30
2(3
17. ...es indulgente, no le cuesta perdonar
A ml mismo: En desacuerdo I C
(3
4
30
De acuerdo
(3
5
50
40
3(3
2(3
2(3
1(3
30
2(3
50
4(3
De acuerdo
De acuerdo
5.0
40
30
20
.
Deacuerdo
50
40
Deacuerdo
50
40
3€
13. ...es un trabajador cumplidor, digno de coñfianza
3€
2C
A mi mismo: En desacuerdo 1(3
Otra: Endesacuerdo
50
40
30
2(3
5€
40
30
20
(3
4
4(3
3(
1(3
10
.
2(30
iC
11. ...está lieno de energIa
•
A mi mismo: En desacuerdo
Otra: En dèsacuerdo
iC
De acuerdo
De acuerdo
19. ...se preocupa mucho por las cosas
A ml mismo: En desacuerdo 1
Otra:Endesacuerdo
2€
1€
20. ...tiene una imaginación activa
A ml mismo: En desacuerdo I C
Otra: En désacuerdo
21. ...tlende a ser callado
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
22. ...es generalmente confiado
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
30
1C
30
2c
10
10
30
20
10
25. ...es inventivo
A mi mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
1.0
1C
30
20
26. ...es asertivo, no teme expresar lo que quiere
20
A ml mismo: En desacuerdo I C
Otra: En desacuerdo
10
27. ...es a veces frio y distante
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: Endesacuerdo
10
30
20
13
50
40
50
De acuerdo
De acuerdo
50
40
De acuerdo
De acuerdo
sO
40
30
20
10
50
40
30
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
20
50
40
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
20
sO
40
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
20
sO
40
30
De acuerdo
50
40
De acuerdo
50 De acuerdo
5 C De acuerdo
4
30
20
24. ...es ernocionalmente estable, difIcil de alterar
20
A ml mismo: En desacuerdo ic3
Otra: En desacuerdo
40
30
20
50
40
De acuerdo
Deacuerdo
50
40
30
20
50
40
30
20
10
23. ...tiende a ser flojo, vago
A mi mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
1C
1C
30
20
50
40
40
3€
20
10
30
20
De acuerdo
Deacuerdo
28. ...persevera hasta terminar el trabajo
A mi mismo: En desacuerdo 1 C
Otra: En desacuerdo
10
3C
2C
30
20
29. ...es temperamental, de humor cambiante
20
A ml mismo: En desacuerdo 10
Otra: En desacuerdo
30. ...valora lo artIstico, lo estético
A ml mismo: En desacuerdo 1 C
Otra: En deSacuerdo
Otra: En desacuerdo
30
20
1C
2C
2C
10
40
30
10
33. ...hace las cosas de manera ëficiente
A ml mismo: En desacuerdo iC
Otra: En desacuerdo
10
30
2c
34. ...mantiene Ia calma en situaciones difIciles
20
A ml mismo: En desacuerdo I C
Otra: En desacuerdo
10
35. ...prefiere trabajos que son rutinarios
A ml mismo: En desacuerdo 1 C
Otra: En desacuerdo
10
36. ...es extrovertido, sociable
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
1C
30
14
40
40
40
De acuerdo
De acuerdo
50
50
De acuerdo
De acuerdo
50
5C
De acuerdo
De acuerdo
sC
40
30
20
50
sC
40
30
2c
40
30’
20
20
1C
30
De acuerdo
De acuerdo
5C
40
30
’
2c
5C
40
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
2c
50
40
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
20
50
40
30
De acuerdo
De acuerdo
50
40
32. ...es considerado y amable con casi todo el mundo
20
30
A ml mismo: En desacuerdo 1 C
Otra: En desacuerdo
50
40
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
2
10
31. ...es a veces tImido, inhibido
A ml mismo: En desacuerdo
30
50
50
40
30
2C
10
40
De acuerdo
De acuerdo
37. ...es a veces maleducado con los demás
2€
A ml mismo: En desacuerdo iC
Otra: En desacuerdo
iC
30
30
2€
Otra: En desacuerdo
10
39. ...se pone nervioso con facilidad
A mi mismo: En desacuerdo 10
Otra: En desacuerdo
1C
30
30
20
40. ...le gusta reflexionar, jugar con las ideas
20
A mi mismo: En desacuerdo iiC
•Otra: En desacuerdo
1C
Otra: En desacuerdo
20
10
iC
43. ...se distrae con facilidad
A mi mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
3.0
20
1C
10
30
20
44. ...es educado en arte, müsica, o literatura
20
A liii mismo: En desacuerdo 1 C
Otra: En desacuerdo
45. ...tiene alta auto-estima
A mi mismo: En desacuerdo
•Otra: En desacuerdo
10
IC
30
20
15
50
40
De acuerdo
De acuerdo
De acuerdo
50
50
De acuerdo
De acuerdo
50
40
40
De acuerdo
50
40
30
20.
De acuerdo
50
40
30
De acuerdo
50
40
30
10
50
40
50
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
20
sC
40
30
De acuerdo
De acuerdo
50
40
2
50
4€
De acuerdo
De acuerdo
50
40
30
1
.
30
2c
.42. ...Ie gusta cooperar con los demás
A mi mismo: En desacuerdo 1 C
Otra: En desacuerdo
30
2€
41. ...tiene pocos intereses artIsticos
A ml mismo: En desacuerdo 1
30
De acuerdo
50
40
40
30
20
De acuerdo
50
40
4C
30
2
50
40
38. ..hace planes y los sigue cuidadosainente
20
A ml mismo: En desacuerdo iC
50
40
De acuerdo
De acuerdo
46. ...es muy religioso
Amimismo:Endesacuerdo
Otra: En desacuerdo
iC
1€
47. ...es polIticamente liberal
A ml mismo: En desacuerdo
Otra: En desacuerdo
1C
30
20
30
2€J
1C
40
30
20
2
40
C
30
50
50
40
40
Otra: En desàcuerdo
10
30
20
De acuerdo
50
De acuerdo
50
• 48. ...Esta usualmente en malos términos con los otros.
A ml mismo: En desacuerdo 1C
2
30
De acuerdo
50
40
Deacuerdo
5.0
De acuerdo
De acuerdo
Las siguientes preguntas opcionales nos ayudan a determinar quien está tomando el test y
asImejorarlo para visitantes en ci futuro como usted.
Es la primera vez .que compieta este test de personalidad o lo ha hecho con anterioridàd
(usando esta misma pagina web)?
• ONo, es mi primera vez
CSI, he completado esta prueba con anterioridad
Sexo
(Jfemenino
Cmasculino
Edad
Et
.
.
.
,Con qué raza te identificas primordialmente?
1(Selecciona-para
vet las-opcionés)
.
En qué pals usted paso la mayor parte de su juventud?
(Selecciona
paravet las opciones)
En qué estado o provincia de Estados Unidos o Canada usted paso la mayor parte de
juventud? (si se aplica)
1(Seleccionaparaver las:opciones)
Cuái es ci código postal del lugar donde. usted paso la mayor parte de su juventud?
Cuanto
LI
tiempo usted vivió en eselugar? (en años)
•
,Cuánto le gusto vivir en
ese lugar?
.•
Desagrada 10
16
.
20
30
4°
sO
6C
70
Agrada
MUSIC:
LáReinadelPop La
Orejade Van Gogh
17’
0111213141516171819
AIBICIDIEIFIGIHIIIJIKILIM
IOIPIOIRISITIUIVIW
N
IZ
IXIY
QueensAttorneys
1-800-880-1743ExperiencedNYC& QueensLawyers
www.ReibmanWeiner.com
Po Rinatones
l000s of Pop RingtonesHereDownloadInstantly
Quick& Easy!
-
ringtones.Funmobile.com
SeriousRepresentation
Portland’sCriminalAttorneys.We NeverStopWorking
ForYou!
www.englegiles-2.com
UpperCut> Artists 0
>
La OreIa De Van Gogh > Pop
Tienes talento, cultura, manos bonitas.y estudias frances.
Cantas, actuas y pintas, escribes poemas, todo lo haces bien.
Has nacido artista Jo se
Se te nota en Ia cara, tienes mucho poder.
Firma aqui abajo y veras
como cambia tu vida es muy facil ganar.
Eres Lareina del pop
una diva sin nombre, tin monton de ilusion
Eres facturas y alcohol
Una foto borrosa, una for sin olor.
Piensa en que vas a gastar
todo ese dinero que vas a ganar.
No sabes cuanto te admiro, te aplaudo, te miro y te escucho tambien.
18
Nunca olvides quien te ayudo
quien estuvo contigo
quien te enseflo.
No dejes que nadie al pasar
te mire a los ojos, tu debes mandar.
Eres Ia reina del pop
una diva sin nombre, un monton de ilusion
Eres facturas y alcohol
Una foto borrosa, una for sin olor.
Eres Ia reina del pop
una vida sin nombre, un monton de ilusion
Eres facturas y alcohol
Una foto borrosa, una for sin olor.
Eres Ia reina del pop
una vida sin nombre, un monton de ilusion
Eres facturas y alcohol
Una foto borrosa, una for sin olor.
Una for sin olor, uiia flor sin color, una for sin olor.
9989.108
19
UNIT Z: Childhood
Objectives:
Students will:
1. Demonstrateproficiency by:
a.
Discussingone’schildhoodas well as the childhoodsof others
b.
Talking about the past
2. Formthe preterite tense
3. Formthe imperfect tense
4. Formthe past continuoustense
5. Formthe past perfect tense
6. Use the correct form and placement of the direct and indirect object
pronouns
7. Analyze/discuss/respondto cultural texts/topics on:
a.. Famoushistorical dates in Hispanichistory
*
8. Read/analyze/discusscultural texts:
a. El nacimientcr.excerpt from CarmenKurtz’s novel on the very
first momentsof life*
b. Los juegos de Lilus: excerpt from ElenaPoniafowska’snovel about
a child who has a vivid imagination*
c.
Las Meninas:interpretation of DiegoVelasquez’spainting
20
9. Assessment:Students will take quizzes and/or examson each unit studied
in class.
Listening: identify characters from reading (El.nacimienfo)while listening to
a cd, view a videoof a Mexican soap opera and answer comprehension
questions
.
.
Speaking: discussthe signs of the zodiac and personality types, interview
classmatesabout their childhoodand birthday celebrations and traditions
Reading: read excerpts listed from textbook as well as horoscopesfor signs
of the zodiac
Writing:’write a narration about the day you were born, write horoscopes
for classmates,write a children’s book,write a short story/ character
from the point of view of
description basedon the art of tiego VelGsquez.
“Ia infanta” (younggirl in the painting)
21
ChildhoodHabits
22
Bobo,
guiainfantiLcom
Registrate
‘
‘
AilmentaciOn Bebes Compras Comportamiento Educacibn Embarazo. Foros Fotos Libros Nombres Ocio Salud VIajes
MENU
AnunclosGooale
LibrosNiños
CuentoNiflos
RelatosNiflos
CHUPARSE LOS DEDOS
COMPRAS
Esmás aconsejableactuarsin presionesy sin
demasiadaexigencia
El chupar el dedo ya sea
Tarleta CumaleanosGratis
de Ia mano 0 del pie, es
Sorpréndeie
Virtuales
conLoMásenTar)etas
• •
ElijeLaTuyaGratsi
un reflejo primarlo que a
Abuelos
www.IncrediMaiI.com
Abusosexual
veces se mantiene por dos
•
Accidentes
razones. Una dice sobre a
autismo.TGD.ienauaie
Acosoescolar
reiaclón con que ei nlño simpiemente
conducta,asesona,entrenamientoy materlales
Adopción
psicoeducativos
queda acostumbrado al placer que Ic
Adivinanzas
psicbeduca.redtlendanet
produce o ie reiaja. Por ejemplo ei
Aprendizaje
hábito de chuparse los dedos como un
Delitos sexuales
Astrologla infantil
apoyo a Ia hora de conciliar ci sueño.
Violación. abuso,ataque? EviteIa cércel!
Autismo
Liámenos
Otra razón se reflere a situaciones en
2417
Autoestima
wwwdefendiendojusticia.com
las
haber
diflcuitad
puede
aiguna
que
Calculadoraembarazo
Cancionesinfantiles
en el desarroilo psicomotor de los
• niflos, debido a una
Chistesinfantiles
precarla
Cuentosinfantiles
estlmuiación. Eso se manlfestará a través de un háblto, de una acción repetitiva.
Cuentosen inglés
Generaimente, este tipo de conducta permanece mas bien por a primera razón
Decoracióninfantil
ménclonada, con 10cual se requlere ingenlo y creatividad por parte de los padres
Deportes
yb
cuidadores, para controlar y qultar este mal hábito.
Dientes
Dibujos
Tanto los padres como los culdadores, pueden y deben Interferir en estos casos.
ircio
Por ejemplo, en el caso de que ci nlflo se duerma con el dedo en Ia boca, una de
rmedades
uela
.,
las prlmeras providencias a tomar es intentar sustituir el hábito por otro que no
Familia
le pueda causar daflo fisico. Para que el niflo no camble ci háblto de usar sus
Fiesta de cumpleafios
manos, le regale un munequlto u otro juguete a que ci niño le guste. Es
Fotosde bebés
necesarlo que se crIe un amiguito, un companero para su descanso. El
Gemelos
masajear las manos del niflo o acariciarle el pelo como forma de relajarle, puede
Higiene del bebé
ser
una aiternativa positiva a Ia hora de ayudario a que se quite ei mal hábito. Es
Hijo ünico
más conveniente sustituir un mal hébito por otro bueno que hacer ci empleo de
Hiperactivldad
castigos y prohibiclones.
3uegos
Juguetes
Malas costumbres
Cuandolos niños dejan de chupar el dedo
Masaje del bebé
Normalmente los ni
os
dejan ci hábito de chuparse ci pulgar o los dedos entre
Miedos
los dos y los cuatro aflos de edad. La persistencia de este hábito después de los
Müsicainfantil
siete años puede favorecer a Ia aparlclón dc problemas dentaies. Puede
Niños especiales
comprometer Ia posiclón correcta de los dientes. Exlsten muchos casos en que los
Nombres
dientes supenores se quedan más salidos que los demás. En este caso, con
Noticias
Obesidadinfantil
paclencla y mucho empe
o,
hay que inducir al niño para que deje ci háblto.
Ojos
Ovulación
KatamdeJalabAtamatak- psicologa
Pañales
Papillas
ArtIculosrelacionados
Peso y estatura
Las malas costumbres de los niños
Control de los malos hábitos de los niños
Piojos
Hurgarse Ia nariz
Poesla infantil
Comerse las uñas
Pruebas de ADN
Enrollarse el pelo
niños
Recetas para
El tic nervloso en Ia infancia
Sexualidad
23
lntercomunlcadorNovaVision
2007.Liquidacionde stocks.
PVP:198,50€
_______
*
CochecitoJaneConjunto
Carrera. NO 10dudesmés!.
Encuentraaqui10que necesitasy
ahorradirtero.PVP: 529,00
Termo Pulplto. Liévateioahora
mismopor...PVP:8,19€
Vestido sin mangas
estampado.Cuelioclaudine
forrado.Pinzasdelantebajoel
cueilo.PVP: 18,50€
• Balsacochecito
• Cochecitos
• Compiementosbebés • Cunas
• Decoraclóncuarto
• DVDinfantil
• Juegosy Juguetes • Caizadobebé
• ModaInfantil
• Premamaropas
• Silia de paseo
• Viajesen famlila
‘fertas
LIBROS MIJSICA DVD
____
Hoy me siento
tonta y otros
estados de ánimo
enfadado, emocionado,
triste... Nuestro humor cambla cada dia. Los
dlvertidos e Inspirados versos de Jamie Lee
Curtis, junto con las orlginales iiustraciones de
eIbebé
guiain•fantil
corn
•r
Registrate
AllmentaciOnBebés Compras ComportamientoEducaclOnEmbarazoForos Fotos Libros. Nombres Oclo Salud Viajes
MENU
•
AnunclosGooale
CalzadoNiños
ModaInfantil
LibroNiños
I Abuelos
I Abusosexual
I Accidentes
I AcosOescolar
I Adopción
I Adlvinanzas
I Aprendizaje
I Astrologla infantil
I Autismo
I Autoestima
I Calculadoraembarazo
• I CanclonesInfantiles
I ChistesInfantiles
I Cuentosinfantiles
I Cuentoseninglés
I DecoraciónInfantil
• I Deportes
I Dientes
,,
‘
)05
io•
rmedades
I Escuela
Familia
I Fiesta de cumpleaños
I Fotosde bebés
I Gemelos
J.Higlenedel bebé
(Hijo ánlco
I Hlperactividad
I 3uegos
IJuguetes
IMalas costumbres
(t’iasaje del bebé
I Miedos
.1Musicainfantil
I Nlños especiales
I Nombres
I Noticlas
I Obesidadinfantil
I Ojos’
I Ovulación
I Pafiales
I Papillas
I Pesoy estatura
I Piojos
I Poesla infantil
I Pruebas de
I Recetas para niños
I Sexualidad
P ‘rome de Down
) infantil
,a china
I Television
I Trabalenguas
O
EL SUE
INFANTIL
COMPRAS
Cómoes el sueñoen Ia infancia.Elsueñoes
importanteporquecumpleuna funciónreguladoraen
el organismo
Cuandohablamos
de
sueiioinfantll flOS
referlmosal periodo
f
dlumo 0 nocturnodurante
el cual losniflos
descansan,asimilany organizanlo
visto y aprendido,maduranfisicay
psiquicamente,e inlciarty ejercitansu
del mundoexteriory de
independencla
suspadres,por Untiempoque es
variablesegiin su edady conducta.
Sillaparael cocheMaxi-cosi
RodiXp. Lasillaquecrececon
tuhijo,enalturay anchura.
PVP:11990€
Ju
os
Niflos
Másde2000Juegos
enLineaEiigeentré una
GranColección
CunaMicunaCats. No 10
luegos.comlNinos
www.
encontrarás
mâsbarato.
AprovechaIaocasióri
Guarderla
Internacional
Escuela
multiligue
enBarcelona
pamnlfiosde4
meses
a6 años
PVP:Consultar
slencom
wwwblossom-kinderg
lb
ZapatillaBebéVansSlip-on.No
loencontrarás
másbarato.
AprovechaIa ocasiOn
PVP:32,00(
Delitossexuales
Vioiación,abuso,ataque?EviteIacárceil
Liámenos
24/7
www.defendiendoJusticia.com
El.sueñocumpleuna funclón
MundasGoogk
reguladoray reparadoraen el
organismo.Esesenclalpara el controlde Ia energiay Ia temperaturacorporal.El
suefloreabastecey restauralos procesoscorporalesque se handafladodurante
el dia.
Elsueñoconstade dosfases:
•El sueiio REM
Sueñode movimlentosocularesrápldos(REM,siglasen inglés):Eslà faseactiva
delsueflo, en Ia que el cerebropermaneceactlvo.V tamblénIa méscotta.
MovilMusicalPayaso.Llévatelo
ahoramismopor...PVP:37,03€
• Bolsacochecito
• Cochecitos
bebés• Cunas
• Complemeotos
• DecoraclOn
cuarto • DVDlnfantii
• Juegosy Juguetes • Caizadobebé
• ModaInfantil
• Premamaropas
• Silla de paseo
• Viajesen familla
El sueñoNO REM
SuefloNOREM.EsIafasetranquilay profundadelsueflo.V tamblénIa más
larga.
Elsuefloestádivldldoen cuatroetapasquesevanprofundlzando
progreslvamente,durancercade90 mlnutoscadauna y quesiempreobedecea
un mismoorden: sueñoREM(màslivlanoy corto) y el suefloNOREM(más
profundoy largo). Lo quequleredecir que todoslos bebéstransitanpor clclosde
sueñosuperficialy profundoduranteuna mismanoche.Conformeel bebOvaya
creclendo,10normales que lossueñosREMvayandlsmlnuyendoy que los NO
REMvayan aumentando. A Ia edad de 4 meses,por ejemplo,el bebéconsigue
dormir 3 0 4 horasseguldas.
Durantelos90 minutosde suefloprofundoacompafiadoen losextremospor el
sueñollviano,el bebéexperimentaun estadode semlalerta.Enestosmomentos
es cuandoci bebéestá propensoa despertarse.Perominutosdespués,entrará
en a fasemásprofundacompletandosu descansonocturnode casi8 horas.
Asi que hayque respetaresosIntervalosno interrumpiéndolos,
paraquese
conviertanen una costumbre.Hacercon que el nlflo concilleel suefloes una
tareadificil, un verdaderodesafio.PeroSIse respetasu ritmo todo serámás
fácll. Un reclénnacido,por ejemplo,ya tieneun modoproplode dormiry de
despertarse. A los padrescabegenerarci amblenteapropiadoparaque este
mismo modo permanezca. SI al despertarse ci bebé no encuentra una respuesta
Inmediata, se vera obligado a encontrar su propla rutina para seguir durmiendo.
ArtIculos relacionados
LIBROSMUSICADVD
Chillout For Babies
CD
Elchillout noes unatendencla
restringidaa losclubsde moda.
Comouna versionpostmodemade las
ancestralesnanas,esterecopilatorlocondensa
una sesiónde müslcarelajanteque harálas
deliciasde los mãs pequef
os
y, por supuesto,
delos que lesrodean.
-
COMPRAR
Th
1
El lnsomnlo de niños y bebés
Sonambulismo y los nlños
•
24
-
Cuentos para antes
de ura dormur
ART:
Las Meninas Diego
Velasquez
25
26
]
Epicom
$L
1$1
i
kii
jMdid
L
4
y Qc.I4
’.
I!
LASM’ENINASDEVELASQUEZ
•
____
Buscaren esteblog
:
j(auscar
•
Estapáginacontieneuna
sotaentradadeLbLog
publicadaen Julio 7, 2006
6:31 PM.
La entradaanterior en este
bLogfue “Con Gutenberg.
EuroDaentra en Lafase
tecnotóQica
del DroQreso.
cuandoeLcambiomismose
haceIa normaarciuetioicp
de Ia vida social.”
.
La siguienteentradaen este
bLoges “Dantzi exDLicaDor
ciuéeLLeneupiede Los
niimerOstuvo pueser
desarrolLado
ara satisfacer
lasnecesidades
creadasoor
Lanuevatecnolo2iade Las
.
letras”
Puedeencontrarmásen La
oá
ina
DrinciDato mirando
a travésde Losarchivos.
Suscribirsea estebloR(XML)
[Qué esesto?
]
La obra que Velasquezpinto en 1656es uno de loscapitulosmásimportantesde La
obra de FocauLt“Las patabrasy Lascosas”dondeeLautor trata de dar cuentadel
orden que existe en eLmundo.
La obra que Velasquezpinto en 1656es uno de Loscapitulosmásimportantesde La
obra de Focault“Las patabrasy Lascosas”dondeel autor trata de dar cuentadeL
orden que existe en eLmundo.ELmundotiene un ordeny.eLsujéto es eLencargado
de echar LuzsobreéL.Esemundoordenadoes de antemanopensadopor Diosy eL
hombretambiéntiene un Lugardentrode eseorden, un Lugarcomosujeto racionaL.
ParaFocauLtel hombrede Laépocaclásicaconocea travésde Larepresentación,por
eso Loque se ye en Lapintura: cada cosacreadatiene un lugar en et cuadro.
n cuantoa Laobra especificamente:
Lázquezse encuentrapensativoy observaLosmodeLos
que se disponea pintar.
Nosotrospodemosser esosmodelosya que somoscontemptadospor Velázquez.Sin
embargo,LosreyesFetipeIV y Manana,a quienesvemosreflejadosen el espejodeL
27
Poweredby
MovabLe
Tvøe3.34
fóndo,son‘Las.
pérsonas
queet plntorretrata.
VeLasquez
seencuentraa Laizquierdadel.cuadroconun pinceten Lamanoderechay
LapaLetaconLosdemáspinceLes
en Laizquierda.Estápreparado
parapintarLos
modeLos
d
eLante
ét.
enfrente
d
e
A
encuentran
suvez,
quese
suyoestáLaparte
steriordeLLienzosobreun cabaLLete.
si esosnopodrIamos
(desconocemos
ser
sotros).
Sivieneo seva. LLeva
EneLfondoun visitanteestáen Lasescaleras,
nosabemos
un
sombreroen Lamanoy LaLuzquevienede Laventanaesdë taLintensidad
quehace
La
LaescaLera,
Lapuertay personadeestevisitante(quepodrIamos
briLLar
ser
nosotrosrepresentados
en eLcuadro).
CoLgado
en LaparedunespejoquereflejaLaLuzy aLLI
apareceLaimagendeLrey yLa
están
saberse
si
reina.Loquenopuede
VeLázquez
o si entran
es
quietosposandopara
en esemomentôen Lahabitación.
SegüncuentanaLgunos
autores,eseespejoenganay confundecreandoespacios
iLusorios
dondesecreaunainterreLación
tanestrechaentreLopintadoy LoreaLque
resuLtadifIciLdistinguirtos.
Publicado
Valenti
Dermanente
enJulio7, 20066:31PMI Enlace
porVanesa
(4)
COMENTARIOS
LasMeninas,es un obra pictográficade taLmaestriaque en eLLaencontramosuna
pinto en 1656,
sene compLejosdiscursosde distinta indoLe.Estaobra, que VeLasquez
rebetiónartistica,
sobresaLtar
eLarte
de
La
toda
Lucha
una
pintura, que
una
es
para
todaviaen esemomentono era consideradoarte, si no simpLeartesania.
s meninaseran Lasniñasde LanobLeza,eran pequenasdamasque podlan
pertenecera Lacorte. Enet centrodel.cuadropodemosapreciara Margarita,una
ninade cuatro años,que a pesarde ser herederaaLtrono, por su corta edad,no
podia aLcanzarLareaLeza;tambiénvemosa un par de enanos(MariaBarbaray
NicoLasito
Permusano)
y que eLrey Los
, quéeran individuosmuy singuLares
aLfondoestá
obre
La
cierta
picardla;
en puerta,no es ctaroSiestá
un
manejabacon
taLvez su
LLegando
o está saLiendo,y se sospechaque era un famiLiarde VeLasquez,
estáautorretratado,preparadopara pintar...
hermano(NietoVeLasquez).
VeLasquez
Los
frente
a éL?0 incLuso,at ver frente at artista un
reyes
a qulén?a Margarita?a
está preparadopara
podemospensarque VeLasquez
gran tienzosobrecabaLLete,
pintarnosa nosotrosmismos.
de estecuadroestáen el espejoqueseencuentra
to máspecuLiar
IndudabLemente
aLfondode Lahabitación:un espejoen et que se yen reftejadosLosreyesFetipeVI y
Mariana.Estaes Laünicapintura dondese han presentadoLosreyesjuntos. EneL
cuadrose trata de manifestar,de unamaneramuy fina y muy discreta,eLdeseo
de ser reconocidocomoartista. Podemossaberesto por eL
que tiene VeLasquez
hechode que se pinto justo a un Ladode Losreyesy por que no cobró por pintar ese
cuadro (et arte no se vende). Sabemosque Lacruz que tiene VeLasquez
en su pecho
fue
ordende
FeLipeIV,justo cuatro años
un arregtopor
no Lapinto éL,sino que
despuésde LamuertedeLartista.
Pubticadopor RafaeLI Mayo30; 200712:58PM
Si creen que estecuadrorepresentaLacomptejidadde Lavida humana,diganme
dondese ye eso. Quepor másque Lebusco,no to encuentro.Masme gustarIa
aportaraLgunosdatossobreestaobra.
28
Pubticadopor Rafael I Mayo30. 200712:51PM
este cuadrorefLejapara ml un conceptoperfecto,extraordinarioy complejoque
tiene el hombreante Lavida.
ste cuadrorefleja muchosideatismoy humanismode vista perpestivadel mundo
comptejoen que se desarrotLa.
Y es por eLloque estecuadroimptica Ladiferenciade unamaneramascompLejade
to RENACENTISTA
A LOBARROCO.
GRACIAS...
Publicadopor AdterDeker MachadoHuancaI Mayo11. 20075:56 PM
hoLasoy macarenaa my mamaLegustamucho!!!y a mi tambien.chauU!
Pubticadopor macuUfflffl!
PUBLICAR
UNCOMENTARIO.
Nombre:
•
I
Dirécciónde correo eLectrónico:
-*
URL:
-—
.
Recordar datos persOnales?
mentarios::(puedeusaretiquetas HTMLparaet estiLo)
ista. préviá.) (ubIiGaL)
29
.
Abrit 6. 20074:55 PM
UNIT 3: The World We Live In
Objectives:
Students will:
1.. Demonstrate proficiency by:
a.
Analyzing the effects of technology in our world
b
Discussingwhat can be done to help the environment
2. Form the future tense
3. Form the perfect future tense
4. Form the conditionaltense
5. Conjugate reflexive verbs
6. Form the imperative mode(commands)
7. Use the correct form and pLacementof direct and indirect object
pronounssimultaneously
8. Form simple and compoundsentences
9. Analyze/discuss/respondto cultural texts/topics on:
a.
The progressionof technology*
b.
Ways to protect the environment*
10. Read/analyze/discusscultural texts:
30
a.’ Undia iñsoIifcr excerpt of a novel by Isabel Allende about a day
‘in the life of modernman
.
b;
Baja Tierra (music):meaningof the song by La Monja Enana
c.
Que pasa?(music):meaningof the song by Juanes
d.
Mi PC (music):meaningof the song by Juan Luis Guerra
11. Presentation:research environmentalissuesaffecting the Spanishspeakingworld and present to the class
12 Assessment:Students will take quizzes and/or examson the unit
Listening: view a videoof a Mexican soapopera and answer comprehension
questions,respondto true/false questionsbasedon vocabulary, listen to
contextualized sentencesand distinguish,between commandsand statements
Speaking: share how technologyplays a role in your life, discusswhat
technological items you “could not live without”
Reading: read articles about EL Yunque(tropical rainforest in Puerto Rico)
as well as excerpts from the children’s book En el BasqueSecoby Angel Luis
Torres
Writing: write’ a letter to a political figure about your ideas on/the
importance of saving’the environment,write a poemabout the animalsand
plants found in’the rainforest
31
National Rainforest:
El Yunque
32
Bosque Nacional El Yunque
damos la bienvenida’a El Yunque
ANUNCIOS
Bienvenido! Benvenuto! Bienvenue!Boa Vinda!
Wilkommen! Merhaba! WELCOME!
.i
.‘
:
-
El Yunque,el Bosque Nacional El Yunque, le da Ia
bienvenida. Como Supervisor Forestal y como
puertorriquefio,les invito cordialmente a quevisiten nuestro
intrigante bosque tropical y experimenten las maravillas de
este paralso del ecoturismo. Nuestro bosque en Ia isla de
Puerto Rico, en el cálido y acogedor Caribe es uno de los
bosques pluviales más accesibles del mundo. Cuando nos
visiten encontrarán que nuestro personal profesionalse
dedica de Ileno a Ia misión del ServicioForestal de los
EE.UU. de “Cuidar de Ia tierra y servir a Ia gente”.
El Portal, Centro del Bosque Pluvial, a Ia entrada del bosque,
es el centro de visitantes más grande en el sistema de
bosques nacionales de los EE.UU. y ha recibido millones de
visitantes desde que se inaugurOen 1996.
En 2003 celebramos nuestro Centenario como reserva forestal federal. En estos primeros cien aflos
sucedieron muchas cosas de gran importancia para el Bosque Nacional El Yunque y para nuestra Isla.
Pueden ver los hitos en la sección del centenario en nuestro sitio Web. Debido a la acelerada
urhanización en las cercanlas del bosque tenemos muchos retos que enfrentar en el futuro inmediato.
ro objetivo principal seth asegurar Ia sustentabilidaddel bosque, su fronteraurbana y los
asociados. Les rogamos a todos a que participen activamente y nos den su apoyo con sus
tstemas
comentarios sobre este asunto tan importante. Puede obtener más informaciónsobre Ia sustentabilidad
en Ia sección de Proyectos y Planes de este sitio Web.
Recientemente redisefiamosnuestra página Web para hacerla niás accesible.Nos gustarla que se
comunicaran con nosôtros para ofrecernos sus comentariossobre el nuevo formato. Espero que sigan
enterándose por medio de nuestro sitio Web. Cuando estén planificandosus vacaciones desearla que
incluyeran al Bosque Nacional El Yunque como destino.
Me dana mucho gusto saludarlos cuando nos visiten.
Pablo Cruz,
Supervisor del bosque
Que hay de nuevo?
nuestra página web...
33
Comprehensive River Management
Plan (CRMP) Scoping Letter
CRMP Public Notice (English)
Anuncio at Püblico del CRMP
(Spanish)
Wild and Scenic Rivers and
El Toro Wilderness Map
HAGACLICAQUIpara conocer sobre Ia Amazona vittata, Ia Cotorra
Puertorriquefiay el programa de recuperación para salvar a esta especie amenazada
con Ia extinción. (por el momento Ia informaciónsobre la Cbtorra esta disponible
solo en inglés).
Viaje virtual por los Bosques Pluviales de America
Unase a los expertos del ServicioForestal de los Estados Unidos en una aventura de aprendizaje a
distancia GRATIS a travez de los Bosques Pluviales de America. Los bosques pluviales proveen un
paralso para Ia mayor diversidad de plantas y animales de Ia Tierra. Unase a cientIficos,investigadores
y estudiantes y explore ci bosque piuvial tropical del Bosque Nacional El Yunque en Puerto Rico y los
bosques pluvialestemplados en Alaska y el Noroeste del PacIfico. Haga die para ir al sitio
“America’s Rain Forests”.Este enlace Ic Ileva al Programa educacional del los Bosques Pluviales de
AmCricá,ci cual provee lecciones gratis, una grabaciOndescargable de Ia transmisiOnoriginal e
informaciOnsobre los bosques Pluviales templados y tropicales de America.
• En El Portal Centro del Bosque Pluvial...
En El Portal Centro del Bosque Pluvial tenemos algo nuevo y excitante para ci disfrute de usted y sus
niflos! Acabamos de instalar cuatro fascinantes Dioramas de Ia Naturaleza en nuestro pabeliOn
“Conociendoci Bosque” en ci segundo nivel del Centro. Cada diorama muestra figuras de Ia vida
silvestre en su habitat pluvial natural con asombroso realismo.
os
a a sus ni
con usted y juntos descubrirán muchas maravillas que no conoclan sobre los
fibs lagartijos, coqufes, invertebrados y plantas epIfitas de El Yunque. Al salir de ci Centro
p eden caminar por Ia hennosa y excitante vereda interpretativanatural de El Portal.
• En Ia tienda libros Eastern National...
de El PortalCentrodel BosquePluvialesta ahoraa Iayentaen
La nuevaGufaInterpretativa
todaslas tiendasdelibrosEasternNationalen el BosqueNacionalEl Yunque!
l Bosque Nacional El Yunque acaba de publicar una gula de 60 páginas, a todo
color sobre El Portal Centro del Bosque Pluvial y Ia vereda natural El Portal
IAGA CLICAQU! para más detalles.
Próximos eventos
csentaclón de Animates Vivos en El Portal
34
Fecha: Domingo 12 de agosto de 2007
Tópico: Mamiferos Exóticos
Animales que se presentarán:Zorrillos, Perros de Pradera, Mangostas,Possum, Monos, Hamsters
Tema: El impacto pam Ia supervivencia de lbs mamiferos nativos con Ia Ilegada de los exóticos.
irobat
Reader Gratis
Esta Web tiene documentos en formato PDF.
Se necesita Acrobat Reader pam
verbs.
35
Bosque Nacional El Yunque
tos de la Vida Silvestre
-
Archivo 2007’
Bienvenidos a Ia página sobre vida silvestre. Aqul encontrará informaciónsobre las fascinantes criaturas que habitan el
Bosque Nacional El Ytinque. Todos los meses se afladeuno nuevo. Si hace clic en Ia foto o dibujo puede obtener datos
sobre su tamaflo,hábitos y habitat, además de ver fotos y (si está disponible) escuchar una grabacion de su voz. Los
archivos sobre vida silvestre se comenzaron a recopilar en ci 2002.
Coqul de las Yerbas
Enero
cielago de C
Febrero
Lagartijo lanchado
Abril
Julio,
Junio
a Comün
Agosto
NOTA:
El Servicio de Información Taxonémica Intergrada (IT IS por sus siglas en inglés) anuncia que el nombre del género Anolis del este de
las Antillas ha sido cambiado; las 14 especies dentro de este genero ya no se Ilaman Anolis, por ejemplo, A. acutus, A. cooki, A.
cristatellus, etc., ci nombre del género es ahora Clenonotus, e. g., C acutus, C. cooki, C. cristatellus, etc. Por favor note que ci nombre
‘n “Anolis” seguira siendo utilizado para describir a las especies dentro de este género, sélo el nombre cieñtIfico es ci que ha
iado.
36
ESPECIES AMENAZADASO EN PELIGRO DE
EXTINCION
Por: Blot. Darwin Vega C.
El Ecuador es poseedor de una gran riqueza de flora y fauna silvestres. Sin
embargo estos recursos naturales han sido sustancialmente alterados por Ia
deforestación, el comercio ilegal de especies, Ia cacerlafurtiva, quema de
los bosques,etc., lo que ha ocasionado que muchas de lasespecies silvestres
del Ecuador se encüentren amenazadas o en peligro de extinción. La verdad
es que si iw ayudamos a salvarlas, puede ser Ia ultima generacion de estos
animales que pueda ver la hermosura de nuestropais. En el presente
reportaje vamos a conocer algunos de ellos.
EL OSO DE ANTEOJOS, maravilloso animal de gran tamaño, que debe su nombre a las
franjas amarillentas airededOrde sus ojos, como si usara dos grandes lentes, es una de las
especies de la fauna silvestre ecuatoriana que se encuentra asociado a un tipo de habitat
amenazado; la cacerla furtiva; por su came, su pie! y su grasa constituye las principales
causas de la disminución de las poblaciones de estos animales.
MONO CHORONGO 0 BARRIGUDO, estos preciosos animates, de coloración café
oscura o cãstano, han sufrido Ia destrucción de su habitat, afectando seriamente a sus
poblaciones. Son capturados como mascotas por la gracia y encanto que demuestran a!
ser domesticados. Acostumbran formar numerosos grupos, mismos que se encuentran
restringidos a zonas donde no existe cacerla ni influencia humana.
TAPIR AMAZONICO 0 VACA DE MONTE, perseguida por su pie!, grasa y uñas.
Son criadas en corra!es de algunas comunidades en la amazonla, pues su came es muy
deliciosa. La destrucción del bosque primario y secundario, zonas en las que habita, son
causas también, del pe!igro de extinción. A pesar de ello existen .personas e instituciones
que realizan proyectos por sa!var a! tapir amazónico, con programas que mantengan su
conservación, asI podemos encontrar este animal en e! Centro Experimental Fatima,
ubicado en la ciudad de! Puyo, en la amazonIa.
EL CONDOR ANDINO, denominado el Rey de los Andes, por su
majestuosidad y capacidad de volar hasta los ilmites de las nieves
perpetuas. Considerada el ave voladora más grande del planeta; de
loración negmacon contmastesb!ancos, su habitat destruido, cazada
hermóneamentepomcampesinos y hacendados, se encuentra en serio
los más
pe!igro de extinción, pomlo que es impmescindiblemealizam
grandes esfuerzos pamaevitar su extinción.
I
LOROS, GUACAMAYOS Y PERICOS, sus colomesvistosos y llamativos, Lacapacidad
de repetir palabras, sobre todo si son captumadasdejovenes(lomas); !afacilidadde
adaptarse en cautiverio, los precios altos que por ellas se pagan en el mercado extranjero,
Ia tala indiscriminada de sus bosques y Ia persecución de la gente local como fuente de
proteIna, han determinado que estasayes se enduentren restringidas a sitios de
37
protección.
EL PUMA 0 LEON AMERICANO, es de fornida y esbelta figurá, piel leonado rojiza,
clara u oscura y hasta medio negra con una mancha del mismo color a cada
lado(Patzelt,E1978). Considerada una amenaza para’las poblaciones locales y sus
animales domésticos, han permitido que desde hace mucho tiempo sean severamente
cazadas, además del valor comercial de sus pieles. También Ia destrucción de sus habitats
han amenazado su conservación(Tirira,D.1999).
PECARI 0 SAHINOS, en el Ecuador existen dos especies, el pecan de colar y el pecan
de labio.blanco. Estas dos especies se yen amenazadas por la cacerla y Ia destrucción de
su habitat. Su came es deliciosa y su piel muy cotizada. Se alimentan de frutos, rakes,
bulbos, rizomas y a veces de pequeflos vertebrados e invertebrados; por lo que se hace
necesario conservar ambientes en donde se alimenta estos ejemplares.
LA PACARANA, un roedor de coloración gris con manchas blancas. Considerada como
una especie rara en el Ecuador, de movimientos lentos y costumbres nocturnas. Habita
en areas boscosas, se alimenta de frutos y hojas tiernas. Se sienta sobre sus extremidades
posteriores para consumir su alimento, mientras que con las exrtremidades anteriores lo
ileva a boca. Es un dispersor de semillas en el bosque. Es una especie muy cazada
activamente y debido a su poca distnibución, y a la destrucción de su habitat, esta
dismunuyendo.
Este tipo de especies se las puede encontrar restringidas en algunos sitios protegidos del
Ecuador, en donde turistas nacionales y extranjeros pueden disfrutar de su belleza
natural. Estos sitios son: Area de Recreación Cajas, Parque Nacional Sangay, Parque
Nacional Podocarpus, Parque Nacional Cotopaxi, Reserva Cayambe Coca, Reserva
Cotacachi Cayapas, Parque Nacional Ilinizas, Parque Nacional Antisana, Reserva de
Producción FaunIstica Cuyabeno Parque Nacional YasunI’,Riveras del rio Napo, Area
de Recreación El Boliche, Reserva Biológica Limoncocha, Reserva Ecologica Machi
Chindul.
,
Pero también podemos encontrarlos en sitios en los que se mantienen a la vista del
püblico en general, tales como los Zoológico, San MartIn de Baflos y Guayllabamba de
Quito.
[jjo]1Contáctanos]1GaIeria][Ciudades
(postaIesJ
•
www.ecuatorianisimo.com
Ecuador1999
38,
Recycling
39
Reciclaje
P
Wikipedia, la enciclopedia libre
EsteartIculoo secciónnecesitafuentes o referencias que aparezcanen una
publicaciónacreditada, como librosde textou otras publicacionesespecializadasen el tema.
Reciclaje es un término empleado de manera general para describir el
proceso de utilización de partes o elementos de un artIculo, tecnologIa,.
aparato que todavIa pueden ser usados, a pesar de pertenecer a algo que ya
llego al final de su vida iltil.
Reciclar es por tanto Ia acción de volver a introducir en el ciclo de
producción y consumo productos materiales obtenidos de residuos. Por
ejemplo, reciclar un ordenador significa que, o bien sus partes o las
materias primas que forman sus componentes vuelven a emplearse en la
industria de fabricación o montaje.
‘
•También se refiere al conjunto de actividades que pretenden reutilizar
:partes de articulos queen su conjunto han Ilegado al término de su vida
Util, pero que admiten un uso adicional para alguno de sus componentes o
entos.
SImbolointemacionalde
recictaje.
A1proceso (simple o complejo, dependiendo del material) necesario para
disponer de estas partes o elementos, y prepararlos para su nueva
•utilizaciOn,se le conoce como reciclado.
La producción de mercanclas y productos, que hace crecer el corisumo y
como consecuencia el aumento de desechos de diverso tipo —algunos de
los cuales no pueden simplemente acumularse o desecharse, pues
representan un peligro real o potenêial para la salud—, ha obligado a las
sociedãdes modernas a desarrollar diferentes métodos de tratamiento de
•
tales desechos, con lo que la aplicación del reciclaje encuentra
justificación suficiente para ponerse en práctica.
En una vision ecolOgica del mundo, el reciclaje es Ia tercéra y iltima
medida en el objetivo de la disminuciOnde residuos; el primero serIa la
reducción del consumo, y el segundo la reutilizaciOn.
Tanto el término como sus actividades se han vuelto de dominio püblico y
se aplican en muchas areas productivas, econOmicas,sociales e incluso
polIticas y humanas
40
Otra versiOndel sImbolo
internacionalde reciclaje.
Tabla de contenidos
a
•
•
•
•
1 El reciclaje en Espafla
2 El papel de la educación al consumidor
3 Razories para reciclar
4 Condiciones para reciclar
5 Enlaces externos
Unavisionrecicladade Ia Tierra.
El reciclaje en España
En Espafla la gestión del reciclado del plástico y del papel está en
manós de Ecoembes (Ecoembalajes Espafla, SA), sociedad
anónima sin ammo de lucro, elementos para el reciclado: vidrio,
plástico, papel y metal. La cadena de reciclado empieza cuando los
:coñsumidores separan los envases de los productos del resto de la
basura y los depositan en los distintos contenedores. Existen tres
tipos dè contenedores de reciclaje, con diferentes colores:
• Contenedor amarillo (envases): en este se deben depositar
todo tipo de denvases ligeros como plásticos, latas,
tetrabricks, etc.
a Contenedor azul (papel y carton): en este contenedor se
Un puntoIimpio:contenedoresselectivos
deben depositar los cartones de cajas, asI como los
de recodigade residuos.
periOdicos, revistas, papeles de envolver, propaganda, etc. Es
aconsejable, plegar las cajas de manera que ocupen el
minimo espacio dentro del contenedor.
• Contenedor verde claro (vidrio): en la mayor parte de las ocasiones tiene forma de iglü.
•
Relacióncontenedor producto
edor amarfflo Contenedorazul Iglü verde Punto limpio
-
te
Lc0
Envases plásticosy latas Papel y cartOn
Vidrio
Otros productos
En cada localidad, el Ayuntamiento es el encargado de la recogida de los residuos que posteriormente se
trasladan a uña de las plantas de reciclaje para cbmpletar el proceso.
Otros productos como las pilas, aceites, metales, ordenadores, electrodomésticos... también son reciclables.
Son muchos los Ayuntamientós que ofrecen soluciones para la recogida de este tipo de residuos. En muchos
municipios existen los Ilamados <<Puntoslimpios>>.Se trata de centros de recogida de residuos peligrosos para
los que no existe un contenedor especIfico; En ellos podemos dejar.todo tipo de productos sin ningün coste
evitando, asI, contaminar el planeta. En esta web
(http:/Iwww.ocu.org/ASPX/OCU.Calculators/CleanPoints/Defaült.aspx)(OrganizaciOn de Consumidores y
Usuarios)se puede localizar el punto limpio más cercano.
iapel de la educación al consumidor
ci consumidorcomün, consciente de Lanecesidad de reducir los
ar
quc puedccksempci
41
__
desperdicios,y por to tanto propiciar.el reciclaje de los materiales;es elegir aquellos productos cuyos envases
son.retornables, o facilmente reciclables. Por ejémplo: prefenr laè bebidas cuyos enyases son retornables.
Razones para .reciclar
El costo de recogida y eliminación de una tonelada de basura es de : entre 30 y 36 € en España.
En Espafla se tiran at aflo más de 300.000 toneladas de metales. Esto es un despilfarro de material.
Si se recicla el vidrio se ahorra un 44% de energIa y por cada tonelada reciclada s ahorran 1,2 toneladas
de materias primas.
Recuperar dos toneladas de pI.ásticoequivale a ahorrar una tonelada de petrOleo.
Por cada tonelada de aluminio tirada at vertedero hay que extraer 4 toneladas de bauxita (que es el
mineral del que se obtiene). Durante la fabricación se producendos toneladas de residuos muy
contaminantes y difIciles de eliminar.
At reciclar una tonelada de. papel se salvan 17 árboles.
•
•
•
•
•
•
Condiciones para reciclar
Es evidente que paraque se produzca un buen reciclaje, la sociedad debe intervenir en el proceso de
ctasificación de basuras,este tema es poco debatido püblicamente tanto desde el punto de vista juridico corno
técnico, considerando que Ia clasificación doméstica ha de ser un derecho, nunca una obligación; que es uno
de los eslabones que dificultan el máximo ejecicio del buen reciclaje.
Considerando que parte de nuestras basuras, contenedores y residuos en general, el contribuyente paga un buen
dinero para su recogida comUn,es abusivo presionar a éste a que contribuya además con un servicio extra, y
como es la clasificación y catalogaciOnde sus basuras (muchas de ellas de dudosa clasificación). Este
principal handicap en el reciclaje.
,Por lo que unas de las mejores condiciones que mejorarla el reciclaje, serIa un incentivo, rebajando en general,
I el precio del recibo urbano de recogida de basuras; un buen gesto, sin duda por parte de las Administraciones
.tocales, pero que tiene su justificación, ya que parte de esta rebaja se compensarla con la cantidad que reciben
directamente de las industrias de reciclamiento.
::
Nunca
hay que perder de vista, que la clasificación y catalogacion de basuras por parte del contribuyente, es un
servicio gratis que se realiza sin recibir ninguna contraprestación directa, además de considerar que la
AdmimstraciOnLocal recibe una contribución por otra parte, de este modo se evitaria que siempre paguemos
más, Jo de siempre, el ciudadano
Enlaces externos
• Redcicla El portal del reciclaje (http://www.redcicla.com/)
Guia ilustrada para reciclar papel (http://www.vinculando.org/ecologiaJpapel_reciclado/)
• Reciclaje en Bogota (http://reciclajebogota.googlepages.coml)
• Reciclaje (http://www.reciclamercado.com/) ReciclaMercado Compra Yentade material reciclado y
para reciclar
Ecoempaques (http://www.ecoempaques.com.pe) Información sobre pulpa de papel reciclado.
Sugerencias de productos que se pueden obtener con el conformado de pulpa, como empaques, envases,
protectores, etc.
-
•
.
-
-
42
Obtemdo de “http I/es wikipedia org/wiki/Reciclaje”
Categorlas: Wikipedia:Articulos que necesitan referencias I Reciclaje
tEa pagina fue modificada por Ultimavez el 19:13, 8 ago .2007.
•‘ Contenido disponible bajo los términos de Ia Licencia de documentación libre de GNU (véase Derechos
deautor).
dia
Wikipedia®es una marca registrada de la organización sin ánimo de lucro Wikim
Foundation, Inc.
43
Un dia insólitO
Entró en su oficina por la puerta de servicio, como hacla a menudo
para evitar a los clientes de Ia sala de espera. Su escritorio era una
montana de papeles y en el suelo se apilaban también documentos y
libros de consulta, sobre el sofa habIa un chaleco y varias cajas con
campanitas y ciervos de cristal. El desorden crecIa. a su airededor
arnenazando con devorarlo. Mientras se quitaba ci impermeable paso
revista a las plantas, preocupado por el aspecto fünebre de los hele
chos. No alcanzó a tocar ci timbre, Tina lo esperaba con Ia agenda
dcl dIa.
—Debemos hacer algo con esta calefacciOn, me está matando las
plantas.
—Hoy tiene una declaración a las once y acuérdese que en la
tarde. debe ir a los tribunales. .Puedo acomodar un poco aquI? Esto
parece un basuraL si no le importa que se lo diga, Sr. Reeves.
—Bien, pero no me toque ci archivo de Benedict, estoy traba
jando en eso. Escriba otra vez al club de Navidad para que no me
manden más chirimbolos. aMe puede traer una aspirina, por favor?
—Creo que Ic harán falta dos. Su hermana Judy ha ilarnado varias
veces, es urgente —anunció Tina y salió.
Reeves tomO ci teléfono y liamó a su hermana, quien Ic comunicó
en pocas pathbras que Shanon habla pasado temprano a dejar a David
en su casa antes de emprender viaje con rumbo desconocido.
—Ven a huscar a tu hijo cuanto ames porque no pienso hacerme
cargo de este rnonstruo, bastante tengo con mis hijos y mi madre.
Sabes que ahora usa pa
ales?
David?
—
—Mi mama. Veo que tampoco sabes nada de tu propio hijo.
k.beI
Allende,El phm iiifiniro, j.p. 283—84.
187
44
MUSIC:
Bajo Tierra La
• Monja Enana
Que Pasa? Juanes
Qjala que ilueva café
andMi PC Juan
Luis Guerra
.
45
.fo4
web hoctino
domain
ohoto sharinci
names
This site is hosted for free by FortuneCitv
.
FreeRadio:Mexicana
EscuchaMusicsMexicanay miralosultimosvideosen Batanga
www.batanga.com
Tuscantantesfavoritos
detodoslos generos,su mUsicsy másen
Encuentra
cantantes
Terra
www.teffa.com
Dayslnn WilkesBarrePA
Getourbestrateat oursiteor yourfirstnightisfree.
www.daysinn.com
WebHostingCanada
Listof webhostsin Canadawithdiscountandpromotion
offers
www.HostSearchcom
Anuncios Gooqie
Lyrics
JesseMcCartnevLyrics
The DarknessLyrics
BAJO TIERRA LYRICS
MORENA
Sabes tu lo sabes tu mi amor, que sin ti me muero
Rio manso de agua tan pura, sumerjeteen mis brazos
Sabestu lo sabestu mi bien, que sin ti me muero
lsamode mi corazon,herido y marchito
Y eres b
Besamecomo te beso,quedatesolo un momento
A ml lado soñandocontigo,juntos los dos, los dos
Y abrazamecon pasiondesmédida
Has que este momentode amor sea eterno
Mi morenatus ojos tus labios y tu piel
Mi morena mi vida mis sueñosque ayer yo dejè
Mi morenatus ojos tus labiostoda tu mujer
Mi morena mi vida, mis sueñosque ayer yo deje
Mi morena...
-
6
4
Toni BraxtonLyrics
111213I415161718I9
0
AIBIC ID IEIFIGIH II IJIK IL IM
NIOIPIOIRISITIUIVIWIXIYIZ
Juanes Radio Free
DiscoverNew MusiclikeJuanesFreeUnlimitedListening!
www.pandora.com
-
JuanesSQnQ
FindMusic,Photos,Videos& Lyricsfor l000s of Artists Free
Rhapsody.com
-
Hotels in La Paz. B.C
.
Availablehotelsat low rates.Booknowand save!
www.discoverymexico.com
Juanes Rincitones
GetJuanesringtonesGetthem complimentary!
Juaries.ToneTunes4u.com
UpperCut>> Artists J >> Juanes
>>
Que Pasa?
Que paso preguntó yo
Prëgunto yo que paso en el mundo hoy
Y que en todos los diarios yo leo las mismas noticias de horror
Vidas que callan sin razon
Porque sera que hay tanta guerra
Porque sera que hay tanta pena
Que sera que sera pergunto yo
Que sera pregunto yo
Pregunto yb que sera que no hay amor
Y que en vez de abrazarnos los unos a otros nos damos cañon
Y olvidamos el arnor
Porque sera que hay tanta guerra
Porque sera que hay tahta pena
47
Quesera que sera pergunto yo
La gente seestamatando
La gente se estamuriendo
Yyo sigo aqui sin comprender
Que pasa con el mundOque esta tan immundo
Que pasa pregunto que pasa pregunto
Pregunto yo que pasa hoy con el mundo
Que esta tan absurdo que esta taciturno
• Que pasa que nada buenos nos pasa
• Y que Ia paz por aqui nunca pasa
Que pasa que solo la guerra pasa
Que es Jo que pasa pregunto yo
---guitar solo--La gente se esta matando
La gente se esta muriendo
Y yo sigo aqui sin comprender
Que pasa con el muhdo que esta tan immundo
Que pasa pregunto que pasa pregunto
Pregunto yo que pasa hoy con el mundo
Que esta tan absurdo que esta taciturno
Que pasa que nada buenos nos pasa
Y que Ia paz por aqui nunca pasa
Que pasa que solo Ia guerra pasa
Que es lo que pasa pregunto yo
Que pasa con el mundo que esta tan immundo
Que pasa pregunto que pasa pregunto
Pregunto yo que pasa hoy con el mundo
Que esta tan absurdo que esta taciturno
Que pasa que.nada buenos nos pasa
Y que Ia paz por aqui nunca pasa
Que pasa que solo Ia guerrapasa
Que es lo que pasa pregunto yo
Sf1EMffTER
99
L 1.9759
•
48
Aug 20, 2007.
Spanish Lyrics:.
LANGUAGES
Spanish Resources
& CULTURE:.
SPANISH
TRAVEL INFO
SPANISHRESOURCES
Spanish Lyrics
Peruvian & Latin
Recipes
IN PERU:.
PROGRAM
SPANISH
LOCATION
fl
ON
VOLUNTEER PROGRAM
Activities
& Excursions
PRICES
ENROLLMENT
.: BROCHURE
•SURETIME:
fl
PICTURESGALLERY
PHOTOTOUR
SPANISH:.
ABOUTUS
OURSTAFF
OURTEACHERS
OURSTUDENTS
WORKWflH US
CONTACTUS
NEWSLETTER
FAQ5
SITE MAP
Juan Luis Guerra
>
Ojalá que Ilueva café
Ojalá que llueva Caféen el campo
que caiga un aguacerode yuca y té
del CieloUnajarina de queso blanco
yal stir una montanade berro y miel
oh, oh, oh-oh-oh, ojalá que Iluevacafé,
0
SPANISH COURSES
Ojalá que Iluevacafé en el campo
pelnar un alto cerro (d)e trigo y mapuey
bajar por Ia colina de arroz graneado
y continuarel arado con tu querer
oh, oh, oh-oh-oh...
Ojalá el otoño en vez de hojas secas
vista ml cosechae pitisalé
sembrar una Ilanurade batata y fresas
ojalá que llueva café
ACCOMMODATIONS
AMAUTA
>
Juan Luis Guerra
PERU
‘.1 SPANISH
Spanish Lyrics
Ojalá que Ilueva café
LATIN CULTURE’
‘SPANISH
>
Pa(ra) que en el conucono se sufra tanto, ay
ombe
ojalá que Iluevacafé en el campo
pa que en Villa Vásquezolgan este canto
ojalá que IlUevacafé en el campo
ojalá que llueva, ojalá que Ilueva, ay ombe
ojalá que Iluevacafé en el campo
ojalá que Iluevacafé
Oh....
Ojalá que Iluevacafé en el campo
sembrar un alto cerro e trigo y mapuey
bajar por Ia colina de arroz graneado
y continuarel arado con tu querer
oh, oh, oh-oh-oh...
Ojalá el otoiio en vez de hojas secas
vista ml cosechae pitisalé
sembrar una Ilanurade batata y fresas
ojalá que Iluevacafé
Pa que en el conucono se sufra tanto, aye
ojalá que Iluevacafé en el campo
pa que en LosMontonesoigan este canto
ojalá que Iluevacafé en el campo
ojalá que Ilueva, ojalá que Ilueva, ay ombe
ojalá que Iluevacafé en el campo
ojalá que IlUevacafé
Pa que to(dos) los niños canten en el campo
ojalá que Iluevacafé en el campo
pa que en La Romanaoigan este canto
ojalá que llueva café en el campo
ay, ojalá que Ilueva, ojalá que llUeva,ay ombe
ojalá que Iluevacafé en el campo
ojalá que Iluevacafé...
49
Juan Luis Guerra
More Lyrics
-
:.
Visa para un sueño
Ojalá que Ilueva café
Woman de (e)l Callao
Meenamoro de ella
Rosalia
See full lyrics list..
.
Standard spanishcourses
Specialspanishcourses
Spanish+ Culture
Spanish+ VolunteerWork
Spanish+ Excursions
SpanishFamilyProgram
LATIN CULTURE
-
REPUBLICA
DOMINICANA
e followingquestions.
M1PC
:1
por JuanLuisGuerra
I closedduring the holidays?
Nina, te quiero dedr
que tengo en computadora
un gigabyte de tus besos
y un floppy de tu persona.
Nina, te quiero decir
que solo tü me interesas
y el mouse que mu eve tu boca
me formatea la cabeza.
ng for ajob?
)?
gle?_
Nina, te quiero decir
que en mi PC solo tengo
un monitor con tus ojos
yun CD-Rom de tu cuerpo.
Nifla, te quiero dedr
que el internet de mis sueflos
lo conecté a tu sonrisa
y al modem de tus cabellos.
Y yo quiero mandarte un recathto
ábreme tu e-mail
y enviarte un diskette
con un poquito de ml
cariñito
bueno para amarte.
e in Spanish?
ormation?
iet? If so, wherewould you
•lIing’ advice?
ier to get e-mailthroughTerra?
•
Coro
Yo no quiero un limousine,
ni un chaleco de Hugo Boss,
ni la Cindy Crawford en Berlin,
ni un palaclo con pagodas quiero yo.
Yo no quiero Burger King,
ni un dibujo de Miró.
Morenita, no me hagas sufrir.
Tu cariño por la noche quiero yo.
)rks?
:Juan
t-S
LuisGuerra 440, Karen Publishing Company.
167
.
S
-
J
UNIT 4: Mystery
and Fantasy (Folklore)
Objectives:
Students will:
1. Demonstrate proficiency by:
a.
Distinguishingbetween fantasy or possibility versus reality
b,
Expressingtheir wishes,desires,doubts, and hopes
2. Formingthe present subjunctive mood
3. Formingthe present perfect subjunctive
4. Use the correct form and placementof adverbs
5. Analyze/discuss/respondto cultural texts/topics on:
a.
Architecture of the Hispanicworld*
6. Read/analyze/respondto cultural text:
a.
Tiempo Libre: short story by GuUtermoSamperioabout a man
who has an “impossible”experiencewhile reading the newspaper*
•
b. Vuela, vuela (music):a song about using one’s imaginationas an
escapefrom realityby Magneto
c.
The Hand: interpretation of SalvadorDali’s painting
7. Assessment:Students will take quizzes and/or an exam on the unit
51
Listening: listen to true/false statements basedon the short story El
Tiempolibre and correct false statements, listen to additional statements
and decide if the are expressionsof reality or fantasy, watch a videoof a
Mexican soapopera and answercomprehensionquestions
Speaking: express the desires,doubts or fantasies of characters in
illustrated situations, discussone’s hopes,wishesand wishesfor the future
Reading: read myths and legendsof the Hispanicculture, read short story
El Tiempolibre
Writing: using the subjunctive modewrite about the impossibilitiesthat are
depicted in a SalvadorDali painting of your choice,write a possibleor an
impossibleending the most recent episodeof the Mexican soapopera
52
Legend
The Toad’s Spots
—
53
sIDEb
t7
IDE
BILINGUAL
BOOKS
Stories from
Latin America
Historias de
Latinoamérica
A Legendfrom Argentina
UnaIeyendade Ia Argentina
The Toad’sSpots
In this legendyou are goingto learnaboutthe adventuresof Mr.
Toad,thefirstastronautamongtheanimals.Within the spaceof one
day,this bravehero madea round trip to the sky. Unfortunately,
becausehiscompaniondid not havea kind heart,Mr. Toadsuffered
woundson his returntrip. Sohissmoothskin becamecoveredwith
spotsthat neverdisappeared.Thesespotsservedas proof of his
heroicandunforgettabletrip. In memoryOftheir distinguishedan
cestor,all toadscontinueto wearthe samespots.
In many partsof the world, there are false superstitionsabout
toads.Buttheselittle animalsdo not payattentionto suchnonsense.’
Asalways,theyeatinsects,they live happilywith theirfamilies,and
extraordinary trip experiencedby their
theyspeakwith prideof the
illustriousancestor.
delsapo
Las‘manchas
En esta leyenda usted va a informarse de las aventuras del senor
Sapo, el primer,astronauta entre los animales. Dentro del espacio
de un dIa, este valiente héroe hizo un viaje de ida y vuelta al cielo.
Desgraciadamente, debido a que su compañero no poseía un alma
buena, el señor Sapo sufrió heridas en el viaje de vuelta. .Asf, su
piel lisa Ilego a cubrirse de manchas que nunca desapárecieron.
Estasmanchas servian de prueba de su viaje heroico e inolvidable.
En memoria de su antepasado distinguido, los sapos cbntinüan
Ilevando las mismas manchas.
En muchas partes del mundo hay falsas supersticiones acerca de
los sapos. Pero estos animalitos no prestan atenci6n a tales tonte
rias. Como siempre, comen irisectos, viven felizmente con sus
familias y hablan con orgullo del viaje extraordinario realizado por
su antepasado ilustre.
17
18 The Toad’sSpots.
de sapo 19
Losmanchas
O
•
•
nce upon a time, in the very distant past, all the
birds were invited to a party in the sky. When they
received the invitation, each one of them began to
clean and to arrange its plumage and to make preparations
for taking-part in the program.
The choir, composed of nightingales, larks, canaries, and
mockingbirds, practiced all day, from sunrise to sunset. How•
melodious were their voices!
The black crow, who did not know how to sing or dance,
wished to play his guitar at the party. But he was not invited
to participate because he played with more enthusiasm than
talent. Nevertheless, he decided to practice, thinking that
he could play his instrument if the opportunity came up.
Finally, the morning of the party arrived and ail’the birds,
large and small, left flying towards the sky, except .the crow,
who was never in a hurry. That morning, he remained for a
long time in the woods arranging his beautiful black suit.
When he finished his preparations, he picked up his instru
ment, ready to begin his flight to the sky. At that moment,
he heard a voice that said, “Good morning, Mr. Crow.
Where are you going so early in your elegant suit and with
your ‘melodic guitar?”
“Mr. Toad! How are you? You must know that I am going
to the sky to attend a party. Only those who fly at great
“heights and who have beautiful feathers go there. Since you
‘lack wings and feathers and,’ besides, you are very ugly, I
believe that the party is not for you.”
“Oh!” exclaimed the toad, without paying’attentibn to
the crow’s insult about his appearance. “I would really like
to know the sky and to take a little stroll there. Can’t I ‘go
with you, friend crow?”
“That is,absolutely impossible,” said the crow in a very
important tone of voice, while he put his guitar on the
ground arid went to the river to drink water.
The clever toad took advantage of that brief moment and
got. into the’ guitar’without being seen. “How surprised the,
U
c.
na vez, en tiempos muy remotos, todas las ayes fue
ron invitadas a una fiesta en el cielo. Al recibir La
invitación, cada una de ellas empezó a limpiar y
arreglar su plumaje y a prepararse para participar en el pro
grama.
El’coro, compuesto. de ruiseflores, calandrias, canarios y
sinsontes, practicaba todo el dia, desde el amanecer hasta La
puesta del sol. Que melodiosas eran sus voces!
El cuervo negro, que no sabfa ni cantar ni bailar, queria
tocar su guitarra en Lafiesta. Pero no.fue invitado a participar
porque tocaba con más entusiasmo que talento. Sin em
bargo, decidió practicar, pensando que tocaria su instru
mento si se le presentaba Laoportunidad.
Por fin llego la mañana de Ia fiesta y todas las ayes, grandes
y pequenas, saheron volando hacta el cielo menos el cuervo,
que nunca tenfa prisa Aquella mañana el se quedo por largo
tiempo en el bosque arreglando su negro y brillante traje
Cuando terminó sus preparativos, tomO su instrumento dis
puesto a emprender vuelo hasta el cielo En este momento
oyó una voz que le decia:
—Buenos dias, señor Cuërvo. Adónde va tan temprano
con su traje elegante y con su guitarra sonora?
—LSeñorSapo! Cómô está usted? Sabrá que me voy al
,cielo para asistir a una fiesta. Alli solo van Los’que vuelan a
gran altura y tienen plumaje hermoso Como Ic faltan las
alas y las plumas, y además es muy feo, creo que no es para
usted Ia fiesta.
—exciamOel sapo, sin prestar atenciOn a! insulto
Oh!
—
del cuervo sobre su apartencia, —ytantas ganas que tengo de
conocer el cielo y dar un paseIto por allá iNo puedo ir con
usted, amigo Cuervo?•
—Esoes absolutamente imposible —dijo el cuervo con un
tono de voz muy importante, mientras ponfa su guitarra en
el suelo y se dirigla a! rio para beber agua
El astuto sapo se aprovechO de ese breve momento y se
metiO en Ia guitarra sin ser visto
‘
c’
‘
‘1
20’ TheToad’sSpots
Lasmanchasdelsapo 21
great Mr, Crow is going to be when he seesme at the party,”
the toad said to himself, as he sat down in a dark corner of
the instrument.
When he finished drinking, the crow shouted, “Goodbye,
friend toad, wherever you are. Tomorrow, I shall tell you
what happened at the party!”
After saying that, the bird took his guitar and the pas
senger, and began flying to where the party was to take
place—the sky.
Arriving there after, a long trip through the air, the crow
sat down at a place indicated by one of the hosts, and left his
guitar in a corner.
The party had., already started. The chorus of singers
‘amused the many guests with their beautiful melodies.
Then, certain birds paraded by, one by one, showing..off
their marvelous feathers. What cheerfulness! So many
shóüts and voices livened up the party!..
Finally, the time for dancing arrived. The birds began to
dance elegantly. Soon they noticed a strange dancer among
the participants. It was the toad who was singing and danc
ing with such skill, enthusiasm, and, cheerfulness that he
pleased those present and caused great admiration. Every
one noisily applauded the enthusiastic dancer who, being a
little nervous, often looked at the crow and the guitar.
The toad enjoyed himself very much at the party, al
though he thought a lot abdut how he was going to return to
earth, should the crow by chance discover his deceit. Mr.’
Crow, of course, was surprised to,meet his friend at the party
and to see him dance so happily. He suspected the clever
trick played by the toad, but he did not say anything to’‘him.’..
When the party was about to end, a kind and diplomatic’
dove noticed that the crow was the only bird that had not
‘participated in the program, so he said aloud, “Mr Crow,
don’t you’wish to thank our hosts on behalf of all the birds
for such a magnificent party?”
“With great pleasure, little dove,” said the crow. Anxious
..
,.
k.
—jQué sorprendido va a estar el gran señor Cuervo
cuando me yea en Ia fiesta! —Se dijo el sapo mientras se
sentaba en un rincón oscuro del instrumento.
Al terminar de beber, el cuervo gritó:
—Adios, amigo Sapo, dondequiera que esté. Manana le
contaré lo.que pasOen Lafiesta!
Dicho esto, el ave tomO su guitarra con su pasajero y
emprendiO vuelo hacia el lugar de Lafiesta, eLcielo.
AL Llegaralli,. después de un largo viaje en el aire, el
cuervo se sentO en eL lugar indicado por uno de los anfi
triones, dejando su guitarra en un rincón.
La fiesta habfa comenzado ya. El coro de cantores divertIa
los
muchos invitados con sus hermosas.melodias. Luego
a
desfilaban, una por una, ciertas ayes luciendo sus maravi
Ilosos plumajes. iQué alegrfa! jCuántos gritos y voces ani
maban Ia fiesta!
Por fin. llegO ‘Lahora del baile. Las ayes comenzaron a
bailar elegantemente. De pronto notaron entre la concu
rrencia a un bailarIn extraño. Era el sapo que cantaba y
bailaba con tal agilidad, entusiasmo y alegria que agrado a
los presentes y les causOgran admiraciOn. Todos apLaudieron
ruidosamente al entusiasmado bailarin. que, un poco ncr
vioso, miraba a cada instante aLcuervo y a Laguitarra.
Se divirtiO grandemente el sapo en Lafiesta, aunque pen
saba mucho en cOrnoiba a volver a’la tierra si eLcuervo, por
casualidad, ilegara a descubrir su.engaño.. ELseñor Cuervo,
por supuesto, estaba asombrado al encontrarse con su amigo
en la fiesta y al verb bailar tan contento. SospechOci astuto
engano del sapo pero no bedijo nada. Ya estaba para termi
narse Lafiesta cuando una paloma, amabie y dipbomática,
observó que ci cuervô era Laünica aye’que no habla partici
.pado en el programa y dijo en voz alta:’
—Señor Cuervo, lno quiere usted dar las gracias a flues
tros anfitriones de parte de todas las,ayes, por tan magnIfica
fiesta?
—Con mücho gusto, palomita —dijo ci cu
Ansioso
.
22 TheToad’sSpots
to draw the attention of everyone, he got ready to give an
elegant but brief speech.
While the crow was talking, the toad leaped toward the
guitar. Quickly he got in again, without being seen by any
one, and there he waited for the return trip.
The party ended before sunset and all the birds returned
to earth, including the crow, who was very satisfiedafter his
brilliant speech.
The toad, fearful without knowing why, waited anxiously
for his arrival on the ground when, suddenly, he felt that
something strange was happening to him. The fact was that
he was no longer in his hiding place. The crow, deliberately,
had turned over .the guitar. The dancing and adventurous
•toad was thrown through the mouth of the guitar toward the
ground, which was still very far away.
The poor dancing toad! He was afraid he would die from’
fright and anxiety while turning round and round through
the air. In this lonely journey, he did not stop begging,
“Stones of the road, move out of the way when I get to the
ground!”
And he said to himself, “Oh, may I fall on soft grass. If
not, I will die! My poor skin!”
Finally, the toad reached the ground. ,The stones had not
moved and he was badly beaten, but he did not die. Soon,
the wounds which resulted from his terrible blow were
healed and. in their place’ remained some spots similar to
those that are seen on toads today.
After all this occurred, no toad has ‘wanted to fly to, the
sky or to deceive any crow. And from those remote times on,
it is said that toads know when it is going to rain because one
of them ,once went through the clouds in the company of a
crow, “the storm bird.”
Us manchds
del SdPO 23
por ilamar Ia atención de todos, se dispuso a pronunciar un
discurso elegante pero breve.
Mientras hablaba el cuervo, llego el sapo de salto en salto
a Ia guitarra. Pronto se metió otra vez en ella, sin que nadie
lo viera, y esperó alli el viaje de regieso;
Terminada Ia fiesta, antes de la puesta del sol, todas las
ayes regresaron a Latierra y con ellas el cuervo que estaba
muy satisfecho después de su brillante discuiso.
El sapo, temeroso sin saber por qué, esperaba con ansie
dad Ia ilegada al suelo cuando de pronto sintió que algo
extraño le ocurria. Era que ya no estaba en su escondite. El
cuervo, deliberadamente, habia dado vuelta a la guitarra.
1E1 bailarIn y aventurero sapo salió pToyectadopor la boca de
la guitarra en dirección al suelo que estaba muy distante!
jPobre sapo bailarln! Temió morirse de miedo y ansiedad
al dar vueltas y revueltas por el aire. En su solitario viaje no
cesaba de, rogar:
—jPtedras del camino, apártense cuando yo llegue al
suelo!
Y se decia
a
si mismo, —
Ojalá
que caiga en blanda
hierba! Si no, ,me muero! jPobre piel mIa!
Por fin .llego el sapo a la tierra. Las piedras no se hab Ian
apartado y se golpeo mucho, pero no se murió. Pronto sana
ron las heridas que le resultaron de su tremendo golpe y
‘quedaron en su lugar unas manchas iguales a las qUe tienen
los sapos de hoy.
‘Despuésde lo, ocurrido, ningcin sapo ha querido volar al
cielo ni’engaftar a cuervfral
Y desde aquellas remotas
uno.
sáben
dice
los
cuando
vã ailover porque
épocas se
que
sapos
uno de ellos anduvo una vez por las nubes en cornpañIa del
cuervo, el <ave de Ia tormenta>.
“
•.
tsic
.M
: Vuela, vuela
•Magneto
—
59
-
• Home’>M
’>
ABC
DEFG
HI
AvriI Lavigne
The Rolling Stones
Linkin Park
:RBD
BoneThugs—N—Harmony
.
Ne-Yo
R Kelly
Cit Boy
Lii Wayne
2Pac
’Furtado
jly
:‘Antpnio
.
Aguilar
Popular Songs
HeavenIn Your Eyes
oWhere LoveGoes
DOn’tYou Trust Me?
Believe
The Wanderer
For You
• Freestyle2
Don’t Fight The Feelin’
vthing
J K L M N 0
P Q R.S
Vuela VuelaLyricsby
Magneto
Eminem
Beyoncé
Magneto>>Vuela, Vüéla
Feat.Usher& Pharrell
,yure It Out
Let The Music HealYour Soul
.
“VuelaVuela”
cuando piensesque el amor
sea olvidadode que estas ahi
vuelavuela con tu imaginasion
si no puedesser feliz
no te rindas puedes recurir
vuelavuela con tu imaginasion
volando,encontraras
unmundonuevo
solo deja te Ilevar
vuelavuela
no te ase falta equipaje(vuela,vuela)
vuelavuela
nadie controla tu imagen
vuelavuela
veras que todo es posible(vuela,vuela)
vuelavuela
despiertatu mente
Si estas solo en un rincon
y Ia tristesa entra en tu corazon
vuelavuela con tu imaginacion
si andasvuscandoun lujar
donde el sielo se una con el mar
vuelavuela con tu imaginacion
volandoencontraras
un mundo nuevo
solo dejate Ilevar
vuelavuela
no te ase falta equipaje(vuelavuela)
vuelavuela
nadie controla tu irnajen
vuelavuela
verasque todo es posible(vuelavuela)
vuelavuela
• 60
T
uVwxYz
*jiun±sGoogk
FreeMusic& Videos
1-Painvideos,music,
news,andmore.Freeat
Batanga!
www.batanga.com
Ferrolabs..Inc
Standard
andtailored
ferrofluids
and
magnetorheological
suspensions
www.ferrolabs.com/
ZMDSignalConditioner
IC
Correctsnon-linearity,
temperature
more.Low
Cost,highvalue
www.zmd.biz
Tonosdé RBD
Cargatonosrealesde
RBDparacelularessin
cargoalguno.
www.tonosdecelulares.net
MagnetoBowen
Lookingfor Magneto
Bowen?Findexactlywhat
youwanttoday.
www.eBay.corn
EatenAlive
BesameMucho
Cool Enough
odbye Blue Sky
Lawdy MissClawdy
•
Brooklyn’s Finest
.
If God WasA Woman’
Music Box
‘
Stayin’ Strong
despiertatu mente
volando encontraras
un mundo nuevo
solo dejate Ilevar
vuelavuela
vuela)
aje(vu’eIa
no te ase falta equi
vuelavuela
nadie controla tu imajen
vuelavuela
veras que todo es posible(vuelavuela)
vuelavuela
despiertatu mente
vuelavuela
no te ase falta equipaje
vüelavuela
nadie contrOlatu imagen
vuelavuela
Copyright © TSRocks2007
6.1
UNIT 5: Love
Objectives:
Students will:
1. Demonstrate proficiency by:
a.
Discussingthe role that love plays in their Lives
b.
Discussingthe role that food plays in their lives
c.
families
Sharing the relationships and roles of the membersof their
2. Use correct forms of adverbs
3.’ Useindicative and subjunctive modesin adverbial clauses
4. Form the imperfect subjunctive
5. Analyze/discuss/respondto cultural texts/topics on:
a.
A variety of ‘foodsfrom Spain,Chile, Argentina, and Mexico*
b.
Idioms in Spanishthat includefoods
c. Famousrestaurants and dining traditions in Spanish-speaking
countries
d.
Famousromantic musicaltraditions of university students in Spain
6. Read/analyze/discusscultural texts:
62
a. Coma4gua Para Chocolate: excerpt from the novel by Laura
Esquivel*
b. ComaPtguaPara Chocolate: watch film directed by AlfonsoArau
basedon the novel
c. Dia Especial(music): interpretation of’ the song by Shakira
d.’ Que Vida La Mia (music): interpretation of ‘the’ song by Reik
e.
La Pistola y EL Corazon(music): interpretation of the song by Los
Lobos
Assessment:
Listening: watch a videoof a Mexican soapopera and answer comprehension
questions,watch the film Coma4gua Para Chocolateand answer
comprehensionquestions,listen to quotesor character descriptions from the
film and identify characters
Speaking: role play a scene from the film, create a skit about an
alternative ending to the film, discussstereotypes of the roles that family
membersplay
Reading: interpret recipes for authentic Mexican food prepared in the ‘novel
and film, read reviews and synopsisof the novel and film
Writing: write a love letter from ‘onecharacter of Como4gua Para
Chocolateto another in which important events are depicted, use the idioms
studied in contextualized sentences,write a favorite recipe and instructions,
write a description of your family
63
El Botin
64
Caizado Shoes For Crews
Las Cazuelas Restaurant
REPORTA.JES CaizadoAntideslizanteSupremo55+ estilos ExquisitePupusasand El SalvadorianFood
DE
in Los Angeles
a Preclosde Factorla
RESTAURANTES
Restaurante Botin de Madrid
-
El más antiguo del mundo desde el año 1725
Portada Historia y Evolución La familia Gonzalez y el espiritu de BotIn Carta y Reservas
-
-
-
BotIn en Ia literatura Autores en lenguainglesa Personajesfamosos
-
-
BOTIN: HISTORIAV EVOLUCIÔN
Generation 1
Generation 2
I
Generation 3
Un entomb privilegiado: El Madrid de los Austrias
Allá por 1561, el rey Felipe II ordena el traslado de Ia Corte a Ia ciudad de Madrid.
Nuestra localidad agradaba más al joven rey y a su esposa, Isabel de Valois, que Toledo
o Valladolid. Las razones de esta preferencia eran sobre todo de Indole práctica: Madrid
estaba en el centro, equidistante de los extremos peninsulares; su agua era buena y su
clima agradable y sano
i
U
do Ia Corte supuso para nuestra cludad un crecimiento urbanIstico
65
•
•
espectaculary un pococaotico Precisamentepara controlareste caosse creo Ia Ilamada
Junta de Policiay Ornato que estaba presididapor el arquttecto Franciscode Mora,
aparejadorde Juande Herreradurante Ia construcciondel Monasteriode El Escorial Esta
junta se encargode alinear fachadas,suprimir desnivelesabruptos y eliminarvoladizos
Madrid siguió.creciendo,a pesarde que a Ia muerte de FélipeII FelipeIII traslada, solo
temporalmente,(a Corte a Valladolid.Y es justamenteen esta.época(concretamente
en1590) cuandotenemosconstanciade Ia existenciadel edificio que hoy alberga BotIn.
Su propietariosolicitó el Privilegiode exenciónde huéspedes
( hay documentaciónacreditativade este hecho). Esteimpuesto lo pagabanaquellos
propietariosde un inmueblede más de una planta que no deseabanalbergaren él a
miembrosde los cortejos reales que Ilegabana Madridy que no se hospedabanni en
Palacioni en las casasde los nobles.
En 1606 Ia Corte vuelve a Madridy en 1620 con Ia reformaefectuadaen Ia PlazaMayor
(antigua Plazadel Arrabal) Ia zonase convierteen el principal enclavecomercialde (a
De
ciudad: Zapateros,curtidores,cuchilleros,latoneros,herradores..
hecho, las callesde
Ia zona adoptaronel nombrede los oficios que en ellas se ejercIan: Riberade Curtidores,
•
Plazade Herradoresy. ;como no, CalleCuchilleros.Y es justamente en el niimero 17 de
esta via dondeestableciósu negocioun cocinerofrancesllamadoJeanBotIn que tlegóa
Madrid,junto con sUesposade origen asturiano,en los alboresdel 51gbXVIII, con Ia
intendón de trábajar para alg
noblede Ia Cortede los Austrias En 1725, el
in
matrimonioabrió una pequeñaposaday realizóuna reforma en Ia planta baja del
• edificio, cerrandolos soportalesexistentes.Dé esta obra ha quedadoconstanciaen una
piedra de Ia entrada en Ia que figura Ia fecha. Deesta fecha data tamblén el hornode
in hoy en dia sigue atrayendoa los comensalescon sus tentadores
leiSade Ia casa,que at
.
obores
.
.
.
•
Es curiosoque, hastabien entradoel sigloXVIII, no se permitiera vender en los
66
mesones car, vino u otras viandasya que se considerabauna intromision que
perjudicabaa otros gremios De esta manera,solo podiaservirse lo que el huespedtraia
para ser cocinado De aqui nace Ia leyendade que en las posadasespaliolassolo se
encôntrabalo quetraIa el viajero.
Como hecho.anecdOticoreférido
a esta épocacabe seIialãr que el Libro Guinhesde los
Records,en su ediciOnde 1987, afirma que un adolescenteGoya, allá por 1765,trabajó
cOrnofriegaplatosen BotIn. En esta mismaediciónse designaa BotIn.comôel
restaurantemés antiguo del mundo.Peroretornemoslahistôria de Ia Casa:El
matrirnonloBotInmurió sin descendenciapôr la que se hizo cargo del negocloun sobrino
de Ia éspbsade BotInIlamadoCandidoRemis...de aquI el nombre que desdeentonces
llevael negoclo: Sobrinode BotIn.
0
-
•
:
•
•
..
:0
1
Ya en el siglo XIXse reforma nuevamente,Ia planta baja: Se construyeentoncesel friso
‘de madera policromadacon pan de oro de Ia entrada, asI como los escaparatesy el
mostradorde pastelerlaen el que sé vendlan pestiños,bartolillos,suizosy glorias de
crema. Por aquel entoncesBotInse considerabauna Casade Comidasporqueel término
“Restaurante”solo lo utilizabanalgunosestablecimientos,muy pocosy exciusivos,que
dèseabanemulara los localesparisinos.
Portada i-iistoriay Evolución La familia Gonzalez y elespIritu de Botmn Carta y Reservas
BotIn en Ia literatura Autores en Ienguainglesa Personajesfamosos
-
-
--
-
-
CoordinaJosé Buitrago Prieto (Delegadoen Madridde El Almanaque)
INDICE VISITA LA SECCIÔNDE GASTRONOMIA
-
67
La Tuna
68
Tuna
Wikipedia, la enciclopedia libre
,Una tuna es un grupo de estudiantes vestidos con una combinación de
Yvestirnentasantiguas y que interpretan temas musicales del folciore español y
latinoamercano. De caracter alegra y pIcaro, Lastunas nacieron en Espafla
airededor del siglo XV y en el ültimo siglo aparecieron tunas en diferentes
de Europa y America Latina debido al caracter viajero de estas
s
part
agrupaciones.
Tunade la Universidadde
Alicante
Tabla de contenidos
•
•
•
•
1 Historia
2 Controversia acerca de la definición actual de Tuna
3 CaracterIsticas
4 Enlaces externos
lUstoria
Y.]Las
tunas mantienen vivas las costumbres heredadas de los estudiantes espafloles del siglo XIII. Alfonso X el
Sabio Se refirió a los tunos como juglares, en su Código de las Siete Partidas diciendo “Esos escolares que
troban y tiflen instrumentos para haber mantenencia”. Coetanea suya, también lo hizo Ia obra Razón de amor
cOn los denuestos del agua y el vino, describiendo las cintas que aj.inpenden sobre la capa del tuno: una por
èáda conquista amorosa.
.
1 Arcipreste de Hita, en El Libro de buen amor, subraya su carácter mendicante.
La tuna en sus orIgenes aglutinaba a aquellos estudiantes que por su condiciOneconómica no pddIan costearse
süestancia en la universidad, y trovaban por Lasfondas y mesones para conseguir algo de dinero y un plato de
• sopa con los que mantenerse. Por esta razón se les conocIa como sopistas, y se decIa que Viviande la sopa
boba.
Para tales menesteres portaban guitarras y bandurrias, y cantaban coplas populares. También se servIan de sus
•habilidades musicales para enamorar a las doncellas que pretendIan. Constancia de ello queda en la primera
rita
referencia es
que hay sobre LasTunas, que se encuentra en el archivo de la Universidad de Lérida, y en La
que se prohIbe a los estudiantes haôer rondas nocturnas bajo pena de confiscarles los instrumentos.
No puede hablarse de tunos, hasta 1538, año en que los sopistas seacogieron a las viviendas benéficas que les
ía LaInstrucción pam bachilleres de pupilos. A partir de.ese momento, comenzaron a cantar sin que en
es fuera la supervivencia. Porque, entonces, los ya ex sopistas, en calidad de estudiantes veteranos, se
hicieron servir como escuderos por los <<bobos>>
o estudiantes nuevos, a los que supuestamente debian apoyar,
cambio
de
ciencia
musical.
legarles su gaya
segUn la norma, a
69
Lo cuenta <<Lavidã del picaro Guzmán de Alfarache>>,haciendo hincap
é
en el status de estudiante nco que asI
alcanzaron los otrora sopistas. Luego, en El Buscón de Francisco de Quevedo, se habla de las bromas que les
aguantaban los estudiantes novatos, hasta cumplir el meritoriaje que les terminara equiparando a ellos...
.E tuno mendicante casi desaparece de la escena espafiola merced a Laabolición del traje de estudiante en el
e 1835; y posteriormente a mediados de siglo durante Laregencia de Maria Cristina, que permite Lalibre
‘asociación, se crean asociaciones de müsicos y artistas entre Lasque sobresalen las “estudiantinas”, grupos
musicales a la batuta de un director, con un formato de nümero musical que fue todo un éxito en Ia época,
hacieñdo que estudiantinas como La“Figaro” trascendiera fronteras y continentes.
A irnagen de estas estudiantinas, se recrean en las universidades espaflolas las pnmeras Tunas como las vemos
hoy en dia, que evocan las otroras comparsas de estudiantes que con sotana y manteo raIdo recorrian ciudades
y campos, pero ahora con el traje y formato musical de Laestudiantina.’
Controversia acerca de la definición actual de Tuna
>
Este artIcuLoo seccion necesitafuenteso referenciasque aparezcanen una
pubhcaciónacreditada, comolibrosde textou otraspublicacionesespecializadasen el tema
De claro con esto debe quedar que no por ello Latuna encuentra su significado y identidad en la estudiantina,
más fuera esta una forma de retraerla la tuna en su forma más tradicional se empefla en ci contexto socio
económico y cultural que es presto para el estudiante universitario asI como sus andanzas y precanedades de
misticismo académico Con esto la tuna no tiene forma aiguna tradición continua con La
bi1oyde
ji
‘antina en terminos de su que hacer por ende muchas ain mantienen el caracter netamente masculino
ta el pardillaje (reiación del tuno a! pardillo) estricto y el espIritu de Launiversita constituido solo para
y con los estudiantes universitarios Esto entendido en forma sociolOgicay antropologica da un verdadero
significado a la tuna como “tradición” mas que un fenómeno casual que seria en el caso de cuaiquiera que no
respetase estas normas “tradicionales”y por ende aestas agrupaciones se les cataloga de “murgas”(vease
n*Lrgäs)por.su caracter netamente carnavalero. Esto genera ci constante debate sobre Ia identidad de “Tuna”de
’agrupaciones
unas
a1’
como lo son las “tunas femeninas” las agrupaciones dependientes de municipalidades u
oen
dades
gubernamentales (vease que ;aünque Latuna se dá en Ia universidad su dependencia no es con
Ia,casa de estudios)y que mantienen integrantes no universitarios etc...
,
,
.
,
,
,
,
.
,
,
,
Eitas;al menos en términos teöricos cientIficos y’por ende entendiendo desde Lasciencias sociales estan
descalificadas como formas de la tradición tunantesca.(aün asi estan en Ladiscución de cada agrupación)
,
CaracterIsticas
LAstunas en là actualidad se suelen clasificar por Ia facultad a Laque pertenecen sus miembros, como por
jempIo Tuna de Medicina, sin perjuicio de existir tunas de Universidad.
..a indumentaria de Latuna se denomna grub y está compuesta dc capa, jubón, beca, camisa, caizas,
)ombachos o gregüescos sobre éstas, y zapatos o botas.
1jubón es una chaqueta ceñida a! busto que se viste sobre una camisa blanca cuyos puflos y cuello
son de gran tamaflo, frecuentemente acabadosen puntillas. El jubón se cita documentalmente por vez
70
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
priniera en la Peninsula Ibérica en 1377, y enel siglo XVI se generalizo su uso como prenda ligera. El
jubóñ tiene en los hombros unos faroles qUeson del color de la universidad.
La camisa es siempre de color blanco y dispone de generoso cuello y punos, a menudo rematados en
puntillas. Aparece bajo el jubón.
Como pantalones se utilizan bombachos o gregfiescos. Los pantniones bombachos son cortos y anchos,
y ceflidos por la parte inferior. Los gregUescos0 crvantinos son caizones muy anchos usados sobre todo
en los siglos XVI y XVII.
Las caizas o mallas son prendas que cubren el pie y la pierna hasta Ia cintura, usándose solas o bajo los
greguescos. Con los pantalones bombachos se utilizan medias calzas, o simplemente medias, que cubren
solo hasta media pierna.
La beca es labanda de color a juego con los faroles del jubOn que sé coloca sobre el pecho y los
hombros, por encima del jubOn. Antiguamente indicaba que su portador estaba becado por su
universidad, y como becarid disponIa de una ayuda que le hacIa menos costosa su estancia en la misma.
Los colores de Labeca y el escudo que en ella figura bordado identifican la Universidad y Ia Escuela o
Facultad a Laque pertenece el tuno. La beca es entregada al tuno por sus compafleros cuando éstos
consideran que ha alcanzado el grado suficiente de vetèranIa, y puede asI representar correctamente a su
Tuna. El acto en el que se entrega la beca es ilamado “bautizo” y suele ir acompafiado por un baflo en
una fuente del novato. Por lo general los faroles del jubOn y la beca son del mismo color, el color de la
Universidad o Facultad a Laque pertenezca Latuna (amarillo: medicina, azul: ciencias, rojo: derecho,
etc...). Hay dos excepciones: La Tuna Compostelana (no tiene faroles en el jubOn y no ileva beca, lieva
una la Cruz de Santiago bordada cosida en el jubOn) y LaTuna de Distnto de Granada( lLevaa! pecho el
escudo de la Universidad de Granada).
Otra prenda importante en la indumentaria del tuno o la tuna es Lacapa española que es una prenda de
vestir larga y suelta, sin mangas, abierta por delante, que se LLevasobre los vestidos. La capa, además de
fiel protectora del tuno en sus noches de frIo, representa dos de Lascondiciones fundamentales de los
mismos: Lade viajeros infatigables y Lade galán. Sobre su capa se exhiben los escudos de las ciudades y
palses que ha recorrido en sus correrIas. Muestra asimismo cintas multicolores bordadas con
dedicatonas cariflosas por mujeres que demuestran asI al tuno su afecto o su amor. Provengan de
pretendientes, de una madre, 0 de los amigos, como reza LacanciOn Tuna Compostelana: “cadacinta que
adorna su capa guarda un trocito de corazOn”.
Hay otra indumentaria de tuna propia de las tunas portuguesas. LLevanel traje de estudiante negro y la capa
negra. En vez de cintas dejan que les rasguen Lacapa personas que son importantes para ellos. Se diferencian
de las tunas espaflolas en que por lo general le dan más importancia a la müsica que a Lafiesta.
En realidad las indumentarias de las tunas pueden cambiar en relaciOn a su lugar de origen, en America
existen tunas femeninas que visten con faldas largas, sin embargo no pierden la usanza de la capa, cintas, beca
y principalmente el color negro, con Locual homogenizan Lavestimenta.
Por lo que respecta a la mñsica, encontramos dos tipos de instrumentos básicos. Por un lado está Ia guitarra
que se utiliza como acompafiamiento de la meLodIa.La melodIa la crean las voces y los cantos, entre los cuales
destacan principalmente el laud y Labandurria (las tunas portuguesas suelen usar mandolina en vez de
bandurria y laud). No nos podemos olvidar, sin embargo, de otro instrumento caracterIstico de la mUsica
estudiantil: la pandereta, asI como tanibién podemos encontrar al pandero.
•Además dé los instrumentos básicos, sin los cuales no se podrIa crear müsica de Tuna, utilizan muchos otros
le confieren una riqueza muy especial. Estos han llegädo gracias a Ia fusiOn con la cultura de muchos
os, ytambién muchas veces por los propios instrumentos regionales de las localidades de origen de la
Tuna. Entre los más destacados encontramos el timple canario y el charango. También suelen usarse en las
tunas de todo el mundo el cuatro puertorriqueflo, acordeOny el contrabajo para acrecentar Ia variedad sonora.
71
Las albadas medievales y cantos escolares pobres constltuyeron el primer repertono del tuno Después, su
Icancionero se ha enIiquecido con temas populares espafloles,asf como pasodóbles y và.ls,y folciore regional,
cómo jotas, isas, malagueflas, etc. También, por su carácter viajero el Tuno ha.engrosado su repertorio con
cànciones de todo el mundo en miles de idiomas, siempre para poder sorprender y alegrar cada fiesta en la que
cuentren.
Enlaces externos
• Historia de la Tuna (http://www.geocities.com/latunaes/historia.htm)
• Archivo del Buen Tunar Emilio de la Cruz Aguilar (http://www.geocities.com/archivobuentunar)
Origen (http://www.ulsa.edu.mxI’
estudiantinaJorigen.html)
Obtenido de “http://es.wikipedia.org/wiki/Tuna”
as:
catego
.;:i.
isica
Wikipedia:ArtIculos que necesitan referencias I Cultura popular I Grupos de m
Esta página fue modificada por Ultimavez el 23:32,28 jul 2007.
• Contenido disponible bajo los términos de LaLicencia de documentación libre de GNU (vease Derechos
de autor).
Wikipedia® es una marca registrada de Laorganización sin ánimo de lucro Wikimedia Foundation, Inc
i’
72
La
6RonJay
La
ocAe
J%[
.1. Tuna: Mujery Luiia
doñcellas
ntiles
:G
La Ronda se podia definir como el espontdneo canto de ensueño ante unos ojos arrebatadores; es la
prueba de amor ante el cariño de una madre y es también la prueba de fervor ante nuestra Patrona. Y
en todas e has la Mujer es la inspzración, el motivo y el objeto de nuestras canciones y requiebros
La Tuna se debe a Ia Mujer, Mujer con mayi2sculas Es su esencia y su fin ditimo, con ella nace, y sin
ella no tiene sentido
0
__________
.
El Folgar antiguo
Yte espantas de pocas cosas: que sin este enamorado murcielago, hay otros ochenta, para quien
tiene repartidas las horas del dia y de la noche.
-Por vida del mundo que la tenIa por una santa!”. (El Diablo Cojuelo)
-
El rondarformaba parte de las habilidades que todo caballero ofigurante a tal- debIa dominar para
conquistar losfavores de la dama pretendida, la cual no Osariaprestar atención de quién no manejara
5”dies tramente las artes del cantar, ha trova, y el taflir, asI como otras que se nos indican:
-
‘
•
• Aprendi a bailar, ajugar la espada y Ia pelota, torear, hacer versos... (Vida de Torres Villarroel)
“.
El picaro estudianté debia, una vez conocidas las artes de Laconquista, buscar los medios propicios
para tal, lo cual conilevaba el abandono de Ia vida lectiva, en pos del aprendizaje de una vida mucho
• inds n octurna y azarosa. Esto supon(a, Ia mayoria de las veces, el abandono no siemprefdcil del
colegio 0 residencia:
“...y pare todo mi ingenio en discurrir diabluras y enredos para librarme de Ia reclusion y las tareas
que se deben emplear los buenos colegiales de aquella casa. Abria puertas, falseaba haves, hendIa c
andados, y no se escapaba de mis manos pared, puerta ni ventana en donde no pusiese las
disposiciones de falsearla, romperla o escalarla. (Vida...)
“.
73
En pos de la ainada, el estudiante se cubrIa de capa y montera tal como indica Torres, y puntualiza el
Diccionario de Autoridades:
•
de
dIa Ia capa y gorra, y todas
Era grave delito en mi tiempo romper de noche la clausura, y tomar
las noches y los dias quebrantaba a rienda suelta estos preceptos. (Vida...)
“.
De capa y gorra: se dice del que va de rebozo si,z el traje propio de su estado y condición; lo que es
mds coiniin en las Universidades donde salen los estudiantes y colegiales con capote y montera para no
ser conocidos a divertirse y pasearse acompaflados al campo. (Dicc. de Autoridades)
“.
La noche era, pues, su elemento, pues el estudiante antiguo, p(caro de necesidad, encontraba en ella
cobijo a sus argucias amatorias, asI como disimulo de sus chanzas y carestlas:
Verds cómo se va desnudando aquel hidalgo que ha rondado toda Ia noche, tan caballero del milagro
en las tripas cómo en las demdsfacciones, pues quitdndose una cabellera, queda calvo; y las narices d
e cardtula, chato; y unos bigotes postizos, lampino; y un brazo de palo, estropeado; que pudiera irse
rnds camino de la sepoltura que de Ia cama. (El Diablo Cojuelo)
“.
i era momento de reposo y apauiode las necesidades materiales, que dadas las circustancias, no
El dl
éran pocas: conseguir sustento y reparar los semblantes para agrado de Ia dama:
Y como en otras partes hay hora señalada para oración, Ia tenemos nosotros para remendarnos. Son
de ver, a las mañanas, las diversidades de cosas que sanamos; que, como tenemos por enemigo
declarado al sol, por cua nto nos descubre los remiendos, puntadas y trapos... (El Buscón)
“.
Muchas veces, laconquista de Ia mujer amada suponla no pocos peligros, afan aventurero y curtida
experiencia para Ilevarla adelante, cosa que, pese al empeno, no siempre sucedla a causa de otros
rivales:
“-Si yo fuera el marido -duo don Cleofas-, mds los tuviera por gatos que por mdsicos.
Ahora te parecer4n galgos, porque otro competidor, con una cuadrilla de seis o siete, vienen sacando
las espadas, y los Orftos de lamaesa, reparando Ia primera invasion con las guitarras, hacen unafliga
de cuatro o cinco calles...”. (El Diablo çojuelo)
-
...o a causa de la Justicua:
•
•
•“Don Cleofds Leandro Perez Zambullo, hidalgo a cuatro vientos, caballero huracán y encruzijada de
apellidos, galdn de noviciado y estudiante de profesiOn, con un broquel y una espada aprendla a gato
por eI caballete de un tejado, huyendo de Ia justicia, que le venIa a los alcances por un estupro que no
lo habla bebido ni comido. (El Diablo Cojuelo)
“.
No es, por ello, de extrañar, que en folgar de antaño, aparte del ideal romántico, no hubiera quien se
dejase ilevar por motivos menos ieiealistas,aunque no menos importantes:
•
“Yb que mds has de notar: que nunca nos enamoramos si no es de “pane lucrando”, que veda Ia
orden damas melindrosas, por lindas que sean; y asI, siempre andamos en recuesta con una
bodegonera por Ia comida, con Ia gll éspeda por la posada...”. (El BuscOn)
74
2. La Ronda Ideal
Damas, doncellas y slifides
Elemento inprescindible y razón de toda tunerla
son las damas a rondar, objeto de nuestros
cantos y favores. Sin ellas, no existe ronda
posible, y son el inico elemento que no puede
faltar.
Pero aunque teniendo todas ellas a Ia Mujer
como anica protagonista, no todas las rondas
son iguales:
La Ronda Estándar se da cuando el objeto de la ronda es una damisela 0 uizgrupo de ellas que
•
Ilevadas por los encantos de la Tuna, deciden montar una noche de alegrIa y canciones en nuestra
companIa’.Generalmen te, Ia ronda se prepara con antelación las doncellas se reánen en alguna casa
o propiedad en espera de Ia ronda, se proveen caldos y viandas para no recabar gozos y energIas... de
modo que todo sea lo mds grato y iddi co posible, y no se eche nada de menos en mitad de Ia noche.
-
-,
La Ronda a las Madres es otro tipo de ronda, en la que el objeto de nuestro cariño y
agradecimiento son nuestras madres, a las que tanto qtieremos y debemos, y que se suele hacer el D(a’
de las Madre, y. es una de las tradicion es mds bonitas de Ia Tuna.
La Ronda a la Virgen es una ronda tradicional que se suele realizar como muestra de fervor y
agradecimiento hacia nuestra ciudad y su Patrona. Normalmente, éste acto se realiza una vez al año en
lasemana de Fiestas de nuest ra Patrona, aunque tanthién se puede realizar extraordinariamente
durante la celebración de Certdmenes, etc. Suele consistir en un pasacalles por la Ciudad y una ronda
‘ante Ia Virgen en la que participan todas las Tunas de la Ciudad.
La Ronda a la Virgen de la Ciudad de València se celebrará eljueves siguiente al segundo Domingo
de.Mayo, festividad de Nuestra Señora de los Desamparados, partiendo de l.aPlaza de l.aReina hasta
• la BasIlica.
Y como no, siempre quéda ese sentimento de Ronda Natural, la ronda entre las rondas, ‘Iaronda
•
que no necesita de nada, salvo de una mujer a la que rondar, ya esté despierta 0 dormida, ya este sola o
en compañIa, ya en mitad de la calle o en su buhardilla. En cualquier momento, la Tuna se puede
presentar bajo una ventana, y por conseguir Ia sonrisa de una dama, nadie sabe lo que no hard.
1
-••
-
Ante una Ronda, las doncellas y mancebas suelen esperar reunidas y expectantes a su ilegada, de
tnanera que establecen entre ellas lazos de amistad y complicidad mientras que empiezan a dar cuenta,
a veces en demasla, de las viandas y bebidas que han reunido para obsequiar a los rondadores y cubrir
lasfiaquezas del apetito y la sed a lo largo de Ia noche Al escuchar las melodlas y voces de la Tuna,
acuden prestas a balconadas y ventanales para ser obsequiadas con nuestras canciones.
Es.:rodicioiwl y de buena fe en estos inomentos mantener unas formas siempre agradecidas por el
75
esforzado rondador, que ye recómpensado sus esfiterzos y.•desganitescon la mirada y atención de las
doncellas rondadas. Por ello, se intentar& aacute; evitar mientras se encuentren asomadas el hacer
abuso del beber y el yantar destinãdo a otros lances posteriores, asI como el exceso de comentarios y
parlanchinerlas que desvIen Ia atención de los juglares.
Nunca Ia Tuna estuvo reñida con la cantidad de damas a rondar, pues de Ia calidad y deseos de fiesta
hay que hablar, y bien vale mu veces mds una dama ilusionada que una caterva dé aburridas. No
obstante, es aconsejable en una r onda que el ndmero de comensales sea parejo, en favor dè una mayor
armonla y contento, si bien es mejor pecar por exceso que POT defecto.
Hay que destacar Ia belleza de ropas y trajes, el encanto de peinados y maquillajes, perfumesy demds
aderezos que suelen lucir para agrado de los caballeros rondantes, cosa que suele redundar en una
mayor alegrIa y disfrute del a Fiesta.
Por ditimo, subrayar que la Tuna no es Tuna sin la mujer, y que a todas ellas se debe, desde Ia mds
tierna y joven doncella, hasta Ia mds picara de las damas.
Ricos caldos y frutos de la tierra
“Esnuestra abogada la industria; pagamos las mds veces los estómagos de vaclo, que es gran trabajo
traer la comida en manos ajenas. Somos susto de los banquetes, polilla de los bodegones y convidados
”
(El Buscón)
por fuerza. Sustentdmonos asI del aire, y andamos contentos
-
Täl como se puede ver en Ia Historia de Ia Tuna
el Tuno siempre ha mantenido una especial relación
,
con el mundo de Ia Gastronomla.
Ya los primeros “sopones”...
:Sopón estudiantes que van a Ia providencia.y a pie de las Universidades (Dicc.
Autoridades)”
.fueron creando toda una cultura del Buen Llantar consistente en agradecer los manjares que Ia
Providencia devengara, ayuddndose de su ingenio para ayudarla cudndo las viandas escãsaran.
De aqul, que hoy en d(a en toda actividad tunera sean agradecidos los esfuerzos para que nofalte el
substento vorqz y eti’lico.
En una Ronda, suelen proveerse alimentos que sirvan para evitar desfallecimientos y carestlas (del
cuerpo y del alma) a lo largo de la madrugada. Son placeres que alegran a todos los presentes, y que
nunca pueden faltar.
AsIpodemos encontar estos suculentos manjares:
los que nunca faltan
• Aperitivos: Papas,frutos secos
Tapas y canapes: jamones adoptados huerfanos de padre y madre,fiambres,
•
as.
croquetitas, ddtiles con bacon y otras delic
Bocatas
sandwiches:
soportes energético y tentenpiés impescindibles.
y
•
76
Con las,nanos en l.amasa: esas antonomdsicàs tortillas de patáta, pizzas,
empanadas... tan apetecibles.
Dc luxe: si ademds se acompana de madugada con una barbacoa o una paella
nocturna, .increible.
• Lo dulces: canapes, pasteles o tartas.acaramelan un poco mds el
Y si hemos derrochado elogios del buen Liantar, qué no diremos sobre ci buen Beber. La Tuna es
heredera de Ia tradición elogiosa de caldos y licores, y por ello en toda ronda que se precie, o pueden
faltar. Ellos servirán para romper el hielo (si procediera), acompaflardn Ia conversación, serdn excusas
de brindis interminables y facilitardn el contacto y ci intercambio amistoso entre los comensales.
Son especialmente agradecidos:
Cocacolas, zumos y demás acompañamientos: para alegrIa de otras bebidas o de
•
quienes han de conducir-se.
Cerveza: imprescindible.
•
CaldOsde Ia tierra: tintos, rosados o blancos, secos o dulces, en sangria o en burret,
una delicia.
• Licores y demds bebidas espirituosas: regalos al paladar, refrescan en verano
reconfortan en invierno.
Por zulti,no,nada más recordar, que:
El caballo en. Ia montana
y el tiburón en Ia mar
que no hay mayor placer
que beber y no pagar
(Pero se agradece!)
•
3. Desarrollo de una Ronda
El pasacalles
El Pasacailes es una de las parte mds vistosas de Ia Ronda, en Ia que
Ia Tuna desfila con ritmo airado y vistoso por debajo del balcón de Ia
mujer a rondär, mientras entona canciones Ilenas de ritmo espaflol.
Generalmente estdformado por dos o tresfilas, en función del nilmero
de componentes de la ronda, y mientras desfilan, ejecutan vistosas
coreograjias, que hacen del pasacalles un expectdculo en si mismo..
77
Existen diversas figuras, que reciben nombres tan curiosos como
“botijosimple” “botijodoble “, “Barcelona92”, “serpentina“, etc, y
suelen consistir en movimientos sincronizados de lasfilas que componen el pasacalles.
Es el preludio perfecto de laRonda, pues avisa a las rondadas de Ia Ilegada de Ia Tuna, y les ofrece un
espectdculo maravilloso, (lo mismo que al resto del vecindario).
Algunas canciones tIpicas de pasacalles son:
•
•
•
•
ElManolo
La Compostelana
San Cayetano
Pasacalles de
Debajo de tu ventana
Una vez concluido el pasacalles, Ia Tuna se situa debajo de Ia
ventana o balconada de las mujeres a rondar, generalmente en un
par de filas, y empieza a cautivar sus corazones con sus mds bellas
canciones.
Si por casualidad la mujer rondada no habIa despertado o acudido a
Ia cita pbr paternas o extrañas razones, es el momento de canciones
de ronda, roindnticas y sentidas, que hagan que no pueda evitar
acudir a la cita con su Tuna.
Debajo del balcón; las baladas.y estudiantinas se mezclardn con
algiln que otro son mds alegre, de manera que no se duerma Ia
parroquia, y también, cómo no , para que se luzca el pandereta, y
para ir caldeando poco a poco el ambiente (imprescindible en enero).
Esta fase suele durar unas cuantas canciones, variable en función de variables como Ia témperatura
(imprescindible), la atura del piso a rondar, el caso prestado, etc. Tras ello, y silas mujeres rondadas
estdn a bien, quizas logremos traspasar sus corazbnes y ser invitados a Ia fiesta.
-
-
Si en tu balcón me dejaras colar
Una vez invitados a subir, se procederd a Ia presentación rigurosa y ineludible de las damas rondadas,
tras lo cual, proseguirdn las canciones y cantos a lo largo de toda la noche.
Serd el momento de refrescar nuestras voces con lbs caldos preparados al efecto, as! cómo de
amortiguar las penurias alimenticias que devengaran los esfuerzos anteriores.
t
Las canciones suelen ser mds movidas que debajo del balcón, y
78
incluyen todo tipodebailes (pasodobles, rumbas, valses, etc) que
incitan a! conocimiento y perfecto desrrollo de la fiesta. También se
pueden escuchar boleros y todo tipo de romances.
Si no hay problemas posteriores (ver Anecdotario)
Ia ronda durard
,
hasta el amanecer, o hasta que se decida ir de fiesta a otro lugar,
siempre con mdsica y con canciones.
,
r!rr
______
s
Despu
j—
de la Ronda
Por illtimo, cuando los cuerpos ya estdn sufridos de tanto tunar, a! clarear, y si no has triunfado en tus
amorios, siempre es momento de un café o de una paella en compania de todos los que hasta esas horas
àguantaron contigo.
4. Anecdotario
Alguaciles y demás esbirros
El principal y mayor enemigo de toda Ia vida en cuento al devenir de una ronda no el el Orden Pdblico,
que suele älardear de una gran simpatla hacia la Tuna, si flO del vecindario.
No obstante, siempre hay algiin que otro miembro de la Justicia Municipal que no atiende a
comprender las arraigadas tradiciones de baños, asaltos a colegios y moradas, y en particular, los ritos
inicidticos de la novaterla, y Ia emprenden con laEstudiantina. Sin embargo, no suelen Ilegar a
mayores.
-
El alegre vecindario
Por motivos insospechados, siempre hay vecinos a los cuales los
cdnticos y cOstumbresrondadores no liegan a cautivar, y protestan,
avasallan, vejan y denuncicina los estudiantes.
Desde el inocente cubo de agua, caja de huevos, caramelos o algiin
que otro i(quido que mancille nuestro honor, hasta Ia denuncia a la
policla, pasando por protestas airadas y demds pataleos, todo es
.79
poco para ellos Suele ser el prólogo del fin de Ia ronda
Maromos
•
1.
•.
No hay anécdota inds evocadora que la presencia de infantes masculinos en la ronda, lianiados en
z’unerIacomo “maromos”.Tal presencia provoca problemas y dudas exstenciales sobre las tendencias
sexuales de alguno de los miembros de Ia Tuna, por lo que se les “convida.”a abandonar Ia Ronda,
utilizando para ello todos los métodos que la imaginacion y la experiencia tunera proporcionàn.
•‘
•
•
80
MUSIC:
Dia especial Shakira
Que vida.la mia
Reik
LaPistolayEl
•
Corazon Los Lobos
•
•
.
•
81
LATINAMERICANCULTURE
Aug 20 2007;
LANGUAGES
Spanish L.yrk
:.
> Spanish
SpanishResources
Lyrics>
SPANISH
& CULTURE:.
LATINCULTURE
TRAVELINFO
PERU
SPANISHRESOURCES
Spanish Lyrics
Peruvian & Latin
Recipes
ESPANXSH
Shakira
>
Na especial
r
DIa especial
.
Shakira
Ya no se si es rnuy tarde para ti
Quiero desafiarIa comodidad
No nos sirve mas fingir
SPANISH COURSES
Vo no se cuan efImero es tu error
Ya te perdoné
Adelantelas agujas del reloj
IN PERU:.
SPANISH PROGRAM
.1 SPANISH ON
LOCATION
VOLUNTEERPROGRAM
.: Activities & Excursions
.:ACCOMMODATIONS
Standard spanishcourses
Specialspanishcourses
Spanish + Culture
Spanish+ VolunteerWork
Spanish+ Excursions
SpanishFamilyProgram.
.:
•
TIME:.
PICTURESGALLERY
.:PHOTO TOUR
•AMAUTA
SPANISH:.
US
.:ABOUT
OUR.STAFF
2:OURTEACHERS
OURSTUDENTS
WORKWITH US
:.:‘CONTACr US
R,.
LET
.1FAQS
SITE MAP
La lágnma secó
Se alejó el temporal
Latiendocomo el sol
Mi coràzón no tiene edad
Para.esperarte
Shakira
More Lyrics
-
Este es un dIa especial
Quierocreer en otra oportunidad
Dimos un salto mortal
V hoy vuelvo a ver
Un faro en Ia oscuridad
PRICES
ENROLLMENT
BROCHURE
.SURE
SPANISHLANGUAGE
I
-
Suerte
Te Aviso, Te Anuncio
Que me quedes tu
Reglas
Poemaa un Cabaiio
See full lyrics list..
.
LATIN CULTURE
Va no estoy tan confusacomo ayer
Solo Ia llusión trae desilusión
Y es tan fácil de caer
El mundo en que crel
Lo eterno y lo fugaz
Preflerodane fin
Aunqueme ocultesIa verdad más vulnerable
Este es un dIa especial
Quierocreer en otra oportunidad
Dimos un salto mortal
Y.hoy vuelvo a ver
Un faro en Ia oscuridad
Latiendo como el sol
Ml corazón no tiene edad
Estees un dia especial
Quierocreer en otra oportunidad
Dlmosun salto mortal
V hoy vuelvo a ver
Un faro en Ia oscuridad.
SpanishProgramI DestinationsI AccommodationsI PricesList
AmautaSpanish
-HomèIAbout Us I Contact Us I FAQs
Schàol
82
Spanish Lyrics:.
LANGUAGES
_
.SPANISH
& CULTURE:.
> SpanIshLyrics > Reik > QuevidaIa mia
SpanIshResources
Que vida a mIa
LATINCULTURE
TRAVELINFO
PERU
SPANISHRESOURCES
Spanish Lyrics
Peruvian & Latin
Recipes
•SPANISH
IN PERU:.
SPANISH PROGRAM
SPANISH ON
LOCATION
.: VOLUNTEERPROGRAM
.: Activities & Excursions
.: ACCOMMODATIONS
.:
.:
.:
PRICES
ENROLLMENT
BROCHURE
SURETIME:.
ICTURESGALLERY
PHOTOTOUR
• RAMAUTA SPANISH:.
ABOUTUS
OURSTAFF
OURTEACHERS
OURSTUDENTS
WORKWITH US
CONTACTUS
NEWSLETTER
5
.:FAQ
SITE MAP
uh..oh....hu
Medespiertoen Ia mafiana
Paraverte pasary tenerte
En mi mente por el resto del
DIa que vida Ia mIa.
SPANISH COURSES
Relk :.
Standard spanishcourses
SpecialSpanishcourses
Spanish+ Culture
Spanish+ VolunteerWork
Spanish+ ExcursIons
SpanishFamilyProgram
MoreLyrics
-
A un no se tu nombre y ya
Eresdueñade ml y me paso
Todael dIa imaginandotu nsa
Que vida Ia mia!
-
No se que hacer para ser el
Alre que va a tu airededory
Acariciatu piel
solo qulero conversar
solo quiero conocerte
dame un poco de tu tiempo para convencerte
yo solo quiero ser tu amigo
y me muero por salir contigo
dame una señalsolo dame una mirada.
Si estasa ml lado a ml no me
Importa nada ya qulero estar
Entus brazos y me muero por probar tus
Labios rojos lienosde ti
solo dime que si
Medesveloen las nochespara
Pensaren ti y Si duermosolo suello
con tener tus.cariciasque vida Ia mia.
es
Tengotodo este amor y soIo
ParatI y yo solo me conformocon
Mirarte otro dIa que vida Ia mIa.
No se que hacer para, ser el aire
Que va a tu alrededory acancia
Tu piel.
Solo quiero conversarsolo quiero
Conocertedame un poco de tu tiempo
Paraconvencerte.
Yo solo quiero ser tu amigo y me muero
Por salir contigo,.dameuna señal
Solodame una miradasi estasa ml ado a ml.
No me importa nada.
Ya quiero estàr
Entre tus brazosy me muero por
83
vo qulsiera
Noviembresin tI
Que vlda Ia mia
Levemente
Nina
Seefull lyricslist..
.
-
—I
LATIN CULTURE
Probartus lablos rojos....
Ilenos....de ti solo dime que.si
Solo quiero çonversar,solo qulero
conocertedame un poco de tu tiempo
Paraconvencerte
Yo solo qulero ser tu amigo y me
Muero por salir contigo dame una
Señalsolo dame una mirada 51estas a
Mi lado a mi no me importa nada.
Ya quiero estar en tus brazosy me muero por
Probartus labios rojos lienosde ti
Solo dime que Si
uh oh uh...
SpanishProgramI DestinationsI AccommodationsI PricesList
AmautaSpanishSchool Home About Us I ContactUs FAQs
-
Suecla480, Cusco, Peru
Phone.(+51) 84 26 2345
Telefax. (+51) 84 24 1422
@1998
- 2007 AmautaSpanish School
SCHOOL
SPANISHLANGUAGE
All rIghts reserved.
84
Los
‘.
l.-yncs>LosLobosLyrics> LosLobosLa PistolaV El CorazonLyncs
EscuchaMusicaGratis
Gratis!
Escuchatu MusicaFavorida
y CargatusCanciones
Dadanet/Audio
BaIa10TonosGratis
Tu musicafavontaenespañoi10tonosgratisSincompromiso
www.tonosdecelulares.net
fl
.
.
..
-;
BaileConLindasLatinas
BusquemilesdeLatinasGratis!Encuentre
Amigas,Parejasy
Amores.
corn
wwwTopLatinaGiris
54%WrinkieReduction
Moreingredients
thananyproductVisitourwebsiteto compare
them
www.scarheai.com
‘
LosLobosLaPistolaY ElCorazonLyrics
No se comodecirte
No se comoexplicarte
Que aqui no hay remedio
De 10que sientoyo
De lo que sientoyo
La luna me dice unacosa
Lasestrellasme.dicenotra
V Ia luz del dia me canta
Estatriste cancion
Estatnste cancion
f’.
besosqui e distem
l’ a
or
Son los que me.estanmatando
Ya las lagrimasme estansecando
Conml pistolay ml’corázon
V aquisiemprépaso la vida con
..La pistola.yél çorazOn.’.
‘:•
.
F
•:
.
No se como
asarte
ab
o
No cô
sé
que
.Poi
no Se‘medeja
Dolorue tengOyo
El d br quetengoyo
Estariochetan oscuraconsus
Sombras’tan tranquilos’
Y el vieñtome sigecantando
Estehumildeôàncion
Estehumildecancon
Losbesosque me distemi àrnor
Son los que meestan matàAdo
Valas lagrimasme estahsecando
Conml pistolay ml corazon
V aquisiemprepaso:la vida con
La pistolay elcorazon
‘
85
UNIT 6: The Written
Word
Literature
—
Objectives:
Students will:
1. Demonstrate proficiency by:
a. Discussingthe works of someof the most important writers in
Hispanichistory
2. Form the past perfect subjunctive
3. Form the passivevoice
4. Use the correct forms of variousverbal tenses
5. Analyze/discuss/respondto cultural texts/topics on:
a.
th
Miguel de Cervantesand life in Spain in 16
b.
Julia de Burgosand life in Puerto Rico in the 19501s*
c.
Dream interpretation
century*
.
.
d.
Stereotypes of men and womenin Latin/Hispanic cultures
6. Read/analyze/discusscultural texts:
a. DonQuijote de Ia Mancha: excerpt from Miguel de Cervantes’
novel about a man with a vivid imagination*
.
.
86
b A Julia de Burgos:a poemby Julia de Burgos in which she writes
about a womanwho breaks the mold of. stereotypes*
7. Assessment:Students will take quizzes and/or examson the unit.
Listening: watch videosof a Mexican soapopera and answer comprehension
questions,listen to statements and recognize the tenses
Speaking: role play a scene from DonQuifote de Ia .Mancha,share the
events of a recent dream you had, discussdream interpretation and interpret
the dreamsof classmates
Reading: read excerpts from Don Quijote de Ia Mancha, pagesof a cartoon
versionof Don Quijote and the poemby Julia de Burgos
Writing: write a poembasedon photos of Spanish.speakingcountries, write
a journal entry as a reaction to the poemby Burgos,write a journal entry
from the point of view of one of the characters from the Don Quijote
reading
87
Stereotypes of Men
and Women in
Hispanic and Latin
Cultures
88
Las dlferentes caras de Ia
mujer en los comerciales.
Home
cson
sdela
L
La mujer Ide
Elhombreylos
estereotipos.
Los niñosy los
Enlos ültimosveinteañoslos
comercialesde televisionse han esparcido
a travésde todoel mundo Desdeel
comienzo,los mediosde publicidadhan
distorsionadoy utilizadoIa imagende Ia
mujerde distintasformas,en especiallos
comercialesde televisiOn.Lasdistintas
agenciasde publicidada fin de lograr
atraera Ia mayorcantidadde
consumidoreshan manipuladoa su
convenienciaIa imagende Ia mujer. De
estaformalos estereotiposque existen
sobreIa mujersontrasmitidosdia a dia
por televisiOny se encargande acentuar
unos rasgosnegativosque no representan
lo que es el generofemenino,exceptoen
Ia mentede los varonesque perpetUan
comoalgo naturalesosestereotipos.
(Garcia,1987)
Ejemplode esto son los
comercialesde detergentes,comiday
otrosartIculosde usofamiliarloscuales
presentana Ia mujercomoIa tipica ama
de casa, débil,indefensa,dependiente(de
un hombre),delicaday sensible.Por su
parte losvendedoresde bebidas
alcohOlicas
y cigarrillo,por ejemplo,utilizan
Ia imagende Ia mujerbella,delgada,
eternamente
joven,seductora,y tonta,Ia
cual aparentano tenerun cerebropropio
Además,otraimagenmuy utilizadaes Ia
de Ia mujervana y consumidora;Ia cual
estole bridauna
compraporcomprar
y
satisfacciOn
ilimitada.Esta imagenes muy
utilizadapor losvendedoresde productos
de bellezay los dueflosde centros
comerciales.
Es importanteaclararque todas
estascaracterlsticas
sonfalsas
de lo que es unamujer.
representaciones
estEreotipos.
89
Lasdistintas
agenciasde
publicidada fin
de lograr atraer
a Ia mayor
cantidad de
consumidorës
han manipulado
asu
convenlenclaIa
imagen de Ia
mujer.
•-
i
•:IL
‘Bib LiOgraf
ia
PaginadeLinks
• •••••
••
••
••
• • • • * • • •••
••
• }jQj
.
,
.
Jlntroducción I Estereotinos de Ia muier
I La muier ideal
I La muier v los estereotloos
I El hombre y los
•.Vestèreotipos. Los niños v los estereotloos. Trastornos alimenticios
.
I Construcciôn de género en los anunclos.
on
IConclusi
To contact us:
‘----••—
--‘Email: plaflflJtwrtll
•
:
:
90
JtJIn,wIIu
Semanarlo de Prensa Libre • NO. 30 • 30 de Enero de 2005
Dfondo
15 quinceaneros
Unvistazo a 10que piensa,juzga, teme y valora esageneraciónde
potencialesciudadainosguatemaltecosnacidos en 19890 1990.
Por: GustavoAdolfo Montenegro
Fotos:CarlosSebastian.
S
Portada
• Editorial
• Opinion
• Cartas
• Claroscuro
• Columna invitada
• D todo un poco
• D frente
• D portafollo
• D mundo
•‘fondo
• D cultura
• D famosos
• D viaje
• Punto final•
. D archivo
• Directorio
Cuandoellosnacieron,calaen pedazosel Murode Berlin, Ia UnionSoviéticaera historia
concluiday Ia Tormentadel Desiertoera Ia primera guerra televisaday teledirigida,
aunque no Ia vieron en vivo. Hanaprendidoen Ia escuelaque existe hoy una sola
sica ha venido, desdeque recuerdan,en discoscompactos.Dificilmente
Alemaniay Ia mi
recordaránque sus primerostres añosfueron gobernadospor un tal Jorge SerranoEllas.
Paraellos no hay mayor sorpresaen las computadoras,el Nintendoo Ia internet. Por
sica de MichaelJackson,Gunsand Roseso Alux Nahuales para ellos, del
supuesto,Ia mi
recuerdo
Tienen su propiaopinion del mundo,del pals y de sus
problemas.De hechoen tres añosserán ciudadanos,
intentandoabrirse pasoy lo saben. Lejos de lo que
pudiera pensarsesus preocupacionesno son triviales.
Sus modelosde hombre y mujer contienenya una
carga de obligaciones,familiaresy sociales,
notablementemayor a otros palses,segt
lo evidenciOel
n
estudio Idealesde los adolescentesguatemaltecos
urbanos,de Ia Universidadde Missouri,que tuvo una
duraciónde 8 aPiosy abarcóa jóvenesde 20 paIses.
Palabras,dibujose ideas
La psicólogaJudith Gibbonsdirigió el mencionado
estudio, en el que participarona 478 jóvenes
guatemaltecosde areasurbanas.A través de
cuestionariosy dibujos del hombre y Ia mujer ideales,
La mujerideal
ellos plasmaronsu forma de ver el mundo y las
Porunladosereflejan
expectativasque tienen de su vida en el futuro.
aspiracionesa Ia independencia
Entre los resultadosmás interesantesestàba que las
realización
econOmica,
tendIan
fIsico
muchachas
a expresarmenosel aspecto
y
personaly éxlto laboral,aunque
Ia sexualidad.Enfatizaban,en cambio, el trabajo de
todavIaprevalecenestereotipos
hogar o de ama de casa: por ejemplo.Ia mujer barriendo. comohacerlimpieza
y cuidar
de los niños.
En el casode los hombres,Ia imagenrecurrente,en los
dibujos, era el hombre trabajando,a vecesvestido de maneraelegante.“Los
adolescentesguatemaltecosmostrabanlas responsabilidadesde los adultos en sus
dibujos -explica Gibbons-lo cual evidenciauna gran peso de las expectativasde sus
padreso maestros”.
En relacióna otros paIses,los adolescentesguatemaltecosmostraronsimilaresindices
de idealismoy optimismo. La bondady honradezfueron las cualidadesmás importantes
adas
de Ia personaideal, identifi
en dichoestudio y tamblén en el cuestionario
contestadopor 15 quinceañeros,con las mismas preguntasusadasen el estudlode Ia
doctora Gibbons.
Serjoven en Guatemala
Hubo pequeñasvariantes en ciertas caracterIsticas“ideates”. Paralas señoritas,
despuésde Ia bondad,(a cualidadmás importante de Ia mujer está en ser “maternal”,
91
mientras para los muchachos,era mejor que fuera cariñosa” y ‘divertida
En Ia déscripciónde hombre Ideal,varonesy mujeres, coincidenen subrayar Ia
importanciade tener “un buen trabajo”, pero para ellos el “tener dinero”, asI comouna
“estatura y peso promedio”es importante; lo que ellas‘prefleren,en cambio es que sea
divertido” e “inteligente”. La brechaparece normal, pero en opinionde Gibbons,conlleva
riesgos.“.Qué pasa cuandose junta una mujér’para quien el ideal es tener un buen
trabajo, con un muchachoque esperaque ella sea cariñosa u hogareiia.Loshombresy
las mujeres están pensandomuy diferente en sus futuros. Serádificil que vayan juntos y
se ayudena lograr metas,a menosque se les hagaconscientesde estasdiférencias”,
explica Gibbons.
La psicólogaagrega: “Si los hombresdicen que es muy importante que Ia mujer sea
atractiva y ellas dicen que es de poca relevanciaoque para ellas al hombreideal le
gustan los niños y ellos piensanmás en el éxito... tenemos un choque”
“Estas expectativasson formadas,sobre todo por los mediosde comunicaciOny el
modelo familiar”, señalaFernandoGarcia,SecretarloPresidencialde Ia Juventud:“El
adolescentede hoy no es como el de antes. La informáticay más concretamente,
Internet, han derribadolas barrerasde Ia ignorancia.Porello se quejan d,eIa falta de
oportunidadesen Guatemala,al darsecuentade Ia realidad en otros palses”,señala.
“Las señoritastienen metas más claras y realistas.El
joven se dedicamás a molestar,a prolongarsu niñez,
aunquedependede las amistades,que es otro factor
importante”, dice MynorMartInez,director del centro
educativoMontelimar.“Ellos quierenser alguienen Ia
vida, aunquepor ahora muchosestudianmás para
quedar bien con los papas,de quienesdependen”,
agrega Martinez.
10 consejos
Pararelacionarsemejor con
los adolescentes,el sitio
www.inteligencia-emocional.
org aconseja
1. Demuestreque usted
deseaescucharatentamente
Parael psicólogoy sociólogoCarlosSeijas, los perfiles sin hacerjuicios o crIticas.
idealesperduran más aIIáde Ia adolescenciaporque son
“constructos sociales”,dice. “Son idealesque les impone 2. Preguntecon moderación.
Ia cultura, Ia sociedaden Ia que han crecido.Eslo que Controléel impulso
por
les han dicho sus padresy sus maestros,también los
querer sabertodo 10que el
mediosde comunicaciOn”,añade.
adolescenteestá pensandoo
“Lamentablemente-prosigueSeijas-, los quinceañeros planeando.Muestreconfianza
éIIo.
son un grupo al cual no se valora como debiera. Se les en
consideraniiios, pero sus valores ya estáncimentados.
3. No se ponga a Ia
.Antesde que a los 18 años sean ciudadanos,ya han
defensiva.Ante
empezadoa tomar decisionespor si mlsmos”.
generalizacioneso
comentariosmuy crIticos,no
los tome personalmente.
Aprovéchelospara establécer
un diálogofecundo.
Idealesproyectados
• Dibujosdeniñoconactitudes.ydecisiones
deadulto
La mayorIade dibujos sonrIe. EsIa ónica constante
pareja entre los adolescentesde Guatemalay de otros
palses,segünel estudiode Ia Universidadde Missouri.
Se puedenotar en los dibujos hechospor los 15
quiceafierosde este reportaje. Sin embargo,en el caso
de las responsabilidadesadultas, el cuidadode niños o
del hogar aparecenmás en los guatemaltecosque en los
de otros paIses.
“La mujer es muy inteligente.Ella, por lo tanto está
usandoIa computadora”,dice Ia nota que acompañael
dibujo de Ingrid Yohanna,que contrastade alguna
maneracon el de Ana Gabriela,que dice: “AquI se
muestraa una mujer amigable,amistosa,carifiosa, que
le agradan los niiios, pero Ia verdad es que nadie es
92
5. Seaclaro y concreto
respectoa problemas
importantes.
6. Hablesobre usted mismo.
Cuéntelesen detalle sus
propios recuerdosde
adolescentey los errores que
cometió. Riase.
8. Manifiéstafisicamentesu
afecto.
9. Elogiecuantose pueday
fomente Ia autoestima
positiva.
10. IncItelosa tomar
perfecto”
Los estereotiposactividad-hombre,pasivIdad
rnujer,
se reflejan en algunos ‘el hombre arregla una mesa, mientras Ia mujer está enseflando
a los nilios”, como lo dibujo JulioGeovani Estose acentuaaun más en otros dibujos en
los quela, mujer”haceel oficio de lacasa, esaséada, siempre mantienelimpio”, como lo
añotó Kimberlyo bien, trabajando como ama de casa y bonita..La mujer ideal es muy
trabajadora, bonita, con responsabilidad,con ganas de seguir adelanteetcetera”, tal
comoanàtó Florencio.
.
.
•
declsionesy a aceptar las
consecuencias
Bondad,honradez,éxito, honestidad,amor son algunosde los vlores más frecuentes.
“En algunoscasos,el modeloideal podrIaprovenir de losmismos padres”,explicaJudith
Gibbons.
“Seve un hombre que posiblémentesea un ingenieroo Un contador. Eiestá trabajando
en su oficina”, escribióJennifer,quien, sin embargo,no describióa una mujer ideal.
•
Victorianomezclavarias consideracionesen su dibujo del varón ideal: “Esta persona
está feliz, es decente,tiene una vestimentade trabajo y también su cuerpo no es tan
formal, es como decir no tan de atleta como eFde un luchadory es bueno”.
•
Caberesaltar en este tltimo dibujo, que es de los pocosque exaltan cualidadesfIsicas
de los sexoso bien aspiracionesintelectuales:Herbert dibujó a Ia mujer ideal con un
libro en Ia mano y Henry,cornodeportista: con una pelota de basquetbol.Douglasfue
más allá y Ia plasmóbailando:era el cinicodibujo que reflejabaesta actividad.
•
.
•
“Los muchachosguatemaltecosIlevanuna mayor carga de expectativasde sus padresy
de Ia sociedad;encomparaciónconjóvenes de otros paises,que aprecianmás Ia
sensualidady Ia diversion”, dice Gibbonsen su estudio
Exitoen Pavida
•
.
El potencialexiste.(,Se realizará?
Losadolescentesconsultadoscolocaronal éxito como algo a futuro, pendientede
realización;En algunoscasosera algo concreto: “raduarse de Ia universidad”otener un
trabajo “estable”; en otrosera algo más blen relativo: “ser alguienimportante y
respétado”,que quiera “alcanzar sus metas”, ser alguien“que cree y confla en Dios” o
ser una persona“trabajadora”.
ParaJosé Herrera,director de EmpresariosJuveniles,hay que saber comprenderestas
metas y örientarlas por sér una etapa de transición “Después,cuandoya se conocensus
s
de los deportes y de los mediostecnológicos
intereses,hay que incentivarloa trav
coma Internet”.
•
•
.
Herreraagrega: “La educaciónpara-losjóvenes de 15 años debe ir enfocadahacialos
valores.Debenenteridersu importante papelen el futuro de su pals y como formadores
cleos familiares”.
de ni
El máximosueño
Ladiversidadde interesesy aptitudes de los quinceañerosentrevistadosse pudo
percibir al preguntarlescuál su maxima aspiraciónen Ia vida: ser secretariabilingue, ser
isico, ser medico (Ia másfrecuentede las metas), ser abogadoy ayudara los que me
mt
rodean.El obstáculomás citado fue Ia “falta de recursos” para estudiar una carrera de
diversificadoy despuésIa universidad.“V los muchosaños que tendre que pasarpara
lograrlo”, escribióAna Gabriela.
A pesar de ello, tiene validezIa dichoalguna vez par el novelistainglésMarkTwain: “Es
mejor ser un joven abejorro que una vieja ave del paralso”.
Yquiénlosapoya?
.
-
93
“L.aprimera ayuda, pero Ia mas probiemátlca,es Ia familia, porque dicen los
sicoanalistasque está hechapara hacerlosufrir a uno, pero en un marcosocial,el primer
ipoyo para unquinceauierodebe ser sufarnilian,diceCarlosSeijas, director del
departàmentode PsicologladeJa’UniversidadRafaelLandIvar.
El pedagogoargentino JoséLuis’DélJ’Ordineplantea
algunasaccionescon las cuá!eslos padresde familia
contribuyenaléxito de sus hijos: “Analicelos modelos
de conductaque se exaltan er el hogar. Por ejemplo,
analicequé actitudestoman ustedeslos adultosante
una noticia importante. Su hijo se fija mucho en esto
para formarse ideassobre Ia vida”.
De hecho,como seuialabael psicólogofrancesJean
Piaget:“El adolescentese preparapara insertarseen Ia
sociedadde los adultos: por mediode proyectos, de
programasde vida y tamblén planesde reformas”.
La edadde
lasilusiones?
Los15añosmarcanel findeIa infancia
Lotradicionalen Guatemalaes celebrarcuandouna
el
in
joven cumple 15 años.Por qué esta edad? Seg
historiadorFernandoUrquizci“es el momentoen que
una patoja dejaba de ser niuiapara convertirse en una
señorita preparadapara el matrimonlo. El papel de Ia
blica no era importante hace un siglo
mujer en Ia vida pi
y a esa edad debia elegir entre Ia vida religiosao el
matrimonio”. De hecho, Ia OrganizaciónMundialde Ia
Saludestablecea Ia adolescenciacomo Ia etapa
comprendidaentre los 10 y los 19 auios.Los15 auiosson
el inicio de Ia segundaetapa adolescente.
I.
Tuvieron 15
Segünalgunastradiciones
piadosas,Ia Virgen Maria
tenia 15 auioscuandorecibió
Ia Anunciación.A
continuación,lo que ocurria a
esa edad en Ia vida de ciertos
personajescélebres:
Haciael auio341 A.C.,
AlejandroMagnorecibIa
instrucciónparticular de parte
del filósofo Aristótele.
-
En 1771,Wolfgang
AmadeusMozart,vuelve
convertido en un prestigioso
sico, aunquesin sueldo,a
mt
su natal Salzburgo.
-
SalvadorDali, en 1919,
participaen su primera
exposicióncolectiva,en
Figueres,su ciudadnatal.
-
En 1999, Ia cantante
Britney Spearsgrabaen
Nueva York, su primer disco
como solista.
-
En 1970,Unjoven Ilamado
Bill Gatestrabajaba gratis,
junto a otros compañeros,
“De alguna forma es una entradaal mundo social”,
tratando de hallarfallas en Ia
opina Ia sicólogaLissethRodriguez.Es por ello que
Carlos Seijas consideraal Ilegara los 18 auios,ya se han computadorafabricadapor
Digital EquipmentCorp.
tornadodecisionésque afectantoda Ia vida: a uno le
dan a una cédula,un permiso para decidir, pero ya
En 1955, eI joven futbolista
desdeantesJoha hecho: fumar o tomar licor, por
brasileuioEdsonArantesdo
ejemplo..
Nascimento,Pélé,jugaba en
Rodriguez,sin embargoaclara que “Ia personaa las
las ligas menores.Al año
15 auiosanda buscandosu propia identidad, Jocual
siguiente harIa su debut.
provocaque muchosjóvenes se porten rebeldespero es
porque quieren liamar Ia atención”.De hecho,SugeyriMorales,de (a PastoralJuvenildel
ARzobispadode Guatemalaestima que a muchosquinceañerossolo les anima“vivir el
s
hacen.Sin metas ni planesa (argo
momento.Va no hay ideales, hacenlo que los dem
plazo”.
-
-
Paraevitar eso, Ia AsambleaAnualde dicha pastoralplanteabacomo alternativa(a
promociónde valores como Ia solidaridad,Ia union familiar, Ia promociOnde actividades
socialesen las que el adolescentecontribuyaa mejorar su comun,dad.
© Copyright 2004 PrensaLibre. Derechos Reservados.
Se prohibe Ia reproduccióntotal o parclalde este sitlo web sin autorlzaclönde PrensaLibre.
[email protected]
www.prensallbre.com
94
French V
2007
Unit 1—Philosophy & Education
Time Period —4 6 weeks
-
Objectives
> Students will gain an understanding of the historical setting for the “Age of Enlightenment”.
> Students will be able to name several prominent French philosophers and identify the key
components of their philosophy.
> Students will review how to use reflexive verbs and will learn additional uses of them.
> Students will read extracts written by selected French philosophers; the class will then
discuss the writings and make connections to howthese philosophies affect them or apply to
their daily life.
> Students will compare the French education system (high school, baccalaureate exam and
university) to the American system.
> Students will learn how to use the causative faire.
Vocabulary
> types’of schools in France
subjects taught
> examinations
> degrees
Grammatical Structures
> reflexive verbs
> reciprocal verbs
> idiomatic use of reflexive verbs
passive use of reflexive verbs
> conjugating reflexive verbs present, passé compose, imparfait, futur, conditionnel, and
sujonctif
> causative faire
—
‘
‘
‘
95
FrenchV
2007
0*•
Unit 1 - Philosophy & Education
Sug2ested Activities & Assessment
Reading
> Trésors du Temps — Septième Etape: Un peu d’histoire — Le dix-huitième siécle. Students
will gain an understanding of the historical setting for the “Age of Enlightenment”.
> Trésors du Temps — Septième Etape: Vie et Littérature extracts from Candide by Voltaire and
Les Confessions by Jean-Jacques Rousseau. Studentswill discuss the philosophy in these
excerpts.
> Additional philosophical reading selected by the students. The following is a partial list
French philosophers that may interest the students.
Additional French Philosophers
Albert Camus
Denis Diderot
Blaise Pascal
Simone de Beauvoir
Michel FoUcault
Jean-Paul Sartre
Pierre Laffitte
Paul Valéiy
Marquis de Condorcet
René Descartes
Claude Levi-Strauss
Simone Wiel
Charles de Secondat, baron de Montesquieu
)
Information on.the French educational system.
0’
Speaking
> Present background information on a French philosopher and the main ideas of their thinking
OR explain a level ofthe.French educational system; answer questions posed by the class or
teacher.
>
Ask questions about the additional philosophers presented tO the class or about the different
levels of the French educational system.
•
7
•
Listening
>
Listen to presentations on philosophers.
> Listen to extracts of students talking about their education experience in France.
> Listen to information on the French educational system.
Writing
> Compare and contrast the educational systems in France and the United States based on
information you have learned and experienced.
L
•
Grammatical Practice
> Trésors du Temps Septième Etape: Application. Complete activities A
—
L as assigned.
Assessment
Students will be given a quiz after completing each section of the unit (history, readings,
grammar, culture). The quiz will consist of any combination of the following questions:
true/false, multiple choice, matching, fill-in the blank or short answer.
•> At the end of the unit students will demonstrate proficiency of the material studied either by
taking an exam that covers.all the elements of the unit orby creating a project that ties the
elements together.
>.
•
—
96
Extracts from
French Philosophers
Denis ‘Diderot
René’Descartes
Voltaire
Blaise ‘Pascal
9,7
re
Principesphilosophiquessur Ia mati
et le mouvement Wikisource http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Principes_philosophiques.
-
• Principes philosophiques sur la matière et le
mOuvement
• La bibliothèque libre.
Principes philosophiques sur la matière et le
mouvement
Denis Diderot
1770
Je ne sais en quel sens les philosophes ont suppose que Ia matièreétait indifférente
au mouvement et au repos. Ce qu’il y a de bien certain,. c’est que tous les corps
gravitentles uns sur les autres, c’est que toutes les particules des corps gravitent les
unes sur les autres, c’est que, dans cet univers, tout est en translation ou in nisu, ou
en translation et in nisu aIa fois.
•
Cette supposition des philosophes ressemble peut-être a celle des géomètres
qui admettent des points sans aucune dimension, des lignes sans largeur ni
profondeur, des surfaces sans épaisseur; ou peutétre parlent-ils du repos relatif
d’une.masse aune autre. Tout est dans un repos relatif en un vaisseau baiThpar Ia
tempête. Rien n’y est en un repos absolu, pas même les molecules agrégatives, ni du
vaisseau ni des corps qu’il renferme.
•
•
•
S’ils ne conçoivent pas pus de tendance au repos qu’au mouvement dans un
corps quelconque, c’est qu’apparemment i!s regardent Ia matière comme
homogene ; c’est qu’ils font abstraction de toutes les qualités qui lui sont
essentielles; c’est qu’ils Ia considèrent comme inaltérable dans l’instant presque
indivisible de leur speculation, c’est qu’ils raisonnent au repos relatif d’un agrégat a
un autre agrégat ; c’est qu’ils oublient que tandis qu’ils raisonnent de l’indifférence
du corps au mouvement ou au repos, le bloc de marbre tend asa dissolution ; c’est
qu’ils anéantissent par Ia pensée et le mouvement général qui anime tous les corps,
et leur action particulière des uns sur les autres qui les détruit tous; c’est que cette
•
•
indifference, quoique fausse en eIle-même, mais momentanée, ne rendra pas les lois
du mouvement erronées.
I
Of
•
•98
•
7/3/07 11:57AM
Principesphilc;sophiqUes
sur Iamatièreet le mouvementWikisource http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Principes_philosoph
-
Le corps, selon quelque philosophe, est par lui-même, sans action et sans
force.: c’est une terrible fausseté, bien contraire atoute bonne physique, atoute
bonnë chimie : par lui-même, par Ia nature de ses qualites essentielles, soit qu’on le
considère en molecules, soit qu’on le considère en masse, ilest plein d’actibn et de
force.
Pour vous représenter le mouvement,ajoutent-ils,outre Ia matière existante, ii
vous faut imaginer une force qui agisse sur elle. Ce n’est pas cela : Ia molecule,
douée d’une qualité propre asa nature, par elle-même est une force active. Elle
s’exerce sur une autre molecule qui s’exerce sur elle. Tous ces paralogismes-Ia
tiennent aIa fausse supposition de Ia matière homogène. Vous qui imaginez si bien
Ia matière au repos, pouvez-vous imaginer le feu en repos ? Tout dans Ia nature a
son action diverse, comme cet amas de molecules que vous appelez le feu. Dans cet
amas quevous appelez feu, chaque molecule a sa nature, son action.
Voici Ia vraie difference du repos et du mouvement: c’est que le repos absolu
est un concept abstrait qui n’existe point en nature, et que le mouvement est une
qualité aussi réelle que Ia longueur, Ia largeur et Ia profondeur. Que m’importe ce
qui se passe dans votre tête ? que vous regardiez que Ia matière comme homogene
ou comme hétérogène ? Que m’importe que, faisant abstraction de ses qualités, et ne
considérant. que son existence, vous Ia voyiez en repos ? Que m’importe qu’en
consequence vous cherchiez une cause qui Ia meuve ? Vous ferez de Ia géométrieet
de Ia.métaphysique tant qu’iI vous plaira ; mais moi, qui suis physicien et chimiste,
qui prends les corps dans Ia nature et non dans ma tête, je les vois existants, divers,
revêtus de propriétés et d’actions, et s’agitant dans I’uñivers comme dans le
laboratoire oü üne étincelle ne se trouve point acôté de trois molecules combinées
de salpêtres, de charbon et de soufre, sans qu’il s’ensuive une explosion nécessaire.
La pesanteur n’est point une tendance au repos, c’est une tendance au
mouvement local.
Pour que Ia matière soit mue, dit-on encore, it faut une action, une force; oui,
extérieure
ou
a Ia molecule, et constituant sa nature de molecule ignée, aqueuse,
nitreuse, alcaline, sülfureuse. Queue que soit cette nature, il s’ensuit force, action
d’eIle hors d’elle, action des autres molecules sur elle.
•
La force, qui agit sur Ia molecule, s’épuise; Ia force intime de Ia molecule ne
s’épuise point. Elle est immuable, éternelle. Cesdeux forces peuvent produire deux
sortes de nisus; Ia premiere, unnisus qui cesse; Ia seconde, un nisus qui ne cesse
jamais. Donc il est absurde de dire que Ia matière a une opposition réelle au
mouvemënt.
La quantité de force est constante dans Ia nature; mais Ia somme des nisus et Ia
somme des translations sont variables. Plus Ia somme des nisus est grande, plus Ia
somme des translations est petite;et réciproquement plus Ia somme des translations
est grande, plus Ia somme des nisus est petite. L’incendie d’une ville.s’accroIttout a
2of5
•
99
7/3/07 11:57AM
Principesphilosophiqües
surIamatièreet le mouvement Wikisource http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Principes_philosoph
-
coup d’une quantitéprodigieuse Ia somme des translations.
•Un atome remue le monde; rien n’est plus vrai; cela l’est autant que l’atome
remué par le monde: puisque l’atome asa force propre, elle ne peut être sans effet.
II ne faut jamais dire, quand on est physicien, le corps comme corps; car ce
n’est plus faire de Ia physique; c’est faire des abstractions qui ne mènent arien.
II ne faut pas confondre l’action avec Ia masse. II peut yavoir grande masse et
petite action. H peut y avoir petite masse et grande action. Une molecule d’air fait
eclater un bloc d’ácier. Quatre grains de poudre suffisent pour diviser un rocher.
Oui sans doute, quand on compare un agrégat homogène aun autre agregat de
même matière homogène; quand on pane de l’action et de la reaction de ces deux
agrégats, leurs energies relatives sont en raison directe des masses. Mais quand ii
• s’agit d’agrégats hétérogènes, de molecules hétérogènes, ce ne sont plus tes mêmes
lois. Il y a autänt de lois diverses qu’il y ade variétés dans Ia force propre et intime
de chaque molecule élémentaire et constitutivedes corps.
•
•
Le corps résiste aumouvement horizontal. Qu’est que cela signifie? On sait
bien qu’il y a une force generale et commUnea toutes les molecules du globe que
• noushabitons, force qui les presse selon une certaine direction perpendiculaire,ou a
peu près, a Ia surface du globe; mais cette force générale et commune est contrariée
par ëent mille autres. Un tube de verre échaufféfait voltiger les feuilles de l’or. Un
l’air de poussière; Ia chaleur volatilise l’eau, l’eau volatilisée
• ouragan remplit
elle
des molecules de set; tandis que cette masse d’airain presse Ia
emporte avec
• terre, l’air agit sur elle, met sa premiere surface en une chaux métallique,commence
Ia destruction de ce corps: ce que je dis des masses dolt être entendu des molecules.
Toute molecule dolt être considérée comme actuellementanimée de trois sortes
d’actions, l’action de pesanteur ou de gravitation, l’action de sa force intime et
propre asa nature d’eau, de feu, d’air, de soufre, et l’action de toutes les autres
molecules sur elle; et il peut arriver que ces trois actions soient convergentes ou
divergentes. Convergentes, alors Ia molecule a l’action Ia plus forte dontelte puisse
être douée. Pour se faire une idée de cette action Ia plus grande possible, ii faudrait,
pour ainsi dire, faire une foule de suppositions absurdes, placer une molecule dans
une situation tout afait métaphysique.
En quel sens peut-on dire qu’un corps résiste d’autant plus au mouvement que
sa masse est plus grande ? Ce n’est pas dans le sens que sa masse est grande, plus
Ia pression contre un obstacle est faible; il n’y a pas un crocheteur qui ne sache le
contraire. C’est seulement relativement aune direction opposée asa pression. Dans
cette direction, il est certain qu’il rsiste d’autant plus au mouvement que sa masse
est plus grande. Dans Ia direction de Ia pesanteur, ii n’est pas moms certain que sa
pression ou force, ou tendance au mouvement, s’aceroIt en raison de sa masse.
Qu’est-ce que tout cela signifie donc? Rien.
3ofS
•
100
7/3/07 fl:57AM
Principesphilosophiqücsstir Ia.matièreet le mouvement Wikisource http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Principes_philosophiques..
-
Je ne suis point surpris de voir tomber un corps, pas plus. que de voir Ia
flamme s’élever en. haut; pas plus que de voir l’eau agir en tous sens, et peser eu
egard asa hauteur et asa base, en sorte qu’avec une mediocre quantite de fluide, je
puis faire briser les vases les plus solides; pas plus que de voir Ia vapeur en
expansion dissoudre les corps les plus durs dans Ia machine de Papin, élever les
plus pesants dans Ia machine afeu. Mais j’arrête mes yeux sur l’amas general des
corps; je vois tout en action et en reaction; tout se détruisant sous une forme, tout se
reçomposant sous une autre, des sublimations, des dissolutions, des combinaisons
de toutes les espêces, phenomenes incompatiblesavec l’homogeneite de Ia matière:
d’oü je conclus qu’elle est heterogène; qu’il existe une infinite d’elements divers
dans Ia nature; que chacun de ces elements, par sa diversite, a sa force particulière,
innee, immuable, éternelle, indestructible; et que ces forces intimes au corps ont
leurs actions hors du corps : d’oü naIt le mouvement ou plutôt Lafermentation
generale dans l’univers.
.Que font les philosophes dont je refute ici les erreurs et les paralogismes? us
s’attachent aune seule et unique force, peut-être commune atoutes les molecules de
Ia matière;je dis peut-être, car je ne serais point surpris qu’il y euItdans Ia nature
telle molecule qui, jointeà une autre, rendIt le mixte resultant plus léger. Tous les
jours dans le laboratoire on volatilise un corps inerte par un corps inerte. Et lorsque
ceux qui, ne considerant pour toute action dans l’univers que celle de Lagravitation,
en oñt conclut l’indifference de Lamatière au repos et au mouvement, ou plutôt Ia
tendance de Ia matière au repos, us croient avoir résolu Ia question, tandis qu’ils ne
l’ônt pas seulement effleuree.
Lorsqu’on regarde le corps comme plus ôu moms resistant, et cela non comme
une force, une action
pesant ou tendant au centre des graves, on lui reconnaIt deja
ii
mais
bien
d’autres, entre lesquelles les unes exercent en
y en a
propre et intime;
tout sens, et d’autres ont des directions particulières.
La supposition d’un être quelconque place hors de l’univers materiel, est
impossible. II ne faut jamais faire de pareilles suppositions, parce qu’on n’en peut
jamais rien inferer.
Tout ce qu’on dit de l’impossibilité de l’accroissement du mouvement ou de Ia
vitesse, porte a plomb contre l’hypothèse de Ia matière homogène. Mais qu’est-ce
que cela fait a ceux qui deduisent le mouvement dans Ia matière de son
La supposition d’une matière homogène est bien sujette a d’autres
heterogeneite?
absurdités.
Si on ne s’obstine pas a considerer les choses dans sa tête, mais dans
•
l’univers, on se convaincra par la diversité des phénomènes, de Ia diversite des
matières élémentaires, de Ia diversite des forces, de Ia diversite des actions et des
reactions, de Ia diversité du mouvement; et toutes ces verites admises, on ne dira
plus: je vois lamatiêre comme existante;je Ia vois d’abord en repos; car on sentira
que c’est faire une abstraction dont on ne peut rien conclure. L’existence n’entraIne
101
7/3/0711:57AM
Principesphilosophiques
surIa matièreetlemouvementWikisource httpI/fr wikisource org/w/index php
9title=Principes_philosophiques
-
nile repos nile mouvement; mais l’existence n’est pas Ia seule qualité des corps.
bus les physiciens qui supposent lamatière indifférente au mouvement et au
repos, n’ont pas des idées nettes de Ia résistance. Pour qu’ils pussent conclure
quelque chose de Ia résistance, ii faudrait que cette qualité s’exercat indistinctement
en tout sens, et que son énergie füt Ia même selon toute direction; alors ce serait une
force intime, telle que celle de toute molecule; mais cette résistance vane autant qu’il
y a de directions dans lesquelles le corps peut être poussé; elle est plus grande
verticalement qu’horizontalement.
La difference de Ia pesanteur et de Ia force d’inertie, c’est que Ia pesanteur ne
résiste pas également selon toutes directions; au lieu que Ia force d’inertie résiste
également selon toutes directions.
Et pourquoi Ia force d’inertie n’opérerait-elIe pas l’effet de retenir le corps dans
état
de repos et dans son état de mouvement, et cela par Ia seule notion de
son
résistance proportionnée a Ia quantité de matière? La notion de résistance pure
s’applique également au repos et au mouvement; au repos, quand le corps est en
mouvement; au mouvement, quand le corps est en repos. Sans cette résistance, ii ne
póurrait y avoir de choc avant le mouvement, ni d’arrêt après le choc; car le corps ne
serait rien.
Dans I’expérience de Ia boule suspendue par un flu,Ia pesanteur est détruite. La
boule tire autant le fil, que le flutire Ia boule. Donc Ia résistance du corps vient de Ia
seule force d’inertie.
•
Si le flutirait plus Ia boule que Ia pesanteur, Ia boule monterait. Si Ia boule était
tirée
elle descendrait, etc., etc.
plus
par Ia pesanteur que par le flu,
de
Récupérée
http;//fr.wikisource.org/wiki/Principes_philosophiques_sur_la_mati%C3%A8re_et_Ie_mouvement>>
S
Categories: Livres I XVIIIe siècle I Philosophie
•
.
.
Dernière modification de cette page Ic 3 mars 2006a14:36.
Contenu disponible sous GNU Free DOcumentationLicense.
5of5
102
7/3/07 11:57AM
Discoursde Ia méthode- Premierepartie Wikisource
le=Discours_de_Ia_m%C3%...
http://fr.wikisource.org/w/index.php?tit
-
•Discours de la méthode Premiere partie
-
La bibliothèquelibre.
•
RenéDescartes
Discours de Ia méthode
Premièrepartie
S
Deuxièmepartie
•
DISCOURS
•
DE LA METHODE
POUR BIEN CONDUIRE SA RAISON,
ETCHERCI-LER
LA VERITEDANSIs
cs
scia
Si ce discourssembletrop long pour être lu en une fois, on Ic pourra distingueren six
parties.Et, en Ia premiere,on trouveradiversesconsiderationstouchantlessciences.En Ia seconde,
I of 6
7/3/07 12:04PM
103
Discoursde Ia méthode- Premierepartie Wikisource
le=Discours_de_Ia_m%C3%...
http://fr.wikisource.org/w/index.php?tit
-
les principalesreglesde Iaméthodeque I’auteura cherchée.En Ia troisième,quelquesunes de celles
de Ia.morale qu’il a tirée de cette méthode.En Ia quatrième,les raisons par lesquellesii prouve
I’existencede Dieu et de I’âme humaine, qui sont les fondementsde sa métaphysique.En Ia
es,
et particulièrementI’explicationdu
cinquième,I’ordredes questionsde physiquequ’iIa cherch
mouvementdu cceuret de quelquesautresdifficultésquiappartiennentaIa m&iecine;puis aussi Ia
differencequi est entre notre âme et celle des bêtes. Et en Ia dernière,queues choses ii croit être
requisespouraller plusavant en Ia recherchedeIa naturequ’iIn’a été, et queues raisonsI’ontfait
écrire.
•
PREMIERE PARTIE.
Le hon sens est Ia chose du monde Ia mie’uxpartagée ; car chacun pense en être
si bien pourvu que ceux méme qui sont les plus difficiles acontenter en toute autre
chose n’ont point coutume d’en desirer plus qu’ils en ont En quoi ii n’est pas
vraisemblable que tous se trompent: mais plutôt cela témoigne que Ia puissance de
bien juger et distinguer le vrai d’avecle faux, qui est proprement ce qu’on nomme le
bon sens ou Ia raison, est naturellement égale en tous les hommes; et ainsi que Ia
diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que
les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses
voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n’est pas assez d’avoir I’esprit
bon, mais le principal est de Fappliquer bien. Les plus grandes âmes sont. capables
des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus; et ceux qui ne
marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s’ils suivent
toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s’en éloignent.
•
•
•
•
Pour moi, je n’aijamais présumé que mon esprit flit en rien plus parfait que
ceux du commun; méme j’ai souvent souhaité d’avoir Ia pensée aussi prompte, ou
l’imaginationaussi nette et distincte ou Ia mémoire aussi ample ou aussi présente,
que quelques autres. Et je ne sache point de qualités que celles-ci qui servent aIa
perfection de l’esprit;car pour Ia raison, ou le sens, d’autant qu’elle est Ia seule chose
qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu’elle est tout
entière en un chacun; et suivre en ceci l’opinion commune des philosophes, qui
disënt qu’iln’y a du plus et du moms qu’entre les accidents, et non point entre les
formes ou natures des individus dune même espèce.
Mais je ne craindrai pas de dire que je pense avoir eu beaucoup d’heur de
m’être rencontré des ma jeunesse..en certains chemins qui m’ont conduit a des
considerations et des maximes dont j’ai formé une méthode, par laquelle il me
semble que j’ai moyen d’augmenterpar degrés ma connoissance, et de l’élever peu a
peu au plus haut point auquel Ia médiocrité de mon esprit et lacourte durée de ma
vie lui pourront permettre d’atteindre Car j’en ai déjà recueilli de tels fruits,
qu’encorequ’aujugement que je fais de moi-même je tâche toujours de pencher vers
le coté de Ia defiance plutôt que vers celul de Ia présomptión, et que, regardant d’un
oeil de philosophe les diverses actions et entreprises de tous les hommes, II n’y en
2of6
•
104
7/3/07 12:04PM
DiscoursdeIa méthode- Premierepartie Wikisource
http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Discours_de_Ia_m%
-
‘altquasi aucune qui ne me semble vaine et inutile, je ne laisse pas de recevoir une
extreme satisfaction du progrès que je pense avoir déjà fait en Ia recherche de Ia
vérité, et de concevoir de telles espérances pour l’avenir, que si, entre les
occupations des hommes, purement hqmmes, ii y en’ a quelqu’une qui soit
solidement bonne et importante,j’ose croire que c’estcelle que j’ai choisie.
Toutefois ii se peut faire que je me trompe, et ce n’est peut-être qu’un peu de
cuivre et de verre queje prends pour de l’or et des diamants.Je sais combien nous
sommes sujets a nous méprendre en ce qui nous touche, et combien aussi les
jugements de nos amis nous doivent être suspects, lorsqu’ils sont en notre faveur.
Mais je serai bien aise de faire voir en ce discours quels sont les chemins que j’ai
suivis, et d’y représenter ma vie comme en un tableau, aim que chacun en puisse
juger, et qu’apprenant du bruit commun les opinions qu’on en aura, ce soit un
nouveau moyen de m’instruire,quej’ajouterai aceux dontj’ai coutume de me servir.
Ainsi mon dessein n’est pas d’enseigner id Ia méthode que chacun dolt suivre
pour bien conduire sa raison, mais seulement de faire voir en quelle sortej’ai taché
de conduire Ia mienne. Ceux qui se mêlent de donner des préceptes se doivent
estimer plus habiles que ceux auxquels us les donnent; et s’ils mãnquent en Ia
moindre chose, ils en sont blâmables. Mais, ne proposant cet écrit que comme une
histoire, OU, si VOUS l’aimez mieux, que comme une fable, en laquelle, parmi
quelques exemples qu’on peut imiter, on en trouvera peut-être aussi plusieurs autres
qu’on aura raison de ne pas suivre, j’espèrequ’il sera utile a quelques uns sans être
nuisible apersonne, et que tous me sauront gre de ma franchise.
J’ai été nourri aux lettres des mon enfance; et, pourcequ’on me persuadoit que
leur
par
moyen on pouvoit acquérir tine connoissance claire et assurée de tout ce qui
est utile aIa vie, j’avois un extreme désir de les apprendre. Mais sitôt que j’eus
ächevé tout ce cours d’études,au bout duquel on a coutume d’être recu au rang des
doctes, je changeai entièrement d’opinion.Carje me trouvois embarrassé de tant de
doutes et d’erreurs, qu’il me sembloit n’avoir fait autre profit, en tâc
hant
de
m’instruire, sinon que j’avois découvert de plus en plus mon ignorance. Et
néanmoins j’étois en l’unedes plus célèbres écoles de l’Europe, oi je pensois qu’il
devoit y avoir de savants hommes, s’iI y en avoit en aucun endroit de Ia terre. J’y
avois appris tout ce que les autres y apprenoient; et même, ne m’étant pas contenté
des sciences qu’on nous enseignoit,j’avois parcouru tous les Iivres traitant de celles
qu’on estime les plus curieuses et les plus rares, qui avoient Pu tomber entre mes
mains. Avec cela je savois les jugements que les autres faisoient de moi; et je ne
voyois point qu’on m’estimâtinférieur ames condisciples, bien qu’il y en eut déjà
entre eux quelques-uns qu’on des tinoit aremplir les places de nos maltres. Et enfin
notre siècle me sembloit aussi fleurissant et aussi fertile en bons esprits qu’ait eté
aucun des précédents. Ce qui mefaisoit prendre Ia libertédejuger par moi de tous
les autres, et de penser qu’iI n’y avoit aucune doctrine dans le monde qul fi
t telle
m’avoit
fait
qu’on
espérer.
auparavant
Je ne laissois pas toutefois d’estimer les exercices auxquels on s’occupe dans
3of6
‘
105
7/3/0712:04PM
DiscoursdeIaméthode Premiere
partie Wikisource
-
org/w/index.php?titIe=Discours_de_Ia_m%C3%...
http://fr.wikisource
-
les écoles. Je savois que les langues qu’on y apprend sont nécessaires pour
l’intelligencedes livres anciens; que Ia gentillesse des fables reveille l’esprit; que les
actions mémorables des histoires le relèvent, et quétant lues avec discretion elles
aident aformer le jugement; que Ia lecture de tous les bons Iivres est comme une
conversation avec les plus honnétes gens des siècles passes, qui en ont été les
auteurs, et même une conversation étudiée en laquelle us ne nous découvrent que les
meilleures de leurs pensées; que l’eloquence a des forces et des beautés
incomparables; que Ia poésie a des délicatesses et des douceurs très ravissantes; que
les mathématiques ont des inventions très subtiles, et qui peuvent beaucoup servir
tant a contenter les curieux qu’à faciliter tous les arts et diminuer le travail des
hommes; que les écrits qui traitent des moeurs contiennent plusieurs enseignements
et plusieurs exhortations aIa vertu qui sont fort utiles; que Ia théologie enseigne a
gagner le ciel; que Ia philosophie donne moyen de parler vraisemblablement de
toutes choses, et se faire admirer des moms savants; que Ia jurisprudence, Ia
médecine et les autres sciences apportent des honneurs et des richesses aceux qui
les cultivent et enfin qu’il est bon •de les avoir toutes examinées, même les plus
superstitieuses et les plus fausses, aim de connoItre leur juste valeur et se garder
d’enêtre trompé.
Mais je croyois avoir déjà donné assez de temps aux langues, et même aussi a
Ia lecture des Iivres anciens, et aleurs histoires, et aleurs fables. Car c’est quasi le
même de converser avec ceux des autres siècles que de voyager. Ii est bon desavoir
quelque chose des moeurs de divers peuples, afin de juger des nôtres plus
sainement, et que nous ne pensions pas que tout ce qui est contre nos modes soit
ridicule et contre raison, ainsi qu’ont coutume de faire ceux qui n’ont rien vu. Mais
lorsqu’onemploie trop de temps avoyager, on devient enfin étranger en son pays; et
lorsqu’on est trop curieux des choses qul se pratiquoient aux siècles passes, on
demeure ordinairement fort ignorant de celles qui se pratiquent en celui-ci. Outre
que les fables font imaginer plusieurs événements comme possibles qui ne le sont
point; et que même les histoires les plus fidèles, si elles ne chan gent ni
n’augmententIa valeur des choses pour les rendre plus dignes d’être lues, au moms
en omettent-elles presque toujours les plus basses etmoins illustres circonstances,
d’oüvient que le reste ne paroit pas tel qu’ilest, et que ceux qui règlent leursmoeurs
par les exemples qu’ils en tirent sont sujets atomber dans les extravagances des
paladins de nos romans, et aconcevoir des desseins qui passent leurs forces.
J’estimoisfort l’éloquence,etj’étois amoureux de Ia poésie; maisje pensois que
l’uneet l’autreétoient des dons de !‘espritplutôt que des fruits de l’étude.Ceux qui
ont le raisonnement le plus fort, et qui digerent le mieux leurs pensées afin de les
rendre claires et intelligibles, peuvent toujours le mieux persuader ce qu’ils
proposent, encore qu’ils ne parlassent que bas-breton, et qu’ils n’eussent jamais
appris de rhétorique; et ceux qui ont les inventions Ies plus agréables et qui les
savent exprimer avec le plus d’ornementet de douceur, nelaisseraient pas d’être les
meilleurs poëtes, encore que l’art poétiquë leur flit inconnu.
Je me plaisois surtout aux mathématiques,
106
a cause
de Ia certitude et de
7/3/07 12:04 PM
Discóursde Ia méthode•-Premierepartie Wikisource
,
le=Discours_deja_m%C3%..
http://fr.wikisource.org/w/index.php?tit
-
l’
vidence
de leurs raisons : mais je ne remarquois point encore leur vrai usage; et,
pensant qu’elles ne servoient qu’aux arts mécaniques,je m’étonnois de ce que leurs
fondements étant si fermes et si solides, on n’avoit rien bâti dessus de plus relevé
comme au contraire je comparois les écrits des anciens paIens qui traitent des
moeurs, ades palais fort superbes et fort magnifiques quin’étoient bâtis que sur du
sable et sur de Ia boue: its élèvent fort haut les vertus, et les font paroItre estimables
par-dessus toutes les choses qui sont au monde; mais its n’enseignent pas assez a
les connoItre, et souvent ce quits apprennent d’un si beau nom n’est qu’une
insensibilité, ou un orgueil ou un désespoir, ou un parricide.
Je révérois notre théologie, et prétendois autant qu’aucun autre agagner le ciel:
mais ayant appris, comme chose très assurée, que le chemin n’en est pas moms
ouvert aux plus ignorants qu’aux plus doctes, et que les vérités révélées qui y
conduisent sont au-dessus de notre intelligence,je n’eusse osé les soumettre a Ia
foiblesse de mes raisonnements; et je pensois que, pour eritreprendre de les
examiner et y réussir, ii étoit besoin d’avoir quelque extraordinaire assistance du
ciel, et d’être plus qu’homme.
•
•
Je ne dirai rien de Ia philosophie, sinon que, voyaritqu’ellea été cultivée par les
plus excellents esprits qui aient vécu depuis plusieurs siècles, et que néanmoins it ne
s’y trouve encore aucune chose dont on ne dispute, et par consequent qui ne soit
douteuse, je n’avois point assez de pré somption pour espérer d’y rencontrer mieux
que. les autres; et que, considérant combien ii peut y avoir de diverses opinions
touchant une même matière, qui soient soutenues par des gens doctes, sans qu’il y
en puisse avoirjamais plus d’uneseule qui soit vraie,je réputois presque pour faux
tout ce qui n’étoitque vraisemblable.
•
-
•
5of6
Puis, pour lés autres sciences, d’autant qu’ellesempruntent leurs principes de Ia
philosophie, je jugeois qu’on ne pouvoit avoir rien bâti qui füt solide sur des
fondements si peu fermes; et ni l’honneur ni le gain qu’elles promettent n’étoient
suffisants pour me convier a les apprendre : car je ne me sentois point, graces a
Dieu, de condition qui’m’obligeatafaire un métier de Ia science pour le soulagement
de ma fortune; et, quoique je ne fisse pas profession de mépriser Ia gloire en
cynique, je faisois néanmoins fort peu d’etatde celle que je n’espérois point pouvoir
acquérir qu’à faux titres. Et enfin, pour les mauvaises doctrines, je pensois déjà
connoltre assez ce qu’elles valoient pour n’être plus sujet aêtre trompé ni par les pro
messes d’un alchimiste, ni par les predictions d’un astrologue, ni par les impostures
d’un magicien ni par les artifices ou Ia vanteried’aucun de ceux qui font profession
de savoir plus qu’ils ne savent.
C’est pourquoi, sitôt que l’âge me permit de sortir de Ia sujétion de mes
précepteurs, je quittai entièrement l’étudedes lettres; et me résolvant de ne chercher
plus d’autrescience que celle qui Se poürroit trouver en moi-même, ou bien dans le
grand livre du monde,j’employai le reste de majeunesse avoyager, avoir des cours
et des armées, afrequenter des gens de diverses humeurs et conditions, arecueillir
diverses experiences, am’éprouver moi- même dans les rencontres que Ia fortune
107
7/3/07 12:04PM
Discoursde Ia méthode Premierepartie Wikisource
-
-
http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Discours_de_Ia_m%C3%..
me proposoit, et partout afaire telle réflexion sur les choses qui se prdsentoient que
j’en. pusse tirer quelque profit. Car 11 me sembloit que je pourrois rencontrer
beaucoup plus de vérité dans les raisonnements que chacun fait touchant‘lesaffaires
qui lui importent, et dont l’événementle doit punir bientôt après s’il a mal jugé, que
dans ceux que fait un homme de lettres dans son cabinet, touchant des speculations
qui ne produisent aucun effet, et qui ne lui sont d’autre consequence, sinon que
peut-être ii en tirera d’autant plus de vanité qu’elles seront plus éloignées du sens
commun,,à cause qu’ilaura dü employer d’autantplus d’espritet d’artificeatãcher de
les rendre vraisemblables. Et j’avois toujours un extreme désir d’apprendre a
distinguer le vrai d’avec le faux, pour voir clair en mes actions, et marcher avec
assurance en cette vie.
•
•
•
•
•
I est vrai que pendant queje ne faisois que considérer les moeurs des autres
hommes,je n’ytrou vois guère de quoi m’assurer,et que j’y remarquois quasi autant
de diversité que j’avois fait auparavant entre les opinions des philosophes. En sorte
que le plus grand profit quej’en retirois étoit que, voyant plusieurs choses qui, bien
qu’elles nous semblent fort extravagantes et ridicules, ne laissent pas d’être
commundment reçues et approuvées par d’autres grands peuples, j’apprenois a ne
rien croire trop fermement de ce qui ne m’avoitété persuade que par l’exempleet par
Ia coutume : et ainsi je me délivrois peu a peu de beaucoup d’erreurs qui. peuvent
offusquer notre l.umièrenaturelle, et nous rendre moms capables d’entendre raison.
Mais, après que j’eus employé quelques années a étudier ainsi dans le livre du
monde, et atâcher d’acquérirquelque experience,je pris un jour resolution d’étudier
aussi en rnoi-même, et d’employer toutes les forces de mon esprit a choisir les
chemins queje devois suivre; ce qui me réussit beaucoup mieux, ce me semble, que
si je ne me fusse jamais éloigné ni de mon pays ni de mes livres.
SECONDE PARTIE.
J’étois alors en Allemagne, oü I’occasiondes guerres qui n’y sont pas encore finies
m’avoitappelé; et comme je retournois du couronnement de
•
IhscoursdeIa_methode
Récupérée
Idae%C3
_m
http://fr.wikisource.org/wiki/Discours
de
_-Premi
%A9thode
>>
——
Deuxiemeparne
_______________
_partie>
%C3%A8re
>
• Dernière modification de cette page le 12mai 2007 a15:10.
• Contenu disponible sous GNU Free Documentation License.
6of6
•
7/3/07 12:04PM
LEspri t deslois. Livre I
I htm
http://www.voltaire-integral.com/Esprit_des_Lois/LO
.
EXTRAIT DU CEDEROM DES OEUVRES COMPLETES DE VOLTAIRE
OEUVRES COMPLETES DE MONTESQUIEU
Accucil Voltaire I Tablede l’Esprit deslois I Commanderle cédéroniI
DE L’ESPRIT DES LOIS•
PREMIERE PARTIEW
LIVRE PREMIER. DES LOIS EN GENERAL
CHAPITRE PREMIER.
DES LOIS DANS LE RAPPORT QU’ELLES ONT AVEC LES
DIVERS ETRES.
•
Les lois, dans Ia signification Ia plus étendue, sont les rapports nécessaires qui
dérivent de Ia nature des choses
dans ce sens, tous les êtres ont leurs lois
jet,
Ia DivinitéL
lois
le
monde
materiel a ses lois ; les intelligences
La
ses
;
a
I’homme
leurs
les
bêtes ont leurs lois ; l’homme a ses
ont
lois;
supérieures
lois.
Ceux qui ont dit qu’une fatalité aveugle a produit tous les effets que nous
voyons dans le monde, ont dit une grande absurdité ; car quelle plus grande
absurdité qu’unefatalite aveugle qui auroitproduit des êtres intelligents?
Ii y a donc une raison primitive ; et les lois sont les rapports qui se trouvent
entre elle et les différents êtres, et les rapports de ces divers êtres entre eux.
4
Dieu a du rapport avec I’univers, comme créateur et comme conservateur: les
lois selon lesquelles ii a créé sont celles selon lesquelles ii conserve. II agit
selon ces règles, parce qu’il les connoIt ; il les connoIt parce qu’il les a faites;
ii les a faites, parce qu’elles ont du rapport avec sa sagesse et sa puissance.
Comme nous voyons que le monde, formé par le mouvement de Ia matière, et
faut que ses mouvements aient des
privé d’intelligence, subsistetoujours
il
lois invariables
si
l’on
)_;
et,
pouvait imaginer un autre monde que celui-ci, ii
auroit des règles constantes, ou Il seroit détruit.
Ainsi Ia creation, qui paroIt être un acte arbitraire, suppose des règles aussi
invariables que Iafatalité des at
seroit absurde de dire que le créateur,
..Il
iéesQ.i
le
sans ces règles, pourroit gouverner monde, puisque le monde ne subsisteroit
pas sans elles.
Ces regles sont un rapport constamment établi. Entre un corps mu et un autre
corps mu, c’est suivant les rapports de Ia masse et de Ia vitesse que tous les
mouvements sont reçus, augmentés, diminués, perdus ; chaque diversité est
uniformité, chaque changement est constance.
Les étres particuliers intelligents peuvent avoir des lois qu’ils ont faites; mais
ils en ont aussi qu’il n’ont pas faites. Avant qu’il y eüt des êtres intelligents, ils
étoient possibles ; ils avoient donc des rapports possibles, et par consequent
des lois possibles. Avant qu’iI y eüt deslois faites, il y avoit des rapports de
justice possibles. Dire qui il n’y a rien de juste ni d’injuste que ce
I of 8
•
•
109
7/3/0712:09PM
.htm
http://www.voltaire-integral.com/Esprit_des_Lois/LOI
L’Espritdeslois.LivrëI
qu’ordonnent ou défendent les lois positives, c’est. dire qu’avant qu’on eôt
trace de cercie ; tous les rayons n’étoient pas égaux.
I faut donc avouer des rapports d’équité antérieurs a Ia loi positive qui les
établit
L:
comme, par exemple, que suppose qu’il y eflt des sociétés
d’hommes, ii seroit juste de se conformer a leurs lois ; que, s’il y avoit des
êtres intelligents qui eussent reçu quelque bienfait d’un autre être, us devroient
en avoir de Ia reconnoissance ; que, si un être intelligent avoit créé un être
intelligent, le créé devroit rester dans Ia dépendance qu’il a eue des .son origine
•; qu’un être intelligent,qui a fait du mat aun être intelligent, mérite de recevoir
•le même mal(1O)._etainsi du reste.
Mas ii s’en faut bien que le monde intelligent soit aussi bien gouverné que le
monde physique(I I). Car, quoique celui-là ait aussi des lois qui, par leur
nature, sont invariables it ne tes suit pas constamment comme le monde
physique suit les siennes. La raison en est que les êtres particuliers intelligents
sont bornés par leur nature, et par consequent sujets al’erreur.; et, d’un autre
côté, ii est de leur nature qu’ils agissent par eux-mêmes. us ne suivent donc
pas constamment leurs lois primitives ; et celles, même qu’ils se donnent, us ne
les suivent pas toujours.
•
•
On ne sait si les bêtes sont gouvernées par les lois générales du mouvement,
ou par une motion particulière. Quoi qu’il en, soit, elles n’ont point avec Dieu
de rapport plus intime que le reste du monde materiel ; et le sentiment ne leur
sert, que dans •le rapport qu’elles ont entre elles, ou aveç d’autres êtres
particuliers, ou avec elles-mêmes.
Par l’attrait du plaisir, elles conservent leur être particulier ; et, par le même
attrait, elles conservent leur espèce. Elles ont des lois naturelles, parce qu’elles
sont unies par le sentiment ; elles n’ont point de lois positives, parce qu’elles
ne sont point unies par Ia connoissance. Elles ne suivent pourtant pas
invariablement leurs lois naturelles : les plantes, en qui nous ne remarquons ni
connoissance flusentiment, les suivent mieux.
Les bêtes n’ont point les suprêmes avantages que nous avons ; elles en ont que
nous n’avons pas. Elles n’ont point nos espérances, mais eltes n’ont pas nos
craintes ; elles subissent comme nous Ia mort, mais c’est sans Ia connoItre; Ia
plupart même se conservent mieux que nous, et ne font pas un aussi mauvais
usage de teurs passions.
L’homme, comme être physique, est, ainsi que les autres corps, gouverné par
des lois invariables. Comme être intelligent, ilviole sans cesse les lois que
Dieu a établies(12),_et change celles.qu’il établit lui-même. II faut qu’il se
conduise ; et cependant ii est un être borne ; ii est sujet a l’ignorance et a
l’erreur, comme toutes les intelligencesfinies; les foibles connoissances qu’il
a, il les perd encore: comme créafure sensible, ii devient sujet amule passions.
Un tel être pouvoit, atous les instants, oublier son créateur ; Dieu l’a rappelé a
lui par les lois de Ia religion(I3)._Un tel être pouvoit, a tous les instants,
‘s’oublier lui
les philosophes l’ont averti par les lois de Ia morale. Fait
même;
pour vivre dans la société, il y pouvoit oublier les autres ; les législateurs l’ont
rendu ases devoirs par les lois politiques et civiles.
•
•
2of8
•
CHAPITRE II.
I)ES LOIS l)E LA NATURE.
110
7/3/0712:09PM
PASCAL Les PenséesI 09 j.
.bribes.org/trismegiste/pasc09.htm
http://www
-
111411
1I14::!:
:I Blaise PASCAL
-
Les Pensées
Ix.
Injustice, & corruption de l’homme.
Uhomme est visiblement fait pour penser, c’est toute sa dignité, & tout son mérite. Tout son devoir est
de penser comme ii faut ; &l’ordre de Ia pensée est de commencer parsoy,par son autheur, & sa fin.
Cependant aquoy pense-t’ondans le monde ? Jamais acela ; mais aSedivertir, adevenir riche, aaquerir
de Ia reputation, ase faire Roy, sans penser ace que c’est que d’estre Roy, & d’estrehomme.
§ La pensée de l’homme est une chose admirable par sa nature. II falloit qu’elleeust d’etrangesdéfauts
pour estre méprisable. Mais elle en a de tels que rien n’estplus ridicule. Qu’elleest grande par sa nature
Qu’elleest basse par ses défauts
§ S’il y a un Dieu il ne faut aimer que luy, & non les creatures. Le raisonnement des impies dans le livre
de Ia Sagesse nest fondé que sur ce quils se persuadent qu’iln’ya point de Dieu. Cela pose, disent-ils,
joUissons donc des creatures. Mais s’ilseussent sceu quil y avoit Un Dieu ils eussent conclü tout le
contraire. Et c’est Ia conclusion des sages: II y a un Dieu: ne joUissons donc pas des creatures. Donc
tout ce qui nous incite anous attacher aIa creature est mauvais ; puisque cela nous empesche ou de
servir Dieu Si flOUS leconnoissons, ou de le chercher si nous l’ignorons. Or nous sommes pleins de
concupiscence. Dons nous sommes pleins de mal. Donc nous devons nous hair nous mesmes, & tout ce
qui nous attache aautre chose qu’à Dieu seul.
§ Quand nous voulons penser aDieu, combien sentons nous de choses qui nous en détournent, & qui
nous tentent de penser ailleurs ? Tout cela est mauvais, & mesme né avec nous.
§ II est faux que nous soyons dignes que les autres nous aiment. 11est injuste que nous le voulions. Si
nous naissions raisonnables,& avec quelque connoissance de nous mesmes & des autres, nous
n’aurions pOintcette inclination. Nous naissons pourtant avec elle. Nous naissons donc injustes. Car
chacun tend asoy. Cela est contre tout ordre. II faut tendre au general. Et Ia pente vers soy est le
commencement de tout desordre en guerre, en police, en oeconomie, &c.
§ Si les membres des communautez naturelles & civiles tendent au bien du corps, les communautez elles
mesmes doivent tendre aun autre corps plus general.
§ Quiconque ne hait point en soy cet amourpropre, & cet instinct qui le porte ase mettre au dessus de
tout, est bien aveugle ; puisque rien n’estsi oppose aIa justice & aIa verité. Car il est faux que nous
mentions cela ; & il est injuste & impossible d’y arriver, puisque tous demandent Ia mesme chose. C’est
donc une manifeste injustice oü nous sommes nez, dont nous ne pouvons nous deffaire, & dont il faut
nous deffaire.
Cependant nulle autre Religion que Ia Chestienne na remarqué que ce fust un peché, flyquenous y
fussions nez, fly que nous fussions obligez d’yresister, ny na pensé anous en donner les remedes.
§ II y a une guerre intestine dans I’hommeentre raison & les passions. II pourroitjouir de quelque paix
s’il n’avoit que Ima raison sans passions, ou s’iln’avoit que les passions sans raison. Mais ayant lun &
l!autre, il ne peut estre sans guerre, ne pouvant avoir Ia paix avec Pun qu’ilne soit en guerre avec l’autre.
Ainsi il est toI
divis & contraire aluy mesme;
jours
§ Si c’est un aveuglement qui nest pas naturel de vivre sans chercher cequ’on est, c’enest un encore
I
of 2
111
7/3/07 12:12PM
PASCAL Les Pensées[09]
.bribes.org/trismegiste/pascO9.htm
http://www
-
bien plus terrible de vivre ma
en
de cesdeuxaveuglemens.
croyant Dieu. Tous les hommes presque sont dans l’unou dans l’autre
i Ic$1
1Ii
IF
Contact [email protected]
org
HTM
y
..
2of2
112
7/3/07 12:12PM
ExplanationOf
FrenchEducational
System
Levels of High School Instruction
High School Diplomas andCertificates
(Le baccalauréat)
• UniversityOptions
113
Pacied’accueil > Le systèmeéducatif
>
Les niveauxd’enseianement
.
Les niveaux gnement
dense
e lycée
S
A lissue du college, les élèves peuventpoursuivreleur scolaritédans un lycée d’enseignement
general et technologiqueou dans un lycée professionnel.
• Le lycée d’enseiQnementgénéral et technoloçiigue
. Le lycée professionnel
.
• Les lycées des métiers
Le lycée d’enseignement généra et technologique
La vole générale conduit les bacheliers vers des etudes longues. Elle comprendtrois series
économiqueet sociale (E.S.), littéraire(L) et scientifique(S). Grace a un enseignement
optionnelen premiereet a un enseignementde spécialitéen terminale,une spécialitéest choisie
par les élèves,au sein de chaque section
• en série L: lettres classiquesI lettreset langues/ lettreset arts / Iettreset mathématiques.
. en série E.S. : mathématiques/ scienceseconomiqueset sociales I langues.
• en série S : mathematiquesI physique-chimieI sciencesde Ia vie et de Ia terre I
technologie.industrielle.
La voie technologique prepare les élèves a poursuivredes etudes superieurés
technologiques en 2 ans et plus. Le baccalauréattechnologiquecomporte8 categories:
•
•
•
•
•
•
•
•
S.T.L. : scienceset technologiesde laboratoire
l.
S.T
: scienceset technologiesindustrielles
S.M.S. : sciencesmédico-sociales
S.T.G. : scienceset technologiesde Ia gestion
T.M.D. : techniquesde Ia musiqueet de Ia danse
Hôtellerie.
S.T.P’.A.:scienceset technologiesdu produitagroalimentaire
S.T.A.E.’:scienceset technologiesde l’agronomieet de l’environnement
Les deux series S.T.P.A.et.S.T.A.E.sont remplacéespar la série scienceset technologiesde
l’agronomieet du vivant (S.T.A.V.)acompterde Ia rentrée2006 pour Ia casse de premiereet
2007 pour Ia classede terminale.
La voie genérale et technologiquecomprendtrois classes Ia secondé, Ia premiere et Ia
terminale. Le choix entre voie généraleet voie technologiques’effectuea Ia fin de l’annéede
seconde.
fin de l’annéede terminale a lieu l’examendu bacôalauréat, premierdiptômede
eignementsupérieur.L’examencomporteaussi des épreuvesanticipéesen fin de premiere.
La classede seconde le cycle de determination
114
Les enseignementsen classe de secondecomprennentdes enseignementscommunsatous les
élèves et des enseignementsdits de “determination”ou options. Elle a pour fonctionde preparer
au choix d’une des series de premiere,vers Ia voie generaleou vers Ia voie technologique.Elle
permet aux élèvesde tester leurs gouts et leurs aptitudesnotammentgrace au choix
seignementsdedétermination.
II existe egalementdes classesde secondepréparantaux brevetsde technicien(B.T) et aux
baccalauréatstechnologiquesspecifiques(hôtellerieet techniquesde Ia musiqueet de Ia
danse).
Lapremière et Iaterminale: le cycle terminal
Les élèves de premiereet terminalegénéralesuiventdes enseignementscommuns,des
enseignementsoptionnelsou de spécialité.II peuvent aussi suivre desenseignements
facUItatifs.
En series technologiques,l’enseignementcomprenddes disciplinesgeneraleset des disciplines
technologiquescaracteristiquesde chaque baccalauréat.
Le lycée professionnel
Le lycée professionnelprepare les jeunes qu’il accueillea acquerirune premierequalification
professionnellequi leur permet soit de poursuivredes etudes, soit de s’insérerdans Ia vie
active.
A l’issue de Ia classede 3e, les élèves qui entrent en lycée professionnelpeuventpreparerou
un certificat d’aptitude professionnelle (C.A.P) ou bien un brevet d’études
fessionnelles (B.E.P).
II existe 215 ‘spécialitésde C.A.P. Ellesdonnentaccès a un métier précis, en tant’qu’ouvrierou
employéqualiflé,et ont pour principalobjectifune entréedirectedans Ia vie professionnelle.
Les formations qui conduisentau B.E.P dispensentune formation plus généraleque les C.A.P
afin de faciliter Ia poursuited’études II existe environ50 spébialitésde B.E.P. Aprés obtention
de son diplôme,l’élève peut preparer le baccalauréat professionnel en 2 ans, entrer en 1ère
dadaptation pour preparerun baccalaureat technologique en 2 ans ou suivre une formation
complémentaire(mention complementaire) en I an.’Le baccalauréatprofessionnelet Ia
mention complémentairevisent des débouchésprofessionnelsimmédiatsalors que le
baccalauréattechnologiquevise principalementIa poursuited’étudesen B.T.S.
Les Iycées des métiers
Les établissementsayant recu le label “lycée des métiers” proposentdes formationsautour
d’un ensemblecoherentde métiers, et constituentune voie d’excellencepouvantmenerjusqu’au
niveau bac + 3. lls réunissentplusieurstypes de formations formationscolaire initiale,formation
en apprentissage,formationcontinueet validationdes acquis de l’expérience.Ils préparenta
une gamme diversede diplOmeset de titres technologiqueset professionnels: C.A.P, B.E.P,
baccalauréatprofessionnel,baccalauréattechnologique,mentioncomplémentaire,B.T.S, licence
fessionnelle.Ils développentdes relationsétroitesâvec le monde professionnelet les
enaires Iocaux.
115
Mise ajour juin 2007.
ChiffresClés
Le saviez-vous?
Le lycée professionnel,c’est:
• 215 spécialités de C.A.P
• 50 spécialités de B.E.P
• 63 spécialités de baccalauréatprofessionnel
Site a consutter
Listedes lycées des métiers
,
sur EduSCOL
..
.
alertesélectronipues accessibilité
© M.E.N.2006 aide mentionsIépales credits flux R.S.S
-
-
-
-
-
-
listedessiples
116
L Ia maternelleau baccalauréat > Lycée
•Page d’accueil > e
>
Diplômeset attestations
Diplômes et attestations
Le
auréat
bacca
Créé en 1808, le .diplômedu baccalauréatest un diplômedu systèmeéducatiffrancaisqui a Ia
double particularitéde sanctionnerIa fin des etudessecondaireset d’ouvrirl’accèsa
l’enseignementsupérieur.II constituele premiergrade universitaire.
Trois voles
II existe trois types de baccalauréat,correspondant
aux trois vo.iesdes etudes au lycée:
baccalauréatgénéral
baccalauréattechnologigue
baccalauréatDrofessionnel
>
>
A l’intérieurde chaque baccalauréatexistentdes usériesu, exemples: série ES (économiqueet
sociale) pour le baccalauréatgeneral, série S.T.I. (scienceset technologiesindustrielles)pour le
baccalauréattechnologique,etc.
,iiffres-clés
Cet examen nationalcomprend.neufa dix épreuvesobligatoires,écrites et orales, ainsi que des
épreuvesfacu!tatives.
La proportionde bachelierssur une generationest passéede 3 % en 1945, a 25 % en 1975,
pour atteindre64,6 % en 2006.
A Ia session2006,639 810 candidatsse sont présentésaux baccalauréatsgeneraux,
technologiqueset professionnelsen métropole,et 524 000 ont obtenule diplôme(soit un taux de
succès global de 82,1 %). Sur 100 bacheliers,54 ont un baccalauréatgeneral,27 un
baccalauréattechnologiqueet 19 un baccalâuréatprofessionnel.
Mise ajour : juillet 2007
Bac 2007
• ‘us
-
les résultats
ChftfresCtes
•
117
• 82,1 % des candidatsont obtenule baccalauréaten 2006
1 532 candidatssont inscrits a Ia session2007: les correcteursse partagentenviron4
ôns de copies.
Pages a consulter
:
qui organisele baccalauréat,commentles épreuvessont-elles
Organisationdu baccalauréat
preparees?
Les repereshistorigues
Annales et suiets zero
Documenta consulter
•Connaissez-vousI’équivalentdu bac dans les pays européens?
rhiffres des de l’éducationen Europeen 2005
299 a306)
Textes de référence
La Ioi du 11 février2005 DOUI l’egalitedes droits et des chancesdes personneshandicapéesfait
obligation de garantirI’egalitedes chancesentre les candidatshandicapéset les autres.
Organisationdu baccalauréatdans les centresouverts a I’etranger
B.O. n°4 du 25 janvier 2007
•
•
Orientationa luniversité
Orientationactive : un accompagnementindividualisépour aider les lycéensdans leurschoix de
fihièresapres le bac
.
alertesélectroniciuesaccessibilité
© MEN. 2006 aide mentionsiégales credits fluxR.S.S
-
-
-
-
-
listedes siales
iig
-
Page d’accueil > De Ia maternelleau baccalauréat > Lycée
pIômes
D
>
Diplômeset attestations
ons
et attestat
Le baccatauréat
génér&
Depuis Ia session 1995, le baccalauréatgeneral est organiseen series scientifique(S),
écoriomiqueet sociale (E.S.) et littéraire(L). Chaquesérie est organiséeautourd’un noyau
coherentde disciplinesdominantesdans le cadred’uneformationgénérale. Le baccalauréat
general vise Ia poursuited’études.supérieureslongues.
• Un baccalauréatpar série
• Deuxgroupes d’épreuves
• Trois mentions
Un baccalauréat par série
Le baccalauréatscientifique(S)
Le baccalauréatscientifiqueimpliquedes capacitésd’abstraction,de rigueur,de raisonnementet
un gout de lexpérimentation.Son objectifest de développérune réelleculture scientifique
dee sur des connaissanceset une approcheexpérimentaledes sciences.
>
liste des épreuveset coefficientsdu baccalauréatS
, sur le site Eduscol.
Après le bac
57 % des bacheliersscientifiquesse dirigentvers l’université,20 % s9nscriventen classes
préparatoiresaUxgrandesécoles, 20 % préparentdes diplômesprofessionnelsen 2 ans (B.T.S.
et D.U.T.); 10 % poursuiventdes etudes en écoles spécialisées.
Pour preparerson orientation,lire le documentde I’ONISEPADrèsle bac S (.pdf)
Le baccalauréatlittéraire (L)
Le baccalauréatlittéraire impliqueunesprit d’analyseet de synthése ainsi qu’ungout affirmé
pour Ia littérature,les langues,l’histoireet Ia,geographie,les arts. Son objectif est d’approfondir
une culture littérairefondée•surl’analyse,Ia mise en perspectived’une oeuvreet
l’argumentation,ainsi que d’acquérirune réflexioncritique nourrie par l’enseignementdé
philosophie.
>
liste des épreuveset coefficientsdu baccalaUréatL
, sur le site Eduscol:
Après le bac
73 % des bachelierslittérairesse dirigentvers l’université,7 % s’inscriventen classes
aratoires aux grandesécoles, 12 % préparentdes diplômesprofessionnelsen 2 ans (B.T.S.
.U.T.) 8 % poursuiventdes etudes en écoles spécialisées.
Pour preparerson orientation,lire le documentde IONISEPAprés le bac L (.pdf)
119
Le baccalauréatéconomiqueet socia (ES)
Bac pluridisciplinaire,le baccalauréatéconomiqueet social impliqueune attentionparticuliérea
l’environnementsocio-économiqueet a l’actualitéainsi qu’un gout affirmé pour I’histoireet Ia
graphie, les mathématiques,les langues.Son objectif est d’approfondirune culture
nomiquefondée sur I’esprit’desynthèse, Ia curiosité.
>
liste des éDreuveset coefficientsdu baccalauréatES
,
sur le site Eduscol.
Aprés le bac
60 % des bachelierseconomiqueset sociaux se dirigentvers I’université,5 % s’inscriventen
classes préparatoiresaux grandesécoles, 25 % préparentdes diplômesprofessionnelsen 2
ans (B.T.S. et D.U.T.); 10 % poursuiventdes etudes en écoles spécialisees.
Pour preparerson orientation,lire le documentde I’ONISEPADrésle bac ES (.pdf)
Deuxgroupes
d’épreUves
Les épreuves du baccalauréatgeneral sont répartiesen deux groupes.
Les epreuves du premiergroupe
Les,épreuves du premiergroupe sont passéespar tous les candidatsau baccalauréat.
Ces epreuvescomprennent:
• des épreuves anticipees, passeesa Ia fin de I’annéede lere;
• des epreuves terminales, passéesa Ia fin de I’annéede terminale.
I. A I9ssuedes epreuvesdu premiergroupe:
• les candidàts ayant obtenu une moyennede 10/20 ou plus sont déclarésadmis
• les candidatsayant obtenu une rnoyenneau moms égale a 8/20 et inférieurea 10/20sont
• autorisésa se presenteraux epreuvesdu second groupe;
• les candidats ayant obtenu une moyenneinférieurea 8/20 sont ajournes.
Les épreuves du second grouperégaiementappelées”oraux de rattrapage’
Les candidats ayant obtenu, a I’issuedes épreuvesdu premiergroupe, une moyenneau moms
egalea 8/20 et inférieurea 10/20,sont autorisésapasser les epreuvesoralesdu second
groupe.
• Les candidats passentdeux epreuvesoralesdahs deux matièreschoisies parmi celles qui ont
fait I’objetd’épreuvesécrites du premiergroupe,y compris le francaisdepuis Ia session2002. La
meilleurenote obtenue (aI’épreuvedu premierou du second groupe) est prise en compte par le
jury. La candidatest recu au baccalauréats’il obtient, a l’issuede ces oraux, une moyennede
10/20 ou plus a l’ensembledes epreuves.
• Un certificatde fin d’étudessecondaires(C.F.E.S.)est délivré aux candidatsajournesa l’issue
epreuves du second groupe.
Troismentions
120
Les mentionsné sont attribuéesqu’aux candidatsobtenantle baccalauréata I’issuedu premier
groupe d’épreuves,en fonctionde Ia moyenneobtenue :
• mentionassezbien (A.B.): moyenneegaleou superieurea 12 etinférieure a 14;
• mentionbien (B): moyenneegaleou supérleurea 14, et inférieurea 16;
mentiontrès bien (T.B..): moyenneegaleou supérieurea 16.
Miseajour : juillét 2007
Bac 2007
Tous les résultats
ChiffresClés
86,5 % des candidatsdes series genéralesont été recus au baccalauréat2006.
En 2007, 52,71 % des inscrits,soit 327 590 candidats,se présententaux baccalauréats
generaux.
Page a consulter
órganise le baccalau’réat?Comment es épreuvessont-elles préparées?
onsuItez Ia page > Organisationdu baccatauréat
Textes de référence
Epreuvesanticipéesdes baccalauréatsgeneralet technologiquea compterde Ia session
2007 de ces examens
B.O. n°36du 05 octobre2006
Nouvelleorganisationdes épreuvesspecifiquesde .I’optioninternationaledu
baccalauréat,en vigueura partir de Ia session2006.
B.O. n° 40 du 3 novembre2005
.
Orientationa Iun
versité
Orientationactive : un accompagnementindividualisépour aider les Iycéensdans leurschoix de
fihiéresapres le bac
121
I.
1
Le saviez-vous?
Uest possible de presenter simultanément le bac general français et son equivalent
allemand l’Abitur.
Le dispositif s’adresseatous les élèvesdes series L, ES et S possédantun bon niveau en
allemand,dans des établissementsdotesdes “sectionsbilinguesa profil franco-allemand”.En
2005, une soixantainede lycéesparticipentace programmedans les deux pays.
Pour en savoir plus, cônsultez!a page concernantle dispositiffranco-allemand
© MEN. 2006
-
.
alertesélectroniQuesaccessibilité
e mentionslégales credits fluxR.SS
-
-
-
-
-
listedes sigles
122
Paged’accueil> DeIamaternelleau baccalauréat> Lycée > Diplômeset attestations
Diplômesetattestations
baccatauréattechnologique
Lebaccalauréat
sanctionneuneformationalliantculturegénéraleet
technologique
technologique.
II seprépareen deuxans•dansunlycéeapresuneclassede secondegénerale
et
maisii est égalementpossiblede preparercediplômeapresun brevetd’études
technologique,
(B.E.P.). Deuxbaccalauréats
professionnelles
iques hôtellerieet techniquesde Ia
technolog
musiqueet de Iadanse se préparenten 3 ansaprésIaclassedetroisième.
-
Le bac technologiquepreparedavantage,aujourd’hui,aIa poursuite d’étudesqu’à
I’emp!oi immédiat.La grandemajoritéde ces bachelierssedirigentversl’enseignement
supérieur,essentiellement
vers desetudesdetechnicienssupérieurs(B.TS. et D.U.T.)bien
de baseet éventuellement
adaptéesaleurformationtechnologique
vers des licences
et au-delà.
professionnelles
• Unbaccalaureat
parsérie
• Deuxgroupesd’épreuves
• Troismentions
baccalaUréat par série
Série Scienceset technologiesde Ia gestion (S.T.G.)
LasérieScienceset technologiesde Ia gestion(S.T.G.)proposequatrespécialités
Communication
et gestiondes ressourceshumaines,comptabilitéet financed’entreprise,
des
systèmesd’information,
mercatique.
gestion
Cettesériereposesurunéquilibreentreunpoled’enseignement
général,unpole
de spécialité,et unpOleéconomique,
droitet management
des
d’enseignementtechnologique
organisations.
Ensavoirplussur les programmes
des enseignements
et l’organisation
Bulletinofficieln° 36du 5 octobre2006
Après le bac
LesbacheliersS.T.G.peuventenvisagerdes poursuitesd’étudesvariées: B.T.S.et D.U.T.,
dansla suitelogiquede leur bac,maisaussi classespréparatoires,
écolesde commerce,
etudescomptableset financières,cursusuniversitaire.
Pourpreparersonorientation,lire le dossierONISEPAprèsle bacS.T.G
.
Le baccalauréatscienceset technologiesindustrielles(S.T.I.)
LebaccalauréatS.T.I.proposesept spécialitésrelevantdu genie industriel : genie
123
mecanique,genieélectronique,
genieélectrotechniqi.ie
geniecivil,genieénergetique,geniedes
matériaux,genieoptique.II comporteégalementune.spécialitéen arts appliquésqui privilégie
I’étudedes principeset des techniquesdu design(architecture
d’intérieur,environnement,
stylisme,creationindustrielled’objets,communication
visuelle).
3tedes épreuveset coefficientsdu baccalauréat
T.I.
,S
sur le.siteEduscol.
Après lé bac
TroisbacheliersS.T.I.surcinq choisissentde poursuivreleursetudesen brevetde technicien
de technologie(D.U.T.).
supérieur(B.T.S.),un sur six en diplômeuniversitaire
Pourpreparersonorientation,lire ledossierde IONISEPADrèsle bacS.T.I
.
Lêbaccalauréatscienceset technologiesde laboratoire(ST
L.)
Lebaccalauréat
S.T.L.proposetrois spécialités physiquede laboratoireet de procédés
industriels;chimiede laboratoireet de procédésindustriels; biochimie geniebiologique.
-
>
liste
desépreuves
etcoefficients
du baccalauréat
,
S.T.L.
sur le siteEduscol.
Après le bac
LebacS.T.L.permetde poursuivredesetudessuperieurestechnologiques,
notammenten
de Ia spécialité,avecIapossibilitéde preparerensuite
B.T.S.ou D.U.T.,.dansle prolongement
En perspective,
desdébouchésdansles laboratoireset les
une licenceprofessionnelle.
industriesde nombreuxsecteurs(chimie,pharmacie,agroalimentaire,
environnement,
sante,
energie,
etc.)
lire
de I’ONISEPApréslebacS.T.L
.
ledossier
rpreparer
sonorientation,
Le baccalauréatscienceset techniquesmédico-sociales(S.M.S.)
Outrelesmatières
desdisciplines
ettechnologiques
sontprimordiales:
génerales,
scientifiques
communication
lessciences
sanitaireset
Iabiologie
sociales,.la
sociale,
en santeetaction
Iaphysiopathologie
etIaterminologie
médicale.
humainé,
>
at
liste
du baccalaur
Eduscol.
deséøreuves
etcoefficients
,
S.M.S.
surlesite
Après le bac
Deux aquatreans d’études supérieuressont nécessairespour exercerune profession
paramédicaleou sociale.Mais ces professionssont souventdifficilesd’accès.Un certain nombre
de bacheliersS.M.S.entrent en B.T.S.dans les secteursde l’économiesocialeet familiale,du
secretariat,ou en .D.U.T.carrièressociales.
Pour preparerson orientation,lire le documentde I’ONISEPAprés le bac S.M.S
.
La série S.M.S.rénovééentrera en applicationa Ia rentréescolaire2007en classede premiere
et a Ia rentréescolaire2008en terminale,SOUS: Ianouvelleappellation“scienceset technologies
de Iasanteet du social (S.T.2.S.)”.
Iletin
P’
:
officieln° 36du 5 octobre2006
et horairesdes enseignements
des
Organisation
des Iycées
et‘terminale
sanctionnés
de Ia
sesde premiere
technologique
parlebaccalauréat
•e“scienceset technologiesde Iasanteet du social(ST2S)”
L’objectifde cettenouvellesérieést dernieuxpreparerlesélèvesa Iadiversitédesetudes
supérieurés:
124
et duvivant(S.T
,Lebaccalauréatscienceset technologiesde l’agronomie
A.V.)
Lebac S.T.A.V.seprepareen lycéeagricoleet ii comportequatrespécialités: agronomie
entation environnementterritoires.
accalaUréat
S.T.A.V.remplacelesbaccalauréats
scienceset technologiesdu produit
‘del’agronomieet de l’environnement
agroalirnentaire
(S.T.P.A.)et scienceset technologies
(S.T.A.E.).
-
-
-
Après le bac
Le .bacS.T.A.V. permetde poursuivredes etudessupérieures,
notammentun brevetde
S
techniciensupérieuragricole.
Pour preparerson orientation,consulterle site de l’ONISEP
B.O. n° 36du 5 octobre
Le baccalauréattechniquesde Ia musiqueet de a danse (T
M.D.)
Ce baccalauréatse prepareuniquementaprès une secondespécifique.
Deux optionsau choix: instrumentou danse.
Après le bac
La majoritédes bacheliersT.M.D.continuentleursetudesdans lé domaineartistique.usentrent
et/oua l’universitépourpreparerle DEUGarts. En perspective,
principalement
au conservatoire
desdébouchésdanslesdomainesde Ia musique,de Ia danse,dansI’enseignement
ou dans
I’animationculturelle.
accalauréathôtellerie
Ce baccalauréatse prepareuniquementaprésunesecondespecifique.L’objectifest deformer
des professionnels
de I’hôtelleriepolyvalents(restauration,
accueil,hebergement).
Après le bac
LesbacheliershôtelleriepeuvententrerdirectementdansIa vie professionnelle
en tant que
cuisinier, serveur, employéde reception,ou.poursuivredes etudessupérieures,notammentles
animationet gestiontouristiques
brevetsdetechniciensupérieur(B.T:S.)hôtellerie-restauration,
localesou venteset productionstouristiques.
.
Deux groupes d’épreuves
Les epreuvesdu baccalauréat
généralsont répartiesen deuxgroupes.
Les épreuvesdu premiergroupe
Elles comprennent:
S
• des épreuvesanticipées,passéesa Iafin de l’annéede lere;
• des epreuvesterminales,passéesa Iafin de I’annéedeterminale.
ssuedes épreuvesdu premiergroupe:
• les candidatsayant obtenuline moyenne.de 10/20ou plussontdéclarésadmis
• les ôandidatsayant obtenu une moyenneau momségale a 8/20et inférieurea 10/20sont
125
àutorisésasepresenterauxepreuvesdusecondgroupe;
lescandidatsayantobtenuunernoyenheinférleurea8/20sont ajournes.
épreuvesdu secondgroupe,égalementappelees“orauxde rattrapage”
Lescandidatsayantobtenu,aI’issuèdes épreuvesdu premiergroupe,une moyenneau moms
egalea8/20et inférieurea 10/20,sontautorisésapasserles epreuvesoralesdu second
groupe.
Cescandidatspassentdeuxepreuvesoralesdansdeuxmatièreschoisiesparmicellesqul ont
fait l’objetd’epreuvesécritesdu premiergroupe,y comprisle francaisdepuisIasession2002.La
meilleurenoteobtenue(al’épreuvedu premierou dusecondgroupe)est priseen compteparle
s’il obtient,al’issuede cesOraux,une moyennede
jury. Lacandidatest recuau baccalauréat
10/20ou plusal’ensembledes epreuves.
S
Uncertificatdefin d’étudessecondaires(C.F.E.S.)est délivréaux candidatsajournésal’issue
des épreuvesdu secondgroupe.
Trois mentions
Lesmentionsne sontattribuéesqu’auxcandidatsobtenantle baccalauréat
al’issuedu premier
groüped’épreuves,en fonctionde Ia moyenneobtenue:
‘.
• mentionassez bien (A.B.): moyenneegaleousupérieurea 12et inférieurea 14;
mentionbien (B): moyenneegaleousuperieurea 14,et inférieurea 16;
• mentiontrès bien (T.B.): moyenneegaleousuperieurea 16.
iv.gse
ajour: juillét2007
Bac 2007
Tousles résultàts
Point clé
Mise en place du baccalauréatS.T.G., anciennementS.T.T.
PourIa lére fois, lescandidatssontévaluésal’écriteta I’oralen languesvivantesI et 2, et une
des organisations”
est introduite.
épreuvede “management
Page a consulter
Qui organisele baccalauréat? Commentles épreuvessont-ellespréparées?
du baccalauréat
Orcianisatioh
Sites aconsulter
126
du siteEduscol
rubrigue“baccalauréat
technologigue”
du ministére.
le site pedagogique
sitede l’Oniseø
sur’Iesenseignements
et les professions)pourtrouverles
(officenationald’information
nationsdansvotreregionet lêsétablissements
qui les proposent.
Textede référenöe
Epreuvesanticipéesdesbaccalauréats
generalet technologique
acompterde Iasession
2007de cesexamens
O. n°36dü 05octobre2006
B
Onentationa luniversité
Orientationactive
:
individualisé
Unaccompagnement
pouraiderles lycéensdansleurschoixde
filièresapréslebac
Chiffres Clés
ontété recusen 2006.
77,2% descandidatsau baccalauréat
technologique
soit 170907candidats,seprésententaUxbaccalauréats
2007,27,50 % desinscrits,
nologiques.
© M.E.N. 2006 -aide mentionslégales credits fluxR.S.S
.
alertesétectroniguesaccessibilité
-
-
-
-
-
listedessiales
127
Paged’accueil> De Iamaternelleau baccalauréat> Lycée > Diplômeset attestations
Diplômes et attestations
Le
baccalauréatprofessionnel
Lebaccalauréatprofessionnel
seprepareen deuxans dansun lycéeprofessionnel
ou dansun
centredeformationd’apprentis(C.F.A.),aprésun certificatd’aptitudeprofessionnelle
(C.A.P.)ou
un brevetd’étudesprofessionnelles
).
(B.E.P
Lebaccalauréatprofessionnel
viseavanttoutl’entréedirectedansle mondedu travail,mêmes’il
permetde poursuivredesetudessupérieures.
QuiDeutse presenter
?
• De nombreusessDécialités
• Deuxformesd’examenDossibles
• Epreuvesponctuelleset contrôleen coursdeformation
Qui peut se presenter?
• Les candidatsquiontsuivi unepreparationaudiplômepar Iavoie scolaire,de
continue.
I’apprentissage
ou de Iaformationprofessionnelle
• Lescandidatsayantaccomplitrois ans d’activitésprofessionnelles
dansunemploide
niveauau momségal a celuid’unouvrierou employequalifleet dansun domaine
en rapportavecIafinalitédu diplômepostulé.
professionnel
De nombreuses spécialités
Lebaccalauréatprofessionnelcomportede nombreuses
specialités,parexemple:
et finitiondu bâtiment; Artisanatet
• Aeronautique;Agroequipements,
Amenagement
métiersd’art: optionsartsde Ia pierre,communication
graphique,ébéniste,hôrIogerie
vêtement
et accessoirede mode;
visuel,tapissierd’ameublement,
marchandisage
artisanatet métiersd’art: optionmétiersdestechniquesdu verreet optionmétiersde
l’enseigneet de Ia signalisation;
Bio-industries
de transformation;
• Carrosserie:options:construction,reparation; Commerce;Comptabilité; Construction
bâtimentgrosoeuvre; Culturesmarines
• Electrotechnique,
énergie,equipernents
communicants;Environnement
nucléaire;Étude
definition
de
et
produits-industriels;
• Esthetique/cosmétique-parfumerie;
Exploitationdestransports;
• Hygieneet environnement;
128
..
Industriede procédés;Industriesgraphiques(impression); Industriesdes pates,papiers,
cartons;
..
• Logistique;
.
:
des équipementsindustriels;Maintenance
des materielsoptions: agricoles,
• Maintenance
et
travauxpublics manutention,
parcsetjardins; Maintenancedessystèmesmécaniques
automatisésoptionDS 2007,systèmesferroviaires;Maintenance
desvéhicules
automobilesoptions: voituresparticulières,
véhiculesindustriels,bateauxde plaisance,
; Métiersde Iamodeet industriesconnexes
• motocycles;Métiersde l’alimentation
Métiersdu
de
Ia blanchisserie;Microinformatique
et
et réseaux:
productique.;
pressing
installationet maintenance;Microtechnique;Miseen uvre des matériauxoptions:
matériaux
industriestextiles;
métalliquesmoulés,matériauxcéramiques,
•
-
• Ouvragedu bâtiment:aluminiumverrematériauxde synthèse; Ouvragedu bâtiment:
métallerie creation;
-
• Photographie;Pilotagede systémesde productionautomatisée;Plasturgie;Production
graphique;Productionimprimee;Productiquemécaniqueoption: decol’etage;
et destructuresmetalliques;Restauration
• Réalisationd’ouvrageschaudronnés
• Secretariat;Sécuritéprévehtion;Services;Servicesde proximitéet vie locale;
• SystèmesélectroniqUes
numériques;
• Technicienaérostructure;Technicienconstructeurbois; Techniciengéomètretopographe
• ; Technicienmenuisieragenceur;Technicienoutilleur;Techniciend’usinage;Technicien
modeleur;Techniciendu bãtiment:etudeset économie; Techniciendu bâtiment:
organisationet réalisationdu grosuvre ; Technicienen installationdes systémes
des systémesenergetiques
et climatiques; Technicienen maintenance
et
énergétiques
climatiques; Techniciendefabricationboiset matériauxassociés; Techniciende scierie;
Techniciendufroidet du conditionnementde
l’air; Traitementsde surfaces;Travaux
publics;.
• Vente: prospection,négociation,suivideclientele.
Deux formes dexamen possibles
Lescandidatsayantpreparele baccalauréat
par Iavoiescolaireou Iavolede I’apprentissage
I’examensoussa formeglobale: ussubissentlensembledes
présententobligatoirement
d’unemême
session,en fin deformation.Le diplômeleurestdélivrés’ilsont
épreuvesau cours
obtenuune moyennegenéraleegaleousuperieurea 10 sur 20.
• Lescandidatsissusde Iaformationprofessionnelle
continue,de.I’enseignement
adistanceet
titrede
leur
choixentredeux
ontle
présentent
au
ceuxqui se
experienceprofessionnelle,
possibilités:
•
• passerI’examensousIaformeglobale,
ou choisirIaformeprogressivede I’examen.
•
•
Dansce derniercas,us neprésentent,lorsd’unemêmesession,que certainesunites
constitutivesdu diplôme.Le diplômeestdélivréau candidatqui,aprésavoirprésenteI’ensemble
des unitesdu diplôme,a obtenuune moyennegenéraleegaleou supérieurea 10 sur 20.
129
Epreuves ponctueues et contrôle en cours de formation
Lexamendu baccalauréat
est constituéde septépreuvesobligatoires.Une
professionnel
d’une
est
uve
composee
ou plusieursunites.Lescandidatspeuventpresenterune unite
Itativeau maximumparmicellesproposées,le cas échéantpar le référentieldu diplôme.
de l’examendiffèreselonloriginedescandidats.
L’organisation
Unecombinaisonentreepreuvesponctuelleset epreuvesévaluéespar contrôleen coursde
formationpour lescandidatsscolarisésen formationinitialedanslesétablissements
publicset
lescandidatsdeIaformation
continue
scolarisés
dansun
privessouscontrat,
professionnelle
établissementpublic,lescandidatsayantprepareI’examenpar Iavoiede I’apprentissage
dans
centrede
formation
section
habilités.
un
d’apprentisou une
d’apprentissage
Desepreuvesuniquementponctuefles
pourtouslesautrescandidatsdont,notamment,les
élèvesde l’enseignement
adistance.
Miseajour : juillet?007
Bac2007
Touslesrésultats
chiffre-clé
% des candidatsau baccalauréat
ontété recusen 2006,soit 1,7pointsde
professionnel
2005.
qu’en
plus
En 2007,19,80 % des inscrits,soit 123035candidats,se présententaux baccalauréats
professionnels.
s
*ointscI
est géneralement
• Lebaccalauréat
professionnel
préparéen deuxans dansles lycées
desélèves
professionnels
déjàtitulairesdubrevetd’étudesprofessionnelles
(B.E.P.)
par
soit par Ia
• II peutètrepréparésoit par Iavoiescolaire,soit par Iavoiede l’apprentissage,
continue.
voiede Iaformationprofessionnelle
Pagea consulter
-
ouvrirles deuxautrestypesde baccalauréat:le baccalauréat
130
;‘
Siteé àp
a
1
suIteri
7,
Site duscoI ou etrouver les programmes
pardiscipline
7
ationaI d’information
et les professions)pour
4
IONISEP(offic n
sur les enseignements
infàrmations
des
les
et
lesetablissemeñts
ir
sur diplômes sur
qui y preparent
C
/
I
1
I
I
1
4
Orientationa I’un,versite
I
Orientationactive unaccompagnement
individualise
pouraiderles lyceensdansleurschoixde
le
bac
eres apres
fiI
4
IS
saviez-vous
4
e
t1
2
A’partir de Ia session2007, le baccalaureatoffre 9 nouvellesspecialites
2 creationset 7
renovations
M
©
E N 2d06 aide mentionsiéciales créd
ts
-
-
-
-
fluxR S S aierteseiectroniaues accessibilité
-
-
Iisfe des siciles
131
‘•
‘•
Paged’accueil> Enseignement
supérieuret Recherche> Formationset diplômes
Formations et diplômes
héma des etudes supéneures en France
‘
Doctost
Licei
ce
1’iO
1
ute
l*
I3a
oIes dThØnFe.urL
‘J rnmerce
et Je 3e
1l,n,
wre,
dnrcnI
.
fr
éténn
*
Miseajour octobre2006
© M.E.N.2006 je
-
-
.
alertesélectronipues accessibilité
mentionslépales credits fluxR.S.S
-
-
-
-
listedes siales
132
:
suDérleuretRecherche> Formationset diplômes>
Paged’accueil> Enseignement
Formationsgénérales
r-,rmatjons générales
Licence
L’arrêtédu 23 avril2002relatifaux etudesuniversitaires
conduisantaugradede licence
procèded’unetriplevolonté:
• appliqueraux formationsconduisantaux licencesles principesretenuspourIa
constructionde,l’Espaceeuropeende I’enseignement
supérieur;
‘.
définiespar IaCommissionnationaleHAméliorations
intégrerlesorientationspédagogiques
pedagogiques
a l’Université”animéepar le professeurFrancoisPetitpourfavoriserIa
réussitedes étudiants;
définir
•
un cadrereglementaire
permettantaux universitésde proposera l’habilitation
nationaledes parcoursdeformationinnovants,notammentpluridisciplinaires.
Sansabrogerlestextesexistants,letexteconcerneI!ensemble
desformationsuniversitaires
du
des
baccalauréata Ialicence.II preserveles objectifs cursusactuels,en autorisede nouveaux
favorisantle décloisonnement.des
et ouvrede nouvellespossibilitésde passerelles
parcours.II
faciliteune orientationprogressive.IIvaloriseainsiles potentialitésdu systèmedescredits
européens.
.
Lesuniversitéspourront,danscecadre,organiserleuroffredeformationen articulantdes
Demêmepourrontêtremisesen
bidisciplinaires
ou pluridisciplinaires.
us monodisciplinaires,
selonle
desformations
systèmemajeure/mineure.
e
concues
le textereprendlesconclusionsdu rapportdu
Concernantles approchespedagogiques,
professeurFrançoisPetit: roledes equipesdeformation,fonctionsde directeurdes etudes,
disposititd’accueil,.desoutienet de suivi,evaluationdes formations,contrôledes aptitudeset
validationdes acquisde l’experience.
desconnaissances,
et aptitudes-sujettréssensiblepourles
S’agissantdu contrOledesconnaissances
et de compensation
a
organisationsétudiantes l’arrêtéadaptees principesde capitalisation
lorganisationsemestrielle;IIcréede nouvellesgarantiespourle roledesjurys et Iadélivrance
des diplOmes.
-
S
Iamiseen placeau seinde I’établissement
Letextedéfinitcommeune conditionde I’innovation
d’undispositifdevaluationdesformationset des enseignements.
Unôomitéde suivide Ia licenceest misen placeassociantl’ensembledes partiesconcernées,
afind’évaluerlapplicationdu nouveaucadrereglementaire
et, sur cettebase,de produireaviset
recommandations.
Globalement,letextea cherchéa répondreaux besoinsd’évolutiondu cadreréglementaire;ii
élargitles capacitésd’initiativedesuniversitésau traversde leursequipesdeformationtout en
assurantIa regulationnatiohalenécessaireet en respectantles principesqui fondentle système
diplOmesnationaux.
.
Miseajour.: juin 2007
133
tes de reference:
Modalitésd’affectationdes lauréatsde concoursen qualite de stagiaire: note de service publiée
au BO n° 11 du 17 mars 2005
Modalitésde titularisationdes lauréatsdes concours: note de service publiéèau BO n°13 du 27
.
mars 2003
A consulter
?
Note d’information,mars
Qul sont les nouveauxbacheliersinscritsen licencea (a rentrée2006
2007
Les inscriptionsa l’üniversité: quel bilan ? Note d’information,mars 2007
.
alertesélectronipues accessibilité
© M.E.N.2006 aide mentionslépales credits fluxR.S.S
-
-
-
-
-
listedes sigles
134
suoérieuretRecherche> Formationset diplômes>
Page d’accueil> Enseiçinement
Formationsgenerales
Fermations générales
Masterrecherche
des diplômesuniversitaires
Dansle cadrede Ianouvelleorganisation
francais(licencemaster
doctorat),lesétudiantspeuventpreparerun masterrechercheou un masterprofessionnel
a
I’issuede Ia nouvellelicenceou de Ialicenceprofessionnelle.
LemasterrechercheremplaceIamaltriseen unan suiviedu diplômed’étudesapprofondies
(D.E.A.).
Le nouveaudiplômede masterse prepareen 2 ans(4 semestres),apresune licence:ii est
généralement
organiséen annéeMI (master1ère année)et M2 (master2e année).IIconstitue
undiplômebac + 5;
.Chaquesemestred’étudesétantaffectéde 30 credits,le masteréquivauta un totalde 300
credits.
Lemasterrecherchese deroulepourpartieau seindesecolesdoctoraleset ouvre
Iavoiedu doctorat.
essentiellement
“1Miseajour : juin 2007
.ConsuItez egalernent
• Pourtrouvervotremasteret comparerlestauxde réussite,faitesune recherchesur le
Portailétudiantdu ministère.
• Pourdécouvrirlesmastersmisen placeet les universitésqui y préparent,consultezI’atlas
.
desformationssur le sitede I’OniseD
:
.© M.E.N. 2006
-
je
-mentions legates credits fluxRS.S. alertesélectroniaues accessibilité
-
-
-
listedes sigles
135
Pêd’accueil > Enseignement
g
superieuretRecherche> Formationset diplômes>
L Formationsgénérales
‘Thrmationsgénérales
t
Doctor
Ledôctoratse prepareen trois ansapresUnmaster.Pointd’aboutissement
desetudes
+
supérieures,ii corresponda un niveaubac 8 annéesd’études.
Ledoctoratest uneformationaet parIa recherche,et a I’innovation.
rénoveeet en Dhaseaveclesorientations
• UneformationdoctoraleDrofondément
européennes
• Lesécolesdoctorales
• LesaidesaIaformationdoctorate
• La professionnalisation
.,Une formation doctorale profondément rénovée et en phase avec les orientations
eUrOpéeflfleS
Les 18et 19mai2005,a Bergen,lesministresen chargede l’enseignernent
supérieurdes
rante-cinqpaysengagesdansle processusde Bologneontconfirméle caractèrecentralde
rmationdoctoralepour lavancementde Iaconnaissance
au traversd’unerecherche
d’enseignement
supérieurdes Etats
!nnovante. usontrecommandéaux établissements
doctoraux
membresde prendreles mesuresappropriéespourque leursprogrammes
le
garantissent‘acquisition dune formationinterdisciplinaireet développementde
compétencestransférables,répondantainsiaux besoinsdu marchéde l’emploile pluslarge
possible.
S
.La Francea pris Ia mesurede cesenjeuxà•traverslesorientationsde IaIoide programmepour
Iarecherchedu 18avril2006et l’arrêtédu7 aoüt2006relatifaIa formationdoctorale.L’objectif
est de garantiraux doctorantsune formationde très haut niveauet une meilleure
reconnaissancede leur diplômetant au planacadémique
que dansI’industrieou lesservices.
Iaformationdoctorale
Fondëesur les compétences
scientifiquesavéréesdes établissements,
dóctorants
I’étatle plus recentdesc’onnaissãrices.
offre aux
Elles’effectueau seind’écolesdoctoratesaccréditéesparJeministreen chargede
Duneduréedetrois ans
supérieurdansle cadreducontratd’établissement.
l’enseignement
d’unniveau
aprésl’obtentiondu diplomenationalde masterou sur Iabasede Iareconnaissance
equivalent,elle permetd’obtenir,apréssoutenanced’unethese,le gradededocteur.
136
Le nouvel arrêté relatif a Iaformationdoctoralese caractérisepar quatre orientationsmajeures
.
confirmationdes écoles doctoralescomme lieuxde structurationde I’offrede formation
doctorale,contribuanta sa visibilitéet ason attractivitéaux plansnational,européenet
international.Uneécole doctoralefédère, sur un site donné, des forces scientifiquesde
qualite dans un ensemblecoherentde thematiques.L’existencede ces écolesest
désormaisinscritedans Ia loi.
• accreditationpar l’Etatdes écolesdoctoralesaprès evaluationpar l’agenced’évaluationde
Ia rechercheet de l’enseignementsupérieur(A.E.R.E.S.).Unetelle accreditationdéfinit les
champsscientifiquesde competenceet permeti’inscriptiondes doctorantset Ia délivrance
du doctorat.
•• reconnaissancede Iaformationdoctoralecommeune “expérienceprofessionnellede
recherche”.
• possibilitédonnée a I’ensembledes établissementsd’enseignementsupérieurde participer
a Ia formationdoctoraledes lors qu’a été démontrée,dans le cadre d’une evaluation
nationale, leur capacitéaapporterune contributionsignificativea l’animationscientifique
et pedagogiqued’une écoledoctorale.
Préparésur Ia base d’une large concertationnationaleet en adequationavec les orientations
énoncéesdans Ia Charte europeennedu chercheurnotammentpour ce.qul concernele statut
du doctorant,ce texte ouvre Ia formationdoctoralea I’ensembledes partenariatsscientifiques
avec le seul souci de Ia recherchede l’excellence.
Les écoles doctorales
Généraliséesa la rentrée2000, les écolesdoctoralesrattacheesaux établissements
d’enseignementsuperieur,fédérent un ensembled’équipesde recherchequi prennenten charge
Ia formationet le devenirdes doctorants.Ellesoffrent au futur docteur un encadrement
scientifiquede haut niveauainsi qu’unepreparationa l’insertionprofessionnelle.
Les liens avec Ia rechercheêt Ia.qualitéscientifiquedes laboratoires,Ia procedurede
recrutementdes doctorantset Ia politiquede financementdes theses, le potentield’encadrement
et Ia politiquede formation,les partenariatsavec Ie mondesocio-économiqueet I’incitationa Ia
mobilitéet a louverture européenneet internationalesont autantde critéresdeterminantspour
;réditation des écoles doctorales.
L’attentionattachée a Ia mise en oeuvrede Ia chartedes theses, veritablecontratmoralconclu
entre le doctorant,son directeurde these, le directeurde I’écoledoctoraleet celui du laboratoire
137
d’accuéil, constitueunegarantiede qualitédansIa mesureoüelledéfinitlesdroitset lesdevoirs
de chacun.La preparationd’unethesedoit en effets’inscriredansunprojetpersonnelet
professionnelclairementdéfinidansses objectifset ses moyens.
aides aIa formation doctorale
Les allocationsde recherche
Aprësobtentiondu diplômenationalde masterou d’undiplômede niveauequivalentet sur Ia
basede critéresscientifiques,un certain nômbrede doctorantspeuventbénéficierd’une
allocationde recherche.Cetteallocationpermetau doctorantde seconsacrerpleinementases
travauxde rechercheet aIa preparationde sa thèsé.
Elleest attribuéepouruneduréedetroisans. Leministéreattribueainsi4 000nouvelles
allocationschaqueannéecequi représentepresde22 % desétudiantsinscritsen premiere
annéedethese.Lemontantmensuelbrutde cetteallocationverséea 12000doctorantsestde
I 417euros.
L’étudiantqui souhaitebénéficierd’uneallocationde recherchedóit en faireIademandeáuprès
de son écoledoctoraledurantson annéede master.Dansle cadredu Pactepour Iarecherche
attachéa Ia 101
de programmepourIa recherche,lEtat augmenterasensiblement,
des2007le
financementdesdoctorants.
Lés conventionsindustriellesdeformation par la recherche(C.I.F.RE.)
Les C.I.F.R.E.permettentaux doctorantsde preparerleurtheseenentrepriseen menantun
ramme de rechercheet développement(R.&D.)en liaison avec une équipe de recherche
érieUrealentreprise. Un contratde travail est concluentre I’entrepriseet le doctorantpour
une durée de trois ans. Comptetenu de l’intérêtde ce dispositiftant pour le développementde
Iarecherchetechnologique
et l’emploides
entreprises-universités
quepour les rapprochements
de cetteprocedurea été engage: i 200C.I.F.R.E.ontété
chercheurs,undéveloppement
accordéesen 2006
Pourpouvoirbénéficierd’uneC.I.F.R.E.,IIfautêtretitulaired’unmasterou d’undiplômereconnu
commeequivalent,ou encoredun diplômed’écoled’ingenieur,de commerceou de gestionet
s’inscrireen doctorat;
Létudiantqui souhaiteen bénéficierdoit en faireIademàndeaupresde I’association
nationale
de a recherchetechnique(A.N.R.T.)quigère
conventions
le
du
ministére
les
pour compte
chargé de l’enseignementsupérieuret de Ia recherche.
Site de l’association
Outre les soutiensaIa formationdoctoralerñenhionnésci-dessus,ii existed’autrespossibilités
d’aide offertes par certains organismespublicsou privés. L’associationnationaledes docteursés
sciences (A.N.D.è.S.)recenseces possibilitéset les tient ajour en permanence.
Site de l’association
Les bourses sur critéres universitairesou sociaux
boursessur critèresuniversitaires
peuventêtreaccordéesaux étudiantsinscritsaIa
preparationd’un3e et 4e semestresde masterrecherche.Ellessontallouéespar le recteur
d’académiedansle cadred’uncontingentfixe par le ministrechargéde l’enseignement
superieur: L’étudiantdolt s’informerdes datesdé retrait et de retour du dossierdüment complété
138
aupresdes servicescompétentsde son universitédesle moisde juin.
LesétudiantsinscritsaIa preparationdun 3e et 4e semestresde masterrecherchepeuvent
egalementpostuleraune boursesur critéressociaux.Lesdemandesde.boursedoiventêtre
ctuéespar le bialsdudossiersocialétudiantentrele 15janvier et.le 30avrilqui précèdentIa
d’inscriptiondansIaformation.
La professionnalisation
Lerninistèrede l’éducationnationale,de l’enseignement
superieuret de Iarecherchemet en
desfutursenseignants
oeuvredes dispositifsvisanta assurerIaformationprofessionnelle
chercheurset afavoriserl’insertionprofessionnelle
desdocteurs.Desdispositifsde
desformationsdoctoralessontde plusdéveloppésen relationaveccertains
professionnalisation
pàrtenaires.
Le monitoratdenseignementsupérieur
d’initiationaI’enseignement
Les quatorze’centres
superieur(C.I.E.S.)accueillentIesmoniteurs
métier
lesformer
Laformationdesmoniteursa été elargie
au
d’enseignant-chercheur.
pour
depuisIarentrée2004et sensibiliseaIadiffusionde Iaculturescientifiqueet techniqueet au
mondede l’éditionscientifique.
Lemonitoratd’enseignement
superieurplacelesdoctorantsen situationd’enseignera
I’unjversité.Ilsbénéficientpour celadusoutiend’untuteuret suiventdix jours par anune
formationorganiséepar les C.I.E.S.
r devenirmoniteur,le candidatdoit en faireIademandeen debutde theseet bénéficier
e allocationderechercheou d’uneaidefinancièreéquivalente..
Lesmoniteurspercoiventun revenucomplémentaire
al’allocationde recherche.En 2006,plus
de 50 % desallocatairessont égalementmoniteurs.
Les attachestemporairesdenseignernentet de recherche(ATER)
Lesfonctionsd’ATERpermettentadesdoctorantsen finde these,ou àdes docteursen attente
de recrutementdans.l’année
qui suitleurthese,d’obtenirun contrataduréedéterminéepour
d’unan. LesATERconstituentI’unedes.
enseignerdansune universitépourunedurée.normale
d
e
renouvellement
des
Ils peuvent
sourcesprincipales
corpsdenseignants-chercheurs.
demanderàexercerleursfonctionsatempspartiel.Ce dispositifviseapermettreunetransition
au seindesétablissements
vers des emploisd’enseignants-chercheurs
d’enseignement
superieur.
Desoutilsau servicede ía professionnalisation
desdoctorants
Les doctoriales
Desséminairesde sensibilisation
et d’initiationau mondedes entreprisesontété développés
d
e
“doctoriales”.
Leurobjectifprincipalest de créerun lieu de rencontreentre
sousI’appellation
torants et acteurséconomiquesafind’améliorerIacommunication
entrelesdifférents
enaireset defavoriserIa prisede conscience,par les doctorants,de I’importancedeleur
nel.
projetpersonnelet profession
Cesséminiaressontcomplétéspar desformationsspecifiquesmisesen placepar lesécoles
139
doctoráles(communication,
langueetrangere,conduitede projet)destinéesaaiderle doctorant
apreparerson avenirprofessionnelet avalorisersa formationaIarechercheau momentde son
insertionprofessionnelle.
• Valorisationdescompétences,unnouveauchapitrede Iathese
Lobjectifdê ce programmeest de preparerle doctorantaIadémarchede recherched’emploien
le conduisantaidentifierles compétences
multiplesmisesen oeuvreau coursdestroisannées
diversifiées.Ce travail,encadré
de theseet a!es valoriserdansdessituationsprofessionnelles
donnelieu
issud’uncabinet
d
e
tuteur
recrutement,
aI’élaborationdun
un
généralement
par
documentde quelquespages;veritablebilande competences.
desdoctorants
concernantlesoutilsau servicede Ia professionnàlisation
Des renseignements
C
elle-ci
de
l’association
ê
treobtenus
(A.B.G.).
Bernard-Gregory
a notamment
auprés
peuvent
poUrmissiondefavoriserI’insertiondesjeunesdocteursenentreprise
Sitede l’association
Miseajour : juin 2007
ChiffresClés
• 305 écoles doctorales existaienten Franceau I er septembre2006.
• En2004:
9 302 doctorats ont été délivrés.
69 100 doctorants en France.
46% des doctorantsétaient des femmes.
En 2006, Ia formationdoctorale a été profondémentrenovéeafin de se conformeraux
orientationseuropéennesen garantissantune formationde trés haut niveau.
Ioi de programmepour Ia recherchedu 18 avril 2006
arrêté du 7 aoOt2006 relatif a Ia formationdoctorale
A noter
Assouplissement de Ia procedure de Ia co-tutelle internationale de these
Pour favoriserl’ouvertureinternationaledes écolesdoctorales,le dispositif de preparationdes
co-tutellesinternationalesde these a été assoupli:L’arrêtédu 6 janvier2005 confére aux
Ia capacitéd’en organiserle déroulementdans le cadre d’une conventionentre
établissements
nationale
lesétablissements
engagesen adaptant,IorsqUec’estnécessaire,Ia reglementation
auxexigencesde,Iacooperationinternationale.
.
dethese
arrêtédu 6 janvier2005relatifaIaco-tutelleinternationale
Le saviez-vous?
140
Lesconventionsindustriellesde formation par Ia recherche(C I F R E) permettenta de
jeuneschercheursde réaliserleurtheseenentreprise,en liaisonavecuneequipede recherche
extérieureet en étantrémunérépar lentreprise.
obtenirplusd’informations
et pourfaireunedemandede convention,adressez-vous
a
bciationnationalepour Iarecherchetechnique(A.N.R.T.).
.R.T
edel’A.N
si
ur
P’
Sites aconsulter..
.
Site du ministèredéléguéal’Enseignementsupérieur et a Ia Recherche
www.recherche.aouv.fr
© M.E.N.2006
-
-
.
mentionslépales credits fluxR.S.S
alertesélectronipues accessibilité
-
-
-
-
listedes slates
141
Page d’accueil > Enseignementsupérieuret Recherche > Formationset diplômes
Formationsgénerales
>
rmations générales
Classes préparatoiresaux grandes écolês [C.P.G.EJ
Les classes préparatoiresaux grandes écoles préparent,en 2 ou 3 ans, les élèves aux
concours d’entréedans les grandes écoleset les écoles d’ingenieurs.Ces classes, situéesdans.
les lycées, sont accessiblesavec un baccalauréatou un niveau equivalent,aprés acceptationdu
dossier par le chef d’établissement.
•
•
•
•
Objectifs
Filières
Inscription
Aides aux étudiants
S
Objectifs
• Lesciassespréparatoiresaux grandes écolesont pour fonctiond’accroItrele niveaudes
connaissancesdes bacheliersdans différentschampsdisciplinairesde maniére a les rendre
ntes a suivre une formationen grande écoledans les fihièreslittéraires,économiqueset
imerciales et scientifiques.Chaquefilière est subdiviséeen voies.
•
Poür chaque voje d’étude,un programmenationald’étudësest fixé par arrêté, après elaboration
en co-partenariatavec les grandes écoles.
Ces connaissances.sont évaluées par les concoursqu’organisentles grandes écoles.
Les élèves qui au terme de ces formations n’intêgrentpas une grande école peuventpoursuivre
leurs etudes a l’université.
Filières
•
• Les classes préparatoiresaux grandes écolessont répartiesen trois categories.
Les classes préparatoireseconomiqueset commerciales
Elles préparentaux concoursdes écoles supérieuresde commerceet de gestion et de i’Ecole
• normale superieurede Cachan.
Les.étudiantssuivent un cursus polyvalent: mathématiques,économie,languesvivantes
etrangeres,histoire,culture genérale.
is voies sont a distinguer: scientifique,economique,technologique.
Drésentationdes différentesvoies
142
•L
s
clássés preparatoireslittéraires
k Ellespréparentauxconcoursdesécolesnormalessupérieures,de l’écolenationaledes chartes,
des écolessuperieuresde commerceet de gestionet desinstitutsd’études.politiques.
distinguedeuxvoies :
• les classespréparatoires
NL, dites“Lettres”,qu préparentsoit auconcoursd’entréea
l’Ecolenorrnalësupérieurede Ia rued’UIm(ii s’agitalorsd’uneclassepréparatoire
“Lettres
classiques”),soit a l’Ecolenormalesupérieurelettreset scienceshumainesde Lyon(il
modernes”).Au programmede ces classes:
s’agitalorsd’uneclassepréparatoire”Lettres
• français,philosophie,histoire,langue(s)vivante(s),langueanciennepourIaclasse
“Lettresclassiques”
qui préparent al’Ecole
• lesclassespréparatoiresB/L,dites“Lettreset .sciencessociaEes”,
normalesuperieurede Ia rued’Ulmet al’EcolenormalesupérieureLettreset Sciences
humainesde Lyon(concoursBIL) et al’Ecolenormalesupérieurede Cachan.Au
ues.
programme:philosophie,languevivante,économie,sociologie,mathematiq
littérairesproposentuneoption“sciences
Par ailleurs,de nombreusesclassespréparatoires
les
d’entrée
de
aux institutsd’étudespolitiques.
politiques”permettant preparer concours
Les grandesécolesde commerceet de gestionouvrentégalementleursportesaux élèvesdes
I classespréparatóires
littéraires:unconcours“Lettres.et scienceshumaines”leurest réservé.
presentationdesdifférentesvoles
classespreparatotres
scient
fiqu
-
desécolesnormalessupérieureset des
Ellespréparentauxconcoursdesécolesd’ingenieurs,
•éáolesnationalesvétérinaires.
filièresen premiereannée:
Ellesproposent.principalementtrois
• M.P.S.I::mathématiques,
physique,sciencesde l’ingénieur
P.C.S.l.:
•
physique,chimie,sciencesde I’ingénieur
• P.T.S.I.: physique,technologie,sciencesde l’ingénieur
.:‘Et quatrefilièresen deuxièmeannée:
•
•
•
•
M.P.: mathematiques,
physique
P.C.: physique,chimie
P.T.: physique,technologie
P.S.I.: physique,sciencesde l’ingenieur
presentationdesdifférentesvoles
Inscription
I recrutementdansles C.P.G.E.s’adresseprincipalement
aux élèvesscolarisésen classede
ninaledansun lycéefrancaisouetranger.Desétudiantsdéjà scolarisésdansle supérieur
s’ilssouhaitentunereorientation,
intégrerune C.P.G.E.
peuventégalement,.
lesdifférentesformationspubliquesou privées
Touteslesinformationsconcernantlesfihiêres,
143
sous contratexistantesainsique lesetablissements
qui les proposentsontdisponiblessur le>
du mirilstèredédiéa Ia gestiondesadmissions.post-bac La procedured’admission
en
C P 0 E est totalementinformatiseeLeselevescandidatss’inscriventsurce siteentrele20
janvier et le 20 marsde chaqueannée.Lesphasesd’admission
ontlieuentreIa mi-juinet le
ut du moisdejuillet.
sité
est miseen placepourlesélévesretardataireset pourceuxqui
une procedurecomplémentaire
n’auraientpas eu de propositiona l’issuedesdifférentesphasesd’admissionprécédentes.
Des
admissionsen C
P.G.E. sontdoncpossiblesparce biaisjusqu’aujour de Iarentréescolaire.
Unecirculaireministériellefixantlesconditionsd’admission
en C.P.G.E.pourchaquerentrée
scolaireparalttousles ansau Bulletinofficiel(B.O.)du ministérede l’Educationnationale.
Aides aux étüdiants
Lesétudiantsinscritsen classepreparatoire
peuventsolliciterle bénéficied’unebourse
d’enseignement supérieur sur critères sociaux ou d’une bourse de mérite.
Les bourses d’enseignementsuperieursur critéressociauxsont accordéesen fonctiondes
ressourceset des chargesfamiliales appreciéesselon un barèmenational.
Lesboursesde méritepeuventêtreattribuéesaux étudiantseligiblesa une bourse
d’enseignement
superieursur critèressociauxayantobtenule baccalauréatavecmentiontrès
bien a Iasession2005et désireuxde s’engagerdansun certaintype d’études(grandesécoles,
médecine).
Lademanded’uneboursed’enseignement
sUpérieursur critèressociauxs’effectueentrele 15
ier et le 30avrilprécédantIa rentréeuniversitaire
par le biaisd’internet.L’étudiantdoit se
le
sitedu
nectersur
centreregionaldes uvres universitaires
et scolaires(CROUS)dont
reléveson établissement
deformationau momentde sa demandede bourseet completerun
“dossiersocialétudiant”.
S’agissantde Iademandede boursede mérite,un dossiercomplémentaire
au “dossiersocial
étudiant”est transmispar le CROUSaprésles résultatsdu baccalauréat.
Voustrouvereztousles renseignements
sur lesdifférentesaidesaccordéesauxétudiants,sur
les proceduresdedernandede bourseainsique sur leurcalculsur le sitedu centrenationaldes
.
et scolaires(CNOUS)
oeuvresuniversitaires
Miseajour: mai2007
Rentrée2007
admissionet inscriptions
en classepréparatoire
auxgrandesécoles(C
E.)
P.G
• en écoled’ingenieurs(5 ans)
• en cyclepréparatoireintégré
..
bemocratiser laccés aux classes préparatoires
Unecharterelativea l’égalitédes chancesdans l’accèsaux formationsd’excellencea été
signéeenjanvier2005: les grandesécoleset lês universitésa proximitéde lycéessituésen
144
desélévesissusde ceslycéesjusqu’audebutdes
prioritaireaccompagneront
zonesd’éducatiOn
etudessupérieures.
circulairen° 2005-148du 22 aoüt2005
.
• Chiffre clé
• 73 100 étudiants étaient inscritsen classes préparatoiresaux grandesécoles,en 2004-2005.
Point clé
La procedurecommuned’admission
• en classe préparatoireaux grandes écoles (C.P
G.E.)
• en école publiqued’ingenieurs(5 ans)
• en cycle préparatoireintegré.
Pages áconsulter
Liste des grandes écoles et des grandsétablissements
ndes écoles
duairedesclassespréDaratoires
Site a consulter
•
Toutes les informationsconcernantles fihiéres,les différentesformations publiquesou privees
sous contratexistantesainsi que lesétablissementsqui les proposentsont disponiblessur le
site du ministèredédié a Ia gestion des admissionspost-bac
.
Documentsa consulter
Les étudiantsen classes préparatoiresaux grandesécoles.Année 2004-2005
Historiquedes classes préparatoires
Conférencede Bruno Belhoste.professeura l’universitéde Paris X-Nanterre
es de référence
Organisationgénerale des etudeset horairesdes classespréparatoires
et
économiques
commercialesaux grandes écoles
arrété du 23 mars 1995
145
Renovationde IafihierelitterairedesC P G E creationd’unehypokhagnenondeterminante
et
d’unebanqued’épreuveslittérairescommuneaplusieursconcours
arrêtédu 2 mai2007
‘lificationdel’organisation
desclassespréparatoires
et dufonctionnement
auxgrandes
les
et integrationde leur cursusdeformationaI’architecture
européennedesetudes
(L.M.D.)
décretdu 3 mai2007
© M.E.N.2006
-
-
.
alertesélectronipues accessibilité
mentionslégales credits flux R.S.S
-
-
-
-
listedes siciles
146
Page d’accueil > Enseignementsuperieuret Recherche > Formationset diplômes >
Formationsciénérales
ons
rmat
générales
Grandes écoles
Sous l’appellation“grandesécoles”sont regroupeesles écoles d’ingenieurs,les écolesnormales
superieures(E.N.S.), les écolesde commerceet les écolesvétérinaires.Ces grandesécoles se
caractérisentpar le niveauélevé de leur diplôme(le plus souventbac + 5) et par une forte
selection al’entrée.
•
•
•
•
Ecolesd’ingenieur
Ecoles normalessupérieures
Ecolesde commerce
Ecolesvétérinaires
Ecoles d’ingénieur
II existe 233 écoles d’ingénieuren France,publiquesou privées.
scolaritédure 3 ou 5 ans : dans le premiercas, les écoles recrutentsur concoursaprès 2
ées de classe préparatoire.Dans le second cas, elles recrutentsur dossier,et l’admissiona
lieu directeméntaprès le baccalauréat.Danstous les cas, un diplômeequivalenta un bac + 5
est obtenu.
De nombreusesécoles d’ingéniêurproposentegalementdes masters (formationen 2 ans),
ouverts a des étudiantsayantaccompliavec succès un premiercycle universitaire(licence).
Selon lesécoles, Ia formation peut être genéralisteou plus spécialisée(agronomie,chimie,
biologie,informatique,etc.)
Dans les écoles d’ingenieurpubliques,le coOtdes etudesest d’environ380 euros par.an.
Ecoles normales supérieures
II existe 4 Ecoles normalessuperieuresen France:
• École normale superieure(E.N.S.),située a Paris, rue d’Ulm
• École normale superieurelettreset scienceshumaines(E.N.S.L.S.H.),située a Lyon
• Ecole normale superieurede Cachan(E.N.S.Cachan)
École normale superieurede Lyon(E.N.S.Lyon).
EVesvisent a former des enseignantset des chercheursde haut niveau,tant dans les
iplines littérairesque scientifiques,ainsi que des cadres dirigeantsd’entreprisespubliques
‘administration.La scolaritédure 4 ans.
L’E.N.S. recrute, par 2 concoursdifférents,des élèves littéraireset des élèves scientifiques.
L’E.N.S.L.S.H.est spécialiséedans fes Iettreset les sciences humaines,tandis que l’E.N.S.
147
Lyon àffre une formation scientifiqueinterdisciplinaire.L’E.N.S.Cachan,quant aelle, forme des
élèves dans les sciences, Ia technologieet Ia gestion.
La selection se fait sur concoursaprés 2 ans de classe préparatoire(appelées“hypokhagne”et
gne” pour les littéraires,“maths sup” et “maths spé” pour les scientifiques).II est egalement
sible, avec une maltrise ou un diplômed’ingénieur;d’entrerdirectementen 3e année.Les
étudiantsfrancais des Ecoles normalessuperieuressant rémunérésdurant leursetudes.
Les étudiantsetrangersdoivent avoir obtenu un diplOmecorrespondantau minimuma2 ou 3
annéesd’études supérieuresdans leur pays: Leur dossierest étudié par Ia directionde
I’établissementet Ia selection se fait sur concours.
L’E.N.S.a mis en place un concoursE.N.S.-Europequicomporteles disciphnessuivantes:
biologie,chimie, sciencesde Ia Terre, informatique,mathematiques.ètphysique.
Ecoles de commerce
Les écoles de commerceoffrent une scolaritéen 3, 4 ou 5 ans, permettantd’obtenirun niveau
bac + 4 ou 5.
.
:La,majoritédes écoles de commercerecrutentsur concoursaprés 2 annéesde classe
préparatoire.Une grande majoritédes écoles se regroupentet présententdes banques
d’épreuvescommunes.Ainsi, en passantun seul concours,les étudiantsprésententplusieurs
éco!es, qui différencientleurs critèresd’admissiongrace aux barèmeset aux coefficients.
Chaquefihière(voiegenerale,économique,technologiqueou littéraire)possédeson propre
concourset ses proprescoefficients.Les élèvesdes classes préparatoireslittérairespassent
jun concoursspecifique.
Par ailleurs,environ 190 écoles recrutentjuste aprés le baccalauréat,avec leurs propres
conditionsd’admission,et dispensentun cursus de 4 ou 5 ans.
Les étudiantspeuventegalementêtre recrutéspar le biaisdes admissionsparalléles(aprésun
diplôme.bac + 2 ou3).
La grandemajoritédes écoles de commercesont privees. Les frais de scolaritévariententre 4
500 et 7 000 euros par an.
lesvétérinaires
Eco
lI.existe en France4 écoles nationalesvétérinaires:. aAlfort, près de Paris, aLyon, aNanteset
aToulouse.
La scolarité au sein des écoles vétérinairesdure entre 4 et 7 ans. Elle permetd’atteindreun
niveau bac + 6 a bac + 9.
La selectionest faite sur concoursaprés 2 ans de classe préparatoire.L’étudiantne peut se
presenterque deuxfois au concours. L’étudiantétrangerdoit être titutaired’un diplôme
permettantl’accésa l’enseignementsuperieurdans son pays. II peut entrer en classe
éparatoireaprés étude de son dossier.Pour intégrer.directementl’école, il doit avoirsuivi
ieurs annéesd’études superieuresdans son pays.
Les frais d’inscriptionet de scolarités’élèventen moyennea 762 euros par an.
148
•Mise ajour: mai 2007
ne relative aI’egalitedes chancesdans ltaccês aux formationsd’excel$ence
Cette ch.artea été signéeen janvier 2005 par le ministrede l’éducationnationale,de
renseignementsuperieuret de Ia recherche,le ministrede l’emploi,de Ia cohesionsocialeet du
logement,Ia conferencedesprésidents d’universités,Ia conferencedes grandes écoleset Ia
conferencedes directeursd’écoleset formationsd’ingenieurs.Elle vise aétablirdes partenariats
entre les établissementsscolairessitués en zones d’éducationprioritaire(ZEP) et les grandes
écoles et les universités.
> circulairen° 2005-148du 22 aoüt 2005
.
Pages a consUlter
•
•
Classes préparatoiresaux grandes écoles (C.P.G.E.)
Liste des grandes écoleset des cirandsétablissements
tnnuaire des classes préparatoires
© M.E.N.2006 j_e
-
.
alertesélectronipues accessibilité
mentionslépales credits fluxR.S.S
-
-
-
-
: Dste.dessigles
149
French V
2007
Unit 2—Precursors to the Revolution & Social Equality
Time Period—4
-
5
weeks
Objectives
> Studentswill be able to identify the causes of the French Revolution.
> Students will review how to use adjectives and learn some new rules for adjectives.
> Students will learn about the history of social equality in France and will compare it to social
equality here in the United States.
> Students will review negative expressions and learn new ones.
> Students will review how to form and use the present participle.
> Students will be able to relate to experiences of the Revolution through reading journal
entries from a variety of people.
Vocabulary
> social equality vocabulary
Grammatical Structures
review how to make adjectives agree with the noun they modify
> review placement of adjectives
> learn how certain adjectives change meaning depending on where they are placed
> learn how and when adjectives can be used as nouns
> review and expand negative expressions
> review and learn position of negative expressions
> review how to form the present participle
> learn how to use the present participle as an adjective
.>
150
I:.
French V
2007
Unit 2
—
Precursors to the Revolution & Social Equality
Suggested Activities & Assessment
Reading
> Trésors du Temps Huitième Etape:Un peu d’histoire Descente vers la terrible revolution
in order to learn about Louis XVI, Marie Antoinette, and Les Etats généraux and how they
influenced the onset of the French Revolution.
) Trésors du Temps Huitième Etape: Vie et Littérature read extracts from writings by Arthur
Young, Mme Vigée-Lebrun and Louis Deflue to learn how people of different walks of life
reacted to the situatiOnin France leading up to theRevolution.
> Students will read selected articles about social equality.
—
—
—
—
Speaking
> Students will share a personal experience of a time when they felt that they (or their group)
were treated unfairly.
> The class and teacher will react to and discuss the different situations.
Listening
> Studentswill view a video overview of the French Revolution.
> Students will listen to each other present their situations.
Writing
> Studentswill assume the role of a prominent character of the French Revolution and will
write a journal entry from that person’s perspective. This journal entry will pertain to the
onset of the revolution The teacher will provide a list of characters as well as a list of
possible journal topics.
> Students will compare the social equality of France and the United States and will give their
opinion of which is better or will suggest ways of improving either or both situations.
•2
Grammatical Practice
> Trésors du Temps Huitième Etape: Application. Complete activities A
—
•
•
—
I as assigned.
Assessment
> Students will be given a quiz after completing each section of the unit (history, readings,
grammar, culture). The quiz will consist of any combination of the following questions:
true/false, multiple choice, matching, fill-in the blank or short answer.
> At the end of the unit students will demonstrate proficiency of the material studied either by
taking an exam that covers all the elements of the unit or by creating a project that ties the
elements together.
11
Informationon
SOcialEquality
152
equality
• Social
thefreeencyclopedia
FrOm
Wikipédia,
EqualRights redirects here. for the motto, see Equal Rights (motto)
•
Social equality is a socialstateof affairsin whichcertaindifferentpeoplehave
the samestatusin a certainrespect,atthe veryleastin votingrights,freedomof
extentof propertyrightsas well as the accessto
speechandassembly,.the
education,healthcareandothersocialsecurities.
153
Egalité sociale
article de Wikipédia,lencyclopédie hbre
Cet article est une ébauche acompleter concernänt le droit, vous pouvez partager vos connaissances en
le modiflant (http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89galit%C3%A9_sociale&action_—edit).
II y a différentes formes d’égalité relatives aux personnes et aux situations sociales concernées. Par exemple,
on peut considérer l’égalité des sexes face aI’accès al’emploi ; les personnes concernées sont des hommes et
desfemmes (des persoñnes de sexe different) dont la situation sociale (commune) est l’accès al’emploi. De
même, l’égalité des chances fait appel al’idée que les personnes devraient être dans les mêmes conditions
pour se lancer dans Ia vie (entendez que toutes doivent avoir les mêmes possibilités, quelles ques soient leur
naissance et/ou hérédité). Un des combats en ce sens a été l’abolition des privileges avec Ia revolution
françaisede 1789.
L’égalité sociale s’applique aux droits et aux devoirs de ltHomme au regard de lajustice.
La premiere Declaration des Droits de l’Hommeet du Citoyen (version française de 1789) commence par:
<<Leshommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.>>
• C’est en ce sens qu’il prend sa place dans Ia devise qui en découle: <<Liberté,Egalité, Fraternité>>
L’égalité c’est Ia distinction juste des parts relativement auñ critère (egalite proportionelle) ou l’égalite
mathématique pure. Cette distinction a été faite par Aristote.
L’égalité sociale est associée aIa démocratie. Elle estjuridique et politique. Pour garantir une égalité sociale, ii
faut le respect de valeurs fondamentales comme Ia Liberté ou Ia Citoyenneté. L’égalité sociale ne nuit pas aIa
liberté, elle Ia promeut, et les sociétés oü ii y a privation de libertés sônt des sociétés inégalitaires.
Uégalité sociale va plus loin que l’égalité des chances que l’on prornet dans le but de faire passer Ia pilule. En
effet, une égalité des chances ne garantit en rien une égalité des resultats en fin de processus. II est donc
nécessaire d’intervenir pour corriger les inégalités qui demeurent, et même si cette idée estcritiquée par les
tenants d’une méritocratie dans laquelle le méritejouerait une placecentrale parmi les critères de Ia Justice
Sociale, ii apparait nécessaire de garantir cette égalité de résultats.
L’egalité de ressources quant aelle parait être une utopie. C’est un égalitarisme strict qui n’estni souhaitable
(pour garantir de Ia Justice sociale, ii ne faut pas oublier de prendre un minimum en compte le mérite sans
lequel l’utilité sociãle des personnes n’est pas reconnue), ni realisable. Cette égalité est un ideal qui reste
impossible, on ne peut espérer opérer qu’àune égalite d’opportunité de ressources. Dworkin dans son
experience avec les coquillages en arrive d’ailleursaIa conclusion que le principe normatif estla
• “r
rsidération
égale de chaque personne”.
Les libéraux: John Rawls, Théorie de Ia Justice. Ii pose Unvoile d’ignorance, c’est-a-dire une société dans
laquelle chaque citoyen ignorerait totalement Ia place qu’il va occuper. Alors c’est citoyen en arriverait a
154
choisir deux princi.pes: Tout d’abord de vivre dans une société qui protege nos libertés avec un même
système de libertés pour tous. Ensuite de vivre dans une société qui maximise le Bien-être des personnes les
moms favorisées. Les inégalmités doivent être attachées ades fonctions ouvertes atous dans des conditions
d’égalité des chances. La propnété privée et le marché doivent générer de Ia richesse et assurer l’allocation
ce des biens. Problème de sa théorie, l’égalité sociale est reduite al’utilité c’est-à-dire au bonheur qui
p t être une notion difficilement définissable en sôit.
-
-
L’utilitarisme avec Bentam: Pour atteindre l’egalité sociale ii faut déjà pouvoir lamesurer. II considère que Ia
mesure de l’utilité permet de quantifier le niveau de Bien-être. Cela a plusieurs avantages : possibilité de
prendre des decisions rationnelles creation d’unétalon de mesure de I’étatsocial d’unesociété possibilité de
trouver Ia société qui dispense le “plus grand bonheur pour le plus grand nombre”
-
-
-
Bibliographie
• Anne Fillon, “La plus égalitaire d’Europe La Coutume du Maine”, in Revue Historique et
Archeologique du Maine, Le Mans, 20Q0,30 série T. 20, tome CLI de Ia Collection, p.61 80 (ill.).
-
-
Voir aussi
• Droit
• Declaration des droits de l’hbmme et du citoyen de 1789
•. Sécurité juridique
Portail du droit
Récupérée de <<http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ga1it%C3%A9_sociale>>
Categories’: Wikipédia:ébauche droit ‘Concept politique’ Discrimination
• Dernière modification de cette page le l9juin’2007 a2 1:49.
• Copyright: Tous les textes sont disponibles sous les termes de Ia licence de documentation libre GNU•
(GFDL).
Wikipedia® est une marque déposée de Ia Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance régie
par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des Etats-Unis;
155
Egalitésociale
Cet article est une ébauche acompleter concernantle droit, vouspouvezpartager vos
connaissances en le mod
flant.
II y a différentesformesd’égalitérelativesaux personneset aux situationssociales
concernées.Par.exemple,
on peutconsidérerl’egalitedes sexesfaceal’accèsa
l’emploi; tespersonnesconcernéessontdeshommeset desfemmes(despersonnes
de sexedifferent)dont.lasituationsociale(commune)est l’accèsal’emploi.Demême,
l’egafltedeschancesfait appelal’idéequeles personnesdevraientêtredansles
mêmesconditionspourse lancerdansIavie (entendezque.toutesdoiventavoirles
mêmespossibilités,quellesquessoientleurnaissanceet/ouhérédité).Undescombats
en cesensa étélabolitiondes privilegesavecIarevolutionfrançaisede 1789.
L’égalitésoclale s’appliqueauxdroitset auxdevoirsde I’Hommeauregardde Ia
justice.
La premiereDeclarationdesDroitsde l’Hommeet du Citoyen(versionfrancaisede
1789)commencepar
Les hommesnaissentet demeurentlibreset egauxen droits
C’estencesensqu’ilprendsa placedansIadevisequien découle: Liberté,Egalite,
Fraternite
aun critère(egalite
L’egalitec’estIadistinctionjustedes partsrelativement
Cettedistinction
a étéfaite parAristote.
ou l’égalitémathematique
proportionelle)
pure.
L’égalitesocialeestassociéeaIadémocratie.Elleest juridiqueet politique.Pour
commeIa
garantiruneégalitésociale,il tautle respectdevaleursfondamentales
Libertéou Ia Citoyenneté.L’égalitésocialene nuit pasaIaliberté,elleIa promeut,et les
sociétésoüil y a privationde libertéssontdessociétésinegalitaires.
L’égalitésocialevá plusloinquel’egàlitedeschancesque Ion prometdansle butde
faire passerIa pilule.En effet,uneegalitedeschancesnegarantiten rienuneegalité
desresultatsen finde processus.IIestdoncnécessaired’intervenirpourcorrigerles
inegalitesqui dernéurent,et mêmeSicetteidéeest critiqueepar lestenantsdune
méritocratie
danslaquellele méritejoueraituneplacecentraleparmilescritèresde Ia
JusticeSociale,il apparaitnécessairede garantircetteégalitéde résultats.
strict
L’égalitéde ressourcesquantaelle paraitêtreuneutopie.C’estunegalitarisme
.qui.n’estni souhaitable(pourgarantirde IaJusticesociale,il ne faut pasoublierde
comptele méritesanslequell’utilitésocialedes personnes
prendreun minimum-en
nest pasreconnue),ni realisable.Cetteegaliteest un idealqui resteimpossible,onne
de ressources.Dworkindansson
peutespéreropererqu’àuneegalited’oppQrtunité
156
experienceavecles coquillagesen arrived’ailleursaIaconclusionquele principe
normatifest.Ia“consideration
egalede chaquepersonne”.
c’est-à-dire
Leslibéraux:JohnRawls,Théoriede IaJustice.II poseun voiled’ignorance,
unésociétédanslaquellechaquecitoyenignoreraittotalementIa placequ’ilva occuper.
Alorsc’estcitoyenen arriveraitachOisirdeuxprincipes: Toutd’abordde vivredans
unesociétéquiprotegeflQSlibertésavecun mêmesystèmede libertéspourtous.
Ensuitede vivredansunesociétéqui maximisele Bien-êtredes personneslesmoms
favorisées.Les inégalmitésdoiventêtreattachéesadesfonctionsouvertesatousdans
desconditionsd’égalitedeschances.La propriétéprivéeet le marchédoiventgenerer
de Iarichesseet assurerl’allocationefficacedesbiens.Problèmede sathéorie,l’egalite
sociáleestreduiteal’utilitéc’est-à-direau bonheurqui paraltêtreunenotion
difficilementdéfinissableen soit.
-
•
-
•
L’utilitarismeavecBentam: Pouratteindrel’egälitésocialeIIfautdéjàpouvoirIa
mesurer.IIconsidèreque Ia mesurede l’utilitépermetde quantifierle niveaude Bien
être.Celaa plusieursavantages: possibilitéde prendredesdecisionsrationnelles
creationd’unétalonde mesurede l’étatsociald’unesociété possibilitédetrouverIa
sociétéquidispensele “plusgrandbonheurpourle plusgrandnombre”
-
-
-
Bibliographie
• AnneFilloA,“La pluségalitaired’Europe LaCoutumedu Maine”,in Revue Historique
etArcheologique duMaine, Le Mans,2000,3° sérieT. 20, tomeCLIde Ia Collection,
p.61-80 (ill.).
-
Voir aussi
• Droit
• Declarationdesdroitsde l’hommeet du citoyende 1789
• Sécuritéjuridique
Portaildudroit
droit• Conceptpolitique• Discrimination
Categories: Wikipédia:ébauche
157
IDéclarationdes droits del’hOmme et dii citoyende
1V89
Un article de Wikipédia, l’encyclopédielibre.
La Declaration des droits de l’homme et du citoyen est,
avec les décrets des4 et 11aoüt 1789 sur Ia suppression
des droits féodaux, un des textes fondamentaux votes par
l’Assemblée nationale constituante formée aIa suite de Ia
réuniôn des Etats généraux. Adoptée définitivement le 26
aoüt 17891, c’est Fun des textes fondateurs de Ia démocratie
et de Ia Iiberté en France. Citée dans le préambule de Ia
Constitution du 4 octobre 1958, elIe a valeur
constitutionnelle dans Ia Ve République depuis les
decisions des I6juillet 1971 et 27 décembre 1973du
Conseil constitutionnel : elle fait partie du bloc de
•constitutionnalité.
Elle a étéproposée aI’Assemblée nationale française par le
Marquis de La Fayette.
.
J74
.)
(:%
I.;
;,.
.
.
—
—
. -. — —.
L..
—
—
—
-—
*
.
*
——
—.—-,.-—-.-
.
-:
-
—
—
$
-:T
—
;
‘
_-
,
-”——
i::-t
......
..,.
—‘
.
::::
-__
:—_
_-.
- 1%,.
•
_
- t0
.
..÷
—
—.—
—
fl
•.
“-.
.
b.
—
::
::
‘r”
.J
...
..
.
—r
r’—’
r
.i,
.,,
..
,..
rLE
I’R r\NCC)!S
de Ia Declaration des Droits de
Representation
.
Somma!re
I Histoire
2 Genèse et contenu
3 Postérité du texte
4 Mémoire du monde
• 5 Voir aussi
• 6 Liens externes
. 7 Notes et références
•
•
•
•
..
...
__________________
stoire
Le conceptde droits de Fhomme est ancien, mais ii a évol
.ué
158
r
.I
•..._. .:J:-4
i’.u:
—
—“•__*
-
-
•
•—
#Sa
t•_•_
.--—
—
=
l’homme et du citoyen de 1789
P
k:
..
‘-
-
:±
‘
1
;omporte un préambule.et 17 articles qui mêlent des
dispositions concernant I’individu et Ia Nation. Les droits
:dits de Ia premiere génération qu’elIedéfinit sont
essentiellement relies aIa liberté, sous toutes ses formes
(premier des droits naturels et imprescriptibles). Elle
s’oppose en cela aux autres générations de droits qui
recherchent de plus en plus l’égalité matérielle..
i
;
pendant I’Histoire. Des droits naturels ou
-
intrinsè4ues al’hOmmesont déjà explicitement mentionnés dans destextes religieux (comme les Dix
•Commandements qui reconnaissent le droit aIa vie, ai’honneur, etc.), littéraires (comme Ia pièce de théâtre
Antigone de Sophocle (nalt en 495 ou 496 av. J.-C.),ou purement philosophiques (comme dans les textes de
cole de pensée des stoIciens).
l’
articulier, le Cylindre de Cyrus (Vie s. av. J-C) estlargement mentionné comme Ia “premiere charte des
droits de I’homme”.En 1971,,l’ONU l’a traduit en toutes es langues officielles. Le cylindre décrète les themes
normauxde Ia regle persane : tolerance religieuse, abolition de l’esclavage, liberté de chQixde profession et
expansion d’empire.
Un événement marquant dans cette evolution a été Ia Magna Carta (1215), considérée dans le monde anglosaxon commela base du concept actuel de droit de l’homme.
La premiere declaration des droits de l’homme de l’époque moderne est celle de i’Etatde Virginie (Etats
Unis), écrit par George Mason et adopté par Ia Convention de Virginie le 12 juin 1776 (appelée en anglais Ic
Bill of Rights).
Ele a été largement copiée par Thomas Jefferson pour Ia declaration des droits de l’homme inclue dans Ia
:D,éclaration d’Indépendance des Etats-unis (4juillet 1776), par les autres colonies pour Ia redaction de leurs
dédarations des droits de l.’homme,et par l’Assemblée française pour Ia Declaration française des Droits de
I’hornme et du citoyen, ainsi qu’elleaura inspire largement Ia Declaration universelle des Droits de l’Homme
votée par I’ONU en 1948
Genèse et contenu
semblée nationale, des qu’elle s’est déclarée constituante, decide de rédiger une declaration. La
discussion débute Ic 9juillet et debouche sur un vote le 26 aoüt 1789, sous l’influence des leaders du tiers etat
et de Ia Noblesse liberale Ratiflee seulement le 5 octobre par Louis XVI sous la pression de l’Assemblée et du
peuple accouru aVersailles, Ia declaration de 1789 servira de préambule aIa premiere Constitution de Ia
française, adoptée en 1791. Elle est promulguee par le roi le 3 novembre 1789.
volution
R
LeSconstituants jugent nécessaire de voter un texte contenant les principes généraux de valeur souveraine
gitimant leur action. Ce texte resume aussi leur programme et prepare le travail constitutionnel.
Ié
At
hiveau
du contenu, Ia DDHC s’inspire des declarations des droits précédant les Constitutions des différents
Etats amencains, elles-mêmes inspirées de Ia tradition de Locke (Du Gouvernement civil, 1690) et
Montesquieu (De l’Esprit des Lois, 1750). La Declaration des Droits de l’homme et du citoyen s’inspire aussi
desremontrances des Parlements. Elle resume I’individualisme liberal développé au cours des
thèmes
des
siècles. C’est une ceuvre de circonstance, une proclamation universelle, un texte tourné vers le passé avec pour
objectif précis d’abolir idéologiquement l’Ancien régime.
EIIe pose les vrais principes de Ia société, base deja nouvelle légitimité. Chaque article condamne les
principes, les institutions, les pratiques de l’Ancien régime (absolutisme, administration centralisée, système
criminel d’Ancien régime): <<Lasouveraineté reside dans Ia Nation La Declaration des Droits de l’homme
et
citoyen légitime Ia rébelliôn des députés contre la monarchie en déclarant droits imprescriptibles de
me Ia << résistance aI’oppression
>.
.
>
EIIe a une portée universelle et orientée vers l’avenir. Les constituants déclarent quels sont les droits qui
appartiennent atout individu de par Ia nature même (Préambule: <<droitsinhérents a Ia nature humaine > et ce
159
ne sont pas des droits créés par les Révolutionnaires, mais constatés). C’est l’aboutissement de Ia philosophie
des Lumieres du XVIIIe siecle tournee vers l’universalisme et l’abstraction
Le Préambule a été rédigé sous l’influence de Mirabeau, et de Mounier, député du Tiers qui a fait adopter le
ent du Jeu de Paume, chef des <<Monarchiens>>, partisan d’une Monärchie constitutionnelle aI’anglaise.
beau joue un double jeu car il protege et affirme avec force les principes de Ia Revolution mais touche de
• l’argent de Ia Monarchie pour protéger les intérêts de celle-ci. L’invocation aI’ <<Etresupreme > a été
rajoutée au cours des sCances pour tenir compte des convictions chrétiennes de presque tous les citoyens. Le
préambule se prolonge dans l’article 2 qui énumère les droits naturels et imprescriptibles de l’homme,
• présentés selon Ia conception du libéralisme du XVIIIe siècle:
•
•
•
•
Ia liberté,
Ia propriété,
Ia sGreté,
Ia résistance al’oppression.
Ces droits naturels et imprescriptibles sont antérieurs aux pouvoirs établis,,ils sont considérés comme
applicables en tout temps et en tout lieu.
De nombreux articles sont consacrés aIa liberté: I’article 1er (<<Les hommes naissent et demeurent libres et
:.égaux en droits >>, les articles 4 et 5 (qui cherchent adéfinir et acirconscrire Ia liberté, limitée seulement par Ia
Ioi.etdéfinie par << tout ce qui ne nuit pas aautrui >>), les articles 7, 8 et 9 (qui precisent les caractères de Ia
liberté individuelle : présomption d’innocence, non rétroactivité de Ia loi), les articles 10 et 11 (liberté
d’opinion, de presse, de conscience). L’égalité est affirmée al’article ler, I’égalité devant l’impôt aI’article 13
(satisfaction des revendications dans les cahiers de doléances), l’égalite face ala loi al’article 6 (égalite dans
s aux charges publiques sans autres distinctions que les capacités individuelles).
La propriété, droit naturel et imprescriptible de l’homme (article 2) est inviolable et sacré (article 17). Selon cet
article 17, << Nul ne peut être privé de Ia propriété sauf nécessité publique légalement constatée et sous
condition d’une juste et préalable indemnité >>. Les articles qui définissent le citoyen dans l’organisation du
système politique sont beaucoup plus vagues, et orientés par Ia defiance vis-a-vis de l’Ancien régime. Seloñ
I’article 6, Ia Ioi est I’expression de Ia volonté générale, l’expression de Ia souveraineté, source des pouvoirs
publics, qui sont divisés selon l’article 16 (separation des pouvoirs). Selon l’article 13, l’impôt est vote par Ia
Nation ou ses représentants. Selon l’article 15, les agents publics sont responsables de leur administration
puisque Ia société a le droit de leur en demander compte. Ii n’est pas question par contre de droits sociaux, qui
découlent d’une definition différente du mot “droit
Ia DDHC determine Ia légitimité des actes, alors que les
”:
droits sociaux définissent des garanties matérielles.
Postérité du texte
•Cette Declaration des droits de l’homme et du citoyen ouvre Ia voie vers les regimes futurs sans que les
rédacteurs ne s’en aperçoivent. Elle rend un son très nettement laic. Toute Ia conception du pouvoir et de
l’homme est étrangère aIa tradition chrétienne (paradOxedans Ia France profondément chrétienne).EIIe rend
un son très républicain: Ies mots de <<citoyen>> et de <<Nation>> remplacent les mots de <<Roi ou
<<Monarchie>>. Pourtant, les rédacteurs ne pensent pas encore aIa République. Elle rend un son démocratique
I
Iité juridique est un principe alors que les députés vont s’orienter vers un régime oligarchique. Elle rend
un son libertaire: Ia proclamation du droit ala résistance (droit aIa révolte) est un principe commandé pour
justifier Ia Revolution mais c’est un principe que tout régime doit éôarter pour durer.
>>
160
•Les Constituants manient des idées générales, des concepts théoriques bien plus qu’à connaitre les conditions
concretes de gouvernement d’un peuple. us ont pose des pnncipes qui transcendentleurs vues et leurs intérêts.
La Declaration des droits de l’homme et du citoyen aune valeur d’espoir pour tous les hommes. Elle est le
<<credodu Nouvel Age >>, mais rien n’est précisé quant ason application concrete. Ce texte sera révéré par
es regimes qui se rattachent aIa tradition républicaine.
La Declaration de 1789 a inspire, au xixe siècle, un grand nombre de textes similaires dans de nombreux pays
d’Europe et d’Amérique latine. La tradition révolutionnaire française est également présente dans la
Convention européenne des droits de l’homme signée aRome le 4 novembre 1950.
Mémoire du monde
Depuis 2003, l’ensembledes documents divers ayant trait aIa proclamation et al’entrée en vigueur du texte de
Ia Declaration des Droits de l’ho,nme et du citoyen est classée par I’Unesco sur Ia Liste Mémoire du monde
recensant les collections du patrimoine documentaire d’intérêt universe!, dans le but den assurer Ia
preservation.
•
Cet ensemble de documents, qui prennent sens l’un par rapport al’autre, est conserve par les Archives
nationales et Ia Bibliotheque nationale de France, qui ont fait une proposition de classement conjointe. C’est
par leur reunion que l’on comprend Ia portée tant symbolique que politique de Ia Declaration, ainsi que le
contexte historique dans lequel elle a été rédigée.
• Les archives possèdent un ensemble de documents, dont Ia version originale manuscrite de Ia
• Declaration desdroits de l’homme et du citoyen de 1789. De Ia confrontation de toutes les variantes
.existantes du texte de Ia Declaration, il ressort que l’on se trouve en presence de six états différents,
depuis le debut des débats jusqu’à Ia promulgation de Ia Constitution de 1791 et non, comme semblent
toujours l’indiquer les historiens et le laisser penser Ia mémoire collective, d’un texte unique. Figure
également dans cet ensemble, un billet autographe de Louis XVI portant acceptation du texte précédent:
xJ ‘accepte purement et simplement les articles de Ia Constitution et Ia Declaration des Droits de
l’Homme que l’Assemblée nationale m’apr
Le 5 octobre 1789. Louis >>.
sentés.
• La Bibliothèque nationale possède, quant aelle, Ia premiere edition de Ia Declaration des droits de
l’homme et du citoyen mise au point au cours de l’été 1789 par l’Assemblée nationale aParis. Cette
edition est le premier élémentde diffusion auprès de Ia classe politique ainsi que !a premiere trace
imprimée des premiers articles constitutionnels existant en France. Au plan historique, l’importance de
cet exemplaire est capitale. Extrait des procès-verbaux de.I’Assemblée nationale, des 20, 21, 22, 23, 24,
26 aoOt et1e octobre 1789, Declaration des droits de l’homme en societe S.l.n.d. (publié par Baudoin,
imprimé aVersailles en 1789). Cette pièce complete l’ensemble du Centre historique des Archives
•nationales. Elle est sans doute Ia toute premiere edition des procès-verbaux en question. En effet,
Baudoin, membre de l’assemblée du Tiers état de Paris pour l’élection aux Etats généraux de 1789, avait
etenommé imprimeur de l’Assemblée nationale en juin 1789 et avait été chargé de l’édition de
I’impression des procès-verbaux des seances.
Voir aussi
Droits de Phomme I libertés fondamentales
• SQretéI Sécurité juridique
• Propriété
• Declaration des droits de I’hommeet du citoyen de 1793
161
• Declaration des droits de l’homme et du citoyen de 1795
• Declaration universelle des droits de I’homme
• Liste Mémoire du monde
ns externes
• Texte de Ia Declaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 sur le site du ministèrede Ia Justice
(http://www.textes.justice.gouv.fr/index.php?rubrique= 10086&ssrubrique= I0087&article= 10116)
Notes et références
I. f Date sur le sitedu ConseilConstitutionnel
(http://www.conseil-constitutionnel.fr/textes/d1789.htm)
(Consultéle 24
mai 2007)
Philosophiedes Lumières
Droitsdel’hommeEncyclopédie Franc-maçonnerie Rationalisme•Revolutiontrancaise
Siècledes Lumières Tolerance
DAlembert: PserreBayle Diderot Helvétius D’Holbach Kant L Mettrie Locke• Meslier
Montesquieu Rousseau Sade Voltaire
Portail de Ia Revolution francaise
Portail du droit francais
Récupérée de <<
.citoyen_de_1
http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_des_droits_de_1%27homme_et_du
789>>
Categories: Revolution française Evènement de Ia Revolution francaise et du Directoire • Assemblée
constituante de 1789 • Constitution francaise ‘ Constitution de 1958 • Texte juridique édictant des libertés
fondamentales • Texte du libéralisme • Mémoire du monde • XVIIIe siècle • 1789
• Dernière modification de cette page le l9juin 2007 a21:47.
• Copyright: Tous les textes sont disponiblessous les termes de Ia licence de documentation libre GNU.
(GFDL).
• Wikipedia® est une marque déposée de Ia Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance régie
par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des Etats-Unis.
162
Accueji > Textes londamentaux > Droitsde Ihomme et libertés fondamentales > Declaration des droits
de l’Homme et du citoyen de 1789
17 décembre 2001
Declaration des droits de l’Hommeet du citoyen de
1789
Les représentantsdupeuple français, constitués en
Assembléenationale, considérant que ignorance, l’oubli ou
le mépris des droits de l’homme sont les seules causesdes
maiheurs publics et de Ia corruption des gouvernements,ant
résolu d
exposer, dans une declaration solennelle,les droits
naturels, inaliénableset sacrésde Ihomme, afin que cette
declaration, constammentprésente a tous les membresdu
corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs
devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du
pouvoir exécutif, pouvant être a chaque instant compares
vec le but de toutê institution politique, en soient plus
pectés ; afin que les reclamationsdes citoyens, fondées
ésorniais sur des principessirnpleset incontestables,
tournent toujours au maintien de Ia Constitutionet au
bonheur de tous.
En consequence,lAssemblée nationale reconnaIt et declare, en presenceet sous les
auspicesde lEtre Supreme, les droits suivants de l’homme et du citoyen.
Article premier Les hommes naissentet demeurent libres et égaux en droits. Les
distinctions socialesne peuvent être fondées que sur lutilité commune.
-
Article 2 Le but de toute association politique est la conservationdes droits naturels et
imprescriptibles de Ihomme. Ces droits sont Ia liberté, Ia propriété, Ia süreté et Ia
résistance a oppression.
-
Le principe de toute souverainetéreside essentiellementdans Ia Nation. Nul
corps, nul individu ne peut exercer dautorité qui nen émane expressément.
Article 3
-
La liberté consiste a pouvoir faire tout Cequi ne nuit pas a autrui : ainsi,
I’exercicedes droits naturels de chaque homme na de barnes que celles qui assurent
aux autres membres de Ia société Tajouissance de ces mêmesdroits. Ces bornes ne
peuvent être déterminées que par Ia Ioi.
Article 4
-
La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles a Ia société. Tout ce
qui nest pas défendu par Ia Ioi ne peut être empêché,et nul ne peut être contraint a
‘ire ce queue nordonne pas.
Article 5
-
La 101est lexpression de a volonté générale. Tous les citoyens ont droit de
concourir personnellementou par leurs représentantsa sa formation. Elle doit être Ia
même pour tous, soit queue protege, soit queUe punisse. Tous les citoyens, étant égaux
a ses yeüx, sont égalementadmissibtesatoutes dignités, placeset emplois publics,
Article 6
-
163
n1éur
isel
capàcitéet.sans autre distinction que celle de leurs vertUs et de leurs talents..
Article 7 Nut homme ne peut être accuse,arrêté ou détenu que dans lescas
déterminés par la loi et selon les formes qu
elle
a prescrites. Ceux qui sollicitent,
expedient, exécutent ou font executer des ordres arbitraires doiventêtre unis ; mais
Ut citoyen appelé.ou saisi en vertu de Ia loi dolt obéir a l’instant ; it se rend coupable
r Ia résistance.
-
nent
et’évidemment nécessaires,
La loi ne doit établir que des peines stricter
et nut ne peut être puni qu’en vertu dune loi établie et promulguéeantérieurement au
délit, et légalèment appliquée.
Article 8
-
Article 9 Tout homme étant présuméinnocentjusqu’à ce qu’il alt étédéclaré coupable,
sit est jugé indispensablede larrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessairepour
s’assurer de sa personne dolt être sévèrement réprimée par Ia lol.
-
Articie 10
Nut ne dolt être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que
leur manifestation ne trouble pas Iordre public établi par Ia loi.
-
Article 11 La libre communicationdes penséeset des opinions est un des droits les
plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement,
sauf a répondre de labus de cette liberté dans es cas déterminés par la loi.
-
La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessiteune force
publique ; cette force est donc instituée pour lavantage de tous, et non pour lutitité
particulière de ceux a qui elle est confiée.
Article 12
-
Article 13- Pour l’entretien de Ia force publique, et pour les dépensesdadministration,
üne contribution commune est indispensable; elle dolt être également répartie entre les
:citoyens, en raison de leurs facultés.
rticle 14 Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs
ésentants, Ia nécessitéde Ia contribution publique, de Ia consentir tibrement, den
lyre l’emploi, et den determiner Ia quotité, l’assiette, le recouvrementet Ia durée.
-
La soclété a le droit de demander compte a tout agent public de son
administration.
Article 15
te
Article 16 To
sodété dans laquelle Ia garantie des droits nest pas assurée ni Ia
séparation des pouvoirs déterminée, na point de Constitution.
-
Article 17 La propriété étant un droit inviolableet sacré, nut ne peut en être privé, si
cenest lorsque Ia nécessité publique, légalementconstatée, lexige évidemment, et sous
Ia condition dune juste et prealable indemnite
-
ImDrimerIa aae
164
Declaration ‘des Droits de Ia Femme et de Ia Citoyenne
Olympe de Gouges’ 1791
Olympe libérée, par un veuvage précoce, d’un man que sa famille’lui avait impose elle dit et écrit
que <<‘lemanage est le tombeau de Laconfiance et de l’amour >. Elle ne se remanie pas malgré
les pressions de sa famille et monte s’installer aParis près de son amant qui ‘iuioffre une rente.
Indépendante tout .en étant proche des Girondins, eLLelutte pour L’émancipatibndes femmes et
I’abolitionde I’esclavage.
Elle est Laseule femme à,écrire et acommenter, sur Levif, les évènements de 1788 a1793.
Auteure d’une trentaine de pièces de théâtre, d’écrits politiques, de pamphlets, die a droit acet
eloge funêbre des le lendemain de son exécution’signé par Chaumette (procureur dela commune
de Paris) dans Le Moniteur <Rappelez-vous l’impudente Olympe de Gouges qui la premiere
institua des sociétésde femmes et abandonna les soins du ménage pour se mêler de la
République et dont la tête est tombée sous le fer vengeur des lois...
Declaration
Les mères, les files, les soeurs, représentantes Ic la Nation, demandent d’être constituées en
assemblée nationale. Considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droi’tsde Lafemme,
sont les séules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu
d’exposer dans une declaration solenneLle,les droits naturels, inaliénables et sacrés de Lafemme,
afin que cette declaration, constamment présente atous les membres du corps social, leur
rappelle sans cesse leurs droits et Leursdevoirs, afin que Lesactes du pouvoir des femmes, et ceux
du pouvoir des hommes pouvant être achaque instant compares avec le but de toute institution
poLitique,en soient plus respectés, afin que les reclamation des citoyennes, fondées désormais
sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de LaConstitution, des
bonnes moeurs, et au bonheur de tous. En consequence, Lesexe supérieur en beauté comme en
courage’,dans les souffrances maternelles, reconnaIt et declare, en presence et sous Lesauspices
de l’Etre supreme, LesDroits suivants de la Femme et de LaCitoyenne.
1.
‘
2.
3;
4.
5.
6.
‘
La femme naIt libre et demeure egale al’homme en droits. Les distinctions sociales ne
peuvent être fondées que sur l’utilité commune.
Le but de toute association politique est Ia conservation des droits natureLset
imprescriptibles de LaFemme et de l’Homme ; ces droits sont la liberté, la propriété, Ia
süreté, et surtout la résistance al’oppression.
Le principe de toute souveraineté
réside
essentiellement dans la Nation, qui n’est que la
reunion de la Femme et de l’Homme ; nul corps, nul individu, ne peut exercer d’autorité
qui n’en émane expressément.
La liberté et lajustice consistent arendre tout ce qui appartient aautrui ; ainsi l’exercice
des droits natureLsde la femme n’á de bornes que Latyrannie perpetuelle que l’homme lui
oppose ces bornes doivent être réformées par les lois de la nature et de Laraison...
Les lois de Ia nature et de la raison défendent toutes actions nuisibles ala société; tout ce
qui n’est pas défendu par ces lois, sages et divines, ne peut être empêche, et nul ne peut
être contraint afaire ce qu’eLlesn’ordonnent pas.
La loi doit être l’expression de Ia volonté générale ; toutes les Citoyennes et Citoyens
doivent concourir personnellement ; ou par’leurs repr
sentant,
asa formation ; elle doit
être Lamême pour tous ; toutes les citoyennes et les citoyens, étant égáux ases yeux,
165
doivent être également admissibles atoutes dignités, places et emplois publics, selon
leurs capacités ; et sans autres distinctions que celles de leurs vertus et de leurs talents.
7.
NulIe femme n’est exceptée ; elle est accusée, arrêtée et déténue dans les cas déterminés
,Loi. Les femmes obéissent comme les hommes acette Loi rigoureuse.
par la
8.
La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, t nul ne
peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et promulguee antérieurement au délit et
Legalement.app Liqueeaux femmes.
9.
Toute femme étant déclarée coupable ; toute rigueur est exercée par LaLoi.
10. . Nul ne doit être inquiété pour ses opinions méme fondamentales. La femme a le droit de
monter sur l’échafaud; elle doit avoir également ceLuide monter aIa Tribune ; pourvu
que ses manifestations ne troublent pas l’ordre public établi par la Loi.
11. . La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de
Ia femme, puisque cette liberté assure Lalegitimité des pères envers les enfants. Toute
citoyenne peut donc dire librement, je suis.mère d’un enfant qui vous appartient, sans
qu’un prejuge barbare la force,adissimuler Ia vérité ; sauf arépondre de l’abusde cette
liberté dans les cas déterminés par Laloi.
12.
La garantie des droits de la femme et de la citoyenne nécessite une utiLitémajeure ; cette
garantie doit être institué pour l’avantage de tous et non pour l’utilité particulière de celles
aqui eLleest confiée.
13.
Pour Fentretien de Laforce publique, et pour les dépenses d’administration, les
• contributions de la femme et de l’homme sont égales ; elle a part atoutes les corvées, a.
toutes les tâches pénibles; elle doit donc avoir de même part aLadistribution des places,
des emplois, des charges, des dignites et de l’industrie.
14. . Les Citoyennes et Citoyens ont le droit de constater par eux-mémes, ou par leurs
représentants, Lanécessité de Lacontribution publique. Les Citoyennes ne peuvent y
• adherer que par L’admissiond’un partage égal, non seulement dans la fortune, mais encore
dans l’administration publique, et de determiner Laquotité, ltassiette, le recouvrement et La
•
durée de I’impôt.
15.
La masse des femmes, coalisée pour la contribution acelle des hommes, a le droit de
demander compte, atout agent public : de son administration.
16.
Toute société, dans laqueLleLagarantie des droits n’est pas assurée, ni la separation des
pouvoirs déterminée, n’a point de constitution ; Laconstitution est nuLLe,si la majorité des
individus qui composent la Nation, n’a pas coopéré ala redaction.
17.
Les propriété sont atous les sexes réunis ou séparés ; elle sont pour chacun un droit
inviolable et sacré ; nul ne peut en être privé comme vrai patrimoine de Ia nature, si ce
n’est Iorsque Ia nécessité publique, legalement constatée, Fexige évidemment, et sous la
condition d’unejuste et préalable indemnité.
•
‘
166
FrenchV
2007
Unit 3—Revolution, Symbols of France & Immigration
Time Period —4—5weeks
Objectives
> Students will be able to describe different stages of the revolution (la Grande Peur, la
constitution / la monarchic constitutionnelle, Varennes, la guerre avec l’Autriche,
proclamation de La Républiqu, execution du roi, La Terreur, execution de la reine, fin de la
Révolutioñ 27 juillet 1794).
> Students will be able to explain changes brought about by the Revolution, and state if they
were long-lasting or short-lived (abolishment of religion, perpetual calendar, égalite totale,
les departments, système metrique, flag, national anthem).
) Students will review and expand their knowledge of pronouns.
) Students will consider what it was like to live during the Revolution as they read accounts of
events at the end of the Revolution.
> Students will recognize the important role immigrants have played in France.
> Students will analyze the problems surrounding immigration and will create a possible
solution.
—
.Vocabulary
> immigration vocabulary.
Grammatical Structures
> Students will learn how to use possessive pronouns.
> Students will expand their knowledge of relative pronouns.
) Students will review simple and compound interrogative pronouns, as well as interrogative
expressions.
> Students will learn the forms and uses of the definite and indefinite demonstrative pronouns.
167
FrenchV
2007
Unit 3—Revolution, Symbols of France & Immigration
Suggested Activities & Assessment
Reading
) Trésors du Temps Neuvième Etape: Une sanglante Revolution. Students will gain an
understanding of how tumultuous the French Revolution was.
> ‘Trésorsdu Temps Neuvième Etape: Vie et Littérature selections which give perspective on
the final hours of Louis XVI.
> Students will read selected articles on immigration and racism in France.
—
—
•
Speaking
) Students will discuss the contributions of immigrants to this country and to France.
> While viewing Danton, students will answer questions about the film in order to ensure
comprehension.
Listening
) Students will view the French film Danton.
‘Students will listen to their peers discuss immigration and will respond to questions and
reactions.
Writing
> Students will continue in the role of a prominent character of the French Revolution. They
will write a second journal entry from that person’s perspective. This entry will pertain to the
end of the Revolution. The teacher will provide a list of characters as well as a list of possible
journal topics.
> Students will write about an immigrant who made a major contribution to their host country
(either France or ‘theUnited States) OR students will suggest a solution to the problems
surrounding the immigration issue.
Grammatical Practice
> Trésors du Temps Neuvième Etape: Application. Complete activities A
—
—
L as assigned.
Assessment
> Students will be given a quiz after completing each section of the unit (history, readings,
grammar, culture). The quiz will consist of any combination of the following questions:
true/false, multiple choice, matching, fill-in the blank or short answer.
> At the end of the unit students will demonstrateproficiency of the material studied either by
taking an exam that covers all the elements of the unit or by creating a project that ties the
elements together.
.168
Articles on
Immigration
169
AmDassaQe
aerranee auxt2ais-urns
-
LImmigrau
on
en rrane
rage i
01 L
L’IMMIGRATION EN FRANCE•
•
La Franceest depuis Iongtempsun pays d’immigralion,qul a connu deux grandesvagües d’immigrationdans
tes annees vingt et les annéessoixante.Après Ia PremiereGuerre mondiale,Belges,Polonais,Italiens,Nord
Afticains Indochinoissont venus augmenter Ia populationactive, trés touchée par Ia perte de 1,4 million
d’hommesjeunes et le nombredinvalides. A partir de 1945, afln de pallier Ia pénurie de main-dceuvreet de
répondreaux besoinsde léconomie en pleineexpansion,Immigration des Espagnols,Portugais,Africains,et
•surtout, Maghrébins, a été encouragee. Aprés 1974, Ia crise éconorniquea entrainé larrét official de
limmigration,sauf pour les cas de regroupementfamilialet de droitd’asile.
•
Connaltrelenombre des irnmigrésest difficileparceque les enfantsdimmigres nés en Francesont Français.Au.
dernier recensementde 1999, 4 310 000 immigres,dont les ongines geographiquessont de plus en plus
diversiflées,ont eterecensés,soit 7,4 % de Is population,proportionconstantedepuis 1975.Plusdun immigré
sur trois est de nationalitéfrançaiseet les naturalisationsont doubleen dix ans.
Essentléllementmasculinelimmigrationrépondaitautrefoisa un besoinde main-d’ceuvre.Aujour-d’hui, elle est
souventliée au regroupementfamilialet requilibrehomrnes/femmes
est atteint
Présde deux immigréssur trois residentdans une aggiomérationde plus de 200 000 habitants,seulement3 %
viventdansdes communesruratesalors que 37 % sontinstallésen regionparisienne.
Les immigres sont priricipalementouvriers dans Ia construction,lindustrie automobileet les services aux
entrepnses,alors que tes femmes immigréesse retrouventdavantageparmi les personnelsde servicesdirects
aux particuliers.Itssont donc plus touchespar le chôniageque le restede Ia population,lesfemmes encoreplus
que les hommes.
L’accêsdesfemmes immigréesau mondedu travail a bouleverséles modesde vie des populationsimmigrees.
De plus en plus de femmesactives etrangeresadoptenttes mceursdes.fernmesfrancaisesmettanta mat les
•
modèlestraditionnelsdes rolesmasculinset fémininsde teur pays d’origine.Les Jeunestitles réussissentmieux
al’écoleet trouventplusfaalernentdu travail.Aduttes,ellessontde plusen plus nombreusesa oserun manage
mixte,voirel’unionlibre. EtlesutilisentIa contraception,ont momsd’enfantset les naissancessent plUstardives.
• Elles encouragentléurs enfantsdartsles etudes,si bien qua situationfamilialeet sociale identiquele taux de
réussitescolairedes enfantsdimmigres est egal a celui des Françaisde souche; Ia maltrisedé (a langue,qui
• dependdelancienneté de I’immigration,est un facteurdeterminantde réussite.
•
Les immigresrencontrentsouventdes difficultésd’ordreculturel: Ia religion,les codesde conduite,les rapports
d’autonté au sein de Ia famille ou du groupe sont autant d’élémentsqul se heurtent a une réalité culturelle
différente.
•
Une majorité dentre eux surmontentces problèmesen se créant une identité intermediaire,conciliantleur
identité d’origineet (‘integrationdans Ia sociétéfrancaise:Ainsi, les jeunes Beurs,jeunes Maghrebinsties en
Francede parentsimmigres,parlentarabeavec leurs parents,maisle francaisestconsidérécommeleur tangue
maternelle.Its conserventquelquespratiquesre
ligieuses comme le ramadan ou les interdits alimentaires,ils
maitrisentles codesculturelsdu paysdaccueil sans abandonnerleur cultured’origine.Contrairementad’autres
pays d’Europe,on assisteen Franceade véritablesmélangesentrepopulations.
•
Pourtantl’image de cette integrationsitencieuseet majoritaireest assonibrie par los problémesexistantdans
certainescites de banlieues.Dartslos annéessoixante-dlx,les Françatsde soucheont quitté les cites pour, le
plussouvent accédera Ia propriétédartsdes Ileux plusconfortables.Lesfamilles immigréesles ont remplacés
•
http://v.ww:ambafrance-us.orglfrlaazJimmigration asp
170
7/2/2007
moassaueaerrance auxirais-ums
-
rage z or
L.Immlgrauonenrrance
Ia situations’est degradee:Ia violence
dansles cites, maisavecIa montéedu chömageet’lacnseeconomique
est apparueet les crimeset incidentsa caractèreracste se sorit multiplies.Certainsen arriventa refuser
dansI’integrisme
les promessesd’un.monde
meilleur(20% d’entreeux).
et cherchent
rintégration
islamique
Le sportdevientun desbiaisde l’intégration;
lesjeunesissusde limmigration
tine
y trouventunencadrement,
hygienede vieet des regles,tineidentification
avecunquartierouunecite.Uspeuventégalernent
y rencontrer
Ia réussite,et ii y a de plusenplusde jeunesissusde l’immigration
parmilessportifsprofessionnels.
Immigresselonle paysde naissance
Pays de naissanceIlEnsembleFrancais par acquisition jlEfrangers
308 527
114
Ensemble
1934758
Europe
dont:
316544
Espagne
-Italie
380798
570243
Portugal
t692 110
Afnque
dont:
575740
Algerie
Maroc
521059
Tunisie
201 700
Asie
550166
dont:
50526
-Cambodge
Viêt-nam
12318
175987
Turquie
(Source: INSEE recersemerltde 1999.)
-
-
-
-
111554939
II 753 588
2
112364
1162394
172505
?10529
115755
510738
144039
170269
454488
1181372
.
.
156856
133405
80987
20 671
418884
387654
120713
329495
30589
53884
26759
19937
18434
149228
.
-
d’Emmanuel
et chercheur
a l’université
de Bourgogne.
.fjap
çj.jrngp
Peignard,sociologue
Lesopinionsprésentees
danscetartidesontuniquement
cellèsderauteur. çy
fj
D
Ambassadede France aux Etats-Unis
hap ://www.ambafrance-us.org/fr/aazfimmigration.asp
S
171
7/2/2007
.AY1W.SS.ff
Lt
xpress
rolTnalImpnrnaole Lt
rageiori
-
rouvcz
Hc1
LEXPRESS
r
Juiliat 2007
tonic l’info
an quotidien
.undi 2
L
/2OO5
17/O
u
xprc
L’E
LaP,an doLfl cholsir s.s Immigrés?
M
—
Ss
V
ii i$s ThIOioy
Coflfront A
une
rdle
tornent
sa poiltique
de main-dceuvre
qu’alifiée, notre pays va-t-li réorlentdr
migratoire? Trente ans aprês Ia ioi encadrant I’entrée des
iv&l$cur
tv
Atrangers, des voix sélèvent
pour réciamer, A I9nstar de nos volsins
ur*pôens,
une adaptation des textes aux besoIns êconomiques de I’heure. tin chantier
voire expiosif, dont les critêres de selection ne constituent pas Ia moindre des
t,
dA$le
pénurle
difficultAs
aigreses2,45 millionsde chômeurs,Ia Francemanquede braset de cerveaux.Au dernlerpointage
de iAgencenatlonalepourI’emploi,237 000 postes restalentdésespérément
vacantsa Ia fin de ran
dernler. Wanted: macons,électriciens du bâtlment, routlérs,culslniers, serveurs, lnfirmlères et
sages-fernmes.Côte cols blancs, a rheure oâ les gros batailions des baby-boomerscommencent a partir a Ia
notre système éducatif ne produltpas assez de dlpl&rids. 20% des jeunes quittent rdcole avec
,
retralte
seuiementUnCAPCUUfl BEP- 2 foisplusque Ia moyenneeuropêenne.
Sommaire
•
Christian Baffy Envisager dabord toutes es autres solutions:’>
Malek Boutib : ‘>D?sconditionsdentrée enfonction dela nature du séjour
Dominique de Viliepin : Lutter contre immigration irrégulière est Unprdalablei.
Catherine de Wenden Renouer totalement avec immigration>’>
Odile Beiliouin : >Ne pas traiter a question a travers nos seuls besoins
>’>
Michel Gevrey >RéguIariseres travailleurs “Invisibles
>
Dominique de Villepin, minlstre de rlnterleur, pense ddtenlrla solution: et Si ron embauchait des travalileurs
étrangers pour faire dune pierre trols coups - boucher los trous.sur ie marché de remplol, remplir le reservoir
national de compétenceset doorier in coup dejeune ã.une population vieiflissante?Malsattention: loin douvrlr
toutes grandes ses frontlères, Ia France cholsirait los postulants en fonction de ses besoins. Même avec ce
bémol, cest touteIa politique migratoire françalsequl sen trouveraft bouleversée.Etroitement encadréedepuis
1974, limmlgratlonlegate de travail so fait désormaisau rompte-gouttes.Lesentréesde salaries munisdun
contratde travailsupérleur a un an sont tombéesde 20 000, en 1992, a6 500, en 2003.
ImmigrationchoIsIe* ou séIectIvea, ridee nest pas vralment neuve. L’OrganisatIon des nationsunleslavait
auralt bosomdo 760 000 Immigrespar an pour
dégaineeIa premiere vollà dnq ans. La France, estk
’nait-elle,
maintenirlequlllbreactuelde 4 a 5 actlfs pour 1 retralté. Une projectionaussidécotifanteque farfelue, selon
de nombreuxdémographes.En novecnbre2002, ie Commissarlatgeneral di plan y ailait de so propreanalyse.
Conclusion:20 000 mIgrants suppláiientaLres seralenft nécessatres chaque année afin dassurer le
renouvellementdes génératlons.Pourles expectsdu Plan, ii lallalt réorlenter Ia poiltique dimmlgratlonen
affichantdairementles
besoinsdo reconomlea..
Dansin rapport pubilé fin octobre 2003, le Conselléconomlque
•
et socialrecommaridait,a son tour, d eouvrtrdavantage sos frontIères a une e
nmigration contrôléeet
ma?trisée*et préconlsaft
de faireentrer 10 000 étraogersdo pluschaqueannée.
Alorsque Ia Commission
do nosvoisinsont prisune longueur
européennepianchesur le sujet, quelques-uns
d’avancedansIa courseaux talents. A commencerpar le Royaume-Uni,
qul organise desSalonsde recrutement
horsde ses frontlérespour dénicheries lnformaticiens,cadres finanders et expectsen biotechnologle
qul lul
font défaut. Depuisrentree en vigueur de so nouveile legislation sur rm
le ler Janvierdernier,
ation,
mig
falt losyeuxdoux,eOnaussi, aux travalileurs &rangers quailflés.
l’Allemagne
En France,on en est encore loin. Polltlquecnent brOiantet soclalementexplosif,le sujet divise. Et Ia controverse
ne fait que débuter.
_________________
k
‘4a
.i
Al
g
LACTIJ:MondeI FranceI RegionsI EcononueI bourseI SportI ScienceI
High-tech Photos& Videos I Débats
& Blogs
LEMAG: Mode(s)I SaveursICIné&spectacles lVoyages
I Uvres
El VOUS: EmplolI ForumI Rencontres.lEmailgratult I NewsletterI RSS
http://www.Iexpress.fr/fonnatimp/default.asp?idcontenu=43
1273&typecontenu=0&url=http%3A/f...7/2/2007
172
ciu.
.. 1LUUH
i.
I4UOil
iu r i aui
.c
ritge
i vi
h
0
Rebonds
Le débat sur I’Identlté nationaleest une régressiontanthistonque que politique.
sertLaFrance
L’immigration
ParLaurentMUCCHIEILI
QUOT
E
D
N
: vendredi13avrit 2007
Laurent‘Mucchieth
socio(ogue.
Licientite nationatenest pas un tabou que sespromoteursaura
le couragedenfreindre. Void au contraireprèsde
ent
vingt-cinqans quoLonne cesseden parlor dansto débat pubLicfrancais. Lextrémedroite sen est emparéeau debut des
années80, et cest son fondsde commerce
depthslors. Maisunepartie de Ia droitey a toujoursété sensthte,
et a toujours
tire surcette cordedansunbut e[ectorahste.A-t-on oubbe Lospetitesphrasessur ie seuil de tolerancedépasséet sur “le
bruit et les odeurs
Chirac? Ladroitenen a du testepas Lemonopote
prononcéesen juin 1991par... Jacques
,
complet,
laborleusementexctu par le Patti
comme los proposcfunGeorgesFréche (présidentde (a regionLanguedoc-Roussillon,
nabuse doncpersonne.
témoigné.Lastratégiede NicotasSarkozy
socialiste)enontdepuistongtemps
Que cette stratégiesoit étectoratement
payanteest probable.Un recent sondage(13-15mars)indique ainsi que los
de flclentlténationaLequasiUnanhrnement
sympathisantsduFrontnational approuventtidée dunmirnstère
et quoceuxde
UJMPIa soutiennent plusdo 80 %. Suiventtessympathisants
do (1JDF
qui sontcfaccord environ60 %,tandisquo Laptupart
• des sympathisants
despartis de gauchedésapprouvent.Ainsi(a:peuret le reptisur soimenaceraientde.(emporterchezune
• majoritéde viesconcitoyens,pourtant pästous xénopliobes.Aussivoudrait-ondormer quatre argumentssupplémentaires
pour Lesconvaincre
quo cette idée dun ministèrede fldentité nationaleetiou do flmmigratlon constitue une temble
regression.
a
•
a
Premièrernent,quon te veuit[eou non,lidée dunministèrede ce typerappeLteune autrepériodedo thistoire de France:
losannées30. Appetéspour reçonstruireet repeuplerLaFranceaprèsLabouchenedo 14-18,Losétrangersétaient plus de 3
• miLLions travailter dur dansIa Francedo Lépoque,Itabenset Polonaisen téte. Maisquandvint Ia crise, le châmage,La
misère et Ladélinquance,ators on vie voulut plus des .rnétèques
Laxénophobiepoputisteso déchaIna,au nom de...
..
Lidentité nationatemenacée.Lesétrangersfurent ai
im los boucsémissawesdo Lacrise et do ce quo certairisappetaient
(déjà) Le.déctin do LaFrance
...,
avant que te vieil antisémitismerevennese rnêLer Lapartie et quete régimede Vichy
realisefinatementLasynthèsedo touslos racismesau nornde (déjàaussi) LaFranceaux Français-.Rappetercola, ce nest
pasfaire tinprocèsdintention quiconque;maissignifierqtion viepetit prétendrepuiseren toute innocencecesexpressions
dansLamémoirecoLlective.
.
a
a
a
•
Deuxièmement,apresLesommetde barbanequo fut LaSecondeGuene mondiate,it so trouvatinegénérationdhornmeset
de femmespotitiquéspour comprendrequecétaient notammentlosideologiesnationaListes
qui nousy avaientmenés.Ceux
là inventèrentte réve européenet commencèrent te faire exister. Ce réve est aujourdhui en panne. Mais(a voledu
des nationatismes,Larechercheduneidentitécommune
quifasse
progrs demeurecello quits tracèrent: te dépassement
uns dansLosautres,sansque ceta impliquequoton renieon quo ton
quoton puisseso reconnaItrelos tins Losautres,Les
vies identitésindividuettes.
renonce quoiquece soit davistesmultipLesfacettesdoce quiconstitue
a
a
Troisièmement,Lamodemitésocaracténseprécisémentpar Ia reconnaissance
et Lavalorisationdo Ia pluratitédesétéments
qui constituenttidentiteindividuelle. Nossochétéssocomposentdo personnesqul so définissentpar des genres(je suis
femmeon homme,hétérosexueL
,
on homosexue
(je suisfits ou flutedun tot dont jai hénté bien
par des IignéesfamiLiaLes
deschoses),par des org nesg ographico-cutturettes
(je suisde toRe origme qui a forge tine partie do mesgoôts, de mes
do mescroyances),parfois par des theuxde vie on encore par des professions,bref par
habitudes,do messensations,
nationaleen fait bien entendupartie Josuisaussifrançais,
• lappartenance descommunautésmuLtiples.Lacommunauté
.
pétri dune histcnrequi a eu sos honteset sosgtoues. Jo me sonségaLementcheTmoi
en France,jaime mon payset,
je reganieunecompetitionsportive,je peuxdire .cpietomoiLteur
gagne, máisje vibre évidemrnentpour Léquipe
• torsque
de.France...Cettecommunauté
nationalemeconstitue,maisetlenest paset nosauraftêtre (unique,viiméme(a principate
do mesappartenances,en tout caspassietleécrasetoutesLosautres.Lamodemité,cest LapluraLitédesidentités. Certes,
actueUesocaráctériseincontestabLement
• Lépoque
par undeficit d’identitécommuneet par unquestionnement
surLedésir
et sur Lesconditionsdu vivre ensemble.Matslidentité nationalenen est pas le rernède,cest tin pLatréchauffédevenu
rance,costtineidéeétnquée.
a
I8
http://www.liberation.fr/rebonds/2472
.FRphp?mode=PRINTERFRIENDLY
i
3
7/2/2007
Limmigranon
sen iarrance
rage z or z
ée
Enfin,quathèmement, LaFrancenest pas une ‘nation préconstituéequl serait mena
par des étémentsexogènes
appelés-immigrés’.. Cest urie pureillusionet un mensongehistorique. II taut regarderLaFrancede 2007peur ce queUe
Et it taut ce
de considérerque limmigrationest en soiun
est: une soclétémultiraciale et en partiemulticulturelle.
er
Commelont montréLashistoilens,LaFranceest un payscfimrmgration,qui na cesséde se constituerdanset
’..
.problème
quisoot venussy installeret y fairefamiLle.Limmigration
a toujoursété unechanceet une
par Lasmillionsdimmigrants
démographique
Et ce qu a
ressource.Aujourdhuiencore,LaFrancedoltsondynamisme
aux demièresvaguescflmmigrants.
cfexisteret de réussir,ce nest pas tadhésiona Lamythotogienationatisteni LaLecture
permisa ce -creuset français
émerveil[éedesaventuresdAsténxLeGautois CestIa capacitédu paysaLesintégreréconomiquernent,
scolairementet
Le-désir cfintégration.desimmigrés(pourquoicroit-onqu’ilsont
potitiquement.DeslorsLaquestionnestplusd’interrqger
migré?Pourresteren margedesautres?), mais dinterroger le projet do (a sociétéd’accueit.Sommes-nous
de
capabLes
docomprendre
capables
que (école
• reinventerunsystèmeeconomiquequldonneuneplaceatoutLemonde?Sommes-nous
et sanctionnerles inégalitésdodepartentreles
nepeut pasétre Ia matiice de Lacitoyennetési cUene fait quereproduire
• families?Sornmes-nous
capablesdo réinventerun compromisrépublicainqui respecte(a pluralitédesidentités tout en
dormanta chacunle désir et les moyensde participeraLécrituredundestincotlectif?
...
Cestsur des questionsconstructives
de Cegenrequeton aimeraitentendreréftéchircetleset ceuxqulprétendentpresider
anotredevenir,ptutôtque de Lesvoir,arimagedomessieursLe Pen,de Villierset désormaisSarkozy,instrumentalisertes
aurisquede Lesfigerdavantageencoreet definir par nousdresserLasunscontretesautres.
peursde nosconcitoyens,
http:Ilwww. liberation.frf rebondsI2472l
8.FR.php
© Ubération
1iberation.fr/rebonds/2472
http://www
18FR.php?mode=PRINTERFRIENDLY
174
7/2/2007
H
Lists of
Famous Immigrants
in Franceand
in the United States
175
Famous Immigrants;
These immigrants are not only FAMOUS but they have made many contributions to the United
States and our identity as Americans. There are many firsts that these famous immigrants bring
to our country. Our ethnic diversity is our strength. It gives us strength to overcome historical
boundaries and work together. Let’s look at and celebrate their contributions to our country.
Click on the names below to find out MORE about these famous immigrants and their
contributions to our society.
Mary Antin (Russia)=Writer
Isaac Asimov (Russia)=Writer
Charles Atlas (Italy)=Bodybuilder
John J. Audubon (French West Indies)=Omithologist
Mikhail Baryshnikov (Lätvia)=Ballet. Dancer
Alexander Graham Bell (Scotland)=Inventor
Irving Berlin (Russia)Composer
Dr. Elizabeth Blackwell (England)=First Woman Doctor of Medicine
• Andrew Carnegie (Scotland)=Industrialist
•Claudette Colbert (France)Actress
rt
Alb
Einstein (Germany)=Physicist
Greta Garbo.(Sweden)=Actress
Marcus Garvey (Jamaica)=Activist
• Emma Goldman (Russia)=Activist
•
Bob Hope (England)Comedian
Al Jolson (Lithuania)=Jazz Musician
Elia Kazan (Turkey)Director
Bela Lugosi (Hungary)=Actress
Martina Navratilova (Czech Republic)=Tennis Player
Akeem Olajawon (Nigeria)=Basketball Player
Mary Pickford (Canada)=Actress
Knute Rockne (Norway)=Football Coach
Levia Strauss (Germany)=Entrepreneur
• Baron Von Trapp (Austria)=Singer
modified from http://www.geocities.comllothropinimigrationlFamousimmigrants
176
I..
II
nceGuide
rectory I FriendsI Forum I Gallery I EuropeGuide
>
IE EupediaTaD> FranceGuideToD
Famous French people
I
—
FamousFrenchpeopleof Immigrantorigin
ofimmigrant
origin
Franceis an incredibly multi-ethnic country by Europeanstandards.At the crossroadsof
Europe, it has an ancient Celtic, Latin, Basqueand Germanicheritage. Over 10% of the
population of Franceis foreign, and almost one fourth comesfrom recent immigration (i.e.
including childrenor grand-childrenof immigrants). Hereis a list of a few famous ones.
Writers & Philosophers
born in Rometo a Polishmother and possiblySwiss-Italianfather
• GuillaumeAoollinaire
,
(birth name Wilhelm Albert Vladimir ApollinarisKostrowitzky)
• EmmanuelLévinas,bornin Lithuaniaof Jewishparents.
• Henri Trovat
,
son of Armenian immigrants from Russia(birth name : LevonAsIan
Torossian)
born in Algeria, into a SephardicJewishfamily.
• JacauesDen-ida
,
iticians
ierré Béréaovov
born of Russianparents.
,
born in Turkey of ethnic Armenian parents.
EdouardBalladur
,
• NicolasSarkozv
,
Hungarianfather, and Frenchmother of GreekJewishorigins.
•
•f
Singers
S
born of an Italian-Algerian mother and a Frenchfather.
• Edith Piaf
,
• CharlesAznavour
,
son of Armenian immigrants(birth name : ShahnourVaghinagh
Aznavourian)
,
• Serae Gainsboura
son of JewishRussianimmigrants.
Italian mother..
,
•. Claude Francois
born of a Belgianfather and a Frenchmother (birth name : Jean-Philippe
• Johnny Hallvdav
,
Smet)
born in Bulgaria,daughter of a Bulgarianfather of Armeniandescentand a
• Svlvie Vartan
,
Hungarianmother.
born of an Italian father and an Armenianmother (real name : Hélène
,
• HélèneSéaara
Rizzo)
Actors/Comedians
naturalisedFrenchactor, born Ivo Livi in Italy of Italian parents.
Yves Montand
,
born in Paristo a Frenchfather and an Englishmother of Irish descent.
Jeanne Moreau
,
Jean-PaulBelmondo
Sicilianfather.
,
Jean Reno,born of Spanishparents in Casablanca,Morocco(real name : Juan Morenoy
rera Jiménez).
abelle Adiani
born to an Algerian father and a Germanmother.
,
born to an Algerian father and Frenchmother.
amy Nacerl
,
born of Moroccanparents.
• amel Debbouze
,
•
•
•
•
177
_____
S
Sports people
• Alain Prost
partial Armeniandescent.
,
born of Sicilian parents.
..
JeanAlesi
,
born of Camerooneseparents.
• Yannick Noah
,
lnedine Zidane
,
son of Algerianimmigrants.
many other football players.
Copyright © 1999-2007 1poan Reference All Rights Reserved.
About EuDedia- Privacy Statement - Terms of Use - Contact - Advertising
H 178
FrenchV
2007
Unit 4—Napoleon & Poetry
Time Period
—
5—7 weeks
Objectives
> Students will be able to explain how Napoleon came to power.
> Students will be able to describe governmental changes attributed to Napoleon ( Le code
Napoleon, universities / lycées, departments, La Legion d’honneur).
> Students will critique Napoleon’s downfall and will be able to describe the last 10 years of
his life.
> Students will review structures (including pronoun use) for verbs of communication and
expression.
) Students will learn how to use Indirect Discourse.
> Students will be able to describe some basic elements of poetry (types of poems, types of
rhymes).
> Students will read and analyze selected French poems
Vocabulary
poetry vocabulary
Grammatical Structures
> Students will review how to use verbs of communication for information and orders/requests.
> Students will review how to use verbs of expression as well as learning some additional
verbs.
> Students will learn how to form and use indirect discourse. This will allow them to talk about
what they read or heard.
179
French V
2007
Unit 4— Napoleon & Poetry
Suggested Activities & Assessment
Reading
) Trésors du Temps Dixième Etape Un peu d’histoire: Napoleon et le debut du XIXe siècle.
Students will become aware of Napoleon’s ascent and decline, as well as be able to recognize
his contributions to government.
> Trésors du Temps Dixième Etape Vie et Littérature Students will read “Le Retour de
Russie” by Victor Hugo and “Le Lac” by Alphonse de Lamartine.
> Students will read additional poems selected by the teacher. The following texts will be used,
and contain information about several French poets as well as a sampling of poetry:
DUFAU Micheline, D’ALELIO Ellen. Découverte du Foème: Introduction a
1‘explication de textes. New York: Harcort, Brace & World, Inc. 1967.
HURTGEN, André 0. Tous les poèmes pour le cours avancé. White Plains, NY:
Longman Publishing Group, 1992.
—
—
Speaking
> Students will recite a poem for the class.
Listening
> Students will listen to selected poems recorded as pod-casts at the following site:
.
http://www.lea.rnfrenchinboston.comlpodcastl
They will also listen to their classmates recite
poems.
> Students will view the film Cyano de Bergerac.
Writing
> Students will create a poem.
> In groups of two three, students will write about a poet and one of their selected poems (the
same poem they recite in class).
—
Grammatical Practice
> Trésors du Temps Dixième Etape: Application. Complete activities A
—
—
F as assigned.
Assessment
> Students will be given a quiz after completing each section of the unit (history, readings,
grammar, culture). The quiz will consist of any combination of the following questions:
true/false, multiple choice, matching, fill-in the blank or short answer.
> At the end of the unit students will demonstrate proficiency of the material studied either by
taking an exam that covers all the elements of the unit or by creating a project that ties the
elements together.
180
Poetry Vocabulary
and Steps for Analysis
copied from:
DUFAU Micheline, D’ALELIO Ellen. Découverte du Poème: Introduction
1‘explication de textes. New York: Harcort, Brace & World, Inc. 1967.
(pages xiii xvi, 3 19).
—
a
—
HURTGEN, André 0. Tous les poèmes pour le cours avancé. White Plains, NY:
Longman Publishing Group, 1992.
(pages xiii, 1 5)
—
181
Introduction
to theStudent
The explication de textes is a method of literary analysis in the sense that
it entails a structured approach to reading a literary text,
analyzing it, and
expressingone’s observations and perceptions about it.
In the more detailed chapter that follows, the six major divisions of the
explication will be outlined in full. Before you proceed to that, however,
consider carefully the steps you will follow in organizing an explication.
PREPARATORY STEP
Reading the text to be explicated is the first step in preparing an explica
tion. Read it several times. Read it aloud. Look up in a good French dic
tionary every word about which you are not absolutely sure. You must be
aware of all the nuances that the author could have had in mind in choos
ing his words. Make sure, too, that you understand the grammatical con
struction of the passage.
WRITING
THE EXPLICATION
Allow adequate time for writing the explication. You will need time to
feel at ease with the text, to appreciate fully the meaning and art of the
poet. It is impossible to prepare a good explication under pressure.
”
xi
with
Situation
The first part of the explication is a discussion of the situation of the
text you are explicating. In most cases this involves a simple statement
identifying the title, author, date, and volume of poetry from which the
poem is taken. In some cases, however, it will be necessary to include in
formation about the ircumstances under which the
poem was written.
Any information of this kind that you will need has been presented with
the poems in this book. If you do not.:find such iñfdnñatioñ *ith certain
poems, you may assume that it is not essential to your explication. Be brief
and to the point in this part of the explicatión. This is
not the place for a
short history of French literature or for a
biography of the poet.
For,ne
.
The second part of the explication is a description of the form of
the
poem, which in a good poem is closely related to its content. As you will
learn in studying the next chapter and in consulting the
chapter on French
versificahon, this part of the explication follows a set pattern that will,
practice, become automatic.
00
Sujet
In this part of the explication, state as concisely as possible the meanin&
of the poem
Although the sujet is presented third in a written explication,
.
will
find
that you will be able to state the sujet only after preparing
you
the detailed analysis of the poem, because it is only through .this analysis
that you will come to understand the meaning of the.poem.
Analyse
.
,.
.
.
The fourth part of. an explication is the detailed analysis of the poem.
This is the most. difficult part of the explication because it involves.analyz
ing the poem line by line, often word by word, in order to discover not
only what the poet is saying but how he is saying it.
The most fruitful way of preparipg the analyseis to answer
.atte
PiThy has the poet chosen this word rather than a more
common word? ‘Whyhas the poet interrupted the rhythm of the line of
poetry at this particular point? Why has he described a person or object
in these terms rather than others? Wly has he chosen this noun, this verb,
this adjective, this image, this color? \Vhy has he used unusual word order?
______
xiv
rdwhat
e
of ‘ocabulary indicate his attitude t
How doesthe poet’s choi
in
arid
other
attempt-’
these
ahd
questions
he is iriting? iii askin yourself
thé
’béc
seilsitive to the poet’s intentions and.
ing.to answer them, you will
art.
In order to do this questioning well, you must learn to relax with the
text. You should not treat it as asacred object, but should, instead, feel
free to interrogate the choice of vocabulary, imagery, structure, word order,
punctuation—everything the poet has used to create his poem. Do not
hesitate to quote directly from the poem to illustrate your points..
The section in the next chapter devoted to the analysecontainsa series
of. questions that you might apply to a text you are explicating; Obvi
ously, every poem is different, and not all the questions will apply t.9 each
poem The questions are therefore intended as guidelines for possible areas
of investigation. You will, of course, think of other questions that are
more applicable to a particular poem.
The poems presented for explication in this book are divided into three
parts. In the first and second parts, each poem is accompanied by a thor
These questions are
ough set of questions based specificallyon that poe
n.
meant to serve as .guideliñès in your reading of the poem and in yOur
preparation of the analyse. In the first part a sample explication follows
each set of questions. You will formulate your own questions and;struc
ture your own explications for the poems presented in the third part.
In answèrfrig the questions presented in the book or those yoC have
formulated, keep in mind the following points:
.
.
-.
1. In many cases there is more than one possible answer to a single
question, just as there are several possible good explications: for a
single poem. It is important, however, that you base your answers to
the questions and your interpretation of each poem on what yo rid
in the poem itself rather than on some subjective flight of fancy. Try
to present an intelligent, sensitive analysis of what the .poet is saying
and how he is saying it.
.’ious to one
2. Do not be afraid to state the obvious: What sems ob
another.
obvious
to
be
reader may not
will
3. An analyse is not a résumé or paraphrase of the poem. As you
the
.bqok,
in
you
presented
the
questions
see when you begin to study
but
its
the
of
the
main
thought
poem,
are to point out not only
well.
devices
as
and
of
poetic
expression,
nuances, mode
Conclusion
.
The :last part Of an explication is the conclusion, in which you sum .p
attention to the major themes
your analysis of the poem, paying particular
xv
I
and principal techniques of the poet. In this part of the expli
tion
you
may include your subjective reactions to the poem and your evaluationof
the poet’s success in the treatment of his subject.
To sum up:
Lecture
1. Read the poem carefully.
2. Use a dictionaiy for secondarymeanings.
3. Read the poem a number of times.
4. Read the poem out loud.
Sitvation.
Be brief. Present only infonnation that is pcrtinent to the text in ques
tion.
Formo
Follow the pattern indicated in the section on the structure of an ex
plication. Consult the section on versificationwhen necessary.
00
Stqet
State as conciselyas possible the principal intention of the poet.
Analyse
1. Ask yourselfquestions about the text.
2. Baseyour answerson what you find in the text itself.
3. Do not be afraid to state the obvious.
4. Keep in mind that an analyseis not a resumé or paraphrase.
5. Quote directly from the text when necessary.
Conclusion
Summarize your study of the text. Present’your subjective reactionsto
the text.
Your firstseveralexperienceswith explicationsde textes will undoubtedly
be difficult.You will find that with practice; however,“the method of the
explicationwill become automatic, an integial part of your readingprocess,
and’ it will make your reading of any text in any language richerand more
meaningful.
xvi
Structuredel’explica
tion
et questions
rales
n
g
LECTURE
Lisez le poème soigneusement. Ne laissez pas passer de mot que vous ne
compreniez pas. Très souvent en cherchant un mot dans un bon diction
naire, vous trouverez qu’il peut avoir plus d’une signification. Vous aurez
ainsi l’occasionde choisircelle qui vous semble Ia meilleure dans le contexte
uvre étudiée.
de I’
Lisez Ic poème plusieurs fois. II est essentiel que vous connaissiez votre
texte afond pour preparer une bonne explication.
Lisez Ic texte haute voix. C’est une des des qui vous permettra d’ac
ceder a une meilleure comprehension du poème. Cette lecture vous per
mettra de mieux sentir Ic rythme qui est un élément fondamental du ton du
poème. Elle vous permettra aussi de remarquer les sons les phis marquants
dont l’emploi est aussi lie au sens du texte. Un poème dans lequel l’auteur
a choisi d’employerbeaucoup de voyellesnasales fait un effet très different
de celui produit par un poème oii dominent des voyelles comme i ou
Dans un bon poême ces sons dominants sont en relation étroite avec Ia
signification totale du poème. Ce n’est qu’en lisant a haute voix, en
respectant Ia ponctuation (Ct, iaoi Ic poète n’a pas ponctué son uvre,
en essayant d’imaginercc qu’elle pourrait étre), que vous serez en mesure
d’appréciercette dimensionessentiellede Ia poésie.
SITUATION
Renseignementsessentielsdans l’explication
d’un poême entier
Qui est I’auteur?
Quel est le titre du poèzne?
3
Quand et dans quel recueil a-t-il été publié?
Y a-t-il des circonstances particulières qui oñt joué un role dans Ia créa
tion de ce poème? (Voir
Demain, des l’aube .) N’insistez pas trop
Th-dessus.
Renseignementsessentielsdans l’explication
d’une partie d’un poêrne
Donnez les renseignement que nous venons de mentionner
ci-dessus.
Dc queue strophe, ou strophes, ou bien de
queue partie du poème
s’agit-il?
Esquissez très bnèvement ce qui précède Ia partie du poème
que vous
expliquez.
&
Pour le plaisir de raconter une histoire?
Pour le plaisir de faire une description?
Pour illustrer uhe leçon, mOrale Ouautre?
Pour émouvoir une personne en particulier?
Pour émoüvoir le lecteur?
d’une .peii
selib
obsédante?
POurrer
ée
Pour exprimer uric certàin vision de Ia vie?
Pour exprimer une certaine esthétique?
Pour exprimer un état dâme?
Pour exprimer tin art de vivre?
Pour:se venger?
Pour s’amuser?
Pour se moquer de quelqu’un ou de quelque chOse?
Pour faire appel aquelqu’un?
Pour le seul plaisir de créer urie uvre d’art?
FORME
Le Genre depoèrne
ANALYSE
.
Est-ce. un poème a forme. fixe? Dans ce cas queue forme est
e?
empIóy
sonnet? ballade? une autre fomie?
Est-ce un poème strophique? Dans cc cas combien a-t-iI de
.strophes?
Combien de vers y a-t-il dans chaque strophe?
Le poème est-il de forme libre?
.
Le Genre de vers
.
.
Queue sorte de versest employee? octôsyllàbe?’alexandrin?un autré vers?
Le même vers est-il employé constammént?
Le vers est-il libre?
.
C’est Ia partie Ia plus longue et Ia plus détaillée. de l’explication. Explicpiez
ce que dit I auteur Ne faites pas uric paraphrase ou un résumé Corn
mencez par voir si vous pouvez répondre aux questions Dans votre rédac
tion vous ne suivrez pas nécessairement I ordre dans lequel nous présentons
les questions II se peut fort bien aussi que vous n’employiez pas toutes
les réponsesaux questions que vous vous serez posées Certames d entre
elles ne visent qu a clarifier Ic cadre du poème pour aider a la corn
prehension genérale Par exemple, vous verrez que dans I explication modèle
de A sa maitresse , nous n avons pas employé spécifiquement toutes
les réponses aux questions posées sur le texte La façon dont vous em
ploierez vos réponses sen dictée par Ic poème lui-méme Dans ce present
chapitre nous parlons en termes généraux, donc notre ordre est, par néces
site, arbitraire.
Le Genre de rime
La rime est-elleplate? embrassée? croisée?
La rime est-elle masculine? feminine?
La rime est-elle suffisante?riche? pauvre?
Le vers est-ilblanc?
nw
Organisation,du po
Le poème est-ilun rCcit?un dialogue? un monologue? un mélange de ces
procédés?
D’après les themes ou idées exprimés, peut-on diviser Ic poème en plu
sieurs parties?
rentes
Comment ces diff
parties sont-elles reliées ou enchainées?
La transition se faite]le harmonieusement ou d’une façon abrupte?
Avez-vousl’impressiónque le.poème se développe suivant une ligne droite,
en une progression directe et évidente?
.
SUJET
Expliquez aussi brièvernent que possible Ic but que s’est propose Ic poète.
Pourquoi a-t-il écnt son poème?
4
5
Se
-il
ppe-t.
Suivant tine ligne
asceridante, puis deScendante?
Entre Ic debut du
poème et sa conclusion
avez-vousI’impression d’avoir
parcouru ui
-I cercie Coniplet?
Le poème passet.jI
d’une idée générale
une idée spécifique ou vice
versa?
Un incident: ou
one idée spécifiques sont-iIs
general?
présentés dans un cadre
Le poême pose-tjl
une question laquelie ii
répond?
j0
L’argument
do poème rappeljetelle
celle du syllogisme?
Le poème est-il
constrijit de manière
ménager on effet de
Quel role Ia forme
surprise?
(sonnet, bal]ade, strophes
dans l’organisa
j
pas de st:rophes) joue-t-eJJe
du pOéme?
Y a-til des mots employés avec on double sens?
Dans le cas des verbes, quels sont les différents modes et temps employés?
Pourquoi le poète les a-t-il choisis?
Y a-t-il des changements de modes ou de temps particulièrement im
portants?
Quelles sortes de i-riotsdominent ou font défaut? noms? verbes? adjectifs?
adverbes? pronoms? d’autres?
a
La Syntaxe du ome
L’ordre des mots suit-il celui de Ia prose?
Dans queues intentions l’ordre de certaines phrases est-il renversé?
Y a-t-il des constructions qui ont vieilli?
Le Ton di ,5oème
Combjen de voix a-t-il
dans Ic poême?
y
A qui
l1es?
appartjenfleflt
S’il y a one seuje
voix, est-ce que le poête
do poênie? Est-ce
pr&e sa voix tin
qu’iI pane pour Jui-même?
Est-ce qu’iI reste personnage
Le poète parletil
impersonnel?
comme on pane dans Ia vie
de tous les buns? Le
est-ilfamiljer?
ton
Le poète s’amuse
j1?
tij
Plaisan
?
gentimen
Le poète se
Le ton est-iJbadin?
moque-tjJ de quelqu’un ou de
tiquer? Le ton est-iJ
quelque chose pour Ic cr1ironique?
Le poête enseigne
jl
tine leçon? Dit-il comment
faire ou ne pas faire
quelque chose? Le ton est-il
Le poète parle-t-iI de didactique?
grands sent:imen ou de
termes qui ne sont
grands problèm en
pas ceux de Ia conversation ordinaire?
Le ton est-il élevé?
Y a-t-iI d’autres adjectifs
qui peuvent s’app)iquer
sénieux? pathétique?
au
ton? solennel?
amical? impénieux?
moqueur? précieux? Jéger?
a
La Langue du poème
Le poète emploie
-tiI
suntout
Les mots appartiennent.jls on vocabujajre abstrait ou concret?
Ia langue de tous les
jours ou tine langue
plus choisie?
Le poète eniploie
jl
des mots qui ont vieilli, des
archaismes?
Les mots concrets
pourraient.ijs se grouper dans des
categoriesdifférentes
appaztenan par exemple, aux
sens? Ia nature? la maison?
fession? Ia mythologie?
une pro
l’histoire? une autre
catégone?
Les rnots abstrai
5
jj
pourraien
se grouper dans des
partenant par exemple certains
categoriesap
sentimen
ou certaines idées? l’amour?
au stoicisme? Ia
nostalgic? on autre sentiment ou idéc?
a
a
a
a
6
a
a
a
a
a
a
s
Proce’d
stylistiquesdu ote
Le po
te
emploie-t-il des allusions géographiques? historiques? mytholo
giques? httéraires? personnelles?
Y a-t-il on jeu de mots dans Ic poème?
Le poète emploie-t
des personnifications de choses? d’animaux? d’ab
-iI
stractions?
En personnifiant Ia nature, Ic poète tombe-t-il dans I’erreur pathéti
que romantique, allant même jusqu’à lui prêter un pouvoir de sympathie
envers l’homme?
Emploie-t-iI Ia répétition systématique de mots ou de constructions?
QueUes sortes d’images le poète emploie-t-il? Sont-elles heureuses? in
solites? inattendues? habituelles? pittoresques? des clichés?
Ces images sont-elles destinées décrire ou peindre? suggérer? orner?
illustrer?
Est-ce qu’une on plusieurs de ces images sont employees symboliquement,
c’est-à-dire représentent-elles une attitude? une emotion? une croyance ou
uric valeur?
Le poète emploie-t-iI des comparaisons? (ElIes sont introduites par des
mots comme : tel, ainsi, de même, pareil comme, etc.) Par exemple
Le del comme une immense mer étoilée, nesplendissait au-dessus de lui. ‘.
Le ciel, immense
Le poète emploie-t-il des appositions? Par exemple
lui.
men étoilée, resplendissait au-dessusde
Le poète emploie-t-il des métaphores? Par exemple : L’immense men
étoilée resplendissait au-dessusde lui.
Tout Ic poème est-il one longue znétaphore?
Le poete emploie-t-il délibérément tin vocabulaire et une syntaxe dif
ficiles?Le poème est-il herrnetique?
a
a
a
a
a,
7
Effets
ns et de rythmes
Y a-t-il des voyellesqui dominent ou sont répétées?
Y a-t-il des consonnes qui dominent ou sont répétécs?
Quel effet est produit par ces alliterations?
Y a-t-il des onomatopées (des mots qui imitent un son
par exemple,
ronron)?
Certaines rimes sont-elles employees délibérément pour leur son et pour
l’effet produit par cc son?
heurt déplaisant de deux Sons (par exemple,
Y a-t-il hiatus, c’est-dire
au haut de Ia côte)?
Le poète aurait—ilobtenu un effet different s’il avait employé un vers
d’une longueur différente?
Y a-t-il des enjambements et des rejets? Dans quel but le poète les
emploie-t-il?
Le rythme du poème est-il lent? saccadC avec un rythme manqué et
inrégulier?Se précipite-t-il? Ralentit-il? Coule-t-il?
Le rythme et les coupes des vers du poème restent-ils constants dans tout
le poème?
Y a-t-iI des césures ou des coupes marquees? régulières?
—
—
CONCLUSION
Faites un résumé rapide de votre étude du texte. Soulignez particuliêre
ment les themes traités et les procédés employés par Ic poète. Finalement
donnez votre evaluation personnelle du poème, vos reactions. Indiquez cc
qui vous a particulièrement phi ou déplu et les raisons de vos reactions.
Vcrsificcitiofl
de
donnés id sont un point
qui VOUSsont
versificatiofl
de
corn
éléments
pouVOit
Les
savoir pour
cc qu’il faut absohirnent
ce
depart. Its représentent
vous trouverez dans
a technique des poèmes que
VOUS
discuter
avanCées,
et
prendre
etudes de françaiS seront plus détailléS
livre. Plus tard, lorsque vos
beaucouP plus
des traités de versification
pounrez consultet
COMPARE
LE VERS FRANcAIS
AU VERS ANGLAIS
dont la
Cati0fl
versi
anglaise, habitué a une
forts
de
langue
étudiant
de
temps
Pour un
est la tépétition regulière
rnarquailte
man
Ia
plus
vue,
premiere
rCteTiStiqUe
parait,
accentuées
Ia versifiCatioflfrancaiSe
et de temps faibles,
connatt
pas les syllabesconna
rte
cUe
car
t
que
,
rythmique
Au contraire, elk ne
quer d’elément
anglaise.
Ia
poésie
de
et non accentuées
dessyllabes toniques egales.
devious diviser Ic vers anglaiS
Par exemple, si nous
knell of parting day,
The curfew tolls the
niousobtiendrons
The/CUT/f
_
itolls/the/kn€It
vets,
syllabe forte) par
syllabe faible et Ufle
pieds.
(une
iambes
de
cinq
c’est-à-dite cinq
iambic pentametet un vets
dit en anglaiS,an
on
comme
ou,
francaiS
Maintenant prenons un vets
m’en souvienfle.
Et nos amourS faut-il qu’il
obtenons
En Ic divisant, nous
/ vienne,
t-iI / qu’il I m’en / sou
fau
/
/
mouls
/
Et / no / s a
8
9
c’est-à
dire
dix syllabes égales sans accent tonique, on, comme on appelle
de
dix
ce vers
syllabes (ou pieds en francais) un décasyllabe. Remarquez
qu’en français pied est synonyme de syilabe, cc qui est loin d’être vrai
en anglais.
Ce manque d’accent tonique ne devrait pas vous surprendre; vous
l’avez déjà remarqué en parlant français, particulièremerit lorsque vous
cornparez des mots anglais et français de même famille. Considérez, par
exemple, i’anglais general et le francais gó/né/ral ou bien historical et
his/to/rique.
Cela ne vent pas dire qu’il n’y ait pas d’accent du tout dans Ia poésie
française, ce serait bien monotone; cela veut simplement dire que Ia voix
n augmente pas de force en prononçant certaines syllabes comme ii
se fait en anglais. En francais les accents que vous rencontrerez seront
d’abord des accents de longueur. Vous savez déjà,
par exemple, que vous
dites en français gé/n
/Tal
en allongeant Ia dernière syllabe. Dans un
vers Ia dernière syllabe a Ia fin d’un groupe de mots sera allongée de la
mêrne façon. Par exeniple, dans Ic vers francais déjà cite nous tronverons
deux groupes de mots. Ces deux groupes sont déterminés
par leur sens. En
disant Ic vers vous allongerez légérement Ia dernière syllabe de chaque
groupe. Attention allongez-]a,ne Ia forcez pas.
Et nos amours / fant-il qu’il m’en souvienue.
Un autre accent que vous rencontrerez est l’intonation de Ia phrase fran
caise. \Jous Ia connaissez déjà et vous savcz qu’en parlant français les
modulations de votre voix sont plus marquees qu’en anglais. Par exemple,
en clisant Ic vers déjà citeci-dessus,votre voix suivra les mouveinents
Et nos amours / faut-il qu’il m’en souvienne.
Avant de continuer cette description du vers francais, soyons certains
que vous avez bien compris ce que le mot vers veut dire. Les étudiants ont
tendance ale traduire par verse. Si vous cherchez Ic mot verse dans unbon
dictionnaire américain, vous trouverez qu’en anglais ii a plusieurs significa
tions différentes. Le mot francais le vers n’en a qu’une seule a line of
poetry. Donc, n’employez le vers que dans ce sens. Ceci compris vous
verrez facilement pourquoi écrire un vers de poésie est une absurdité. On
pan1edonc du premier, deuxième, troisième vers d’un poème et non pas de
Ia premiere, deuxiCmeon troisième ligne.
Le nombre de syilabes dans chaque vers demeure constant dans Ia poesie
française. Dans une strophe nil poète pent employer deux vers de differente
Le Lac ), mais ii faut cjue Ia disposition
longucur (par exemple,
de cesvers demeure constante de strophe en strophe. Par exemple, vous ne
trouverez pas habituellement tin poCme écrit avec nn vers de dix syllabes,
suivi d’un vers de douze syl]abes.
L’E MIJET
Vous avez appris que l’e muet a la fin d’un mot ne se prononce pas en
La
francais. Vous dites ouvrez Laport’ bien que vous écriviez ouvrez porte.
com
mot
qui
l’e
un
si
muet
précède
Ccci est vrai en poésie aussi excepté
mence par tine consonne. Par exemple
Sons Ic pont Mirabean conIc Ia Seine
se prononcera en poésie
Sons / Ic / pont / Mi / ra / beau / con / le / la / Seine.
L’e muet a Ia fin dn mot conic se prononce ici. Le vers est done un
décasyllabe. Dans I’exemple suivant remarquez que I’e muet devant une
vOyelleon ala fin d’nn vers est traitC comme dans Ia conversation normale
i / bian / chit / Ia / cam / pagne.
Dc / main / des / l’au / be a/ I’heu / re oi
Ce vers a douze syllabes.
LES NOMS DES VERS LES PLUS USITES
Nous avons déjà vu qu’un vers de dix syllabes s’appelle un décasyllabe.
Voici denx autres vers qui ont aussi un nom special. Un vers de huit syllabes
L’aiexandnin
est tin octosyllabe. Un vers de douze syliabes est un alexandnin.
excellence.
est Ic vers classique français par
Un exemple d’octosyllabe
Le / temps / a / lais / sé / son / man / teau.
Un exemple de décasyllabe
vi
Frè / re / shu / mains / qui / a / près / nous / / vez.
Un exemple d’alexandrin
/ veaux / ri / vages.
Am / si / tou / jours / pou / ssés / verS/ de / nou
LA DIERESE
avoir soigneuSement compté
Quelquefois vous trouverez que même aprés
garder Ic
Ies e muets dans un vers il manque une syllabe pour pouvoir et vous
vers
Regardez cc
rythme constant dont nous avons déjà parlé.
11
10
découv
très probablement un mot avec une combinaison de voyelles
telle que ieu ou ion. Normalement cette combinaison n’a qu’une syllabe,
•mais en poésie, pour maintenir le rythme d’un vers, die peut se prononcer
en deux syllabes. Cela s’appelle une diérèse.
Par exemple, La Mort du loup , comme vous le savez, est en alex
andrins; mais Si flOUSprenons le vers
A force de rester studieuse et pensive
et Si nous essayons de le séparer en syllabes,nous obtiendrons tout d’abord
A / for / ce / de / res / ter / stu / dieu / se et /
pen / sive,
ce qui ne fait que onze syllabes. Pour obtenir un alexandrin ii faudra dire
A/for/ce/de/res/ter/stu/di/eu/seet/pen/sive.
LA COUPE
Nous avons vu plus haut que dans un vers nous trouvons plusieurs
groupes
de mots. Les separations entre ces groupes s’appellent des
coupes
Demain des l’aube / / it l’heure oji blanchit Ia campagne.
La coupe de l’alexandrin classique se trouve après Ia sixiême syllabe.
Elle a un nom special : Ia césure. Une césure sépare un alexandrin en deux
parties appelées hémistiches
Assise au coin du feu /
L’EN[AMBEMENT
Rime plate
Rime croise’e
ET LE REJET
Par exemple :
La rime croisCeest une rime de forme abab.
Un vers comprend généralement une idée complete. Si cette idée se con
tinue dans le vers suivant, ii y a enjambement, ce qu’on appelle en poésie
anglaise a run-on line. La partie de Ia phrase qui se trouve dans le deuxiCme
vers est en rejet.
Par exemple dans
Demain, des l’aube, it l’heure oi blanchit Ia campagne,
Je partirai. Vois-tu je sais que tu m’attends,
12
1
française est
Excepté dans le cas de certains auteurs modernes, Ia poésie
c’est
anglais,
en
rimée. En poésie française it I’encontre de ce qui se passe
et
Recent
vos
yeux.
votre oreille qui determine si deux mots riment, pas
une
anglais
Alors
qu’en
mais
eux.
puissant riment, de mCme mes ceufs et
n’a
voyelle accentuée doit étre incluse dans la rime, le français, puisqu’iI
ce
libre
sous
plus
est
beaucoup
accentuées,
pas de syllabes régulièrement
riment
ne
pas,
et
clarity
unity
rapport. Par exemple, alors qu’en anglais
Deux mots de la
en francais unite et clarté sont parfaitement acceptables.
tous les deux
vertant
ris,
méme famille ne peuvent pas rimer. Compris—ap
de prendie, sont inacceptabies.
Une rime suffisante a un son de voyefle et un son de consonne iden
riche ajoute
tiques embaumé—airné;horizon—gazon;rire—dire.Une rime
pierre—carrière;
suffisante
itla
rime
consonne
au moms une voyelleon une
‘a
récente—juissante; arbre—marbre;boucheT—coucher.Une rime pauvre n
qu’une voyelle identique Ccho—inot;perdu—plus.
Une rime feminine est une rime qui se termine par un e muet en
carTiere—pierTe;propices—dClices. Toutes
geS;
flammée—fumCe; rivages—
les autres rimes sont masculines retour—jour;dCchiré—adoré; cieux—har
?nonieux; échos—rnots.
alternance
Depuis Ic seizième siècle Ia versification française exige une
Ia rime b
masculine,
des rimes masculines et féminines si Ia rime a est
doit être feminine.
Par exemple :
La rime plate est uné rime de forme aa-bb-cc-dd.
Mort du oup
/ dévidant et fliant.
ii y a enjambement entre le premier et le deuxième vers et
est en rejet.
LA RIME
Je partirai
‘
Rime embrassóe
abba. Par exemple:
La rime embrassée est une rime de forrne
strophes.
pondances , les deux premieres
‘
La
Le Lac
“.
Corres
Vers libre
sont de Iongueur ir
Un poème est écrit en vers libres quand les vers
tantôt croisécs, tantôt embrassees.
régulière et les rimes sont tantôt plates,
Par exempie : a Le Chéne et le Roseau a.
13
Vers blanc
Un poême est écrit en vets blancs quand les vers sont de longueur
Le Message (et Ce n’est
régulière mais ne sont pas rimés. Par exemple
pas un exemple parfait).
LA STROPHE
La strophe est une division d’un poème dans aque11e le nombre de vets
et Ia disposition des times restent les mémes. Par exemple, A sa mat
tresse de Ronsard a trois strophes. Chaque strophe est composée de six
vers octosyllabes avec une rime plate (aa), suivie d’une rime embrassée
(bccb). Strophe se traduit en anglais par stanza ou verse.
DIFFERENTES SORTES DE POEMES A FORME FIXE
Parmi les poèmes que vous allez lire certains tombent dans Ia categoric des
poèmes afomie fixe.
autres
varier en Iongueur mais doit employer Ia même sorte de vets que
directe
Ic
s’adresser
11doit
aussi
et
Prince
mot
strophes.
commericer par
rnent a cc prince qui Ia ballade est censée’ être dédiée. (Voir a L’Epi
.)
taphe
Le Sonnet
C’est une forme de poésie introduite en France pendant Ia Renaissance
et employee par presque toutes les écoleslittéraires.
Ii comprend deux strophes de quatre vets appelécs quatrains et deux
strophes de trois vers appelées tercets. Les deux quatrains doiventavoir Ia
mèrne disposition de rimes, généralement embrassée, mais cuepent être
aussi croisée. 11 est préférable aussi que les rimes soient identiques dans
les deux quatrains.
Les deux tercets sont btis sur trois rimes dont Ia disposition pent varier.
Dans les sonnets de cc livre vous trouverez trois dispositions différentes. Le
sonnet français régulier a deux tercets de forme ccd, ede, on, si vous con
siclérezles deux tercets comme une suite de six vers (cc qui est souvent le
cas), une rime plate, suivie d’une rime croisée. (Voir a A Hélène .)
Le Rondeau
AUTRES FORMES
C’est une des formes favorites du Moyen Age. Le rondeau de treize vets
est celui qui est employé Ic plus souvent. Tout le poème est bati sur deux
times. II a une premiere strophe de quatre vets de rime embrassée. La
deuxième strophe a quatre vers de rime croisCe.Les troisième et quatrieme
vers de cette deuxième strophe sont une répétition (on refrain) des deux
premiers vets de Ia premiere strophe. La troisième strophe se compose de
quatre vets de rime embrassée suivis de Ia répétition (ou refrain) du pre
mier vers de Ia premiere strophe. (Voir Le Temps a laissé son manteau .)
En dehors des formes fixes, les poètes écrivent des poèmes strophiques
(comme Le Lac on Le Pont Mirabeau ) on sans strophes (conime
La Mort du loup ou Familiale ).
L’Ode
ion
lyrique une ode.
On appelle souvent un poème strophique d’inspir
introduite
été
imitée
en France pen
d’abord
des
L’ode tout
poètes grecs a
dant Ia Renaissance.
La Ballade
C’est une autre forme très en faveur au Moyen Age. Cette ballade me
diévale n’a rien a youavec les ballades qu’écrivirent Ies poètes roman
tiques. La seule baflade de cc Jivre est une ballade médiévale.
Elle consiste en trois strophes suivies d’un envoi. Le dernier vets de
chaque strophe et celui de Yenvoi sont répétés c’est le refrain. Chaque
strophe dolt avoir autant de vers que Ic vers a de syllabes. Autrement dit,
si le vets est un octosyllabe, chaque strophe devra avoir huit vets. La dis
position des times doit être identique dans chaque strophe. L’envoi peut
14
Le Poème en prose
Avec Ic dix-neuvième siècle un nouveau genre de poème enrichit la
poésie française Ic poème en prose. Vous en trouverez quelques exemples
dans cc recueil. La meilleure definition que iious puissions en offrir est
celle de Baudelaire, Ic poète qui a rendu cette forme populaire en France
1
Supposée.
15
Quel est celui
le miracle d’unc
assez souple et
lyriques de l’me,
Ia conscience?
de nous qui n’a pas dans ses jours d’ambition rêvé
prose poétique, musicale sans rythme et sans rime,
assez heurtée2 pour s’adapter aux mouvements
aux ondulations de Ia reverie, aux soubresauts de
Vocaln4aireutile
al’exphcation
Pour de plus amples renseignements
sur les termes littéraires en général
et sur Ia versification française en particulier, lea
étudiants pourront corn
mencer par consulter les trois ouvrages suivants
Becksori, Karl, et Arthur Canz. A Reader’s Guide to
Literary Terms. New
York Noonday Press, 1961.
Crammont-, Maurice. Petit Traitd de versification française.
Paris : Librairie
Armand Cohn, 1964.
Thrahl, William Flint, Addison Hibbard et C.
Hugh Holrnan. A I-landbook to Literature. New York Odyssey Press, 1962.
2
Irrégulière,brusque, dure.
i6
NOMS
antithesis antithèse f
author auteur in
ballad ballade f
character (inner nature)caractère in
character (dramatis persona)
personnage m
clarity clarté f
collection (of poems) recueil m
commonplace lieu commun in
comparison comparaison f
contents contenu m
criterion critère m
critic (the person) critique in
criticism critique f
critique critique f
device procédé m (p. ex. le poète
emploie un procédé nouveau)
description f
description
epithet epithète f
excerpt extrait m
extract extrait in
fable fable f
form forme f
framework cadre in
image image f
incisiveness netteté f
legend légende f
level niveau in
line (of verse) vers in
literature littérature f
lyricism lyrisme m
masterpiece chef d’ceuvre
metaphor métaphore f
mood (state of mind)
état (m) d’
me
narrative récit in
ode ode f
passage passage in
poem poème in, poésie f
poet poète in
poetry poésie f
pomposity emphase f
precision precision f
process processus in (p. ex. le pro
cessus de Ia creation littéraire)
prose prose f
quotation citation f
reader lecteur in
refrain refrain in
rhyme rime f
rhythm rythme m
sensibility sensibilité f
sensitiveness sensibilité f
setting decor in, cadre in
sonnet sonnet m
stanza strophe f
stress accent m
style style m
17
Sul)ject
t m
substance fond m
syllable syllabe f
technique technique 1,procédé m
topic theme m, sujet m
verse
(line of poetry) vers m
(stanza) strophe f
(biblical) verset in
(poetry) poésie f
(a short poetic composition)
poème m
work uvre f
writer écrivain m
renew renouveler
reveal reveler
revive renouveler
show up mettre en evidence
specify préciser
stress insister sur
suggest suggerer
underline souligner
EXPRESSIONS
ADJECTJFS
abstract abstrait
ambiguous équivoque
banal banal
bombastic ampoulé
boring ennuycux
classic(al) classique
concise concis
concrete concret
deep profond
deep-seated foncier
diffuse prolixe
dramatic dramatique
epic épique
esthetic esthCtique
evocative évocateur
formless informe
hackneyed rebattu
11uniorous humoristique
idealistic idéaliste
literary littéraire
lively mouvementé
lofty élevé
lyric(al) lyrique
moving touchant, émouvant,
pathétique
obscure obscur
original original
perfect achevé
poetic (al) poétique
realistic réaliste
romantic romantique
spontaneous spontané
sublime sublime
suggestive suggestif
trite ressassé
vivid image
p
after a thoughtful reading après
une lecture réfléchie
all through tout au long de
at the same time en même temps
(p. cx. il a écrit cesdeux ceuvres
en méme temps)
at the same time aIa fois (p. ex. Ic
poète est i Ia lois lyrique et
réservé)
the author, the passage quoted above
l’auteur, Ic passage citeci-dessus
he is concerned with il s’intéresse a
he uses a polished style ii s’exprime
tié
dans un style ch
in a figurative sense au sens figure
in a literal sense au sesis propre
in the broadest sense of the word
an sens Ic plus large du mot
in the next stanza dans Ia strophe
suivante
in the preceding line dans le vers
précédent
on the other hand en revanche
the poem is about (concerns itself
with) dans ce poèrne ii s’agit
de, cc poême est au sujet de
to be built on être construit sur
to be careful of être soucieux de,
faire attention a
to bring two images together faire
mi rapprochement entre deux
images
to consider (a possibility) envisager
de + verbe
to devote oneself to se consacrer a
to have an influence on exercer
une influence sur
to make a comparison between
établir one comparaison entre
What does he mean by that word?
Qu’entend-il par cc inot?
VERBES
allude to faire allusion a
combine (mix) mélanger
contrast with contraster avec
create créer
deal with traiter de
describe décrire
develop développer
emphasize mettre en valeur
enhance mettre en valeur
entertain divertir, amuser, distraire
evoke évoquer
express exprimer
extol celebrer
illustrate illustrer
make specific préciser
outline esquisser
picture dépeindre
point out signaler
polish pour
praise glorifier
quote citer
reflect refléter
19
TO THE STUDENT
This book is intended to help you developan appreciation for
some of the most beautiful and exciting pieces written in the French
language. Full understanding of a poem does not come from the
mere reading of it. What a poem says, all the emotions or ideas it
contains, can usually be graspedonly with a considerable input of
effort on the reader’s part; the reader must become part of the
creative process.I like to think of this asdetectivework,Here are the
words, on the page. What secretsare hidden in those lines of print
beforeme?I feel like a psychologisttrying to probe another person’s
mind.
The analysis of a literary text—what the French call “Expli
cation de Textes”—is, then, a challenging and exciting task of dis
covery. For any given poem, there is not ONE “explication”, nor
necessarilyany CORRECT one. This will depend on the reader’s
perceptiveness.But our literary sensitivity can be developed by a
methodical approach. Such a method is suggestedbelow:
I. READ THE POEM. Read it—re-read it, slowly, atten
tively, and aloud. Look up all the words you do not
understand.
2. SITUA TE THE POEM. Try to “place” the poem in its
literary and historical context. Ask yourself: who
wrote it’ what literary school does the author belong
to? when was it written? what circumstancessurround
the writing of the piece?
3. DETERMINE THE CONTENT. Find the general con
cept or idea of the poem. Try defining it as briefly as
you can.
4. DETERMINE THE STRUCTURE. It is frequently
useful to divide a poem into sections; try to givea title
to each section. (Note that “sections” do not neces
sarily correspond to stanzas!)
5. A NA L YZE THE FORM. Study the words the poet uses,
the grammatical constructions, the punctuation, the
literary devices,etc. Ahot’e al/try to link theseaspects
of “form” to thecontent ofthe piece. Ifthe work is any
good, there is, there hasto be, a close relationship be
tween content and “form”, between what the poet is
saying and the way he says it.
lii
x
LA VERSIFICATION
FRANcAISE
Une bonneappreciation de Ia poésie francaise exige natu
rellement Ia comprehension des règles de versification. II est
important de noter que ces règles ne sont pas nécessairement les
mêmes qu’en anglais.
I. LA MESURE
A I’opposé de Ia langueanglaise, le français n’est pas une
langueaccentuée.H s’ensuit que le versfrançais ne peut pas se
mesureren pieds,mais dolt semesureren syllabes.
Alors qu’en anglais l’accent est déterminé par Ic mot Iui
méme, et quechaquemot a un accent d”niensiié qui ne se déplace
jamais:
Ex.: s’IlabIe; student; american
en français, les mots n’ont pas d’accent d’intensité. Mais ii y a en
françaisun accent de Iongueur, de durée, qui tombe toujours sur Ia
dernière syllabe d’un “groupe rythmique”, c’est-à-dire d’un
ensemble de syllabes qui se prononcent d’un seul trait:
Ex.: Un étudiant.
Mais: Un étudiant amérkain.
n
Mais: tin étudiant améric
est arrivé.
Dans Ia poèsie francaise on ne compte pas les syllabes de Ia
même facon qu’en prose. Void Ia règle pour le compte des syllabes
en poésie:
On compte louSes
(a) les “e” muets suivis d’une voyeile ou d’un “h muet”,
(b) les syllabcs muettes aIa fin du vers.
Exemple 1:
campagn(e),
II 12
Demain, des I’aub(e), a I’heur(e) oà blanchit Ia
8910
7
6
5
12
3 4
Jepartirai. Vois_tu,j&sais quetu m’attends.
12
6 7 8 9 lOll
5
I 234
(Victor Hugo)
Remarq ues:
(a) les “e” de “aube” et “heure” sont muets car us
sont suivis de voyelles.
(b) le “e” de “campagne” est muet car IIest ala fin
du vers.
” et “que” sont prononcés car
(c) les “e” de “Je”, “je
ils ne sont pas suivis de voyelles.
Exemple I: Un pauvre bücheron,/tout
—
.-.
I
,
—
%
%_d
couvert de raméc.
.—
.-.
‘—
(Jean de La Fontaine)
Exemple 2: Elle avait pris cc pli/dans son âgeenfantin...
(Victor Hugo)
Exemple 2: Viennela nuit sonnel’heur(e)
7
4 5 6
I 23
Les jours s’en vont je demeur(e).
4567
3
2
(Guillaume Apollinaire)
Reniarques:
(a) les “e” de “vienne” et “sonne” sont prononcés
car us ne sont pas suivis de voyeUes.
(b) le “e” final de “heure” est muet car ii est ala
fin du vers.
(c) les “e” de “je” et “demeure” sont prononcés car
ii ne sont pas suivis de voyelles.
(d) le “e” final de “demeure” est muet car ii est a
Lafin du vers.
2.LERYTHME
Le rythme est déterminé par les syllabesaccentuéesqui sont
suivies naturellement par des pauses (appelées “coupes” ou
du
“césures”). L’accent tombe toujours sur Ia dernière syllabe
les
poésie
de
noter
qu’en
Mais
ii
est
important
“groupe rythmique”.
Et puisque, par
courts
qu’en
prose.
sont
plus
rythmiques
groupes
ii
definition, chaque groupe rythmique a une syllabe accentuée, y a
aurait
en
n’en
prose.
pas
souvent un accent sur un mot qui
Exemple:
En prose: Unétudiantameflcaul
estarnvé.
Mais en poésie: Un étudiant américain est arrivé.
‘-,
%-.
..—
—
‘-,
%-,
%_.#_
‘-
-
le present
Voici quelques exemples tires des poémes contenus dans
volume:
2
Exemple 3: Lj
sotti/se,l’erreur,flepêche.fla
lésme.
(Charles Baudelaire)
Exemple 4: Les pkds/dans
/un
-a
Sour
!
enfant malade,/ ii fa
un somme.
(Arthur Rimbaud)
Exemple 5: Je marchera
’les
yeux fixés/sur mes pensees.
(Victor Hugo)
Vous aurez reniarqué que. dans les exemples qui précèdent,
les vers comportent douze syllabes; cc sont des “alexandrins”, les
vers classiques et les plus utilisés de Ia poésie francaise. L’alexandrin
a généralement une césure après Ia sixième syllabe (Exemples I et 2):
mais Ia césure peut aussi se placer ailleurs (Exemples 3 Ct 4). Les
poètes romantiques coupaient souvent l’alexandrin en trois parties
(Exemple 5).
Pour apprendre aanalyser Ic rythme d’un vers francais ii est
important de bien lire a haute voix; ii suffit alors d’indiquer les
syllabes que l’on a accentuées dans Ia lecture.
3. LA RiME
En poésie française, Ia rime consiste en deux mots dans
lesquels on prononce de Ia méme façon La voyelle finale et tous les
éléments sonores qui Ia suivens. (Noter que Ic “e” muet, “es” et “ent”
ne comptent pas!)
Exemples: bras-déjà; endort-encore; allure-aventure
3
distingUe les rimes
Seton (a qualité de Ia rime on
“riches”, “suffisantes” et “faibles”:
l’identité de Ia voyelle
R1MES RICHES: rimes basées sur
ts
moinsc!euxaUtreSekm
finaleetd’au
sonores.
r-héredi
a.!r
Ex.: i:m
-b
I’identité de (a voyelle
RIM ES SUFF1SANTES: times basêessur
élément sonore.
seulautre
d’un
finale et
4. LE SCHEMA DES RIMES
La rime ne dolt pas nécessairement se limiter a deux vers
successifs. On distingue plusieurs facons d’organiser les rimes: les
rimes “plates”, les rimes “croisées” et les rimes “embrassées”.
RIMES PLATES: rimes qui suivent le schema a a b b, etc.
Ex.: Elle avait pris ce ph dans son age enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
Je I’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère;
Elle entrait et disait: “Bonjour, mon petit pj!”
Prenait ma plume, ouvrait mes hivres, s’asseyait.
Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
Ex.: m2tt-s2tt; aper
2U-recU.
a
a
b
b
c
c
(Victor Hugo)
l’identité de Ia voyelle
RIM ES FAIBLES: rimes basées sur
finale seulenieni.
-br
Lx.: sold
ES:
RIM ES CROIS
__
ri
rimes qui suivent le schema a b a b.
Ex.: Maitre Corbeau, sur un arbre perché,
rime, mais pas La
Noter que si seule la voyelle pronOflcée
consonneqUila
une “assonance”.
Exemple: avare-mage lune-lutte
“mascuhineS” et les rimes
On distingue egalement les rimes
“féminines”:
se terminent pas par
RIMES MASCULINES rimesqUi ne
muet.
“e
un
bras-déjà
surpris-SUIVi
Ex.: moi-toi;
Tenait en son bec Un from
g.
Maitre Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint a peu près ce lang
:
a
b
a
b
(Jean de La Fontaine)
RIM ES EMBRASSEES: rimes qui suivent heschema a b b a.
Lx.: La Nature est un temple oà de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses parQj
L’homme y passe atravers des foréts de symb
Qui l’observent avec des regards familiers.
a
b
b
a
(Charles Baudelaire)
RIM ES FEMININES
-bOrfl
Ex.: morn
“e” muet.
rimes qui se terminent par un
-héréditai1
terr
-mêlé
pensé
ne peut jamais rimer avec
Un mot d’une rime masculine “toi ne peut pas Timeravec
exemple,
celui d’une rime feminine. Par
avec ‘boue”.
rimer
pas
“tout”
peut
ne
“soie”
5
4
French V
2007
th
Unit 5— 19
Time Period
—
Century
—
Changes in Government & Overview of French Art
5 —7weeks
Objectives
> Students will be aware of the succession of governments of France from 1814 1871.
th century (steam engine,
> Students will reflect on the progress made during the 19
industrialization, architecture, pasteurization, discovery of radium).
> Students will be able to create sentences using the passive voice.
> Students will be able to use the infinitive in a variety of applications.
> Students will be able to use selected expressions with the correct preposition.
> Students will be able to identify different periods of French art. The following resource will
be used:
CORBIN, Betty H.; HODSON, James B. Initiation a1‘ArtFran cais. Alexandria,
Virginia: Corson Associates, Inc., 1973.
> Students will be able to recognize the paintings of several French impressionist artists as well
as describe the characteristics of impressionism.
> Students will read excerpts from Les Misérables and will consider the situation of the main
characters in the book.
—
Vocabulary
> art vocabulary
—
specifically for impressionism
Grammatical Structures
> Students will learn how to form and use the passive voice; they will also learn how to avoid
using it.
> Students will learn when it is appropriate to use the infinitive and how it will be translated.
> Students will learn when to use aor de after quelque chose, pas grand-chose, rien, quelqu’un,
pas grand-monde, personne, beaucoup, etc.
198
French V
2007
Unit 5—
Century
—
Changes in Government & Overview of French Art
Suggested Activities & Assessment
Reading
> Trésors du Temps Onzième Etape Un peu d’histoire: Le dix-neuvième siècle: Une
succession de gouvernemtns; La machine avapeur et la lam
agaz. Studnets will realize
1e
why France had a succession of governments during the 19 century. They will also
recognize that this was a time of great progress.
> Trésors du Temps Onzième Etape Vie et Littérature Les Misérables. Students will read
from this monumental work by Victor Hugo.
> Students will read additional excerpts from Les Misérables.
—
—
Speaking
> Students will present an artist and painting to the class.
> Students will ask / respond to questions about their art presentation.
Listening
> Students will view the film Les Misérables.
> Students will listen to art presentations and will respond to questions.
Writing
> Students will select an artist and painting and will give background information on it. This
will provide the research that will be used during the presentation.
> Students will pick their favorite painting from those presented and will write a story about
the subject of the painting OR what inspired the artist to paint that subject.
> Students will assume the role of a character from Les Misérables and will respond to a
selected scene.
Grammatical Practice
> Trésors du Temps Onzième Etape: Application. Complete activities A
—
—
F as assigned.
Assessment
> Students will be given a quiz after completing each section of the unit (history, readings,
grammar, culture). The quiz will consist of any combination of the following questions:
true/false, multiple choice, matching, fill-in the blank or short answer.
> At the end of the unit students will demonstrate proficiency of the material studied either by
taking an exam that covers all the elements of the unit or by creating a project that ties the
elements together.
199
Information
on FrenchArt
CORBIN, Betty H.; HODSON, James B. Initiation
Virginia Corson Associates, Inc., 1973.
200
a1‘ArtFran çais. Alexandria,
IInitiationaI’ArtFrançais
A Surveyof Fre
t
4
1CORSON1
1•
jAssoCIATEs
C
*Puo
I
..e
i.*rdl
A.
ALEXAH
201
Second Edition
Writers: Betty H. Corbin; James B. Hodson
e 1973 by Corson Associates, Inc., Alexandria, Virginia 22302
All rights reserved. No part of this publication ay
be reproduced or transmitted iii any form or by any means,
electronic or mechanical, including photocopy, recording, or
any information storage and retrieval system, without advance
written permission from the publisher.
Printed in the United States of America
202
CORSON ASSOCIATES believes..
that the role of the teacher in today s
classroom is to guide the students
to a
of their own potential
areness
greater cv.
and of the world around them.
that in today’s classroom,
should be actively
students
learningtogether.
teachers
involved
and
in
should be encouraged to
that the students
accept the responsibilityfor making
meaningful contributionsin their sphere
of activity.
that the students should be exposed to as
many fields as possible to increase their
owareness and enjoymentof life.
that a many-facetedapproach to a subject
will increase the students’ comprehension
and appreciationof that subject.
The INITIATION SERIES is a collection of courses designed to involve
the students and teacher actively in the exploration of a subject field
which readily complementsthe study of a foreign language. This is
accomplished through flexible, self—containedunits of study presented
in the target language. These courses are designed for the teacherwho
has little or no background In these complementaryfields. Relieved of
the tedium of research, the teacher is free to learn with the students.
These courses present a general overview of a particular field which
the student explores in a “learning—by—doing”situation. Suggested
activities innovative to the existing curriculumwill increase the
students’ knowledge of the target language as well as expose them to
opportunitiesto develop new interests.
203
able of Contents
1
TeacherGuide
/ Course Objectives
1
Course
Materials
2
Course
Format
5
Language
6
7
/ Student Booklets /
Flexibility
Activities
Sugges ted Supplementary
Presentatian
aux Elèves
8
Suggested
10
Development
Daily
Lesson
Plans
re
Vocahula
The Components
13
Origines
19
QuatreGrandesPériodes
27
Réalisme
33
Impressionnisme
39
mpressionnisme
Néo-
43
Cubisme
47
Dadaisme
51
Surrêalisme
’nen
55 Ex
58
Slide
/ Fauvisme
Final
List
204
Foreword
about the study .of.a
One of the great
things
foreign language is that,it is.readily comp].e—
rnentedby probing into other subject areas.
This flexibility permits language teachers to
accomplish their basic skill objectives while
exposing their students to new, interesting, and
rewarding experiences. This possibility, unfor
tunately, is all too often overlooked in favor
of a more secure classroom/textbook regime. If,
however, language teachers can lead their
students to new discoveries, using the language
as a tool, they can then meet their language
objectives as well as explore new horizons with
the students.
Initiation a l’Art Francais is designed to per
mit the students to use their language foundation
as a vehicle for examining the field of French
art. In it the students will be presented with
an overview of French art from pre—historic
times to the twentieth century. They will study
and discuss the major movements, come to know
their artists, and will view works representa
tive of their techniques and philosophies. In
a series of painting sessions they will attempt
to demonstrate the techniques discussed in
informal class sessions. They will discuss, in
writing, a selected painting: artist, period,
technique, and philosophy. Their language skills
will continue to be developed through a series
of listening, speaking, reading, and writing
exercises.
in keeping with the INITIATION philosophy, this
course will provide the classroom teacher with
sufficient information and materials to be able
to explore this exciting area with the student.
It is not designed to be an in—depth study of
French art.
205
Prnnrimmø
Art
L
15 000 ans av. J.—C.
Préhistorigue
L’ Influence Romaine
du ler siècle at’.J.-C. au 5ème siècle
La Période Rotnane du llème siècle au l2ème siècle
La Période
du l2ème siècle au l5ème siècle
e
Gothiq
La Renaissance
du lSèrnesiècle au l6ème siècle
Le Classicjsme
is 7?ème siècle
Claude Lorrain
Philippe de Cha
agne
Georges de la Tour
Nicolas Poussin
le lôème siècle
L’Age de la Liberté
Boucher
François
Jean—Honoré Fragonard
Antoine Watteau
Jean Siméon Chardin
is l9ème siècle
Le Néo—Classicjstx
Jacques
Louis
Jean Auguste
David
is l9ème siècle
Le Romaritjsu
Theodore
Eugene Delacroix
Géricault
le l9ème siècle
Le Réalistne
Honoré Daumier
Gustave Courbet
L’Impressionnisn
Jean—François
Camille Corot
I.e Néo—luipressionnisme
Edgar Degas
Auguste Renoir
Henri de Toulouse—Lautrec
le l9ème siècle
Vincent van Gogh
Paul Gauguin
Georges Seurat
zanne
Paul C
le 2Oèrnesiècle
I.e Fauvisme
Matisse
Le Cubisme
Georges
LeDadalsme
Marcel
alisme
LeSurr
is 2Oème siècle
Pablo
Braque
Picasso
le 2Oème siècle
Max Ernst
Duchamp
is 2Oème siècle
Salvador
Millet
is l9èma siècle
Edouard Manet
Claude Monet
Camille Pissarro
Henri
Ingres
Dali
Yves Tanguy
206
S
TeacherGuide
a survey of .French art from the prehistoric
period
to the present, concentratingon the 19th and 20th
centuries.
.
•
.
where, in painting sessions,
an active a-pproczch
the student will actually
apply the techniquesdis
cussed in class.
•
CourseMaterials
.
.
designed for advanced level 3 and above.
This is a self—contained course. Basic information
has been researched and provided for the teacher in
outline form.
Painting materials are not included,
but should be obtained easily from the school or in
dividual student.
Included are:
CourseObjectives
Teacher Guide
Student Booklets
Vocabulary List and Quiz
Suggested Daily Lesson Plans
Slides and Descriptive Information
Basic Material Sections
Suggestions for Painting Sessions
Listening Comprehension Exercises
Writing Exercises
Suggestions for Student Compositjon
Final Test
Suggested Supplementary Activities
The students will show continued development of the
four fundamental language skills through their im
proved ability to comprehend oral and written material
and to communicate in speech and in writing.
The students will exhibit a basic knowledge of the
history of French art and a particular comprehension
of the modern movements: their artists, outstanding
works and techniques, through their performance on
oral and written exercises.
207
The students
will demonstratetheir familiarity
with
of each of the five major movements of
the techniques
and twentieth
the nineteenth
centuries
by painting
an
for
each
work
original
period.
The students
tive through
of personal
initia
to the course.
The course
is designed to be presented entirely in
French and is comprised of the following: periodic
student background research sessions, short basic ma
terial and slide presentations,class,discussions,
note taking, painting sessions, listening comprehen
sion exercises,written tests, student composition,
and a comprehensiveexam.
CourseFormat
vocabulary
will show evidence
their contributions
study
to give the student
coiwnunicate in this
the vocabulary necessary
field.
particular
to
will be
the students
of the course,
At the beginning
list
given a vocabulary
on which they will be tested.
and tools
The words deal with colors,
expressions,
used in painting.
backgroundreading
to providebackgroundfor understandingthe basic
and to provide
materialand slide presentations.,
the studentwith the opportunityto make meaning
during discussions.
ful contributions
Individual research by the students, prior to the
teacher’s presentation of new material, will greatly
enhance their ability to assimilate the basic material
and will facilitate class discussion. The students
should be guided as to which theories, artists, and
paintings should be researched since the field of art
is very wide in scope. Research may be done during
class time, or could be assigned as an out—of—class
activity, and is the only assignment which could be
construed as homework. No text is necessary for this
research, as sufficient information can be found in
home, school, and public libraries.
2
208
basic
slide
material
and
entati..on
pres
to present
the basic
information
of a component.
For each component there is one class period reserved
for the presentationof basic material. This material
is provided in outline form and should be expanded
through the discussion of information gathered from
background readings in advance of this session. The
basic material describes theories,techniques, ar
tists, and works representativeof a movement. This
session should be treated as an informal group dis—
cussion rather than as a formal lecture, and the
students should be encouragedto contributeinfor—
matiorlthey have gathered in their reading.
The slides included in the course have been selected
as representativeof the theories and techniquesdis
cussed during the session. They are numbered conse
cutively in order of presentation and are shown in
italics in the outline.
painting sessions
to reinforce
the students’ understanding
of the
theories
movement through the
of a particular
in an original
application
of its techniques
students
initiate
the
into creative
painting. To
artistic ex
to
develop an in
-pression hopefully
terest which will remain with them long after their
language studies have ended.
The painting sessions are an integral part of the
course. It is here that the students are given the
opportunityto use the material they have studied.
The graphic representation of theory and technique
expressed in their own terms should provide the
studentswith a real insight into the concepts discussed.
The sessions provide an excellent opportunityfor
informal discussion in the language. While the students
are working on their paintings, they should be en
couraged to talk with others about ideas, techniques,
and problems. The sharing of ideas will not only
reinforce the basic material of a component,but will
also give the students practice in informal conver
sation.
To prepare for a painting session, the teacher (or
class) should make sure that all necessary materials
are available. Inexpensive white or colored paper,
brushes, tempera paints, water, containers,and clean
up materials should be provided for each student.
209
Whenever possible, the painting sessions should be
held in the art laboratory,where facilities such as
space, lighting, and water are specificallydesigned
for such an activity. When this is not possible, they
may be held in the classroom.
The three days following the basic material and slide
presentation should be devoted to painting. It is
suggested that one subject be used in all painting
sessions for example, an apple. When student.suse
the same subject in every work, particular differences
in artistic technique will become more evident. The
students should be asked to represent the selected
subject in the style of the movement discussed in the
basic material. Their use of color, form,stroke,etc.
should be patterned after the techniques of the
movement. The students should be encouraged to be as
creative as possible within the limits of a given
technique.
—
Artistic experience and talent are NOT NECESSARY!
Enthusiasm and an earnest attempt to demonstratewhat
has been learned are sufficient.
Teacher and students should join in the fun.
listeningcomprehension
exercises
to continue
the
development
of the students’
listeningskills.
The class period which follows the painting sessions
should be devoted to listening and writing exercises.
Included in the course are the scripts for the sug
gested listening exercises which are designed to test
the students’ understanding of the course material.
writingexercises
to continuethe developmentof the students’
writingskills.
The written tests should be presented in conjunction
with the listening exercises and, if possible, during
the same class period. They include questions con
cerning vocabulary, slide recognition, techniques,
artists, and theory.
The tests are designed to be removed from the Course
Guide and reproduced via the thermographic process.
Permission to reproduce materials from this course
extends only to these tests, and to the final exam.
210
student
composition
to provide the students with the opportunity to ifl.
Vestigate further an area of particular
-,
intercs
to demonstrate their conrprehension of thc course
material, and to provide the ‘eacher a means of
skills.
eValuatj
the students’ .g
riti
t
During the last few weeks of the course, it is Sug—
gested that the students be assigned a written paper.
They should be asked to select
painting which is rep
resentative of a particular inovement,.and to discuss
the period, artist, and techniques involved in the
work. This is the only formal paper written during
the course, and should be turned in during the final
week.
a
final test
to measure the students’ knowledge of the infor
mation presented in the course.
The final test asks the students to recognize or iden
tify representative slides, artists, and movements
presented during the course. The final paper serves
as the essay portion of this test.
LanguageDeve’opment Initiation
a
l’Art
is designed
to continue
Francais
the development
skills and
of the students’
language
to give them the opportunity to see French as a signi
ficant tool of coimnunication and not simply as an
academic subject.
listening The students will be given the opportunity to increase
their listening ability through class and laboratory
discussions and listening comprehension exercises
which are designed to be conducted in French.
speaking
The students will be giver the opportunity to increase
their speaking ability through their
in
participation
classroom
and laboratory
discussions
and in informal
conversations with the teacher and other students.
reading The students will be given the opportunity to increase
their reading ability through the student materials
1herever
which are presented entirely in French. ‘
possible, the students should be encouraged to do
background
reading
in French.
5
211
I
writing
Flexibility
The studentswill be given the opportunityto increase
their writing ability through note—taking,written
exercises, and final paper. All written work turned
in to the teacher should be carefullyexatninedfor
grammaticalstructure and used as a basis for individual
instructionto improve the students’writing skills.
The format of Initiation
a l’Art Francais is based. on
but could be used with any
a nine—week session,
curriculum
as supplementary
existing
material.
Each
of the major components is a self—contained
unit
which can be used separately
or combined with other
units. The suggested daily lesson plans included in
the course will aid teacher planning.
Many upper—level texts contain reading selections
which make specific references to artists and paint
ings. The teacher may wish to select a particular
componentas a supplement to such reading in order to
vary classroom activity and heighten student interest.
The course might be adapted for use by French clubs
and honor socities.
Student Booklets
A class set of booklets containing student materials
is provided with each course. All materials designed
to be presented to the student (with the exception of
the testing
materials)
are combined in this booklet.
Included are: Presentation aux Elèves, vocabulary
list, slide listings, space for taking notes, and
listening comprehensionanswer blanks.
Activities
Supplementary
Suggested
An exciting experience to culminate the course could
art show
be a display of selected student work on view in a
This can give the
prominent
place in the school.
of pride in their
accomplishments
students
a feeling
and enhance the image of the foreign language pro
gram. The possibilities for a creative display are
unlimited.
visit to a
7-ocalga7
lery
6
An invaluable experience would be for the students to
view original works of art, as they should now be
capable of a deeper appreciation for what they see.
212
PrësentaUon
auxEleves
Ce Due NousAllons
Faire
Nous allons ëtudier l’histoire de 1’art français depuis
l’êpoque prêhistorique jusqu’ã nos jourS.
En étudiant
ferons
des
chaque mouvelnentartistique, nous
tableaux
suivant le style et.les techniques du mouve
nt
ëtudiê.
Ce Oue NousAttendons
a
Ii faut que vous continUiez
utiliser la langue dans
un contexte
la fois acadétniqueat amusant. Nous
Voulons que vous vous informiez stir
de l’art
Vous aurez un
français d’un point de vue fondamental.
mais aussi toute la liberté et
programme concret,
l’assistance possibles pour le r
a1iser.
Nous voulons
piquer votre curiosité et nous espérons que vous aurez
des suggestions pour l’amëlioration du cours.
Nous
voulons surtout que vous:
montriez une coninaissancedes priricipaux mouvements
de la peinture français (Realisme,
Impreseionnisme,
Cuhisme, Dadafsme, Surréalisme) oralement,
par
ëcrit, et en lecture.
reconnaissiez las artistes principaux de ces
mouvements, leurs styles, leurs techniques, aussi
l’époque gdnérale de leurs oeuvres.
utilisiez las techniques de ces mnouvemnents.
continuiez
a développer
votre enmploi de la lanigue.
LaRecherche
Individuelle
Avant d’étudier chaque mnouvemnent, vous
de chercher des renseignements. Ce que
On espère que
sera
votre profit.
de
seignerez sur las élémnents principaux
a
le tetaps
aurez
vous apprendrez
vous vous ran
chaque période.
LesExamens
Vous aurez un exan
après las suivants: vocabulaire
n
général, Origin
Quatre Grcrndes Périodes,
s,
Rdalisme,
alisrne.
sme,
at Surr
Cubisras,Dada
Inmpressionnisme.,
final.
Ii y aura aussi un exa
n
LesRégles
Il faut parler seulement le français,
possible pour contribuer I la classe.
et faire votre
This information is located
inside the front cover of the Student Booklet.
213
ily Plans
NTRODUCTION
1
sentation
pr
ves
e’l
6
QIJATRE
GR4NDESPERIODES
REALISME
11
16
basic material
and slides:
aux
painting Session
painting
Neo-C
lassicisme
Romantisme
vocabulary
presentation
INTRODUCTION
IMPRESSIONNISME
7
.
QUATRE
GRANDE’SPERIODES
12
.
test:
Grandes
vocabulary
quiz
REALISME
17
.
session
IIVIPRESSIONNISME
listening
comprehension
exercise
Quatre
Périodes
painting session
assemble materials
for painting
sessions
3
ORIGINES
.
8
13
9
basic material
and slides:
RE’ALISftIE
IMPRESSIONNISME
18
IMPRESSIONNISIvJE
1.4
IMPRESSIONNISME
test after
IMPRESSIONNISME
19 NEO-IMPRESSIONNISME
basic material
and slides:
b::
material
id slides:
.
painting session
.
QUATRE
PE’RIODES
GPLANDES
,
.0
REALISME
.5
IMPRESSIONNISME
est: Origines
asic material
and slides:
Classicisme
Age de laLiberté
NEO-IMPRESSIONNISME
IMPRESSIONNISME
Influence romaine
Période romane
Période gothique
La Renaissance
5
IMPRESSIONNISME
listening
comprehension
exercise
background reading:
REALISIvIE
Z’art vr
historique
ORIG’INES
RE’ALISME
basic material
and slides:
asic material
and slides:
4
test after
REALISME
background reading:
Re’alisme
_IIVrPRESSIONNISIvJE
20 NEO
basic material
and slides
painting session
painting session
FAUVISME
214
1..
Daily Plans
___
FAUVISME
26
CUBIS1
31
SME
DADA1
listening
comprehension
exercise
listening
comprehension
exercise
painting
painting Session
CUBISME
CUBISME
CEIBISME
ion
ses
test after
background reading:
22
36
27
_________
DADAISME
32
t2A4DAISME
assignment and
discussion of
final paper
listening
comprehension
exercise
background reading:
test after
DADAISME
DADAISME
basic material
and slides:
SURREALISME
37
painting
CUBISIVE
CUBIS1
23
28
DADArS1
33
rough draft of
final ‘
at,er due
basic mat%rial
and s1
’des:
painting session
ALISME
SURR
SURREALISME’
38
listening
comprehension
exercise
test after
SURREALISIVJE
backgrouna’reading
,S’Zv1E
’AL.E
SURRt
CUBISME
DADAISIVE
’
2
•
.
.
I’SME
DA
24
Session
SURREALISfrE
34
basic material
and slides:
painting session
painting session
25
CUBI
painting
session
JE
V
SURREALISI
30
SME
DADA1
painting
35
SURREALISME
painting session
session
215
lans for the final
.k
wee
are left open
to Q.ccoxnodatethe
final exam and the
teacher’s choice
of supp4etnentary
s.
activiti
final
papers
due
Vocabulaire
Les Outils
LesCouleurs
brush
le
la
le
le
le
la
la
le
le
le
con vas
container
easel
moael
int
pa
palette
palette
paper
knife
rag
pinceau
toile
godet
chevalet
modè].e
couleur
palette
couteau
papier
chiffon
black
blue
brown
gray
green
orange
purple
-
red
white
yellow
le noir
le bleu
le brun
le gris
levert
l’orange
le po.urpre.
le rouge
le blanc
le jaune
LesMotsGéneraux
art
backgro wad
bold
1
chiaroscuro[
conrposition
contrast
dark
dimension size
discipline
drawing
form
la:ndscape
light
light
order
(adi)
painter
painting
perspective
picture
portrait
print
self-portrait
still life
stroke
sthject
surface
technique
texture
twist
l’art (m)
1’arriè re—plan (m)
hardi
‘-jle clair—obs cur
la composition
le contraste
sombre; foncë (la couleur)
la dimension, la proportion
la discipline
le dessiri
la forme
le paysage
la lumière
clair
(la couleur)
l’ordre
(m)
le peintre
la peinture
la perspective
le tableau
le portrait
la copie
l’autoportrait
(m)
la nature morte
le coup de pinceau
le sujet
la surface
la technique
le grain
déformer
10
216
The vocabularyappearson page1
of the Student Booklet.
flnitiationa I’Art Français
%aifi:J
II:
Examen
de
Les Outils
Sur la table ii y a neuf objets: outils pour la peinture.
Chaque objet
Identifiez chaque objet en écrivant le mot français.
porte un numéro.
L’article est nécessaire.
1
6
2
7
3
8
4
9
5
LesCouleurs
Identifiez les couleurs prësentéessur la carte.
1
6
2
7
3
8
________
4
9
__________
5
10
_________
__________
LesMotsGénéraux
Donnez le français pour les inotssuivants.
I
I
I
I.
I
9
a brush stroke
1
dark (color)
2
a painting
10 a landscape
3
the light
11
4
a drawing
12 bold
5
a painter
13
light (color)
6
a print
14
the form
7
the background
15
the texture
8
to twist
16
the self—portrait
217
a picture
11
AnswerKey: ExameeVocabulaire
This section of the vocabulary test asks the students
.
Tools
to write the French words for the 9 objects listed below. These objects
should be labe 7-ed with a nwnher and arranged for display.
Recognition:
1
2
3
4
5
le
la
le
le
la
6
7
8
9
pinceau
couleur
papier
chevalet
palette
le
Ia
le
le
chiffon
toile
godet
couteau
This section asks the students to write the French
words for the 10 colors listed below. Patches of these colors should be
nwnbered and displayed on a large card.
Recognition:
.
Colors
1
2
3
4
5
le
le
le
le
le
6
7
blanc
noir
gris
vert
bleu
8
9
10
le rouge
le brun
l’orange
le jaune
le poupre
.
Translation
1
2
3
4
12
9
fonc
une peinture
la luinière
5
6
7
un dessin
Un peintre
une copie
l’arrlère—plan
8
déformer
(in)
10
11
12
13
14
15
16
un coup de pinceau
un paysage
un tableau
hardi
clair
la forn
le grain
1’autoportrait
218
(in)
I
1
Origines
(de 15 000 ans av. J.-C. au l6èrne siècle)
L’Art Préhistorique
L’InfluenceRomaine
La PériodeRomane
riode
La P
Gothique
La Renaissance
219
13
Origines
L’ArtPréhistorique
(de 15000 ans av. J.-C. a l’ge
La dernière
partie
de la troisièine
de pierre)
priode
glaciaire
(Magdalênienne).
Dans le cud de la France (ágalement
en Espagne):
Lascaux
France.
Montignac,
Grotte de Font de Gauxne,France.
—
Lascaux a êté dëcouverte (1940) par deux garçons qui
chien.
cherchaientleur
Au fond des grottes, loin de l’air et de la luxnière: des chevaux, loups,
mamrnouths, bisons, saugliers, mime Un animal inconnu couvert de
taches et avec une seule come. On pense que cet animal a existë
mais n’existe plus.
en ce temps
—lI,
Lee couleurs: l’ocre, le rouge, et le jaune.
de couleur avec la graisse.
Pour le noir, un mélange
Les peintures out 1’air vivantes a cause des couleurs brillantes, et de
la manière dont les artistes sa servaient des murs des grottes.
us ont utilisé les contours des murs pour montrer la forme des
animaux. Quelques animaux out l’air de courir ou de lutter contre
1’ ennemi.
1
2
3
La Grotte
La Grotte
La Grotte
de Lascaux
de Lascaux
de Lascaux
existent—elles?
Pourquoi les peintures
L’expression artistique.
Surtout l’assurancede succès pendant la chasse:
représentés avec une flèche dans le corps.
animaux
L’InfluenceRomaine (leler siècle av. J.-C.)
L’occupation
Jules
L’art
14
romaine de la Gaule a apporté les arts romains en France.
César a conquis la Gaule de 58 a 50 av. J.—C.
romain était
monumental et bien discipline.
L’architecture (temples, tombes, statues) de forme classique,
tes
et des colonnes.
avec des vo
La peinture n’était pas encore bien développée.
Période du développenient
du Christianisme:
tous les efforts
art sont soumis cette influence.
220
en
gmes
4
5
mes)
Les Arènes (N
La Maison carrie
(Ntmes)
Charlemagne at le Saint Empire Romain (9ème siècle).
En art:
le développement
eniwninés
des-manuscrits
la main.
L’art était influence par.l’Eg1ise
6
Manuscrit
a
réalisés
détentrice du savoir.
eniwniné
La PériodeRomane (du llème siècle au l2ème siècle)
La Christianisme a continue a influencer le développemant de l’archi—
tecture (églises). Un nouveau style: Roman (grands murs épais,
tres).
peu de fen
Dieu est plus grand, plus important, que l’Homme.
Pour décorer les ëglises: is fresgue
:
sujets religieux peints sur le
tre.
pl
En art roman:
Pas de peinture dans les maisons.
Centre de la vie intellectuelle:
La PériodeGothiq
le monastère.
(du l2ème siècle au l5ëme siècle
Paris est devenu le centre de la vie française, et a remplacé le
monast&re comme centre intellectual.
Commencement de la peinture sur toile (l4ème siècle).
Las artistes se sont rendus coniptequa la
dans la peinture.
lumière
joue
le
un r
important
Compositions plus réelles qua celles de l’art roman.
Découverte de la perspective a revolutionné la peinture.
Las sujets devenaient de moms
p
en moms
religieux.
Continuation des manuscrits enluminës.
Les vitraux sont devenus
.
Evolution architecturale du roman au gothigue
importants (moms d’espace pour les fresques).
dra
7 Vi trai 1 (Cath
221
le de
15
Origines
La Périodede Ia Renaissance(du l5èmesiècle au l6èrnesiècle)
La peinture a beaucoup ëtê influencëepar les oeuvres italiennes. La
le
dans la Renaissance artistique.
France tiejouait pas un grand r
C’était une période pendant laquelle l’honuneétáit représentécot
de l’humanistne).
(le développetnent
:
individu
Le portrait prend de l’itnportance.
La Renaissance (explicationdu terme)
Renaissance du classicismede l’Antiquitë.
L’Homineest maintenant respecté, la forme huinaineest rendue belle
(influencegrecque).
16
222
Initiationa l’ArtFrançais
1
Examen:Or
nJ
la periods artistique
des quatre diapositives
qua vous
des
Choisissez
La Lettre de cette periods dans la lists
artistiques.
Identifiez
verrez.
périodes
1
2
3
a
b
c
d
e
4
LHH
2
Vous allez entendre
cinq phrases.
choisissez
ques,
artist
La lettre
dans La phrase.
1
1
2
3
4
riodes Artistiques
P
L’Art prêhistorique
L’Influence romaine
riode
La P
rotnane
La Période gothique
La Renaissance
Dans La Lists des périodes
de La periods dent ii s ‘agit
5
11
223
a
b
c
d
e
Póriodes
Artistiques
L’Art préhistorique
L’lnfluence romaine
La Période romane
La Période gothique
La Renaissance
17
AnswerKey: Origines
1.
.
Slide Identification
The slides listed below provide visual material
this
exercise.
providing
for
Project the slides,
adequate time for
the students to respond. The correct answers are listed in parent7wscs.
1
2
3
4
(b)
(b)
/
/
Cd) /
/
(a)
slide
slide
slide
slide
6:
4:
7:
1:
Manuscrit enZ.uminá
nes
Lee Ar
Vitrail
La Grotte de Lascaux
Read each statement once, allowing
2. Listening Comprehension
the
.
The correct
students
time to respond.
answers are listed
sufficient
in parentheses.
18
1
Ce)
2
3
4
(a)
Cd)
(a)
5
(b)
mais pas
inrportante
Une rpiode
artietique
en Italie
en Prance.
des loups, et des sangliers.
Ii s ‘agit des ,m
ivnouths
but
D
de la peinture
sur toile.
de
riode
P
des glises
aux grands murs couverts
fresques.
riode
P
de Charlemagne et du Saint E)npire.
224
2
Quatre GrandesPériodes
Le Classicisme
L’Age de Ia Liberte
Le Romantisme
Le Néo-Classicisme
I
I
I
I.
1
I
I
I.
I
225
19
QuatreGrandesPériodes
LeClassicisme (l7èmesiècle)
t
dans l’Antiquité.
nt
discipline et respectueuxdesrègles; intér
Un mouven
Les artistes exprilnaientla noblesse, le courage, la fortitudehtnnaine.
me.
lui—m
Le c1assicisu idéalisait la vie humaine et la valeur de.l’homrne
La peinture est devenue iniportante
mais ii y avait
pendant le l7ë
c1e,
si
.
aussi beaucoup de copies des Italiens
(huinaniste).
Renaissance
Toujours ].es influences de la
l’on trouve des figures de
Le classicisme s’expritne dans le paysage oi
t
b
iments
romains,
des
temples,
grecs, etc.
mythologie,
Debut de l’utilisation du clair—obscur (contraste entre la lumière et l’ornbre).
1636
—
Fondation de 1’Académie Française par Richelieu pour réglementer
les arts. L’Acadétnie a éxnisdes règles sévères sur la liberté d’un
artiste. Pour tre reconnu, ii fallait suivre les régles.
GeorgesDe La Tour (1593-1652)
Emploi de la lumlére et de l’otnbre (clair—obscur).
rend ses peintures mystiques.
La lumière
8
La Madeleine
a 7-a veilleuse
NicolasPoussin(1594-1665)
Chef de file du classicisme.
Excellait dans le paysage historique.
Goats simples; caractère noble.
des Sabines
vement
9 L ‘EnLe
)
de Champagne (1602-167
Philippe
Portraitiste classique.
Exprinie la noblesse, le courage, et la fortitude humaine.
10
amer Talon
ClaudeLorrain(1600-1682)
Paysagis te.
Traite l’antiquitë, lamythologie.
11
20
Paysage
avec marchande.
226
Quatre GrandesPériodes
L’ge dé Ia Libert (l8èmesiecce)
L’art exprifl l’esprit français: gai, frivo].e,bruyant.
L’amour de la nature.
ge
L
de la dëcouverte,de l’expérimentationdans les arts (et surtout
dans las sciences).
a des
L’hotnme n’est plus souinjs
rêgles coimne au l7èinesiècle.
Las artistes sont plus libres de choisir leurs sujets, leurs techniques;
c’est la liberation du classicisinedu l7ètnesiècle.
Les sujets:
grands
jardins,
famille,
salons.
enfants,
AntoineWatteau(1684.1721)
Traite las sujets du th
âtre
Peint dans le style rococo.
12
et de la campagne.
Comédier&s*ita Liens
JeanSiméonChardin(1699.1779)
La beautê de ses compositions vient du groupetnent des
-objets ordinaires: (natures mertes).
Bien lib€rè du classicisine; essaie de peindre la dignité
da la vie quotidienne.
13
La Fi1Z.e de cuisine
Boucher(1703-1770)
François
Peint dans le style rococo.
Ses coups étaient hardis, at avaient beaucoup
d’éclat et d’embellissetnant.
14
Venus consokint
l.’Amour
JeanHonoréFragonard(1732-1806)
Style rococo.
Plaisjrs sensuels.
Frivoje.
15
Le Cheval
227
Fonth
21
QuatreGrandesPenodes
LeNeo-Classicisme(l9Bme siècle)
siècle. On voulait rétablir l’ordre
Reaction contre la liberté du l8è
et la discipline dans les arts. Le néo—classicisu essayait de s’exprirner
dans l’ordre classique des Anciens. Les sujets étaient puisés dans
.e désir de rétablir des régles a vite dégénéré. On
l’Antiquité, mais ]
s’intéressait trop aux règles et pas assez a l’expressionartistique.
Jacques LouisDavid(1748-1825)
Chef de l’art
No=ié premier
ien
français
peintre
la
pendant
de l’Empire
Revolution.
par Napoleon.
influence par l’Acadétnie,
mais plus tard a purifié le
néo—classicisme.
les régles
artificielles).
A dédaigné
de l’Académie
(trop
de
avaient
politique:
Beaucoup
ses peintures
une signification
de
sacrifice
la
(Influences
honneur,
Patrie,
etc.
pour
la Revolution).
16
17
Le Sacre de Napoleon
Mort de Mczrat
Jean AugusteDominiqueIngres (178O
1867)
David.
Chef du néo—classicisn
après
inais
de l’école
les principes
A bien défendu
néo—classique,
la
toile
romantique.
sur
expriinait
un esprit
me
de l’artiste
de 1’
dans ses oeuvres
On trouve
une expression
forme
la
sous
classique.
18
Odalieque
l’eeclave
228
OuatreGrandesPériodes
me
Le Rornantisrn 19
sièc(e
La vie contemporaine
Reaction contre la rigidité du .
néo—c1assicisj
n’était pas bien réglée; pourquoi une telle expression artistique?
:
Principes de l’école rotnantique:
Expression de mouvement, motion.
Originalité
dtê
Comp1e
Expression
Importance
au lieu de régles
au lieu de pureté.
des emotions.
de la couleur.
et de discipline.
EugeneDClacroix (1799-1863)
Chef des romantiques.
Coloriste, novateur.
Traite son sujet en tant qu’individu, et non conune symbole.
A expérimentê avec la couleur: la couleur et la forme sont
inséparables (un grand principe de l’art du 2Oèine siècle).
Peintures pleines d’émotions.
19
20
rienne
La Fil1..ette alg
berte
La L
guidant
Z.e peupZ.e
TheodoreGericault (1791-1824)
La vérité du detail, de la couleur.
Emotion, liberté.
Sujets historiques, dramatiques; gens ordinaires.
21
Un guerrier
flu avec une lmce
229
23
I Initiationa I’ArtFrançais
Identjfjez
diapositives
• lettre
de
droite.
des
la période
artistique
Choisissez
qtie vous verrez.
dans la liste
période
cette
1
2
L I
2
3
4
5
I
entendre
cinq phrases.
Vous allez
Artistiquas,
des Périodes
liste
la lettre de la période dont ii
la phrase.
Examen:Quatre
GrandesPériodes
six
la
de
6
I
ARTISTIQUES
•PERIODES
a
b
c
d
Dans la
choisissez
dans
s’agit
Le Classicisme
L ‘Age de 7a Liberté
Le Néo-C7..assicisme
Le Romantisme
I2i3I4I5I
3
sont correctes,
suivantes.
Quelques—unes
Lisez les phrases
‘vrai’.
écrivez
est correcte,
Si la phrase
fausses.
vraie.
transformez—la
n’est pas correcte,
pour la rendre
d’autres
si la
1
siècle, l’art francais est resté plus
du 17è
A partir
moms stable jusqu’au 2Oèm siècle.
2
l’Acadêmie
Française
La formnationde
France.
l’art
de
en
l’instábilité
a
3
24
et
Mais
a mis fin
pour
sont
phrase
ou
toujours
avec
grand Romnantique, a expérinenté
Eugene Delacroix, i
forireinséparables.
la
couleur
et
la couleur at croyait la
230
Answer:Key OuatreGrandes
ri Oes
P
d
1.
.
Slide Identification
Project the following slides, providing
me
The correct answers are
adequate tz
for the students
to respond.
in parentheses.
listed
1
2
3
4
5
6
(c)
(a)
(b)
(d)
(a)
(b)
/ slide 16:
/ slide 8:
/ slide 15:
I slide 20:
I slide 10:
/ slide 12:
,David Le Sacre de Napo.leon
la veilleuse.
La Madeleine
De la Tour
,
Le Cheval Fondu
,
Fraqonard
Ze peuple
La Liberté guid
it
,
Delacroix
Omer Talon
,
Champaq
Comédiensitalians
,
Watteau
a
the
Read each statement once, allowing
2. Listening Comprehension
.
students sufficient time to respond. The correct answers are listed
in parentheses.
1
2
3
4
(a)
(b)
(b)
(d)
5
(c)
mie
Franqaise.
La p
riode de la formation de l’Acad
de 1 ‘cunour de la nature.
de ,frivolit
Une priode
La p
riode de Watteau, Chardin, Boucher, at Fragonczrd.
motion
at le manque d’
Une raction
contre la rigidit
clans la peinture.
siecle
me
du l8
o2 l’on
Line raction
contre la libert
‘ordre
des
clans 1
classique
de s ‘ex
primer
essayait
Anciens.
Reading/Writing
3. .
student
responses:
The following
serve
as guidelines
for
evaluating
1
L’Art fran
n’est ja’naisrest stable. Ii se d
ais
veloppe
tou.j ours, en reaction au mouvement precedent,
en essayant
de se perfectionnersans cesse.
2
L’Acad
mie
n’a pas Pu arrêter le developpement de l’art.
C’etait toujours en reaction contra les conventions
de
l’Acad&nie que les nouveaux mouvements se developpaient.
3
vrai.
231
25
I.
3
Réalisme
ème. siècle
9
HonoréDaumjer
GustaveCourbet
JeanFrançoisMillet
JeanBaptisteCamilleCorot
232
27
Realisme
LeRéalisme (l9ëme siècle)
chose en cominun:
us
Le néo—classicisme
ont qtt
et le romantisine
lque
le monde reel.
Le
et ignorent
traitent
tous les deux d’un monde ideal
de la vie 4e façon
voulait
éclaircir
les my-stères
nëo—classicisme
les réponses
Le roniantisine
cherchait
dans les émotioñs.
intellectuelle.
idéalistes
la vie telle
Tous deux sont
d’accepter
qu’elle
et refusent
est.
Au milieu du l9ème siècle, les réalistes se mëfiaient de l’idéalisme
ge
et cotmnencaient a explorer le monde reel. En histoire, c’ètait l’
de l’hoxmne ordinaire, du socialisme, de la bourgeoisie pratique. C’est
a partir de ce point de vue que l’école rèaliste s’est développée. Au
milieu
du l9ème siècle, les Francais ont cessé de chercher leurs
us les ont
dans l’Antiquité
et en Orient.
artistiques
inspirations
trouvées chez eux.
tral
us se sont libérés des règles du classicisineet de l’aspect thé
du romantisme.
Deux
grands
principes
du réalistne:
ordinaires.
les sujets
choisir
elle existe,
montrer la nature coinxne
l’idéaliser.
sans
Honoré Daumier (1808-1879)
Caricaturiste.
A traité l’homine faible, reel; la réalité de l’êmotion.
S’est moquC ouvent de la situation de la bourgeoisie: elle
uvci.le société prospère.
n’était pas a l’aise dans sa n
rne
22 Un wagon de troisie
ciasse
Gustave Courbet (1819-1877)
Ii peint seuleinent ce qui existe.
ange et je le peindrai.”)
Sujet: l’ho=e ordinaire.
de palette
pour
Emploie le couteau
L’Académie était furieuse.
(“Montrez—tnoi un
la
premiere
23 La Grotte de ?,aLoue
28
233
fois.
-1875)
Jean François Millet (l8l
Traite
les
pauvres
au travail.
Les personnages dominent i.epaysage.
24
Lee Glaneuses
Jean BaptisteCamille Corot (1796-1875)
Traite les paysages.
‘Arrange’ i.epays sauvage pour y imposer un ordre.
Ii montre l.avérité du mon
nt.
visuelle.
Observation exacte; experience directe
atelier.
daxisson
tableaux
Finit toujours ses
—
2.5 Le Forêt
234
eau
de Fontaine7Z
29
Listenina ComarehensionExercise: Réalisme
.
Exercise
Read each statementonce
,
allowing the
students sufficient time to respond. At the end of this exercise, reread
with its answer to permit the students
each statement
to check their
Correct answers and explanatory information
responses.
appear below.
rehension
Listening Co
.
Réalisme.Vousentendrez 7
phrasessurlestheorieset es
—.
—
•
1
techniques du rëalisme, du
romanti9ne.et du néo-classi-
2
3 4
5
6
7
—
assicisme
Néo-C
cisme. Chaquephrasedécriraf
I unde cesmouvements, I Romantisme
deux.outouslestrois.MettezLRealisme
croix en face de chaque
.
x
—
x
—
—
—
x
—
—
—
x
—
.
x
une
crit.
mouvementd
x
x
—
—
x
—
—
The answer blanks for this exercise are located on page 5 of the Student Booklet.
1
2
3
4
5
6
7
Vcici
1
ies
du l9ème siècle.
Un tnouve
nt
artistique
S’est
la
développé
avec
bourgeoisie
pratique.
des emotions
Expression
surtout.
Reaction
s’intéresse
l’idéal;
contre
surtout
a 1’ordinaire.
S’intëresse
l’Orient.
beaucoup
a
subordonné
Un niouve
nt
a des règles.
n’étaient
L’antique
et l’exotique
On
plus importarits.
cherchait
l’inspiration
chez
soi.
artistique
correctes:
rponses
alisme
romantisme, r
tssicisme,
néo—cl
lieu
2
réalisme
3
romantisme
au l9ème
(Tous les trois mouveIr
nts
avaient
siècle.)
(En histoire c’est l’
ge
Le pratique
dominait,
et le
ne
de l’ho
réalisr
lcs
(Le romantis
exprixcait
Le classicisn s’intéressait plus
au reel.)
pratique, de la bourgeoisie.
le résultat.)
en etait
otions
plus qua les autres.
l’intellectuel, le réa1isu
plus
4
ralisme
5
romantisme (Beaucoup des artistes cherchaient leurs sujets dans 1’Orient.)
6
assicisme
néo—c7
(En reaction
réalisne
traitait
classicisu
par les
7
30
réalisrne
(Las
.romantisix
ainsi?)
classiques
ii
ne
con
aux nts
mouveu
le monde reel,
(Las Romantiques
et
étaient
qu’ils
parce
rêgles
classiques.)
Réalistes
dëdaignaient
Le monde n’êtait
les
Réalistes
trop limités
l’idéalisme
pas ideal,
235
et romantiques,
existe.)
la
du
se sont séparés
dans leurs
techniques
du néo—classicisme
le représenter
pourquoi
et
du
a I’ArtFrançais
[fr
itiation
Vous aUez voir quatre peinturesde
l’école réaliste. Dans.la liste de
droite, choisissez l’auteur de
chaque oeuvre.
PEINTRES
REALISTES
a Honoré DAUM
ER
b Gustave COURBET
c Jean Fran çois MILLET
nilLe
d C
COROT
11
2
Répondez par ‘Vr’ai’ Si les phrases suivantessont correctes.
Si non, dcrivez ‘pas vrai’.
1
__________
2
__________
La rêalisme est le résultatde la montée de la bourgeoisie
pratique.
Las Réaljstes cherchaientleurs sujets autour d’eux.
Le réalisme s’intéressesurtout a Vordinaire.
3
4
1
5
3
En général, las peintures réalistes inontrentplus d’étnotions
que les peintures romantiques.
Las Réalistes s’intéressaientsurtout a l’Antiqulté.
__________
__________
Dans la liste de peintres de l’êcole réaliste, choisissez
l’houmieassocié avec les theories at techniques ci—dessous.
1
‘Montrez—moiim ange et je le peindrai.’
_____
2
Un grand caricaturiste.
3
Traite les pauvres au travail.
4
______
Un grand paysagiste.
S’est qué
5
4
Répondez d’une
4
souvent de la nouvelle bourgeoisie.
facon breve
ais
complete
a la
question
suivante:
le
des intellectuals,
La c1assicist
est l’art
deux
ne
l’ho
Tous
avaient
las
sensible.
un nonibre
cej.ui de
l’art
réaliste
a
unite d’adinirateurs.P3urquoi est—ce qua
ordinaire?
éte accepté par 1’ho
236
31
I
I
I
Answer:Key Réalisme
1.
.
Projectthe folZ.owing
slides,providing
Slide Identification
to respond.
The correct
students
time for the
answers
adequate
in parentheses.
are listed
1
2
3
4
(a)
(d)
(b)
(c)
Un wagon de troisième
,
/ slide 22: Daumie
Forét deFontainebleau
Le
/ slide 25: Co
ç,
Grotte de la Louc
La
/ slide 23: ,Courbe
/
,
slide 24: MilL
Les Glaneuses
.
2. True/False
-
classe
I
vrai
vrai
vrai
4 pas vrai
5 pas vrai
1
2
3
I
.
3. Artist Identification
1
2
3
32
(b)
Courbet
4
(a) Dawnier
(c) Millet
(d) Corot
5
(a)
Daw7lier
23’7
i
I
I
I
I
I
•1
I
i
4
Impressionnisme
i9ernesièc
e
EdouardManet
ClaudeMonet
EdgarDegas
Camille Pissarro
AugusteRenoir
Henri de Toulouse-Lautrec
238
33
jmpressionni
sme
L’Impressionnisme
ne
(l9
siècle)
L’impressionnisme est n du Salon des REfuses
,
un salon ordonné par
Napoleon III en 1863; 1’Académieavait refuse des m.illiersde
peintures.
Ce mouvement a ëtabli 1’idée que chaque peintre a le dro
t
ii veut, at d’etre jugé en tant qu’individu...
coe
de peindre
L’inipressionnisme
a développé comme l’art du grand air.
L’instant et la fragmentationde la lumiêre et des couleurs sont
,
iiixportants.
Edouard
Manet(1832-1883)
Novateur;a cause un scandale.
Eclat de la lumière; l’impressionimmediate frappe l’oeil.
26
27
28
La D
jeuner sur Z.‘herbe
La Vieux Musicien
La 2’oréador Mort
Manet a ouvert la porte a ses successeurs. En 1874 un groupe d’artistes
s’est révolté contra l’Académie et a organisé une exposition indépendante.
Ces artistes voulaient tre libres de peindre cotnme us l’entendaient.
Le norn‘ixnpressionnisme’
vient du titre d’une peinture de Claude.Monet
du soleil levant).
(Inrprassion
L’itnpressionnisme
est fondé sur le ton d’une image et non sur l’objet
me.
lui—m
L’impressionnisteessaie de capturer l’effet de la luznière
est importante. La
quand elle touche u.nobjet. L’tdée de l’instant
lumière fragmente la toile en de tnilliersde couleurs qui donnent un
znanquede forme precise.
avec la couleur, la forme, et la lumlère, a ouvert la
L’expérimentatiOfl
l’art
moderne.
porte a
ClaudeMonet (1840-1926)
La plus grand des impressionnistes.
l’oeil mélange las
Ses couleurs sont fraginentées:
coups de pinceau individuals.
.
itê
Voulait surtout obtenir 1’instaxitan
A expérimenté pour analyser la—rapport couleur—lumlére.
29
30
31
drale
cia Rouan,
La Cath
Palazzo cia Mula, Venice
Les Barges cia la Seine,
239
a l’ouest, soleii
facade ci
Véthauil
JL
‘1
ImpressiOnnisine
EdgarDegas (1834-1917)
,
Impressionnjs
ais
plus traditionnel
que Monet.
Le plus subtjj
de tous les iinpressionnistes.
La danse est son sujet de -p.rédilection:
importance
du mouvenlent, de l’instantanéité.
Ii a choisi ses sujets
dans la vie contemporaine
pour leur spontanélté. 13.a refuséd’êchapper
a la réaljté.
32
33
AvaJ2t is ballet
Scene de ballet
CamillePissarro(1831-1903)
Plus disciplin que Monet.
Couleurs rendues par une multitude de petits points.
Cette techniquea atnenéle pointil]i.arne
de Seurat.
34
35
Charing Cross Bridge,
Boulevarddes Italiens,
I,ondrss,1890
is rnatin,
soleil
Auguste Renoir(1841-1919)
Les feimoes et les enfants
sont des sujets
Cherchait
plus de forme et de stabilité.
Peintre
joyeux..
importants.
36 Baigneuse attachc
t
ses cheveux
3? MineHenriot
38 Fillette a l’arrbsoir
d’autres
Après Renoir,
de l’impressionnisme,
de ses insuffisances.
ont continue
a suivre les principes
peintres
mais de plus en plus us se sont rendus compte
On continuait
a experimenter.
eC
Henri deTouiouse-Laufl
)
11864-1901
du Z1ou.Lin Rouge.
les environs
Grands sujets:
Emploie la lithographie.
39
Lbi coin
dz Moulin
240
d.s 7-a Galette
35
Exercises:onnisme
ListeningComprehension
Impress
Comprehension
.
Exercises
Read each statement once, allowing the
students sufficient
time to respond.
At the end of the exercise, reread
each statement with its answer to permit the students to check their
Correct answers are listed in parentheses.
responses.
Listening
çressionnisme. Vous allez entendre 10 phrases. Chaquephrase
1
décrira un peintre de l’école impressionniste. Dans laliste de droite.
choisissez Ia Iettre qui précède le nom de Ihomme décrit.
1
2
3
4
d
‘
‘-
c e
i
5
6
7
8
i 9 10
a
a
b
c
d
e
f
S
EdouardMANET
Claude MONET
Camille PISSARRO
EdgarDEGAS
Auguste RENOIR
Henri de TOULOUSE-LAUTREC
The answer blanks for this exercise are located on page 7 of the Student Booklet.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
a la danse.
la
Ii
employait
lithographie.
(f)
(b) Ii expérimentait beaucoup pour analyser le rapport couleur—
lumjère.
(c) Ii a fait êclater les couleurs en une multitude de petIts points.
(e) Ii aimait peindre les fenunes et les erifants.
(b) Ii a souvent peint la mime scene plusieurs fois.
(a) Le premier impressionniste. Il a ouvert la porte aux autres.
(f) Ii s’intéressait beaucoup a la vie du Moulin Rouge.
(b) C’est lui qui est le plus représentatif de tous les impressionrtistes.
(b) Ii voulait obtenir l’instantanéité.
Cd) Ii s’intéressait beaucoup
Impressionnisme. Vous entendrez ‘ questions. lour chaque
question, ii y a 2 réponses sur votre feuille-réponse. Choisussez
Ia réponse Ia plus convenable
I’Acad
b a dans un salon de mie.
b en reaction contre l’Académie.
de Ia Iumière quand elle touche un thjet.
a ab Ia‘effet
forme et Ia couleur d’un objet.
a mélang.3r es coups individuels.
b ajouter les couleurs qui manquent.
a
b
ses sujets reels, non idéalisés.
son experimentation avec couleur, forme, et lumière.
a
scientifique que Ic réalisme.
a b plus
moms scientifique que le réalisme.
The answer blanks for this exercise are located on page 7 of the Student Booklet.
1. (b) D’o l’impressionnisme est—il né?
2. (a) Qu’est—ce que l’impressionnisme essaie surtout de capturer?
3. (a) Avec l’itnpressionnisme, qu’est—ce que le spectateur doit faire?
4. (b) L’impressionnisme a ouvert la porte a l’art inoderne. Pourquoi?
Comment?
5.
(a) Est—ce que l’application des couleurs dans un tableau inipressionniste
est
36
plus
ou xnoins scientifique
que dans
241
une toile
réaliste?
.1
[itiation a I’ArtFrançais
1
Examen:lmpressionnism
Vous allez voir dix peintures de 1’école
impresSiOnfliste. Dans la liste de droite
le peintre de chaque tableau.
choisissez
2
•34
5678910
1
2
PEINTRES
IMPRESSIONNISTES
Edouard MAIVET
Claude MONET
’ni lie PISSARRO
C
d Edgar DEGAS
e Auguste RENOIR
f Eenri do TOULOUSE-LA(1TREC
a
b
Citez 5 theories ou techniques de l’école iinpressionniste.
1
2
3
4
5
3
nts,
D’après ce qua vous savez des deux mouve
differences principales entre le réa1isu
242
queues sont las
l’impressionnisiie?
et
37
AnswerKev Imnressionnisme
Slide Identification
.
Projectthe followingslides,providing
The correct answers
adequatetime for the students to respond.
are listed in parentheses.
2
(c)
(a)
3
(f)
4
(b)
5
6
(a)
1
7
8
9
10
38
(e)
(d)
(c)
(b)
(e)
/
/
/
/
/
/
/
/
/
/
slide
slide
slide
slide
slide
slide
slide
slide
slide
slide
35:
26:
39:
29:
28:
38:
32:
34:
30:
37:
Boulevardde Italiene,
,Pissarrç
le matin, soleil
l’herbe
Le
Dejewer
,
Mane
sur
(hicoin .du Moulin de la Galette
,
Toulouae-Lautrec
La Cathédrale de Rouen, faQade de 1 ‘ouest, soleil
,
Monet
Le Toreador Mort
,
Mane
Fillette
l’arroeoir
,
Renoir
le
ballet
Avant
,
gas
De
,
Pissarro
CharingCrossBridge,Londres,1890
Palazzoda Mula, Venice
,
Monet
MineHenriot
,
Renoir
_________
_____
___________
______
_____
______
_____
_________
_____
______
243
5
Néo-Irnpressionnisme/Fauvisme
l9èrne si.êcle
GeorgesSeurat
PaulCezanne
Vincent van Gogh
Paul Gauguin
(2OémesiêcIe
Henri Matisse
244
39
Nëo-Impressionni
sme
LeNéo-Impressionnisme
(l9êmesiècle)
A la fin du l9ème siècle,
l’impressionnistne
avait évolué.
Quatre peintres
représentent la transitionentre l’art traditionnelet l’art moderne:
us
ai.iste. Us ont continue a
ne regardent plus le monde d’un point de vue r
les impressionnistes:
les couleurs,
experimenter
coe
leur application,
les techniques,
et les formes.
Georges Seurat (1859-1891)
Reaction
contre le manque de forme- de l’impresaioTlnisme.
Couleurs
rendues par une multitude
de petits
points
(pointillisme).
che
d’étê
40 Un dim
41 &e C’irque
a la
Grande Jatte
Paul Cdzanne (1839-1906)
Voulait rendre l’impressionnismepermanent.
Voulait exprimer la forme par couleur.
Ii fallait
imposer im ordre dans is rrature.
DEformait l’iinage.
(L’essence
de l’art
moderne, c’est
l’artiste le
d’exprimez l’essence du sujet co
sent et le coniprend.)
Géoinétrieimportante.
42 Nature Morte avec Pornmes et Pêches
43 Paysage en Provence
l’idáal
devait représenter
Cezanne croyait
classique.
que l’impressionnisine
d’introduire
l’ordre
ii
forme
dans l’art.
la
Avec Seurat,
et
essayait
intér principal. Le sujet pouvait tre choisi
La forme était leur t
oii.
n’importe
l’idéal
dans l’art
Pendant que Cezanne et Seurat traduisaient
classique
formes
des
les
et
sujets
un autre mouvement déconiposait
contemporain,
I la couleur.
Ce
tentait d’exprimer les éniotionsde l’artiste grke
Las artistes
mouvement pseudo—roniantique
a donné plus tard le fauvième.
sentiments
dêsorniais
emotions
leurs
leurs
at
sur leur
exprimer
pouvaient
toile et faire du spectateur
participant.
un
Vincent van Gogh (1853-1890)
les sujets
les scenes ordinaires.
A traité
simples,
Ses coupsétaient hardis, rmpides.
II a nié
La vie tourmentée
liii a.donnê la matière.
la joie qu
on
trouve chez les inipressionnistes.
40
245
,e
Néo-Impressionnj
/ Fauv,sme
Sa.
paintura ast pleine
‘emotion.
Ses formes sont deforinees.
Vibration de i’ixnage;
intensitedes coulerus.
Essayait de représenterla nature
ii la percevait.
44 La nuit étoillëe
45 Jeune FiUs Debout
PaulGauguin(1848-1903)
.sociêté.
.la
Croyait l’artjste libêrêdes règles de
V exotique.
Aimait
le priuiitifet
Exprinialt 1 ‘emotion.
Synthétisnia:couleurs vives, for
s
es
plates, li
Ses couieurs sont artificielles.
Ses forniesde base sont importantes.
46
47
noires.
Fatata ’1s !dti
de 1 ‘artiste
Portrait
Les néo—impressionnistespensaient que l’artiste devait réinventerlas
formes et les couleurs au lieu de copier la nature. Les successeurs
de Gauguin et de van Gogh sont devenus les expressionnistes(qui
exprimaient la pathologie, la mélancolie,la brutalité sur leur toiles).
Ce inouvementêtait surtout importanten kllemagne et aux Pays—Bas. En
France, le Inouvementcorrespondantétait le fauvisme.
Le Fauvisme (2Oèmesiècle)
Le fauvisme était un mouvement de courts durée, mais dont l’importance
dans une conceptiondes couleurs. Las fauvistes pensaient
se traduit
devait tre
existe,
et que la
employee parce qu’elle
qua la couleur
couleur et la fori
sont inséparables.
Henri Matisse(1869-1954)
Chef des coloristes.
S’intéressait
a la relation
las couleurs
vives.
entre
la
forme at
48 MmeMatisse
49 Pot de Gércoziums
A partir de 1907, is cubisineremplaçait is fauvisme conunemouvement
le plus significatif
en France. La géométrie était importantepour
tous las néo—impressionnistes. Matisse a suivi ce nouveau mouvement.
246
41
I initiationa I’ArtFrançais
Discutez
46
brièvement
ais
Examen:Cubisme
La Théorie
coinplëtetnent
247
.
it
de Simultan
7
Dadaisn-ie
me
2U
siècle
W!arceDuchamp
MaxErnst
248
DadaIsme
Le DadaIsme(2Oèmesiècle)
1915—1922.
Trés
influence
par
le cubisme.
-
Les artistes
se sont révoltés
contra les cruautés
Mouvement nihiliste.
de la premiere guerre tnondiale,et sont convaincusque Ia civilisation
ne valait rien. us out renié l’art contemporaincar cet art avait été
accepté par la sôciété qui avait accepté la guerre. Cat art ne pouvait
donc pas tre bon.
Les artistes out rejeté les valeurs artistiquesacceptéespar tine
société qui pouvait supporter une guerre øü les hommes détruisaient
l’humanisme.
La forme, les règles, le réalisma en art, tout ce qui représentaitles
bases de la culture et de l’ordre social, étaient détruits par les
s
dada
tes.
En vérité: une
révolte intellectuelleet non un mOuvetnentartistique.
Las artistes out utilisé las chases laides, n’ayant aucune valeur
us ont défiguré l’art accepté.
artistique.
aprés 1922, il’a cependant
t
dispara
De trés courte durée, puisqu’il
de l’art.
la conception
transforuté
considerable.
Ii
influence
a
une
Ii n’y a plus de discipline, de régles, mais tine tendance vers le
bizarre, la fantaisie et l’absurdité.
Marcel Duchan
(1887-1968)
le plus important.
ste
Le dada
sacrées en ridicule.
choses
les
Tourne
Méchanique.
Spontanéité et liberté.
-
55 A regarder (l’autre côté du verre) d’un oeiZre.
de pre
pendant presque une heu
s.,
che
56 La Veuve Fra
) Allemand
MaxErnst (1891Moms nihiliste
que Duchamp.
Plus humoriste.
‘Frottis’: frotter tincrayon sur tinesurface rugueuSe.
57 Le Nageur AveugZ-e
48
249
I
Exercise: Dadaisme
ListeningComprehension
Conxprehension Exercise
Read each
Listening
.
students sufficient time to respond. At the
with its answer to permit the
each statement
Correct
answers are indicated in
responses.
statement
the
once, allowina
end of this exercise,reread
students
to check their
parentheses.
Dadaisme. Vous allez entendre8.
1
1 2 3 4 5 6 7 8
phrases. Si vous pensez quune
phrase exprime Ia phi
osophie
X X
X
vrau
dun Dadaiste
,
mettez une croix
après vrai. Sirion
,marquez
X X
X
pasvrai X X
après pas vra,.
______________________________________
The answer blanks for this exercise are located on page 11 of the Student Booklet.
2
(pas vrai) Ii faut respecter les règles de l’art.
(pas vrai) Nous habitons le ineilleur des inondes.
3
(
4
(pas vrai) Tout art est sacré.
5
(pas vrai) Wart
6
C
vrai) Les objets laids sont des objets d’art.
7
(
vrai) Nous sou
es
8
(pas vrai) L’absurdité n’a pas de place dans l’art.
1
vrai) J’ai le droit de peindre coe
doit tre
réaliste.
s
très inf1uenc
250
je veux.
par le cubisme.
I Initiationa,I’ArtFrançais
ent
Con
un Dada5ste
1 Que pensez—vous
2
Queues
3
Que pensez-VOu8
50
sont
les
répondrait—il
de votre
règles
de l’art
Examen:Dadaisme
aux questions
sujvantes?
sociéve’?
de l’art
d’après vous?
accepté?
251
8
•
Surrëalisme
•
2Oèmesiècle
SalvadorDali
YvesTanguy
252
51
Le Surrealisme(20èmesiècle)
Essaie de choquer. Ii présente un paradoxequi choque l’esprit pour le
libérer de itordinaire. L’esprit libre peut alors examiner les mystères
profonds de la vie.
-
-
C’est en général:
Une parallèle a la psychanalysequl essaie de trouver une explication
rationnelle a la conduite irrationnelle.
.
des cauchemarsrationnelle
de la rëalité
Une presentation
réalité
est sign.ificative
pour ceux qui font des cauchemars.
nt,
réeileu
sur le monde des cauchemars qui existe
Une enqu
te
de
(paradoxe).
hors
portée.
qui est
Cette
inais
CaracteristiqueS:
des raves et de l’esprit
vietment
de la profondeur
Les sujets
artistique, et sont souvent morbides.
ge.)
L’impossible et i incontestableco—existent. (Ce qui nous n
La fantaisie
joue
un r6le
important.
Salvador Dali (1904Ne en Espagne.
du mouvement.
Représentatif
Sa vie est un exemple du paradoxe
(sa mort—renaissance).
Fier de sa paranoia.
58
59
La Cane
rationnel—irrationnel.
-
Persi.stance
.
de la mémoi-re
YvesTanguy (1900-1955)
Français.
de ses creations
peuplées
Ses compositions
Le plus objectif des surréalistes.
Ses oeuvres sont plus tangibles.
60
52
Multiplication
253
des Arcs
imaginatives.
Exercise:Surréaljsme
ListeningComprehension
Comprehension
.
Exercise
Read each statement
once, al
-lowing
the
ent
time to respond. At the end of this esercise, reread
students suffi-ci
th
its answer to permit the students to check their
each statement bY?
responses. Correct answers are indicatedin italics.
.jstenir1g
Surréalisme. Vous allez entendre 8 phrases incomplétes.
Dans Ia liste, chois,ssez le mot qui complete le mieux
Ia phrase.
mórbide
I’esprit
Dali
choquer
cauchemars
Tanguy
lincontestable
psychanalyse
Dali
2
4
Tanguy
psychana/yse
6
morbide
choquer
7
/incoozestab/e
cauchemars
8
lesprit
The answer blanks for this exercise are located on page 12 of the Student Booklet.
Dali
1
Le chef
2
La surréa1ist
3
Le surrdalisme nous présente un paradoxe qul essaie de
4
Le surrêalisme traite souvent du monde des
5
Le grand Surréaliste francais est
du surréalisme
espagnol
est
parallèle
est
I la
psychanalyse
choguer
cauchemars
6
Tanguy
raorbide
En général, le surrëalisme est un peu
7
Le surréalisme nous montre la co—existence de l’impossible et de
l’incontestable
8
La surréa1is
essaie de découvrir les profondeurs de
254
l’esprit
53
I
[ Initiationa I’ArtFrancais
Discuter
la phrase
Examen:Surréalisme
]
suivante:
Z.a realite
isme
nous presents uris réalite rationnelZ.e:
Es surréaZ
des cauchemars qui sont rationnels pour ceux qui Z.es font.
255
I
/
aI’Art Français
[initiation
PERIQPI$z
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
73
14
15
76
nat
Exa
REINTRES
Art préhistorique
influence romaine
Periode Romane
Pd,iodO gothique
Renaissance
Classicisme
Age de Ia Libertd
Néo-C/aSSicisme
Romantisme
aIisme
R
lmpreSSiOflf7iSme
Néo-lmpressionnisme
Fauvisme
Cubisme
Dadaisme
Surrealisme
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
Georges 8RAQUE
François BOUCHER
Paul CEZANNE
Philippe de CHAMPAGNE
Jean$iméon CHARDIN
Camille COROT
Gustave COURBET
Salvador DALI
Honoré DAUMIER
Jacques Louis DAVID
Edgar DEGAS
Eugene DELACROIX
Georges DE LA TOUR
Marcel DUCHAMP
Max ERNST
Jean-Honord FRAGONARD
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
Paul GAUGUIN
Theodore G
RICAULT
.Iean-Auguste INGRES
Claude LORRAIN
EdouardMANET
Henri MATISSE
MILLET
-Frangois
Je
claude MONET
Pablo PICASSO
Camille PISSARRO
Nicolas POUSSIN
Augusta RENOIR
Georges SEURAT
Yves TANGUY
Henri de TOULOUSE-LAUTREC
Vincent VAN GOGH
Antoine WATTEAU
Vous allez voir .20diapositives.Identifiez 7a periode artistique
de chaque oeuvre. Choisissez le nwnéro de cette période dane la 7_istedes
riodes
p
.
.
Périodes
1
1
2
3
4
7
6
5
{
8
9
10
I L I I
Vous a72ez voir 5 diapositives. Identifiez le peintre de chaque
Choisissez le nwnéro dans 7_aliste des .
intres
p
.
Peintres
2 oeuvre.
1
2
3
4
5
I LL ii
choisissez 7_enuméro du peintre
Dane 7_a 7-istedes peinrres
,
décrit par 7_esphrases suivantes.
.
Peintres
‘-
1
2
—
4
5
—
7
8
9
—
_____
____
Pointilliste.
ste
Dada
_____
_____
danse.
Cubiste francais.
_____
6
a la
Grand rêaliste; caricaturiste aussi.
_____
3
Impressionniste qui s’intéressait beaucoup
français qui tourne les choses sacrées en ridicule.
Classique; chef de l’art francais sous
S’intdressait beaucoup
Napoleon.
a l’instantanëité.
A peint souvent les environs du Moulin Rouge
a Paris.
A cause un scandale avec son Déjez.cwrsur 7_’7wrbe.
256
55
10
11
12
_____
_____
_____
13
_____
14
_____
15
_____
.
A Périodes
e
±iV
dé
56
1
_____
2
_____
3
_____
4
_____
5
_____
6
_____
7
_____
8
_____
9
______
cubiste;né en Espagne.
grand
Le plus
S’intéressait aux 1es tahitiennes.
dont la vie tOurn
ntée
Néo—iuxpressionniste
Chef
du rotnantisme
français.
la mama scene
peint
Las fresques
étaient
Les artistes
ont peint
Essaie
de transition
entre
“L’instant”
Reaction
est
tnëlanger
contours
les
des murs.
touches.
l’art traditionnelat l’art
moderne.
des paradoxes.
et le néo—c1assicisni
le romantisma
de 1’Académie
_____
U
_____
12
_____
Deux périodes
13
_____
te
Enqu
14
_____
Nihilisme;
révolte
15
_____
Représente
toutes
16
_____
17
_____
18
_____
19
_____
20
_____
Française.
le manque de discipline
contre
sur
importantes.
important.
contre
La fondation
doit
en présentant
10
Reaction
des animaux sur les
l’oeil
de choquer
ie numéro de 7a periods
importantes.
fragmentées;
Couleurs
sous de lumières
emotions
le néo—c1assicisu
contre
fois
de l’hianisn
.
du développe
nt
Le coence
Ent
Période
plusieurs
choisiesez
7 liste des périodes
Dana a
suivantes.
phrases
.és
Z
par
Reaction
a donné la tnatière.
du surréalisme.
Chef espagnol
A souvent
différentes.
lui
(analytique,
du l8èii
siècle.
Géométrie
synthétique).
importante.
le monde du caucheniar.
contra
las
las
cruautés
dimensions
Période
de Daumier,
Période
de Manet,
Période
de Seurat,
Période
de Duchamp et Ernst.
Période
de Dali
Courbet,
a la
Millet,
de la guerre.
fois.
et Corot.
Monet, Degas, et Renoir.
Cezanne,
van Gogh, et Gauguin.
at Tanguy.
257
AnswerKey: Examen
Final
.
périodes
1
2
3
4
5
6
‘7
8
9
10
Project the followingslides,providing adequate vime for the
to respond. The correct answers are listed in parentheses.
(8) /
(11) /
(14) I
(10) /
(1) /
(9)./
(11) /
(26) /
(4) /
(15) /
slide 16:
slide 38:
slide 50:
slide 24:
slide 2:
slide 21:
slide 29:
slide 59:
slide 7:
slide 55:
,
David
Le Sacre de Napoleon
Renoir Fillette a l’arrosoir
,
Les Demoisellesd’Avignon
,
Picasso
Les Glaneuses
,
Millet
La Grotte de Lascaux
Un guerrzer nu avec une lance
,
Gericault.
hédra le de Rouen, facade de l’ouest, .soZ.eil
Monez
La
Cat
,
de la rnemoire
Persistance
,
Dali
Vitrail
cote du verre) d’un oeil,
,
chaJ7rp
Th.
A. regarder (l’autre
de près, pen&znt presque une heure.
Peintres Project the following slides, providing adequate time for the
.
students to respond. The correct answers are listed in parentheses.
1
2
3
4
5
(32) /
(21) /
(32) /
(27) I
(1) /
.
Peintres
1
2
3
4
5
(11)
(9)
(29)
(1)
(14)
.
Pêriodes
1
2
3
4
5
(5)
(9)
(3)
(1)
(11)
slide 39:
slide 27:
slide 44:
slide 46:
slide 54:
,
Toulouse-Lautrec
Un coin du Moulin de la Gale tte
Manet Le Vieux Musicien
,
van Gogh
,
La nuit étoillée
,
Gauquin
FatataTe Miti
,
Brague
Nature morte: Le Jour
Correct answers are listed in parentheses.
6
7
8
9
10
(20)
(24)
(32)
(21)
(25)
11
12
13
14
15
(17)
(32)
(12)
(8)
(24)
Correct answers are listed in parentheses.
6
7
8
9
10
ii
12
13
14
15
(12)
(16)
(12)
(10)
(6)
258
(8)
(24)
(16)
(15)
(14)
16
17
18
19
20
(10)
(11)
(12)
(15)
(26)
57
SlideList
1 La Grottede Lascaux,French GovernmentTourist Office.
2 La Grottede Lascaux,FrenchGovernment
TouristOffice.
TouristOffice.
3 La Grottede Lascaux,FrenchGovernment
4 Les Arènes,Ntmes.
-
5 La Maisoncarrée, Nfmes.
6 Manuscrit enlumin& The Walters Art Gallery, Baltimore.
.
7 Vitrail. Chartres Cathedral.
8 De La Tour, Georges, La Madeleine a Ia veilleuse, The Louvre.
9 Poussin, Nicolas. L’Enlèvernent des Sabines, 0/c 60 7/8 x 82 5/8”, The Metropolitan Museumof
Art, Dick Fund, 1946.
10 De Champagne,Philippe, OmerTalon. (dated 16
9),
SamuelH. Kress Co]lection.
11 Lorrain, Claude, Paysageavec marchands, (C. 163
),
SamuelH. Kress Collection.
National Gallery of Art, Washington, D.C.,
National Gallery of Art, Washington, D.C..
12 Watteau, Antoine. Comédiens italiens, National Gallery of Art, Washington,D.C., SamuelH. Kress
Collection.
13 Chardin, Jean Siméon, La Fille de cuisine, National Gallery of Art, Washington,D.C. SamuelH.
Kress Collection,
14 Boucher, François, Venus consolant l’Amour, (dated 1751), National Gallery of Art, Washington.
D.C., Gift of Chester Dale.
15 Fragonard.Jean Honoré, Le Cheval Fondu, (between 1767 and 1773), National Gallery of Art,
Washington. D.C., SamuelH. Kress Collection.
16 David, Jacques Louis, Le Sacre de Napoleon, The Louvre.
17 David, Jacques Louis, Mort de Marat, Musée des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles.
18 Ingres, Jean Auguste, Odalisque
a l’esclave,
The Walters Art Gallery, Baltimore,
19 Delacroix. Eugene,La Fillette algeri.enne, (C. 1832), National Gallery of Art, Washington, D.C.,
Chester Dale Collection.
20 Delacroix, Eugene,La LiberW guidant le peuple, The Louvre.
21 Gëricault, Theodore,Un guerrier flu avec une lance, (1810-1812), National Gallery of Art,
Washington, D.C. Chester Dale Collection.
22 Daumier, Honoré, Un wagon de troisièrne classe, 0/c 25 3/4 x 35 1/2. The Metropolitan Museumof
Art, Bequestof Mrs. H.O. Havemeyer, 1929, The H.O. HavemeyerCollection.
23 Courbet, Gustave. La Grotte de Ia Loue, (C. 1865). National Gallery of Art, Washington, D.C., Gift
of Charles L. Lindemann.
24 Millet, Jean François, Les Glaneuses, The Louvre.
of Art, Washington, D.C.,
25 Corot, Jean Baptiste, Le Forét de Fontainebleau, (C. 1830), National Gallery
Chester Dale Collection.
26 Manet. Edouard,Le Déjeunersur l’herbe, The Louvre.
259
1
27 Manet, Edouard.Le Vieux Musicien, (dated 1862L National Gallery of Art, Washington..o c
ChesterDaleCollection.
28 Manet. Edouard,Le ToreadorMart, (C. 1864),National Gallery of Art, Washington, t\C., Widener
Collection.
2q Monet, Claude, La Cathédrale de Rouen,façade de l’ouest, soleil, (dated 1894), National Gallery
of Art, Washington,D.C., Chester-Dale Collection.
30 Monet, Claude, Palazzo da Mula, Venise, (dated 1908), National Gallery of Art, Washington, D.C.;
Chester Dale Collection.
0
31 Monet, Claude, Les Bergesde Ia Seine, Vétheuil, (dated 1880), National Gallery of Art, ‘ashington
D.C., Chester Dale Coliection.
32 Degas, Edgar. Avant le ballet, (1888), National Gallery of Art, Washington, D.C.. Widener Collection.
33 Degas, Edgar, Scene de ballet, (c. 1907), National Gallery of Art, Washington, D.C., Chester Dale
Collection.
34 Pissarro, Camille. Charing Cross Bridge. Londres. 1890, o/c 23 1/2 x 36 1/4”, Fromthe Collection
of Mr. and Mrs. Paul Mellon.
35 Pissarro, Camille, Boulevarddes Italiens, le matin, soleD, (dated 1897). National Gallery of Art,
Washington, D.C., Chester Dale Collection.
36 Renoir. Auguste, Baigneuseattachant ses cheveux, (c. 1893), National Gallery of Art, Washington,
D.C., Chester Dale Collection.
37 Renoir, Auguste, MmeHenriot, (c. 1876), National Gallery of -Art, Washington, D.C., Gift of Adele
P. Levy Fund. Inc.
National Gallery of Art, Washington, D,C.,
38 Renoir, Auguste, Fillette a l’arrosoir,
1876),
(dated
Chester Dale Collection.
Henride,Un coin du Moulin de Ia Galette, (1892), National Gallery of Art,
39 Toulouse-Lautrec,
Washington,
D.C.,ChesterDaleCollection.
o/c 81 x 1203/8. Helen
(1884-1886),
Georges,Un dimanched’etéa IaGrandeJatte,
40 Seurat,
ofChicago.
The Art Institute
BirchBartlett
Memorial,
Courtesy,
TheLouvre.
Georges,Le Cirque,
41 Seurat,
2
ofArt.
National
Gallery
Cezanne,Paul,NatureMorteavecPommes etPéches.(c.1895),
D.C. GiftofEugeneandAgnes Meyer.
Washington,
D.C..
ofArt,Washington,
Gallery
National
(1878-1883),
43 Cezanne,Paul,Paysageen Provence,
DaleCollection.
Chester
TheMuseumofModernArt,
0/c29 x 36 1/4,Collection.
(1889),
La nuitétoillde,
44 van Gogh,Vincent,
P.Buss Bequest.
theLillie
through
New York, (c)1972,Acquired
ofArt,Washington,
D.C.,ChesterDale
Gallery
Debout,National
JeuneFille
45 van Gogh,Vincent,
Collection.
tori,
National Gallery of Art, Washin
Te Miti,
(dated1892),
Paul.Fatata
46 Gauguin,
Collection.
D.C.. Chester Dale
Dale
D.C.,Chester
ofArt,Washington,
Gallery
National
’artiste,
de t
Paul,Portrait
47 Gauguin,
Collect
ion.
The RoyalMuseum ofFineArts,Copenhagen.
Henri,Mme Matisse,
48 Matisse,
D.C..ChesterDale
National Gallery of Art, Washington,
(1912),
Henri,Potde Gdraniums,
49 Matisse,
Collection.
260
59
50 Picasso, Pablo, Les Demoiselles d’AvignaL (1907. spring), 0/c 8’ x 7’B, Collection, The Museum
of Modern Art, New York. (C) 1972, Acquired through the Lillie P. Bliss Bequest.
51 Picasso, Pablo, Trois Musiciens, (1921, summer),0/c 6’7 x T 33/4”, Collection, The Museumof
Modern Art, New York, (C) 1972, Mrs. Simon GuggenheimFund.
52 Picasso, Pablo, Nature morte, (1918), National Gallery of Art, Washington,D.C., Chester Dale
Collection.
-
ne
nue avec unpanierdefruits, (1926), National Gallery of Art,
53 Braque, Georges, Fen
Washington, D.C., Chester Dale Collection.
54 Braque, Georges, Nature morte: Le Jour. (dated 1929), National Gallery
Chester Dale Collection.
of Art, Washington, D.C..
55 Duchamp, Marcel, A regarder (l’autre cOtédu verl-e)d’un oeil, de prês, pendant presque une heure,
(1918). Frameddouble glass panel with oil paint, collage, lens. etc., 20 1/8 x 16 1/8”,
Collection. The Museumof ModernArt, New York, KatherineS. Dreier Bequest.
56 Duchamp, Marcel. La Veuve Fraiche, (1920), Miniature French window, painted wood frame and
eight panes of glass covered with black leather, 30 1/2 x 17 518” on wooden sill, 3/4 x
Inscribed: Fresh Widow Copyright nose Selavy 1920. Collection, The Museum
.
21 x 4
of Modern Art, (c) 1973, Katherine S. Dreier Bequest.
o/c 36 3/8 x 29”, Collection, The Museumof ModernArt,
).
57 Ernst, Max, Le Nageur Aveugle, (193
New York, Gift of Mrs. Pierre Matisse and Helena Rubinstein Fund.
I
58 Dali, Salvador, La Cène. (1955), National Gallery of Art, Washington,D.C., Chester Dale
Collection.
59 Dali. Salvador, Persistance de Ia mémoire, o’c 9 1/2x 13”, Collection, The Museumof Modern
Art, New York. (C) 1972.
60 Tanguy, Yves, Multiplication des Arcs, (1954), o/c 40 x 60”. Collection, The Museumof Modern
Art, New York, Mrs. SimonGuggenheimFund.
1
I
I
1
60
261
I
I
I
Sample of
CreativeWriting
promptedby a
FrenchMasterpiece
262
heckpoj
C: French
Co text
Student
Work
pje
San
ImPress
101
Painting
The
students
were asked
cI a French 4 class
an Irnpresslo.to °Ose a Postcard
of
at this
Painting, Looking
Postcard the
ifl1agjfl a
students had
.
to
painter to Story hat 5pired
1fl
the
create thj
5
After
nlasterp.lece
corrected fQf
5
aSsignmefl
the Students were
typed them
on the
printed them
and :omPuter,
below the
ttached them
Postcard
Elise est née a Ia campagne. Quand elle était
jeune, elle adorait courir dans les champs de ble.
Elle adorait les oiseaux, les fleurs et les arbres.
Elise était fille unique, avec un grand frere.
Malheureusement, ii travaillait toujours a Ia
ferme de ses parents, et ii ne faisait pas attention
a Elise.
Une belle journee, Elisejouait dehors quand
elle a vu un garcon sous un ai-bre. I avait les
cheveux noirs et les yeux bruns, et ii tenait un
chat. Christopher, le garçon. a aperçu Elise et 11
lui a montré son chat. Elise a sour!: elle a
regarde le chat, et elle a regarde Christophe. us
ont ri. A partir de ce moment, les deux étaient
des arnis.
Christophe a donné souvent des cadeauxa
Elise, par exemple une fleur, ou une pomme ou
un papillon. Christophe a epargne son argent et
un jour, ii est allé en yule avec son pére. Quand
ii est retourné, ii avait un be! éventail pour
Elise. Elle a embrassé Christophe, car elle était
heureuse d’avoir un am! comme Christophe!
I
Quan d Elise avait seize ans, son pere est mort
dans un accident. Sa famille avait besoin de vivre
en yule. Pauvres Elise et Christophe n’aurait pas
pu se voir encore! us se sont embrassés et us orit
promis de sécrire.
70
Elise lui manquait beaucoup Christophe, qui
était devenu ariste. II a décidé de peindre un
tableau d’elle. I espérait qü Elise pensait a lui. Ii
la vu avec l’éventaii, un souvenir de Christophe
et de Ia belle campagne.
263
Perform
Studen
’
can,
ce h)dicators
JJ
.Wrftefl7
Presented/n
Creative texts
aa 0
rgan jze hJe0
’fa
and
Shjon
‘earned
°7n7unkat
.,‘
I
through the
°í/range
1
Commentary
The Sample:
• deals independently with a topic that extends beyond the
student’s daily life
• reflects a topic of interest to members of the target culture (a
famous painting)
• expresses complex ideas, using simpler forms of language
• shows skillful command of written language (e.g., correct use of
the passé compose and the imparfait
• demonstrates the student’s imaginative response to a stimulus
(postcard)
• shows how a visual can stimulate independent thought
• engages the reader through effective storytelling techniques
• reflects the student’s ability to use dictionaries or other
resources to find necessary vocabulary not previously learned
(e.g.. “éventail” = fan)
• makes connections with art and relevant personal themes.
Circumstances
of Performance:
Timed Assignment
“I
Extended Project
First Draft
I
Revised Draft
“I
Teacher-generated
‘1
Student Choice
Topic
Embedded in Class Work
Research Required
71
264
French V
2007
th
Unit 6— 20
Century
—
Effects of World Wars on France & Technology and Progress
Time Period—4 5‘weeks
-
Objectives
> Students will be able to describe how World War I affected France.
> Students will consider France’s role in World War II.
> Students will recognize the impact of the European Union and decolonization. (Students will
be aware of Overseas Departments and Territories DOM / TOM).
Students will be able to describe significant changes in transportation (TGV, Chunnel) and in
architecture in Paris (Louvre pyramids, La Defense, La Cite des Sciences and Bercy).
th
> Students will discuss readings from three 20
century writers (Albert Camus, Marguerite
Dura, and Amadu Hampâté Ba).
> Students will be able to use appropriate vocabulary to discuss current technology.
> Students will describe how to use verbs in different tenses (present, passé compoé, imparfait,
futur, conditionnel, plusque parfait, conditionnel du passé, future antéieur, and present du
subjonctif).
—
Vocabulary
> technological vocabulary
Grammatical Structures
> review verb tenses (present, passé compoé, imparfait, futur, conditionnel, plusque parfait,
conditionnel du passé, future antéieur, and present du subjonctif)
265
French V
2007
Unit 6
—
Century
—
Effects of World Wars on France & Technology and Progress
Suggested Activities & Assessment
Reading
> Trésors du Temps Douzième Etape Un peu d’histoire Le vingtième siècle: Age de grand
progress. Students will learn about the major events in World Wars I and II as well as
decolonization, the European Union and some major technological advances.
> Students will read additional information about the European Union.
> Trésors du Temps Douzième Etape Vie et Littérature. Students will read selections from
th
three prominent 20
century francophone writers.
> Students will read selections highlighting technology in France today.
—
Speaking
> Students will discuss how they use technology in their everyday lives and how technology
has evolved.
Listening
> Studentswill view the film Au revoir les enfants.
Writing
> Students will critique or analyze France’s role in the Eruopean Union.
> Students will write about an imagined technology of the future.
Grammatical Practice
> Students will complete activities to practice the different verb tenses (present, passé compoé,
imparfait, futur, conditionnel, plusque parfait, conditionnel du passé, future antéieur, and
present du subjonctif).
Assessment
> Students will be given a quiz after completing each section of the unit (history, readings,
grammar, culture). The quiz will consist of any combination of the following questions:
true/false, multiple choice, matching, fill-in the blank or short answer.
> At the end of the unit students will demonstrate proficiency of the material studied either by
taking an exam that covers all the elements of the unit or by creating a project that ties the
elements together.
266
FrenchOverseas
Departments&
Territories
267
France d’outre mer
-
I. .trticlede Wikipédia,l’encyclopédielibre.
LaFrancedoutre-mer, souvent désignée par l’abréviationDOM-TOM
permet de designer collectivement l’ensembledes terres sous souveraineté
française situées hors métropole. Ces territoires sont d’anciennescolonies
françaises.
L’acronyme DOM-TOM signifie Département d’outre-mer Territoire d’outre
mer. Cette expression d’usage courant semble Ia seule utilisée pour synthétiser
Ia variété des statuts juridiques de ces terres, bien que, depuis Ia modification
constitutionnelle de 2003, cette appellation ne soit plus relative au statut des
territoires qu’elleenglobe.
—4,,
.4
—,
-
Depuis le 18 mai 2007, le ministre de l’Outre-Mer est Michèle Alliot-Marie
(UMP), assistée par le secrétaire d’Etat Christian Estrosi depuis le 19 juin 2007.
La Franced’outre-meren
2007.
Légende:
Bleu: Métropoleet DOM
ROM.
Orange : COM.
Vert: TAAF.
Jaune: Clipperton.
Grandepolice: habitéen
permanence.
Sommaire
Petitepolice: non-habitéen
permanence.
1 De multiples statuts
• 1.1 Départements et regions d’outre-mer
• 1.2 Collectivité doutre-mer
• 1.3 La Nouvelle-Calédonie
• 1.4 Terres australes et antarctiques francaises
• 1.5Clipperton
• 2 Evolutions institutionnelles
• 2.1 Saint-Martin et Saint-Barthélemy
• 2.2 Mayotte
• 2.3 Nouvelle-Calédonie
des territoires ultramarins français
3
Liste
•
• 3.1 Territoires habités
• 3.2 Temtoires inhabités
• 3.3 Lien externe
• 4 Sources
• 5 Voir aussi
De multiples statuts
Le DOM-TOM peuvent être repartis en plusieurs categories:
Départements et regions doutre -m er
Les départements et regions d’outre-mer, (acronyme DOM-ROM)dont le statut est le même que celui des
268
départements et des regions métropolitaines. us sont regis par I’article73 de Ia Constitution. Ce sont:
• Guadeloupe;
• Guyane;
Martinique;
Reunion.
•
•*
La Guadeloupe, Ia Martinique et Ia Guyane forment les départements francais d’Amérique(DFA).
Les DOM-ROM font partie de i’Union européenne et en sont des regions ultra-périphériques.
Collectivité
‘outre mer
-
Les coilectivités d’outre-mer (acronyme COM)sont des territoires aux statuts très divers. Elles sont régies par
i’articie 74 de Ia Constitution. Ce sont:
•
•
•
•
•
•
Polynésie française (qui a Ia denomination particulière de pays d’outre-mer)
Saint-Pierre-et-Miquelon;
1 Wallis-et-Futuna;
Mayotte (qui a Ia denomination particuiière de collectivité départementale d’outre-mer);
I I Saint-Martin (apartir de mi-2007)
Saint-Barthélemy (apartir de mi-2007).
La Nouvelle- Calédonie
La Nouvelle-Calédonie est spécifiquement régie par le titre XIII de Ia Constitution (articles 76 et 77).
Eiie constitue une collectivité sui generis et est simpiement dénommée la Nouvelle-Calédonie dans les
textes juridiques.
Terres australes et antarctiques françaises
•
Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), mentionnées aFarticle 72-3 de Ia Constitution.
Elles disposent d’uneadministration propre, basée aSaint-Pierre, aIa Reunion. Juridiquement, c’est un
territoire d’outre-mer astatut particulier depuis ie 6 aoüt 1995.
Depuis février 2007, les lies Eparses (Bassas da India, Europa, lies Glorieuses, Juan de Nova, Tromelin) forment
le cinquième district des TAAF. Les lies Eparses font toutes l’objet de revendications territoriales d’Etats tiers.
rto
Clippe
L’lie Ciipperton fait partie des propriétés domaniales de i’Etat. Ce sont donc des propriétés privées de 1’Etat
francais, qui peut iibrement les administrer. Clipperton est administrée par ie ministre de 1‘Outre-Mer (depuis
février 2007).
F’-9lutions institutionnelles
On notera que l’appellation de territoire d’outre-mer a été supprimée de i’ordrejuridique depuis ia revision
constitutionnelle du 28 mars 2003, et n’est plus utiiisée que par abus de langage ou force de i’habitude.
269
Saint-Martin et Saint-Barthélemy
Les lies de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy sont devenues des collectivités d’outre-mer (COM), en
de l’articie74 de Ia Constitution et vont quitter le DOM-ROM de Guadeloupe. En effet, lors du
ication
1
ap
;ndum de décembre 2003 sur l’évolutiondes statuts institutionnels,ces lies ont répondu différemment du
r
reste de là Guadeloupe. La loi organique créant ces coliectivités a été votée par le Parlement le 21 février 2007
et entrera en application dans le second semestre.
Néanmoins, même sous ce nouveau statut, ces coilectivitéscontinuerontde faire parties de l’Union européenne
comme regions ultra-périphériques.
M ay otte
La coliectivité de Mayotte pourrait obtenir le statut de DOM apartir de 2011, le statut actuel de collectivité
d’outre-mer au plan constitutionnel, avec une organisation et une denomination specifique de <<collectivité
départementale> ayant été mis en place par Ia loi organique du 11 juillet 2001 afin de rattraper le différentiel
législatif avec Ia metropole. Les populations de PIleréclament en effet ce statut depuis 1976.
Néanmoins, un aménagement constitutionnel resterait nécessaire afin de rendre compatible les statuts personnels
spécifiques du droit coutumier, Siceux-ci devaient être maintenus en plus du droit personnel commun, car La
Constitution protege les droits personnels. Suite aPéchecdu statut de collectivité territoriale au sens de Particle
73 alinéa 3 de Ia Constitution (statut initialement prévu pour se substituer au DOM-ROM avec une collectivité
unique au plan exécutif), l’autre possibilité est de permettre les statuts personnels spécifiques dans les DOM. Le
conseil general actuel pourrait alors conserve pour le plan exécutif, et l’actuelconseil territorial aurait ses
étences modifiées par rapport aux actuelles regions d’outre-mer pour prendre en charge l’administrationde
c
I’
utifjudiciaire specifique nécessaire au maintien des droits personnels coutumiers, mais les compétences
législatives relèveraient alors du droit commun du Parlement de Ia Republique.
Nouvelle- Calédonie
La Nouvelle-Calédonie organisera en 2014 un référendum local en vue d’obtenir l’indépendancecomplete en
vertu des accords de Nouméa. Une consultation est en cours sur place afin de définir les modalités de ce vote,
notamment Ia composition du corps electoral.
Liste des territoiresultramarins français
Territoires habités
Statut
Populationtotale Superficie
DOM-ROM
Emblême
1 854 067
91 847 km
2
COM
483 769
2
5 057 km
Collectivité sui generis
232 258
19 058 km
2
Nomdu
territoire
Chef-lieu Population Superficie Localisation
(2005)
270
Observations
Statutjuridique__départements_d’outre-meret regions d’outre-mer
2
Petites
Les lies de Saint
448713 1 703 km
Guadeloupe Basse-Terre
Antilles
t de
my
hé1
Ba
Saint-Martin sont
devenues des
llectivités
co
d’outre-mer
séparées:le 21
février 2007
.
.
..
/
.
.
.
.
.
.
Guyane
Cayenne
Martinique Fort-deFrance
Reunion
Saint-Denis
195 506 86504 2km Amérique du
Sud
432 900
1128 km
2
Petites
Antilles
776 948
2 512 km
2
Afrique
(Ocean Indien
Ouest)
_
1
.
Statut juridique collectivités d’outre-mer
vom
374 km
2
Afrique
Changement de
(Canal du
statut en region
Mozambique) d’outre-mer prévu
pour2Oll,
revendiquée par les
Comores
Mayotte
Mamoudzou
201 234
Polynésie
française
Papeete
2
260 338 4 167 km
Pacifique Sud
(Polynésie)
.
Saint
Saint
Barthélemy Barthélemy
SaintMartin
Saint
Pierre-et
Mi
1
ue1on
Marigot
6 852
(1999)
31 397
(2002)
Saint-Pierre
7 012
271
2
Petites
25 km
Antilles
Collectivité séparée
du DOM-ROM de
Guadeloupe depuis
le 21 février 2007
2
Petites
53 km
Antilles
Collectivité séparée
du DOM-ROM de
Guadeloupe depuis
le 21 février 2007
242 km
2
Atlantique
Nord (Est de
Terre-Neuve
et-Labrador,
Canada)
Waliis-et
Futuna
Mata- Utu
2
274 km
15 185
Pacifique Sud
(Polynésie)
Statutjuridique collectivitésut genens
NouveileCalédonie
Nouméa
232 258 19 058 km
2
Pacifique Sud Statut transitionnel,
référendum
(Mélanésie)
d ‘autodétermination
prévu en 2014 sur
i’indépendance
Territoires inhabités
Nomdu
térritofre
Superficie
Clipperton
7 km
2
lies Crozet
352 km
2
lies Eparses
• Bassas da
India
• Europa
• lies
Glorieuses
• Juan de
Nova
• Tromelin
lies Kerguelen
Ties Saint-Paul
et Amsterdam
Terre Adéiie
2
39,4 km
2
1 kin
Localisation
Statut
sous i’autorité
directe du
1
gouvernement
Pacifique Nord
(Ouest du
Mexique)
district des
TAAF
Ocean Indien
district des
TAAF
Afrique
Observations
(Sud)
Souveraineté contestée:
Canal du
Mozambique
revendiquée par
Madagascar
28 k,n
2
Canal du
Mozambique
revendiquee par
Madagascar
5 km
2
Ocean Indien
(Est)
revendiquees par les
Comores, Madagascar et
les Seychelles
Canal du
Mozambique
revendiquée par
Madagascar
Ocean Indien
(Est)
revendiquée par Maurice
2
4,4 km
2
1 km
district des
TAAF
Ocean Indien
66 kill
2
district des
TAAF
Ocean Indien
(Sud)
2
432 000 km
district des
TAAF
Continent
Antarctique
2
7 215 km
(Sud)
Lien externe
272
Souveraineté dans ia iimite
du traité sur i’Antarctique
• Synthèse du site Vie
—publique.fr
mer.html)
(http://www.vie-publique.fr/decouverte
(fr)
rces
1. 1 C’estPexpressionutilisëe par I’article 9 de Ia Ioi 55-1052du 6 aoüt 1955 portant statut des Ten-esaustraleset
antarctiquesfrançaiseset de I’IIede Clipperton,introduit par la loi 2007-224du 21 février 2007 portantdispositions
statutaireset institutionnellesrelatives al’outre-mer(JORF du 22 février 2007, p. 3220et suivantes
Voir aussi
rouIcr
LDt
Franced’outre-mer
-
J
Portail de lá France
Récupérée de <<http:I/fr.wikipedia. org/wiki/France_d%Z7outre- mer>>
Catégorie: France d’outre-mer
t
2007 a 16:03.
• Dernière modification de cette page le 16 ao
• Copyright: Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU
(GFDL).
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance régie
par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des Etats-Unis.
2’73
Information
on the TGV
(Frenchbullet train)
274
TGV
ticledeWikipédia,1encyclopédielibre.
Cet article concerne le TGV de Ia SNCF. Pour les autres trains roulant a grande vitesse, voir Train a grande vitesse.
Pour les articles homonymes’, voir TGV (homonymie).
E
E
Le TGV est une rame automotrice électrique d’origine francaise apte a circuler a des vitesses
supérieures a 320 km/h en exploitation, mise au point par Ia SNCF et construite par Ia
division transports de la socidté Aistom (anciennement GEC Aisthom).
Hormis trois TGV spécifiquement aménagés utilisés par La Poste entre Paris et Lyon, le
TGV est exclusivement un service de transports de voyageurs.
Sommaire
• lLenomTGV
• 2 Histoire
• 21 Aux.origines du TGV
• 2.2 La naissance du TGV actuel
• 2.3 La conquête de Lavitesse
• 2.4 L’extension du service
• 3 Le materiel
• 3.1 Conception
• 3.2 Motorisation
• 3.3 Circuits électriques de commande
• 3.4 Evolutions
• 3.5Prix
• 4 L’infrastructure
• 4.1 Les lignes a grande vitesse (LGV)
• 4.2 Las gares
• .5 Las services
• 5.1 Dessertes nationales, en France
• 5.2 Dessertes intemationales ailleurs en Europe
• 5.2.1 Thalys: France Belgique Pays-Bas Allemagne
• 5.2.2 AlIeo: TGV EST et ICE France Allemagne
• 5.2.3 Eurostar: France Belgique Grande-Bretagne
• 5.2.4 Lyria: France Suisse
• 5.2.5 Artésia: France Italie
• 5.3 Las regions oubliées
• 5.4 La hausse des prix
• 6 L’exploitation
• 6.1 Entretien
• 6.2Activité
• 6.3 Las accidents les plus graves
• 6.3.1 Sur ligne a grande vitesse
• 6.3.2 Sur ligne classique
• 7 Voir aussi
• 7.1 En simulation
• 7.2 Notes et références
• 7.3 Bibliographie
• 7.4 Articles connexes
• 7.5 Liens externes
-
-
-
-
-
-
-
-
Le nom TGV
La terme TGV désigne au sens large le système ferroviaire constitué par ce materiel et Ia ligne dédiée (LGV ou Ligne aGrande Vitesse) Iui
275
permettant d’atteindre ses performances optimales.
Le sigle TGVsigniflait al’ongine << Très Grande Vitesse>>dans Ia denomination du premier turbotrain experimental TGV 001. II s’agissait de
marquer une nouvelle étape, en dépassant les 200 km/h pratiqués (parcimonieusement)sur le réseau classique depuis 1967. L’usage courant de
ce “‘1e
pour designer cette rame a fait évoluer naturellement sa signification vers <<TrainaGrande Vitesse >>.
AL .d’hui, << TGV>>est une marque déposée de Ia SNCF. Le logo de la marque TGV, al’aspect métallisé, est censé évoquer Ia fluidité, Ia
vitesse et Ia puissance du train (même Si, interprété différemment, lu al’envers, ii evoque curieusement un escargot). Le slogan du TGV est
<< TGV, prenez le temps d’aller vire >>.
Histoire
Article détaillC
Histoire de Ia grande vitesseferroviaire en France
Cette sectionest vide, pas assez détaillée ou incomplete.
Votre aide (http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=TGV&action=edit)
est Ia bienvenue
A
Affligin
.-..
—.-
—
.—
..
..
-—
-...-
-—
..
—“...
L’idée de créer un train agrande vitesse pour relier les principales villes françaises a emerge au cours des années 1960, après que le Japon eut
commence la construction du Shinkansen en 1959. A I‘époque, Ia SNCF cherchait un moyen de redresser Ia frequentation de ses trains, qui
baissait inexorablement. Une augmentation substantielle de Ia vitesse apparut comme la solution qui lui permettrait de concurrencer
efficacement J’automobile et l’avion. Elle était stimulée par les experimentations du projet d’aerotrain qui faisait appel ala technologie du
coussin d’air radicalement différente du contact roue/rail du chemin de fer classique. Elle expérimentait également Ia vole des turbotrains légers
testant des 1967 le prototype TGS.
iollt 1966, un service de Ia recherche nalt aIa SNCF.Lancement de l’étude “possibilités ferroviaires atrès grande vitesse sur
L
nouvelles” projet << C03 >>, qui allie Ia grande vitesse et le cadencement. Ce projet innove aIa fois par l’idéede la creation de
.ructures
in1
lignes nouvelles et par l’attention portee aIa qualité de service et aIa tarification, alors que Ia politique de Ia SNCF visait acette epoque
présenté aux pouvoirs publics en 1969, le projet C03 est adopté en comité interministériel
prioritairement Ia reduction des coOts. Après avoir ete
le 25 mars 19711.
Dans sa premiere version, le TGV devait être mu par des turbines agaz. Ce choix était motive par Ia taille relativement petite des turbines, leur
puissance massique élevée et leur capacité adélivrer une puissance élevée pendant un temps important. Le premier prototype, TGV 001, sortit
des ateliers Alsthom de Belfort le 25 octobre 1971 et fut Ia seule rame de ce type jamais construite.
Le 28 juillet 1978, livraison de Ia premiere rame TGV de présérie TGVOO1.Les essais du TGV 001, qui débutèrent Ic 4 avril 1972, apportèrent
cependant beaucoup d’enseignements utiles aIa suite du projet, notamment dans Ic domaine du freinage ahaute vitesse, qui nécessitait de
dissiper une importante quantité d’énergie cinétique, de l’aérodynamique et de Ia signalisation. La rame était articulée, deux caisses adjacentes
s’appuyant sur un bogie commun tout en conservant une possibilité de mouvement relatif.
Ce prototype atteignit Ia vitesse de 318 km/h, qui reste acc jour le record du monde de vitesse ferroviaire en traction thermique. Le style du
TGV, tant intérieur qu’extérieur avec Ic nez caractéristique des motrices, est dO au designer français Jacques Cooper et a marqué les générations
suivantes de materiel.
La naissance du TGV actuel
A Ia suite de la crise pétrolière de 1973, le choix fut fait de revenir aIa traction électrique,
avec acheminement du courant par caténaires et captage par pantographe. Les raisons de ce
choix furent autant politiques que techniques ou économiques : en effet, le coOtde I‘énergie
ne représentait alors que 5 % environ du coOtde traction, soit 20 francs de I‘époque par
2
rame/km
(16 €uros équiv. 2007), et Ic coOtd’une rame électrique etait d’environ 10 % plus
é
ue celui d’une rame aturbines, pour une capacité inférieure, sans compter Ic coOtdes
tions fixes.
Le passage aIa traction électrique imposa de reprendre Ic programme de recherches et
d’essais dans nombre de domaines.
276
La SNCF transforma en 1974 une automotrice Z 7100 pour construire le prototype Z 7001
(surnommé Zébulon) qui permit de tester plusieurs innovations:
RameTGVSud-Estdans sa Iivréeorange
originelle
• pantographes adeux étages
• moteurs de traction suspendus aIa caisse pour alléger (2,95 t en moms) les masses non suspendues des bogies et réduire ainsi les efforts
ur Ia voie
ouvelles dispositions en matière de suspension et de freinage.
Zébulon parcourut environ un million de kilomètres en marches d’essais.
En 1974, le président Pompidou décida du lancement du projet, et le premier ministre Pierre Messmer décida le 5 mars d’engager Ia construction
3.
d’une premiere ligne entre Paris et Lyon, Ia LGV Sud-Est (LN1)
Le projet fut entièrement finance par Ia SNCF, essentiellement sur emprunts. Cela entralna une explosion de I’endettement de Ia société
nationale. Cet endettement conduira avec d’autres motifs (directives votées par le Parlement Européen notamment) aIa réforme de 1997 qui
verra la creation de RFF.
Suivant une campagne d’essais menée avec deux rames de presérie, Ia premiere commande fut Iivrée apartir du 25 avril 1980. Le service TGV
ouvrit au public entre Paris et Lyon le 27 septembre 1981.
aIa deuxième
classe. Le temps de parcours considérablement réduit par rapport aIa situation antérieure (grace aussi au trace plus direct de Ia ligne, qui
4)
ramenait Ia distance entre les deux villes de 512 a426 kilomètres
permit d’acquérir de nouvelles parts de marché au detriment de
l’automobile et de l’aviation.
La cible initiale était les voyages d’affaires entre ces deux villes, mais des l’origine, Ia grande majorité des rames étaient ouvertes
L’innovation était non seulement technique, mais aussi commerciale:
• simplicité tarifaire (suppression des supplements)
• et surtout obligation de reservation, qui assura un coefficient de remplissage trés élevé
• puis plus tard I’introduction du cadencement.
La conquête de la vitesse
Articledétaillé:
Recordsdu mondede vitesse du TGV
Le TGV ne fut pas le premier train agrande vitesse aentrer en service commercial dans le
monde. Le Shinkansen japonais relia Tokyo aOsaka des le 1er octobre 1964, prés de 17 ans
avant les premiers TGV.
Une rame TGV AtlantiquedansIa gare du
Futuroscopeprès de Poitiers.
Même si cette réalisation s’accompagnait de Ia construction d’unenouvelle ligne et d’un
veritable service de masse, ii convient de noter que sa vitesse n’était que de 210 km/h a
l’origmne,soit apeine plus que les 200 km/h pratiqués en service commercial par certains
TEE apartir de 1965 en Allemagne, et de 1967 en France.
La 26 février 1981, Ia rame 16 du TGV obtint un premier record de vitesse sur Ia LGV Sud
Est a380 km/h. Ce record de vitesse, pour lequel des dizaines de journalistes avaient été
conviés, n’avait pas pour but d’ajouter un nouveau record au palmarès de Ia SNCF, mais plutôt de rassurer les futurs voyageurs, en montrant
que les 260 km/h auxquels us seraient bientôt transportés pouvaient être atteints en toute sécuritd.
Après qu’une rame d’essais allemande InterCityExpress (ICE-V) de Ia Deutsche Bahn (DB) eut roulé a406,9 km/h sur Ia ligne agrande vitesse
Hanovre—Wurtzbourgle ler mai 1988, Ia SNCF améliora officieusement ce record le 12 décembre 1988 en faisant rouler Ia rarne TGV PSE 88
a408,4 km/h sur Ia LGV Sud-Est au cours d’essais de Ia chamnede traction synchrone des futurs TGV Atlantique.
La 18 mai 1990, le TGV a obtenu le record du monde de vitesse sur rail, a515,3 km/h sur Ia LGV Atlantique, avec une rame d’essai Atlantique
numérotée 325 raccourcie atrois caisses intermédiaires au lieu de dix
.
ru 2007 vers 13h15 sur Ia LGV Est Européenne, Ia SNCF bat son propre record en parvenant afaire rouler Ia rame d’essais4402 aIa
6)
I Ce record
de 574,8 km/h (soit 159,6 metres par seconde). Cette vitesse correspond aMach 0,47 (pour une temperature de 15 °C
v
s’inscrivait dans le cadre du programme <<V150 > visant adépasser Ia vitesse de 150 rn/s (soit 540 km/h). Une rame Duplex composee de 3
specialement préparée et sa puissance avait été doublée par rapport au TGV classique. EIIe possédait des roues
remorques uniquement avait eté
dun diametre plus élévé et Ia voiture au centre de Ia rame était équipée de bogies motorisés de la future AGV. Pour le reste, ce train était
similaire aun train de série SNCF. Durant Ia phase d’essais, Ia vitesse de 568 km/h avait déjà été atteinte. II sagissait Ie 3 avril d’obtenir un
277
record de vitesse homologué.
Le TGV a également établi un record d’endurance, le 26 mai 2001 avec le trajet Calais Marseille (1 067 km) en 3 h 29, lors de l’inauguration
de Ia LGV Méditerranée. Ii a egalement établi le 17 mai 2006 un record du monde de Ia plus longue distance parcourue sans arrêt par un train
.
de voyageurs, en transportant dans une rame Eurostar l’équipe du film Da Vinci Code de Londres aCannes, soit 1421 km en 7 h 25
-
V reste, en 2007, le train sur rail le plus rapide au monde en service commercial (au Japon, le Maglev d&ient le record de vitesse pour les
L.
8.
trains asustentation magnetique). Récemment, un parcours type moyen s’établissait a263,3 km/h de vitesse moyenne de gare agare
L’extension du service
Voir aussi Ia section consacréeaux
services
Après l’ouverture en 1981 de Ia LGV Sud-Est permettant des liaisons entre Paris et le Sud-Est de Ia France, le réseau de lignes nouvelles ne
cessa de s’étendre, tandis que les dessertes allaient bien au delà grace aIa compatibilité avec le réseau classique:
• Les premiers TGV <<province-province>>furent lances en 1984 entre Lille et Lyon via Ia Grande Ceinture, et en 1986 entre Rouen et
Lyon.
• En 1989 et 1990, Ia LGV Atlantique permit au TGV de desservir une cinquantaine de nouvelles villes.
• En 1993, c’est au tour de Ia LGV Nord d’ouvrir plus largement le TGV au trafic international, avec l’Eurostar vers Londres et le Thalys
vers Ic Benelux, sans compter les nouvelles gares desservies en France.
• La LGV Interconnexion Est permit en 1994 de raccourcir les trajets <<province-province>>, et de desservir d’autres gares franciliennes que
les seules gares parisiennes.
• La LGV Méditerranée permit en 2001 de rapprocher Ia Méditerranée de Paris, et d’étendre une nouvelle fois le réseau TCJV.Des TGV
vont également en Suisse et en Italie, respectivement sous les marques Lyria et Artésia.
nfin Ia LGV Est européenne, ouverte Ie lOjuin 2007, qui étend encore le réseau vers l’Est de Ia France, l’Allemagne, le Luxembourg et
ême Ia Suisse. A cette date le réseau représente 1847 km.
Les lignes Rhin-Rhône et Perpignan-Figueres sont en construction, tandis que de nombreux autres projets existent également.
9.
Les LGV représentent, en 2006, une longueur totale de 1550 km, soit 5 % environ du réseau en exploitation en France
Le materiel
.—
——.—.—.-—.—
..—.—..-—
--...
..-—-....——..---...—.
.-.
—.
..—.——.
La particularité des rames automotrices TGV, par exemple par rapport aux matériels ICE 3 et
Velaro de Siemens, est qu’elles sont constituées de deux motrices adeux bogies encadrant
un troncon articulé, compose de remorques dont les bogies intermédiaires sont communs a
deux caisses adjacentes.
L’articulation entre deux caisses fait appel aun dispositif original qui permet de solidariser
avec amortissement Ies deux caisses.
Cette disposition présente plusieurs avantages
• pour Ia consommation énergétique, cette disposition ayant permis de diminuer le
nombre d’essieux, d’abaisser Ic centre de gravité de Ia rame et le maître-couple;
• pour Ie confort, aucun voyageur ne se retrouvant assis au niveau des essieux, et
I’amortissement des caisses entre elles limitant Ia transmission de vibrations depuis les
bogies
• pour Ia sécurité, Ia rame articulée mais rigide en torsion résiste mieux en can de
éraillement qu’un train classique qui a tendance ase désarticuler. Cela ne garantit naturellement pan
.u risque de collision avec un autre train sur une voie adjacente.
Deux rames peuvent être couplées en unite multiple cc qui permet de doubler Ia capacité offerte par un train.
L’impossibilité de séparer facilement les remorques du tronçon central nécessite des installations de levage
capables de soulever une rame entière dans les ateliers d’entretien. Roulant sur des voies ferrées classiques,
278
le TGV est parfaitement compatible avec les installations existantes, des lors qu’elles sont électrifiées.
Cependant, les ondes generèes par le frottement du pantographe se déplacent, sur une caténaire classique, a
une vitesse proche de 350 km/h. Lorsque le train roule a une vitesse proche de ces ondes (ou supérieure), ii
peut les rattraper. Le pantographe n’est alors plus en contact que par moments avec Ia caténaire, ce qui
ue une alimentation electrique par intermittence, empechant iine circulation normale de la tame. II est
p
écessaire de tendre davantage Ia caténaire pour faire face a des circulations a des vitesses supérieures
km/h, ce qui accélère son usure. Avec Ic record de mars 2007, Ia vitesse de I’ondeétait de I’ordrede
a
620 km/h, a peine supérieure a Ia vitesse atteinte (574 km/h).
Motorisation
Les premiers TGV fonctionnaient
réversibles.
a l’aide de moteurs a courant continu alimentés par des redresseurs
A Ia fin des années 1980, Ic dveloppement
de l’électronique de puissance a permis de substituer le moteur synchrone au moteur a courant
continu. Ces moteurs sont d’abord alimentés a I’aide d’onduleurs de courant a thyristor (1988). A cetteépoque l’électronique de puissance
nécessaire a leur alimentation est beaucoup plus simple que celle requise par les moteurs asynchrones.
L’utilisation de moteurs synchrones présentait plusieurs avantages:
• Moteur plus simple et plus léger a puissance égale:
• TGV-SE:12moteurs a courant continu de 535 kW et 1560 kg.
• TGV-A : 8 moteurs de 1100kW et 1450 kg.
• Couple au démarrage élevd
• Absence de collecteurs donc pas de problèmes de commutation.
• Amelioration du facteur de puissance (toujours inférieur a 0,8pour une rame TGV-SE, toujours supérieur a 0,95 pour une rame TGV-A).
Néanmoins, Ic moteur synchronë est plus coflteux et nécessite plus d’entretien que Ic moteur asynchrone. Avec les progrès de I’électronique de
puissance (onduleur de tension a IGBT), ce dernier va supplanter Ic moteur synchrone des Ic milieu des années 1990dans quasiment tous les
domaines de Ia traction. Ce type de motorisation est installé sur les motrices de I‘Eurostar, mais avec des thyristors GTO.
(
its électriques de commande
Le TGV-A a inauguré la gestion de Ia rame par ordinateurs relies en réseau ; baptisé TORNAD (TOken Ring Network Alsthom Device), Ic
système est compose de 18 equipements (ordinateurs).
Pour les generations suivantes de TGV (TGV-R TGV-DUPLEX TGV-POS), les ordinateurs sont relies entre eux par Ic réseau TORNAD*. II
s’agit d’un réseau de type token bus (802.4).
Evolutions
Article détaillé
Materielmoteurde Ia SNCF
La SNCF exploite en avril 2007 un parc de 427 rames TGV:
• TGV Sud-Est (rénové en 1998et 2001): mis en service en 1981
• TGVAtlantique : mis en service en 1989(rénové en 2006-2007)
• TGVRéseau : mis en service en 1993
• TGV TMST (Transmanche super train ou Eurostar): mis en service en 1994
• TGV Duplex ; mis en service de 1996 a 2006
• TGV POS(Paris-Ostfrankreich-SUddeutschland: Paris Est de Ia France Allemagne du Sud) misc en service le lOjuin 2007
• TGV Dasy (Duplex asynchrone ERMTS): 23 mises en service de novembre 2007 a juin 2009 et 25 commandécs Ic 27 juin 2007
• TGV Duplex NG (Duplex nouvelle généraltion) : 55 + 40 options commandées Ic 27juin 2007 pour TGV Rhin-Rhône, nouvelle ligne
Thalys, Artesia et remplacement de certaines liaisons Paris Sud-Est. Livraison a partir du 2ème semestre 2009
-
-
total sera de 585 rames avec J’ensemblede Ia commande (80) et des options (40) du 27juin 2007
La
an.
CF prevoit un appel d’offres ouvcrt pour des rames a un étage nouvelle génération pour misc en service a partir de 2012 de 20 tames par
Le parc des rames TGV exploitées en France
279
Type
PSE
bi urant
TGV-PSE
tricourant
Lyria
TGV Postal
bicourant
TGV
/
tique
ant
i
Années de
construction
Nómbre.
de rañies. r•otatipn
.desiáñiès
Puissüice Alimentationélectrique
cotes
1978 a1985 101
6400 kW
1978 a1988 8
6400 kW
série 110
1978 a1985 2,5
6400 kW
apartir 301
1988 a1992 105
8800 kW
1,5kV+25kV
1,5kV+ISkV+25kV
1,5kV+25kV
1,5kV+25kV
Vitesse
ma
Capacité
lère +2de
Observations
Ia rame 38 a ete
transformée en TGV I
Postal
Ia rame 70 a été
radiée après
l’accident de Voiron
300
47 rénov1
350(110+240)
et 42 rénov2
345(69+276)
270
plus une neuvième
rame venant d’une
rame bicourant
transformée; rames
ll2et 114 en
propriété des
358(110÷248) Chemins de fer
fédérauxsuisses.
Elles seront
modernisées en
2009 avec passage a
300km/h
5 demi-rames
permutant au gre de
I‘entretien
2 demi-rames
supplémentaires
avec rame PSE 38
transformée
270
nc
300
Renovation Lacroix
en cours 455
485(116+364)
al’origine places(105+350)
rames 386 a405
avecTVM43O;
Ia rame 502 a été
radiée apres
l’accident de Bierne.
375(118+257) Renovation Lacroix
en cours 355
places(105+252);
.
TGV Réseau
bicourant
1993 a1996 49
8800 kW
1,SkV+25kV
320
TGV Réseau
tricourant
1993 a1996 30
8800 kW
1,5kV÷3kV+25kV
320
TGV TMST
tricourant
(Eurostar)
1993 a1994 38
série 3200 et
3300
12200
kW
750V+3kV+25kV
300
(SNCF 16, BR 11,
750(206+544) SNCB NOL
4,
7);
TGV PBA
tricourant
Thalys
1996
série 4530
8800 kW
1,5kV+3kV+25kV
300
377(120+257)
10
renovation prévue
en 2009;
(SNCF 6, NS 2,
SNCB 7, DB 2).
377(120+257) Renovation
prevue
en 2009
TGV PBKA
quadricourant 1996-1997
Thalys
17
série 4340
8800 kW
1,5kV+3kV+l5kV+25kV 300
TGV Duplex
1996-1998
30
201 a230
8800 kW
1,5kV+25kV
320
512(182+330)
TGV Duplex
2001-2002
52
231 a282
8800 kW
1,5kV+25kV
320
5 12(182+330)
T(V Duplex
2006
7
apartir 283
8800 kW
1,5kV÷25kV
320
5 12(182+330)
320
anciennes rames
réseau rénovées
357(118+257) “Lacroix” entre 2005
et 2007 pour service
TGV Est;
TGV réseau
1993 a1996 33
8800 kW
série 500
1,5kV+l5kV+25kV
...
...
280
.
-1
TGV
2006-2008
Duplex/réseau
19
601à 619
8800kW
1,5kV+25kV
320
assemblage
remorques neuves
avec anciennes
512(182+330)
motrices réseau
modemisées et
repeintes;
TGV POS
tricourant
2006-2008
19
série 4400
9280 kW
1,5kV+l5kV+25kV
320
assemblage de
motrices neuves
357(105+252) avec remorques
TGV réseau
rénovées “Lacroix”
TGV Dulpex
Dasy
2007-2009
23÷25
série 700
8800 kW
1,5kV÷25kV
320
509
TGV 2N NG
2009-2011
554:40
options
1,5kV+25kV
320
rame Duplex
asynchrone
ERMTS-2
rame Duplex
nouveile génération
Au niveau des evolutions du TGV, depuis 2005, Ia SNCF entreprend Ia renovation progressive de tous ses TGV. Ceux-ci sont désormais
habillés par le grand couturier Christian Lacroix. Ces nouveaux TGV comportent moms de sieges que les anciens.
Prix
La valeur d’une rame TGV classique est aux environs de 15 millions d’euros, celle d’une rame de type Duplex
28 millions d’euros (valeur 2005) tandis qu’un Eurostar pouvait lui coOterjusqu’a 32 millions d’euros.
al’achat est estimée entre 24 et
L‘infrastructure
..
..
.
..
rticle détaiilé:
•gne a grande vitesse
Ce train emprunte des voles specialement construites ason intention (les LGV ou Lignes a
grande vitesse) ades vitesses de 1‘ordre de 300 km/h. Les rayons de courbure des lignes sont
adaptés (supérieurs ou égaux a4000 m, 6000m sur Ia LGV Est européenne), de même que Ia
signalisation (il s’agit d’une signalisation embarquee ou CAB-Signal) qui autorise 320 km/h
sur les lignes les plus modernes (LGV Est Européen ainsi qu’une portion de Ia LGV
Méditerranée). Ces lignes dites nouvelles sont clôturées par des grillages, pour éviter des
heurts avec les animaux, et ne comportent aucun passage a niveau. En revanche,
contrairement aux lignes majeures du réseau classique, ces lignes ont un profil parfois sévère,
4)
comme lors de Ia traversée du Morvan par Ia LGV Sud-Est (rampes de 35 %
TGVRéseauen gare de Valence TGV
Le record mondial de vitesse sur rail du 18 mai 1990 (5 15,3 km/h) puis celui du 3 avril 2007(574,8 km/h) ont montré que Ia LGV était
mécaniquement capable de supporter des vitesses beaucoup plus élevées, Ia géométrie de Ia voie n’ayant pas souffert des marches d’essai aplus
de 500 km/h. Les principaux obstacles aIa progression des vitesses commerciales sont aujourd’hui:
•
•
•
•
•
•
le freinage, qui devient problématique des 350 km/h du fait de l’énergie adissiper;
Ia résistance aérodynamique, proportionnelle au carré de Ia vitesse, qui a une incidence sur Laconsommation énergétique;
le coOtde maintenance des voles, qui devient prohibitif au-delà d’une certaine vitesse;
le bruit qul augmente avec Ia vitesse et qui fait l’objet d’une réglementation de plus en plus stricte;
le captage de courant via le pantographe, qui nécessite une tension mécanique élevée des caténaires et conduit aleur usure accélérée
et dans urie moindre mesure le contact rail-roue.
La TGV peut aussi emprunter les autres voles (réseau classique), ala vitesse maximale autorisée par ces lignes, jusqu’à 220 km/h selon Ic trace
et’ “pe de signalisation.
Lesgares
-
Article détaillé
Liste des nouvelles gares sur lignes a grande vitesse en France
281
L’un des avantages du système TGV sur d’autres systèmes comparables tels que les trains a sustentation
magnétique est sa compatibilité avec le réseau classique. Cela permet de desservir les gares situées au centre
les (comme Ia gare de Lyon a Paris ou Perrache a Lyon) sans qu’iI soit nécessaire d’investir dans de
d
ses infrastructures nouvelles en zone urbaine. Sa consommation énergétique par passager est moindre, a
c
vitesse egale. L’éliminationdes frottements mécaniques que permet Ia sustentation est en effet assez vite
dépassée par Ia traineeaerodynamique et Ia sustentation en elIe-même est consommatrice d’energie.
Pour Ia desserte des villes moyennes, le choix a été fait de construire des gares de passage sur les lignes a
grande vitesse aI‘écart des villes desservies, et souvent accessibles seulement par des moyens routiers. C’est le
cas par exemple de Ia gare desservant Montceau-les-Mines et Le Creusot située ami-distance de ces deux
villes (aMontchanin, des navettes Ia reliant ades villes aussi éloignées que Roanne située 70 km au sud ou
Autun, 30km au nord). Ce choix a permis d’optimiser le temps de parcours entre Paris et Lyon. Un cas plus
surnommée Ia <<gare des beueraves>> par ses
controversd est celui de Ia gare de TGV Haute-Picardie qui a éte
détracteurs stigmatisant sa situation isolée loin d’Amiens et de Saint-Quentin, et sans correspondance avec le
réseau ferroviaire local (TER).
Garà
Là hale de lá
de Lyon
Alors que les premieres de ces gares n’exprimaient aucune ambition sur le plan architectural, ii n’en est plus de
me
pour les plus récentes. On peut citer notamment parmi les plus spectaculaires celle de Lyon-Saint
Exupéry, ceuvre de l’architecte espagnol Santiago Calatrava, celle de Roissy-Charles-de-Gaulle et Ia gare
d’Avignon TGV. Ouverte en 2001, cette demière est considérée comme l’une des plus remarquables du réseau,
avec son toit vitré spectaculaire de 340metres de long qui a été compare acelui d’une cathédrale 1o.
Les services
La gare d’AvignonTGV
Article détaillC
Liste des gares desserviespar TGV
C
a 1981 que fut lance le premier service TGV entre Paris et Lyon, utilisant une partie
de la << LGV Sud-Est> dite << Ligne Nouvelle 1 >‘ (LN1) encore partiellement en construction
(achèvement 1983, avec un temps de parcours entre les deux villes portede 2h40 a2h00).
Des l’origine le service TGV continuait par voie classique vers quelques autres villes du Sud
Est: Marseille, Montpellier et gares intermédiaires. Depuis, le réseau TOY centre sur Paris
s’est étendujusqu’à relier désormais de nombreuses villes françaises, en partie grace aIa
construction de lignes nouvelles agrande vitesse vers le sud, I’ouest, le nord et bientôt lest
de Ia France depuis le lOjuin 2007. Cependant le kilométrage relativement faible de lignes
nouvelles (1800 km environ en juin 2007) fait qu’aujourd’huiencore le TGV n’atteintde
nombreuses villes qu’enpoursuivant son parcours sur ligne ferroviaire classique ou
aménagée, ades vitesses allant de 160 a220 km/h (cas de Rennes, Bordeaux, Toulouse ou
encore Bale).
Les dessertes en TGV empruntent les lignes nouvelles sur une partie de leurs parcours et
continuent sur le réseau classique sur des distances parfois assez longues, y compris dans les
pays voisins de Ia France. La plupart sont des dessertes radiales partant de Paris ou y
arrivant, certaines suivent des relations transversales évitant Paris intra-muros en empruntant
Ia ligne d’interconnexion aI’est de Ia capitale ou Ia Grande Ceinture au sud. Les TGV
desservent plus de 150 gares en France, dont huit en lIe-dc-France et plus d’une trentaine
dans Ies pays limitrophes.
Nouveauté en France hors des liaisons suburbaines, les axes Paris-Bruxelles, Paris-Lille et
Paris-Lyon ont des horaires cadences (departs et arrivées aux mêmes minutes de chaque
heure pendant toute Ia journée).
I
rtes nationales, en France
• Dessertes radiales
• TOY Sud-Est: de Paris-Lyon a
Lyon-Perrache via Le Creusot-TGV, Mâcon-Loché TGV, Lyon-Part-
2S2
Le réseau TGV:
• en bleu et rouge: lignes agrande vitesse
en noir: lignes classiques parcourues par les
TGV
• en pointillé: desserte aouvrir did 2009
Dieu ; des services vont au-delà vers Saint-Etienne-Châteaucreux.
• Dijon via Montbard; des services vont au-delà vers Montbéliard et le Jura.
TGV Alpes : de Paris-Lyon:
• aGrenoble via Lyon-Saint-Exupéry TGV;
• aAnnecy via Culoz ou Chambéry, Aix-les-Bains;
• aBourg-Saint-Maurice via Albertville, Moütiers, Aime-la-Plagne,
Landry;
• aModane via Chambéry, Saint-Jean-de-Maurienne;
• aSaint-Gervais via Annecy, Cluses, Sallanches;
• aEvian via Culoz, Bellegarde, Annemasse, Thonon-les-Bains;
TGV Méditerranée depuis Paris-Lyon jusqu’a:
• Marseille-Saint-Charles par LGV, via Lyon-Saint-Exupéry, Valence
TGV, Avignon-TGV et Aix-en-Provence-TGV ; des services continuent,
par voie classique, jusqu’a Toulon, jusqu’a Hyères via Toulon, jusqu’a
Nice via Toulon et Cannes, et même jusqu’a Vintimille (Italie) via
Monaco;
• NImes par LGV puis Montpellier par voie classique ; certains services
continuent jusqu’a Perpignan (toujours sur voie classique) via Sète, Agde,
Béziers et Narbonne;
• TGV Atlantique depuis Paris-Montparnasse dessert:
• Tours (gare de Saint-Pierre-des-Corps) agrande vitesse, via Massy-TGV
et Vendôme-TGV ; puis sur ligne classique aménagée:
• le Futuroscope, Châtellerault, Poitiers, Ruffec, Angouléme, Libourne
et Bordeaux;
• La Rochelle, via Poitiers, Saint-Maixent-l’Ecole, Niort, Surgeres;
• Toulouse, via Bordeaux, Agen et Montauban;
• Hendaye et Irun, via Bordeaux, Dax, Bayonne, Biarritz et Saint
Jean-de-Luz;
• Tarbes, via Dax, Orthez, Pau et Lourdes;
• Le Mans agrande vitesse ; puis sur ligne classique aménagée:
• Rennes, via Laval et Vitré ; certains sont prolongés jusqu’a Saint
Malo, Brest via Saint-Brieuc et Lannion, etjusqu’à Quimper via
Vannes et Lonent;
• Nantes, via Sablé-sur-Sarthe et Angers ; certains sont prolongés
jusqu’au Croisic;
certains TGV Atlantique étaient prolongés de Nantes aux Sables-d’Olonne sur une ligne non
De 2000 a2004,
électrifiée, tractés par des locomotives diesel CC 72000
• TGV Nord depuis Paris-Nord, dessert
• Lille (gares de Lille-Europe et Lille-Flandres) ; des services continuent vers Tourcoing via Croix-Wasquehal et Roubaix et
vers Boulogne via Calais-Frethun et Calais-Ville;
• Arras agrande vitesse ; puis sur ligne classique:
• Lens, Béthune, Hazebrouck et Dunkerque;
• Douai et Valenciennes;
• LGV Est européenne depuis Paris-Est, dessert:
• Reims (gares de Reims et de Champagne-Ardenne TGV) ; certains continuent par ligne classique vers Rethel, Charleville
Mézières et Sedan;
• Bar-le-Duc via Châlons-en-Champagne et Vitry-Ie-François
• Metz, sur LGV puis sur ligne classique apartir de Vandières ; certains services continuent par ligne classique vers Thionville
et Luxembourg;
• Nancy, sur LGV puis sur ligne classique apartir de Vandières ; certains services continuent par ligne classique vers Epinal et
Remiremont, Lunéville et Saint-Dié-des-Vosges, ou Sarrebourg, Saverne et Strasbourg;
• Strasbourg, sur LGV puis sur ligne classique apartir de Baudrecourt ; certains services continuent par ligne classique vers
Stuttgart et Munich (apartir de décembre 2007), ou vers Colmar, Muihouse, Bale et Zurich.
-
• Dessertes transversales:
• empruntant Ia LGV Interconnexion Est (contournant Paris par 1‘est et desservant les
gares de Roissy-Charles-de-Gaulle et Marne-Ia-VaIlée-Chessy)
• Bruxelles-Perpignan via Lille, Lyon, Montpellier;
• Bruxelles-Nice via Lille, Lyon, Marseille;
• Strasbourg Lille Europe;
• transitant par Massy-TGV:
• Marseille-Nantes et Marseille-Rennes, via Lyon-Part-Dieu et Le Mans;
• Nantes- Bourg-Saint-Maurice pendant les vacances scolaires d ‘hiver;
• transitant par Massy-Palaiseau:
• Marseille-Lyon-Le Havre via Versailles-Chantiers, Mantes-la-Jolie et—
Rouen-Rive droite;
-
—.
283
-.
• empruntant Ia LGV Interconnexion Est et transitant par Massy-TGV:
• Lille-Hendaye et Lille-Toulouse via Saint-Pierre-des-Corps, Poitiers,
Angoulême et Bordeaux;
• Bruxeiles-Bordeaux via Lille, Saint-Pierre-des-Corps, Poitiers et
Angoulême;
• Lille-Nantes et Lille-Rennes via Le Mans;
• Strasbourg Bordeaux;
• Strasbourg Nantes;
• Strasbourg Rennes;
• autres dessertes transversales:
• Marseille-Toulouse, via Montpellier;
• Lyon-Marseille
• Metz-Nice, via Nancy, Dijon, Macon, Lyon-Part-Dieu et Marseille;
• Strasbourg-Marseille, via Muihouse, Besançon, Lyon-Part-Dieu;
• Montpellier-Genève via Lyon-Part-Dieu;
• Nice-Genève via Lyon-Part-Dieu;
• Bordeaux-Dijon, via Toulouse, Montpellier et Lyon-Part-Dieu
-
Dessertes internationales aileurs en Europe
Désireux de partager le succès du réseau francais, des pays voisins ont raccordé leur réseau avec celui-ci. Le TGV dessert ainsi l’Allemagne, Ia
Belgique et les Pays-Bas (généralement sous Ia marque Thalys), le Royaume-Uni sous Ia marque Eurostar, mais aussi Ia Suisse sous Ia marque
Lyria Ct l’Italie sous Ia marque Artesia. Ces dessertes sont assurées par la SNCF dans le cadre de partenariats internationaux pour lesquels des
créées sous formes de GEIE.
structures ad hoc ont éte
Thalys: France-Belgique
.Pays-Bas.AJ!emagne
Au depart de Paris-Nord Thalys dessert:
• Bruxelles-Midi
• Cologne via Liege, Aix-la-Chapelle et Bruxelles-Midi;
Amsterdam via Bruxelles-Midi, Anvers, Rotterdam, La Haye, Schiphol
stende, via Gand, Bruges et Bruxelles-Midi;
a dorsale wallonne (Mons, Charleroi, Namur, Liege).
Au depart de Bruxelles-Midi:
• Roissy et Marne-la-ValIée;
• Marseille et les Alpes (Bourg-Saint-Maurice) en service saisonnier.
Alleo:TGV EST et ICE France-All em agne
au depart de Paris-Est:
• Sarrebruck Kaiserslautern Mannheim et Frankfurt 3 par jour et 5 par jour apartir du 10 décembre 2007, en rame ICE;
• Karisruhe Stuttgart 3 par jour et 4 par jour dont un prolongéjusqu’à Ulm, Augsburg et Munich apartir du 10 décembre 2007en rame
TGV.
-
-
-
Eurostar : France
-
Beigique
-
Grande-Breta gn e
Services empruntant le tunnel sous la Manche et les lignes nouvelles vers Paris et Bruxelles (en Grande
Bretagne une partie de Ia ligne nouvelle Folkestone-Londres est ouverte depuis septembre 2003):
Au depart de Londres-Waterloo (Londres-Saint Pancras apartir du 14 novembre 2007) dessert (via Ashford,
Calais-Frethun, Lille-Europe):
• ParisNord;
• Bruxelles-Midi
les Alpes (Bourg-Saint-Maurice et quelques fois Grenoble) en service saisonnier.
vignon (un aller-retour hebdomadaire en juillet-aotIt)
Lyria: France
-
Suisse
Lyria est une fihiale commune de la SNCF et des Chemins de fer fddéraux suisses, qui gère les dessertes au depart de Paris-Gare de Lyon vers:
284
.-.
•
•
•
•
e
Genève via Mãcon-Loché-TGV et Beilegarde;
Berne via Dijon, Frasne, Pontarlier et Neuchâtel;
Lausanne, via Dijon, Mouchard, Frasne et Vallorbe;
Brig-Gus via Lausanne, Montreux, Aigle, Martigny, Sion et Sierre (Lyria des neiges).
is le lOjuin 2007 au depart de Paris-Gare de l’Est:
• Zurich via Bale et Strasbourg.
Artésia: France
-
Italie
Artesia est une fihiale commune de Ia SNCF et de Trenitalia, qui gère les dessertes au depart de Paris-Lyon et Paris-Bercy vers:
• Bardonnechia, Oulx, Turin, Milan, via Charnbéry, Modane.
-.
.-—
-—
--.—
......—.
-—.
---.
..
On voit que le TGV laisse pour l’instant al’écart Ia Basse-Normandie, et le Massif central (Auvergne, Limousin, et du Midi-Pyrénées) C’est
un des grands reproches fait au TGV. Le TGV n’y circule pas ce qui provoque Ia coière des regions concernées 11; en effet elles considèrent
économiquement
que le TGV doit être un moteur de développement économique, or, on ne le fait circuler que dans des regions deja
developpées au lieu de desservir des regions en retard comme le Limousin 12 Les projets actuellement les plus avancés ne concernent pas non
plus ces regions, même si queiques collectivitds locales et associations défendent des projets comme Ia LGV Massif Central, Ia Transversale
Alpes Auvergne Atlantique, Ia LGV des Estuaires et Ia LGV Normandie. Ne pas être relié au TGV constitue un frein au développement
économique d’une region. Ii y a un veritable effet TGV sur l’attractivité d’une ville.
.
De plus, même lorsque des LGV existent, les gares des villes moyennes situées sur les lignes classiques qu’elles doublent perdent souvent leurs
liaisons “Grandes Lignes”. C’est par exemple le cas de Sens et Villefranche-sur-Saône suite al’ouverture de Ia LGV Sud-Est, ou encore de
Aries après I‘ouverture de Ia LGV Méditerranée.
Cet “oubli” des regions proches de Paris (Normandie) ou afaible densité de population (Massif Central) tient aux conditions de rentabilité
economique de Ia grande vitesse ferroviaire: la construction des infrastructures dédiées aux trains agrande vitesse etant très coOteuse,ii est
¶ire de disposer de flux massifs de voyageurs sur les parcours pour pouvoir rentabiliser les lignes par leur usage intensif (plus de 10 trains
n
ire en moyenne dans chaque sens entre 6 h et 22h).
p
De plus, ii est nécessaire de disposer d’un parcours sans arrêt suffisamment long pour bénéficier pleinement des effets positifs de Lagrande
vitesse ferroviaire, faute de quoi le bilan coOt avantage de Ia grande vitesse devient contestable.
Ii ne faut pas non plus oublier que Ia construction d’une ligne agrande vitesse ferroviaire traversant une region peu peuplée ne constitue pas en
elk même nécessairement une bonne nouvelle dans Ia mesure ou le TGV peut constituer autant un évitement ou un appauvrissement des
dessertes afin de protéger le gain en vitesse de Ia nouvelle ligne qu’une solution pour le désenclavement. Le TGV a pour vocation premiere de
rapprocher les poles structurant du territoire francais (Paris, Lille, Nantes, Bordeaux, Lyon, Marseille... ) ou européens (Londres, Bruxelles,
Genève, Amsterdam, Francfort... ) et non de changer les caractéristiques propres de chaque territoire souvent héritées du passé. En poussant Ic
paradoxe jusqu’au bout on pourrait presque affirmer qu’il est un outil de repolarisation de l’espace national et européen autour de ses poles de
force.
.
..
Le TGV constitue pour certains un antiprogres. En effet, en plus de desservir moms de gares et de se concentrer sur de grands poles et donc
d’empêcher le développement economique des milieux ruraux, le TGV entralne une hausse de prix en moyenne de 30 % sur les lignes qu’il
remplace [ref. necessaire1 Contrairement au système allemand, il n’existe generalement aucune alternative ferroviaire en France au TGV ; ce qui
en un certain sens constitue un progrès puisque Ic TGV est alors destine atout Ic monde. La hausse des prix est alors imposée aux usagers sans
alternatives pour ces derniers. C’est aux professionels que le TGV s’avèreOtrele plus attractif, remplacant alors bien souvent l’avion.
L ‘exploitation
Entretien
tien du parc TGV,
pour Ies operations de maintenance régulière, a nécessité l’aménagement d’ateliers situés aproximité des gares tOtes
de nes. C’est ainsi que les rames du TGV Paris-Sud-Est étaient entretenues aux ateliers de Villeneuve-Saint-Georges et Paris Conflans, celles
du TGV Atlantique aux ateliers de Châtillon et celle du TGV Nord aux ateliers du Landy aSaint-Denis. Depuis, avec l’apparition di TGV
du Landy entretiennentdesramesduTGV-Sud-Estetlcsateljersdeparis
crs
Jj
.a
Duplex (TGV à.deux niveaux) leparc.a eteredéploye ctles
Conflans des TGV Sud-Est, Réseau et Duplex.
285
La repartition du parc entre les ateliers était au
er
1
janvier 2006 Ia suivante:
• Paris-Sud-Est (Villeneuve, Conflans) : 65 TGV Sud-Est, 14 TGV réseau, 3 TGV La Poste, 79 TGV Duplex;
• Châtillon: 105 TGV Atlantique, 65 TGV Réseau ; au moms 2 TGV Duplex (ler aoflt 2007)
Le Landy : 40 TGV réseau, 42 TGV Sud-Est, 16 Thalys PBA/PBKA, 16 Eurostar.
depuis avril 2006, un nouvel atelier est entré en service, le technicentre de l’Ourcq, pour assurer la maintenance des rames destinées au
TGV Est (52 rames affectées apartir de juin 2007).
• un nouvel atelier est en cours d’aménagement aLyon pour une ouverture prévue en 2009 pour l’entretien de tous les TGV Duplex de Ia
ligne Paris-Lyon (source: hebdomadaire La Vie du Rail).
L’Est de Ia France a connu par le passé un important traficferroviaire de marchandises (houille et fer en particulier) qui a fortement décru. Les
installations industrielles de Ia SNCF sont en partie restées, c’est ainsi qu’un important atelier d’entretien des TGV, dédié aux grandes revisions
periodiques, se trouve aBischheim, dans Ia banlieue de Strasbourg, yule qui n’est pas desservie par une ligne nouvelle. Las trains qui doivent
s’y rendre empruntent les lignes classiques entre Paris et Strasbourg, avide et de nuit quand les autres trains ne circulent pas (haut-le-pied ou
<<enW>>dans le jargon cheminot).
Las voles peuvent être inspectées aIa vitesse commerciale de 300 km/h l’aide d’une voiture spécifique nommée Mélusine. Depuis 2006 une
rame complete est affectée ace service, permettant une gamme plus complete de mesures, ainsi que I‘hébergement abord du personnel ; il
s’agit de Ia rame Réseau tricourant n° 4530 renoinmée Iris 320.
Activité
La TGV a fête son premier milliard de voyageurs transportés depuis I’inauguration du premier service en septembre 1981, le 28 novembre 2003.
La deuxième milliard est attendu pour 2010.
En 2004, le TGV a transporté 85 millions de voyageurs en France (ce chiffre ne concerne que le trafic national, les dessertes internationales
étant gérées par des sociétés specifiques). Ce trafic est en croissance de 4 %, soit 3 millions de voyageurs supplémentaires par rapport al’année
précédente. La chiffre d’affaires correspondant s’élève a3 milliards d’euros, en progression de 7,3 %.
En fin d’année 2004, sa part de marché (par rapport al’avion) s’établit a68 % sur Ia ligne Paris-Marseille, et a66 % sur Paris-Bordeaux.
I
000 conducteurs dont deux femmes parmi les 17 000 de Ia SNCF.
Après I mois d’exploitation, Ia SNCF annonce le 9juillet 2007 avoir transporté un million de personnes sur le TGV Est, soit 33 000 en moyenne
par jour avec 100 circulations quotidiennes.
Las taux d’occupation des TGV Est sont très bons (en moyenne de 88% en seconde classe et 75% en lère classe) mais le taux de régularite des
TGV Est n’est en moyenne que de 86%. A titre de comparaison Ia régularité 2006 moyenne de l’Eurostar était de 91,5% et de 92% au premier
semestre 2007 (communiqué de presse Eurostar).
Passagers en millions Cumul Passagers
1,26
1,26
7,34
6,08
16,54
9,20
30,31
13,77
45,69
15,38
61,26
15,57
78,23
16,97
96,33
18,10
115,49
19,16
145,42
29,93
182,42
37,00
221,72
39,30
261,84
40,12
305,75
43,91
352,34
46,59
408,07
1
55,73
470,67
1997** 62,60
1998
541,67
71,00
1999
615,67
74,00
Année
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994*
286
!Y
g
._.
695,37
2000
79,70
778,87
2001
83,50
866,77
2002
87,90
953,47
2003
86,70
1044,27
2
90,80
1138,27
2
94,00
* incluant Eurostar
apartir de 1994;
** incluant
Thalys apartir de 1997
Article d&aill :
Accidentsde TGV
En 25 ans, le TGV a connu plusieurs accidents dont trois déraillements agrande vitesse, ne causant toutefois que quelques blesses légers. Des
morts ont cependant eté
déplorés lors de collisions sur ligne classique avec des véhicules routiers ades vitesses plus modestes. Les rames,
mémes partiellement déraillées, sont toujours restées dans leur position normale, dans un seul cas, en octobre 2001 dans les Landes, une motrice
s’est couchée sur le côté aIa suite de Ia cassure d’un rail. Cette stabilité est attribuée en partie aIa rigidité que sa structure articulée donne aIa
rame.
Sur ligneà grandevitesse
• 14 décembre 1992, le TGV 920 Annecy-Paris, assure par Ia rame 56, déraille a270 km/h au passage dans Ia gare de Mâcon-Loché TGV
(Saône-et-Loire) ; cause matérielle: blocage des roues d’un bogie par suite de la défaillance d’un composant électronique ; le bogie
défaillant dérailla en franchissant les aiguillages al’entrée de Ia gare ; aucun blessé dans le train, 25 personnes qui attendaient un autre
TGV sur le quai sont Iégerement blessées par des projections de ballast.
• 21 décembre 1993, le TGV 7150 Valenciennes-Paris, assure par Ia rame 511, déraille a300 km/h ahauteur d’Ablaincourt-Pressoir
‘Somme) ; Lamotrice de tête et les quatre premieres voitures déraillent mais restent dans l’axe de Ia voie ; cause voie: affaissement de Ia
late-forme au droit d’une ancienne galerie datant de ía Premiere Guerre mondiale, non détectée ; sur les 200 passagers, un seul fut
!égerement blessé.
• 5 juin 2000, l’Eurostar 9047 Paris-Londres, assure par Ia rame 3101/2 appartenant aLaSNCB, déraille a250 km/h prés de la bifurcation
de Croisilles (Pas-de-Calais), aproximité d’Arras ; quatre bogies (sur 24) sont sortis des rails ; sur les 501 passagers, une dizaine furent
Iegerement commotionnés ; cause materiel : une bielle de reaction du bogie moteur arrière de Ia motrice de tête retrouvée détachée serajt
.
13
aI’origine de I’accident
Surligneciassique
• 31 décembre 1983, une bombe explose dans le TGV Marseille-Paris ahauteur de Tain-l’Hermitage ; deux morts (attentat attribué a
Carlos).
• 28 septembre 1988, le TGV 736 Grenoble-Paris heurte a105 km/h un transport exceptionnel routier, transportant un transformateur
électrique de 100 tonnes, bloqué sur un passage aniveau aVoiron (Isère) ; Ia DDE (Direction départementale de I‘équipement) n’avait
pas autorisé le convoi exceptionnel apasser sur ce passage aniveau ; le choc fut très violent acause de Ia masse du poids-lourd ; deux
morts (le conducteur du TGV et un voyageur), 25 blesses légers parmi les voyageurs. Le TGV transportait 300 personnes. La rame 70,
baptisée <<Melun >>fut détruite, aI‘exception de Ia motrice 23 140, qui sert actuellement de motrice de reserve pour les rames PSE
bicourant.
• 4janvier 1991, suite aune défaillance des freins, Larame 360, vide, se mit en marche au dépôt de Châtillon. La rame fut dirigée sur une
voie inoccupée et vint s’encastrer a60 km/h dans une rampe de chargement de voitures de Ia gare de Paris-Vaugirard. La motrice 24 119
fut détruite et les voitures 1 et 2 gravement endommagées. II n’y eut aucune victime et Larame fut reconstruite.
• 25 septembre 1997, le TGV 7119 Paris-Dunkerque, assure par Ia rame 502, percuta a 130 km/h une goudronneuse de 70 tonnes
immobilisée sur un passage aniveau aBergues (Nord). II y cut 7 blesses. La motrice 28 004 fut radiée.
assure par Ia rame 363, déraille aSaubusse (Landes) entre Dax et Bayonne a130 km/h; les 10
n,
• 31 octobre 2001, Ic TGV 8515 Paris-Irl
voitures ont déraillé et Ia motrice arrière 24 125 s’est couchée sur la voie ; cause vole: rail cassé ; sur les 422 passagers, six furent blesses
legerement.
• 30janvier 2003, le TGV Dunkerque-Paris heurte a106km/hun poids lourd bloqué sur le passage aniveau d’Esquelbecq ; gros dégâts sur
Ia motrice mais seul un essieu a déraillé ; aucun blessé parmi les voyageurs, Ic conducteur du TGV est Iégèrement blessé. Pourtant, des
faits depuis le premier accident de ce type pour essayer de supprimer tous les passages aniveau des voies empruntées
fforts avalent éte
C’est
le
TGV.
notamment Ic cas pour le TGV Atlantique circulant sur ligne classique entre Tours et Bordeaux via Poitiers et
par
Angoulême.
• 23 décembre 2006, deux personnes sont mortes et une gravement blessée dans une collision sur un passage aniveau aux abords de
Langon(Gironde).
287
Voir aussi
En simulation
ans Microsoft Train Simulator, le parc TGV aété entièrement modélisé.
ans Trainz, seul le TGV PSE en Iivrée orange (Ia livrée bleue est un reskin voire reformation de Ia rame pour I’intérieuret l’attelage par
modélisé en
modélisé par Auran. Le reste du parc s’oriente sur des reskins du TGV PSE sauf le TGV Duplex qui aéte
egadetH) aéte
version beta et en cours de remodélisation par MegadetH.
Notes
1.
2.
3.
4
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
et références
f public-histoire.com (http://www.public-histoire.com/sagaltgv.html)
I.e TGVet Ia traction par turbine agaz, Clive Lamming, in Les très grandes vitessesferroviaires en France, revue d’histoire des chemins de fer, n 1213, printemps-automne 1995.
1 public-histoire.com (http://www.public-histoire.com/saga/tgv/premier.html)
a b Gerard Blier, Nouvelle Geographieferroviaire de Ia France,Tome 2 : Lorganisation régionale du trafic, 1993, ed. La Vie du Rail, pp.85-87.
t Clive Lamming, Larousse des trains ci des cheminsdefer, 2005, ed. Larousse, p.422, article °TGV-A”.
000.de/frlunit/massmac.shtml
t Calcul du nombre de Mach : http:/lwww.cactus2
Communiqué de presse d’Eurostar
17 mai 2006.
2005
Tables
(i
World
novembre
2005),
Gazette
Survey
Speed
Railway
1
(http://www.railwaygazette.com/Articles/2005/11/01/1222/2005+World+Speed+Survey÷tables.html).VCriflCle 11 mars 2006
1 Gros plan sur Ic rCseauferroviaire français>>, Réseau ferré de France (http://www.rff.fr/pages/reseau/inventaire.jeseau.asp?lg=fr).
f (en) <cJonathanGlanceytakes in three stunning new TGV stations as he hurtles towards the Cote dAzur at 200 mph>>
(http://arts.guardian.co.uk/criticlfeature/0,1169,671705,00.html), The Guardian, 23 juillet 2001.
t L’Humanité: cA DECOLLE (Article paru le 10 mai 1991) (http://www.humanite.fr/journal/1991-05-10/1991-05-10-642554)
t Sénat - questions orales - Politique des transports en CorrCze(http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ03060285S)
t Associated Press (http://pqasb.pqarchiver.com/ap/access/605638911html?
did=605638911
Sjuin 2000.
—
.
.—
..
..
-.
-
..
..
..
-..
..
-
laude Soulié et Jean Tricoire, Le grand Iivre du TGV, La Vie du Rail, 2002 (ISBN2
-915034-01-X).
nc Cinotti et Jean-Baptiste Treboul, Les TGV européens, collection Que sais-je ?, PUF, 2000 (ISBN2-13-050565-1).
• (en) U. F. Allen, The World’s Fastest Trains : From the Age of Steam to the TGV, Haynes, 1992 (ISBN 1852603801).
• (en) B. Perren, TGV Handbook (Including Eurostar), Capital Publishing, 1998(ISBN 1854141953).
• G. Terrsac et K. Lalande, Du train a vapeur au TGV: sociologic du travail d’organisation, PUF, 2002 (ISBN2130526616).
• (en) B. Perren, TGV SNCF’s High Speed Train, Ian Allan Publishing, 1998 (ISBN0711017069).
•
(en)
J. Meuniere, On the Fast Track: French Railway Modernization and the Origins of the TGV, 1944-1983, Praeger Publishers, 2001
(ISBN0275973778).
5889).
• M. Caniaux, TGV: comment éviter un gâchis annoncé?: Fourche, piques ou trident?, L’Harmattan, 1998 (ISBN27384
• (en) G. Behrend, Luxury Trains: From the Orient to the Tgv, Book Sales, 1987 (ISBN0865650160).
Articles connexes
• Ramesspécifiques:
• Prototype du TGV thermique
• Prototype du TGV électrique
• Mélusine
• La grande vitesse:
• Train agrande vitesse
• Ligne agrande vitesse
• Déplacement agrande vitesse
• Records du monde de vitesse du TGV
• Spécificités commerciales:
• IDTGV
• Automotrice a grande vitesse
• TGV Magazine
Accident ferroviaire
LK
externes
• Sites officiels
• (Cr) TGV, Ic site officiel (http://www.tgv.com/FR)
288
•
TGV, le site officiel (Belgique) (http://be.tgv.comlfr)
TGV, le site officiel (Suisse) (http://ch.tgv.comifr)
• (fr) (en) Le site sur le record de 2007 et les nouveaux TGV (http://www.record2007.com)
Sites de passionnés:
• (fr) TGV EuroFrance, site non officiel sur les TGV français (http://www.tgveurofrance.com/)
• (en) (de) 300km-h.net TGV & Highspeed Fanpage (http://www.300km-h.net)
• (fr) Sterlingot, site d’un passionné (http://www.sterlingot.comJTGV/materiel.html)
Données techniques:
• (fr) Le turbotrain experimental T.G.V.-OO1,article paru en mai 1972 dans Ia RGCF (http://www.emdx.org/rail/30ansTGV)
• (fr) Schémas et compositions des rames (http://www.train-rail.comlmateriel/tgv)
• (fr) Accélération d’unTGV (http://lwdr.free.fr/acceleration.html)
Le TGV de demain:
• (fr) Le projet de TGV Bruxelles-Luxembourg-Strasbourg-Bâle-Turin (http://www.eurobru.comldefis-20.htm)
• (fr) LGV2030 Comité de réflexion sur les lignes agrande vitesse (http://1gv2030.free.fr)
Le TGV en images
• (fr) Dossier TGV: 25 ans atoute vitesse (http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=dossier&id=95) INA Archives Télés
• (1 r) Photos du TGV de 1955 a2007 (http://www.supphoto.netlgalerie/photos/tgv/)
•
(fr)
•
(fr)
-
•
•
•
Trains I grande vitesse
Acela I AVE I Eurostar Eurostar Italia HST IICE IJetTrain I Korea Train Express ITrain a sustentation magnétique I Pendolino I
Shinkansen I Swissmetro I TGV Thalys I Transrapid ITreno ad Alta Velocità
Portail des transports
Récupérée de
Portail du chenun de fer
Portail de la grande vitesse ferroviaire
<< http://fr.wikipedia.org/wiki/TGV>>
Categories : TGV
•
SNCF.
Marque de transport
ernière modification de cette page le 16 aoQt2007 a15:17.
Copyright: Tous les textes sont disponibles sous les termes de Ia licence de documentation libre GNU (GFDL).
Wikipedia® est une marque déposée de Ia Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du
code fiscal des Etats-Unis.
289
Information
on the Chunnel
290
Tunnel sous la Manche
1. ..trticlede Wikipédia, l’encyclopédielibre.
Le tunnel sous la Manche (en anglais: The Channel Tunnel ou
1.)
Chunnel
est un tunnel ferroviaire reliant le Royaume-Uni et La
France. 11est long de 49,7 km, dont 37 km sous Ia Manche entre Calais
et Folkestone. Ii fut inauguré le 6 mai 1994.
TML est le nom du groupe qui Pa construit.
Eurotunnel est le nom de Ia société franco-britannique qui l’exploite.
Tunnel sons Ia Manche
Channel Tunnel (en)
it.a
U
____
.lI
Klngdo
L’ouvrage est construit par TransManche Link (TML) créé en 1986, ce
consortium de 10 entreprises de BTP, cinq françaises et cinq
britanniques.
La traversée (voitures, autocars, motos, camions) assurée par des
navettesferroviaires dure environ 35 minutes de quai aquai. Les
navettes s’appellent officiellement <<LeShuttle >>. Le transport ferroviaire
des voyageurs sans véhicule est assure par la ligne Eurostar qui utilise
des rames de type TGV modifiées pour s’adapter aux contraintes du
tunnel (rames sécables) et du réseau britannique (gabarit, captage du
courant par troisième rail).
••
•IlIl,
Frai
de : Carte du TunnelsousIa Manche
Type
Exploitant
Shuttle
Eurostar
EWS
SNCF
Ia Manche
Traversée
Longueurdu tunnel 50km
Debutdes travaux Coquelles(I] France)
Folkestone(‘
Fin des travaux
Angleterre)
Ouverture a Ia
6 mai 1994
circulation
Sommaire
• 1 Caractéristiques techniques
• 1.1 Lutte contre Pincendie
• 1.2 Secousse tellurique
• 2 Histoire
• 2.1 Chronologie détaillée
• 2.2 Les quatre projets concurrents
• 3 Le second tunnel
• 4 Le tunnel sotis lä Manche al’écran
• 5 Voir aussi
• 6 Notes et références
• 6.1 Liens internes
• 6.2 Liens externes
Caractéristiquestechniques
dans la couche dite de Ia craie bleue (Turonien), aune profondeur de 40 m
e lit de Ia mer (profondeur maximale de 107,3 m sous le niveau moyen de Ia mer), le tunnel sous la Manche
comprend en fait trois galeries:
é
Tr
• deux tunnels ferroviaires, un pour chaque sens de circulation, de 7,6 m (utile) de
diamètre;
située
entre les deux galeries ferroviaires, de 4,8 m (utile) de diamètre, dans laquelle
• une galerie de service
291
circulent des véhicules spéciaux.
Ces trois galeries, revétues de voussoirs en béton armé, sont reliées entre elles tous les 375 m par des rameaux de
communication qui permettent de relier les tunnels ferroviaires au tunnel destine al’entretien et aux secours (cela a
notamment lors de l’incendie d’une navette pour poids lourds le 18 novembre 1996). Ces rameaux permettent
la ventilation du tunnel en fonctionnement normal. De Fair frais est soufflé dans la galerie de service ases
a
extrémités, et cet air est ensuite distribué dans les tunnels ferroviaires via des clapets anti-retours, ce qui permet
d’éviter toute contamination de la galerie de service par des fumées lors d’un incendie. D’autres rameaux relient les
deux tunnels ferroviaires et permettent aussi al’air de circuler et de diminuer ainsi la pression et la résistance
aérodynamique au passage des trains (circulant a 160 kmlh maximum). Deux communications (traversées-jonctions ou
cross-over), situées aux tiers du parcours, permettent de faire passer les trains d’une galerie al’autre et d’isoler ainsi des
tronçons de galeries en cas de nécessité (entretien, incident). En ces points, la galerie de service passe sous l’un des
tunnels ferroviaires et se retrouve acôté et non plus entre les deux.
Pour des raisons de sécurité, les galeries ferroviaires sont éclairées par 20 000 luminaires et bordées par un trottoir
continu, du côté de Lagalerie de service, pour assurer l’évacuation éventuelle des voyageurs en tout point. Des antennes
assurent Lacontinuité des communications radio sol-trains.
La construction du tunnel sous la Manche a coOtéenviron 105 milliards de francs, soit 16 milliards d’euros qui ont été
finances en majorité par des actionnaires privés, qui ont perdu 87,2 % de leur mise au cours actuel de l’action.
Le terminal français du tunnel sous la Manche a
eteconçu par l’architecte Paul Andreu.
Lutte contre lincendie
Le tunnel sous Ia Manche est défendu par des sapeurs-pompiers francais et britanniques, equipés de véhicules spéciaux
ant dans Ia galerie technique. L’alimentation en eau (hydrant) se fait par un tuyau qui parcourt Ia galerie, et est
1
de raccords aux normes françaises et de raccords aux normes britanniques. La galerie technique est en
m
surpression par rapport aux galeries ferroviaires, pour éviter d’être envahie par Ia fumée.
Lors du signalement d’un sinistre, Unplan binational, appelé binat, est déclenché par l’officier de surveillance avec
l’ordre <<Binatgo! >>.
Secousse teiiurique
Le 28 avril 2007 a8h18 entre Folkestone et le Cap Gris-Nez une secousse tellurique de 403 sur l’échelle de
Richter a été enregistrée. L’épicentre se situe en mer a 14 km au sud de Douvres et 7.1 km de profondeur.
• Le trafic ferroviaire transmanche n’a pas été affecté malgré Ia proximité du tunnel avec l’épicentre situé amoms
de 10km.
Histoire
Après plusieurs tentatives avortées (voir Histoire du tunnel sous la Manche), dont la dernière en 1972-1975, l’idée de
creuser un tunnel sous Ia Manche fut relancée en 1984 avec une demande conjointe des gouvernements français et
britannique pour des propositions de tunnels finances par le secteur privé. Des quatre propositions, la plus proche du
projet de 1973 fut retenue, ce qui fut annoncé le 20janvier 1986. Les deux gouvernements signèrent le 12 février 1986
et ratifièrent en 1987 un traité consacrant cette solution.
onologie détaillée
• Histoire du tunnel sous Ia Manche
292
Les quatre projets concurrents
Quatre projets étaient en lice pour Laréalisation du lien fixe entre LaFrance et le Royaume-Uni:
Europont: ii s’agissait d’un pont de 37 km soutenu par 8 pylônes, faisant appel ades techniques nouvelles, avec
des travées longues de 5000 metres suspendues ades cables en keviar, dont le coüt était évalué a60 milliards de
francs.
• Euroroute: c’était un ensemble routier pont-tunnel-pont, les ponts reliant des Iles artificielles ala côte, et un
tunnel ferroviaire de 38 km sous le fond de la mer.
• Channel Expressway : ce projet présenté aIa dernière minute comprenait un ensemble de tunnels routiers et
ferroviaires.
• Eurotunnel : dans ses grandes lignes, ce projet reprenait celui de 1972-1975, dun double tunnel ferroviaire avec
un troisième tunnel de service.
Le second tunnel
Au cours de 1998 1999 les concessionnaires ont commence aenquêter sur Lapossibilité d’un second tunnel sous la
Manche, comme il était prévu dans lacte de concession. Mais l’impact économique n’a pas encore été établi et le
projet n’a pas dépassé le stade de l’étude de faisabilité.
-
Le tunnel sous la Manche
al’écran
Le tunnel sous Ia Manche figure dans le film Mission : Impossible de Brian De Palma en 1996 oü Tom Cruise, grimpé
sur un train agrande vitesse, est poursuivi par un hélicoptère dans ce qui est censé être le tunnel en question. La scene
contient des faits invraisemblables qui s’ajoutent ason impossibilité matérielle. Dans le film, Letunnel sous la Manche
It comme un simple lien de section rectangulaire adouble sens et les trains y circulent comme des TGV
cl iques sans caténaires. La scene des trains circulant dans le tunnel a été fiLméedans la vallée de l’Upper Nithsdale
sur Ia voie ferrée de Kilmamock aDumfries en Ecosse.
Le tunnel sous la Manche a également fait son apparition dans l’épisode numéro 118 de Lasérie télévisée américaine
Seinfeld intitulé <<ThePool Guy >>.
Alors qu’un obscur complot est mis sur pied, faisant intervenir meurtre et argent, I‘ordre est donné d’évacuer le Tunnel
suite aIa menace d’une explosion. On apprend ensuite que Ia fille du président des Etats-Unis a éte
piégée dans le
Tunnel au moment de l’explosion.
Le tunnel sous la Manche a aussi fait son apparition dans un episode de Ia série <<Superstructures>>de la chaIne
National Geographic.
On peut aussi apercevoir
Cedric Klapisch (2005).
aplusieurs reprises les bouches d’entrée et de sortie du tunnel dans Les Poupées Russes de
Voir aussi
Notes et références
1.
mot-valise de ChannelTunnel
s internes
• Liste des tunnels
293
• Eurotunnel, société franco-britannique concessionnaire de l’ouvrage et exploitant des navettes <<LeShuttle
• Eurostar, groupement international exploitant les trains agrande vitesse du même nom.
• Tunnels sous-marins
>>.
Odonyme célèbre
Liens externes
• Le terminal de Folkestone sur Google map (http://maps.google.com/maps?
f=q&hl=fr&q=pari s&t=k&ll=5 1.095976,1.140733&spn=0.0 13018,0.03828)
• Le terminal de Calais sur Googie map (http://maps.google.com/maps?
f=q&hl=fr&q=paris&t=k&ie=UTF8&om= 1&z= 15&ll=50.921216,1.803432&spn=0.019154,0.053902&iwloc=A)
Le tunnel sous la Manche
La construction: Fixed Link Treaty TransManche Link Channel Tunnel Rail Link
Les entreprises: Le groupe Eurotunnel Eurostar (U.K.) Ltd. SNCF SNCB
Les services: Eurostar Le Shuttle
Autres: Transport ferroviaire en France Système ferroviaire britannique
-
-
-
-
-
-
-
Portail du monde maritime
1
Portail du chemin de fer
Récupérée de <<http://fr.wlkipedia.org/wiki/Tunnel_sous_la_Manche>>
.
C
0ories : Tunnel sous Ia Manche • Tunnel en France • Tunnel au Royaume-Uni
• Dernière modification de cette page le 17 aoflt 2007 a10:14.
• Copyright: Tous les textes sont disponibles sous les termes de Ia licence de documentation fibre GNU (GFDL).
Wikipedia® est une marque déposée de Ia Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance régie par le
paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des Etats-Unis.
294
I
Information
on the
Pyramide du Louvre
295
Pyramide du Louvre
article de Wikipédia, lencyclopédie libre.
La Pyramide du Louvre est une pyramide de verre et de metal,
située au milieu de la cour Napoleon du Musée du Louvre
(48° 51’ 39.70” N, 02° 20’ 08.96” E
magnus/geo/geohack.php?
(http://too1s.wikimedia.de/—
tanguage=fr&params=48_51.39.70_N_02_2Q08.96_E_scale:region:fr_scale: 1000)
) a Paris, oti se situe le hail d’accueil.
Commandée par Ic Président de Ia République François Mitterrand
en 1983, la pyramide a été concue par l’architecte sino-américaine
Ieoh Ming Pei. La structure, qui a etéentièrement construite de
segments de verre, s’élève a 20.6 metres sur une base carrée de 35
metres de côté. La pyramide est composée de 603 losanges et 70
triangles en verre.
Sommaire
1Proposition
•
•
•
•
•
2 Controverse
3 Architecture
4666 vitres : un mythe urbain
5 La pyramide inversée
6 Voir aussi
• 6.1 Lien externe
Proposition
Une pyramide baroque a initalement été proposée pour les célébrations de la Revolution française de 1789. Ii
est possible que l’architecte Ieoh Ming Pei ait été au courant de cette proposition quand ii a choisi la forme de
pyramide.
Controverse
La construction de la pyramide a été en son temps l’objet de débats passionés. Nombreux sont ceux qui
tr ‘ent que cet edifice futuriste Ct d’un style international “passe-partout” est hors du contexte classique du
L
re. La pyramide empêche de voir le bâtiment d’origine dans sa totalité et coupe la perspective, unique au
monde, qui allait auparavant de Ia Cour Carrée a I’Arc de triomphe de i’iEtoile.Perspective qui rappelons-le,
n’était pas dans les projets initiaux du Louvre, puisque la cour était fermée en direction de la Concorde par le
com.p1exe
a1tcibué:un—
ont
-Mitterrand.
pharaonique”.-à
:palais des Tuileries, détruit en 1882. Certaines critiques
296
taDutres apprécient la juxtaposition contrastée des styles architecturaux, Ia fusion du classique avec le
moderne.
A hitecture
La pyramide empêche de voir le bâtiment d’origine dans sa totalité et coupe la perspective de LaCour Carrée a
ltArc de Triomphe de lEtoile. Cette construction a d’ailleursfait en son temps l’objet de débats passionnés,
nombreux étant ceux qui cntiquent l’intrusion de cette construction moderne dans un ensemble architectural
unique au monde.
666 vitres : un mythe urbain
Ii est regulierement prétendu que le nombre de plaques en verre de LaPyramide se porte aexactement 666, le
<<Nombrede Labête >>, souvent associé aSatan. Plusieurs theories conspirationnistes attribuent un sens plus
profond acette supposition. Le livre de Dominique Stezepfandt Francois Mitterrand, Grand Architecte de
I’Univers, declare que <<Lapyramide est dédiée aun pouvoir décrit comme LaBête de l’Apocalypse (...) La
structure entière est basée sur le chiffre 6 >>.
La legende des 666 vitres prend sa source dans les années 1980, quand la brochure officielle publiée durant la
construction cite effectivement ce chiffre (deux fois, bien que des pages précédentes indiquent également 672).
Le chiffre 666 est alors repris par des journaux divers. Toutefois, Ia direction du Musée du Louvre affirme que
la pyramide complete compte un total de 673 plaques vitrées (603 losanges et 70 triangles). David A. Shugarts,
pr sa part, en dénombre 689 (Secrets du Code, édité par Dan Burstein, p. 259). Ii a été procédé aplusieurs
d 1nptes, aboutissant ades résultats divers, mais toujours supérieurs a666.
Le mythe refait surface en 2003, quand Dan Brown l’évoque dans son best-seller, Da Vinci Code. Le
protagoniste et narrateur dit que <<cettepyramide, aLademande explicite du Président Mitterrand, a éte
construite avec exactement 666 plaques de verre une requête bizarre qui a toujours été un sujet brülant parmi
les mordus de conspiration qui déclarent que 666 était le chiffre de Satan >> (p. 21).
-
Cependant, David A. Shugarts affirme que, selon un porte-parole des bureaux de Pei, le Président Francais n’a
jamais spéciflé le nombre de plaques autiliser pour la pyramide. Constatant comment la rumeur 666 a circulé
dans plusieurs journaux francais dans les années 1980, ii commente: <<Sivous avez seulement trouvé ces
vieux articles, fait aucune recherche plus poussée, et été extrêmement crédule, vous pourriez croire l’histoire
666>>(Secrets du Code, p. 259).
La pyramide inversée
Située sous le Carroussel du Louvre, Ia Pyramide inversée du Louvre est construite dans Ia même logique.
® Ce site est desservi par Ia station de metro : Palais Royal
1
.r aussi
Lien externe
297
-
Musée du Louvre.
.
Photos de Ia pyramide (http ://www.world-city-photos.org/Paris/photos/Louvre_in_Paris/)
1
Portail de Paris
R
.érée de <<http://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_du_Louvre>>
Categories : Monument parisien’ Louvre • Pyramide
• Dernière modification de cette page le 16 aoüt 2007 a07:19.
• Copyright: Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU
(GFDL).
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance regie
par le paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des Etats-Unis.
298
Information
on the
Cite des sciences
et de l’industrie
299
Cite des sciences et de l’industrie
.rticle de Wikipédia, lencyclopédie libre.
LaCitedes scienceset de I’industrie(4s° 53’ 44”
N, 2° 23’ 17” E
(http://tools.wikimedia.de/—
.magnus/geo/geohack.php?
est un
Ianguage=fr&params=48_53_44_N_2_23_17_E_scale:300000))
Otablissementpublic’ spOcialisOdans la diffusion de la culture
scientifique et technique. CrOéeaI’initiativedu Président Giscard
d’Estaing, elle a pour mission de diffuser aun large public, notamment
aux enfants et aux adolescents, les connaissances scientifiqueset
techniques, ainsi que de susciter I’intOrêtdes citoyens pour les enjeux
de sociOtéliOsaIa science, aJa recherche et aI’industrie.
ar
oest située dans le Parc de la Villette, dans le xixe
dissement de Paris, en France.
Vue
M
Ce site est desservi par les stations de metro: Porte de
Pantin et Porte de la Villette.
extérieurede Ia Citedes sciences(côte
Geode).
Elle est au cceurd’un dispositif visant avaloriser la culture scientifique et technique: les Centres de culture scientifique,
technique et industrielle (CCSTI).Avec Ia Cite de Ia musique et Le Conservatoire national supOrieurde musique et de
danse de Paris, elle fait partie du parc de la Villette.
Sommaire
•
•
•
•
•
•
1 Espaces
2 Historique
3 Autour de Ia Cite des sciences et de I’industrie
4 Achats
5 Notes
6 Voir aussi
• 6.1 Liens extemes
• 6.2 Bibliographie
Espaces
I
.
Cit
ihrit
iii
1e. nnmhr
r
psn
rvii
g
et c
300
—
---
..-
• Explora (Niveau 1, 2, et 3):
Regroupe les principales expositions permanentesorganisées
autour de themes : les mathématiques, l’image,les sons, les jeux
de lumière, l’espace, l’océan, l’énergie,Fautomobile,les roches et
volcans, étoiles et galaxies, etc.
• Une médiathèque (Niveau -1):
La bibliotheque scientifique s’&endsur 3 étages. Elle est divisée
en trois grands secteurs : grand public, enfance et histoire des
sciences. On y trouve également des bornes interactives qui
Vue intérieure
permettent de visionner directement des films, documentaires,
dessins animés, etc,... Au niveau 0, on trouve Ia médiathèque
enfant et le cinema Les Shadoks.Dans cette médiathèqueon
trouve également trois espaces de services: la [Citedes métiers], la [Cite de la sante] et le [Carrefour numérique].
• La Cite des enfants (Niveau 0):
Conçue pour accueillir des enfants de 3 a 12 ans, la Cite des enfants est divisée en deux espaces: L’espacepour les 3
a5 ans, et l’espacepour les 6 a12 ans.
•
•
•
•
L’Auditorium(Niveau 0) est la salle de conferencesdes programmes du College;
Le cinema Louis Lumière (Niveau 0);
Un planetarium est situé dans les expositions (Niveau 2);
Le Carrefour numérique (Niveau -1):
Cet espace de 1200 metres carré est une grande Cyber-base. II est compose d’un espace d’autoformationqui permet
d’accéderaun grand nombre de didactiels, d’un Kiosque pour naviguer sur Internet, d’unAtelier d’initiationa
l’informatique,d’unStudio pour rencontrer des professionnels du multimedia, une Classe numérique pour accueillir
des écoliers et d’une Agora pour participer ades performances, des rencontres et des débats sur Ia culture numérique.
• La Cite des métiers (Niveau -1):
Lieu d’information sur l’emploi, les formations, les métiers, la Cite des métiers met adisposition des conseillers et un
important fonds documentaire [1] (http://enviedesavoir.org/oldlarti-cdm.htm) Cette cite des métiers a servi de
référence pour la creation d’un réseau international de plates-formes semblables [2] (http://reseaucitesdesmetiers.org)
.
• La Cite de la sante (niveau -1):
Située al’entréede la médiathèque grand public, la Cite de la sante est un espace d’informationet de conseils sur tout
ce qui concerne la sante.
•
•
•
•
•
•
•
Un centre des congrès (Niveau -1);
L’aquarium(Niveau -2);
La salle Jean Bertin (Niveau 0);
L’espace Condorcet (Niveau 0);
Une aire de pique-nique (Niveau 0);
Un bureau de poste (Niveau 0);
Une boutique de livres et jouets scientifiques (Niveau 0);
Des restaurants (Niveau -2);
Historique
r-Le
projet de rehabilitation des abattoirs, qui a pour vocation de les tra former-en musée4es sciences et techniques est
301
conflé le 15 septembre 1980 aAdrien Fainsilber. Complementdu Palais de Ia Découvertesitué an Grand Palais, Ia Cite des
sciences et de I’industrie ouvre ses poPes le 13 mars 1986,inaugurée par François Mitterrand ai’occasionde Ia rencontre
entre la sonde astronomique Giotto et Ia Comète de Halley.
successivement:
ésidents du musée ont eté
L
•
•
•
•
•
•
•
•
Maurice Levy: 1985
Christian Marbach: 1987
Roger Lesgards: 1988
Pierre David: 1993
Gerard Théry: 1995
Michel Demazure: 1998
Jean-François Hébert: 2002
Francois d’Aubert : acompter du 26 juillet 2007
Autour de la Cite des sciences et de l’industrie
Le
et l’Argonaute.
gauchea droite:Ia Géode,la Cite desscienceset de I’industrie
•
•
•
•
•
Le Parc de Ia Villette
La Maison de Ia Villette
La Géode
LeCinaxe
L’Argonaute, un sous-marin en extérleur que l’on peut visiter. Ii est situë
entre La Géode et le canal de i’Ourcq
Un centre equestre
Le Trabendo
Le Cabaret sauvage
Un espace chapiteaux
LeZénithde Paris
Le théâtre internationalde langue française
La Grande haile
La Cite de la musique
Le Pavilion Paul Delouvrier
Le Théâtre Paris-Villette
Le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Lejardin des voltiges
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Achats
I
é des sciences est un des tous premiers établissements publics industriel
nmercial, soumis au code des marches publics, a s’êtredote d’une
e.
organisation achats. Cette organisation s’estinitialement matérialisée sous
forme de coordination aIm d’établirune plus grande transversaiité des achats,
des méthodes et un développement d’unenouvelie culture
jpuniformisation
302
MoteurVulcaind’ArianeV exposéde
manièrepermanenteau musée
des achats entre les 10 directions qui composent la Cite des scienceset
notamment par l’applicationd’une politique achat dynamique.
Ce département achats, compose d’unedizaine d’acheteurs,sera operationnelcourant 2007 et prendra progressivementen
Ia quasi totalité des achats, soit environ 45 millions d’euros.
c
, au cours des 3 prochaines années,
L’objectifprincipal de ce département achats est d’apporter,al’établissement,des marges de manoeuvres financières afin
de participer, entre autres, aune partie de Ia renovationdu bâtiment.
Portail achats [3] (http:I/www.cite-sciences.fr/francaislala_cite/serv_prolachatslindex.htm)
Notes
1.
La Citedesscienceset de Pindustrieest un établissementpublic a caractèreindustrielet commercial,régi par le décret no 2006222 du 24 février 2006 et place sous Ia double tutelledes ministèrescharges de Ia Cultureet de Ia Recherche.
Voir aussi
Liens externes
.
.
•
Site officiel (http://www.cite-sciences.fr/)
Transcription (http://tinhinane.mon-blog.org/index.php/2006/06/30/107387-la-cite-des-sciences-et-de-1-industriesur-les-ondes-de-france-culture) de lémission radiophonique <<Toutarrive >> du 15juin 2006 sur France culture,
présentée par Arnaud Laporte en direct de Ia Cite des sciences, avec Jean-Francois Hébert, Jean-Marc Levy
Leblond, Joel de Rosnay, Bernadette Bensaude-Vincent et a!.
148 photos de la Cite (http://www.socher.org/gallery2/v/France200S2006/20052006Paris/2006030
1MuseedesSciences)
B lb 110graphle
• Jean-François Hébert, <<LaCite des sciences et de l’industrieet la diffusion de Pinformationscientifiqueet
technique >>, Réalités industrielles, pp. 78—82,mai 2007 [sommaire et résumé (http://www.annales.org/ri/2007/ri-mai-200’7.html)]
Portail de Jamediation scientifique, technique et
Portait de Paris
industrielle
.des_sciences_et_de_l%27
%A9
Récupérée de <<http://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3
industrie>>
Categories: Bibliothèqueparisienne La Villette • Musée parisien. Institution de vulgarisation scientifique.
Etablissement public acaractère scientifique, culturel et professionnel
• Dernière modification de cette page le 30 juillet 2007 a ii: 19.
• Copyright: Tous les textes sont disponibles sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
Wikipedia® est une masque déposée de Ia Wikimedia Foundation, Inc., association de bienfaisance régie par le
paragraphe 501(c)(3) du code fiscal des Etats-Unis.
303
Spanish V
Scope and Sequence
Time Allotted
Unit 1
The Individual
5 7 weeks
Unit 2
Childhood
4—5 weeks
Unit 3
The World We Live In
4—5 weeks
-
Review for Mid-term Examination
1 week
Unit 4
Mystery and Fantasy (Folldore)
4—6 weeks
Unit 5
Love
5 7 weeks
Unit 6
The Written Word Literature
4—5 weeks
Review for Final Examination
1 —2weeks
—
c.
-
Mid-term exam week is usually four five days.
Final Exam / Regents week is usually seven eight days.
—
—
French V
Scope and Sequence
Time Allotted
Unit 1
Philosophy & Education
4—6 weeks
Unit 2
Precursors to the Revolution & Social Equality
4
Unit 3
Revolution, Symbols of France & Immigration
4—5 weeks
Review for Mid-term Examination
—
5 weeks
1 week
Unit 4
Napoleon & Poetry
5 —7 weeks
Unit 5
th
19
Century
—
Changes in Government & Overview of French Art
5—7 weeks
Unit 6
th
20
Century
—
Effects of World Wars on France & Technology and Progress
4—5 weeks
1 —2weeks
Review for Final Examination
Mid-term exam week is usually four five days.
Final Exam / Regents week is usually seven eight days.
—
—
Appendix A
e
e4ee4.e
—
2
e
Philosophy
connection to our community and to the world. Through language, we
around us, express our concerns and dreams, and share our thoughts,
ideas, and experiences.
is
our
Language
the world
r
identif
The ability to communicate in languages other than English (LOTE) increases the opportu
nities to interact with other people and to understand other cultures. As the world becomes
increasingly interdependent, it is important for every person to acquire’the skills for
communication with others, and to attain appreciation of other cultures. These skills and
understandings are. the basis for the two New York State LOTE learning standards:
Standard
1: Students will be able to use a language
English for communication
Standard
2: Students will develop cross-cultural
understandings.
other than
skills and
Both of the New York State learning standards are emphasized in all three LOTE check
points (A, B, and C). There is a greater focus on Learning Standard 1: Communication in
the Checkpoints A and B classroom, although most learning activities will be embedded in
a cultural context. In Checkpoints A and B, teachers strive to create learning situations
that will enhance the ability to function in everyday situations in a target culture, using
the target language.
Checkpoint C language study, offered to students who have successfully completed
.Checkpoint B, usually occurs towar4 the end of high, school. Representing a more advanced
and serious study of the language and cultures, it is seen as a bridge to further language
studies that might occur in the community college, university, language school, or
workplace. It is an important stepping-stone for students as they leave high school and
Checkpoint C is not intended to produce fluency, but to enhance target language skills
beyond those attained’at the end of Checkpoint B and the Comprehensive Regents
Examinations. The emphasis at the Checkpoint C level is on the further development of
written and oral communication, and on refinement of grammatical accuracy.
The most significant difference between Checkpoint B and Checkpoint C is that the
learning and instructional activities are’ mostly derived from the target culture, thus
providing a greater fácus.on Standard 2: Culture. Since students possess some language
fluency at this point, the teacher often uses materials based on the target culture as the
source for in-depth communicative language studies.
3.
Focusing, on Standard 2 allows the teacher to provide instruction that builds cultural
appreciation and enriches linguistic growth in the target language. Checkpoint C.level
units, while based on elements of a target culture, serve as a springboard for further
development of all of the LOTE skills: reading, writing, speaking, and listening.
Although Checkpoint C is usually achieved after the Comprehensive Regents
Examinations, and is an advanced level attained on an elective basis, there will be a wide
range of skills in a Checkpoint C classroom. For example, teachers may have students with
disabilities, English’language learners (ELLs), gifted students, and educationally
disadvantaged students in their Checkpoint C classrooms.
The New York State Board of Regents has made a strong commitment to integrating the
education of all students into the total school program. The New York State learning
standards apply to all students, regardless of their experiential background, capabilities,
developmental and learning differences, interests, and ambitions. A classroom typically
includes students with a wide range of abilities who may pursue multiple pathways to
learn effectively,, participate meaningfully, and work toward attaining higher levels of
achievement.
.
Students with diverse learning needs may. need accommodations or adaptations of
instructional strategies and materials to enhance their learning experiences. This is
relevant to all LOTE classes, including those at the Checkpoint C level.
4
‘a
‘“‘
LOTE Standards.and
Checkpoint C Performance
Indicators
he Checkpoint C level classroom focuses on the two LOTE standards and all of the
LOTE performance indicators. Classroom activities are created with all of the
performance indicators in mind. TJsing materials in the target language, Checkpoint C
students will use all four language skills. (listening, speaking, reading, and writing) as
they interact, and will integrate these skills with a deepening cultural awareness.
T
C
•
•
.
Standard 1: Students will be able to usea
English for communication.
language
)
other than
Li
Checkpoint C (Listening and Speaking):
Key Idea
Listening and speaking are primary communicative goals in modern language learn
ing. These skills are used for the purposes of socializing, providing and acquiring
information, expressing personal feelings and opinions, and getting others to adopt a
course of action.
Performance Indicators
Students can...,
•
understand standard speech delivered in most authentic settings
• ‘understand the main ideas and significant relevant details of extende4 discussions
or presentations, and on recorded songs, feature programs on radio and television,
movies, and other mediadesigned for use by native speakers
• draw on a wide range of language forms’, vocabulary, idioms, and structures learned
in class as well as those acquired through independent exposure to the language
.“
d”
Iañ
i1sä
nd
ieli
“rid’réphrâsih’g
’I’With ‘é
ii3
r,’
ubtl
tfti
re
• engage in extended discussions with native or fluent speakers on a broad range of
topics that extend beyond their daily lives and are of general interest to the target
cultures.
5
‘
Checkpoint C (Reading and Writing):
Key Idea
Reading and writing are used in languages other than English for the purposes of
socializing, providing and acquiring information, expressing personal feelings and
opinions, and getting others to adopt a course of action.
Indicators
Performance
Students can...
• comprehend the context of most texts of interest to native speakers
•‘ draw on a broad range of learned vocabulary, idioms, and structures, including the
full range of time frames, as well as language acquired through independent reading
• write multiparagraphed essays, journals, personal and business letters, and creative
texts in which their thoughts are unified and presented in an organized fashion;
errors in form may occur, particularly when the students, are writing about complex
themes or issues requiring the expression of opinions, or when the topic is outside
their realm of experience
• use culturally-appropriate learned vocabulary and structures associated with a
broad range of topics, and structures such as simple and complex sentences to
communicate through the full range of time frames.
Standard
2: Students
will develop cross-cultural
skills and
s.
understandin
Checkpoint C:
Key Idea
Effective communication involves meanings that go beyond words and require an
understanding of perceptions, gestures, folklore, and family and community
dynamics. All of these elements can affect whether and how well a message is
received.
Indicators
Performance
Students can...
• demonstrate sophisticated knowledge of cultural nuances in a target language
rice
déliibw’
ii
ókeñ langt age, body ia±
uage;’
communication
• use appropriate registers
• write in the target language in a manner that articulates similarities and
differences in cultural behaviors.
‘
6
Components
Instruction
of LOTE
nstruction in LOTE classrooms involves the combination of four key components:
situations, and topics.
functions, proficiencies,
I
Functions
denote the purpose of communication, such as asking for help, issuing a
• warning, or trying to convince someone to do something. The following are general
examples that can be applied to any situation or topic, at any LOTE Checkpoint:
•
F
Expressing
about
Socializing
•
•
•
•
•
greeting
leave taking
introducing
thanking
apologizing
•
•
•
feelings
facts
events
opinions
attitudes
Getting others to adopt a
course of action
Providing and obtaining
information about
•
•
•
•
•
•
personal
•
•
•
•
•
•
•
facts
events
needs
opinions
attitudes
feelings
suggesting
requesting
directing
advising
warning
convincing
praising
in languages other than English (LOTE) refer to the level of knowledge
and skill in using a language when reading, writing, listening, and speaking..
Proficiencies
Proficiencies are specifically defined as the performance indicators in the New York State
learning standards. Students at the Checkpoint C level have developed a more thorough
competence from classroom experiences and practice, so they have proficiencies that are
more advanced than those at the Checkpoint B level. Students will vary in their
competency levels, with some students adept at speaking, and others more confident with
reading and writing.
7
Situations
indicate the context in which communicationoccurs. Situations refer tb
communicative partners, ‘their roles, and channels of communication (oral or written).
Situations establish the parameters for the negotiation of meaning between two or more
people, or between ari individual and oral/written samples of language. The situations
listed below are organized according to the primary skill students must use: listening,
speaking, reading, or writing. Several skills may be involved in any act of communication,
and situations will be related to functions, topics, and student proficiencies. The age,
ability, and experience of the students should be taken into consideration when teachers
are establishing situations.
rListening
•
•
•
•
•
Reading.
Information and announcements from
providers of common public services (sales
personnel, bank tellers, ticket agents,
police, hotel personnel, and others, in
face-to-face communications)
Information (bulletins/announcements)
provided over loudspeakers, radio, and
television
Short presentations of interest to the
general public given in person, on radio,
or on television
Songs, live and recorded
Feature programs ‘ontelevision, in the
movies, and on the radio
•
•
•
•
•
•
Listening/Speaking
•
•
•
•
•
•
Interactions with providers of common
public services in face-to-face
communications
Informal everyday conversations with
individuals, peers,’ and adults
Informal conversations with peers and
familiar adults
fiöri’With
‘Iã
’pavidets
cimmo’n
of
public services by telephone
Group conversations among peers and
familiar adults
‘Group discussions with peers
Informal presentations to groups of peers
and familiar adults
Information provided’ to the general public
on forms, signs, billboards and posters,
labels, programs, timetables, maps, plans,
menus, materials from the Internet, etc.
Announcements, advertisements, and
short reports of general interest in news
papers, magazines, and other publica
tions; short, informal notes
Simple business correspondence and
pamphlets
Facts, opinions, feelings, and attitudes in
correspondence from acquaintances and
friends (peers and adults)
Letters to the editor and feature articles
from general-interest publications
Excerpts from poetry and prose for cultur
al appreciation
Writing
•
•
•
•
•
8
Forms to be filled out for the use of com
mon public’ services
Informal notes for communications in
everyday life situations
Brief report’sdescribing simple
’
situations
and sequences of events
Personal letters to acquaintances and
friends (peers and adults)
Formal letters to agencies, institutions,
and businesses on topics of personal needs
Short samples of expository or creative
writing
.1
Appendix B
e
7i
e
e4eaft.e
vL
13
e:
LOTE Checkpoint
C Instruction
he Checkpoint C classroom looks different from school to school. Checkpoint C
classrooms, no longer limited to grade 12, now can start as early as grade 10 or 11.
Some schools have programs that offer Checkpoint C as Advanced Placement or for college
credit. Some have programs that go to level 6 or higher. Some schools have Checkpoint C
classes in one language, while others offer two, three, or four languages.
T
Regardless of the configuration of course offerings, all Checkpoint C programs should have
three elements in common:
S
• The Checkpoint C curriculum must be designed to meet the needs of all students.
• Checkpoint C should not represent a termination point.in second language
acquisition, but rather one more step on the road to proficiency.
• Checkpoint C units of instruction should integrate both LOTE learning standards
and all of the performance indicators.
In recent years, Checkpoint C programs have changed to accommodate a widening gap in
the skills of students. Differentiated instruction is being used by many Checkpoint C
teachers to address a wide disparity in skills All students should be welcomed into the
Checkpoint C classroom. Teachers should apply a number of instructional techniques and
assessments to provide students with opportunities for success as they further their studies
of LOTE.
Given the diversity of skills of students in Checkpoint C classrooms, teachers need to
create greater flexibility in their curricula and the topics that they present. The basic
instructional techniques, however, remain the same in all Checkpoint C classrooms. The•
following list represents some of the characteristics of a typical Checkpoint C classroom:
• Classroom directions and instructions are given in the target language.
• Teacher-student interactions are primarily in the target language, with English•
occasionally used for verification of student comprehension and for facilitating the
use of difficult vocabulary.
expected, with active listening by the
giare
classroom audience.
• Age appropriateness and student interests are always considered before choosing.
instructional materials.
• Students are provided with reading material that is of high interest and within the
scope of their vocabulary and grammatical understandings in either English or the
target language. Some of the reading is expected to be done outside the classroom.
• Students are given more opportunities to experience the authentic target language
through television, movies, recordings, and presentations.
.
.
15
.
•
•. Students are continually exposed to a wide variety of cultures represented by the
target language.
.•
Grammar study is enhanced and refined as a vehicle to oral and written expression.
• English may be used in the classroomwhen the discussions revolve around topics
and themes that require language skills that. are beyond those of the Checkpoint C
learner.
.
Reading and Writing in the Checkpoint
Classroom
C
.
•
and writing activities in languages other than English (LOTE) are designed to
.eading
enable students to socialize, provide and acquire information, express personal feelings
and opinions, and persuade others to adopt a course of action.
Reading Activities
to LOTE Learning Standard 1, the reading objective is achieved when students
• According
can comprehend the content of most texts of interest to native speakers.
• The following list of activities can be used to help Checkpoint C students develop good
skills:
• reading
•
•
Point out the headlines and titles and discuss the possible contents of the reading
•
material.
• Point out pictures or other visuals that will be relevant to comprehending the material.
• Generate a list of words that are based on the topic or title, and have students
record the words in a notebook.
• Highlight key words or expressions that will be new for the student and provide
• appropriate English equivalents. Students might be asked to highlight these words
or copy them into a notebook. Words may also be written on the blackboard or on a
poster for reference during class.
Assist students in looking for recognizable words and cognates in the text.
•
•
•
•
•
•
•
•
however, might’represent language and structures that are a step beyond, what
students are accustomed to seeing.
Provide texts that are authentic in nature and derived from the target language.
Understanding texts that are culture-bound will still require the support of the
teacher in guiding the students to comprehension.
Expose students to more lengthy, readings and works of literary interest. This might
include complete movie scripts, poetry, song lyrics, full-length newspaper articles,
short stories, and novels.
Teach students how to use the ‘dictionary and online reference resources.
Continue to teach vocabulary that connects to English vocabulary through cognates
and root words.’
.
16
• Use folktales of the target language as an entry point to understanding the culture
better.
• Take classroom time to read aloud.
• Check forunderstanding in the target language and in English.
• Ask for written and oral summaries of texts to check for comprehension.
• Allow student choice in reading material.
• Give the students an opportunity to work together to determine the meaning of new
text. Have them read aloud, alternating lines or paragraphs. (Note that reading
aloud represents the ability to articulate sound-symbol relationships, but should not
imply comprehension of the text.)
• Ask students to underline, circle, or highlight the key ideas in the text.
• Ask students to summarize the text in their own words, in ‘English.
• Ask students to share, in their own words, their understanding of a passage.
• Ask students to read the text again, perhaps with side glosses, for new vocabulary
and expressions. This rereading will assist with reading comprehension and will
demonstrate to students that reading may require several tries in order to fully
grasp meaning and details.
Writing Activities
•
•
Writing allows students to reinforce reading and listening skills, to develop grammar,
spelling, and vocabulary, and to express factualinformation and personal reactions to
reading material and classroom conversations.
Checkpoint C writing differs from writing activities in other checkpoints. Writing
assignments are frequently given after the reading of an. authentic text. For example,
students may be asked to read an editorial and then respond in writing to the comments
made by the author; or, upon completing a play, students may be asked to write a critique,
a summary, or even a new act to the play.
Checkpoint C writing activities are often used as the basis for classroom presentations,
thus further integrating and linking all of the language skills. Checkpoint C students
should be given opportunities to:
• brainstorm for main ideas and needed vocabulary and structures
‘•
andwith
’draft
”the
share
prèpare a rough draft;
peers revise
then prepare the final product
• draw on a broad range of learned vocabulary, idioms, and structures, including the
full range of time frames
draw on language acquired through independent reading
• write multiparagraphed essays, journals, personal and business letters, and creative
texts in which their thoughts are presented in an organized fashion; errors in form
may occur, particularly when the students are writing about complex issues
requiring the expression of opinions, or when the topic is outside their realm of
experience
-
•
•
•
17
• use culturally-appropriate learned vocabulary and structures asso.ciated with a
broad range of topics, and structures such.as simple and complex sentences to
communicate
• use dictionaries and practice old and new structural elements of the language
• use LOTE for creative writing,, such as:
rewriting the ending to a story, song, or poem
changing the main character of a recently read story
composing another chapter to a recently completed text
writing and illustrating an original story/poem
creating a story for use in a Checkpoint A or Checkpoint B classroom
•
writing a letter to the principal trying to change his/her opinions regarding a
school policy
writing a group play in which all students contribute to the writing.
•
Students should have assessment rubrics as they begin a writing project, or they might cre
ate the rubric with the teacher, using a sample completed project as a guide. (See the rubrics
provided in this Languages Other Than English: Checkpoint C Resource Guide.)
Suggested
Instructional
Strategies
Instruction in languages other than English (LOTE) is available to students with a wide
range of skill development. Teachers, therefore, need to be aware of classroom procedures
that will make LOTE accessible to all students. All Checkpoint C language students will
need the support of a well-organized and structured classroom that has learning experi
ences based on sound pedagogical practice. Suggested classroom modffications, designed to
support all students as they progress through the Checkpoint C level, are listed below:
• Break directions down. into their smallest and simplest components.
• Give directions orally, in writing, and by showing. (e.g., the exact page) when
possible.
• Post the daily agenda and tell students how to refer to it during the course of the
class.
‘•
Allow students to work in pairs so that they can help each other to locate materials
assignments
dt
an
• Make extra materials available (books, worksheets, pencils).
• Keep outside distractions to a minimum.
• Make deadlines reasonable.
• Use ‘a timer to keep students on task and focused.
• Make homework useful; for instance, have students prepare flash cards, organize a
bingo board, interview people at home, etc.
• Allow students to quietly ask a neighbor to help when they ‘are lost in the lesson.
Teach “ten-inch voices” (a voice level that can’t be heard at a distance of more than
ten inches from the speaker).
• Follow a process approach to teaching writing that encourages pair work,
brainstorming, word banks, several chances at editing, etc.
.
.
•
18
• Use rubrics that are explained to students and parents in advance.
• Show students a finished product before they begin to work on their own.
• Stand closer to the students with the greatest needs, as directions are given or as
transitions are made from one activity to the next.
• Praise all students.
• Modify assignment tasks without changing the content or vocabiilary For example,
some students can read a story and write a two-page essay. Others can read the same
story and answer a few short questions, while others can be responsible for reading the
story and verbally discussing it
• Teach students how to use a glossary.
• Provide activities that teach students about the textbook they are using (e.g.,
activities that show where the glossary is, where the maps are, how to use the
charts, how and when to use the index, etc.).
• Use readable fonts (serif types) and keep the pages free frOm unnecessary distractions.
• When students are copying information from the overhead or computer screen, be
sure to check the spelling immediately. Use large, black serif fonts so that students
can read the material easily (colors are often difficult to see on an overhead), with a
minimal amount of information on the overhead. Block out written material that
may not be relevant.
• Check Internet sites as students are using them, not only to comply with the school
district’s Internet policy, but to ensure that the site is accurate and appropriate for
Checkpoint C studies. Online translators should not be used, but online dictionaries
may be used. Students should not reveal any personal information on the Internet,
even with “key pals.”
• Allow student to use glossaries in textbooks, vocabulary sheets, or instructional
materials posted in the room for all activities.
• Make sure each handout has a clearly, stated title.
• Use different colors (not bright ones) for each handout used during a class period and
be sure each one is labeled.
• Try to provide handouts that are either typed or word-processed instead of handwritten.
• Use textbooks with easily understood directions and clear models.
• Allow extra time for tests and quizzes.
• Make sure students know ahead of time what the test and/or quiz will look like.
possession as they work on assignments.
• Do less testing on discrete items and more testing on items in contexts, being careful
to use contexts and, scenarios with which students are familiar.
• Apply appropriate techniques in rating the papers of students with spelling
exemptions. Be sure to look at the written task holistically. Did the student
communicate thoughts in the target language? Can native speakers understand the
text in spite of the spelling errors? This does not mean that all spellings are
acceptable but rather that they should be reasonable, understandable, and
recognizable to the reader within the context of the written response.
19
Téchnológy
Classrooms
and LOTE
has taken on a whole new meaning in the 21st century; Although tried-andTechnology
true technological methods such as cassette recorders, videos, and overhead projectors
are stifi used in the classroom and continue to serve a purpose,’ the computer brings with it
endless possibilities for teachers of LOTE.
As with more traditional technology; the computer dOesnot stand alone. No technology can
provide the kind of interaction required of a truly communicative classroom that is guided by
teacher enthusiasm and competence and active student participation. However, computers
provide the teacher with new ways to access information and enrich the classroom
experience for both the students and the teacher.
The Internet can provide valuable resources for the teacher. Information can be obtained by
accessing the many sites that are related to second language acquisition theories, foreign
languages in general, learning styles and strategies, and instructional materials. The
sites are often monitored by the sponsoring organizations and can provide teachers’
follo’vi.ring
with a good start in exploring possibilities on the Internet:
•
•
httD;//www.actfl.or
Presented.by the American Council on the Teaching of Foreign Languages;
includes information such as upcoming workshops and special projects.
•
Qf1+
.//WwW7c
h++r
I
Jr.!
£sv
A useful website of the New York State Association of Foreign Language
Teachers.
• http//www.nvsed.gov
The official website of the New York State Education Department;. provides
access to the latest information regarding State policies and practices.
• http://www.emsc.nvsed.gov/ciai!lote.html
The New York State Education Department site for languages other than
•s_-
“:.e
— -, ‘ ‘ ‘.
t’,
“.
_.-•.
/http://www.cortland.edu/flteach
Used to find out about the FLTEACH discussion list and ancillaries;another
way for teachers to keep updated regarding current methodologies and
classroom ideas.
• http://www.nvsatl.nvsed.gov
A website that houses a collection of standards-based learmng experiences that
have been validated by New York State teachers through the statewide peer
review process.
‘
20
It is important to note that the Internet also serves as a professional development tool for
teachers of LOTE. A difficult and time-consuming endeavor for any LOTE teacher is to visit
and interact personally with the target culture of the language taught. Through the Internet,
however, it is possible to read daily papers from many target cultures and keep up to date
with a country’s culture, history and language.
Print material from the Internet can be more current than published textbooks, and can be
chosen to meet the needs and interests of students. Scans can be made and information and
vocabulary can be deleted and/or highlighted. The teacher can use print material to develop
cross-cultural awareness by comparing and contrasting key points of one culture with
another. Such materials can be used to enhance and develop reading comprehension and to
give students the opportunity to see the language in print exactly as the people in the target
culture see it. Print materials serve to heighten student interest andto increase motivation,.
as well as.to develop vocabulary and certain linguistic. skills such as analyzing and studying
grammar in context.
However, it should be noted that none of the above uses of technology can ever replace the
presence of a certified teacher of LOTE. The teacher’s use of technology can enrich classroom
practice and bring learning experiences for the students to a new level. Alone, these
technologies are a poor substitute for the spontaneous interactions that are needed in a
communicative classroom. They do, however, provide an important tool for teaching and
learning for our students in the 21st century.
The use of the Internet can also provide the learner with the opportunity to connect directly
with the target culture and its people. (It is important to remind students that they are not to
share personal information on the Internet.) Through correspondence with key pals, students
can enhance their own writing skills and reduce their fear of using the target language in
real-life situations. There are many organizations that sponsor key pals, and schools may set
up key pal programs as well. Such programs can significantly enhance and enrich the experi
ence of learning a second language.
.
.
.
Current technologies can enable students to use traditional equipment in new ways. For.
instance, they may create PowerPoint presentations or use word processing or drawing
programs to fulfill class assignments—and they are usually enthusiastic about doing so. In
addition, with the aid of the computer, students are now able to take tests online.
their knowledge of world culture. Adhering to school district policies related to computer use,
technology should be an integral part of the Checkpoint C classroom, allowing students to
enhance skills, explore the globe, and build in-.depth knowledge of the target language.
21
Appendix C

Documentos relacionados