L`océan - El Café Latino

Comentarios

Transcripción

L`océan - El Café Latino
MAGAZINE BILINGUE SOCIO-CULTUREL
TARA
Musique
L'océan
POTOSI
AMERICA LATINA
CANADA-QUEBEC
EUROPA
N˚24
Paolo
Gasparini
paolo
gasparini
Paolo Gasparini, maître du noir et blanc,
auteur et photographe. Il est né à Gorizia en
Italie et vit à Caracas . On trouve ses photos au
Moma, à la fondation Eastman et récemment
à la fondation Cartier. Auteur du livre culte «
Para verte mejor, America latina », il vient de
publier « Karakarakas » où il réalise un portrait saisissant de la ville de Caracas et ses
convulsions sociales sur les trente dernières
années. Il a sans cesse chercher à confronter
l'écriture urbaine de ses photos à celle des
poètes comme Alejo Carpentier et Armand
Gatti. Un nouvel assemblage de ses photos
conçu par le photographe intitulé « La Calle »
sera exposé du 5 au 31 Octobre à La Parole
Errante, 9 rue François Debergue à Montreuil.
Paolo Gasparini, maestro del blanco y negro,
escritor y fotógrafo. Nació en Gorizia, Italia y vive
en Caracas. Sus fotos se encuentran en el Moma,
en la fundación Eastman y recientemente en la
fundación Cartier.
Autor del libro culto « Para verte mejor, América
latina », viene de publicar « Karakarakas » en el
que realiza un retrato conmovedor de la ciudad
de Caracas y sus convulsiones sociales de los
últimos treinta aňos. Paolo Gasparini a buscado
sin tregua confrontar la escritura urbana de sus
fotos a la de poetas tales que Alejo Carpentier y
Armand Gatti. Un nuevo montaje de sus fotos
concebido por el fotógrafo intitulado « La Calle »
sera expuesto del 5 al 31 de octubre 2015 à La
Parole Errante, 9 rue François Debergue à
Montreuil.
2
3
Editorial
www.elcafelatino.org
s
o
m
m
a
i
2
Photographe
PAOLO GASPARINI
5 Éditorial
6 Duo musical
8 Survival
10 TARA Le bateau
ROMAIN TROUBLÉ
14
Potosi
FLORENT SOURISSEAU
18 AMAL
CATHERINE LAVIELLE CANDAU-TILH
20 Conte Illustré
LESLIE UMEZAKI
22
Conte: Le foulard écarlate Première partie
PILAR MATA SOLANO
24 Conte: Les Escargosos
MÉLANIE ET JUAN TAGINA
26 Arte Latino
DELIA ARRUNATEGUI
30 Cinema Latinoamericaine
31 Espace Alies Guinard
32 Infographie
34 Astronomie
36 El Café Cultural
38 collaborateurs
r
EL OCÉANO L'OCÉAN
T
e
Éditorial
T
oda la vida en la tierra proviene del Océano. Es la matriz
donde continuamente se crea la vida . A cada instante el
Océano se está renovando y produciendo la mitad del
oxígeno que respiramos, mucho más del que produce la selva
Amazónica.
oute vie sur Terre provient de l’Océan. C’est la matrice où la
vie est créée en permanence .A chaque instant, l’océan se
rénove et produit la moitié de l’oxygène que nous respirons
qui est pareil ou même plus important que l’oxygène produit par la
forêt Amazonienne.
Proporcionalmente al tamaño, nuestro planeta debería llamarse
Océano y no Tierra. Es un solo Océano el que rodea toda la Tierra,
si le adicionados el agua que se está derritiendo en los polos, el
nivel del mar continuará subiendo, habrá una mayor evaporación
de agua y por lo tanto tendremos más lluvias en el mundo. Ésta es
una de las consecuencias que produce el recalentamiento terrestre. Otra igual de grave es el hecho de tener al Océano como el
basurero del planeta, porque esta basura frena y disminuye la
producción de la vida en el Océano y la Tierra.
Proportionnellement à sa taille, notre planète devrait s’appeler
Océan et non Terre. C’est un seul Océan qui entoure la Terre, et si
on additionnait l’eau qui fond sur les pôles, le niveau de la mer
continuerait à augmenter en amenant comme conséquence une
plus grande évaporation de l’eau ; ce qui produirait plus de pluie
dans le monde. Cela est une des conséquences que produit le
réchauffement climatique. Une autre conséquence est le fait de
considérer l’océan comme la poubelle du monde, cela freine et
diminue la production de la vie dans l’Océan et sur Terre.
El error, ya señalado por muchos, es creer que la naturaleza es
algo separado de nosotros; es claro que somos una sola unidad.
Entonces es válido preguntarnos si las nuevas enfermedades que
tienen los hombres, los animales, las plantas, no son consecuencia directa de las enfermedades que tiene el planeta; deforestación, capa de ozono, polución del aire, contaminación del agua,
etc, etc.
L’erreur, signalée par beaucoup, est de croire que la nature est
quelque chose de différent de nous or il est clair que nous sommes
une seule unité. Par conséquent , il est bien de se demander si les
nouvelles maladies des hommes, des animaux, des plantes ,ne
sont pas la conséquence directe des maladies que contracte la
planète comme la déforestation, la couche d’ozone, la pollution de
l'air, la contamination de l’eau et bien d’autres encore.
Assurément, on résoudra plus rapidement les problèmes de
santé en faisant le choix de planter des arbres plutôt que celui de
prendre des médicaments pour apaiser nos douleurs mais sans
soigner les maladies.
Seguramente solucionaremos más rápido los problemas de
salud del mundo plantando árboles que tomando remedios para
calmar el dolor que no curan las enfermedades.
El otro error de nosotros es pensar que no tenemos responsabilidad en estos cambios; que son los otros los responsables. Es verdad que nos sentimos impotentes ante tan enorme mal, pero le
seguimos el juego a quienes destruyen nuestra casa.
Descontaminando el Océano nosotros nos estamos descontaminando, porque por el momento; tenemos el planeta que nos merecemos.
Notre erreur est de penser que nous n’avons aucune responsabilité dans ces changements et que ce sont les autres les responsables. Nous nous sentons impuissants face à cette énorme problème, mais nous suivons le courant de ceux qui détruisent notre
planète . C'est parce que nous décontaminons l'Océan que nous
nous décontaminerons également car pour le moment, nous
avons la planète que nous méritons.
Los invitamos a darnos su opinión del nuevo papel que utilizamos para hacerles más agradable la lectura.
[email protected]
Nous vous invitons à donner votre opinion sur le nouveau papier
que nous utilisons pour rendre votre lecture plus agréable.
Fe de erratas: en el artículo de Victoria Paz llevaba el título
"Por qué consultar un analista" y no "un psiquiatra" como apareció por error en el índice del número precedente.
[email protected]
Erratum : Dans l’article de Victoria Paz, le tire est « Pourquoi
consulter un analyste?» et non « un psychiatre » comme c’est
apparu par erreur dans le numéro précède précédent.
[email protected]
PHOTO COUVERTURE © F.Benzoni Tara Oceans
photo: recif de corail
5
Alicia
et Juan
De Carlo
The
Crooners
ALICIA
Y DE CARLO
THE CROONERS
Junto a colaboradores que creen en sus
proyectos, comienzan a dar sus primeros
pasos...
Durante este primer año, se presentan en
bares, restaurantes y fiestas privadas en
París y en sus alrededores, lo cual les
permiten ir creando un repertorio ecléctico tanto del folclor latinoamericano,
como de la variedad internacional.
Para comienzos del 2014, sus shows se
inician de forma acústica-intimista, para
luego dar paso a las baladas y por lo
general terminan en una verdadera fiesta
donde el puublico se entrega a bailar los
diferentes ritmos de todos los continentes.
Para entonces, cuentan ya con un repertorio de más de 150 temas, que van desde el
año 40 a la fecha, pasando por los boleros,
el son, la salsa, el pop, rock, cumbia,
vals,folclor,la murga y más...cantando en
español, francés, portugués, italiano e
ingles.
Son invitados a la Fiesta de la Humanidad,
donde junto al grupo Xtraballs realizan un
exitoso show....prendiendo el fuego de esa
noche.
En este mismo año, en forma conjunta, se
unen a un grupo de músicos franceses de
diferentes estilos (jazz,pop y rock), creándose la banda "Fogata".
Sin dejar sus presentaciones como
Cruners, se proyectan junto a Fogata, en la
A
licia Paredes et Juan Carlos Moya,
forment un duo qui a ses racines au
Chili, plus particulièrement sur la
grande île de Chiloé, où ils ont commencé
par animer les nuits dans les différents
pubs et discothèques.
Au fil du temps, ils créent leur propre
agence de production ce qui leur permet
d’élargir leurs horizons et de créer des
liens avec des artistes de styles variés, en
organisant des événements d’ampleur
internationale.
Après 15 ans de dur labeur, ils décident
de relever de nouveaux défis en solo.
Au début de l’année 2013 la musique les
réunit de nouveau, à Paris cette fois-ci.
creación de un Concierto en Vivo homónimo, que logra ver la luz exitosamente el
22 de noviembre del 2014.
En Diciembre , junto a Fogata son invitados
a presentarse en el Palacio de Deportes de
Montreuil, frente a más de 2000 personas.
Luego de un receso de un par de meses, el
2015 lo retoman con nuevos proyectos,
pero esta vez volviendo al concepto
"Duo",sin dejar de lado sus presentaciones
individuales, realizando shows para El Día
de La mujer, La Fiesta de la Música, Pau
Brasil, Cite Universitaria (Maison de
Brasil), Fiesta anual Centro de Andicapees,
La Feria Española en Saint Denis ,Evento
El Café Latino y otros...
Paralelo a sus actuaciones, inician otro
proyecto que estará dedicado solo a la
música latinoamericana-internacional.
Esta vez será Alicia la encargada de la
interpretación absoluta del concierto
Música Conamor, siendo De Carlo su
productor musical.
El 4 de Julio, en el Espace Alies Guinard
(lugar destinado a la difusión del arte en
toda su esencia), Alicia, junto a un trío de
músicos de Chile,Colombia y Perú (
CHICOPE), dan vida a a este maravilloso
concierto.
Actualmente Alicia y De Carlo, se encuentran preparando sus paginas para la web, y
alguno que otro proyecto pronto a descubrir, con la misma alegría y fuerza de sus
presentaciones.
Pa´elante y con fe...
Entourés par des collaborateurs qui
croient en leur projet, ils font leurs premier
pas…
Durant la première année, ils se représentent dans des bars, des restaurants et
des fêtes privées à Paris et en région
parisienne, ce qui leur permet de développer un répertoire éclectique allant du
folklore argentin à la variété internationale.
© michel brisson
A
licia Paredes y Juan Carlos Moya,
conforman este dúo, que tiene sus
raíces en Chile, específicamente en
la Isla Grande de Chiloe, donde comienzan a animar las noches en los diferentes
pubs y discotecas.
Con el tiempo crean su propia productora,
que les permite ampliar sus horizontes, y
entrar en contacto con artistas de los mas
diferentes estilos, llegando a producir
eventos de nivel internacional.
Después de 15 años de arduo trabajo,
deciden emprender en forma separada
nuevos desafíos.
A comienzos del 2013, la música nuevamente los reúne, esta vez en París.
6
Début 2014, leurs spectacles débutent
sous forme acoustique-intime, évoluent
en balades et se transforment en véritables fêtes durant lesquelles le public
s’essaye à danser sur les différents
rythmes venant de tous les continents.
Depuis, ils peuvent compter sur un
répertoire de plus de 150 chansons, qui
vont des années 40 à aujourd’hui en
passant par les boleros, la salsa, la pop, le
rock, la cumbia, la valse, le folklore, la
murga, etc… chantées en espagnol, en
français, en portugais, en italien ou en
anglais.
Ils sont invités à la Fête de l’Humanité
durant laquelle, aux côtés du groupe
Xtraballs, ils réalisent un concert qui a
enflammé la nuit et rencontré un grand
succès.
Au cours de cette même année, ils
rejoignent ensemble des musiciens
français issus de différents styles (jazz,
pop et rock), et créent le groupe “Fogata”.
Sans délaisser leurs représentations en
tant que “Cruners”, ils se produisent avec
Fogota et réalisent un concert live homonyme qui voit le jour le 22 novembre 2014 et
connaît un franc succès.
En décembre, ils sont invités avec la
formation Fogata à donner un concert au
Palais des Sports de Montreuil, face à 2 000
personnes.
Après un repos de quelques mois, l’année
2015 voit naître de nouveaux projets mais
cette fois –ci en duo, sans abandonner leur
carrière solo, donnant des concerts pour la
journée de la Femme, la fête de la
musique, la Maison du Brésil, la fête
annuelle des handicapés, la foire espagnole de Saint denis, au café latino, etc…
Parallèlement à leurs concerts, ils sont à
l’origine d’un autre projet qui sera exclusivement consacré à la musique latino
américaine internationale. Ce sera Alicia
qui sera chargée de l’interprétation du
concert Musica Conamor, Carlo sera son
producteur musical.
Le 4 juillet, à l’espace Alies Guinard (lieu
dédié à la diffusion de l’art sous toutes ses
formes), Alicia et un trio de musiciens du
Chili, de Colombie et du Pérou (“Chicope”),
donnent vie à ce magnifique projet.
Actuellement Alicia et Carlo travaillent sur
leur site web et préparent d’autres projets
avec la même force et la même joie. A
découvrir prochainement…
“ Pa´elante y con fe...!”
7
Voces Indígenas
El proyecto de Survival 'Voces Indígenas”
es el primero en su tipo.
El permite a las comunidades indígenas
compartir su visión del mundo y su forma
de vida con un gran número de personas y
poder alertar en tiempo real, el daño al
medio ambiente, a sus vidas y a su futuro.
Su objetivo es dar la voz a los pueblos
indígenas a menudo silenciados por los
gobiernos y las multinacionales.
Hasta el momento, el proyecto ha sido
adoptado por los indios de Brasil guaraníes y yanomami.
Mariazinha, una mujer Rokoari yanomami,
testificó en el primer video; "Hoy hemos
recibido el equipo de comunicación y estoy
muy feliz ...
Si vemos mineros ilegales en nuestro
territorio o si nuestra vida esta amenazada, yo podré informarle a todo el mundo
... Podremos comunicarnos con personas
en el otro extremo del mundo ”.
Los Yanomami son uno de los grupos más
grandes de América del Sur que viven en
un relativo aislamiento. Más de un millar
de mineros trabajan ilegalmente en su
territorio. Estos les traen enfermedades
como la malaria, contra la cual los
Indígenas tienen poca inmunidad y
contaminan los ríos y los bosques con el
mercurio utilizado para amalgamar el oro.
Los Guaraníes también están convencidos
de la utilidad del proyecto. Un líder guaraní
le dijo a Survival: "Durante años expresamos nuestra necesidad de comunicarnos
con otras personas en Brasil y en todo el
mundo. Este proyecto es exactamente lo
esperado. "La comunidad ha descrito el
proyecto como una nueva arma en su lucha
por sus tierras”
.
Los guaraníes del suroeste de Brasil han
perdido la mayor parte de sus tierras en las
manos de los criadores de ganado y las
plantaciones de soja , maíz y caña de
azúcar.
Mientras que los ganaderos perciben
importantes beneficios por estas tierras,
los Guaraníes viven en condiciones
deplorables en refugios improvisados ​​al
borde de las carreteras o en reservas
superpobladas donde los suicidios y la
desnutrición son comunes.
Por otra parte, sus líderes están en la mira
y son asesinados y sus comunidades son
atacadas por matones a sueldo de los
agricultores.
Recientemente, un pueblo de la comunidad guaraní, que había vuelto a ocupar
parte de su tierra ancestral fue quemado
por hombres armados. Un portavoz de los
'Nous pourrons ainsi communiquer avec des gens à l'autre bout
du monde'. Mariazinha Yanomami,
enregistrant le tout premier message pour 'Voix indigènes'.
Les Yanomami ont été formés à l'utilisation d'une des
plus récentes technologies
de communication pour pouvoir transmettre leurs messages au monde.
‘Voix
indigènes’
guaraníes de la Comunidad Tey'i Jusu
informó recientemente de que los matones
armados patrullan a diario en la zona y que
un conflicto puede ocurrir en cualquier
momento.
Ante esta situación, el 11 de agosto de
Victoria Tauli-Corpuz, Relator Especial de
las Naciones Unidas por los derechos de
los pueblos indígenas, llamoo a poner fin a
la violencia y la campaña de terror llevada
a cabo por los criadores.
Ella instó al gobierno brasileño para que
no expulse de sus Tierras ancestrales a los
Guaraní antes de obtener el consentimiento libre, previo e informado de
respetar sus derechos fundamentales en
virtud de la Carta de las Naciones
Unidas sobre los Derechos de los Pueblos
Indígenas.
Los pueblos indígenas son como nosotros.
Ellos también están preocupados por su
calidad de vida y el futuro de sus hijos.
Tienen una comprensión del mundo clara
igual a la de otras personas Ya es hora de
que se les escucha.
Visite los sitios de Survival y escuché
Mariazinha Yanomami, Lide Guaraní
et Marcio Guaraní.
S
urvival International, le mouvement mondial pour les droits des
peuples indigènes, vient de lancer
un projet innovant qui permettra à des
tribus vivant dans des territoires isolés
d’avoir accès aux plus récentes technologies de communication.
http://www.survivalfrance.org/videos/mariazinha
http://www.survivalfrance.org/videos/
tvguarani1
http://www.survivalfrance.org/videos/
tvguarani2
Página oficial del proyecto en inglés:
http://tribal-voice.org/
© Survival International 2015
S
urvival International, el movimiento mundial por los derechos de
los pueblos indígenas, viene de
poner en marcha un proyecto innovador
que permitirá a las tribus que viven en
zonas remotas tener acceso a las últimas
tecnologías de la comunicación.
8
Le projet ‘Voix indigènes’ de Survival est le
premier en son genre. Il permet aux
communautés indigènes de partager leur
vision du monde et leurs modes de vie avec
le plus grand nombre et d’alerter en temps
réel des atteintes à leur environnement, à
leurs vies et à leur avenir. Il vise à donner
une voix aux peuples indigènes trop
souvent réduits au silence par les gouvernements et les multinationales.
Jusqu’à présent, le projet a été adopté par
les Indiens guarani et yanomami du Brésil.
Mariazinha, une femme yanomami de
Rokoari, a témoigné dans la toute première vidéo du projet : ‘Aujourd’hui, nous
avons reçu le matériel de communication
et j’en suis très heureuse… Si nous
surprenons des orpailleurs illégaux sur
notre territoire ou si on attente à
notre vie, je pourrais en informer tout le
monde… Nous pourrons communiquer
avec des gens à l’autre bout du monde’.
Les Yanomami représentent l’un des plus
grands groupes d’Amérique du Sud vivant
dans un isolement relatif. Plus d’un millier
d’orpailleurs travaillent illégalement sur
leur territoire. Ils véhiculent des maladies,
telles que le paludisme, contre lesquelles
les Indiens n’ont que peu d’immunité et ils
polluent les rivières et la forêt avec le
mercure utilisé pour amalgamer l’or.
Les Guarani sont également convaincus
de l’utilité du projet. Un leader guarani a
confié à Survival : ‘Cela fait des années que
nous exprimons notre besoin de communiquer avec d’autres personnes au Brésil
et dans le monde entier. Ce projet est
exactement ce que nous attendions.’ La
communauté a décrit le projet comme ‘une
nouvelle arme’ dans leur lutte pour
leurs terres.
Les Guarani du sud-ouest du Brésil ont
perdu la plupart de leurs terres au profit
des élevages de bétail et des plantations
de soja, de maïs et de canne à sucre. Alors
que les éleveurs tirent d’importants
bénéfices de ces terres, les Guarani vivent
dans de conditions de vie déplorables
dans des abris de fortune au bord de
routes ou dans des réserves surpeuplées
où suicides et malnutrition sont monnaie
courante. De plus, leurs leaders sont pris
pour cible et assassinés et leurs communautés sont attaquées par des hommes de
main à la solde des éleveurs.
Récemment, le village d’une communauté
guarani qui avait réoccupé une partie de
son territoire ancestral a été incendié par
des hommes armés. Un porte-parole
guarani de la communauté de Tey’i Jusu a
récemment rapporté que des hommes de
main armés patrouillaient quotidiennement dans la zone et qu’un conflit pouvait
survenir à n’importe quel moment.
Face à cette situation, le 11 août, Victoria
Tauli-Corpuz, rapporteur spécial des
Nations Unies pour les droits des peuples
indigènes, a appelé à mettre fin à la
violence et à la campagne de terreur
menée par les éleveurs. Elle a exhorté le
gouvernement brésilien à ne pas expulser
les Guarani de leurs terres ancestrales
avant d’avoir obtenu leur consentement
libre, préalable et éclairé et de respecter
leurs droits fondamentaux conformément
à la déclaration des Nations Unies sur les
droits des peuples autochtones.
Les peuples indigènes sont tout simplement comme nous. Eux aussi se préoccupent de leur qualité de vie et de l’avenir
de leurs enfants. Leur compréhension du
monde est aussi avisée que celle de
quiconque et ils ont un point de vue
pertinent à partager sur quasiment tous
les aspects de la vie d’aujourd’hui. Il est
grand temps qu’ils soient écoutés.
Rendez-vous sur le site de Survival pour
écouter Mariazinha Yanomami, Lide Guarani
et Marcio Guarani.
http://www.survivalfrance.org/videos/
mariazinha
http://www.survivalfrance.org/videos/
tvguarani1
http://www.survivalfrance.org/videos/
tvguarani2
Page officielle du projet (en anglais) :
http://tribal-voice.org/
Cours de français
« Vers le ô »
Curso enfocado en la pronunciación
y la estructura de la lengua
Quieres aprender
a hablar bien francés!
Cursos todos niveles :
De 4 horas semanales
en la tarde de 19h a 21h,
o el domingo.
Stage intensif de 30 heures pendant
les vacances de la toussaint,
axé sur l’oral et la structure
Niveau intermédiaire et
étudiant FLE :
Atelier de Prononciation et structure
de 13h30 à 15h30
de 2 à 3 fois par semaine
Pour les enfants et les adolescents
Atelier de grammaire et d’orthographe
le mercredi après-midi.
Cours d’anglais pour tous
Le vendredi de 13h à 15h,
de 15h30 à 17h30 ou de 18h à 20h
Todos los cursos son en pequeños
grupos : de 8 a 12 pers.
Quai Anatole France, cerca del Museo d‛Orsay
Sur demande,
cours individuel tous niveaux
Information et inscription
toute l’année
Véronique : 06.82.67.84.33
(de 1 0h à 1 2h)
[email protected]
http://cours - veroniqueleval.blogspot.fr/
9
profesional con experiencia
Formatrice de formateur
TARA EXPEDICIÓN,
un compromiso con el Océano
Tara Expedición trabaja desde el 2003 para comprender el impacto de los cambios climáticos y de
la crisis ecológica sobre nuestros océanos desde el mítico barco Tara
texto de romain troublé, secretario general
de tara expéditions.
planeta: lleva en sus corrientes calientes y
frías, todo lo necesario para conservar el
equilibrio terrestre.
Pero con la polución que soporta y el
cambio climático, el océano se calienta
poco a poco y respira cada vez menos.
Calentamiento, deshielo, elevación del
nivel de los mares, acidificación de los
océanos, desaparición de los corales, el
océano está sufriendo silenciosamente.
En diciembre 2015, en París, los responsables del mundo entero van a reunirse
durante la gran conferencia internacional
por el medio ambiente.
El océano, que nos ofrece tantos beneficios
desde hace millones de años y que nos
protege aún del calentamiento climático,
no ha sido invitado para dialogar sobre
nuestro futuro. En efecto, la cuestión de los
océanos no hace parte de la agenda de este
encuentro crucial. Muy pocos responsables están al tanto de que para proteger
nuestro medio ambiente, habrá que
proteger el océano y rápido, muy rápido.
Entonces, tenemos que actuar para que el
océano sea integrado de igual manera en
estos diálogos: si la protección de los
océanos hace parte de los debates, esto
TARA EXPÉDITIONS,
un engagement pour l’Océan
significaría que podríamos protegerlos de
una mejor manera para ayudarlos a que
sigan abasteciéndonos de lo que necesitamos para vivir.
Por consiguiente, debemos enviar una
señal importante a los responsables de
esta gran conferencia para pedir la
integración de los océanos en los diálogos
de la Conferencia internacional por el
medio ambiente.
¿De qué manera?
Firmando nuestro Llamado e incitando
todos nuestros amigos y nuestra familia
para que hagan lo mismo. Entregaremos
sus firmas a los responsables del mundo
entero durante la gran conferencia de
París Medio ambiente 2015.
¡Ayúdenos a recoger 100 000 firmas para
que las líneas de las negociaciones
climáticas cambien realmente!
El llamado del océano por el medio
ambiente y las proposiciones se entregaran a los Estados que hayan firmado el
Convenio Climático de las Naciones
Unidas al fin del año en Paris:
www.ocean-climate.org
texte de romain troublé, secrétaire
général de tara expéditions.
Tara Expéditions agit depuis 2003 pour comprendre l’impact des changements climatiques et de
la crise écologique sur nos océans avec la mythique goélette Tara.
Un Océan en bonne santé, c'est un climat
préservé. Ensemble, faisons entendre la
voix de l'Océan !
L’Océan nous fait rêver. Il est à l’origine de
toute la vie sur notre planète, celle de nos
parents, de nos enfants. Il n’y pas si
longtemps, nous avons découvert que
l’Océan est notre « poumon bleu ». C’est lui
qui fabrique la moitié de notre oxygène et
c’est donc grâce à lui que nous respirons
partout sur Terre.
J'ai été marin professionnel. C'est lors de
ces expériences incroyables que je suis
tombé amoureux de ces espaces
immenses, pour leur beauté, leurs
mystères, leurs incroyables richesses.
J'organise maintenant depuis plus de 10
ans des expéditions environnementales et
scientifiques en mer. Et c'est parce que je
ne comprends pas que l'Océan ait été trop
longtemps oublié que je souhaite me
mobiliser aujourd'hui avec vous pour lui
donner une voix lors de la conférence
cruciale de la COP 21. L’océan c’est aussi le cœur de notre climat.
Il est le thermostat de notre planète : il
transporte, avec ses courants chauds et
froids, tout ce qui est utile à notre climat
10
pour garder son bon équilibre.
Mais avec les pollutions qu’il subit et le
changement climatique, l’Océan se
réchauffe peu à peu et respire de moins en
moins bien. Réchauffement, fonte des
glaces, élévation du niveau des mers,
acidification des Océans, disparition des
coraux, l’Océan est en train de souffrir
silencieusement.
En décembre 2015, à Paris, les décideurs
du monde entier vont se réunir lors de la
grande conférence internationale pour le
climat.
© fcrédit
.latreille-tara-expeditions / nyc-v.hilaire-taraexpeditions / cc v.hilaire
Un océano en buen
estado, es un
ambiente
protegido.
¡Juntos, hagamos que la voz
del océano se
escuche!
El océano nos hace
soñar. Es el origen de la
vida terrestre, la de nuestros padres e
hijos. Hace poco descubrimos que el
océano es nuestro “pulmón azul” puesto
que fabrica la mitad del oxígeno que
respiramos en la tierra.
Fui marino profesional y durante una de
estas increíbles experiencias me enamoré
de estos espacios inmensos, de su belleza,
sus misterios, sus increíbles riquezas.
Desde hace más de 10 años organizo
expediciones ambientales y científicas en
el mar. Y es por lo que el océano ha sido
olvidado durante tanto tiempo que decidí
movilizarme hoy con ustedes para darle
una voz durante la conferencia crucial de
la COP 21.
El océano también es el corazón del medio
ambiente. Es el termostato de nuestro
L’Océan, qui nous rend de grands services
depuis des milliards d’années et qui nous
protège encore du réchauffement
climatique, n’a pourtant pas été invité
pour parler de notre avenir. En effet, la
question des océans ne fait pas partie de
l'agenda de cette rencontre cruciale. Trop
peu des décideurs savent que pour
protéger notre climat, il va falloir protéger
l’Océan et vite, très vite.
Nous devons donc agir pour que l'océan
soit lui aussi intégré dans ces discussions
: si la protection des océans fait parti des
débats, cela voudra dire que nous pourrons mieux les protéger pour les aider à
continuer à nous fournir ce dont nous
avons besoin pour vivre.
Nous devons donc envoyer un signal fort
pour demander aux responsables de cette
grande conférence d'intégrer les océans
dans les discussions de la Conférence
internationale pour le Climat.
Comment?
En signant notre Appel et en incitant tous
nos amis et notre famille à faire de même.
Nous remettrons vos signatures aux
décideurs du monde entier lors de la
grande conférence de Paris Climat 2015.
Aidez-nous à rassembler 100.000
signatures pour qu’elles fassent vraiment
bouger les lignes des négociations
climatiques !
Un Océan en bonne santé, c'est un climat
préservé. Ensemble, faisons entendre la
voix de l'Océan !
Retrouvez l'Appel de l'Océan pour le
Climat et les propositions tels qu'il seront
remis aux Etats signataires de la
Convention sur le Changement
Climatique des Nations Unies à la fin de
l'année à Paris :
www.ocean-climate.org
11
Provenientes de una parte de las 35 000
muestras colectadas en los océanos del
planeta durante la expedición "Tara
Oceans” (2009-2013), estos datos constituyen recursos sin precedentes para la
comunidad científica, cuyo catálogo de
varios millones de genes nuevos van a
transformar la manera en la cual estudiamos los océanos y de la cual evaluamos el
cambio climático.
Si los grandes ecosistemas vitales para
nuestro planeta evocan más bien los bosques
tropicales, el plantón de los océanos es igual
PLANCTON
Issues d'une partie des 35 000 échantillons
collectés dans les océans de la planète
durant l'expédition Tara Oceans
(2009-2013), ces données constituent des
ressources sans précédent pour la
communauté scientifique, dont un catalogue de plusieurs millions de nouveaux
gènes, qui vont transformer la façon
dont on étudie les océans et dont on évalue
le changement climatique.
que creíamos” nos explica Patrick Wincker
del Genescopio (CEA).
Las competencias del EMBL en materia de
cálculo intensivo han permitido crear este
catálogo global que contiene el material
genético de aproximadamente 35 000
especies de bacterias plantónicas diferentes,
un material desconocido hasta ahora por la
mayor parte del público.
(bacterias y arqueas) señala Peer Bork del
EMBL. “ Grupos de organismos distintos se
forman en función de la temperatura del
agua”
Los investigadores han igualmente demostrado que los “Anillos de las agujas”, una
barrera natural que marca una línea de
demarcación entre el océano indio y el
atlántico sur, separan las comunidades
planctónicas situadas de lado a lado.
¿Qué hay en el planctón?
Los investigadores han colectado virus,
microbios y eucariotas* microscópicas (algas
unicelulares a las larvas de peces) en todas
las grandes regiones oceánicas y han juntado
el conjunto de su material genético en una
base de datos exhaustiva ahora disponible
para el conjunto de la comunidad científica.
¿Como interaccionan los organismos
planctónicos?
“Cuando cartografiamos las interacciones
entre estos microorganismos – virus con
pequeñas larvas de animales -, descubrimos
que la mayoría de ellas son de tipo parásito y
permiten reciclar los nutrientes hacia la base
de la cadena alimenticia” explicó Jeroen
Raes del VIB (Vlaams Institut voor
Biotecnología), de la universidad KU Leuven y
de Vrije Universiteit Brussel. Esta carta
constituye un primer paso hacia una mejor
comprensión de la dinámica y de la estructura del ecosistema marino en su globalidad.
“Se trata del más grande trabajo de secuencia realizado por organismos marinos: los
analices han descubierto a 40 millones de
genes microbianos cuya gran parte son
nuevos, lo que sugiere que la biodiversidad
planctónica podría ser más importante de lo
¿Cual es la repartición de los organismos
planctómicos en los océanos?
“Hemos observado, que en las profundidades
donde penetra la luz solar, la temperatura es
el principal factor que influencia la composición de las comunidades de procariontes
Si les grands écosystèmes vitaux pour notre
planète évoquent plutôt les forêts tropicales,
le plancton des océans est tout aussi crucial.
Ces êtres microscopiques qui dérivent dans
les océans produisent la moitié de notre
oxygène, agissent comme un puits de
carbone, influencent et sont influencés par le
climat et sont à la base des chaînes alimentaires océaniques qui nourrissent les
poissons et les mammifères marins. « Au-delà des recherches scientifiques de
pointe qui ont été développées grâce à la
collaboration avec Tara Expéditions, cette
aventure sert aussi à montrer à quel point les
océans sont importants pour notre propre
bien-être » souligne Eric Karsenti, directeur
de Tara Oceans et directeur de recherche à
l'EMBL et au CNRS. Qu'y a-t-il dans le plancton ? Les chercheurs ont collecté des virus,
microbes et eucaryotes* microscopiques
(des algues unicellulaires aux larves de
poissons) dans toutes les grandes régions
océaniques et ont rassemblé l'ensemble de
leur matériel génétique dans une base de
données exhaustive désormais disponible à
l'ensemble de la communauté scientifique. « Il s'agit du plus grand travail de séquençage jamais effectué pour des organismes
marins : les analyses ont révélé environ 40
millions de gènes microbiens dont la grande
majorité sont nouveaux, ce qui suggère que
la biodiversité planctonique pourrait être
bien plus importante que ce que l'on
imaginait » explique Patrick Wincker du
Genoscope (CEA). Les compétences de l'EMBL en matière de
calcul intensif ont permis de créer ce
catalogue global dont on estime qu'il
rassemble le matériel génétique de plus de
35 000 espèces de bactéries planctoniques
différentes, matériel pour la plupart
inconnu jusqu'à présent. procaryotes (bactéries et archées) » précise
Peer Bork de l'EMBL. « Des groupes
d'organismes différents se forment en
fonction de la température de l'eau ». Comment interagissent les organismes
planctoniques ? « Lorsque nous avons cartographié les
interactions entre ces microorganismes
– des virus aux petites larves d'animaux –,
nous avons découvert que la plupart d'entre
elles sont de type parasitique et permettent
donc de recycler les nutriments vers la base
de la chaîne alimentaire » explique Jeroen
Raes du VIB (Vlaams Instituut voor
Biotechnologie), de l'université KU Leuven
et de Vrije Universiteit Brussel. Cette carte
constitue un premier pas vers une meilleure
compréhension de la dynamique et de la
structure de l'écosystème marin dans sa
globalité. Quelle est la répartition des organismes
planctoniques dans les océans ? « Nous avons observé, qu'aux profondeurs
où pénètre la lumière du soleil, la température est le principal facteur influençant la
composition des communautés de
« C'est comme si le plancton subissait un
'lavage à froid' à la pointe de l'Afrique de
Sud » développe Daniele Iudicone de la
station zoologique Anton Dohrn à Naples
(SZN). « Le courant forme d'énormes
tourbillons qui mélangent et refroidissent
considérablement le plancton piégé à l'intérieur et ce phénomène limite le nombre
d'espèces qui réussissent à traverser ». 12
“Es como si el planctón soportara un lavado
frio en la punta de África del Sur” argumenta
Daniele Ludicone de la estación zoológica
Anton Dohrn en Nápoles (SZN). “La corriente
forma enormes torbellinos que mezclan y
enfrían considerablemente el plantón
capturado al interior y este fenómeno limita
el número de especies que logran atravesar”.
“Hemos obtenido también una imagen
entera de las comunidades de virus marinos
que nos permite confirmar una idea planteada hace unos 10 años pero jamás probada” explicó Matthew Sullivan de la
universidad de Arizona. “Los virus son
producidos en bancos de granos locales y
luego son esparcidos por las corrientes
oceánicas, lo que nos muestra diferentes
cócteles de virus en distintos lugares
mientras que la diversidad global de los virus
en los océanos es bastante limitada.”
Les chercheurs ont également montré que
les « Anneaux des Aiguilles », une barrière
naturelle qui tracent une ligne de démarcation entre l'Océan Indien et l'Atlantique Sud,
séparent les communautés planctoniques
situées de part et d'autre.
©fcrédit
.benzoni-tara-oceans.coral.reef.below-surface / tarast84
PLANCTÓN
de importante. Estos seres microscópicos
que están presentes en los océanos producen
la mitad de nuestro oxígeno, actúan como un
pozo de carbón, influencian y son influenciados por el medio ambiente y son la base de
las cadenas alimenticias oceánicas que
nutren a los peces y mamíferos marinos.
“Más allá de las investigaciones científicas de
calidad que han sido desarrolladas con la
colaboración de Tara Expéditions, esta
aventura sirve para demostrar también lo
importante que son los océanos para nuestro
bien estar” subraya Eric Karsenti, director de
Tara Oceans y director de investigación en el
EMBL y en el CNRS.
« Nous avons aussi obtenu une image
globale des communautés de virus marins
qui nous permet de confirmer une idée
émise il y a une dizaine d'années mais
jamais prouvée » explique Matthew Sullivan
de l'université d'Arizona.
« Les virus sont produits dans des 'banques
de graines' locales puis sont dispersés par
les courants océaniques, ce qui explique
que l'on observe différents cocktails de
virus dans différents endroits alors même
que la diversité globale des virus dans
l'océan semble assez limitée ». ¿El planctón esta afectado por el cambio
climático?
La particularidad del enfoque eco sistemático desarrollado por Tara Oceans es la de
sacar muestras de manera regular, de los
océanos del planeta, y para todos los grandes
grupos vivientes, de los virus a los animales y
haber unido resultados para numerosas
variables ambientales.
Los datos obtenidos constituyen los puntos
de referencia que permitirán evaluar en
grande escala, el impacto del cambio
climático sobre los ecos sistemas oceánicos
del futuro.
“El resultado muestra que la temperatura
determina cuales especies están presentes y
particularmente pertinentes en el contexto
del cambio climático pero, de otro lado solo
es el comienzo” subraya Chris Bowler,
director de investigación del CNRS. “Los
recursos que hemos generado van a permitirnos ir más allá en el universo planctónico y
empezar realmente a entender los mecanismos de este mundo invisible”
*El conjunto de organismos, uní-celulares,
cuyo material genético esta en núcleo (a
diferencia de las bacterias y arqueas)
www.taraexpeditions.org
Le plancton est-il affecté par le changement climatique ? La particularité de l'approche écosystémique développée par Tara Oceans est
d'avoir échantillonné de façon systématique
les océans de la planète, ce pour tous les
grands groupes du vivant, des virus aux
animaux, et d'y avoir joint des relevés pour
de nombreuses variables environnementales. Les données obtenues constituent
des points de référence qui permettront
d'évaluer, à grande échelle, l'impact du
changement climatique sur les écosystèmes océaniques dans le futur. « Le résultat montrant que la température
détermine quelles espèces sont présentes
est particulièrement pertinent dans le
contexte du changement climatique mais,
dans une certaine mesure, ce n'est que le
début » souligne Chris Bowler, directeur de
recherche au CNRS.
« Les ressources que nous avons générées
vont nous permettre de plonger encore plus
profondément dans l'univers planctonique
et de commencer à vraiment comprendre
les rouages de ce monde invisible ». *L'ensemble des organismes, uni- ou
multicellulaires, dont le matériel génétique
est compris dans un noyau (contrairement aux
bactéries et archées).
www.taraexpeditions.org
13
Riesgos
para los
mineros
de Potosí
Périls
pour les
mineurs
de Potosí
texto de florent sourisseau
texte de florent sourisseau
www.alepal.com
Articles publiés dans le cadre
du partenariat avec l'Atelier
médias du Master Amérique
Latine de l'Institut d'Etudes
Politiques de Grenoble, animé
par Pedro Lima, journaliste.
¿Debe el patrimonio, prevalecer sobre los
recursos económicos?
Es en todo caso, la respuesta de la Unesco.
En efecto, 27 años después de haber
inscrito el Cerro Rico en el patrimonio
mundial de la humanidad, la Unesco
decidió asignarlo en “situación de riesgo”,
“existe un peligro grave y es de la muerte
de los obreros debido a los derrumbes de
los túneles”, subraya el organismo de las
Naciones Unidas con respecto a la célebre
montaña boliviana. Es una advertencia que
el gobierno de Bolivia juzga convincente
puesto que anunció en el mes de julio, el
próximo cierre de las minas que se
encuentren por encima de los 4400 metros
de altitud.
Es una decisión que trae consecuencias
nefastas para los 1500 trabajadores que
recorren las numerosas galerías cavadas
en la cima de la montaña dibujada en la
bandera nacional. Esto es lo que explicó
Gregorio Alave en el New-York Times, “Lo
que nos preocupa es irnos lejos dejando a
nuestras familias aquí”, dijo luego
“Debemos combatir contra el gobierno
para que nos desplacen hacia mejores
minas”.
Un yacimiento inagotable
Pero es la actividad del conjunto de 30
cooperativas en búsqueda de minerales
que preocupa a la Unesco. En efecto, son
más de 12000, los obreros que siguen
alimentando la hormiguera humana que
se refugió en la montaña. Según el
economista Rubén Ferrufino Goitia, el cese
de las explotaciones de plata sería un
desastre para la economía local. Son una
décima parte de los ciudadanos que
trabajan en estas minas las cuales
producen casi 400 millones de dólares
L
e gouvernement bolivien a décidé
de fermer les mines du Cerro Rico
situées au-dessus de 4400 mètres
d’altitude. Après 500 ans d’exploitation
d’argent, d’or et d’étain, la célèbre
montagne qui incarne la destinée des
mines de Potosí met terme à une partie de
ses activités.
anules para la ciudad. Un peligro que
concierne todo el departamento, cuyo 90%
de las exportaciones son de minerales. Sin
contar que la región tiene uno de los
índices de pobreza más elevados del país.
En otras palabras, una emanación financiera que no se puede ignorar sencillamente.
Sobre todo, como lo afirma en la AFP
(Agencia francesa de prensa) Carlos
Colque (1), gerente de Comibol (2) de
Potosí “las reservas del Cerro pueden aún
superar un siglo de explotación”. Símbolo
© ritterbach-corbi / patricio crooker
E
l gobierno de Bolivia decidió cerrar
las minas del Cerro Rico, situadas
por encima de los 4400 metros de
altitud. Después de 500 años de aprovechamiento de la plata, del oro y del
estaño, la famosa montaña que representa el futuro de las minas de Potosí
pone fin a una parte de sus actividades.
14
Le patrimoine doit-il prévaloir sur les
ressources économiques? C’est en tout
cas ce que défend l’UNESCO. En effet, 27
ans après avoir inscrit le Cerro Rico au
patrimoine mondial de l’humanité,
l’institution a décidé de le classer en «
situation à risque ». “Il existe un danger
considérable que meurent des ouvriers,
suite à l’effondrement de tunnels »,
souligne l’organisme des Nations Unies à
propos de la célèbre montagne bolivienne.
Un avertissement que le gouvernement
bolivien juge convaincant, puisqu’il a
annoncé dès juillet dernier la prochaine
fermeture des mines situées au-dessus du
seuil de 4400 mètres d’altitude.
Une décision aux conséquences néfastes
pour les quelques 1500 travailleurs qui
parcourent les nombreuses galeries,
creusées dans la cime de celle qui figure
sur le drapeau national. C’est ce qu’explique Gregorio Alave au New-York times,
« Ce qui nous inquiète, c’est de nous en
aller, de partir loin en laissant nos familles
ici », avant de continuer « Nous devrons
nous battre avec le gouvernement pour
être transférés dans de bonnes mines ».
Un gisement inépuisable
Mais c’est l’activité de l’ensemble des 30
coopératives à la recherche de minerais
qui est questionnée. En effet, ce sont près
de 12 000 ouvriers qui continuent d’alimenter la fourmilière humaine qui a pris
refuge dans la montagne. Selon l’économiste Rubén Ferrufino Goitia, la cessation
des exploitations d’argent serait désastreuse pour l’économie locale. Avec un
dixième des citadins qui travaille dans ces
mines, celles-ci procurent environ 400
millions de dollars annuels à la ville. Un
danger qui concerne le département tout
entier, dont les minerais constituent 90%
des exportations. Sans compter que la
région côtoie l’un des indices de pauvreté
les plus élevés du pays. En d’autres
termes, une manne financière qui est loin
d’être négligeable.
D’autant plus, que comme l’affirme à l’AFP
Carlos Colque (1), gérant de la Comibol (2)
de Potosí « les réserves du Cerro peuvent
encore surpasser un siècle d’exploitation». Symbole de l’enrichissement
colonial de la couronne espagnole, les
mines de Potosi ont livrés jusqu’à
aujourd’hui 60000 tonnes d’argent. Ce qui
fait dire à l’historien étasunien Jack
Weatherford, qu’elle «fut la première cité
du capitalisme, en tant que fournisseur de
son élément principal». Pour Vacaflores,
ingénieur minier cité par le New-York
Times. « Si le gouvernement avait administré la montagne de façon rationnelle,
sous l’œil des techniciens, ce débat
n’aurait pas lieu aujourd’hui. Mais les gens
y ont trouvé de l’argent, alors ils ont extrait,
et extrait toujours plus»
15
[email protected]
del enriquecimiento colonial de la corona
española, las minas de Potosí han producido hasta el día de hoy 60 000 toneladas de
plata.
Lo que anunció el historiador estadunidense Jack Weatherford : “fue la primera
ciudad del capitalismo como proveedora
de su elemento principal” Según
Vacaflores, ingeniero minero citado por el
New-York Times. “Si el gobierno hubiera
administrado la montaña de manera
racional, con la atención de los técnicos,
este debate nunca hubiera existido hoy en
día. Pero la gente encontró plata, entonces
la extrajeron una y otra vez”
La huella cotidiana
En efecto, la vida entera de Potosí se
organiza alrededor de las operaciones
mineras. Ferrufino afirma que cerca de la
mitad de la vida económica de la ciudad
está relacionada con la extracción. Una
dependencia que se observa en el cotidiano de los habitantes, cuyo mercado
expone dinamitas, picos y cascos. Pero
cuya marca se refleja también en el
desarrollo de las hostelerías y de las
agencias de excursión. En la época del
turismo de masas, el punto de vista de los
visitantes se une a la suerte de los condenados de la tierra. Varias empresas
ofrecen sus servicios desde el centro de la
ciudad con el fin de que los viajeros
compartan durante un instante, la vida de
los obreros. ¡Por un instante solamente! Y
aprovechan para invitar a sus clientes a
distribuir útiles de trabajo. Hojas de coca,
alcohol, dinamita y mechas acompañan la
visita. De la cual una parte seguirá en el
Tío, el espíritu de la montaña que protege
los mineros en sus difíciles condiciones
laborales.
A 4200 metros de altitud, en la ciudad más
alta del mundo, el tiempo parece haberse
detenido desde la llegada de los conquistadores. Si la explotación del Cerro Rico
comenzó de manera moderada sobre la
administración inca, los españoles
formaron el futuro de la montaña. Allá, en
Potosí, la herencia de una empresa antigua
continúa escribiendo la vida diaria de la
ciudad.
(1)Carlos Colque dirigió la COMIBOL hasta el
mes de julio pasado.
(2)Corporación Minera de Bolivia. Compañía
estatal que otorga los derechos de explotación
de las minas a las empresas privadas,
llamadas cooperativas.
16
En effet, c’est la vie entière de Potosí qui
s’articule autour des opérations minières.
Pour Ferrufino, près de la moitié de la vie
économique de la ville est liée à l’extraction. Une dépendance qui se lit dans le
quotidien des habitants, dont le marché
expose dynamites, pioches et casques.
Mais dont la marque se reflète également
dans le développement de l’hôtellerie et
des agences d’excursion. À l’époque du
tourisme de masse, le regard des visiteurs
vient côtoyer le sort des damnés de la
terre. Plusieurs entreprises offrent leurs
services depuis le centre-ville, afin que les
voyageurs partagent pour un instant la vie
des ouvriers. Pour un instant seulement !
Elles en profitent pour inviter leurs clients
à distribuer des fournitures de travail.
Feuilles de coca, alcool, dynamite et
mèches escortent la visite. Dont une
partie sera pourvue au Tío, l’esprit de la
montagne qui protège les mineurs, dans
étrangère à l’espérance de vie diminuée
des abusés de Potosi, qui ne dépasse
guèrre les 40 ans.
leurs difficiles conditions de labeur.
À 4200 mètres d’altitude, dans la ville la
plus haute du monde, le temps paraît
s’être figé depuis l’arrivée des conquistadors. Si l’exploitation du Cerro Rico avait
commencé de façon modérée sous
l’administration inca, les Espagnols ont
forgé la destinée de la montagne. Là-bas, à
Potosí, l’héritage d’une entreprise
séculaire persiste à écrire le quotidien de
la ville.
aquí en la mina, yo estaría en la escuela.
Pero es solo una suposición”
© alex indik-polaris
los 40 años.
Sobre todo para aquellos que exploraran el
centro de la montaña desde la infancia. Se
calcula que 150 jóvenes soportan la
actividad física necesaria para la extracción de las 5 000 toneladas de materiales
compuestos. La mayoría tiene entre 15 y
17 años, los más pequeños no sobrepasan
los 8 años. Aquí, en Potosí, la pobreza rima
con solidaridad. Declaró Brasilio Vargas de
14 años, protagonista principal del
documental intitulado La Mina del diablo
“Si tuviera un padre, no tendría que
trabajar, si tuviera un padre, no estaría
© mehdi chebil-polaris / tim clayton-corbis
Una condición obrera secular
El debate que se focaliza sobre el Cerro
Rico entre patrimonio cultural y vivero
económico oculta otra realidad intrínseca
ligada al destino de la montaña. En los
centenares de kilómetros que recorren
todavía las entrañas del suelo potosino, las
condiciones de trabajo de los mineros son
particularmente brutales. Se aparenta a la
reminiscencia de la esclavitud que sirvió al
prestigio del sitio. Acompañados de
temperaturas que alcanzan los 45°, los
obreros no están a salvo de los números
accidentes relacionados al deterioro de las
instalaciones. Cada año, varias centenas
de trabajadores mueren, hay víctimas de
derrumbes, explosiones o asfixiados. La
silicosis, una enfermedad de los pulmones
incurable y frecuente en los habitantes del
mundo subterráneo, es la causa de la
disminución de la esperanza de vida de los
abusados de Potosí que ya no sobrepasa
Une condition ouvrière séculaire
Le débat qui se cristallise sur le Cerro Rico
entre patrimoine culturel et vivier économique éclipse une autre réalité intrinsèquement liée à la destinée de la montagne.
Dans les plusieurs centaines de kilomètres de tunnels qui sondent encore
aujourd’hui les entrailles du sol potosino,
les conditions de travail des mineurs sont
particulièrement brutales. Ici, on assiste à
la réminiscence des vies esclaves qui ont
participé à la renommée du site.
Accompagnés de températures qui
peuvent atteindre les 45°, les ouvriers ne
sont pas à l’abri des nombreux accidents
liés à la vétusté des installations. Chaque
année, plusieurs centaines de travailleurs
y perdent leur vie, victimes d’éboulements, d’explosions ou bien encore
d’asphyxie. La silicose, ce mal des poumons incurable fréquent chez les habitants du monde souterrain, n’est pas
Surtout pour ceux qui explorent le cœur de
la montagne depuis leur enfance.
On estime ainsi que 150 adolescents
endurent toujours l’activité physique
nécessaire à l’extraction quotidienne des
5000 tonnes de matériaux composites. Si
la majorité d’entre eux ont entre 15 et 17
ans, les plus jeunes n’ont pas la moitié de
leur âge.
Ici, à Potosi, il semble que la pauvreté rime
avec solidarité. En témoigne Basilio
Vargas, 14 ans, protagoniste principal du
documentaire intitulé La Mine du diable «
Si j’avais un père, je n’aurais pas à travailler, si j’avais un père, je ne serais pas ici
dans la mine, je serais à l’école. Mais ceci
est une supposition ».
L’empreinte du quotidien
(1)Carlos Colque a dirigé la COMIBOL jusqu’en
juillet dernier.
(2)Corporación Minera de Bolivia. Compagnie
étatique qui accorde les droits d’exploitation
des mines aux entreprises privées, nommées
coopératives.
https://ameripolitica.wordpress.
com/2014/11/19/perils-pour-les-mineursde-potosi/
17
Recrudescencia
de la Tuberculosis
en el mundo!
Texto de Catherine Lavielle Candau-Tilh / presidente *
Recrudescence
de la tuberculose
dans le monde!
Texte de Catherine Lavielle Candau-Tilh / Présidente*
Ayuda Médica en América Latina AMAL es
una asociación humanitaria ley 1901 de
solidaridad internacional, ética y apolítica. Su objetivo es mejorar el manejo y la
calidad de vida de los enfermos de
tuberculosis resistente y extremadamente resistente a los antibióticos en
América Latina.
La tuberculosis es una enfermedad
infecciosa muy contagiosa provocada por
el bacilo de Kock. Se transmite por vía
aerotransportada (estornudos, esputos) y
es tratada por los antibióticos.
Actualmente, se observa un brote de esta
enfermedad en todas partes del mundo
con la presencia de sepas multiresistentes. La tuberculosis resistente
(TB-MDR) o extremadamente resistente a
los tratamientos antibióticos (TB-XDR) es
una enfermedad letal si no está tratada.
Al nivel mundial, en 2013, 450.000 nuevos
casos de tuberculosis multi-resistente han
sido identificados en el mundo(1). África y
Asia son particularmente afectados como
algunos países de América Latina tales
como Haití, Perú, Bolivia, Brasil y México
con aproximadamente 7000 nuevos casos
de TB-MDR/XDR en esos países(2).
AMAL ha decidido orientar sus acciones
acercándose lo más posible de las necesidades de los enfermos. Esas necesidades
han sido colectadas en 2012 durante un
estudio socioeconómico realizado por la
Universidad Pierre et Marie Curie (París)
cuando durante cuatro meses, varios
epidemiologistas, neumólogos, farmacéuticos hospitalarios, enfermeras, promotoras de salud y pacientes con escasos
recursos económicos fueron entrevistados
en los hospitales públicos y centros de
salud peruanos y bolivianos. Gracias a esta
misión de terreno, AMAL propuso
respuestas concretas a las autoridades
sanitarias locales.
Con los especialistas de tuberculosis,
AMAL ha desarrollado un modelo innovador y único en América Latina de manejo
sanitario a la vez medical y social que
otorga a los enfermos capacitarse a un
trabajo durante su hospitalización: la
construcción de un centro de salud con un
instituto de capacitación laboral orientado
en el aprendizaje de los enfermos a la
micro empresa, la artesanía, la agricultura, la pequeña ganadería, etc...
Este proyecto ambicioso y conceptualizado
es el vínculo que falta en la prestación de
servicios sanitarios que no dispone
actualmente de ese tipo de estructura
sanitaria en América Latina.
Más allá de este proyecto a largo plazo,
AMAL interviene también en:
-La Educación a la Salud y la Prevención de
las Enfermedades Infecciosas multiplicando las intervenciones educativas a la
salud entre los escolares
-Mayor comunicación
-Material informático para los promotoras
/es de salud
-Material Medical y Medicinas
-Intercambios entre especialistas
franceses y latino-americanos (ayuda en
diagnóstico, recomendaciones medicales,….)
Para dar más visibilidad a sus proyectos,
AMAL está presente en varias fiestas
patrias de los países hispanohablantes de
la zona de París: es un momento privilegiado de intercambios y de encuentros con
las comunidades latinas (Perú, Bolivia,
Colombia, Chile) para dar a conocer la
situación sanitaria de la tuberculosis en
sus países respectivos. AMAL beneficia del
apoyo de las autoridades diplomáticas y
consulares y acepta sus invitaciones
participando en múltiples conferencias
(día internacional de la mujer, etc....).
Más información en Facebook:
Aide Médicale en Amérique Latine/
Ayuda Médica en América Latina
Catherine Lavielle Candau-Tilh
18
Contacts:
[email protected]
* Licenciada en la Universidad de
Salamanca (España) en Filología
Hispánica y de la Cámara de Comercio e
Industria de Paris (Francia), se graduó en
la Universidad Pierre y Marie Curie
(Jussieu – Paris 6) en Master 2 en
Marketing Internacional de la Salud y ha
ejercido como Directora de Estudios de
Mercadeo Medicales Internacionales
para la industria farmacéutica especializada en la zona latina-americana. En la
base de sus experiencias, ella divide sus
actividades entre acciones humanitarias
en los países latinos y como profesional
de salud en los hospitales parisinos.
(1) World Health Organization, MDR-TB
October 2013 Update, who.int/tb
(2) PAHO, Tuberculosis in the Americas,
Regional report 2014, paho.org
Aide Médicale en Amérique Latine AMAL
est une association humanitaire loi 1901
de solidarité internationale, étique et
apolitique. Son objectif est d’améliorer la
prise en charge et la qualité de vie de
malades de la tuberculose résistante et
extrêmement résistante aux antibiotiques en Amérique Latine.
La tuberculose est une maladie infectieuse
très contagieuse provoquée par le bacille
de Kock. Elle se transmet par voie aéroportée (éternuements, postillons) et est
soignée grâce aux antibiotiques. On
observe actuellement un regain de cette
maladie partout dans le monde avec
notamment l’apparition de souches
multi-résistantes. La tuberculose résistante (TB-MDR) ou extrêmement résistante aux traitements antibiotiques
(TB-XDR) est une maladie fatale si elle
n’est pas traitée. Au niveau mondial, en
2013, 450.000 nouveaux cas de
tuberculose multi-résistante ont été
recensés dans le monde (1). L’Afrique et
l’Asie sont particulièrement touchées ainsi
que certains pays d’Amérique Latine tels
qu’Haïti, le Pérou, la Bolivie, le Brésil et le
Mexique avec environ 7000 nouveaux cas
de TB-MDR/XDR dans cette zone (2).
AMAL a choisi d’orienter ses actions en
restant au plus près des besoins des
malades. Ces besoins ont été recensés en
2012 lors d’une étude socio-économique
réalisée par l’Université Pierre et Marie
Curie (Paris) où pendant quatre mois de
nombreux épidémiologistes, pneumologues, pharmaciens hospitaliers, infirmiers, travailleurs sociaux et malades à
faible ressources économiques ont été
interrogés dans les hôpitaux publiques et
centres de soins péruviens et boliviens.
C’est cette mission sur le terrain qui a
permis à AMAL d’apporter des réponses
concrètes aux autorités de santé locales.
AMAL, avec les spécialistes de la tuberculose, a développé un modèle innovant et
unique en Amérique Latine de prise en
charge à la fois médicale et sociale
permettant aux malades de se former à un
métier pendant leur hospitalisation : la
construction d’un centre de soins avec un
institut de formation professionnelle
centré sur l’apprentissage de ces malades
aux métiers de la micro-entreprise,
l’artisanat, l’agriculture, le petit élevage,
etc...
Ce projet ambitieux et réfléchi est le
maillon manquant à une offre de soins
locale ne disposant pas actuellement de
telle structure sanitaire en Amérique
Latine.
Au-delà de ce projet à long terme, AMAL
intervient également sur :
-L’Éducation à la Santé et la Prévention des
Maladies en multipliant les interventions
éducatives à la santé parmi les jeunes
scolaires
-Une plus grande communication
-Des équipements informatiques pour les
travailleurs sociaux
-Du matériel médical et des médicaments
-Les échanges entre des spécialistes
français et latino-américains (aide au
diagnostic, recommandations médicales,
….)
Afin de donner de la visibilité à ses projets,
AMAL est présente lors des grandes manifestations des pays hispanophones
d’Amérique Latine en Île de France : c’est
un moment privilégié d’échanges et de
rencontres avec les communautés latines
(Pérou, Bolivie, Colombie, Chili) pour faire
connaître la situation sanitaire sur la
tuberculose dans leurs pays respectifs.
AMAL bénéficie du soutien des autorités
diplomatiques et consulaires et répond à
leurs invitations en participant à de
multiples conférences (Journée
Internationale de la Femme, etc....).
Pour plus d’informations:
Facebook:
Aide Médicale en Amérique Latine/Ayuda
Médica en América Latina
Catherine Lavielle Candau-Tilh
Contacts:
[email protected]
* Diplômée de l’Université de Salamanque
(Espagne) en Philologie Hispanique et de
la Chambre de Commerce et d’Industrie de
Paris (France), elle est titulaire d’un
Master 2 en Marketing International de la
Santé et a exercé en tant que Directrice
d’Études de marché médicales internationales pour l’industrie pharmaceutique
spécialisée dans la ’Amérique Latine.
Forte de ces expériences, elle partage ses
activités entre action humanitaire dans les
pays hispanophones et professionnelle de
santé dans les hôpitaux parisiens.
(1) World Health Organization, MDR-TB
October 2013 Update, who.int/tb
(2) PAHO, Tuberculosis in the Americas,
Regional report 2014, paho.org
19
cuento ilustrado
ilustraciones illustrations
leslie umezaki
textos textes :
cucha del águila:
narradora- gestora cultural
conte illustrÉ
:
- consultora en educación y patrimonio cultural - libros y lecturas
- consultante sur l'éducation et le patrimoine culturel -
narratrice gestionnaire culturelle
livres et lectures
edición édition :
graph ediciones
graph éditions
13
15
14
16
Fin
20
21
EL Fular Escarlata
Primera parte
texto de pilar mata solano
G
- ilustración de álvaro lombarte
ustave Papin, hombre gris de aspecto
bonachón, no era un asiduo del
comercio de la carne. A decir verdad, si
no era la primera vez, casi, pues en su juventud
había frecuentado alguna maison close de
postín. Podía considerarse un burgués
felizmente casado, incapaz de matar a una
mosca; algo blando y falto de carácter hasta la
noche en que descubrió a los pies de una farola
de gas en Pont Neuf, camino hacia su domicilio
de la rue Jacob, en pleno barrio Latino, un
fular de seda color escarlata que la luna le
proporcionaba unas aguas y brillo insólitos
que invocaban la tentación misma. ¿De quien
debía ser? — se preguntó— ¿quién lo habría
perdido?... Pero, en cuanto lo recogió del suelo
y lo tuvo entre sus manos, se estremeció; era
ligero y flotaba, poseía un toque subyugante.
Sin titubear lo introdujo en el bolsillo de la chaqueta con la sensación de un ladrón. A partir de entonces, inexplicablemente, su
carácter tranquilo se transformó en taciturno;
tenía la necesidad de contemplarlo a solas, de
encerrarse con doble llave en el despacho y
pasar horas muertas acariciándolo, llevárselo
a la boca, besarlo; exhalaba un perfume
embriagador y admitía que era una locura;
porque además los celos iban a devorarlo,
quien deliraba con la posibilidad de que descubrieran su secreto. La situación se agravaría a
los pocos meses de la extravagante relación,
pues comenzó a dialogar con el fular que le
hablaba con palabras de amor; una cocotte no
hubiera sido más caprichosa, exigente,
rotunda, y una tarde le reprochó el encierro
que sufría. Ella —el fular— quería lucirse, ir a
la Ópera, al Teatro, pasear por les ChampsÉlysées, cenar en Maxim's... La tenacidad se
impuso a la cordura que, al cabo, tampoco era
excesiva ni hacia daño a nadie, peores se
habían visto. Comenzó, entonces, a frecuentar
diferentes cafeterías y terrazas, la brasserie
Lipp, le café de Flore, cuyos lugares estaban
muy lejos de su mediocridad y que su naturaleza no hubiera soñado, luciendo, por
supuesto, alrededor del cuello el fular
escarlata. Nadie tan insignificante causaba
tanto interés; seducía a señoras y señoritas,
jóvenes y ancianas, era diana de miradas y de
admiración; siempre solo, que todavía
enardecía más la curiosidad de las damas.
Añadiremos que se cambió de nombre, se hizo
unas tarjetas con el título de marqués; no
necesitaba otra cosa que el fular, quien
operaba sobre su personalidad y la de los otros
a la manera de un sortilegio y lo convertían en
irresistible.
El riesgo de semejante atractivo no se hizo
esperar, las mujeres lo requerían a doquier;
no daba abasto y la tragedia comenzó a
fraguarse en silencio. Primero, su esposa no
pudo soportar los trasiegos nocturnos,
persuadida de la existencia de una amante y lo
abandonó con sus dos hijitos, a pesar de las
lágrimas y súplicas, de jurar y perjurar, poner
a dios por testigo; asegurarle la inexistencia
de otra; pero no era dueño de sí mismo y no
podía confesar la verdad, lo inconfesable, sino
quería hacerse pasar por un chiflado, aunque
a las pruebas nos remitiremos; era consciente
de que tenía que ser prudente. Sin embargo,
no hubo solución y de alguna manera se liberó
ya que, hasta el momento, sólo se permitía el
cambio de identidad y consolarse con no
defraudar a las damas, a quienes invitaba a
ostras y champagne — tenía que estar a la
altura de las circunstancias— pese a desequilibrar los ahorrillos que culminaron con un
fatal incidente.
Una noche de verano, Gustave Papin se
encontraba en Maxims's, el cabaret a la moda
con la mejor clientela y las más deseadas y
bellas cocottes de París.
La llamaban La Cuca y era de origen español,
granadina, una belleza con rasgos gitanos,
ojos oliva, la mirada de fuego, el pelo negro
azabache, bailaba que era la lascivia misma y
poseía las mejores piernas del local, solía ir
descalza. Tenía fama de caprichosa, muy
temperamental, no sabía leer, pero se las
ingeniaba de perlas en el elemental francés
que, con ciertas palabras, chéri o amour,
componía unos pucheros que resaltaban los
carnosos labios en un gesto disoluto. Posó la
punta del pie sobre le terciopelo rojo de la
butaca remangándose la falda y le encajó:
—Regálame tu fular y sabrás el sabor de mi
boca.
Atónito, medio lelo, Gustave Papin no supo que
contestar.
—Pero, bueno, qué me dices, chéri, poco te
pido.
El pobre no podía articular palabra, hipnotizado por unos ojazos que lo atravesaban y que
se burlaban descarados.
—¿No te gusto?
—Mucho —logró articular.
—¿Entonces?
—¿Entonces qué? —balbuceó.
—Serás lelo, ¿me regalas el fular o qué?
—No aquí.
—¡Cómo!
—Me tendrás que acompañar.
—Pipiolo, allí te quedas.
—Capricho por capricho —farfulló.
—No estás en posición de exigir y soy demasiado cara para ti.
—Te doy una cita en cuanto termines.
—Uy, y piensas que acudiré, qué rico.
22
—Si quieres el fular, será tuyo.
—A ver, cuéntame eso.
—Te esperaré en el Obelisco de la place de la
Concorde antes que despunte el alba.
—¿No sería mejor en una suite del Hôtel
Crillon?
—Después, si quieres.
—Igual aparezco, chato.
—¿Quieres el fular?
—¡Qué gracioso!... Ya veremos.
—Te estaré esperando.
CONTINUARÁ...
Le foulard
écarlate
Première partie
écrit par pilar mata solano
illustration de álvaro lombarte
G
ustave Papin, homme gris d’aspect
bonasse, n’était point un assidu du
commerce de la chair. À dire vrai, ce
n’était pas la première fois, mais presque
– dans sa jeunesse, il avait bien sûr
fréquenté quelques maisons closes
huppées.
On pouvait le considérer comme un
bourgeois heureux dans son mariage,
incapable de faire du mal à une mouche ;
un peu faible de caractère jusqu’à cette
nuit, où, au pied d’un réverbère à gaz du
Pont Neuf, sur le chemin de son domicile,
rue Jacob, en plein Quartier latin, il trouva
un foulard en soie écarlate. La lune lui
donnait des reflets et un brillant insolites
qui respiraient la tentation même. À qui
pouvait-il être ? se demanda Gustave
Papin. Qui avait bien pu le perdre ? Dès qu’il
l’eut ramassé sur le sol et l’eut pris entre
ses mains, il se mit à frémir : il flottait,
léger, et avait quelque chose de subjuguant. Sans hésiter, Papin le glissa dans la
poche de sa veste avec le sentiment d’être
un voleur.
Dès lors, inexplicablement, son caractère
passa de tranquille à taciturne. Il avait
besoin de s’isoler pour contempler le
foulard, enfermé à double tour dans son
bureau. Des heures durant, il le caressait,
le portait à ses lèvres, l’embrassait ; le
parfum qu’il exhalait l’enivrait. C’était une
folie, il l’admettait, car sans compter que la
jalousie le dévorait, l’idée que quelqu’un ne
découvre son secret le rendait fou. Après
quelques mois de cette extravagante
relation, la situation empira. Il commença
à parler avec le foulard qui lui disait des
mots d’amour. Une cocotte n’eût pas été
plus capricieuse, exigeante et intraitable.
Un jour, elle – le foulard – lui reprocha de
l’enfermer. Elle voulait se montrer, aller à
l’opéra, au théâtre, se promener sur les
Champs-Élysées, dîner chez Maxim’s… Sa
ténacité l’emporta sur la raison : finalement, ses exigences n’étaient pas excessives et ne causaient de tort à personne, on
avait vu pire. Alors, Gustave Papin commença à fréquenter diverses brasseries et
terrasses : la Brasserie Lipp, le Café de
Flore, des lieux bien loin de sa médiocrité
et dont, par nature, il n’aurait pas rêvé. À
son cou, bien sûr, il portait le foulard
écarlate. Jamais quelqu’un d’aussi
insignifiant n’avait provoqué un tel intérêt :
il séduisait hommes et femmes, jeunes et
vieilles. Il attirait les regards et forçait
l’admiration. Toujours seul, il suscitait
d’autant plus la curiosité des dames.
Précisons qu’en outre il changea son nom
et se fit imprimer des cartes de visite
arborant le titre de marquis. Il n’avait
besoin de rien d’autre que du foulard, qui
opérait sur sa personnalité et celle des
autres à la manière d’un sortilège, le
rendant irrésistible.
La rançon d’un tel charme ne se fit pas
attendre. Partout, les femmes le réclamaient. Il ne s’en sortait plus, et la tragédie
se tramait en silence. D’abord, son épouse,
persuadée de l’existence d’une maîtresse,
ne put supporter ses escapades nocturnes. Il eut beau pleurer, la supplier,
jurer et promettre devant Dieu, lui assurer
qu’il n’y avait qu’elle, elle l’abandonna,
partant avec ses deux jeunes enfants. Il
n’était pas maître de lui-même et s’il ne
voulait pas passer pour un toqué, il ne
pouvait avouer la vérité, l’inavouable
vérité, même en s’en tenant strictement
aux faits. Il était conscient qu’il lui fallait
être prudent. Il ne trouva pas d’échappatoire, mais se libéra d’une certaine
manière. Jusqu’à maintenant, il ne s’était
autorisé qu’un changement d’identité et à
se consoler sans décevoir les dames à qui
il offrait huîtres et champagne. Il se devait
d’être à la hauteur des circonstances,
même si ses petites économies s’amoindrissaient et devaient finir par s’épuiser
suite à une regrettable mésaventure.
Une nuit d’été, Gustave Papin était chez
Maxim’s, un cabaret à la mode fréquenté
par une clientèle choisie et les plus belles
et les plus désirables cocottes de Paris.
On l’appelait La Cuca et elle était originaire
d’Espagne, de Grenade. C’était une beauté
aux traits de gitane, aux yeux olive, au
regard de feu avec une chevelure d’un noir
de jais. Quand elle dansait, c’était la
sensualité incarnée. Elle avait les plus
belles jambes du coin et l’habitude de
marcher pieds nus. On la disait capricieuse
et un fort tempérament. Elle ne savait pas
lire, mais elle n’avait pas son pareil pour
orner son français élémentaire de mots
comme chéri ou mon amour, pour composer des moues qui soulignaient ses lèvres
charnues en un mouvement licencieux.
Posant la pointe du pied sur le velours
rouge du fauteuil, elle retroussa sa jupe et
lui lança :
— Offre-moi ton foulard et tu connaîtras la
saveur de ma bouche.
Gustave Papin en resta moitié nigaud et
sans voix, ne sachant que répondre.
— Eh bien, qu’en dis-tu, chéri ? Je ne te
demande pas grand-chose.
Le pauvre ne pouvait piper mot, hypnotisé
par ces grands yeux qui le transperçaient,
effrontés et moqueurs.
— Je ne te plais pas ?
— Si, beaucoup, réussit-il à articuler.
— Eh bien alors ?
— Alors quoi ? balbutia-t-il.
— Quel idiot tu fais ! Tu me le donnes, ce
foulard ?
— Pas ici.
— Pardon ?
— Tu devras venir avec moi.
— Tu rêves, mon petit !
— Caprice pour caprice, bredouilla-t-il.
— Tu n’es pas en position d’exiger, et je
suis trop chère pour toi.
— Nous pourrions nous retrouver quand tu
auras fini ici.
— Oh ! Et tu penses que je vais venir ?
— Si c’est le foulard que tu veux, il sera à
toi.
— Voyons, explique-toi.
— Je t’attendrai devant l’obélisque de la
place de la Concorde, avant la venue de
l’aube.
— Dans une suite de l’hôtel Crillon, ça ne
serait pas mieux ?
— Après, si tu veux.
— Je viendrai peut-être, mon chou.
— Si tu veux le foulard…
— Qu’il est drôle ! Nous verrons ça.
— Je t’attendrai.
À SUIVRE...
Traduit Marie Lac
23
Los Escargosos
texto de mélanie y juan tagina
E
n el país de Uricurituba hace tanto
calor que cuando llueve las gotas
transpiran en camino y se multiplican antes de llegar al suelo. Los diluvios
son tan frecuentes que a los árboles se
crecen sus propios techos en madera, y las
plantas viven con sus raíces colgantes para
no ahogarse en el intento.
Aquí habitan los Escargosos, un pueblo
nómade que se ha casi bien adaptado
historicamente a la naturaleza del lugar.
Las constantes inundaciones han obligado
a esta noble especie a andar con su casa
como mochila, para poder mudarse tras
cada aguacero a un lugar más alto o más
seco. Con cuerpo de oso e ingenio de
caracol, andan en grupo, a paso lento,
buscando errantes un lugar para acampar.
Aventuroso vive con su familia: señor y
señora Casacuesta y sus 17 hermanos.
Criado en viaje, con aires de soñador, es el
más travieso de los suyos; aunque últimamente anda más bien meditabundo. Al
igual que muchos habitantes de
Uricurituba, los Casacuesta habían
cambiado sus habitudes desde la llegada
de la tía Acumulosa: una mujer moderna y
ambiciosa que decía haber vivido en una
gran tribu y se la pasaba hablando de la
evolución y del confort de las sociedades
quietas.
Desde la última lluvia, los Casacuesta
habían comprado tantas cosas que se les
hacía imposible moverse con sus
mochilas. Así que habían construído un
chalecito junto a la casa de la tía, y otras
seis o siete familias, sobre una hoja de
Gunnera Manicata; una planta que, según
los especialistas de la construcción,
contaba con el follaje ideal para el desarrollo de las nuevas sociedades.
Con ésta situación Aventuroso andaba muy
preocupado, de noche dormía solo bajo las
estrellas, y por las tardes se íba a charlar
con los viejos del pueblo que miraban con
desprecio, colgados en sus sillones, cómo
sus nietos construían hogares cada vez
más grandes para protegerse quietos ante
la lluvia.
Una noche cualquiera, Aventuroso dormía
a la luz de la luna con su casita al hombro,
hechado en una rama, y fue despertado por
un fuerte crujido: era la hoja que empezaba a ceder a causa del enorme peso que
estaba sufriendo. A la manana siguiente
fue a hablar con sus padres para alertarlos
sobre lo que estaba pasando; ellos le
dijeron que, según los especialistas, esos
ruidos eran normales; y que no había nada
de que preocuparse.
Aventuroso no creía nada de lo que decían
esos bichos, así que se fue a reunir con los
viejos, para buscar una solución. Desde
aquel momento trabajaron de sol a sol; los
corría la urgencia, cada gota de lluvia hacía
sentir su peso sobre la pobre hoja.
Una tarde muy calurosa, las nubes taparon
el sol, y el día se pareció a la noche; vino el
agua con toda su fuerza, y crujió la hoja, y
temblaron las casas. Los Escargosos
huyeron desesperados hacia las hojas más
altas, y hasta la tía Acumulosa abandonó
su querido hogar.
24
Allá arriba en las hojas más débiles, cada
uno encontró un sillón colgante con su
nombre. Aventuroso y los viejos los
ayudaban uno a uno a ubicarse cómodos
en sus lugares. Y cuando todos estuvieron
a salvo, bien alto al abrigo del agua;
pudieron contemplar juntos cómo la
fuerza de la correntada, arrastraba bien
lejos sus inútiles artefactos y sus casas
sobredecoradas.
Desde entonces, en el país de Uricurituba,
los Escargosos siguen andando con su
casa como mochila, mudándose tras cada
aguacero a un lugar más alto o más seco; y
en cada aldea por la que pasan, el joven
aventuroso se sube a la rama más alta y
cuenta la historia de aquel pueblo que fue
castigado por no respetar la naturaleza de
la que formaba parte.
Les Escargosos
texte de mélanie et juan tagina
rêveur et il est le plus espiègle des siens,
bien que ces derniers temps il soit plutôt
pensif. Comme beaucoup d'habitants
d'Uricurituba, les Casacuesta avaient
changé leurs habitudes après l'arrivée de
la tante Acumulosa : une femme moderne
et ambitieuse qui disait avoir vécu dans
une grande tribu et passait ses journées à
parler de l’évolution et du confort des
sociétés sédentaires.
Depuis la dernière pluie, les Casacuesta
avaient acheté tellement de choses qu’il
leur était devenu impossible de se déplacer avec leurs sacs à dos. Ils avaient donc
construit un petit chalet, juste à côté de
celui de la tante et de ceux de six ou sept
autres familles, sur une feuille de Gunnera
Manicata ; une plante qui, selon les
spécialistes de la construction, disposait
du feuillage idéal pour l’implantation des
sociétés nouvelles.
Face à cette situation, Aventuroso était très
inquiet. La nuit, il dormait seul sous les
étoiles, et il passait ses après-midi à parler
avec les anciens du village qui regardaient
avec désaveu, suspendus dans leurs
fauteuils, comment leurs petits-enfants
construisaient des foyers de plus en plus
grands pour se protéger de la pluie.
Une nuit comme une autre, Aventuroso
dormait étendu sur une branche sous la
lumière de la lune, sa petite maison sur les
épaules. Il fut réveillé par un fort craquement : c’était la feuille qui commençait à
céder a cause de l'énorme poids qu'elle
devait supporter. Au petit matin, il alla
parler avec ses parents pour les alerter
sur ce qui était en train de se passer. Ils lui
répondirent que, selon les spécialistes,
ces bruits étaient normaux et qu'il n'y avait
pas de quoi s’inquiéter.
Aventuroso ne faisait pas du tout confiance
à ces énergumènes et partit rejoindre les
anciens pour trouver une solution. A partir
de ce moment, ils travaillèrent jour et nuit
dans l'urgence car chaque goutte de pluie
faisait sentir son poids sur la pauvre
feuille.
Un après midi particulièrement chaud, les
nuages cachèrent le soleil et le jour devint
nuit, l'eau vint de toutes ses forces, la
feuille craqua, les maisons tremblèrent.
Les Escargosos fuyaient désespérés vers
les feuilles les plus hautes, même la tante
Acumulosa avait abandonné son cher
foyer ! Là-haut, sur les feuilles les plus
fragiles, chacun trouva un fauteuil suspendu qui portait son nom. Aventuroso et
les anciens les aidèrent un par un à
s'installer confortablement chacun à sa
place. Lorsqu'ils furent tous à l'abri, bien
haut et protégés de la pluie, ils purent
contempler ensemble comment la force
du courant entraînait au loin leurs objets
inutiles et leurs maisons sur-décorées .
Depuis ce jour, dans le pays d'Uricurituba,
les Escargosos continuent à se déplacer
avec leur maison sac à dos, pour pouvoir
déménager après chaque averse vers un
endroit plus haut ou plus sec. Et dans
chaque village, le jeune Aventuroso monte
sur la plus haute branche et conte l'histoire de ce peuple qui a été puni pour ne
pas avoir respecté la nature à laquelle il
appartenait.
D
ans le pays d'Uricurituba il fait
tellement chaud que lorsqu’il pleut
les gouttes transpirent en chemin et
se multiplient avant de toucher le sol. Les
déluges sont si fréquents que les arbres
déploient leurs propres toits en bois et les
plantes vivent avec leurs racines suspendues pour ne pas se noyer.
C’est là que vivent les Escargosos, un
peuple nomade qui s'est historiquement
presque bien adapté à la nature environnante. Les inondations perpétuelles ont
obligé cette noble espèce à porter sa
maison, tel un sac à dos, afin de pouvoir
déménager après chaque averse vers un
lieu plus haut ou plus sec. Dotés d’un corps
d'ours et d’un esprit d'escargot, ils
marchent lentement, cherchant un endroit
pour camper.
Aventuroso vit avec sa famille : Monsieur et
Madame Casacuesta et ses 17 frères et
sœurs. Élevé en voyage, il a des airs de
25
El arte Latinoamericano se
exporta y triunfa en Francia
texto de delia arrunategui
P
@arrunategui22
arís es reconocida mundialmente por
ser una ciudad emblema de la
cultura, un lugar donde converge lo
antiguo con lo moderno, lo tradicional con lo
innovador; características fundamentales
para fomentar el aprendizaje y la creación.
Esta merecida fama ha sido difundida a lo
largo de la historia, ha traspasado todas las
fronteras dejando una huella imborrable en
el ideal colectivo, provocando que artistas
de todos los rincones del planeta anhelen
venir y lograr dar a conocer su talento y
desarrollarlo libremente. “No importa de
dónde vengan, lo importante es lo que
tengan para ofrecer”; parece estar escrito
en alguna parte secreta de la ciudad. París
sin duda es Eldorado de los poetas y los
soñadores, por ello sin importar los
obstáculos ni la distancia a recorrer;
compositores, cantantes, pintores, escultores, cineastas y muchos más se dan cita
en esta ciudad, todos traen diferentes metas
a cumplir, pero la gran mayoría comparte
una idea en particular: Formar parte de la
vorágine creativa que se respira día a día en
la “Ville Lumière”.
En este gran océano de artistas de diferentes nacionalidades, se destaca la nueva
corriente de talentos Latinoamericanos, los
cuales están logrando captar cada vez más
el interés del público francés. Este
L’ART LATINO-AMÉRICAIN
TRIOMPHE EN FRANCE
Texte de Delia Arrunategui @arrunategui22
P
Insurgente I . Alexandra Arango
redescubrimiento del arte latino está siendo
impulsado por la comunidad latina que viven
en Francia, la cual está cada vez más
organizada buscando llevar a sus artistas a
lograr una mayor difusión y reconocimiento
en forma colectiva e individual.
Como ejemplo la revista El Café Latino les
presenta 5 eventos de diferentes artistas
suramericanos que cosecharon triunfos en
París en los meses de verano Europeo:
Doble exposición de artistas Colombianos El 28 de Mayo en las instalaciones del
Consulado de Colombia en París, se
inauguró la exposición llamada ‘Anatomías
de la acción’ reunió los trabajos de dos
colombianas, la pintora Alexandra Arango y
la escultura Ana Tamayo. Las obras de estas
dos artistas se fusionaron para dejar un
testimonio personal del dinamismo
permanente que existe entre el hombre y la
naturaleza. Las pinturas de esta exposición
rescataron una experiencia personal de
Alexandra: lo que significó en su infancia
saber —sin entender todavía— que vivía en
un país sofocado por conflictos y violencias,
pero que le ofrecía al tiempo un territorio de
parajes exuberantes e inabarcables. Así, la
belleza del paisaje colombiano se convirtió
en escenario y telón de fondo de la crueldad
y la brutalidad que ella vivió como una
guerra.
La otra expositora, Ana Tamayo, con sus
fotografías nos invitó a adentrarnos en el
bosque de Orbais-l’Abbaye (al noreste de
Francia). Estas fotografías son el resultado
de una pregunta personal sobre el espacio
que habita. Ella emprende la búsqueda sin
Ana Tamayo
26
aris est mondialement réputée pour
être la ville synonyme de culture, un
lieu où convergent l'ancien et le
nouveau, le traditionnel et le novateur;
caractéristiques clés pour encourager
l'apprentissage et la création. Cette
réputation méritée a été diffusée à travers
l'histoire, a franchi toutes les frontières en
laissant une marque indélébile sur l'imaginaire collectif, les plus grands artistes de
tous les coins du monde aspirent à venir et
faire connaître leur talent et arriver à le
développer librement. «Peu importe d'où ils
viennent, ce qui importe est ce qu’ils ont à
offrir"; Il semble être écrit dans un lieu
secret de la ville. Paris certainement est
l’Eldorado des poètes et des rêveurs, donc
peu importe les obstacles ou la distance
parcourue; compositeurs, chanteurs,
peintres, sculpteurs, cinéastes et de
nombreux autres sont réunis dans cette
ville, tous ont des objectifs différents à
atteindre, mais la plupart partagent une
idée en particulier: Faire partie du tourbillon
créatif qui imprègne le quotidien de la Ville
Lumière. Dans ce grand océan des artistes
de différentes nationalités, la nouvelle
vague de talents venus d’Amérique latine
prend une nouvelle dimension, les artistes
de l’Amérique latine parviennent de plus en
plus à capter l'intérêt du public français.
Cette redécouverte de l'art Latino est
conduit par la communauté qui séjourne en
France, ils sont devenus de plus en plus
organisés et la plupart des jeunes maîtrise
la langue française couramment. Des atouts
nécessaires pour atteindre leur objectif de
promouvoir et diffuser leurs artistes d’une
façon plus large.
Comme exemple , notre magazine vous
présente 5 évènements différents qui ont
réussi leur pari dans les mois d'été en
Europe:
Double exposition des artistes colombiens
Le 28 mai au consulat de Colombie à Paris,
l'exposition intitulée
«Anatomías de la
acción» a été inaugurée, cette exposition a
réuni le travail de deux colombiennes,
l’artiste peintre Alexandra Arango et la
sculptrice Ana Tamayo. Les œuvres de ces
deux artistes ont été fusionnées pour faire
un témoignage de l’interaction permanente
qui existe entre l'homme et la nature. Les
tableaux de cette exposition sont issus d’une
expérience personnelle d’Alexandra: ce qu’a
signifié pour elle dans son enfance, sans le
comprendre encore, de vivre dans un pays
confronté à des conflits et des violences
mais qui lui offrait en même temps une
nature exubérante et sans limites. Ainsi,
pour elle, la beauté du paysage colombien
est devenue la scène et le rideau de fond de
la cruauté et de la brutalité.
L'autre artiste exposé, Ana Tamayo, partage
avec le public les photographies qu’elle a
pris dans les bois d’ Orbais-l'Abbaye
(nord-France). Ces photos sont le résultat
d'une question personnelle à propos de
l'espace qu'elle habite. Elle part à la
recherche, sans rien programmer, elle
reste juste à l’attend pour trouver "quelque
chose d'unique". Ce qu'elle trouve n’est pas
un lieu, mais l’expérience d'un environnement spécifique qui permet de créer une
série d'images qui révèle des anatomies
uniques, qu’elle arrive à transformer en
pièces sculpturales surdimensionnées.
Pour continuer avec les représentants de
l'art Made in Colombie, le 5 septembre dans
le cadre de l’évènement annuel FAR
(Fabrique à Rêves) aux 6B, lieu de création
et de diffusion pluridisciplinaire située en
Seine Saint Denis. Le peintre Alexandra
Arango à nouveau expose mais cette fois
accompagnée par une autre artiste, Julia
Maria Lopez, nous ont présenté une œuvre
intitulé “Le Butin De La Pie Voleuse " qui
visait à faire le rapport entre certaines
caractéristiques liées à cet oiseau (habitant
de Saint-Denis) et les artistes qui sont
installés sur le 6B, qui comme l'oiseau ont
du s’installer dans ce quartier périphérique
dans un bâtiment où ils ont dû s’adapter et le
transformer à leurs besoins.
L'installation représentait le nid de la pie,
plein d'éclat et de trésors, car dans l'imaginaire populaire cet oiseau est caractérisé
pour avoir une grande attraction pour les
bijoux et toute sorte de métaux, de même
une grande capacité à emprunter ce type
d’objets sans autorisation. Ce grand
"Nid précieux" a été un espace public où les
gens pouvaient interagir en ajoutant de
petits «bijoux» dans l'habitat de la Pie
Voleuse, les grands et les enfants ont bien
apprécié cet ouvrage.
Venezuela: La culture et l'optimisme
précolombien
L'exposition OptimistikArt à la Galerie
Maître Albert, 6 rue Maître Albert dans le
5ème arrondissement, a été conçue comme
une collection d'œuvres de trois artistes
différents avec une idée en commun :
Privilégier la vision créative d’un côté positif.
Parmi les artistes exposants était le
Vénézuélien Francisco Fernández
Hernández; Il a présenté ses œuvres qui
cherchent à rendre hommage à ses
27
Volco y Gignoli
En octubre participaron en la 8a edición del
Festival Arte Tango, ambas presentaciones
con éxito total. El triunfo no es exclusivo en
tierras galas, ya que recientemente
estuvieron cosechando éxitos en una gira
con varios conciertos en diferentes ciudades
de Alemania. El 24 de octubre se presentaran en el Festival Internacional de
Artetango de Albi. Para más información
sobre nuevas fechas de presentaciones pueden visitar el Facebook de la banda: Volco y
Gignoli.
programar nada, sólo espera encontrar
“algo único”. Lo que encuentra no es un
lugar más, sino su vivencia de un medio
ambiente concreto que le permite configurar una serie de imágenes fotográficas, que
revelan anatomías singulares, de las que se
apodera para transformarlas en piezas
escultóricas y sobre dimensionadas.
Para continuar con las representantes del
arte made in Colombia el pasado 5 de
Septiembre en el complejo artístico 6B
situado en el cosmopolita distrito de Saint
Denis, se llevó a cabo una instalación
artística bautizada: “La hurraca ladrona” la
cual buscaba reflejar algunas características de tiene este pájaro (conocido habitante de Saint Denis) y compararlas con las
de los artistas que están instalados en el
6B, los cuales al igual que el ave se han
instalado en este distrito periférico en un
edifico que servía de oficinas administrativas a una fábrica, el cual han debido
transformar y adaptar a sus necesidades.
La instalación de la exposición era el nido
de la hurraca, lleno de brillo y de tesoros,
ya que en el imaginario popular este pájaro
se caracteriza por tener una gran atracción
por las joyas de cualquier tipo y por la
habilidad que tiene de tomarlas prestadas
sin permiso. Este gran “nido precioso” fue
un espacio donde le público pudo interactuar agregando pequeñas “joyas” en el
hábitat de la hurraca, grandes y niños
disfrutaron de esta obra. La instalación fue
concebida por Alexandra Arango que esta
vez estuvo acompañada por el talento de
Julia María López, artista reconocida por
explorar la relación que existe entre la
pintura y la tela y también por incluir en sus
obras la interacción con el público como
protagonista.
Venezuela: La cultura precolombina y el
optimismo
La exposición OptimistikArt en la Galerie
le Maître Albert, 6 rue Maître Albert en el
distrito 5, fue concebida con una colección
de obras de tres artistas diferentes que
tienen en común privilegiar la visión creativa
de una forma positiva. Entre los artistas
expositores estuvo el venezolano Francisco
Fernández Hernández; sus obras presentadas buscaron rendir homenaje a sus
ancestros de los andes venezolanos, los
Tymoto-Kuykas. Gracias a su exposición
logramos descubrir; cuadros, esculturas y
telares que nos muestran el increíble
universo cultural de los antiguos habitantes
de esa región. Actualmente Fernández sigue
exponiendo en la misma galería; oportunidad ideal para ir a conocer los trabajos de
este artista autóctono y polifacético.
Telar Francisco Hernández Fernández
Volco y Gignoli: Tango, Fusión y mucho más
Sebastián Volco y Pablo Gignoli son dos
músicos compositores argentinos. En los
cuales podemos reconocer una mezcla de
varios géneros musicales como el tango,
jazz, rock y muchos sonidos clásicos del Rio
de la Plata. Cada show que presentan es
especial, lleno de talento y pasión, con
emoción que contagian directamente al
público, el cual escucha atentamente y vibra
con cada tema que interpretan.
Volco y Gignoli se presentaron el 19 de junio
en el distrito 18 de París en el emblemático
bar de"L´Omadis" 43 rue de Doudeauville.
28
Ecuador For Export
Los Swing Original Monks son una banda de
música fusión ecuatoriana, ellos como los
alquimistas conocen como hacer la perfecta
mezcla para lograr que diferentes ritmos
musicales como el tropical, reggae, dance,
rock, cumbia y folklore ecuatoriano se
fusionen y den como resultado canciones
con un ritmo contagiante que pone a bailar
al público más serio. Las letras nos hacen
recordar a su padrino en el mundo musical,
el grupo de Puerto Rico, Calle 13. Sus
integrantes provienen de diferentes países:
Ecuador, Colombia, Europa y Estados
Unidos, lo que les da un matiz internacional
indiscutible. Los Swing Original Monks
estuvieron haciendo una gira en tierras
Europeas durante más de un mes, en el mes
de julio estuvieron en París con 2 fechas en
La Javelle, 16 port de Javel Bas, 75015. Su
actuación no dejó indiferente a ninguno de
los presentes, 2 grandes noches de verano
que se disfrutaron de principio a fin. A no
dejar pasar la oportunidad de escucharlos y
conocerlos, más información en su página
web:
http://swingoriginalmonks.com/
Nota:
Qué es el 6B? Este centro que abrió sus puertas a
partir del 2010 es un lugar de creación artística y
de difusión que desea interactuar en el territorio
donde está. Ubicado en pleno Néaucité, el nuevo
distrito urbano en construcción, el 6B propone
un lugar de trabajo, de cultura y de intercambios
de ideas alrededor de un modo de funcionamiento original, donde cada uno desarrolla su
proyecto individual y se beneficia de una
dinámica colectiva. La asociación está dirigida
por un consejo administrativo, el cual se reúne
una vez por semana y agrupa a diez miembros
que fueron elegidos en la asamblea que se
realiza anualmente. El 6B reúne hoy 161
residentes en 7000 metros cuadrados. Su
localización y su funcionamiento lo convierten
en una experiencia creativa y de difusión única
en Europa. El lugar acoge a profesionales,
asociaciones, individuos apasionados: artistas,
arquitectos, músicos, cineastas, artesanos,
trabajadores sociales…Cada uno de ellos ejerce
su trabajo, su arte conjuntamente con otros
cientos de talleres y oficinas que participan a la
vida de los espacios comunes tanto de creación,
de convivialidad y difusión. El 6B es un lugar
donde se respira un aire de libertad arte y
creatividad.
ancêtres des Andes vénézuéliennes, les
Tymoto-Kuykas. Avec ses œuvres nous
découvrons les peintures, sculptures et
tissus qui montrent l'incroyable univers
culturel des anciens habitants de la région.
Actuellement, Fernandez continue à
exposer dans la même galerie; opportunité
idéale pour apprendre à connaître le travail
de cet artiste aux multiples facettes.
Volco et Gignoli: Tango, Fusion et beaucoup
plus
Sebastian Volco et Pablo Gignoli sont deux
musiciens et compositeurs argentins. Dans
leur musique, nous pouvons reconnaître un
mélange de différents genres musicaux
comme le tango, le jazz, le rock et de
nombreux sons classiques du Rio de la
Plata. Chaque spectacle qu'ils présentent
est spéciale, plein de talent et de passion,
l'émotion se propage directement au public
qui écoute attentivement et vibre à chaque
morceau qu'ils jouent.
Volco et Gignoli se sont présentés le 19 Juin
dans le 18ème arrondissement dans le
célèbre bar "L'Omadis" 43 rue de
Doudeauville. En Octobre, ils ont participé à
la 8e édition du Festival de Tango Art.
Comme d'habitude, les deux représentations ont eu beaucoup de succès. Ils ont
également fait récemment une tournée
triomphale en Allemagne avec plusieurs
dates dans différentes villes. Le 24 octobre,
ils vont se présenter au Festival
International Artetango d'Albi. Pour plus
d'informations sur les nouvelles dates de
représentations vous pouvez visiter la page
Facebook : Volco et Gignoli.
Équateur pour l'exportation
Les Original Swing Monks sont un groupe de
musique de fusion équatorienne, ils sont
comme les alchimistes, ils savent mélanger
parfaitement les différents rythmes
musicaux tels que tropicale, reggae, dance,
rock, cumbia et le folklore équatorien et
avoir comme résultat des chansons avec un
rythme contagieux qui font danser même le
public le plus froid. Les paroles nous
rappellent leur parrain dans le monde de la
musique, le groupe de Puerto Rico, Calle 13.
Ses membres viennent de différents pays:
Équateur, Colombie, Europe et des ÉtatsUnis, ce qui permet de leur donner une
allure internationale indiscutable. Les
Swing Original Monks ont été en tournée
européenne depuis plus d'un mois
. Le 2 Juillet ils ont joué à La Javelle, 16 Port
de Javel Bas, 75015 Paris. Leur performance n'a laissé personne indifférent. Du
début à la fin tout le public a apprécié le
show. Grâce à sa performance et ses
mélodies La Javelle a profité de 2 magnifiques nuits d'été.
Ne manquez pas l'occasion d'en savoir plus
sur les Swing Original Monks, leur site web:
http://swingoriginalmonks.com/
Note :
C’est quoi le 6B? Ouvert depuis 2010, le 6b est un
lieu de création artistique et de diffusion qui
souhaite être acteur du territoire sur lequel il
est implanté. Installé au sein de Néaucité,
nouveau quartier de vie en construction, le 6b
propose un lieu de travail, de culture et
d’échanges autour d’un modèle de fonctionnement original, où chacun développe son projet
individuel en bénéficiant d’une dynamique
collective. L’association est dirigée par un
conseil d’administration, qui se réunit une fois
par semaine et regroupe une dizaine de
membres, élus lors de l’assemblée générale
annuelle. Le 6b réunit aujourd’hui 161 résidents
sur 7000 mètres carrés. Sa localisation ainsi
que son mode de fonctionnement en font un lieu
de fabrication et une expérience de création et
de diffusion unique en Europe. Le lieu accueille
des professionnels, des associations et des
individus passionnés : artistes, architectes,
musiciens, cinéastes, graphistes, artisans,
travailleurs sociaux… Chacun d’eux exerce son
métier, son art au sein d’une centaine d’ateliers
et bureaux et participe à la vie des espaces
communs de création, de convivialité et de
diffusion . Bref, le 6B est un lieu où l’on respire
un air de liberté et créativité.
Du 6 au 31 0ctobre 2015
LA PAROLE ERRANTE
DEVIENT LATINO-AMÉRICAINE
Exposition
Swing Original Monks
LA CALLE
de Paolo Gasparini
et
Les figures mythiques
du soulèvement
Festival, cycle films-débats,
spectacles , danses
La Parole errante
9 Rue François Debergue, 93100
Montreuil
Informations :
[email protected]
tel : 06 60 37 29 80
29
ESPACE ALIES
GUINARD
Présentation de
l’association
11 ÈME ÉDITION ‘BRÉSIL EN MOUVEMENTS’
14 - 18 OCTOBRE 2015
5 ÈME SEMAINE DU CINÉMA ÉQUATORIEN DE
PARIS
DU 5 AU 10 OCTOBRE
Informations:
www.bresilenmouvements.org
www.autresbresils.net
Cinéma La Clef
34 rue Daubenton / Paris 5e
Métro Censier-Daubenton
www.cinemalaclef.fr
ENTRÉE LIBRE
www.semaineducinemaequatorien.com
https://www.facebook.com/SemaineDuCinemaEquatorienParis
Contact:
[email protected]
INSTITUT
CERVANTES, 7 RUE QUENTIN BAUCHART 75008 PARIS
LUNDI 5 OCTOBRE
17h00: TRÁNSITO
17h00: ÉQUATEUR, LA FORÊT EMPOISONNÉE*
19h30: EL FACILITADOR
L’ESPACE ALIES GUINARD, association loi
1901 à but non lucratif, est né de la passion
de sa présidente pour l’art contemporain
et de sa volonté à y apporter sa contribution en soutenant des productions artistiques variées et en accompagnant des
artistes de toutes disciplines au travers de
différents types de manifestations.
L’ESPACE ALIES GUINARD pourra
maintenir sa vocation et renouveler son
action grâce à la générosité de tous ses
amis, ce qui a permis notamment l’organisation des expositions d’importants
artistes plasticiens latino-américains
comme Carmona, Antonio Andivero,
Gontran Guanaes Netto, Julio Le Parc,
MERCREDI 14 OCTOBRE
OUVERTURE
ÉTAT DES LIEUX DES MOUVEMENTS SOCIAUX
19h00: POT D'OUVERTURE
20h00: SUR LA ROUTE AVEC SÓCRATES
MARDI 6 OCTOBRE
17h00: VIDA
17h00: IL FAUT LE FAIRE
19h30: CONDOR
19h30: LA TOLA BOX
Adresse :22 bd de Vanves, 92320 Châtillon
Métro : Châtillon-Montrouge
Tram : T6 Centre de Châtillon
Bus : 194 Félix Faure
Contact :
www.espace-aliesguinard.com
JEUDI 15 OCTOBRE
VIOLENCES ET DISCRIMINATIONS
20h00: BRANCO SAI PRETO FICA
VENDREDI 16 OCTOBRE
LGBTI
18h00: FAVELA GAY
20h00: DE GRAVATA E UNHA VERMELHA
MERCREDI 7 OCTOBRE
15h00: SED
15h00: ARQUEÓLOGOS
17h00: LA FIESTA DEL INTI RAYMI
17h00: SEA LA LUZ
19h30: KURIKINKI*
19h30: BLAK MAMA*
SAMEDI 17 OCTOBRE
PRIVATISATION DES SERVICES PUBLICS
16h00: O CHAVEIRO DA TIJUCA
16h00:CINE PAISSANDU,HISTÓRIAS DE UMA GERAÇÃO
16h00: PRIVATIZAÇÕES: A DISTOPIA DO CAPITAL
JEUDI 8 OCTOBRE
17h00: KATARY
17h00: CARLITOS
19h30: LA VIRGINITÉ D’OEDIPE
MUSIQUES TRADITIONNELLES
ET D'AUJOURDH'UI
17h45: AS MINAS DO RAP
17h45: DOMINGUINHOS
19h30: APÉRO MUSICAL
VENDREDI 9 OCTOBRE
17h00: KUYCHI PUCHA
17h00: JAVIER CON I, INTAG
19h30: VICENTA*
19h30: ALFARO VIVE CARAJO
NOIRS DU BRÉSIL
20h30: QUILOMBO DA FAMÍLIA SILVA
20h30: PORTO DA PEQUENA ÁFRICA
CINÉMA
SAINT-ANDRÉ DES ARTS, 30 RUE SAINT-ANDRÉ DES ARTS 75006
PARIS
SAMEDI 10**
* En présence du réalisateur
20h30: FERIADO*
** 6.50 euros
Rencontre avec la réalisatrice Claudia
Mattos et Aderivaldo Ramos de Santana
(Historien/Université Paris 4)
DIMANCHE 18 OCTOBRE
CLIMAT, AGRO-ECOLOGIE ET INDUSTRIE
MINIÈRE
16h00: SEMENTES
16h00: O VENENO ESTÁ NA MESA
L’ESPACE ALIES GUINARD est consacré à
la création sous toutes ses formes : arts
plastiques, arts graphiques, littérature,
spectacle vivant, musique, cinéma… Sa
mission est de rendre accessibles au plus
grand nombre les pratiques artistiques et
culturelles d’aujourd’hui.
Une programmation éclectique témoigne
de sa vocation interdisciplinaire. Il règne
en effet un vent de liberté, tant dans la
variété des artistes et formes d’expression
proposées, que dans le choix des lieux
d’accueil et de présentation de ces
manifestations au public.
ENQUANTO O TREM NÃO PASSA
18h00 - 19h30: DÉBAT
FILM DE CLÔTURE
20h30 SEM PENA
30
Alfonso Diaz-Uribe, José « Choclo »
Ricketts, Rafael Vanegas entre autres,
ainsi que des artistes du monde comme
Megumi Ishibashi, Markus Seiler,
Ferdinand Boutard, Jacques Blézot, Fuad
Kapidzic, et d’excellents concerts avec
Etelvina Maldonado, Marcela Bernardo,
l’Ensemble Nausicaa, etc .
31
Envolez-vous avec
les meilleures compagnies
aériennes d’Amérique du Sud !
Trouvez plus de données sur:
http://bit.ly/1PK8ySN
140,000 km
L’EXPÉDITION - LES DONNÉES
s oceans
rface le
u
s
a
l
2 -e km
d
ns
llio
i
1m
36
de la terre
La distance naviguee par
l'expédition Tara Oceans en plus
de 1140 jours (2009-2013).
Des scientifiques de 40 nations
se sont arrêtés à 210 stations
pour récolter des échantillons.
Faites de chaque minute une expérience inoubliable :
LAN et TAM vous proposent les meilleures liaisons pour
découvrir les milles secrets de ce continent magique.
Evadez-vous vers plus de 115 destinations avec LAN et
TAM, dont 40 au Brésil, 20 en Colombie, 16 au Chili, 14
en Argentine, 14 au Pérou et 6 en Equateur.
11,535
gigabytes
La taille des bases de
données Tara dans les
Archives Nucléotides
Européennes
à mai 2015.
Cela représente 12,581
gigabytes -- soit
l'équivalent de 135
génomes humains
séquencés.
35,000 échantillons
membre
MEILLEURES
COMPAGNIES AÉRIENNES
D’AMÉRIQUE DU SUD
Vérifiez nos offres sur www.tam.com.br et www.lan.com
ANN A5 Magazine el Cafe Latino.indd 1
12/05/15 15:5
Les scientifiques de l'expédition Tara
Oceans ont aidé à récolter, conditionner
et envoyer près de 35,000 échantillons de
plancton et d'eau.
40 millions de gènes
7012 bases de données
C'est l'effort de séquencement d'ADN le plus
grand jamais réalisé dans le cadre de
recherches océanographiques. Les séquences
génétiques récoltées pourraient représenter
des dizaines de nouvelles espèces (bactéries,
organismes uni-cellulaires, virus) et de
nouvelles interactions d'écosystèmes.
Si l'on tient compte de la taille des océans du
monde, il y a encore beaucoup, beaucoup à
découvrir.
À mai 2015, les Archives Nucléotides Européennes
abritent des données de 75% des échantillons
récoltés -- par ailleurs d'autres sont classés dans le
registre d'échantillons PANGEA. Celui-ci constitue
une des collections moléculaires dont la description
est la plus riche et la plus consistente actuellement
dans le domaine public, et dont l'accès est libre pour
tous. D'autres échantillons de l'expédition du cercle
polaire seront transmis en 2015.
Illimité
Le potentiel de découverte de
nouvelles choses au sujet de la vie
dans les océans.
www.ebi.ac.uk/services/tara-oceans-data
32
33
34
35
El océano cubre 71% de la superficie del globo.
Representa más del 95% del volumen de la vida en nuestro
planeta. El océano es el primer proveedor neto de oxígeno en
el planeta; Nos brinda 50% del oxígeno que respiramos.
EL OCÉANO
ASTRONOMÍA - ASTRONOMIE
Les océans couvrent 71% de la surface de la terre.
Représente plus de 95% du volume de la vie sur
notre planète. L'océan est le plus grand fournisseur
net de l'oxygène sur la planète; Il donne 50% de
l'oxygène que nous respirons.
L'OCÉAN
el café cultural
INTIPA WAWAN
(ONG PEROU)
3 CONTES POUR
ENFANTS
PRESENTACIÓN DEL LIBRO
EXPOSITION
Yuyaypa K'anchaqnin. Fulgor
Art contemporain mexicain
de mis recuerdos
MEXICO CIRCA 2000
de Gloria Cáceres Vargas
Collection José Pinto Mazal
Lugar: "Salón de delegados" de
Du 18 septembre au 14 novembre
(Français /espagnol)
la Sede de la Unesco
À l’Instituto Cultural de México
DEDICACES DE L'AUTEUR
1, Rue Miollis, 75015
119, rue Vieille du Temple,
Fecha: martes 22 de septiembre
Paris 3e
LE MERCREDI 21 OCTOBRE
De 14 heures à 17 heures
À la boutique péruvienne EL INTI
de 2015
01 44 61 84 44
Hora:19 horas
icm.sre.gob.mx/francia
« Visuellement éblouissant »
ACTIVITÉS
EXPOSITION
Ártico
HOLLywOOD REPORTER
CECUPE
ROSA MARIA
Un film de Gabriel Velázquez
Octobre 2015
UNDA SOUKI
www.cecupe.com
ANGLE LONDRES ET ALLENDE
(1937-1954)
Du 18 septembre au 31 octobre
Jeudi 1er Octobre 2015 à 19H00
«Visages du Pérou » et « Mémoires de
Galerie Dukan 24, rue Pastourelle,
Morococha » Vernissage de l’exposition.
Paris 3e
LE 11 NOVEMBRE
AU CINéMA
Expo du 2 octobre 2015 au 28 janvier 2016
www.galeriedukan.com
BOBINE FILMS PRESENTE « ARTICO » UN FILM DE GABRIEL VELAZQUEZ
DIRECTEUR DE LA PHOTOGRAPHIE DAVID AZCANO DIRECTEUR ARTISTIQUE LUIS ROLLAN
MONTAGE BLANCA TORRES MUSIQUE EUSEBIO MAYALDE, PABLO CRESPO
PRODUIT PAR ESCORADO PRODUCCIONES
VENTE INTERNATIONALES AGENCIA FREAK DISTRIBUTION BOBINE FILMS
Maison des Amériques Latines.
PRESENTACIÓN : 'LE TEMPS DU
Samedi 10 Octobre 2015 de 14 h à 19 h
SILENCE' . 27 de octubre a las 19h30
« Première Réunion Internationale
CHAMBRE DE COMERCE
d’Écrivains Péruviens en France »
LATINOAMERICAIN au 30/32
BnF, Bibliothèque Nationale de France
Bd Sébastopol Paris.
Vendredi 16 Octobre 2015 à 19 h
«Ritmos Negros del Perú » Soirée concert
Centre d’Animation la Poterne des
IX CONGRESO MARINERA EUROPA 2015
Peupliers, 1 rue Gouthière, 75013 Paris.
VIERNES 02 DE OCTUBRE. 19H - 20H30
Jeudi 22 Octobre 2015 à 19 h
Organiza : ACLL ASSOCIATION
« Noche de Décimas » Rencontre en
CULTURELLE LA LIBERTAD,
espagnol avec Zejo Cortez.
Embajada del Perú en Francia
Maison de l’Amérique Latine.
MAISON DE L' AMERIQUE LATINE
D'ESPAÑOL (TOUS NIVEAUX)
Ñ COURS
Diplômé d'un Master en management
LIBRO:
'CUANDO
international. Je vous propose mes
LA NOCHE
services à domicile
NO ES
Pour plus d'informations : 0630519435
CIUDAD'
Autor:
Arnaud Guerpillon, Chef de l'école
Le Cordon Bleu a remis le prix
MasterChef Brasil 2015 àIzabel Alvares,
grande gagnante de la
deuxième édition de l'émission
MasterChef au Brésil.
ASSOCIATION LUPUNA
Iván Blas
GABO PÉROU IMAGINAIRE
Projection du film KUMANCAYA
Hervias
Exposition du 17 au 23 septembre
LE VILLAGE QUI VOLE
2015
Vendredi 16 octobre 2015
88, rue du Dessous des Berges
du 19h00 à 20h30
DE VENTA EN: EL INTI
75013 Paris
Maison de l'Amérique Latine
La Boutique péruvienne
www.gaboarte.com
Vous pouvez nous contacter soit par email à [email protected] ou
téléphone au 0033 (0)664732284
El Café Latino, 63 rue du Maréchal Leclerc
94410 Saint-Maurice
Joindre le coupon et un chèque de 60 euros
à l’ordre de El café Latino
Nom, prénom (association):
Adresse:
Ville:Pays
Date:
Adresse e-mail:
commentaires:
Signature
37
MAGAZINE SOCIOCULTUREL
ESPAGNOL-FRANÇAIS
AMERICA LATINA-CANADA-QUEBEC-EUROPA
COORDINATION:
ADMINISTRATION:
EDITION:
RÉDACTION:
Marnia Guillaume.
[email protected]
Marcelo Gómez V.
[email protected]
Román E Gómez
[email protected]
Fabián Barado, Hugo Busso, Tomás Nieto, Javier Leibiusky.
[email protected]
COLLABORATEURS:
Contact avec les collaborateurs :
Argentine:
Bolivie:
Chili:
Colombie:
El Salvador:
Guatemala:
Haïti:
Mexique:
Paraguay:
Pérou:
Rép.Dominicana
Uruguay:
Venezuela:
[email protected]
Fabián Barado, Cecilia Molina.
Ramiro Borja.
Nanette Paz Liberona.
Carlos O Torres.
Gustavo Milan.
Renato Barrios.
Tcheîta Vital.
Ricardo Ariza.
Diego De La Cueva.
Flore Garcia Bour, Ricardo Lacuta
Maria Victoria Wazar.
Ricardo Aguesta.
Margarita Cadenas.
Canadá:
Espagne:
États-Unis:
France:
Tomás Nieto. Teresa Elena Cadavid
Hugo Busso.
Christian Jaramillo.
Bertrand Le Four., Pedro Lima. (Région Paca)
Traducteurs:
Relecture français:
Juliette Deprez
Céline Legallic
Infographie:
El Café Cultural:
Conseilleur historique :
Conseilleur scientifique:
Poésie:
Communication :
Maquette:
Conception de Maquette:
Illustrateur :
Photographe :
Contact:
TARA
Carla Beatriz Gonzales.
Henry Jenz Jaramillo.
Leonardo Espejo.
Duvan Montoya. DUMONT.
Camilo Gomez V.
Carla Beatriz Gonzales
Carla Landauro
William Nathanael Guarin, Leslie Umezaki
Rocío Garza Barraza , Mauricio Alvarez
[email protected]
elcafelatino.org
Retrouvez El Café Latino sur:
El Café Latino
@El_CafeLatino
Web: www.elcafelatino.org
El Café Latino : Magazine socioculturel Bilingue
Siret : 480 999 424 00017 APE/913E
El Café Latino : édition imprimée ISNN/ 1958-3249
N° Editeur 9786269529389
El Café Latino: en ligne. ISSN 1954 – 939X
Imprimé en France
Le magazine « El Café-Latino » est une publication associative régie par la loi 1901, France. Le magazine El Café Latino soutient tous les articles publiés.
Les articles peuvent être utilisés et reproduits librement en mentionnant l’auteur et la source. Sauf les images qui sont la propriété de chaque auteur
Adresse postale : El CAFE LATINO. 63 Rue Marechal Leclerc 94410 Saint Maurice. France. Tel : 0664732284 Bimestriel N°24 SEPTEMBRE - OCTOBRE 2015
38
39
Nueva Ruta
París - Asunción
(vía Madrid)
2 frecuencias semanales.
A partir del 16 de diciembre 2015.
Air Europa la compañía regular de
referencia de España y América Latina.
Para más información: 01 42 65 08 00 y www.aireuropa.com

Documentos relacionados